Archives par mot-clé : expérience migratoire

La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

 URMISCIST – MIGRINTER

JOURNEE  D’ETUDES.

La  circulation  et  le  retour  à  l’épreuve  des  contraintes migratoires ?

Dates : 25 septembre 2015 de 9h30 à 18h

Lieu : Université Paris-­Diderot, URMIS, Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 267
Continuer la lecture de La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

Deuxième séminaire annuel du réseau Migrations : « L’expérience migratoire, de la parole aux dispositifs »

Le réseau Migrations a le plaisir de vous faire parvenir le programme de son deuxième séminaire annuel qui se tiendra les 16 et 17 juin à l’Université de Poitiers sur le thème: « L’expérience migratoire, de la parole aux dispositifs ».

Capture d’écran 2015-05-31 à 12.06.24Programme 2°SEM-ANN_RESMIG

Le séminaire se terminera par un après-midi consacré à la vie du réseau Migrations créé l’année passée, ayant déjà organisé rencontres, journées d’études et participé à la circulation de savoirs novateurs sur les migrations. Pour plus d’information sur la vie du réseau, vous pouvez consulter notre site Web

http://reseaumig.hypotheses.org

Nous invitons chaleureusement toutes les personnes intéressées à se joindre à nous à cette occasion (aucune inscription préalable n’est requise). Vous trouverez donc les intitulés des communications ainsi que toutes les informations utiles sur l’affiche de la conférence ci-dessous.

Au plaisir de vous y rencontrer,

Les comités scientifiques et logistiques du deuxième séminaire annuel du réseau Migrations.

Pour toutes informations veuillez contactez:
scientifiquereseaumig@googlegroups.com
logistiquereseaumig@googlegroups.com​

2e séminaire annuel du réseau Migrations – Poitiers 16/17 juin 2015

L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs 

The migratory experience: speech and methodologies

IIe séminaire annuel du réseau Migrations
2nd annual seminar of the Migrations Network
RÉSUMÉ
Nous aborderons lors de ce séminaire annuel l’expérience migratoire aux prismes de la parole des premiers concernés et des dispositifs qui la façonnent, au cours de deux journées ainsi rassemblées sous la thématique « L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs ». Ces deux journées seront en partie dédiées à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le réseau depuis juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.
ANNONCE

Présentation

Pour son deuxième séminaire annuel, le réseau Migrations invite tout.e jeune chercheur.e dont les travaux s’intéressent aux thématiques migratoires, à venir faire connaissance, s’exprimer, partager ses idées et présenter une partie de ses recherches dans le cadre d’une double journée sur la thématique ci-après développée.
Le réseau Migrations existe depuis Juin 2014 et entend rassembler les jeunes chercheur.e.s dont les travaux placent la question des migrations au cœur de leurs préoccupations. Incluant des doctorant.e.s, des étudiant.e.s en Master, des post-doctorant.e.s et des chercheur.e.s non-titulaires, il a vocation à leur offrir un espace transdisciplinaire, professionnel comme informel, d’échange, d’entraide et de réflexion, et à servir de plateforme pour promouvoir leurs recherches, notamment dans le contexte d’événements scientifiques organisés à ces desseins.
Cet appel à contribution s’adresse ainsi aux doctorant.e.s et post-doctorant.e.s travaillant sur les migrations internationales. Toutes les propositions de communication traitant des migrations, sous un angle géographique, sociologique, anthropologique, historique, politique, économique, démographique ou littéraire seront examinées.
Informations sur le réseau : http://reseaumig.hypotheses.org/

Programme prévisionnel et argumentaire général

16 juin 2015 : «Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire »
17 juin 2015 « Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire », vie du réseau et clôture du séminaire »
Ce séminaire s’envisage comme une réflexion au carrefour de deux questions: comment produire des connaissances scientifiques à partir du recueil de récits d’expérience migratoire d’une part et d’autre part, à partir de l’étude des réseaux de significations auxquels renvoient les cadres de réalisation de cette expérience ? Comment définir l’expérience migratoire ? Comment en rendre compte ? Quels sont les rapports entre l’expérience migratoire d’un individu et ses autres formes d’expérience de vie ? En quoi les conditions de réalisation de l’expérience participent-t-elles du façonnement de cette dernière et des interprétations qui en résultent ?
Il s’agit ici de restituer la parole aux acteurs et de considérer la migration en tant qu’une « expérience » de soi, d’autrui et du monde. Les cadres institutionnels et/ou symboliques contribuent à orienter les conditions de réalisation de cette expérience et ses logiques d’interprétation. Aussi, tenter d’appréhender l’expérience migratoire des individus engage le chercheur à entrer vis-à-vis de son objet dans une posture compréhensive. Selon sa démarche, il peut s’intéresser à l’étude des environnements sociohistoriques dans lesquels s’inscrit l’individu, aux structures et/ou aux circonstances situationnelles susceptibles d’en déterminer les dynamiques mobilitaires, ou encore, aux représentations sociales qui sous-tendent l’agir de l’individu.
De la parole des individus à l’analyse des cadres depuis lesquels se pensent et s’opèrent les migrations, c’est dans les embranchements et les intrications de ces perspectives de recherche que nous voulons interroger les processus qui donnent forme à l’ « expérience migratoire ».

Première journée

Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire

Cette première journée s’intéressera à considérer la diversité des parcours et des trajectoires de candidats à la migration, migrants, et immigrés à partir de la parole des premiers concernés : comment saisir à travers les récits de soi et les trajectoires biographiques racontées, ce que recouvre le terme d’  « expérience migratoire » ? C’est une expression dont nous faisons un grand usage dans nos recherches et qui se restreint souvent à une succession d’étapes. Alors que, toutefois, l’analyse des discours des enquêtés en vue de saisir ce que l’individu tient pour vrai peut grandement éclairer ce que nous entendons par « expérience migratoire ». Aussi, il s’agira également de considérer comment le chercheur doit-il s’interroger pour formuler, à partir de la parole des migrants, des interprétations rigoureuses susceptibles d’être tenues pour justes et possibles. Dans son effort de compréhension, l’enquêteur devra chercher à quitter, en partie, son monde de langages pour entrer dans celui de l’enquêté. C’est à partir de ce renversement que peut s’ouvrir une démarche de recherche, dans laquelle le récit devient le lieu même où se construit la connaissance de l’existence humaine en général et celle de l’expérience migratoire, pour ce qui nous intéresse plus particulièrement.
Pour cette première journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches la parole de celles et ceux qui vivent l’expérience de la migration, quel que soit leur statut, les formes du déplacement envisagé, effectué ou en cours. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des parcours et des expériences mais aussi des méthodes de recherche susceptibles d’être au plus près de ces expériences telles que vécues. 

Deuxième journée

Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire

Les migrations se vivent dans le monde, mais que faut-il comprendre par « le monde »? S’agit-il du monde tel qu’on le vit et tel qu’on l’éprouve ? Du monde tel qu’on le dit et se le représente ? Comment le chercheur peut-il considérer les cadres d’existence à partir desquels se réalise et se déploie l’expérience migratoire ? Quels sont ces cadres ? Les situations de guerre et de terrorisme, le réchauffement climatique, les drames écologiques, l’endettement et le chômage de masse constituent aujourd’hui autant de cadres de configuration qui façonnent l’expérience de la migration et de la mobilité plus généralement. C’est également au prisme de ces cadres que nous pouvons alors revenir à une question primordiale : qui fait l’expérience de la migration ? Le jeune candidat au départ mais contraint à la fixation, ne pouvant obtenir un visa, n’en fait-il pas l’expérience? Au regard des représentations sociales dont il peut être l’objet, un ancien immigré de retour dans son pays d’origine fait-il encore l’expérience de la migration ? Les déplacés forcés font-ils de la migration une « expérience » ? Ces questionnements ont en commun d’interroger également l’ « expérience migratoire ».
Pour cette deuxième journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches les cadres (politiques, économiques, sociaux etc.) de réalisation de l’expérience migratoire. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des contraintes et des influences de ces cadres sur les parcours et les expériences migratoires, mais aussi au regard des représentations sociales de la migration, à l’origine desquelles peuvent être ces dispositifs. 

La Session Poster : des communications orales aux communications murales

En plus des présentations orales, une salle sera mise à disposition pour une exposition de posters tout au long de ces deux journées. Cette initiative a pour objectifs de favoriser le partage des connaissances scientifiques mais aussi de valoriser les pratiques et les expériences dans le champ d’étude des migrations. La session posters permettra alors de restituer la diversité des approches méthodologiques, des outils de recherche mobilisés et des résultats obtenus par de jeunes chercheur.e.s sous une forme illustrée. Par ailleurs, elle ouvre la possibilité de faire connaître et de valoriser une pluralité de recherches doctorales en cours, dans l’objectif de constituer et d’élargir le réseau des jeunes chercheur.e.s étudiant dans le domaine des migrations. Tou.te.s les intéressé.s peuvent y participer, sans obligation de présenter une communication dans le cadre du séminaire. Une inauguration suivie d’une présentation des travaux par leurs auteur.e.s au public sera prévue dans le programme définitif du séminaire. La présence des auteur.e.s est donc requise. Le format de présentation est une affiche 80 cm x 100 cm ou A0 (verticale ou horizontale).

Consignes de proposition de communication

Pour proposer une intervention, la personne souhaitant communiquer devra faire parvenir, en un seul fichier pdf, au comité d’organisation du séminaire
  •  le thème de la journée retenu pour intervenir (journée 1 ou 2)
  •  le titre de la proposition
  •  le type de communication (communication classique ou poster)
  •  un résumé de 500 mots maximum de la proposition de communication
  •  un CV (comprenant nom, prénom, coordonnées précises, statut, organisme d’affiliation, adresse, numéro de téléphone, adresse mél et intérêts de recherche)
La date limite de soumission des propositions est au

20 avril 2015 inclus.

Les résultats de la sélection seront indiqués à partir du  27 avril 2015, après réunion du comité d’organisation du séminaire.
Pour les personnes qui interviendront lors des deux journées sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. 

Comité scientifique

  • Amanda DA SILVA, Université de Liège (ISHS / CEDEM)
  • Mike GADRAS, Université Paris 13 Sorbonne Paris cité (EXPERICE)
  • Cécile GIRAUD, Université Catholique de Louvain (Centre d’Étude du Développement)
  • Hicham JAMID, Université Ibn Zohr d’Agadir (LEMASE) et CNAM Paris (LISE)
  • Josepha MILAZZO, Université d’Aix-Marseille (TELEMME) et Université Autonome de Barcelone (Grup de Recerca sobre Migracions)
  • Kelly POULET, Université de Picardie Jules Verne (CURAPP-ESS)
  • David VIGNERON, Université de Rouen (IDEES / GRIP)

Comité logistique :

  • Lucie BACON, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Martine BROUILLETTE, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Fanny CHRISTOU, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université Américaine de Beyrouth et Sciences Po Paris (CERI)
  • Amandine DESILLE, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université de Tel Aviv (School of Geography and Human Environment)
  • Eleonora GUADAGNO, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Zhipeng LI, Université de Poitiers (MIGRINTER)

Voir aussi l’annonce sur le site du réseau Migrations (http://reseaumig.hypotheses.org/277) et sur calenda (http://calenda.org/324085)

 

Soutenance de thèse – Anne-Laure Counilh – ..Récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou…

Migrinter a le plaisir d’annoncer que Anne-Laure Counilh soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le jeudi 18 décembre 2014, à 14 h dans la salle des Actes de l’UFR Lettres et Langues (bâtiment A3, 1 rue Raymond Cantel), sur le campus de l’Université de Poitiers.

Parcours, Expériences, Projets.


Récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou (Mauritanie)

Membres du jury :

  • Patrick Gonin, Professeur des Universités, Université de Poitiers, Géographe
  • Laurence Ossipow-Wüest, Professeure, Haute École de Travail Social, Genève, Anthropologue
  • Olivier Pliez, Directeur de Recherche, CNRS, Géographe
  • Denis Retaillé, Professeur des Universités, Université Bordeaux III, Géographe
  • Dominique Royoux, Professeur Associé, Université de Poitiers, Géographe

Résumé

À travers les parcours, les expériences et les projets migratoires de migrants ouest-africains rencontrés à Nouadhibou en Mauritanie, cette thèse aborde les problématiques relatives à la construction des mobilités entre aspirations individuelles et réglementations nationales et internationales. Des récits de vie de migrants et des biographies migratoires permettent de reconstruire les parcours complexes des migrants arrivés à Nouadhibou et de comprendre que les expériences et les projets migratoires sont des constructions complexes, hybrides et labiles. La perspective de l’acteur, les analyses interactionnistes et le point de vue de l’autonomie sont replacés dans le contexte de l’évolution générale des politiques migratoires vers plus de restrictions. Cette confrontation entre plusieurs cadres et plusieurs échelles de l’analyse des phénomènes migratoires permet de remettre en question la notion de transit dans sa dimension performative. Cette thèse entend replacer les expériences des migrants ouest-africains en Mauritanie dans une réalité plus « ancrée », plus « incarnée », s’approchant ainsi d’une réflexion sur les inégalités liée à la mondialisation.

Abstract

Between 2005 and 2007, few thousands of African migrants left the West African Coast of  Mauritania, particularly from the small harbour town of Nouadhibou and accosted the Canary Islands. Nowadays, as migration politics tend towards more and more restrictions, Nouadhibou has soon become the center of an unexpected attention from media and European institutions. Nonetheless, immigration exists in Nouadhibou since the early XXth century, it is still today an attractive place for labour migration and migrants coming to Nouadhibou don’t only leave to the Canary Islands. Considering that migrants are forced to stay in a place that is not their final destination, International institutions and States called this phenomenon « transit migration ». Our aim is to shed the light on the blurred and politicized concept of transit. Questioning closely the notions of itineraries, experiences and projects led us to deepen our understanding of mobility in the context of a restrictive legal and policy framework. Long-term field and ethnographic methods such as narrative biography and life histories allow us to consider the experience of mobility as a threshold. Finally we try to understand the impact of blurred motilities on the local society in Nouadhibou, a way of examining globalization dynamics impacts in local places.

Keywords: migrations, migrants, itineraries, experiences, projects, protracted transience,
Mauritania, Nouadhibou


Crises et migrations dans les pays du Sud – Vient de paraître – L’Harmattan

Vient de paraître

CRISES ET MIGRATIONS

DANS LES PAYS DU SUD

sous la direction de Marc-Antoine Pérouse de Montclos,

Véronique Petit, Nelly Robin

[4e de couv.] Ce livre s’inscrit dans un champ de recherches en pleine expansion. Il interroge de manière transversale la notion même de crise et les interactions avec les migrations dans les pays en développement. Il est le fruit d’une réflexion pluridisciplinaire : science politique, droit, démographie, histoire, géographie, sociologie, anthropologie, linguistique.

Des dimensions majeures sont explorées : usages sémantiques et stratégiques, histoire des populations, violences et conflits internationaux, protection juridique, pauvreté, perception des expériences migratoires et questions identitaires.
Marc-Antoine Pérouse de Montclos est Professeur à l’Institut français de géopolitique de l’Université Paris 8. Spécialiste du Nigeria et des conflits armés en Afrique subsaharienne, il a publié récemmentÉtats faibles et sécurité privée en Afrique noire (2008), Les humanitaires dans la guerre (2013), La tragédie malienne (2013).
Véronique Petit est Professeur à l’Université de Poitiers, membre du laboratoire MIGRINTER. Spécialiste des questions de développement en Afrique de l’Ouest, en particulier des migrations internationales et de la santé de la reproduction, ses recherches associent étroitement démographie et socio-anthropologie (Counting Populations, Understanding Societies, 2013).
Nelly Robin, géographe, est Chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement, membre du laboratoire MIGRINTER. Spécialiste des migrations internationales en Afrique de l’Ouest, ses recherches actuelles portent sur les réalités du droit, interne ou international, et les nouveaux modes de circulation au Sahel.

Paris : Editions L’Harmattan• janvier 2014

ISBN : 978-2-343-01171-4 • 204 pages

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire IRIS-EHESS / MIGRINTER : expériences migratoires

vendredi 31 mai de 10 h à 17 h 30
EHESS
105 boulevard Raspail (salle 1), Paris
 
Le fragmentaire de l’expérience (migratoire)
Récits, images et espace public
  • 10h – 10h 15 : Introduction
  • 10h15 – 11 h30 : Patricia Martin (université de Montréal) : Espace, fragmentation, politique : La migration mexicaine transnationale en Amérique du Nord
  • 11h 45 – 13 h : Dork Zabunyan (université de Lille 3) : Harun Farocki ou l’imaginaire numérique de la guerre.
  • 14 h -15h 15 Michèle Leclerc-Olive (CNRS-EHESS) : Entre fiction narrative et catégorisation. Récits d’expérience migratoire  et espaces politiques.
  • 15 h30 -16 h45 Odile van der Vaeren (université de Namur) : L’errance homérique revisitée par Platon : l’errance socratique.
  • 16h45 17h30 Discussion générale

Marina Hily (Migrinter, Poitiers)

Michèle Leclerc-Olive (IRIS, EHESS Paris)

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, Poitiers)

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

« Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma. »

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website