Archives par mot-clé : frontière

Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Conférence

Lundi 19 octobre 2015 – 18h30

La gestion frontalière au Moyen-Orient en période de conflits : circulations migratoires, enjeux économiques, stratégies sécuritaires

Cyril Roussel, géographe, chargé de recherche CNRS

L’intervention portera sur les modes de gestion frontalière au Moyen-Orient en période de confits. Continuer la lecture de Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Penser la migration depuis les espaces de l’attente

« Penser la migration depuis les espaces de l’attente »

Laurent Vidal, Chowra Makaremi, Bénédicte Michalon

Compte-rendu du séminaire « Sources et méthodes »

Lundi 19 février, 10h – 13h, Salle Gargantua

 

Par Lucie Bacon et Mélanie Pénicaud

Dans le cadre de la deuxième séance du séminaire « Sources et Méthodes », le laboratoire Migrinter était heureux d’accueillir Chowra Makaremi, Laurent Vidal et Bénédicte Michalon pour une rencontre croisée sur le thème « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Laurent Vidal, historien, professeur à l’Université de la Rochelle, et membre du centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA), est venu présenter les travaux récemment achevés de l’ANR Terriat sur les territoires de l’attente dans les mondes américains au XIXème et au XXème siècle. Son intervention a proposé d’examiner « les séquences interstitielles, ou temps d’arrêt, ou temps morts, qui s’insèrent dans les parcours migratoires et qui sont plus largement consubstantiels au mouvement lui-même, pour, de là, interroger les vécus, les socialisations labiles qui se mettent en place dans l’attente » (Anouche Kunth). Dans un deuxième temps, Chowra Makaremi, anthropologue chargée de recherche au CNRS rattachée à l’IRIS, a présenté ses travaux sur l’enfermement des migrants dans la zone d’attente de Roissy Charles de Gaulle, ceux-ci ayant fait l’objet d’une thèse soutenue en 2009. Enfin, Bénédicte Michalon, géographe chargée de recherche au CNRS, attachée au laboratoire Adès (Bordeaux) et amie fidèle de Migrinter, est venue discuter ces deux interventions. Après avoir consacré sa thèse à la question du retour, et travaillé ensuite sur les migrations agricoles, elle questionne depuis plusieurs années l’enfermement des étrangers. Elle a également été l’une des coordinatrices du programme Terreferme sur les dispositifs de l’enfermement.

  1. Laurent Vidal, « Sociétés, mobilités, déplacements : Les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXème – XXème siècles) »

Coordinateur du programme de recherche ANR-Terriat[1] qui s’est achevé récemment, Laurent Vidal nous présente le travail d’une équipe de géographes, d’historiens et de sociologues sur le thème des « territoires de l’attente » dans les mondes américains du XIXème et du XXème siècle, qui donnera lieu à la publication d’un ouvrage intitulé Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXème – XXème siècles). Retour sur la construction d’une réflexion théorique, collective et pluridisciplinaire, sur la notion de « territoire de l’attente » qui s’impose comme un prisme de lecture riche et pertinent du phénomène migratoire.

En tant qu’historien spécialiste de la ville, Laurent Vidal s’intéresse à leur genèse, à leur développement ainsi qu’à leur déplacement. C’est au début des années 2000, alors qu’il entame des travaux sur la ville de Mazagão (Vidal, 2005), qu’il se confronte pour la première fois aux questions de la mobilité et de l’attente. Mazagão est une ville portugaise construite au Maroc au début du XVIème siècle que ses habitants sont contraints d’abandonner par la couronne portugaise en 1769 qui promet de leur construire une nouvelle cité en Amazonie. Déplacés dans un premier temps à Lisbonne, la reconstruction de la ville ne s’achèvera que dix années plus tard, plaçant ainsi environ deux mille personnes dans une attente prolongée. C’est précisément dans cet espace-temps là, que Laurent Vidal a essayé de déceler et d’analyser ce qui reste trop souvent appréhendé comme un simple temps mort.

L’intérêt de Laurent Vidal et de l’équipe de Terriat pour la question des « territoires de l’attente » se confirme et se concrétise en 2010 dans la réponse à un appel à projet lancé par l’ANR, intitulé « Espace et territoire : les énigmes spatiales de la vie en société ». En réponse à la problématique géographique affichée, l’équipe de recherche propose de mettre en dialogue la notion de « territoire de l’attente » et les discussions issues du mobility turn.

Courant de pensée alimenté par des auteurs tels que David Harvey, Anthony Giddens, ou encore Fredric Jameson, le mobility turn se fonde sur le constat de l’hyper-mobilité des sociétés post-modernes et, à ce titre, survalorise les flux au détriment des supports territoriaux. Rompant avec cette approche, l’équipe de recherche menée par Laurent Vidal propose de remettre en cause le discrédit jeté sur le territoire et de considérer l’immobilité comme une donnée de la mobilité en valorisant les « territoires de l’attente ».

L’intérêt de ce projet collectif se situe aussi les différentes sources mobilisées pour dessiner les contours de cette notion de « territoires de l’attente ». Au-delà des références géographiques et historiques, avec par exemple le modèle d’un « espace orienté » emprunté aux travaux de Jacques Le Goff (1981), Laurent Vidal et son équipe puisent dans la littérature et la poésie. Ils empruntent notamment un premier aphorisme chez René Char, « enclave d’inattendus et de métamorphoses » (Char, 1946) et une seconde citation chez Aimé Césaire, « le non-temps, impose au temps la tyrannie de sa spatialité » (Césaire, 1982). L’équipe cherche aussi dans les langues des continents espagnol et américain les différents termes pour désigner l’attente (un seul terme, esperar, pour l’espagnol et le portugais ; to hold on, to wait for, to stand still pour l’anglais). En conclusion, quelque soit la définition, ces acceptions de l’attente contiennent en germe, de manière implicite ou explicite, des dimensions spatiales, l’immobilité étant nécessairement localisée et l’espérance, cristallisée autour d’un lieu désiré.

Le programme de recherche Terriat s’est articulé autour de quatre objectifs. Le premier constituait en un enjeu de distinction et de définition : faut-il parler de « lieu » ou de « territoire » de l’attente ? Après avoir défini le lieu de l’attente comme un dispositif spatial pensé architecturalement (cas des zones d’attentes ou des centres de rétention administrative) ; puis le territoire, comme un nouvel espace, surgissant d’un usage spécifique, inattendu (exemple d’un embouteillage qui va créer, inopinément, une situation d’attente) et face au constat de la naissance de « sociabilités inattendues » au sein même de lieux construits spécifiquement pour la mise en attente, le choix d’utiliser de manière générique la notion de « territoire de l’attente » s’est imposé. Le deuxième objectif consistait à s’interroger sur la naissance, l’historicité et la généalogie des territoires de l’attente. Un troisième objectif portait sur la vie quotidienne et l’ordinaire, en confrontant le sentiment d’ « inutilité sociale » (Giorgio Agamben), souvent expérimenté en situation d’attente, aux différentes activités économiques et sociales qui peuvent y naître. Enfin, un dernier objectif portait sur les questions de mémoire et de patrimonialisation de ces territoires de l’attente. Ici, contrairement à l’idée de « non-lieux » avancée par Marc Augé, il s’agissait de considérer, comme le suggère Michel Agier, les territoires de l’attente comme de possibles espaces publics.

Cette recherche présente l’intérêt de travailler à partir d’études de cas, nombreuses, diversifiées et multiscalaires. Certaines d’entre elles s’attachent à analyser les territoires de l’attente dans les mouvements migratoires internationaux. Des travaux ont notamment été réalisés sur Ellis Island, dispositif créé par les autorités pour la mise en attente des migrants européens, à leur arrivée sur le continent américain ; mais aussi sur les hôtelleries des migrants sur Las Ilias de las flores, en face de Rio de Janeiro au Brésil. D’autres études de cas s’intéressent à l’attente dans la mobilité, à une échelle nationale. C’est le cas des travaux portant sur les camps de la sécheresse dans la périphérie de la ville de Fortaleza, au Brésil, pour empêcher l’arrivée et l’installation des réfugiés dans la ville. Enfin, l’échelle locale, voire micro-locale fait l’objet de travaux sur la situation de l’ « attente-espérance » des sans-terre au Brésil ou encore de l’ « attente-opportunité » offerte par les embouteillages et exploitée par les vendeurs de rue.

  1. Chowra Makaremi, « Ethnographie de la « zone d’attente » de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle »

Chowra Makaremi a quant à elle proposé une présentation issue de son terrain de thèse mené il y a maintenant dix ans au sein de la ZAPI 3 (Zone d’Attente pour Personnes en Instance numéro 3) située près de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (Makaremi : 2009). Sa thèse se situe dans le flux d’un ensemble de recherches empiriques menées autour des années 2000 au sein de diverses structures administratives destinées à accueillir des migrants pour un temps plus ou moins long tels que les Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) ou encore les centres de rétention administrative (Fischer, 2007 ; Darley, 2008 ; Kobelinsky, 2009). Précisant que la ZAPI a beaucoup changé depuis, Chowra Makaremi a choisi de ne pas présenter d’actualisation de ses propres travaux mais, suivant l’esprit des séminaires « Sources et Méthodes », de proposer un retour sur la nécessaire construction du terrain de sa recherche doctorale. Développant les enjeux d’une anthropologie du confinement, Chowra Makaremi a centré son propos autour d’une interrogation : « comment réaliser une ethnographie d’un centre de détention pour étrangers ? ».

Une anthropologie du confinement à la frontière

Renvoyant au concept de circulation, celui de confinement se démarque de celui de l’enfermement en ce qu’il intègre l’idée de la mobilité dans l’immobilité : confiner c’est séparer et enfermer dans la circulation. « Le confinement comme « interdiction de quitter un endroit » renvoie au concept de circulation – d’une circulation globale dont l’organisation et les effets dépassent largement le cadre européen dans lequel nous les observons […]. La charge sensorielle propre à ce qui est « confiné » – l’empesé, le renfermé – rappelle que le confinement est une situation vécue qui engage des corps sensibles et des émotions singulières, une expérience matérielle dont il s’agit de relever les contours. Le verbe qui en dérive a le sens de « forcer à rester dans un espace limité », en laissant entrevoir l’ambiguïté d’une relégation qui ne vient pas tout à fait à bout de la capacité de se mouvoir de celui que l’on confine. Parler du confinement porte ainsi la double ambition d’une qualification empirique de la mise à l’écart qui passe par une description concrète de ses modalités et de son quotidien, tout en inscrivant par ailleurs les enjeux et d’expulsion dans un espace de circulation, dans une série de passages. » (Makaremi, 2009 : 7). Penser le confinement, c’est donc penser l’immobilisation et ses formes, qu’elles soient ancrées dans des dispositifs architecturaux, administratifs ou bien encore juridiques (etc.) et la manière dont elles viennent influencer, configurer et reconfigurer la circulation elle-même. Penser le confinement, c’est penser l’enfermement au prisme de la mobilité et de la circulation.

En outre, penser les zones d’attentes dans une anthropologie du confinement, c’est aussi observer quels sont les effets de frontière au-delà de l’espace frontière en lui-même. Chowra Makaremi dégage ainsi, à travers sa recherche empirique dans la zone d’attente, deux processus inhérents à la frontière : un premier qui saisit la frontière pour en faire, non plus une simple ligne ou tracé, mais un « nœud dans un réseau », qui s’élargit, qui s’épaissit, un espace possiblement habitable, qui devient « zone » et qui se « liquéfie », puisque la frontière va pouvoir suivre ceux qui sont maintenus à la frontière, par exemple lorsqu’ils sont conduits au tribunal, a expliqué Chowra Makaremi. Deuxièmement, elle observe des « effets de frontière dans la frontière », du fait que le passage en zone d’attente ait des effets a posteriori sur le parcours de l’individu, notamment en maintenant à distance des possibilités de régularisation de la personne.

Faire une ethnographie dans un centre fermé

Après avoir ainsi discuté des concepts de confinement et de frontières tels qu’ils ont été déployés pour ses recherches et ainsi offert au regard des participants une partie de l’étendue des enjeux de ses recherches, Chowra Makaremi a ensuite présenté les difficultés, paradoxes et tensions qui se sont présentés à elle sur le terrain au regard de son propre positionnement, en tant que, d’une part, bénévole au sein de l’Anafé (Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers) intervenant dans le cadre de permanences juridiques (participant), et d’autre part et dans le même temps, anthropologue sur le terrain (observant). Puis, elle a dégagé la manière dont, de cette participation observante, est née la fabrique de son terrain.

En effet, bénévole militante avant de se lancer dans une recherche doctorale, Chowra Makaremi s’est très rapidement interrogée sur les processus qui génèrent et animent la zone d’attente, ainsi que sur les paradoxes juridiques qui la caractérisent : devant la prolifération de textes juridiques, d’actions militantes et d’ajustements structurels, comment expliquer l’inefficacité du droit au regard des pratiques d’enfermement et de la violence administrative ? Cependant, si cette position engagée, nourrie d’une certaine frustration au regard de cette inefficience juridique, a su amorcer un questionnement scientifique par le biais d’une recherche doctorale, elle n’en restait pas moins un poids méthodologique portant au premier regard sur les biais induits par un certain parti-pris du chercheur, problématique qui, finalement, s’effondrait devant la multiplicité de questions sous-jacentes relevées par cette participation-observante.

Ces différents points ont été abordés par Chowra Makaremi à travers des illustrations issues de son expérience du terrain (exemples de situations, extrait de journal de terrain, etc.) et en particulier par l’articulation à un certain nombre de questions et paradoxes engendrés par sa pratique du terrain auxquels la chercheuse a convié l’assistance à réfléchir : comment penser ce dernier lorsque les données observées elles-mêmes sont fortement modifiées par sa propre intervention  ; comment faire œuvre d’objectivité ? Comment composer avec les rapports de pouvoir qui entourent la participation du chercheur au fonctionnement même de la zone d’attente ? Comment encore gérer sa présence et son rôle en situation de crise lorsque l’enquêteur est, en outre, acteur de la structure et de la situation – situation assez éloignée du modèle classique de la pratique du terrain par l’anthropologue ? Comment ensuite gérer les limites pratiques qui conditionnent la présence du bénévole-enquêteur sur le terrain (zones de visibilité et d’opacité perçues par un acteur situé) ? De quelle façon peut-on travailler avec un matériau empirique saturé d’enjeux d’intervention et de relations de pouvoir ? Comment, enfin, ré-individualiser dans l’écriture des données qui se sont produites en amont dans un travail collectif : de quelle manière, de ce « on », est-il possible de passer au « je » ?

Chowra Makaremi a conclu sur l’insolubilité de ces paradoxes inhérents à sa position située, à celle du participant-observant, paradoxes qui, finalement, ont puissamment orienté la direction de ses travaux en devenant des questions de recherche qu’elle a creusées dans ses analyses.

  1. Bénédicte Michalon. Configurations spatio-temporelles de t’attente : rapports de pouvoir et mise à l’épreuve du sujet 

Confrontée à l’évidence d’un vécu douloureux généré par des situations d’attente à travers des récits migratoires récoltés sur ses terrains en Roumanie, Bénédicte Michalon s’est elle aussi intéressée à cette question des espaces de l’attente. Plutôt que de proposer de commenter point par point les travaux et présentation de Chowra Makaremi et Laurent Vidal, elle a proposé d’enrichir le débat en y ajoutant une troisième dimension, plus théorique, sur la base d’un travail de recensions de travaux sur l’attente, principalement en situation migratoire, et le de mettre en regard avec les travaux des deux intervenants afin de proposer une réflexion synthétique autour de cette question. Sa réflexion, déployée en quatre temps s’est articulée autour de deux axes majeurs : un premier s’interrogeant sur la nature des enjeux de l’attente en situation migratoire et un second questionnant les apports du thème de l’attente pour penser les migrations.

L’attente comme unité spatio-temporelle contrainte[2]

L’attente en situation migratoire nous place face à ce que Carolina Kobelinsky qualifie de « temps dilaté et espace rétréci ». En effet, les unités spatio-temporelles en jeu sont définies par la contrainte et l’imposition, sous contrôle spatial, qui peut être institutionnel – comme dans le cas des zones d’attentes – mais pas seulement. Bénédicte Michalon pointe en effet la nécessité de considérer des lieux informels aussi bien que formels, puisque la prise en main par les passeurs, par exemple, va également se traduire par des phases d’attente dans des espaces qui lui seront occasionnellement dédiés (appartements, parkings, sous-sols, etc. utilisés comme caches par les passeurs). La géographe insiste sur la dimension réticulaire de ces derniers : ces lieux d’attentes ne sont pas isolés mais s’inscrivent dans des réseaux de lieux dessinant une armature à des trajectoires migratoires (voir à ce sujet les travaux menés au sein de TerrFerme). De la même manière, elle souligne des expériences de l’attente différentiées en fonction de la configuration des lieux d’attente : par exemple, Caroline Kobelinsky a bien montré que l’attente en milieu ouvert n’a pas la même épaisseur qu’en milieu fermé où le maintien d’une vie sociale s’avère compromis.

L’attente comme mise à l’épreuve du sujet

Si le temps de l’attente comprend une dimension objective en étant « borné » par des délais imposés par l’administration, il est également éminemment subjectif puisque c’est l’individu lui-même qui en fait l’expérience contrainte. Ce dernier se définit en effet par un rapport au temps et à l’espace rompant avec la perception ordinaire du temps et s’accompagnant inévitablement d’émotions diverses. Le vécu de l’attente se distingue généralement par des récits de perception d’un temps mort, arrêté (aspect analysé notamment par Gilles Chantraine, sociologue de la prison (2004)). Bénédicte Michalon a également cité les travaux de l’anthropologue britannique Melanie Griffiths qui propose une typologie des temps subjectifs de l’attente à partir d’un terrain dans un centre de rétention montrant comment l’attente génère des temps subjectifs variés (Griffiths, 2014). Enfin, Bénédicte Michalon souligne la centralité du corps au cœur de cette attente, cette dernière demeurant principalement la conséquence d’une biopolitique. Dans des contextes d’activité réduite (exemple des centres fermés), les individus – ici les migrants – appréhendent l’attente dans un repli sur leurs besoins fondamentaux : manger, dormir, déambuler dans couloirs, etc., activités qui viennent rythmer le quotidien. Chowra Makaremi a également souligné les problèmes psychosomatiques issus de ces temps d’attente singuliers. Considérer l’attente dans les parcours et expériences migratoires amène finalement à revisiter la figure de l’acteur migrant : en contraignant le migrant à se concentrer uniquement sur son propre corps, c’est la possibilité de rester constitué en tant que sujet qui est elle-même ébranlée par ces situations de l’attente.

L’attente, à l’articulation de régimes temporels différenciés

Toutefois, ces temps subjectifs ne sont pas isolés : au contraire, comme le suggère Bénédicte Michalon, ils s’articulent à ce qu’elle nomme les « régimes temporels différenciés » : d’une part, les personnes en attente sont confrontées aux temps sociaux des autres acteurs présents, personnel policier et associatif par exemple, dont les temporalités sont très souvent marquées par une certaine urgence ; d’autre part, les personnes en attente sont mises à l’écart des temps sociaux du pays d’immigration – question des répercussions fortes sur la vie quotidienne (perte du travail et du logement par exemple) – mais aussi de celui d’émigration. Dans le cas des hommes par exemple, la précarité administrative liée à leur situation d’irrégularité les bloque dans un statut de « jeune » et les fixe ainsi dans une certaine position sociale qui les empêche de devenir homme » à un âge où ils devraient l’être dans leur société d’origine. Ainsi, comme le souligne Bénédicte Michalon, l’administration agit directement sur les rythmes biographiques et indirectement sur les rythmes familiaux, plaçant toujours un peu plus les migrants à l’écart.

L’attente comme technique de gouvernement des migrations

Ces différents temps subjectifs se regroupent aussi autour d’une question intrinsèque à l’attente, celle de l’incertitude, que Bénédicte Michalon envisage de considérer comme une technique de gouvernement des migrations. Résultante de logiques institutionnelles – et ce, particulièrement en situation migratoire – elle est renforcée par la confrontation de temporalités contradictoires, conjuguant temps longs et vides d’une part, et accélérations brutales d’autre part (lors des expulsions notamment). Privés de la maîtrise du présent et du futur, dépendants des temporalités institutionnelles, ces voyageurs n’ont d’autre choix que de vivre dans cette « double crainte temporelle ». Soumis à cette gouvernementalité, ils le sont aussi en raison d’une institution qui fera le choix de gérer ou de ne pas gérer cette attente. Maîtresse de la définition de son champ d’intervention, celle-ci peut chercher à organiser des activités pour structurer cette attente (célébration de culte, sport, travail rémunéré, etc.) ou au contraire, s’en désintéresser. Dans ce dernier cas, l’inactivité prévaut jusqu’à, parfois, engendrer une situation de crise, dont les répercussions, jugées intolérables par l’administration, seront sanctionnées : placement en isolement, distribution d’anxiolytiques ou de somnifères… Ainsi, même si l’attente n’est pas planifiée en tant que telle, elle fait partie intégrante du gouvernement des migrations et s’affirme comme centrale dans les rouages du contrôle politique et dans l’emprise de l’État sur les étrangers.

Avant de laisser la parole à la salle, les contributions se closent avec l’exploration d’un autre sens de l’attente, celui de l’espérance, celui qui désignerait l’ensemble de ce que les migrants peuvent imaginer, concevoir et attendre de la puissance publique. Bénédicte Michalon invite notamment à prêter attention aux conséquences de cette acception de l’attente sur la perception des migrants vis-à-vis de l’État : dévoilé dans ses ambivalences, ce dernier n’apparaît plus comme le garant des droits de l’homme et de la démocratie, mais comme celui qui met à l’écart. C’est ainsi que, conclut Bénédicte Michalon, la situation d’attente semble alors signer « la fin des attentes et le début d’un rapport désillusionné à l’État » (Michalon, 2015).

Bibliographie :

Césaire Aimé, 1982, Moi, Laminaire, Paris, Seuil.

Chantraine Gilles, 2004, « La mécanique du temps vide. Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt », in Kaminski Dan, Kokoreff Michel, Sociologie pénale : système et expérience, Ramonville Saint Agne : Erès.

Char René, 1962, Fureur et mystère, « Feuillets d’Hypnos », fragment n° 155, Paris : Gallimard.

Darley Mathilde, 2008, Frontière, asile et détention des étrangers : le contrôle étatique de l’immigration et son contournement en Autriche et en République tchèque, Thèse Sc. Pol., Paris : IEP de Paris.

Fischer Nicolas, 2007, La rétention administrative dans l’État de droit : genèse et pratique du contrôle de l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement du territoire dans la France contemporaine, Thèse Sc. Pol., Paris : IEP de Paris.

Griffiths Melanie, 2014, « Out of Time : The Temporal Uncertainties od Refused Asylum Seekers and Immigration Detainees », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.40, n°12.

Kobelinsky Carolina, 2009, Le temps de l’accueil des demandeurs d’asile en France. Une ethnographie de l’attente, Thèse Anthr., Paris : EHESS.

Kobelinsky Carolina, Makaremi Chowra, 2009, Enfermés dehors. Enquête sur le confinement des étrangers, Paris : Éditions du Croquant.

Le Goff Jacques, 1981, La naissance du Purgatoire, Paris : Gallimard.

Makaremi Chowra, 2009, Zone d’attente pour personnes en instance. Une ethnographie de la détention frontalière en France, Thèse Anthr., Montréal : Faculté des études supérieures. En ligne sur : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/4311/Makaremi_Chowra_2010_these.pdf?sequence=2.

Vidal Laurent (dir.), 2014, Capitales rêvées, capitales abandonnées. Considérations sur la mobilité des capitales dans les Amériques (XVIIe-XXe siècle), Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Vidal Laurent, 2005, Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : Du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris : Aubier.

Michalon Bénédicte, 2015, “Les espaces de l’attente en migration”, Compte-rendu du séminaire Sources et Méthodes. En ligne sur : Migrinter, http://terrferme.hypotheses.org/

Notes

[1] http://terriat.hypotheses.org/

[2] Pour plus de précisions voir le texte intégral de la présentation de Bénédicte Michalon en ligne sur : http://terrferme.hypotheses.org/

Soutenance de thèse – Pascaline Chappart – Retours volontaires, retours forcés

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

présentée par Pascaline Chappart

Mercredi 7 janvier 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

Retours volontaires, retours forcés hors d’Europe.

Une socio-anthropologie de l’éloignement des étrangers. Le cas de la France

(sous la direction d’Alain Morice, directeur de recherche au CNRS)

A partir du cas de la politique d’aide au retour volontaire en France, cette recherche propose une interprétation des politiques d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, telles qu’elles sont formulées à l’échelle de l’Union européenne sous l’angle du « retour ». Le principe d’expulsion est maintenant transposé dans le champ de l’action sociale, sous la forme de divers dispositifs d’assistance humanitaire qui masquent la dimension de contrainte contenue dans l’objectif final de faire sortir les étrangers du territoire. Ce brouillage amène à s’intéresser aux ressorts matériels et symboliques de la domination qui s’exerce sur les « retournés » par le biais de cette assistance, où s’observe un retournement du rapport des expulsables à leur départ, rebaptisé « volontaire ».

En tenant bout à bout l’étude des processus de renvoi et des expérience d’après-retour, il s’agit de mettre en perspective les mythologies et les réalités du phénomène. Pour ce faire, on examine, à travers les mécanismes de relégation, l’ensemble des acteurs et des institutions participant à l’aménagement d’un espace transnational de prise en charge sociale reliant les pays de renvoi aux pays d’où venaient les émigrés, particulièrement dans les effets sociopolitiques et anthropologique que leurs opérations produisent.

Composition du jury

  • Olivier Clochard : Chargé de recherche au CNRS, Université de Poitiers
  • Véronique Lassailly-Jacob : Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Alain Morice : Directeur de recherche au CNRS, Université Paris 7
  • Antoine Pécoud : Professeur de sociologie, Université Paris 13
  • Philippe Rygiel : Professeur d’histoire, Université Paris 10
  • Jocelyne Streiff-Fénard : Directrice de recherche au CNRS, Université de Nice

 

 

Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

Tanger est une ville côtière et portuaire située au nord du Maroc. Point de jonction incontournable entre le Maroc et l’Espagne, Tanger est depuis des années un lieu par lequel transitent des marchandises par bateau, circulent des touristes, mais aussi des migrants de tous âges et horizons confondus. Pendant un mois, c’est en binôme que les investigations aux côtés des jeunes candidats à l’émigration ont été menées dans les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée autorisant dès lors une lecture des évolutions de la dynamique migratoire à la lumière des changements de l’infrastructure portuaire.

Tanger : point de passage des migrations marocaines et africaines vers l’Europe

L’Espagne et le Maroc sont séparés par le détroit de Gibraltar qui s’étend sur une trentaine de kilomètres. Du fait de la faible distance la séparant de l’Europe, la ville côtière de Tanger jouit d’une situation privilégiée qui fait d’elle un point de passage clé pour les candidats à l’émigration (clandestine ou régulière). Ancré dans l’histoire marocaine, le port de Tanger s’est construit comme un lieu d’échanges et de passages emblématique. Depuis sa fondation sous l’occupation anglaise en 1662 et au fil de l’histoire marocaine, ce port a connu de nombreuses mutations qui participent pleinement de la dynamique tangéroise.

Le voisin européen : vue des côtes espagnoles depuis la nouvelle annexe portuaire de Tanger ©Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

 Tanger : quels changements animent cet espace ?

Depuis les cinq dernières années, les infrastructures de l’espace portuaire tangérois évoluent profondément. Le port de Tanger-ville connait actuellement un projet de reconversion visant à en faire une zone de plaisance principalement destinée à l’activité de pêche ainsi qu’au transit des voyageurs en provenance (ou à destination) de l’Espagne. L’envoi et la réception des marchandises ne se réalisant plus depuis le port de Tanger-ville, l’enceinte de ce dernier s’est vue être vidée du flot de camions qui y transitaient habituellement au profit du port de Tanger-Méditerranée.

Port de Tanger-ville © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

 Dans l’objectif de se saisir de cette position stratégique aux portes du détroit de Gibraltar, les autorités marocaines ont amorcé la construction d’un nouveau port en eau profonde : Tanger-Méditerranée. Il est situé à une quarantaine kilomètres à l’Est du port de Tanger-ville et a été construit pour un montant de douze milliards de Dirhams (environ un milliard d’euros), sa mise en marche effective a eu lieu en juillet 2007. La prévision d’une saturation du port à l’horizon 2015 a entraîné la mise en chantier de l’annexe portuaire Tanger-Méditerranée II. Ces projets portuaires sont de véritables paris pour le Royaume du Maroc qui aspire ainsi se placer en leader des échanges mondiaux.

Tanger-Med : zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

La sécurité : maître mot d’un projet de grande envergure

La volonté de se doter d’infrastructures portuaires performantes et modernes s’est accompagnée du déploiement d’une série de moyens de sécurité. Les caméras (classiques, infrarouges, optiques), les radars, les détecteurs de battements de cœur, les clôtures ou encore le système de points de contrôle d’accès piétons automatiques sont autant d’éléments qui renseignent sur l’objectif des autorités de stopper l’émigration clandestine depuis les ports de la côte tangéroise.

Les ambitions du Maroc en termes de leadership de l’industrie portuaire sont donc à mettre en perspective avec la volonté de limiter et de contrôler les départs clandestins des migrants marocains ou africains. En effet, l’une des stratégies de passage du détroit utilisée par une partie des candidats à l’émigration consiste à se glisser sous un camion ou à se cacher dans les conteneurs en partance pour l’Europe. L’arrêt des départs de camions depuis le port de Tanger-ville n’a pas été suivi d’une interruption instantanée des tentatives de passage. Si la sécurisation de ces deux ports réduit de fait les opportunités de passages, il n’en reste pas moins vrai qu’à l’heure actuelle des départs s’effectuent au sein de ces deux ports. La position géographique de Tanger ne permet donc pas au Maroc, même par le biais de nouvelles infrastructures et l’installation de systèmes de sécurité performants, de s’affranchir de la question de l’émigration clandestine.

Des caméras de surveillance installées autour la zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

Les évolutions de la dynamique migratoire

L’histoire marocaine a été marquée par plusieurs périodes d’émigration vers l’Europe : la première, allant des années 60 à 70 et majoritairement masculine, a consisté à répondre aux besoins européens en main-d’œuvre; la deuxième, sur la décennie suivante, aura été principalement liée à l’arrêt de l’immigration en France (1974) et au développement du regroupement familial ; enfin, les années 80 à 85 ont connu l’émergence d’une émigration féminine, constituée de femmes célibataires ou avec des enfants. Depuis, le Maroc connait une nouvelle phase d’émigration dont les protagonistes sont des enfants et adolescents appelés également harragas (brûleurs). Aucun chiffre ne permet d’estimer précisément le nombre de ces jeunes sur le sol marocain.

Le Maroc a voté en novembre 2003 un ensemble de mesures dont une inscrivant la tentative d’émigration clandestine comme délit. Aussi, peu importe l’âge du « délinquant » repéré, l’amende peut s’élever de 3 000 à 10 000 Dirhams (entre 300 et 1 000 euros) et aller jusqu’à six mois d’emprisonnement.

Tanger-ville : deux jeunes marocains regardant l’embarquement des voyageurs à destination de Tarifa © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

Les harragas sont un des visages de ces candidats à l’émigration clandestine. Ces jeunes âgés de moins de 18 ans, qui brûlent leurs papiers d’identité avant d’embarquer à bord d’un bateau en se glissant sous un camion ou dans un conteneur, sont toujours présents dans les enceintes portuaires tangéroises. La diminution des opportunités de passage liée aux évolutions mentionnées rend les tentatives de hrag (brûler le détroit ou passer clandestinement) de plus en plus risquées et les chances d’arriver à bon port de plus en plus restreintes. Si la vie de ces enfants et adolescents est réellement mise en danger par le caractère périlleux du passage, il faut aussi rappeler que le temps d’attente avant de réussir une tentative s’allonge considérablement menant une partie de ces jeunes à errer dans les rues de Tanger avant un possible départ.

Les mutations relevées dans cet espace frontière tangérois marquent l’entrée du Maroc dans une ère caractérisée par un accroissement des échanges. Si le Maroc réalise un réel pari sur l’avenir, il semble en avoir oublié une de ses composantes principales : la jeunesse marocaine qui, pour une partie d’entre elle et au péril de sa vie, tente de rejoindre l’Europe.

——————————————————————–

Pour en savoir plus :

Przybyl, Sarah (2013) Tanger, migrations et mutations d’une ville portuaire, microscoop le magazine de la délégation CNRS Centre Limousin Poitou-Charentes, n°68, pp.18-19.

http://www.centre-poitou-charentes.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS68.pdf#PAGE=10

Les photographies sont de l’auteur.

Elles sont extraites de la photothèque de Migrinter. Pour y accéder, cliquez ci-dessous.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/MIGRINTER-PHOTO/

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFERENCE – Le jeudi 10 janvier 2013 à 18h 30, Estelle d’Halluin, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, et chercheuse au centre nantais de sociologie (CENS), présentera son ouvrage intitulé « Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon« .

Cette conférence est organisée en partenariat avec Migrinter.

Entrée libre – Contact Anne Bonnefoy, responsable Histoire des Sciences à l’Espace Mendès France (http://emf.fr)

—-oOo—-

Estelle d’Halluin-Mabillot – Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon – Paris : Les Editions de l’EHESS, 2012 – ISBN 978-2-7132-2337-2 – (En temps & lieux)

[notice éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, le Gisti se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

À son arrivée en France, une personne ayant subi des violences et souhaitant obtenir le statut de réfugié est pratiquement toujours dépourvue de moyens. Comment les associations, dont le rôle est de gérer ces demandes, se transforment en guides pour acquérir l’asile ? Comment se définit précisément leur rôle, entre volonté de justice et respect de la politique d’un État, de plus en plus fermé face à ces réfugiés ? Leur position est ambiguë, devant des injonctions contradictoires, entre accueil et contrôle.
L’auteur appréhende la manière dont se construit le dossier de demande d’asile : le requérant doit prouver sa bonne foi, ce qui passe par différentes étapes, qui constituent souvent un réel parcours du combattant car des compétences sont nécessaires à l’éligibilité au statut. Elle s’intéresse aux actions menées par les membres des associations auprès des exilés pour les aider à devenir réfugiés. Pour cela, elle étudie les logiques plurielles à l’œuvre dans les pratiques d’hospitalité. Dans un contexte de contrôle des flux migratoires accrus et de tension, les associations sont au cœur de la procédure et ont acquis un savoir-faire en matière d’accompagnement. Elles permettent de combler le manque de ressources des demandeurs devant la bureaucratie. Les procédures de sélection passent par deux éléments principaux : le récit du parcours du demandeur et l’expertise de son corps. Prouver qu’un homme a subi des violences psychologiques et physique est crucial dans le processus.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Atlas des migrants en Europe

vient de paraître

ATLAS DES MIGRANTS EN EUROPE :

géographie critique des politiques migratoires

Paris, Armand Colin, 2012.- 143 p.

Présentation le jeudi 8 novembre 2012 à 11 h.

à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)

Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75 012 Paris

La présentation de l’ouvrage sera illustrée par une projection de cartes de l’Atlas.

Réponse souhaitée avant le 6 novembre 2012

au 01 53 27 87 81 ou à contact@migreurop.org

Cette seconde édition de l’Atlas consacrée aux politiques d’asile et d’immigration des pays de l’Union européenne ne saurait, en 2012, ignorer les situations dramatiques dont ses frontières communes sont le théâtre permanent. Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes. Cherchant à fuir des pays en crise ou en guerre, ces personnes n’ont pu le faire dans la légalité à cause de la surveillance renforcée des frontières européennes, notamment au sud et à l’est. Le droit international est souvent appliqué de manière restrictive, voire bafoué. En ce début de 21ème siècle traversé par une crise économique de grande ampleur, la situation ne semble pas près de s’améliorer car la militarisation des frontières et le renforcement des contrôles apparaissent comme les seuls mots d’ordre de responsables politiques en mal de solutions. Les arrestations en masse d’immigrés dans les rues d’Athènes ou de Rabat témoignent de ce climat d’autant plus inquiétant que nombre de dirigeants, en Europe comme dans les pays voisins, affirment que les migrants représentent un « danger ».

Depuis une dizaine d’années, le réseau Migreurop suit de près cette illustration tragique de l’égoïsme des États européens face aux mouvements des migrants, et alerte régulièrement les instances de l’Union. Le travail sur le terrain, qui est pour beaucoup à la base de cet ouvrage, permet de connaître, de mesurer et de comprendre les caractéristiques qui ont marqué les politiques européennes d’asile et d’immigration depuis les années 1980.

 

SOMMAIRE

Cartographie : Olivier Clochard, Thomas Honoré et Nicolas Lambert

(avec le concours de Françoise Bahoken, Agathe Etienne, Frédéric Piantoni, David Lagarde, Nicolas Pernet, Julie Person et Laurence Pillant)

Photographies : Gabriel Pécot, Sara Prestianni et Olmo Calvo Rodriguez

Introduction & Chronologie critique des politiques migratoires européennes

Partie 1 : Des migrations mondialisées mais entravées

1. Les migrants dans le monde (Alain Morice)

2. Exilés, réfugiés, déplacés, déboutés… Vers un monde sans asile ? (Michel Agier)

3. La crise écologique, facteur croissant des migrations (Chloé Altwegg Boussac)

4. Difficiles libertés de circulation (Pauline Brücker et François Gemenne)

5. Mineurs étrangers non accompagnés en Europe (Daniel Senovilla Hernández)

6. Les migrations de travail : communautarisation de la précarité (Alain Morice)

Partie 2 : Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

7. UE : une liberté de circulation qui pose problème (Alexandre Le Clève et Lola Schulmann)

8. Les enjeux de la politique européenne des visas (Paulina Nikiel)

9. Officiers de liaison : ingérence et « coopération » au service du contrôle migratoire (Sara Casella Colombeau et Olivier Clochard)

10. La Politique européenne de voisinage (PEV) et les migrations : exemples de la Moldavie et de l’Ukraine (Bénédicte Michalon)

11. Frontex : aux marges de l’Europe et du droit (Sara Casella Colombeau)

12. La Libye, aux avant-postes de l’externalisation des contrôles (Claire Rodier)

13. Dublin II : l’asile en orbite (Gérard Sadik)

14. Bases de données biométriques et contrôles aux frontières (Chris Jones)

15. L’économie de la sécurité Frontalière (Olivier Clochard et Claire Rodier)

16. « Forteresses » françaises dans de lointains océans (Marie Duflo)

17. Que sait-on de l’Organisation internationale pour les migrations ? (Antoine Pécoud)

Partie 3 : L’enfermement au coeur des politiques d’asile et d’immigration

18. Évolution des camps ouverts ou fermés en Europe et au-delà (Peio Aierbe et Sophie Baylac)

19. Avec la directive « retour » : de plus en plus de migrants enfermés (Pierre-Arnaud Perrouty et Marie Charles)

20. Dans les camps, la contestation devient permanente (Liz Fekete)

21. Politique européenne de réadmission : coopérer pour mieux renvoyer (Pascaline Chappart, Claudia Charles et et Lola Schulmann)

22. Les « retours volontaires » : consensus européen autour d’un artifice numéraire et politique (Pascaline Chappart)

23. Détention des étrangers : en France, des mots pour cacher la réalité (Claire Rodier)

24. Les « centres fermés » en Belgique, violence d’État contre droits humains (Benoît De Boeck)

25. Dans l’UE et hors de Schengen, le Royaume-Uni enferme sans vergogne (Jerome Phelps)

26. Le coût humain et financier de la détention des étrangers à l’est de l’Europe (Paulina Nikiel)

27. Les exilés en Grèce, bouc émissaires de la crise économique (Régina Mantanika et Konstantinos Papantoniou)

28. Les espaces insulaires de l’Europe : Canaries, Malte, Sicile (Alessandra Capodanno)

29. Les centres d’internement pour étrangers en Espagne : une histoire d’outrages aux droits humains (Peio Aierbe et Carlos Arce)

Partie 4 : Les effets dans les zones de départ et de transit

30. Zones tampon au Maroc (Hicham Rachidi)

31. Errances et campements (Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender)

32. En Afrique, quand l’Europe perturbe des migrations qui ne la concernent pas (Nicolas Pernet)

33. Quatre millions d’exilés afghans otages des rapports de forces internationaux (Jean-Pierre Alaux)

34. Remise en cause des conventions internationales ? (Claudia Charles)

35. Compter les morts en migration (Emmanuel Blanchard, Olivier Clochard et Claire Rodier)

Conférences à l’Espace Mendès-France de Poitiers

En partenariat avec l’ Espace Mendès-France de Poitiers, Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS) et Migrinter organisent un cycle de conférences intitulé

«Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires»

.

Programme des conférences

.

18 septembre 2012, de 18 h. 30 à 20 h.

  • Sylvie Thénault,  chargée de recherche au CNRS, membre du Centre d’histoire sociale (Paris 1)
  • « Résistances et répression en Algérie à la période coloniale (1830-1962) »

Cette conférence portera notamment sur l’histoire des déplacements forcés des Algériens durant la période coloniale.

.

28 novembre 2012, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Olivier Clochard ; géographe, chargé de recherche au CNRS, membre du laboratoire Migrinter, président de MIGREUROP.
  • « Une géographie critique des politiques migratoires européennes : frontières, espaces et réseaux. »

10 janvier 2013, 18 h. 30 à 20 h.

  • Estelle d’Halluin, sociologue, maîtresse de conférence à l’université de Nantes,
  • Autour de l’ouvrage « Les épreuves de l’asile. »
[note de l’éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, l’OFPRA, le Gisti, se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

17 janvier 2013, de 18 h. à 21 h.

  • Raphaëlle Branche, historienne, maîtresse de conférence à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • « L’embuscade de Palestro : Algérie 1956. Du livre au film: retour sur une expérience. »
  • * Cette séance, comprenant la diffusion du film de R. Branche, débutera exceptionnellement une demie heure plus tôt et se tiendra dans l’auditorium de l’espace Pierre Mendès-France.

.

19 février 2013, de 18 h. 30 à  20 h.

  • Victor Pereira, historien, maître de conférence à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.
  • « Comment construit-on un problème de l’émigration? Les élites portugaises face à l’émigration entre 1957 et 1974. »

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

L’urbanité des marges

VIENT DE PARAITRE

L’urbanité des marges : migrants et réfugiés dans les villes du Proche-Orient. – Paris : Téraèdre, 2012. – 335 p. (Un lointain si proche)
ISBN 978-2-36085-022-8

Recension sur France Culture par Jacques Munier dans « L’Essai et la revue du jour« 

Note de lecture sur le site nonfiction.fr

-o-

Cet ouvrage collectif est dirigé par Kamel Doraï et Nicolas Puig. Il contient des textes de Michel Agier, Jalal Al Husseini, Sari Hanafi, Taylor Long, Myriam Ababsa, Khadija Fadhel, Lamia Missaoui, Alain Tarrius, Agnès Deboulet, Julien Bret, Marie-Antoinette Hily, Sylvaine Bulle, Daniel Meier et Armanda Dias.

 -o-

Dans cet ouvrage qui vient de paraître, les marges renvoient à la faible légitimité des habitants à partager l’espace urbain et à accéder à la citoyenneté : ainsi, les auteurs s’interrogent sur les formes de participation de ces habitants aux organisations urbaines.

Ces populations, migrants, réfugiés et relégués, à l’écart ou en périphérie, parfois dans le centre mais dans des lieux « insecures » (immeubles squattés…), sont stigmatisés, marginalisés… Cependant, elles se construisent des familiarités avec les lieux et les gens, elles transforment le monde urbain, elles recomposent les territoires de la ville, elles imaginent de nouvelles pratiques urbaines.

Ici, la ville est au Proche-Orient, au Liban, en Syrie, en Jordanie ou en Palestine…. mais elle pourrait très bien être ailleurs, et même tout près de nous : les descriptions et les analyses sont tout à fait transposables. Et c’est tout le sens de la collection « Un lointain si proche ».

SOMMAIRE

Introduction : insertions urbaines et espaces relationnels des migrants et réfugiés au Proche-Orient (Nicolas Puig & Kamel Doraï)

première partie. La gouvernance des camps palestiniens et de leurs extensions : l’aménagement au risque de la symbolique des espaces
préambule : temps, espace et politique (Michel Agier)
chapitre 1 : les camps de réfugiés palestiniens, soixante ans après (Jalal Al Husseini)
chapitre 2 : gouvernance, gouvernementalité et état d’exception dans les camps de réfugiés au Liban (Sari Hanafi & Taylor Long)
chapitre 3 : la gestion des quartiers informels en Jordanie (Myriam Ababsa)
chapitre 4 : le camp de Jaramana : un espace marginal au coeur de l’agglomération damascène (Khadija Fadhel)

deuxième partie. Socialités migrantes
Préambule : quelques étapes urbaines des transmigrant(e)s en Europe (Lamia Missaoui & Alain Tarrius)
chapitre 5 : impasses résidentielles et citoyennetés en berne : migrants internationaux à Beyrouth (Agnès Deboulet)
chapitre 6 : le jour des migrants. pratiques dominicales des migrants non arabes à Beyrouth (Julien Bret)
chapitre 7 : migrants et « établis » dans une banlieue de Beyrouth (Marie-Antoinette Hily)

troisième partie. Frontières spatiales, frontières intimes
Préambule : l’horizon de la migration comme expérience de soi et comme plan de vie (Sylvaine Bulle)
chapitre 8 : ville intimes. expériences urbaines des réfugiés palestiniens au Liban (Nicolas Puig)
chapitre 9 : les Irakiens à Damas : dynamiques migratoires et nouvelles pratiques de la ville (Kamel Doraï)
chapitre 10 : les marges identitaires chez les couples libano-palestiniens à Beyrouth et au Sud : une comparaison (Daniel Meier)
chapitre 11 : les résistances imagées ; icônes politiques dans deux espaces urbains à la marge (Amanda Dias)

Mise en Perspective : un Orient plus proche qu’il n’y paraît (Marie-Antoinette Hily)

Avec le concours de l’IFPO

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Israël, l’immigration étrangère et la demande d’asile : une question sous tension

Le contexte migratoire israélien

Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, Israël connait une inscription progressive dans le processus de mondialisation migratoire. Né d’une double dynamique (la sécurisation des frontières des pays d’Europe du Nord et la non-résolution du conflit israélo-palestinien), ce processus d’inscription dans les réseaux migratoires internationaux a eu pour conséquence de voir se développer une nouvelle population immigrée en Israël.

Dans un premier temps, cette population s’est composée de travailleurs étrangers ayant reçu des visas d’entrée afin de remplacer la main-d’œuvre palestinienne de Cisjordanie interdite d’accès à ses lieux d’activité (essentiellement dans les secteurs de la construction et de l’agriculture). Et plus récemment, aux côtés des travailleurs étrangers venus d’Asie ou bien encore d’Europe orientale, une population de demandeurs d’asile a été progressivement mise en visibilité par les médias et les associations de défense des droits de ces nouveaux migrants. Majoritairement originaire d’Afrique orientale (et plus particulièrement d’Erythrée et du sud-Soudan), une large part de cette population a trouvé à s’installer dans le quartier de la gare routière de Tel Aviv où l’offre de logements demeure accessible.

Jusqu’à ces dernières semaines, alors que l’Etat d’Israël avait connu un débat de société d’une grande richesse sur la place de ces nouvelles populations issues de la mondialisation migratoire, il est aujourd’hui confronté à des manifestations racistes envers la population immigrée. Depuis quelques jours, le gouvernement israélien s’est engagé dans une opération « to repatriate illegal work infiltrators to their countries of origin » (1).

Quelques éléments chiffrés

Principales nationalités des personnes ayant reçu un visa de travail en 2010

(en milliers)

La population des travailleurs étrangers est estimée à environ 200 000 personnes. Selon les sources gouvernementales, 60 000 migrants d’origine africaine seraient entrés irrégulièrement dans le pays par la frontière israélo-égyptienne. La reconnaissance du statut de réfugié est très réduite en Israël : « However, only 2 of the 812 applications deliberated by the Interior Ministry in 2009, and 6 of the 3,366 applications deliberated in 2010 were accepted as refugees (recognition rates of 0.24% and 0.17% respectively).15 These rates are significantly lower than the norm in developed countries. » (source : Hotline for Migrant Workers).

 

Pour plus d’informations

Articles scientifiques :

Anteby L. (2009) De la traversée clandestine à la visibilité urbaine: réfugiés et demandeurs d’asile africains dans les villes israéliennes. Méditerranée, n°113, pp. 14-24. (en ligne)

Anteby-Yemini L. (2009) Les « réfugiés soudanais » en Israël : discours, représentations, mobilisations. Maghreb-Machrek, n°199, pp. 71-83.

Berthomière W. (2007) « Globalisation des migrations internationales: dynamiques et modalités. Une contribution réflexive à partir du cas israélien ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 119-120, pp. 157-177. (DOI: 10.4000/remmm.4223)

Articles de presse :

Tel Aviv race riot flags bitter immigration dispute

http://news.nationalpost.com/2012/05/24/tel-aviv-race-riot-flags-bitter-immigration-dispute/

L’immigration clandestine, source de tension et de division en Israël

http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/05/31/l-immigration-clandestine-source-de-tension-et-de-division-en-israel_1709999_3218.html

African asylum seekers injured in Tel Aviv race riots

http://www.guardian.co.uk/world/2012/may/24/tel-aviv-protest-violence-immigration

 Raflés, expulsés, parqués : Nétanyahou règle la question des Africains

http://www.liberation.fr/monde/2012/06/19/rafles-expulses-parques-netanyahou-regle-la-question-des-africains_827404

Israel begins deporting migrants back to African countries – CNN

http://edition.cnn.com/2012/06/17/world/meast/israel-deports-immigrants/index.html?hpt=imi_c2

Liens vers les associations de défense :

Hotline for Migrant Workers

http://www.hotline.org.il/en_drupal/english/index.htm

Kav La’Oved

http://www.kavlaoved.org.il/default_eng.html

(1) :http://www.smh.com.au/world/israel-expels-south-sudanese-infiltrators-20120620-20odh.html#ixzz1z6pFt2u3

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website