Archives par mot-clé : migrants

ANR MARGIN – CEE / CITERES / MIGRINTER

Les laboratoires (UMR CNRS) CEE, CITERES et MIGRINTER ont obtenu un financement ANR sur le programme MARG-IN.

MARG-IN : MARGinalisation / INclusion : les effets à moyen et à long terme des politiques de régulation de la pauvreté étrangère sur les populations-cibles : le cas des migrants dits « roms » dans les villes d’Europe occidentale (France, Italie, Espagne). Continuer la lecture de ANR MARGIN – CEE / CITERES / MIGRINTER

Soutenance de thèse – Anne-Laure Counilh – ..Récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou…

Migrinter a le plaisir d’annoncer que Anne-Laure Counilh soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le jeudi 18 décembre 2014, à 14 h dans la salle des Actes de l’UFR Lettres et Langues (bâtiment A3, 1 rue Raymond Cantel), sur le campus de l’Université de Poitiers.

Parcours, Expériences, Projets.


Récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou (Mauritanie)

Membres du jury :

  • Patrick Gonin, Professeur des Universités, Université de Poitiers, Géographe
  • Laurence Ossipow-Wüest, Professeure, Haute École de Travail Social, Genève, Anthropologue
  • Olivier Pliez, Directeur de Recherche, CNRS, Géographe
  • Denis Retaillé, Professeur des Universités, Université Bordeaux III, Géographe
  • Dominique Royoux, Professeur Associé, Université de Poitiers, Géographe

Résumé

À travers les parcours, les expériences et les projets migratoires de migrants ouest-africains rencontrés à Nouadhibou en Mauritanie, cette thèse aborde les problématiques relatives à la construction des mobilités entre aspirations individuelles et réglementations nationales et internationales. Des récits de vie de migrants et des biographies migratoires permettent de reconstruire les parcours complexes des migrants arrivés à Nouadhibou et de comprendre que les expériences et les projets migratoires sont des constructions complexes, hybrides et labiles. La perspective de l’acteur, les analyses interactionnistes et le point de vue de l’autonomie sont replacés dans le contexte de l’évolution générale des politiques migratoires vers plus de restrictions. Cette confrontation entre plusieurs cadres et plusieurs échelles de l’analyse des phénomènes migratoires permet de remettre en question la notion de transit dans sa dimension performative. Cette thèse entend replacer les expériences des migrants ouest-africains en Mauritanie dans une réalité plus « ancrée », plus « incarnée », s’approchant ainsi d’une réflexion sur les inégalités liée à la mondialisation.

Abstract

Between 2005 and 2007, few thousands of African migrants left the West African Coast of  Mauritania, particularly from the small harbour town of Nouadhibou and accosted the Canary Islands. Nowadays, as migration politics tend towards more and more restrictions, Nouadhibou has soon become the center of an unexpected attention from media and European institutions. Nonetheless, immigration exists in Nouadhibou since the early XXth century, it is still today an attractive place for labour migration and migrants coming to Nouadhibou don’t only leave to the Canary Islands. Considering that migrants are forced to stay in a place that is not their final destination, International institutions and States called this phenomenon « transit migration ». Our aim is to shed the light on the blurred and politicized concept of transit. Questioning closely the notions of itineraries, experiences and projects led us to deepen our understanding of mobility in the context of a restrictive legal and policy framework. Long-term field and ethnographic methods such as narrative biography and life histories allow us to consider the experience of mobility as a threshold. Finally we try to understand the impact of blurred motilities on the local society in Nouadhibou, a way of examining globalization dynamics impacts in local places.

Keywords: migrations, migrants, itineraries, experiences, projects, protracted transience,
Mauritania, Nouadhibou


L’urbanité des marges

VIENT DE PARAITRE

L’urbanité des marges : migrants et réfugiés dans les villes du Proche-Orient. – Paris : Téraèdre, 2012. – 335 p. (Un lointain si proche)
ISBN 978-2-36085-022-8

Recension sur France Culture par Jacques Munier dans « L’Essai et la revue du jour« 

Note de lecture sur le site nonfiction.fr

-o-

Cet ouvrage collectif est dirigé par Kamel Doraï et Nicolas Puig. Il contient des textes de Michel Agier, Jalal Al Husseini, Sari Hanafi, Taylor Long, Myriam Ababsa, Khadija Fadhel, Lamia Missaoui, Alain Tarrius, Agnès Deboulet, Julien Bret, Marie-Antoinette Hily, Sylvaine Bulle, Daniel Meier et Armanda Dias.

 -o-

Dans cet ouvrage qui vient de paraître, les marges renvoient à la faible légitimité des habitants à partager l’espace urbain et à accéder à la citoyenneté : ainsi, les auteurs s’interrogent sur les formes de participation de ces habitants aux organisations urbaines.

Ces populations, migrants, réfugiés et relégués, à l’écart ou en périphérie, parfois dans le centre mais dans des lieux « insecures » (immeubles squattés…), sont stigmatisés, marginalisés… Cependant, elles se construisent des familiarités avec les lieux et les gens, elles transforment le monde urbain, elles recomposent les territoires de la ville, elles imaginent de nouvelles pratiques urbaines.

Ici, la ville est au Proche-Orient, au Liban, en Syrie, en Jordanie ou en Palestine…. mais elle pourrait très bien être ailleurs, et même tout près de nous : les descriptions et les analyses sont tout à fait transposables. Et c’est tout le sens de la collection « Un lointain si proche ».

SOMMAIRE

Introduction : insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient (Nicolas Puig & Kamel Doraï)

première partie. La gouvernance des camps palestiniens et de leurs extensions : l’aménagement au risque de la symbolique des espaces
préambule : temps, espace et politique (Michel Agier)
chapitre 1 : les camps de réfugiés palestiniens, soixante ans après (Jalal Al Husseini)
chapitre 2 : gouvernance, gouvernementalité et état d’exception dans les camps de réfugiés au Liban (Sari Hanafi & Taylor Long)
chapitre 3 : la gestion des quartiers informels en Jordanie (Myriam Ababsa)
chapitre 4 : le camp de Jaramana : un espace marginal au coeur de l’agglomération damascène (Khadija Fadhel)

deuxième partie. Socialités migrantes
Préambule : quelques étapes urbaines des transmigrant(e)s en Europe (Lamia Missaoui & Alain Tarrius)
chapitre 5 : impasses résidentielles et citoyennetés en berne : migrants internationaux à Beyrouth (Agnès Deboulet)
chapitre 6 : le jour des migrants. pratiques dominicales des migrants non arabes à Beyrouth (Julien Bret)
chapitre 7 : migrants et « établis » dans une banlieue de Beyrouth (Marie-Antoinette Hily)

troisième partie. Frontières spatiales, frontières intimes
Préambule : l’horizon de la migration comme expérience de soi et comme plan de vie (Sylvaine Bulle)
chapitre 8 : ville intimes. expériences urbaines des réfugiés palestiniens au Liban (Nicolas Puig)
chapitre 9 : les Irakiens à Damas : dynamiques migratoires et nouvelles pratiques de la ville (Kamel Doraï)
chapitre 10 : les marges identitaires chez les couples libano-palestiniens à Beyrouth et au Sud : une comparaison (Daniel Meier)
chapitre 11 : les résistances imagées ; icônes politiques dans deux espaces urbains à la marge (Amanda Dias)

Mise en Perspective : un Orient plus proche qu’il n’y paraît (Marie-Antoinette Hily)

Avec le concours de l’IFPO

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website