Archives par mot-clé : film

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

De la migration : images, temps et émotions

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) : « De la migration : images, temps et émotions ».

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Conférence de Fabienne Le Houerou : Savoir et Emotion : Conflits et Confluences. Filmer les victimes de l’ethnocide au Darfour

Il est question de la dynamique conflictuelle et de la rencontre entre deux ambitions apparemment contradictoires : celle de la connaissance d’une part et celle de son écriture esthétique cinématographique d’autre part. Le savoir serait-il systématiquement opposé aux émotions qui entourent sa production ? Les émotions sont-elles des entraves pour faire des films de véritables véhicules didactiques ? La séance insistera sur le phénomène d’attrait ou de répulsion des belles images (du beau) dans l’écriture cinématographique scientifique. Il mettra en lumière les conflits entre les exigences de sens de l’auteur face aux exigences des diffuseurs. La demande d’accumulation de connaissances  du chercheur nécessite des temps de tournages longs en contradiction avec les logiques télévisuelles. Par ailleurs, le passage à l’image pour un chercheur, sur un terrain aussi sensible que les migrations et, a fortiori  lorsqu’il s’agit de filmer les victimes d’un ethnocide à grande échelle, tel celui du Darfour en 2003-2007, est une épreuve émotionnelle rude qui met en péril sa démarche scientifique. Que devient sa soit disant neutralité scientifique ? Comment le chercheur peut-il se sortir de la tension entre sa compassion pour les êtres filmés et  sa production scientifique finale ? La mise à distance entre le chercheur et les interviewés est-elle possible ou même souhaitable ? Comment la compassion peut-elle se présenter comme un atout dans la progression des connaissances vers le savoir ?

C’est autour du film documentaire de 53 minutes, réalisé en 2007 en Egypte et au Soudan, « Hôtel Du Nil : Voix du Darfour »,  que Fabienne Le Houérou (CNRS-IREMAM) tentera d’évoquer ces questions.