Archives par mot-clé : Liban

« Au Liban, les bonnes se rebellent » en écho à l’article de Benjamin Barthe

Au cours des quinze dernières années, le Moyen-Orient a vu s’affirmer une nouvelle migration de travail en lien avec l’accroissement de la demande de main-d’œuvre dans les secteurs de l’aide à domicile. Le Liban compte parmi les pays les plus concernés par ces flux migratoires majoritairement composés de femmes et voit depuis plusieurs années être dénoncées les conditions de travail qu’elles doivent affronter. Leur situation est d’autant plus difficile que le système de la kafala ne leur permet pas de changer librement d’employeur quand elles sont confrontées au non-respect de leurs droits. La société civile libanaise se mobilise depuis ces dernières années pour dénoncer ces abus par l’intermédiaire de différentes associations de défense des droits des étrangers largement présentes à Beyrouth où réside une grande part des migrants qui exercent une activité de domestiques au Liban. Fort de ce soutien et pour la première fois, ces migrantes viennent de se mobiliser pour créer leur propre syndicat. « Dimanche 25 janvier, dans une salle de mariage de la banlieue de Beyrouth, 200 d’entre elles, issues des communautés sri-lankaise, philippine, bangladeshie ou encore sénégalaise, ont participé au congrès fondateur de leur organisation » (Benjamin Barthe).

En savoir plus grâce :

À l’article publié par Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant), le 17.02.2015 sur le site du Monde :

http://bit.ly/1FmBY8L

Aux publications disponibles au sein de la base bibliographique de Migrinter  et notamment:

  1. Jureidini, R. (2003). L’échec de la protection de l’État : les domestiques étrangers au Liban. Revue Européenne des Migrations Internationales, 19(3), 95–127.
  1. Bret, J. (2007). Circulations transnationales et travail disqualifié au Moyen-Orient. Les travailleurs non arabes au Liban. Hommes et migrations(1266), 96–108.
  1. Hily, M.-A. (2009). Migrants dans une banlieue beyrouthine. Maghreb-Machrek(199), 61–70.
  1. Deboulet, A., & Hily, M.-A. (2009). Les migrants de Beyrouth : emplois à bon marché et zones refuges. EchoGéo(8).
  1. Dahdah, A. (2010). Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) : le cosmopolitisme beyrouthin en question. Espace, populations, sociétés(2/3), 262–279.

Les Bangladais à Beyrouth : conférence de Nicolas Puig – 16/01/2014 EMF Poitiers

Dans le cadre du cycle de conférences(1) organisées par Yann Scioldo-Zürcher
à l’Espace Mendès-France de Poitiers

Jeudi 16 janvier 2014 à 18 h. 30

Les Bangladais du marché de Sabra à Beyrouth : récit d’une greffe urbaine

Nicolas Puig, anthropologue, chargé de recherches à l’IRD.

Le quartier de Sabra à Beyrouth accueille un marché important regroupant bouchers et vendeurs de fruits et légumes palestiniens, syriens et libanais. Or depuis quelques années, tous les dimanches, jour de forte affluence, des bangladais arrivés en nombre au Liban (ils sont à présent plus de 40000), investissent ce marché avec leurs propres commerces constitués de légumes asiatiques, poissons de rivière, épices, produits de beauté, dvd, etc. Ils installent leurs étals de fortune devant les échoppes et les charrettes à bras des marchands locaux créant des cohabitations inédites dans un lieu déjà saturé, autant par la présence humaine que par les significations. À partir d’une enquête collective dont les différents dispositifs méthodologiques seront détaillés, il s’agira de décrire les modalités de cette greffe urbaine, d’en analyser les effets anthropologiques et, enfin, de considérer comment cette présence questionne, subvertit parfois, les logiques relationnelles locales.

(1) en partenariat  avec MIGRINTER, sur le thème : Les Ateliers des chercheur(e)s : étudier les migrations internationales et les luttes contre les discriminations.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Urbanisation et ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban

Du camp à la ville

Les réfugiés palestiniens du Liban se trouvent aujourd’hui marginalisés dans leur société d’accueil. Leurs spécificités, et l’urgence de trouver une solution durable à leur situation, sont régulièrement soulignées par l’UNRWA [Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient]. Cette communauté cristallise des enjeux géopolitiques tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle de son pays d’accueil. Elle constitue à ce titre un champ d’investigation privilégié pour analyser les rapports entre réfugiés, acteurs politiques et dynamiques spatiales

[Article à lire sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halsh s-00333392/fr/]

Avec une population estimée entre 200 000 et 400 000 individus, les Palestiniens du Liban sont l’une des principales communautés résidant en dehors des frontières de la Palestine du mandat britannique, derrière la Jordanie et à égalité avec la Syrie. La communauté palestinienne qui réside au Liban est aujourd’hui une de celles dont l’avenir est le plus problématique alors que plus de 50% des réfugiés résident toujours dans les camps de l’UNRWA. Ce taux, l’un des plus élevés de la région, est l’un des signes de la précarité de l’installation des Palestiniens au Liban. Les camps de réfugiés, conçus à l’origine comme des structures temporaires, se sont durablement inscrits dans le paysage urbain du Liban, jusqu’à faire partie intégrante des principales agglomérations littorales. La place des camps de réfugiés dans la ville demeure cependant singulière, surtout au Sud-Liban, ou au Nord suite à la destruction du camp de Nahr al Bared, où ils sont soumis à un strict contrôle de l’armée libanaise et où une certaine extra-territorialité demeure. Il convient d’ajouter à cela les contraintes juridiques auxquelles ils sont soumis, qui privent les réfugiés de nombreux droits essentiels comme l’accès au marché du travail. Ils sont aujourd’hui confrontés à une double contrainte : la crise d’un processus de paix qui a longtemps occulté le volet des réfugiés de 1948, et la marginalisation sociopolitique croissante des réfugiés dans leur État d’accueil.

Camp de Mar Elias

Dans le camp de Mar Elias, à la limite sud de la municipalité de Beyrouth, la densification de l’habitat entraîne la construction de nouveaux étages, faits de parpaings et de tôle ondulée.

Des commerces de proximité se développent dans les camps, ici à Mar Elias, parce que la location du local y est moins coûteuse que dans d’autres quartiers de Beyrouth, et que les Palestiniens n’ont pas le droit de travailler hors des limites du camp. La clientèle vient en majeure partie des quartiers alentours. Le pouvoir d’achat des habitants est généralement très faible et seuls les épiceries et les vendeurs de fruits et légumes vivent grâce à la clientèle palestinienne du camp.

Vente d’eau dans le camp de Shatila

D’autres commerces viennent répondre à la carence d’infrastructure dans les camps, où il arrive souvent que l’eau ne soit pas potable. Des vendeurs d’eau filtrée se sont donc installés et approvisionnent le camp, comme ici à Shatila.

Camp de Rashidiyyeh

Les camps du sud Liban, pour la plupart implantés en milieu rural ou à la périphérie des villes, disposent d’espaces plus vastes. On assiste alors moins à l’élévation du bâti qu’à son extension. Des produits de récupération sont utilisés pour créer de nouvelle pièces, qui viennent se greffer sur les habitations datant de la création du camp.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER,

Elles ont également été publiées dans la galerie Flickr de l’IFPO à l’adresse :

http://www.flickr.com/photos/ifpo/sets/72157622562477113/with/4054867445/