Archives par mot-clé : migrations internationales

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Soutenance de thèse – Colette Le Petitcorps – Service à domicile, femmes et migrations en France

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

Présentée par Colette Le Petitcorps

Jeudi 17 décembre 2015, 13h30, salle Mélusine (MSHS)

Service à domicile, femmes et migrations en France

Le rapport de domesticité en question

Sous la direction de Véronique Petit

Membres du jury 

  • Catherine Delcroix, Professeure, Université de Strasbourg
  • Blandine Destremau, Directrice de recherche, CNRS
  • Marie-Antoinette Hily, Chargée de recherche, CNRS
  • Olivier Leservoisier, Professeur, Université Paris Descartes
  • Adelina Miranda, Professeure, Université de Poitiers
  • Véronique Petit, Professeure, Université Paris Descartes

Aux Nords comme aux Suds, des femmes migrantes répondent à une demande en services domestiques de la part de familles et d’États en pénurie de main-d’œuvre domestique. En France, depuis une vingtaine d’années, les politiques publiques ont structuré un secteur des services à la personne qui rassemble uniquement des activités réalisées à domicile. Cette thèse interroge dans ce contexte ce qui caractérise le service à domicile et ce qui fait sa spécificité au regard de son lien aux processus migratoires féminins et du lieu de travail. Pour y répondre, la méthode choisie articule une démarche compréhensive, comparative et de recherche des continuités et des ruptures de la domesticité dans le temps. Le matériau d’enquête est composé d’entretiens réalisés avec des femmes migrantes employées à domicile, des employeuses et des responsables d’organismes agréés de services à la personne, à Poitiers et à Paris. Les récits recueillis ont été analysés à la lumière de travaux historiques sur la domesticité en France et mis en perspective avec les données d’une enquête de terrain menée à l’Île Maurice sur la domesticité dans des familles « franco-mauriciennes ». À l’issue du travail empirique et en articulant des concepts tirés de la sociologie des femmes dans la migration, de la production scientifique sur la domesticité ainsi que sur les rapports d’exploitation et de domination dans les emplois domestiques, nous avons élaboré le concept de rapport de domesticité. Celui-ci permet de montrer l’existence d’un rapport social spécifique au service à domicile, structurant et dynamique, qui se joue et se rejoue dans la relation concrète entre femmes, employeuse et employée, mais qui sépare et hiérarchise plus largement deux groupes sociaux, le groupe « servant » et le groupe « servi ». Le rapport de domesticité conduit à repenser le travail reproductif, la condition domestique et la place des migrations féminines dans les emplois à domicile.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

 URMISCIST – MIGRINTER

JOURNEE  D’ETUDES.

La  circulation  et  le  retour  à  l’épreuve  des  contraintes migratoires ?

Dates : 25 septembre 2015 de 9h30 à 18h

Lieu : Université Paris-­Diderot, URMIS, Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 267
Continuer la lecture de La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

Séminaires sources et méthodes 2015

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 3ème cycle 2015

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

OBJECTIFS
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

PROGRAMME 2015

Dans le prolongement des premières interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C. Belkhodja), puis du second cycle de séminaires (Yann Scioldo-Zurcher, Nicolas Robette, Véronique Petit, Anouche Kunth), un nouveau programme est proposé :

22 janvier 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Poitiers. « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux » Discutant : Djemila ZENEIDI, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 février 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Séance « Regards croisés » : Laurent VIDAL, Historien, Professeur, Université de la Rochelle & Chowra MAKAREMI, Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, IRIS-EHESS. « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Discutante : Bénédicte MICHALON, Géographe, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 mars 2015 – 10h30/13h : Salle : Gargantua

Pierre PISTRE, Géographe post-doctorant à l’IFSTTAR-AME-DEST et chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités (Paris) : « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Discutant : Camille HOCHEDEZ, Géographe Maître de conférences à l’Université de Poitiers

21 mai 2015 – 10h/13h : Salle à déterminer

Thomas PFIRSCH et Hadrien DUBUCS, Géographes, Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et de Paris-Sorbonne, « Enquêtes sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Approche par générations et réseaux familiaux ». Discutante : Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Potiers, et David LESSAULT, Géographe, Chargé de recherche au CNRS, MIGRINTER.

Soutenance de thèse – Kévin Mary – Les élites maliennes en quête d’Amérique

Migrinter a le plaisir d’annoncer que Kévin Mary soutiendra sa thèse de doctorat , spécialité Géographie physique, humaine, économique et régionale le vendredi 21 novembre 2014, à 13 h 45 à l’Amphi Victor Grignard, Bâtiment M., Campus I, Université de Caen.

LES ÉLITES MALIENNES EN QUÊTE D’AMÉRIQUE

Migrations internationales pour études

et enjeux d’une reproduction sociale inachevée

Membres du jury :

  • Jérôme LOMBARD, Directeur de recherche IRD, PRODIG  UMR 8586 CNRS, Université Paris I Panthéon – Sorbonne, rapporteur.
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeure émérite de Géographie, MIGRINTER UMR 7301 CNRS, Université de Poitiers, rapporteur.
  • Samba DIALLO, Professeur de Géographie, Recteur, Université de Bamako (MALI), examinateur.
  • Anne OUALLET, Professeure de Géographie, ESO UMR 6590 CNRS, Université de Rennes 2, examinateur
  • Patrick GONIN, Professeur de Géographie, RURALITES EA 2252, Université de Poitiers, co-directeur
  • Jean-Marc FOURNIER, Professeur de Géographie, ESO UMR 6590 CNRS, Université de Caen Basse-Normandie, co-directeur

 Résumé

LES ÉLITES MALIENNES EN QUÊTE D’AMÉRIQUE. Migrations internationales pour études et enjeux d’une reproduction sociale inachevée.

Ce travail prend pour objet les migrations pour études dans les familles d’élites au Mali, en s’intéressant à l’Amérique du Nord, une destination relativement méconnue des migrations maliennes. L’analyse montre que la mobilité pour études aux États-Unis et au Canada relève d’un fort attrait parmi les élites et s’inscrit plus généralement dans des modes de vie tournés vers l’extérieur. L’acquisition de diplômes nord-américains ne suffit cependant pas à garantir au Mali la reproduction des familles membres de l’élite. Si effectuer des études à l’étranger permet éventuellement de se projeter dans un avenir ailleurs que dans l’espace national, l’étude montre que l’accès à l’État, comme itinéraire d’accumulation le plus efficace, relève de critères plus ambigus. Cette recherche repose sur une pluralité de matériaux empiriques et des terrains multi situés : enquête par questionnaires à Bamako et terrains investis sur un mode plus qualitatif au Mali, aux États-Unis et au Canada.

Abstract

THE MALIAN ELITES IN SEARCH OF AMERICA.International student migrations and incompletion of social reproduction at stake.

This work explores student migrations within elite families in Mali. In particular, examining North America, which constitutes as an understudied destination of Malian international migrations. This study shows that academic mobility to the United States and Canada are appealing to the elites and more generally are part of a lifestyle turned towards the foreign environment. Nevertheless, back in Mali, obtaining North American degrees does not guarantee social reproduction among the members of elite families. Though studying outside of Mali may allow for the students to stay in Canada or the United States, this study highlights that working for the Malian State, which remains the best way to accumulate money in Mali, is based upon more ambiguous criteria. This research deploys several methological techniques targeting a variety of places: a questionnaire was administered in Bamako, while qualitative fieldwork was conducted in Mali, Canada and the United States.

Keywords: Social inequalities, international migrations, student migrations, elites, social reproduction.

Revue e-migrinter : parution du n°12 « Les chiffres de l’immigration… »

couv201412

L’équipe de la revue e-migrinter est heureuse d’annoncer la publication de son douzième numéro : « Les chiffres de l’immigration. Un regard critique sur les statistiques » coordonné par Marianne Blidon et Luc Legoux. 

Ce numéro présente les travaux de chercheurs réunis lors de la journée d’étude intitulée : « Les chiffres de l’immigration. Un regard critique sur les statistiques » du 19 octobre 2011. Une journée organisée à l’Université Paris 1 par l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1 (IDUP) en collaboration avec l’UMR Migrinter. 

Extrait de l’éditorial de Marianne Blidon et Luc Legoux :

« Les statistiques migratoires, comme beaucoup de statistiques sociales, sont à la fois un outil de connaissance scientifique et de communication politique. En France, et plus généralement en Europe, où les migrations occupent depuis longtemps une place importante dans le débat public, le poids de la communication politique tend à être prépondérant et les chiffres sont souvent utilisés de manière a-critique. Dans ce contexte, l’étude détaillée de la construction des chiffres devient un élément nécessaire à l’analyse des discours sur l’immigration et plus généralement, à la compréhension des mouvements migratoires. »

 Vie du labo & Notes de lectures

Du Liban au Royaume-Uni en passant par la Guinée et le Ghana, trois jeunes docteures présentent dans ce numéro leur thèse récemment soutenue. On trouvera aussi un compte-rendu de l’intervention de Véronique Petit intitulée « Migrations internationales et santé mentale : enquêter dans les services psychiatriques au Sénégal », présentée lors du séminaire d’équipe Migrinter le 20 mars 2014. 

Enfin, à travers leurs notes de lecture, deux doctorants nous invitent à nous plonger dans « Les théories de la migration » de Victor Piché et à découvrir la diaspora chinoise à travers l’ouvrage de Carine Pina-Guerassimoff, « La Chine et sa nouvelle diaspora : la mobilité au service de la puissance ».  

 

L’équipe de la revue vous souhaite une agréable lecture ! 

Revue e-migrinter

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Soutenance de HDR : Nelly Robin

Migrinter a le plaisir d’annoncer à la communauté scientifique que Nelly Robin, chercheur à l’IRD, membre du CEPED et hébergée à MIGRINTER, soutiendra son Habilitation à diriger des recherches en géographie le mardi 30 septembre 2014, à 14 h à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, 86022 Poitiers (salle Mélusine).

Migrations, observatoire et droit

Complexité du système migratoire ouest-africain

Migrants et normes juridiques

 Jury :

  • Annabel DESGREES DU LOU, Directrice de recherche à l’IRD
  • Serigne DIOP, Professeur, Université Cheih Anta Diop de Dakar
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Emmanuel MA MUNG, Directeur de recherche au CNRS
  • Antoine PECOUD, Professeur, Université de Paris 13
  • Mahamet TIMERA, Professeur, Université Paris Diderot Paris 7

Mise en ligne le 08/10/2014 http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01071279 

Vous êtes tous chaleureusement conviés à assister aux discussions ainsi qu’au pot qui sera organisé pour l’occasion.

Résumé :

Le volume scientifique d’habilitation à diriger des recherches présenté par Nelly Robin vise à offrir une synthèse de ses travaux et des positionnements qui les ont orientés depuis son recrutement à l’ORSTOM en 1992.

Migrations, observatoire et droit, tel est le titre général proposé pour cet essai. À partir d’analyses inédites, l’auteur réinterroge les différents moments de son  parcours scientifique, centré sur l’Afrique de l’Ouest et marqué par un glissement inattendu, de la géographie, et plus largement des sciences sociales, vers l’univers judiciaire.

Une synthèse régionale des migrations internationales en Afrique de l’Ouest sur cinquante ans, de 1960 à 2010, introduit l’analyse ; elle est portée par trois ambitions : celle d’une approche historique des mouvements migratoires afin d’apprécier le rôle des logiques « traditionnelles » sur l’ordre régional actuel, d’une réflexion en terme de systèmes sur l’organisation des échanges migratoires, leurs nouvelles configurations et leur ouverture extrarégionale et, enfin, d’une interrogation sur l’intégration régionale qui dévoile toute la complexité du jeu de recompositions spatiales des migrations internationales.

Nelly Robin aborde ensuite l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal, la manière dont il a été fabriqué et la qualité des données produites. La réflexion est axée tout à la fois sur la question de la production de statistiques publiques par l’administration et sur l’usage et l’analyse critique que peut en faire la recherche. Il s’agit de convoquer la statistique administrative du sud pour comprendre le processus d’externalisation du contrôle des frontières de l’UE et ses incidences sur la gestion concertée des flux par les États membres de la CEDEAO comme sur l’organisation des réseaux de traite des êtres humains et de trafic illicite de migrants.

L’analyse est enrichie par une réflexion sur les parcours migratoires des mineurs, du Sahel aux rives sud de la Méditerranée. Il s’agit de rendre compte des évolutions des savoir-migrer et des routes empruntées, de reconstituer et d’étudier les systèmes d’alliances entre les acteurs (États, migrants, groupes criminels) et les relations de pouvoirs qui les lient ou les opposent sur les territoires parcourus. Travailler sur la parole du migrant à partir des récits de vie permet aussi de décrire les tensions entre les normes sociales (individuelles ou collectives) et les normes juridiques établies par les États. C’est en analysant dans l’acte individuel du migrant la part de ce qui relève d’une ressource ou d’une contrainte juridique que l’auteur entend révéler ce qui dans cet acte est conditionné par les politiques de contrôle des migrations.

Le volume s’achève sur une réflexion d’ouverture beaucoup plus que de conclusion dans laquelle on dépasse un certain nombre de catégories d’analyse habituelles en géographie pour s’interroger sur la place des sciences juridiques dans l’étude des migrations internationales. Si les itérations entre le statisticien et le thématicien sont communes en recherche, celles entre le magistrat, le praticien du droit, et le géographe sont plus rares ; elles ont été remarquables dans le cadre de l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal et trouvent leur accomplissement dans cette proposition de dialogue avec le droit.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Retour au pays des migrants de la Vallée du fleuve Sénégal

Ce billet contient quelques éléments d’un travail de recherche doctorale sur les migrants à la retraite qui retournent au pays d’origine.

Réunion syndicale de bi-nationaux à Moudéri (Sénégal)

Dans une maison de Moudéri (Sénégal), des bi-nationaux (Franco-Sénégalais) se réunissent et accueillent le consul de France. Nous sommes dans un contexte électoral en France (présidentielles 2012) qui leur permet d’attirer l’attention du consul sur leurs conditions de vie et de circulation entre les deux pays, mais aussi sur la lourdeur des démarches administratives de retraités, et sur la situation scolaire de leurs enfants.

Le lieu a été choisi symboliquement dans un espace traditionnellement affecté aux réunions du village (maangu nka = la maison des anciens collaborateurs du roi ou du chef du village, en soninké). Pour marquer l’évènement, les drapeaux du Sénégal et de la France sont exposés devant la salle d’accueil.

Maisons de migrants à Tuabou et Gandé (Sénégal)

Dans le village de Tuabou, un retraité de retour au pays a construit une petite maison d’allure monumentale. L’architecture très originale est exceptionnelle dans ce quartier appelé Jonga : elle traduit sans doute la noble extraction de son constructeur.

Un autre bâtiment en construction est réalisé par un chef de famille de retour au pays au moment de la retraite. Il est destiné à recevoir la famille étendue, pendant les vacances scolaires des petits enfants, mais aussi ceux qui sont restés au village.

On retrouve ce type de construction massive dans le village de Gandé. Une imposante bâtisse (ci-dessous) a été construite par deux frères migrants de retour au pays au moment de la retraite.

Elle est destinée à recevoir la famille élargie de ces deux hommes, avec la volonté de réunir ceux qui sont encore en migration et ceux qui sont restés au pays. L’investissement est important, il est un symbole de la réussite sociale de leur migration.

Dernier exemple, ce magasin a été construit par un migrant, de retour au pays après sa retraite. Constitué d’une boutique d’alimentation (à droite) et d’un restaurant (à gauche), le commerce est complété par une location de chambre.

Sur le fronton, le travailleur migrant à peint le drapeau de la France, pays dans lequel il a exercé son activité professionnelle pendant une quarantaine d’année.

Mosquée à Moudéri

La religion reste très présente dans toute la vie du migrant, depuis le départ jusqu’à son retour au village d’origine. Cette mosquée de taille modeste a été érigée par un seul migrant de Moudéri, à la retraite.

© Saliou Dit Baba Diallo, Migrinter, 2012.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

saliou.dit.baba.diallo@univ-poitiers.fr

CINÉ DIVERS CITÉS – 7e édition – POITIERS

CINÉ DIVERS CITÉSCinéDiversCité 2013

Festival sur les migrations – 7e édition

du 11 au 15 mars 2013

PROGRAMMATION – PROJECTIONS – DEBATS

contact : 05 49 45 46 09

Lundi 11 mars 2013 – Le Dietrich – 20 h 00
La saison des hommes de Moufida Tlatli (2000),2 h 02
Débat avec Gildas Simon (Géographe, Migrinter, université de Poitiers)

Mardi 12 mars 2013 – Espace Mendès France – 10 h 00
NICA/raguënse de Carlos Solis et Julia Fleming (2005), 45 mn.
(documentaire)

Mercredi 13 mars 2013 – Espace Mendès France – 14 h 00
Oyapok de Maël Cabaret (2011),53 mn. (documentaire)
Tarabatara de Julia Zakia (2007),23 mn. (documentaire)

Jeudi 14 mars 2013 – TAP – 20 h 30
La Pirogue de Moussa Toure (2012), 1 h 27
Débat avec Nelly Robin (Géographe, Migrinter, université de Poitiers)

Vendredi 15 mars 2013 – Le Dietrich – 16h00
Si le vent soulève les sables de Marion Hansel (2007), 1 h 36
Débat avec Eleonora Guadagno (à confirmer)

Vendredi 15 mars 2013 – Le Dietrich – 21h00
Ceuta: douce prison de Jonathan Millet (2013)
Débat avec le réalisateur Jonathan Millet

Entrée: 3 euros (Le Dietrich et le TAP)

Partenaires :

Association SoledevCinéma Le DietrichCNRS – Espace MENDES FRANCE MIGRINTER MSHS TAPUniversité de Poitiers Ville de Poitiers

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes pour la recherche sur les migrations

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Février 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Gargantua)

Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL

Du droit aux sources juridiques : relecture de l’histoire des migrations internationales en longue durée (XVIIIe-XXe siècles)

(Discutants : Emmanuel Ma Mung et Yann Scioldo-Zürcher)

Cette intervention, fondée sur nos recherches récentes, présentera les enjeux liés à la caractérisation juridique de la mobilité internationale et des populations migrantes. Ce qui conduira à aborder la question des catégorisations et des contrôles, mais aussi à analyser la création de formes spécifiques de protection (liées notamment au droit des personnes ou aux droits sociaux).

Pour étayer ces perspectives, et à partir d’exemples pris dans plusieurs pays, nous accorderons une large place à la présentation des différents types de sources produites par les dispositifs internationaux ou juridiques concernés par les migrations, ou créés spécifiquement à destination des populations migrantes.

Caroline Douki
Département d’histoire, Université Paris 8
UMR 8533 IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie)
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
Paul-André Rosental
IEP-Paris / Sciences Po.
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
et chercheur associé à Institut National d’Études Démographiques (INED).

Bibliographie

  • Caroline DOUKI, David FELDMAN Paul-André ROSENTAL, “ Pour une histoire relationnelle du ministère du Travail en France, en Italie et au Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres : le transnational, le bilatéral et l’interministériel en matière de politique migratoire ”, in Alain CHATRIOT, Odile JOIN-LAMBERT et Vincent VIET (éd.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 143-159.
  • Paul-André ROSENTAL, « Géopolitique et État-Providence : le Bureau International du Travail et la politique mondiale des migrations dans l’entre-deux-guerres », Annales. Histoire et sciences sociales, 2006, 1,
  • Paul-André ROSENTAL, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire et sciences sociales, 2011-2, p. 335-373.
  • Caroline DOUKI, « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle », Annales. Histoire et sciences sociales, avril-juin 2011-2, p. 375-410.
  • Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL,  « Dosages et contournements des droits des migrants dans un espace international : France, Italie, Tchécoslovaquie, 1900-1940 », in Jean-Paul ZUNIGA (éd.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, EHESS, 2011, p.21-35.
  • Paul-André ROSENTAL, “Civil Status and Identification in 19th Century France: A matter of state control?”,  in Keith BRECKENRIDGE, Simon SZRETER (éd.), Registration and Recognition. Documenting the Person in World History, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 137-165.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Le colloque PUCAFREU en vidéos

Dans le cadre du projet PUCAFREU,  les 22, 23 et 24 octobre 2012 s’est tenu le colloque intitulé Les mineurs migrants non accompagnés et sans protection en Europe : quelles raisons expliquent leur manque de protection ? Au regard du nombre important d’intervenants et de l’actualité de ce sujet à travers les différents pays du monde, un enregistrement a été réalisé tout au long du déroulement du colloque.

C’est dans une optique de diffusion et d’échange que le Service i-médias et le Centre de Ressources Multimédias de l’Université de Poitiers viennent de mettre en ligne l’intégralité des séances en accès libre.

Pour voir ou revoir le contenu du colloque, rendez-vous dès maintenant sur la chaîne UPtv en cliquant sur le lien suivant :

UPtv – Colloque PUCAFREU, 22-23-24 octobre 2012

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Si l’on admet qu’il y a une sorte de tendance naturelle (Mead 1932, Ricœur, 1983) ou fréquente, ou pré-moderne (Quignard, 1986) à établir des continuités dans le récit, alors qu’à l’inverse l’expérience semble fragmentée – « Aucun ne fait certain dessain de sa vie, et n’en délibérons qu’à parcelles. […] Nous sommes tous de lopins et d’une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque momant faict son jeu » (Montaigne, 1595) – que fait le chercheur face à ce dilemme ? Comment peut-il rendre compte d’expériences singulières, parfois douloureuses ou paradoxales, dans ses efforts de restituer des « histoires migratoires » à partir de récits irrémédiablement fragmentaires ? Que dire de ses écritures savantes qui se détournent des pointillés, des pauses, des silences ?
Après avoir étudié différentes formes d’écriture (graphiques, historiques, littéraires et cinématographiques) que performent les romans, les textes savants ou les films dont le dessein est de décrire des évènements, des bifurcation, des ruptures etc… ou dit autrement de nous donner une lecture du discontinu, il nous semble fécond d’interroger « l’émotion » comme un savoir, comme un matériau ou une « entrée » pour recevoir et restituer le caractère fragmentaire de l‘expérience migratoire, les interactions avec les situations traversées, les oublis, les moments décisifs, les effets sur les représentations du monde, du temps et de l’espace. Qu’apporte à la compréhension l’étude des relations entre émotion et réception de l’expérience, entre émotion et narration ? Comment les écritures, musicales, filmiques, chorégraphiques, des émotions « affectent-elles » la compréhension des épisodes singuliers que le chercheur contribue à dévoiler ?

25 janvier 2013, 13h. – 17 h. salle Lombart (rez-de-chaussée droite, 96 bd Raspail, Paris 75006) :

« L’émotion et le fragmentaire dans les récits des expériences migratoires ».

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) :

« De la migration : images, temps et émotions ».

22 mars 2013, 13h. – 17 h. salle 4 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Les émotions dans la dynamique des repères temporels biographiques ».

12 avril 2013, 10h.-17h. (Poitiers, MSHS, Salle Mélusine) :

« Migrations. Musiques, images, corps et émotions ».

31 mai 2013, 10h.-17h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Récits de migration : Émotions et espace public ».

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séance du 29 novembre 2012 : Quelles sources et méthodes …?

Extrait du film Smoke (1995) auquel William Berthomière a fait référence lors de son intervention.

Le 29 novembre 2012 s’est ouvert dans les locaux de la MSHS le séminaire intitulé « Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ? » organisé par Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily et David Lessault. Ce séminaire s’attachera au cours de plusieurs séances à revisiter les méthodes de production de données dans le champ d’étude des migrations internationales.

C’est avec l’intervention de William Berthomière intitulée  « Street Geography: réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue » qu’a été inauguré le séminaire. Le premier temps de son exposé a été l’occasion de rappeler son positionnement théorique inspiré notamment des écrits de Jacques Derrida, Georg Simmel ou encore Georges Steiner. William Berthomière a ainsi fait la démonstration de la fécondité des approches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement dans le champ des migrations internationales. C’est en présentant son « empirisme radical » inspiré de la démarche de l’anthropologue Daniel Miller, que William Berthomière a abordé dans un deuxième temps, son intérêt pour l’usage de la photographie et de la vidéo dans ses recherches. Ses travaux s’inspirent et s’inscrivent ainsi au sein des productions et réflexions produites par le réseau Photographier la ville, mais aussi des courants de la Street Sociology ou de la Street Anthropology.

William Berthomière a fait la démonstration de la pertinence de ces nouvelles méthodes en présentant une partie ses recherches de terrain à Neve Sha’anan, quartier sud de Tel-Aviv. À travers ses clichés et vidéos, et en entrant dans la peau du « passant considérable » d’Isaac Jospeh, le chercheur a souhaité rendre compte des indices du processus de mondialisation que la rue donne à voir.

À la suite de son intervention, Isabelle Rigoni a discuté de ces méthodes de récolte de données avec William Berthomière, les échanges ont suscité un certain nombre de questionnements dans le public. La séance s’est terminée sur la nécessité de poursuivre les échanges autour des méthodes mentionnées lors de l’intervention de William Berthomière.

La prochaine séance se déroulera le 21 Février 2013

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

La diaspora haïtienne

VIENT DE PARAITRE

La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux / Cédric AUDEBERT

Presses Universitaires de Rennes, 194 p. (Géographie sociale)

ISBN 978-2-7535-2090-5

Dans quelle mesure la société haïtienne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire-t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Cédric Audebert répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants dans toute leur complexité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la diaspora comme un élément incontournable des mutations de la société d’origine [Editeur].

SOMMAIRE

  • Introduction
  • Le contexte historique de la migration haïtienne
  • Le traitement politique de la migration haïtienne
  • Géodynamique des réseaux migratoires haïtiens
  • Polarisation urbaine et hiérarchies spatiales en diaspora
  • Territoires circulatoires et réseaux diasporiques
  • Dynamiques identitaires en diaspora
  • L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti

L’AUTEUR

Cédric Audebert est géographe, chargé de recherche au CNRS. Il est directeur adjoint de l’unité mixte de recherche MIGRINTER (CNRS-université de Poitiers) et ses travaux portent principalement sur les dynamiques socio-spatiales du système migratoire de la Caraïbe. Il a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane, à l’université d’État d’Haïti et à l’université de Poitiers.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website