Archives par mot-clé : méthodologie

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Séminaire Sources et méthodes – 21 janvier 10-13 h.

Jeudi 21 janvier (10h-13h) – Salle des conseils MSHS Poitiers

Séminaire – Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline Bergeon, Anouche Kunth, David Lessault

Un siècle d’histoire urbaine de l’agglomération parisienne à travers les enquêtes de l’INED

Intervenants : Catherine Bonvalet, Arnaud Bringé, Christophe Imbert

Discutante : Françoise Dureau

Cette séance a pour objectif d’étudier les transformations urbaines à travers l’analyse des comportements de mobilité des Franciliens nés entre 1900 et 1950. Pour cela, nous avons mobilisé les enquêtes anciennes de l’INED : l’enquête Peuplement de Paris de 1961 (générations 1901-1911), l’enquête Triple Biographie (3B) de 1981 (générations 1911-1935), l’enquête Peuplement et Dépeuplement de Paris (PDP) de 1986 (générations 1926-1935) et l’enquête Biographies et Entourage de 2001 (générations 1930-1950). Elles comportent toutes des questions sur les différents lieux habités depuis l’enfance (Peuplement de Paris, Biographie et Entourage), à partir de 14 ans (Enquête 3B) ou de la décohabitation (Enquête PDP). A partir des recensements de 1936 à 1999 et de ces quatre enquêtes de l’INED, on peut suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et étudier comment la répartition de ces générations dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. L’analyse quantitative de près de 7500 trajectoires géographiques croisée avec l’analyse de plus de 300 entretiens réalisés depuis 1986 permettra de restituer la dynamique urbaine telle que l’ont vécue, subie, accompagnée, initiée les habitants de la région parisienne. Les générations nées avant et pendant la guerre ainsi que les premiers baby-boomers sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue, puis à la maison individuelle en petite ou grande couronne. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1900-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXème siècle qu’ils ont connue enfants et la société hypermoderne de la fin du XXème siècle à l’avènement de laquelle les baby-boomers ont contribué (Ascher, 2005, Bonvalet et Ogg 2009).

Pour plus d’information sur les travaux conduits à l’INED, consulter le site : http://www.ined.fr

Programme du séminaire sources et méthodes

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 4ème cycle – 2015/2016

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

17 décembre 2015 – 9h30/13h –  Lieu : Salle : 12 (département de géographie) :

  • Claire LEVY-VROELANT (Professeure de sociologie Université Paris 8 – accueillie en délégation à l’INED)
  • Yannick HENRIO (Doctorant en sociologie Université Paris 8 – UMR LAVUE), « Trajectoires de familles précaires : Comment constituer et utiliser des données statistiques non-officielles ? ».
  • Discutante : Marie CHABROL (Géographe, Maître de conférences à l’Université Picardie-Jules Verne).

 

 21 janvier 2016 – 10h/13h – Lieu : Salle des conseils :

  • Catherine BONVALET et
  • Arnaud BRINGE, INED-Paris , (Titre provisoire) « Comment reconstituer le peuplement de Paris à partir d’une série d’enquêtes de l’INED ? ». 
  • Discutante : Françoise DUREAU (géographe, UMR MIGRINTER).

 

18 février 2016 – 10h00/13h – Lieu : Salle des conseils

  • Alain BLUM, Historien et démographe, INED/EHESS, « Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches ».
  • Discutante : Anouche KUNTH, Historienne, MIGRINTER

 

 17 mars 2016– 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua:

  • Hamidou DIA, Socio-anthropologue, CEPED-Paris, « Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal : socio-anthropologie d’un village multi-situé ».
  • Discutant : Célio SIERRA-PEYCHA, Doctorant MIGRINTER.

 

19 mai 2016 – 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua

  • Marie CHABROL (Maître de conférences en géographie à l’Université Picardie-Jules Verne),
  • Sylvaine CONORD (Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et
  • Caroline ROZENHOLC (Maître-assistante associée à l’ENSAPVS), « Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne : approche par le matériau photographique ».

 

2e séminaire annuel du réseau Migrations – Poitiers 16/17 juin 2015

L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs 

The migratory experience: speech and methodologies

IIe séminaire annuel du réseau Migrations
2nd annual seminar of the Migrations Network
RÉSUMÉ
Nous aborderons lors de ce séminaire annuel l’expérience migratoire aux prismes de la parole des premiers concernés et des dispositifs qui la façonnent, au cours de deux journées ainsi rassemblées sous la thématique « L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs ». Ces deux journées seront en partie dédiées à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le réseau depuis juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.
ANNONCE

Présentation

Pour son deuxième séminaire annuel, le réseau Migrations invite tout.e jeune chercheur.e dont les travaux s’intéressent aux thématiques migratoires, à venir faire connaissance, s’exprimer, partager ses idées et présenter une partie de ses recherches dans le cadre d’une double journée sur la thématique ci-après développée.
Le réseau Migrations existe depuis Juin 2014 et entend rassembler les jeunes chercheur.e.s dont les travaux placent la question des migrations au cœur de leurs préoccupations. Incluant des doctorant.e.s, des étudiant.e.s en Master, des post-doctorant.e.s et des chercheur.e.s non-titulaires, il a vocation à leur offrir un espace transdisciplinaire, professionnel comme informel, d’échange, d’entraide et de réflexion, et à servir de plateforme pour promouvoir leurs recherches, notamment dans le contexte d’événements scientifiques organisés à ces desseins.
Cet appel à contribution s’adresse ainsi aux doctorant.e.s et post-doctorant.e.s travaillant sur les migrations internationales. Toutes les propositions de communication traitant des migrations, sous un angle géographique, sociologique, anthropologique, historique, politique, économique, démographique ou littéraire seront examinées.
Informations sur le réseau : http://reseaumig.hypotheses.org/

Programme prévisionnel et argumentaire général

16 juin 2015 : «Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire »
17 juin 2015 « Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire », vie du réseau et clôture du séminaire »
Ce séminaire s’envisage comme une réflexion au carrefour de deux questions: comment produire des connaissances scientifiques à partir du recueil de récits d’expérience migratoire d’une part et d’autre part, à partir de l’étude des réseaux de significations auxquels renvoient les cadres de réalisation de cette expérience ? Comment définir l’expérience migratoire ? Comment en rendre compte ? Quels sont les rapports entre l’expérience migratoire d’un individu et ses autres formes d’expérience de vie ? En quoi les conditions de réalisation de l’expérience participent-t-elles du façonnement de cette dernière et des interprétations qui en résultent ?
Il s’agit ici de restituer la parole aux acteurs et de considérer la migration en tant qu’une « expérience » de soi, d’autrui et du monde. Les cadres institutionnels et/ou symboliques contribuent à orienter les conditions de réalisation de cette expérience et ses logiques d’interprétation. Aussi, tenter d’appréhender l’expérience migratoire des individus engage le chercheur à entrer vis-à-vis de son objet dans une posture compréhensive. Selon sa démarche, il peut s’intéresser à l’étude des environnements sociohistoriques dans lesquels s’inscrit l’individu, aux structures et/ou aux circonstances situationnelles susceptibles d’en déterminer les dynamiques mobilitaires, ou encore, aux représentations sociales qui sous-tendent l’agir de l’individu.
De la parole des individus à l’analyse des cadres depuis lesquels se pensent et s’opèrent les migrations, c’est dans les embranchements et les intrications de ces perspectives de recherche que nous voulons interroger les processus qui donnent forme à l’ « expérience migratoire ».

Première journée

Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire

Cette première journée s’intéressera à considérer la diversité des parcours et des trajectoires de candidats à la migration, migrants, et immigrés à partir de la parole des premiers concernés : comment saisir à travers les récits de soi et les trajectoires biographiques racontées, ce que recouvre le terme d’  « expérience migratoire » ? C’est une expression dont nous faisons un grand usage dans nos recherches et qui se restreint souvent à une succession d’étapes. Alors que, toutefois, l’analyse des discours des enquêtés en vue de saisir ce que l’individu tient pour vrai peut grandement éclairer ce que nous entendons par « expérience migratoire ». Aussi, il s’agira également de considérer comment le chercheur doit-il s’interroger pour formuler, à partir de la parole des migrants, des interprétations rigoureuses susceptibles d’être tenues pour justes et possibles. Dans son effort de compréhension, l’enquêteur devra chercher à quitter, en partie, son monde de langages pour entrer dans celui de l’enquêté. C’est à partir de ce renversement que peut s’ouvrir une démarche de recherche, dans laquelle le récit devient le lieu même où se construit la connaissance de l’existence humaine en général et celle de l’expérience migratoire, pour ce qui nous intéresse plus particulièrement.
Pour cette première journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches la parole de celles et ceux qui vivent l’expérience de la migration, quel que soit leur statut, les formes du déplacement envisagé, effectué ou en cours. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des parcours et des expériences mais aussi des méthodes de recherche susceptibles d’être au plus près de ces expériences telles que vécues. 

Deuxième journée

Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire

Les migrations se vivent dans le monde, mais que faut-il comprendre par « le monde »? S’agit-il du monde tel qu’on le vit et tel qu’on l’éprouve ? Du monde tel qu’on le dit et se le représente ? Comment le chercheur peut-il considérer les cadres d’existence à partir desquels se réalise et se déploie l’expérience migratoire ? Quels sont ces cadres ? Les situations de guerre et de terrorisme, le réchauffement climatique, les drames écologiques, l’endettement et le chômage de masse constituent aujourd’hui autant de cadres de configuration qui façonnent l’expérience de la migration et de la mobilité plus généralement. C’est également au prisme de ces cadres que nous pouvons alors revenir à une question primordiale : qui fait l’expérience de la migration ? Le jeune candidat au départ mais contraint à la fixation, ne pouvant obtenir un visa, n’en fait-il pas l’expérience? Au regard des représentations sociales dont il peut être l’objet, un ancien immigré de retour dans son pays d’origine fait-il encore l’expérience de la migration ? Les déplacés forcés font-ils de la migration une « expérience » ? Ces questionnements ont en commun d’interroger également l’ « expérience migratoire ».
Pour cette deuxième journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches les cadres (politiques, économiques, sociaux etc.) de réalisation de l’expérience migratoire. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des contraintes et des influences de ces cadres sur les parcours et les expériences migratoires, mais aussi au regard des représentations sociales de la migration, à l’origine desquelles peuvent être ces dispositifs. 

La Session Poster : des communications orales aux communications murales

En plus des présentations orales, une salle sera mise à disposition pour une exposition de posters tout au long de ces deux journées. Cette initiative a pour objectifs de favoriser le partage des connaissances scientifiques mais aussi de valoriser les pratiques et les expériences dans le champ d’étude des migrations. La session posters permettra alors de restituer la diversité des approches méthodologiques, des outils de recherche mobilisés et des résultats obtenus par de jeunes chercheur.e.s sous une forme illustrée. Par ailleurs, elle ouvre la possibilité de faire connaître et de valoriser une pluralité de recherches doctorales en cours, dans l’objectif de constituer et d’élargir le réseau des jeunes chercheur.e.s étudiant dans le domaine des migrations. Tou.te.s les intéressé.s peuvent y participer, sans obligation de présenter une communication dans le cadre du séminaire. Une inauguration suivie d’une présentation des travaux par leurs auteur.e.s au public sera prévue dans le programme définitif du séminaire. La présence des auteur.e.s est donc requise. Le format de présentation est une affiche 80 cm x 100 cm ou A0 (verticale ou horizontale).

Consignes de proposition de communication

Pour proposer une intervention, la personne souhaitant communiquer devra faire parvenir, en un seul fichier pdf, au comité d’organisation du séminaire
  •  le thème de la journée retenu pour intervenir (journée 1 ou 2)
  •  le titre de la proposition
  •  le type de communication (communication classique ou poster)
  •  un résumé de 500 mots maximum de la proposition de communication
  •  un CV (comprenant nom, prénom, coordonnées précises, statut, organisme d’affiliation, adresse, numéro de téléphone, adresse mél et intérêts de recherche)
La date limite de soumission des propositions est au

20 avril 2015 inclus.

Les résultats de la sélection seront indiqués à partir du  27 avril 2015, après réunion du comité d’organisation du séminaire.
Pour les personnes qui interviendront lors des deux journées sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. 

Comité scientifique

  • Amanda DA SILVA, Université de Liège (ISHS / CEDEM)
  • Mike GADRAS, Université Paris 13 Sorbonne Paris cité (EXPERICE)
  • Cécile GIRAUD, Université Catholique de Louvain (Centre d’Étude du Développement)
  • Hicham JAMID, Université Ibn Zohr d’Agadir (LEMASE) et CNAM Paris (LISE)
  • Josepha MILAZZO, Université d’Aix-Marseille (TELEMME) et Université Autonome de Barcelone (Grup de Recerca sobre Migracions)
  • Kelly POULET, Université de Picardie Jules Verne (CURAPP-ESS)
  • David VIGNERON, Université de Rouen (IDEES / GRIP)

Comité logistique :

  • Lucie BACON, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Martine BROUILLETTE, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Fanny CHRISTOU, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université Américaine de Beyrouth et Sciences Po Paris (CERI)
  • Amandine DESILLE, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université de Tel Aviv (School of Geography and Human Environment)
  • Eleonora GUADAGNO, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Zhipeng LI, Université de Poitiers (MIGRINTER)

Voir aussi l’annonce sur le site du réseau Migrations (http://reseaumig.hypotheses.org/277) et sur calenda (http://calenda.org/324085)

 

Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises

Le 19 mars 2015, s’est tenue une session du séminaire « Sources et Méthodes » du laboratoire Migrinter. Pierre PISTRE était invité à présenter ses travaux autour du thème « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Post-doctorant à l’IFSTARR-AME-DEST (l’Institut Français des Sciences et Technologie des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux) et chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités, il a réalisé sa thèse sur le renouveau démographique des campagnes françaises. Il travaille actuellement sur un programme de recherche PREDIT portant sur « La face cachée de la dynamique de la mobilité : rôle des zones peu denses dans l’évolution à long terme des territoires et de la mobilité ».

Issue des résultats de sa recherche doctorale, son intervention entend interroger le renouveau des campagnes françaises sous l’angle de la pluralité des processus, des territoires en jeu et des acteurs impliqués. Ses recherches s’appuient sur le parti-pris suivant : considérer les campagnes et leurs dynamiques sociodémographiques avec un regard décalé, nonurbano-centré, en soulevant notamment l’hypothèse de reprises démographiques au-delà de la proche influence urbaine.

Son analyse repose en majorité sur des sources quantitatives. A partir de l’exploitation de données de recensement à l’échelle des bassins de vie, il propose une typologie des campagnes françaises en 6 classes : les campagnes des villes, parmi lesquelles il distingue les campagnes aisées et attractives de longue date des campagnes jeunes et en voie de périurbanisation ; les campagnes productives, au sein desquelles on compte les bassins de vie à dominante ouvrière et industrielles et les campagnes vieillies et agricoles ; les campagnes présentielles, parmi lesquelles, on distingue celles à attractivité résidentielle et touristique de celles à économie touristique, littorale ou montagnarde.

Cette approche typologique envisage donc le « rural » non pas comme un résidu de l’urbain, mais comme un ensemble d’attributs « positifs » spécifiques au monde rural. En complément de cette typologie obtenue à partir de données statistiques, P. Pistre a réalisé trois terrains d’enquête au sein de communautés de communes du sud de la France : en Haute-Vienne, en Haute-Provenance et dans le Haut-Languedoc.

Sa présentation est composée de deux parties : dans un premier temps, il est question des « migrations résidentielles », c’est-à-dire des transferts de population d’un lieu à l’autre, observés à partir d’un point de vue macro. Cette partie s’appuie en effet sur les données agrégées des migrations et sur les caractéristiques des migrants à partir des recensements. Le constat tiré de l’analyse des taux d’accroissement de la population des différents types de bassins de vie ruraux depuis 1968 est celui d’une tendance à une généralisation de la croissance de la population en dessous de 1,5% de croissance annuelle. Mais cette tendance reflète plutôt un tassement après que les différents types de campagnes aient connu des évolutions démographiques contrastées, parmi lesquelles on retiendra notamment le ralentissement de l’accroissement des campagnes des villes et la reprise démographique des campagnes productives dans les années 2000. Selon P. Pistre, ces croissances démographiques sont davantage portées par l’apport migratoire que par le mouvement naturel. L’observation conjuguée de la dynamique naturelle et de la dynamique migratoire permettent d’ailleurs d’identifier quatre états par lesquels sont passées les campagnes françaises depuis les années 1960 : crise (solde naturel négatif et solde migratoire positif), exode (solde naturel positif et solde migratoire négatif), reprise (solde naturel négatif et solde migratoire positif) et revitalisation (solde naturel positif et solde migratoire positif). Il apparait que les campagnes des villes sont « revitalisées » depuis longtemps, que les campagnes résidentielles sont en reprise depuis les années 1970 ; que certaines campagnes productives sont encore marquées par l’exode dans les périodes les plus récentes. L’analyse des échanges migratoires urbain/rural montre de surcroît un rapport favorable aux campagnes des villes et aux campagnes résidentielles en 2007. Seules les campagnes productives en majorité ouvrières et industrielles envoient plus de migrants vers les bassins de vie à dominante urbaine qu’elles n’en reçoivent. Ce renouveau des campagnes s’appuie notamment sur la migration des retraités, de professions intermédiaires mais aussi d’étrangers, parmi lesquels les Britanniques sont les plus nombreux. Ces derniers sont caractérisés par une diversité de profils sociaux qu’on ne leur prête pas habituellement.

La seconde partie de la présentation, intitulée « mobilités résidentielles », privilégie une approche plus micro-individuelle du renouveau rural, dans laquelle il s’agit notamment de resituer les étapes résidentielles en campagne françaiseau sein des parcours biographiques des individus. Trois dimensions ont été abordées : les migrations de « retour au pays », les motivations à l’installation dans les campagnes françaises et la place del’étape résidentielle à la campagne dans le cycle de vie. P. Pistre évalue le poids des « retours » des personnes, nées dans les communes rurales après une étape résidentielle en milieu urbain, à hauteur de 5% des migrations résidentielles vers ces communes. Ces migrations de retour semblent affecter certaines régions en particulier, mais ne sont pas généralisées à l’ensemble des bassins de vie ruraux. Les discours des migrants d’origine urbaine semblent structurés par des oppositions entre des villes aux nombreux « maux » et des campagnes « tranquilles », « espaces de nature » mais en pratique, l’articulation urbain/rural se fait plutôt sur le mode de la complémentarité et les individus sont mus par la recherche d’un entre-deux-spatial idéal.

La présentation de PierrePistre a été nourrie par une richesse de productions graphiques et cartographiques que l’intervenant s’est efforcé de rendre accessible et compréhensible au public. Cette présentation a été par exemple l’occasion de faire le point sur les différentes prises en compte de la migration grâce à la statistique publique française : migrants « durée de vie », migrants à cinq ans et migrants à un an dans les derniers recensements rénovés. On retiendra également les représentations de trajectoires en « coulées » à l’aide du paquetSLIDER du logiciel R. Dans ces représentations graphiques très parlantes, l’axe des abscisses représente le temps tandis que les graduations de l’axe des ordonnées représentent les différents états par lesquels passent les individus statistiques, qu’il s’agisse de lieux (les bassins de vie) ou de personnes (les migrants).

Le séminaire s’est poursuivi par l’intervention de Camille HOCHEDEZ, Maître de conférences à l’Université de Poitiers et membre du laboratoire Ruralités. Après avoir rappelé l’ancienneté des reprises démographiques du monde rural à l’échelle européenne, C. Hochedez insiste particulièrement sur le changement de regard récent porté sur le monde rural et qui en fait aujourd’hui un espace d’innovations, de modernité. Les dynamiques et processus en jeu au sein d’espaces devenus « multifonctionnels » réclament, selon elle, une plus grande attention des chercheurs. Parmi les multiples thèmes évoqués, le lien entre les dynamiques migratoires et la précarité en milieu rural reste peu exploré alors qu’il a fait l’objet de nombreuses recherches sur la ville ou en milieu périurbain. C’est, ce qui a incité récemment C. Hochedez à engager des travaux croisant les dynamiques migratoires et agricoles dans le cadre d’un projet portant sur les « agricultures ethniques » dans le Nord de la région parisienne.

Liens vers les travaux de Pierre Pistre :

Thèse

  • Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Geographie. Université Paris-Diderot – Paris VII, 2012. <tel-00764869>
  • Voir aussi le carnet de soutenance

Séminaire « Sources et Méthodes » – 22 janvier

Séminaire MIGRINTER
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les migrants (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.).
Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et Méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir à la migration par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique. 

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

La première séance du séminaire « Sources et Méthodes » accueillera, ce jeudi 22 janvier de 10h à 13h en salle Gargantua, Céline Bergeon (MCF Université de Poitiers).
Elle interviendra sur le thème : « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux »
Son intervention sera discutée par Djemila Zeneidi (ADES-CNRS).

 

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires sources et méthodes 2015

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 3ème cycle 2015

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

OBJECTIFS
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

PROGRAMME 2015

Dans le prolongement des premières interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C. Belkhodja), puis du second cycle de séminaires (Yann Scioldo-Zurcher, Nicolas Robette, Véronique Petit, Anouche Kunth), un nouveau programme est proposé :

22 janvier 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Poitiers. « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux » Discutant : Djemila ZENEIDI, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 février 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Séance « Regards croisés » : Laurent VIDAL, Historien, Professeur, Université de la Rochelle & Chowra MAKAREMI, Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, IRIS-EHESS. « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Discutante : Bénédicte MICHALON, Géographe, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 mars 2015 – 10h30/13h : Salle : Gargantua

Pierre PISTRE, Géographe post-doctorant à l’IFSTTAR-AME-DEST et chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités (Paris) : « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Discutant : Camille HOCHEDEZ, Géographe Maître de conférences à l’Université de Poitiers

21 mai 2015 – 10h/13h : Salle à déterminer

Thomas PFIRSCH et Hadrien DUBUCS, Géographes, Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et de Paris-Sorbonne, « Enquêtes sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Approche par générations et réseaux familiaux ». Discutante : Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Potiers, et David LESSAULT, Géographe, Chargé de recherche au CNRS, MIGRINTER.

Résumé du séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations »

Dans le cadre du lancement d’un réseau national pour les jeunes chercheurs travaillant sur les migrations internationales, le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers a organisé le premier évènement du réseau les 23 et 24 juin 2014 : le séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations ». Ce séminaire a été organisé grâce au soutien financier du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et au programme européen Marie Curie – Integrim, avec le soutien institutionnel du CNRS.

Lors de l’ouverture du séminaire, Cédric Audebert, a réitéré l’engagement historique de Migrinter dans des réseaux nationaux et internationaux. Le laboratoire s’engage à soutenir les jeunes chercheurs qui souhaiteraient se joindre au réseau, à apporter une aide à l’organisation d’évènements annuels et encourage les membres du réseau à profiter des outils de valorisation de la recherche déjà mis en place à Migrinter.

Séminaire doctoral du laboratoire Migrinter

Après cette entrée en matière enthousiaste et encourageante, la première journée a débuté avec cinq présentations sur le thème « comprendre les phénomènes migratoires actuels: le choix des outils théoriques ».
« Les autochtones et l’immigration au Canada, du colonialisme au néolibéralisme ». Hélène Pellerin, Professeure de sciences politiques à l’Université d’Ottawa au Canada, investit un champ de la recherche encore balbutiant: la relation entre les autochtones et les immigrés au Canada. Elle retrace les moments historiques de cette relation et s’interroge sur les changements induits par la nouvelle gouvernance canadienne.

« Penser l’émigration israélienne en termes de ‘diaspora’: apports et limites d’un emprunt à la mode ». Karine Lamarche, post-doctorante au Laboratoire Sciences Sociales du Politique à Toulouse, s’interroge sur la pertinence du concept de Diaspora pour décrire l’émigration israélienne en France et en Allemagne.

« Le choix des notions de trajectoire et bifurcation pour comprendre la migration d’étudiants ». Carolina Pinto, post-doctorante à l’Université du Chili, explore les notions de ‘trajectoire’ et de ‘bifurcation’ pour repenser la reconstruction du projet migratoire des étudiants colombiens et chiliens réalisant leurs études supérieures à Paris, New York et Boston.

« Les sources du quotidien en exil. Vers une relecture de la Grande Emigration polonaise de 1831 en France ». Guillaume Valentin, doctorant en histoire à l’EHESS de Paris, nous fait découvrir les ‘oubliés’ de la Grande Emigration polonaise de 1831. À travers les archives de l’époque, il se penche sur la vie de ceux qui ne faisaient pas partie de l’élite intellectuelle et ont été éparpillés à travers la France, ont reconstruit une famille et une carrière.

« Le nomadisme sédentaire. Eloge critique d’un outil d’enquête imposé ». Kelly Poulet, doctorante en socio-anthropologie au laboratoire CURAPP-ESS (UPJV CNRS), remet en cause la dichotomie nomade/sédentaire en dévoilant sa propre expérience de chercheuse autour de ses déplacements entre la France et le Sénégal pour sa recherche portant sur l’expérience des jeunes dakarois.

La journée a continué avec la présentation de cinq posters permettant de varier les interventions. Cinq communicants se sont ainsi pliés à cet exercice avec enthousiasme.

  • Morgane Dujmovic, doctorante au laboratoire TELEMMe, Aix-Marseille, sur le sujet « La gestion des migrations en Croatie : entre transition et enjeux européens »
  • Josepha Milazzo, doctorante au laboratoire TELEMMe, Aix-Marseille, sur le sujet « Variations sur l’échelle d’un concept: mondialisation migratoire et village global ».
  • Laure Sizaire, doctorante en sociologie à l’Université Lyon 2, sur le sujet « Femmes migrantes ou en devenir, le cas de la migration par le mariage à l’heure de la mondialisation ».
  • David Puaud, doctorant à l’EHESS à Paris, sur le sujet « Approche situationnelle et participation-observante ».
  • Ilka Vari-Lavoisier, doctorante à l’ENS à Paris, sur le sujet « Paris-Dakar-Bokidiawé : une aventure collective transnationale. Retour sur l’enquête TIMME (Terrains Interdisciplinaires et Multi-sites : Migrations et Engagements ».

Cette première journée s’est clôturée par le lancement d’un réseau national de jeunes chercheurs travaillant sur les thèmes liés aux migrations internationales. Le compte-rendu de cette discussion est disponible ici CRreseaumig2014. Le réseau est ouvert à tous les jeunes chercheurs qui souhaitent y prendre part. Il prendra forme à travers : l’organisation d’évènements annuels, mais aussi d’ateliers ponctuels durant l’année académique; une plateforme numérique sous la forme de « carnets des jeunes chercheurs » qui condensera les informations relatives aux évènements académiques ayant un lien avec les migrations internationales, mais aussi les activités de publication des membres et plus encore; d’une valorisation de la recherche par la publication des actes du séminaire sur la revue e-migrinter.

 

La deuxième journée a donné lieu à cinq présentations déclinées sur le thème « Quand les méthodes d’enquête font peau neuve ».

Présentation de Job Romero
« L’ethnographie multi-située à l’épreuve d’un groupe migrant disséminé et bien divers: les Latinos-américains en France ». Job Avalos Romero, doctorant en civilisation hispano-américaine au laboratoire FRED à Limoges, a remis en question les outils d’enquête existants face aux difficultés rencontrées lors de sa recherche sur les latinos-américains, un groupe hétérogène disséminé en France. Il présente les apports de l’ethnographie multi-située et son adaptation dans le cadre de sa recherche.

« Recherche biographique et méthodes d’enquête auprès de migrants. Recueillir, interpréter et analyser les données du terrain ». Mike Gadras, doctorant en sciences de l’éducation au laboratoire EXPERICE à Paris Sorbonne, présente les difficultés liées à la collecte de données biographiques d’une population flottante de migrants, vouée à des formes de précarité sociale et économique variables. Face à ces difficultés, il introduit des méthodes de prise de contact et de mise en confiance.

« Présentation d’un signalement de maltraitance évaluée par une enquête sociale dont l’approche ethno-psychiatrique a pu éviter un placement par un juge des enfants ». Annick Doledec, psychologue clinicienne et docteure en psychologie clinique, explore les apports de l’approche ethno-psychiatrique et l’exemplifie au travers un cas de signalement de maltraitance.

« L’analyse statistique textuelle des discours médiatiques de la migration: quels défis pour quelles opportunités? Présentation du cas du traitement des populations de Tuvalu et Kiribati au sein du New Zealand Herald ». Damien Vallot, doctorant en sciences politiques au laboratoire LAM de l’IEP de Bordeaux, a mis en place une méthode d’analyse textuelle d’un corpus d’articles du journal néozélandais, le New Zealand Herald. A travers son analyse, il tente de dévoiler les enjeux liés au traitement des populations de Tuvalu et Kiribati, menacées par le changement climatique.

« La fabrique de l’autonomie à partir de la photographie de terrain chez les Soninkés (Sénégal et France) ». Saliou Diallo, doctorant en histoire à l’Université de Poitiers, expose les clichés qu’il a pris lors de ces déplacements sur le terrain au Sénégal. A travers ces photos, il illustre les pratiques d’autonomie des Soninkés.

Présentation de Damien Vallot

Ces dix présentations ont été discutées à l’issue de chaque session par des chercheurs du laboratoire Migrinter, Cédric Audebert et Olivier Clochard, ainsi que par les doctorants du laboratoire Migrinter, Amandine Desille, Eleonora Guadagno, Colette Le Petitcorps, Mélanie Pénicaud et Sarah Przybyl. Hélène Pellerin a aussi participé à l’animation scientifique de cet événement.

Nous remercions chaleureusement le comité scientifique: Cédric Audebert, Kamel Doraï, Colette Le Petitcorps, Guillaume Le Roux, Mélanie Pénicaud, Sarah Przybyl, Célio Sierra-Paycha; ainsi que le comité d’organisation: Martine Brouillette, Alexandra Brunaud, Amandine Desille, Eleonora Guadagno, Maurad Hamaidi, Zhi Peng Li.

L’équipe des doctorants se réjouit du bon déroulement de ce premier événement qui marque le début d’un travail en réseau. Si vous souhaitez prendre part à notre réseau, veuillez nous contacter réseau.migrations@gmail.com

 

Séminaire sources et méthodes – 2e cycle 2014

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 2ème cycle 2014

Quelles sources et méthodes

pour la recherche sur les migrations ?

 Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

 

RAPPEL DES OBJECTIFS

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation,  mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire serait d’explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations,  qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée permettrait de repenser autrement les migrations et du point de vue théorique c’est la migration comme objet qui sera mise en question.

 2ème CYCLE DE SEMINAIRES 2014

Dans le prolongement des précédentes interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C.Belkhodja), un nouveau cycle de séminaires est proposé :

23 janvier – 10h à 12h30 (Salle : Alienor) : « Histoire sociale des migrations en Israël et des constructions des relations à l’espace  hyérosolomitain, des origines de l’État à nos jours ».

Par Yann Scioldo-Zürcher, Historien, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Ce séminaire consistera en la présentation d’un travail en cours portant sur des travaux de recherche qui, d’une histoire sociale et postcoloniale des migrations, ont évolué vers une approche géohistorique et sociale des formes d’appropriation des espaces par les migrants. En s’émancipant des seules approches politiques, ou géopolitique, cette présentation portant sur l’histoire des migrations en Israël propose de travailler sur le « temps des migrants », sur leurs façons d’appréhender une nouvelle géographie nationale et in fine, de mettre au jour les temps individuel et migratoires qui sont, évidemment, distincts du temps politique. En se reposant sur des analyses sérielles inédites et sur des pratiques méthodologiques issues de la démographie et de la géographie sociale, cette étude propose de renouveler en profondeur nos savoirs empiriques et nos méthodes de recherche en histoire du temps présent. En d’autres termes, ce projet de recherche propose d’étudier une histoire comparée des migrations, en lien avec une histoire sociale des relations aux espaces de la société d’accueil. Face à la diversité des migrations, comment se sont construites les appropriations du territoire, les rapports à l’espace public pour des personnes en situation migratoire ? Il s’agira de montrer comment l’histoire des rapports aux lieux permet de comprendre la façon avec laquelle la société israélienne s’est structurée et régulée en opposition avec l’idée selon laquelle elle ne serait qu’un « espace clos de l’entre-soi », marqué par les conflits et les défiances multiples.

Biblio :

Abecassis F., en collaboration avec Jean-François Faü, « Les Juifs dans le monde musulman à l’âge des nations (1840-1945) » et « Le monde musulman : effacement de communautés juives et nouvelles diasporas (1945-2006) » in, Les Juifs dans l’histoire, Antoine Germa, Benjamin Lellouch et Evelyne Patlagean, Editions Champ-Vallon (à paraître).

Augier J., In Jérusalem, portait, Arles, Actes Sud, 2013.

Chétrit S., The Mizrahi Struggle in Israel: 1948-2003, Am-Oved / Ofakim Series, 2004 (en

Dieckhoff A. (ed.), Handbook of modern Israel, London, Routledge, 2013.

Leclerc-Olive M., « Entre mémoire et expérience, le passé qui insiste. Comment dans d’autres cultures, en Afrique, en Amérique-Latine, se négocie aujourd’hui la tension entre mémoire et expérience », Projet, 2003/1, n°273, p. 96-104.

Lemire V., Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles, Paris, Armand Colin, 2013.

Robinson I., Translating a Tradition: Studies in American Jewish History, Boston, Academic Studies Press, 2008.

Tsur Y., « « L’exode de Fes », Sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc » in Abécassis F., Dirèche K., Aouad R., La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, XV°-XX° siècles, Casablanca, La croisée des chemins, Vol. 2, pp. 9-19 ;  Jews among Muslims in the outset of the Era of Reform, The Open University Press, Tel-Aviv, 2003 (en hébreu).

Tsur Y., A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism 1943-1954, Am Oved, Tel-Aviv, 2001.

 

A SUIVRE…

 20 mars – 10h à 13h (Salle : Alienor)

« Les migrations internationales et la santé mentale au Sénégal : enquêter dans les services psychiatriques »

Par Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Cécile Canut (à confirmer), Linguiste, Professeur des Universités (CEPED)

 

22 mai de 10h à 13h (Salle Gargantua)

« Approche typologique des trajectoires : un exemple sur la différenciation sociale des séquences biographiques des jeunes adultes en France »

Par Nicolas Robette, Démographe, Maître de conférences (UVSQ-Laboratoire PRINTEMPS)

Discutant : Christophe Imbert, Géographe, Maître de Conférences (MIGRINTER-Poitiers)

 

19 juin de 14h à 17h (Salle : Gargantua)

« Pour une histoire oblique de l’exil arménien »

Par Anouche Kunth, Historienne, Post-doctorante (MIGRINTER-Poitiers)

Discutant : Kamel Doraï, Géographe, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Les médias font-ils les révolutions ?

VIENT DE PARAITRE

-o-

Sous la direction de Fathallah Daghmi, Farid Toumi, Abderrahmane Amsidder, les éditions L’Harmattan viennent d’éditer dans la collection « Communication et civilisation » un ouvrage intitulé : LES MÉDIAS FONT-ILS LES RÉVOLUTIONS ? Regards critiques sur les soulèvements arabes.

Cet ouvrage apporte un éclairage sur les révoltes arabes au prisme des technologies de l’information et de la communication. Il s’interroge sur l’expression « révolution 2.0 » et sur l’idée que les médias pourraient permettre aux citoyens de renverser les tyrans…

Continuer la lecture de Les médias font-ils les révolutions ?

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes pour la recherche sur les migrations

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Février 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Gargantua)

Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL

Du droit aux sources juridiques : relecture de l’histoire des migrations internationales en longue durée (XVIIIe-XXe siècles)

(Discutants : Emmanuel Ma Mung et Yann Scioldo-Zürcher)

Cette intervention, fondée sur nos recherches récentes, présentera les enjeux liés à la caractérisation juridique de la mobilité internationale et des populations migrantes. Ce qui conduira à aborder la question des catégorisations et des contrôles, mais aussi à analyser la création de formes spécifiques de protection (liées notamment au droit des personnes ou aux droits sociaux).

Pour étayer ces perspectives, et à partir d’exemples pris dans plusieurs pays, nous accorderons une large place à la présentation des différents types de sources produites par les dispositifs internationaux ou juridiques concernés par les migrations, ou créés spécifiquement à destination des populations migrantes.

Caroline Douki
Département d’histoire, Université Paris 8
UMR 8533 IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie)
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
Paul-André Rosental
IEP-Paris / Sciences Po.
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
et chercheur associé à Institut National d’Études Démographiques (INED).

Bibliographie

  • Caroline DOUKI, David FELDMAN Paul-André ROSENTAL, “ Pour une histoire relationnelle du ministère du Travail en France, en Italie et au Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres : le transnational, le bilatéral et l’interministériel en matière de politique migratoire ”, in Alain CHATRIOT, Odile JOIN-LAMBERT et Vincent VIET (éd.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 143-159.
  • Paul-André ROSENTAL, « Géopolitique et État-Providence : le Bureau International du Travail et la politique mondiale des migrations dans l’entre-deux-guerres », Annales. Histoire et sciences sociales, 2006, 1,
  • Paul-André ROSENTAL, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire et sciences sociales, 2011-2, p. 335-373.
  • Caroline DOUKI, « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle », Annales. Histoire et sciences sociales, avril-juin 2011-2, p. 375-410.
  • Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL,  « Dosages et contournements des droits des migrants dans un espace international : France, Italie, Tchécoslovaquie, 1900-1940 », in Jean-Paul ZUNIGA (éd.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, EHESS, 2011, p.21-35.
  • Paul-André ROSENTAL, “Civil Status and Identification in 19th Century France: A matter of state control?”,  in Keith BRECKENRIDGE, Simon SZRETER (éd.), Registration and Recognition. Documenting the Person in World History, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 137-165.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFÉRENCE

Le jeudi 17 janvier 2013 à 18h00Raphaëlle Branche, Maître de conférences à l’Université Paris 1 présentera son film  » Palestro, Algérie : histoires d’une embuscade.«  


C’est à la suite de la projection de son film à l’auditorium de l’Espace Mendès France, que Raphaëlle Branche interviendra sur l’adaptation de son ouvrage historique  L’embuscade de Palestro, Algérie 1956 (publié chez Armand Colin en 2010) en un film documentaire. 

Cette séance sera l’occasion d’aborder les questions de méthodes scientifiques et artistiques, dans l’utilisation d’un support tel que le documentaire, mais aussi de revenir sur l’expérience de Raphaëlle Branche dans son processus de transition de son livre historique vers le film. 

 « Palestro, Algérie : histoires d’une embuscade « . Du livre au film : retour sur une expérience.

Raphaëlle Branche – Maître de Conférences (Paris 1)

Auditorium – Espace Mendès France

De 18h00 à 21h00 – Entrée libre

Cet événement est organisée en partenariat avec Migrinter et s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences « Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires » organisé par Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS).

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Si l’on admet qu’il y a une sorte de tendance naturelle (Mead 1932, Ricœur, 1983) ou fréquente, ou pré-moderne (Quignard, 1986) à établir des continuités dans le récit, alors qu’à l’inverse l’expérience semble fragmentée – « Aucun ne fait certain dessain de sa vie, et n’en délibérons qu’à parcelles. […] Nous sommes tous de lopins et d’une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque momant faict son jeu » (Montaigne, 1595) – que fait le chercheur face à ce dilemme ? Comment peut-il rendre compte d’expériences singulières, parfois douloureuses ou paradoxales, dans ses efforts de restituer des « histoires migratoires » à partir de récits irrémédiablement fragmentaires ? Que dire de ses écritures savantes qui se détournent des pointillés, des pauses, des silences ?
Après avoir étudié différentes formes d’écriture (graphiques, historiques, littéraires et cinématographiques) que performent les romans, les textes savants ou les films dont le dessein est de décrire des évènements, des bifurcation, des ruptures etc… ou dit autrement de nous donner une lecture du discontinu, il nous semble fécond d’interroger « l’émotion » comme un savoir, comme un matériau ou une « entrée » pour recevoir et restituer le caractère fragmentaire de l‘expérience migratoire, les interactions avec les situations traversées, les oublis, les moments décisifs, les effets sur les représentations du monde, du temps et de l’espace. Qu’apporte à la compréhension l’étude des relations entre émotion et réception de l’expérience, entre émotion et narration ? Comment les écritures, musicales, filmiques, chorégraphiques, des émotions « affectent-elles » la compréhension des épisodes singuliers que le chercheur contribue à dévoiler ?

25 janvier 2013, 13h. – 17 h. salle Lombart (rez-de-chaussée droite, 96 bd Raspail, Paris 75006) :

« L’émotion et le fragmentaire dans les récits des expériences migratoires ».

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) :

« De la migration : images, temps et émotions ».

22 mars 2013, 13h. – 17 h. salle 4 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Les émotions dans la dynamique des repères temporels biographiques ».

12 avril 2013, 10h.-17h. (Poitiers, MSHS, Salle Mélusine) :

« Migrations. Musiques, images, corps et émotions ».

31 mai 2013, 10h.-17h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Récits de migration : Émotions et espace public ».

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séance du 29 novembre 2012 : Quelles sources et méthodes …?

Extrait du film Smoke (1995) auquel William Berthomière a fait référence lors de son intervention.

Le 29 novembre 2012 s’est ouvert dans les locaux de la MSHS le séminaire intitulé « Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ? » organisé par Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily et David Lessault. Ce séminaire s’attachera au cours de plusieurs séances à revisiter les méthodes de production de données dans le champ d’étude des migrations internationales.

C’est avec l’intervention de William Berthomière intitulée  « Street Geography: réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue » qu’a été inauguré le séminaire. Le premier temps de son exposé a été l’occasion de rappeler son positionnement théorique inspiré notamment des écrits de Jacques Derrida, Georg Simmel ou encore Georges Steiner. William Berthomière a ainsi fait la démonstration de la fécondité des approches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement dans le champ des migrations internationales. C’est en présentant son « empirisme radical » inspiré de la démarche de l’anthropologue Daniel Miller, que William Berthomière a abordé dans un deuxième temps, son intérêt pour l’usage de la photographie et de la vidéo dans ses recherches. Ses travaux s’inspirent et s’inscrivent ainsi au sein des productions et réflexions produites par le réseau Photographier la ville, mais aussi des courants de la Street Sociology ou de la Street Anthropology.

William Berthomière a fait la démonstration de la pertinence de ces nouvelles méthodes en présentant une partie ses recherches de terrain à Neve Sha’anan, quartier sud de Tel-Aviv. À travers ses clichés et vidéos, et en entrant dans la peau du « passant considérable » d’Isaac Jospeh, le chercheur a souhaité rendre compte des indices du processus de mondialisation que la rue donne à voir.

À la suite de son intervention, Isabelle Rigoni a discuté de ces méthodes de récolte de données avec William Berthomière, les échanges ont suscité un certain nombre de questionnements dans le public. La séance s’est terminée sur la nécessité de poursuivre les échanges autour des méthodes mentionnées lors de l’intervention de William Berthomière.

La prochaine séance se déroulera le 21 Février 2013

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Counting Populations, Understanding Societies

VIENT DE PARAITRE

Véronique Petit

Counting Populations, Understanding Societies : Towards a Interpretative Demography

Springer, 2012. – isbn 978-94-007-5045-6

Collection : Demographic Transformation and Socio-Economic Development – 1

The core aim of this book is to determine how anthropology and demography can be used in conjunction in the field of population and development.
The boundaries of demography are not as clearly defined or as stable as one might think, especially in view of the tension between a formal demography centered on the ‘core of procedures and references’ and a more open form of demography, generally referred to as Population Studies.
Many rapprochements, missed opportunities and isolated attempts marked the disciplinary history of anthropology and demography, both disciplines being founded on distinct and highly differentiated traditions and practices. Moreover, the role and the place assigned to epistemology differ significantly in ethnology and demography. Yet, anthropology and demography provide complementary models and research instruments and this book shows that neither discipline can afford to overlook their respective contributions.
Based on research conducted in West Africa over more than twenty years, it is a defense of field demography that makes case for a continuum ranging from the initial conception of fieldwork and research to its effective implementation and to data analysis. Changes in behaviors relating to fertility, poverty or migration cannot be interpreted without invoking the cultural factor at some stage. Representations in their collective and individual dimensions also fit into the extended explanatory space of demography.

Content Level » Research

Keywords » British social anthropology – Comprehensive demography – Demography and governance – Demography to demology – English political arithmetic – Epistemology in demography and anthropology – Ethnology and demography – Fertility, poverty and migration – French anthropology – INED and INSEE – Population studies

Table of contents

  • Chapter 1. EPISTEMOLOGY IN DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY
  • Chapter 2. THE INSTITUTIONALIZATION OF A WILD SCIENCE.
  • Chapter 3. THE CONTOURS OF A SOCIAL SCIENCE
  • Chapter 4. AN OBJECT CALLED POPULATION
  • Chapter 5. DEMOGRAPHY AND ANTHROPOLOGY: A RETURN TO THE ORIGINS
  • Chapter 6. THE PRACTICES OF COMPREHENSIVE DEMOGRAPHY
  • Chapter 7. SOME UNRESOLVED ISSUES
  • APPENDIX. THE CONTEMPORARY ACTORS OF FRENCH DEMOGRAPHY
  • BIBLIOGRAPHY.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website