Archives par mot-clé : mobilité spatiale

La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

 URMISCIST – MIGRINTER

JOURNEE  D’ETUDES.

La  circulation  et  le  retour  à  l’épreuve  des  contraintes migratoires ?

Dates : 25 septembre 2015 de 9h30 à 18h

Lieu : Université Paris-­Diderot, URMIS, Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 267
Continuer la lecture de La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

Soutenance de thèse – Guillaume Le Roux – Changement urbain à Bogota

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en géographie

présentée par Guillaume Le Roux

Lundi 6 juillet 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

(Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines. Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie).

(sous la direction de Françoise Dureau et Christophe Imbert)

Cette thèse propose une analyse du changement urbain récent à Bogotá en termes de « stade de peuplement ». Ce dernier se caractérise actuellement dans la capitale colombienne par un ralentissement de la croissance démographique et une diversification des origines des flux migratoires. Il fait suite à un stade au cours duquel Bogotá a connu, à l’image de nombreuses autres grandes villes latino-américaines, un exode rural massif et des taux de croissance sans précédent. A travers une approche par les mobilités spatiales, cette thèse explore les caractéristiques de ce nouveau stade de peuplement. Elle montre la manière dont les changements de composition de la population et les évolutions des expériences des habitants, dans et hors de la ville, accompagnent la superposition croissante de processus de métropolisation et de densification de l’espace urbanisé, et contribuent à la complexification des divisions sociales de l’espace. La méthode proposée s’appuie sur l’exploitation de deux enquêtes biographiques sur les mobilités spatiales réalisées à Bogotá à 16 ans d’intervalle et de données de recensement géolocalisées. Elle combine une approche à l’échelle globale de l’agglomération et une autre à l’échelle de quartiers illustratifs de transformations en cours.

Membres du jury :

  • Françoise DUREAU, Directrice de recherche honoraire, IRD
  • Christophe IMBERT, Maître de conférences, Université de Poitiers
  • Jean-Pierre LÉVY, Directeur de recherche, CNRS
  • Evelyne MESCLIER, Directrice de recherche, IRD
  • Marie PIRON, Chargée de recherche, IRD
  • Lena SANDERS, Directrice de recherche, CNRS

Vient de paraître « Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo »

Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo

sous la direction de

Françoise Dureau, Thierry Lulle, sylvain Souchaud et Yasna Contreras

Comment évoluent le peuplement et les divisions sociales des espaces urbains dans les métropoles d’Amérique latine ? Certaines pratiques de mobilité spatiale ou certaines politiques publiques contribuent-elles à accélérer ces changements, ou à y résister ?

Cet ouvrage répond à ces questions en comparant Bogotá, Santiago et São Paulo grâce à une même méthodologie qui combine l’exploitation de données existantes et la réalisation d’enquêtes sur les mobilités.

Avec les soutiens de l’université de Poitiers et de Migrinter (UMR 7103 CNRS).

filet

Collection : Espace et Territoires

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 440 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-3561-9

filet

Téléchargement :

voir aussi le programme METAL

Séminaires sources et méthodes 2015

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 3ème cycle 2015

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

OBJECTIFS
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

PROGRAMME 2015

Dans le prolongement des premières interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C. Belkhodja), puis du second cycle de séminaires (Yann Scioldo-Zurcher, Nicolas Robette, Véronique Petit, Anouche Kunth), un nouveau programme est proposé :

22 janvier 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Poitiers. « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux » Discutant : Djemila ZENEIDI, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 février 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Séance « Regards croisés » : Laurent VIDAL, Historien, Professeur, Université de la Rochelle & Chowra MAKAREMI, Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, IRIS-EHESS. « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Discutante : Bénédicte MICHALON, Géographe, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 mars 2015 – 10h30/13h : Salle : Gargantua

Pierre PISTRE, Géographe post-doctorant à l’IFSTTAR-AME-DEST et chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités (Paris) : « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Discutant : Camille HOCHEDEZ, Géographe Maître de conférences à l’Université de Poitiers

21 mai 2015 – 10h/13h : Salle à déterminer

Thomas PFIRSCH et Hadrien DUBUCS, Géographes, Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et de Paris-Sorbonne, « Enquêtes sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Approche par générations et réseaux familiaux ». Discutante : Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Potiers, et David LESSAULT, Géographe, Chargé de recherche au CNRS, MIGRINTER.

Conférence de Céline Bergeon

SEMINAIRE AREAS

Association de Recherche et d’Echanges en Anthropologie et en Sociologie

Jeudi 7 mars 2013

de 18 h. à 20 h.

Salle des actes – UFR Sciences Humaines et Arts de Poitiers

8, rue René Descartes

Céline Bergeon

docteur en géographie

membre du laboratoire MIGRINTER

L’expérience de la mobilité comme mode de vie.

Les gens du voyage en France, entre hospitalité et rejet

-o-

L’entrée est libre

-o-

Céline Bergeon a soutenu en juin 2011 à l’université de Poitiers une thèse de géographie intitulée : « Initiatives et stratégies spatiales. Le projet circulatoire face aux politiques publiques. L’exemple des Rroms et des Voyageurs du Poitou-Charentes (France) et de la Wallonie (Belgique) »

Cette thèse est disponible sur internet : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00648231

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Et l’immobilité dans la circulation ?

Journées organisées par l’UMR Migrinter et l’axe MIT du CIST

MSHS Poitiers, 19 et 20 novembre 2012

Organisation : UMR Migrinter – Axe MIT (Mobilités, Identités et Territoires) du CIST (Collège International des Sciences du Territoire)

Déroulement des journées :

http://immobilite2012.sciencesconf.org/

Texte de présentation :

Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d ’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.