Archives par mot-clé : histoire

Séminaire sources et méthodes – 2e cycle 2014

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 2ème cycle 2014

Quelles sources et méthodes

pour la recherche sur les migrations ?

 Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

 

RAPPEL DES OBJECTIFS

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation,  mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire serait d’explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations,  qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée permettrait de repenser autrement les migrations et du point de vue théorique c’est la migration comme objet qui sera mise en question.

 2ème CYCLE DE SEMINAIRES 2014

Dans le prolongement des précédentes interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C.Belkhodja), un nouveau cycle de séminaires est proposé :

23 janvier – 10h à 12h30 (Salle : Alienor) : « Histoire sociale des migrations en Israël et des constructions des relations à l’espace  hyérosolomitain, des origines de l’État à nos jours ».

Par Yann Scioldo-Zürcher, Historien, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Ce séminaire consistera en la présentation d’un travail en cours portant sur des travaux de recherche qui, d’une histoire sociale et postcoloniale des migrations, ont évolué vers une approche géohistorique et sociale des formes d’appropriation des espaces par les migrants. En s’émancipant des seules approches politiques, ou géopolitique, cette présentation portant sur l’histoire des migrations en Israël propose de travailler sur le « temps des migrants », sur leurs façons d’appréhender une nouvelle géographie nationale et in fine, de mettre au jour les temps individuel et migratoires qui sont, évidemment, distincts du temps politique. En se reposant sur des analyses sérielles inédites et sur des pratiques méthodologiques issues de la démographie et de la géographie sociale, cette étude propose de renouveler en profondeur nos savoirs empiriques et nos méthodes de recherche en histoire du temps présent. En d’autres termes, ce projet de recherche propose d’étudier une histoire comparée des migrations, en lien avec une histoire sociale des relations aux espaces de la société d’accueil. Face à la diversité des migrations, comment se sont construites les appropriations du territoire, les rapports à l’espace public pour des personnes en situation migratoire ? Il s’agira de montrer comment l’histoire des rapports aux lieux permet de comprendre la façon avec laquelle la société israélienne s’est structurée et régulée en opposition avec l’idée selon laquelle elle ne serait qu’un « espace clos de l’entre-soi », marqué par les conflits et les défiances multiples.

Biblio :

Abecassis F., en collaboration avec Jean-François Faü, « Les Juifs dans le monde musulman à l’âge des nations (1840-1945) » et « Le monde musulman : effacement de communautés juives et nouvelles diasporas (1945-2006) » in, Les Juifs dans l’histoire, Antoine Germa, Benjamin Lellouch et Evelyne Patlagean, Editions Champ-Vallon (à paraître).

Augier J., In Jérusalem, portait, Arles, Actes Sud, 2013.

Chétrit S., The Mizrahi Struggle in Israel: 1948-2003, Am-Oved / Ofakim Series, 2004 (en

Dieckhoff A. (ed.), Handbook of modern Israel, London, Routledge, 2013.

Leclerc-Olive M., « Entre mémoire et expérience, le passé qui insiste. Comment dans d’autres cultures, en Afrique, en Amérique-Latine, se négocie aujourd’hui la tension entre mémoire et expérience », Projet, 2003/1, n°273, p. 96-104.

Lemire V., Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles, Paris, Armand Colin, 2013.

Robinson I., Translating a Tradition: Studies in American Jewish History, Boston, Academic Studies Press, 2008.

Tsur Y., « « L’exode de Fes », Sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc » in Abécassis F., Dirèche K., Aouad R., La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, XV°-XX° siècles, Casablanca, La croisée des chemins, Vol. 2, pp. 9-19 ;  Jews among Muslims in the outset of the Era of Reform, The Open University Press, Tel-Aviv, 2003 (en hébreu).

Tsur Y., A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism 1943-1954, Am Oved, Tel-Aviv, 2001.

 

A SUIVRE…

 20 mars – 10h à 13h (Salle : Alienor)

« Les migrations internationales et la santé mentale au Sénégal : enquêter dans les services psychiatriques »

Par Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Cécile Canut (à confirmer), Linguiste, Professeur des Universités (CEPED)

 

22 mai de 10h à 13h (Salle Gargantua)

« Approche typologique des trajectoires : un exemple sur la différenciation sociale des séquences biographiques des jeunes adultes en France »

Par Nicolas Robette, Démographe, Maître de conférences (UVSQ-Laboratoire PRINTEMPS)

Discutant : Christophe Imbert, Géographe, Maître de Conférences (MIGRINTER-Poitiers)

 

19 juin de 14h à 17h (Salle : Gargantua)

« Pour une histoire oblique de l’exil arménien »

Par Anouche Kunth, Historienne, Post-doctorante (MIGRINTER-Poitiers)

Discutant : Kamel Doraï, Géographe, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Exposition : l’immigration arabe en France

MIGRINTER présente, à la bibliothèque de la MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) de Poitiers, une exposition sur la population arabe immigrée en France.

Réalisée en 2002 par l’Institut du Monde Arabe (IMA), cette exposition est constituée de 21 panneaux. Elle dresse un état des lieux et elle présente les enjeux politiques et les enjeux de société de cette immigration qui a, tout d’abord, fourni des soldats et des ouvriers, puis a contribué à la reconstruction et au développement économique du pays dans les années soixante.

Rajeunie avec le regroupement des familles, l’accession des enfants à l’éducation et l’arrivée de nouveaux immigrants diplômés, elle est un acteur majeur de la vie économique, politique et culturelle française.

Migrinter présentera cette exposition du 1er juillet au 31 décembre 2013.

——————————————–

> Journal de l’exposition (pdf/750Ko)

——————————————–

Exposition réalisée avec le soutien de la Mairie de Paris

Commissariat et texte : Radhia Dziri
Iconographie : Renée Nouzeilles
Graphisme : Pascale di Crescenzo
Fabrication : Relais graphique

Composition : 21 panneaux 60 cm x 80 cm

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire sources et méthodes pour la recherche sur les migrations

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Février 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Gargantua)

Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL

Du droit aux sources juridiques : relecture de l’histoire des migrations internationales en longue durée (XVIIIe-XXe siècles)

(Discutants : Emmanuel Ma Mung et Yann Scioldo-Zürcher)

Cette intervention, fondée sur nos recherches récentes, présentera les enjeux liés à la caractérisation juridique de la mobilité internationale et des populations migrantes. Ce qui conduira à aborder la question des catégorisations et des contrôles, mais aussi à analyser la création de formes spécifiques de protection (liées notamment au droit des personnes ou aux droits sociaux).

Pour étayer ces perspectives, et à partir d’exemples pris dans plusieurs pays, nous accorderons une large place à la présentation des différents types de sources produites par les dispositifs internationaux ou juridiques concernés par les migrations, ou créés spécifiquement à destination des populations migrantes.

Caroline Douki
Département d’histoire, Université Paris 8
UMR 8533 IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie)
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
Paul-André Rosental
IEP-Paris / Sciences Po.
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
et chercheur associé à Institut National d’Études Démographiques (INED).

Bibliographie

  • Caroline DOUKI, David FELDMAN Paul-André ROSENTAL, “ Pour une histoire relationnelle du ministère du Travail en France, en Italie et au Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres : le transnational, le bilatéral et l’interministériel en matière de politique migratoire ”, in Alain CHATRIOT, Odile JOIN-LAMBERT et Vincent VIET (éd.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 143-159.
  • Paul-André ROSENTAL, « Géopolitique et État-Providence : le Bureau International du Travail et la politique mondiale des migrations dans l’entre-deux-guerres », Annales. Histoire et sciences sociales, 2006, 1,
  • Paul-André ROSENTAL, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire et sciences sociales, 2011-2, p. 335-373.
  • Caroline DOUKI, « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle », Annales. Histoire et sciences sociales, avril-juin 2011-2, p. 375-410.
  • Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL,  « Dosages et contournements des droits des migrants dans un espace international : France, Italie, Tchécoslovaquie, 1900-1940 », in Jean-Paul ZUNIGA (éd.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, EHESS, 2011, p.21-35.
  • Paul-André ROSENTAL, “Civil Status and Identification in 19th Century France: A matter of state control?”,  in Keith BRECKENRIDGE, Simon SZRETER (éd.), Registration and Recognition. Documenting the Person in World History, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 137-165.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFÉRENCE

Le jeudi 17 janvier 2013 à 18h00Raphaëlle Branche, Maître de conférences à l’Université Paris 1 présentera son film  » Palestro, Algérie : histoires d’une embuscade.«  


C’est à la suite de la projection de son film à l’auditorium de l’Espace Mendès France, que Raphaëlle Branche interviendra sur l’adaptation de son ouvrage historique  L’embuscade de Palestro, Algérie 1956 (publié chez Armand Colin en 2010) en un film documentaire. 

Cette séance sera l’occasion d’aborder les questions de méthodes scientifiques et artistiques, dans l’utilisation d’un support tel que le documentaire, mais aussi de revenir sur l’expérience de Raphaëlle Branche dans son processus de transition de son livre historique vers le film. 

 « Palestro, Algérie : histoires d’une embuscade « . Du livre au film : retour sur une expérience.

Raphaëlle Branche – Maître de Conférences (Paris 1)

Auditorium – Espace Mendès France

De 18h00 à 21h00 – Entrée libre

Cet événement est organisée en partenariat avec Migrinter et s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences « Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires » organisé par Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS).

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) :

du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.

Conférences à l’Espace Mendès-France de Poitiers

En partenariat avec l’ Espace Mendès-France de Poitiers, Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS) et Migrinter organisent un cycle de conférences intitulé

«Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires»

.

Programme des conférences

.

18 septembre 2012, de 18 h. 30 à 20 h.

  • Sylvie Thénault,  chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’histoire sociale (Paris 1)
  • « Résistances et répression en Algérie à la période coloniale (1830-1962) »

Cette conférence portera notamment sur l’histoire des déplacements forcés des Algériens durant la période coloniale.

.

28 novembre 2012, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Olivier Clochard ; géographe, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Migrinter, président de MIGREUROP.
  • « Une géographie critique des politiques migratoires européennes : frontières, espaces et réseaux. »

10 janvier 2013, 18 h. 30 à 20 h.

  • Estelle d’Halluin, sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Nantes,
  • Autour de l’ouvrage « Les épreuves de l’asile. »
[note de l’éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, l’OFPRA, le Gisti, se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

17 janvier 2013, de 18 h. à 21 h.

  • Raphaëlle Branche, historienne, maîtresse de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • « L’embuscade de Palestro : Algérie 1956. Du livre au film: retour sur une expérience. »
  • * Cette séance, comprenant la diffusion du film de R. Branche, débutera exceptionnellement une demie heure plus tôt et se tiendra dans l’auditorium de l’espace Pierre Mendès-France.

.

19 février 2013, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Victor Pereira, historien, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.
  • « Comment construit-on un problème de l’émigration? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974. »

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website