Archives par mot-clé : expatriation

La communauté politique russe en France : soutenance Olga Bronnikova

Soutenance de thèse

Olga Bronnikova

Compatriotes et expatriotes : le renouveau

de la politique dans l’émigration russe

L’émergence et la structuration

de la communauté politique russe en France (2000-2013)

La soutenance se déroulera le 27 janvier 2014, à  14 h., à  l’Institut national des langues et civilisations orientales au 2 rue de Lille 75007 (station Saint-Germain-des-Prés, ligne 4 ; station Palais-Royal Musée du Louvre, lignes 1 et 7 ; station Rue du Bac, ligne 12) dans les Salons de l’INALCO.

Le jury sera composé de :

  • M. William Berthomière, Directeur de recherche CNRS, Université de Poitiers (directeur)
  • M. Andy Byford, Senior Lecturer, Durham University (pré-rapporteur)
  • Mme Françoise Daucé, Maître de conférences, Université Clermont-Ferrand II
  • M. Jean Radvanyi, Professeur des Universités, INALCO (directeur)
  • Mme Anne de Tinguy, Professeure des Universités, INALCO, Sciences Po Paris
  • Mme Catherine Wihtol de Wenden, Directrice de recherche CNRS, Sciences Po Paris (pré-rapportrice)

La soutenance sera suivie d’un pot organisé sur place.

Résumé : A la suite de la structuration de la politique de l’Etat russe envers ses émigrés, ainsi que d’une vague de protestation en Russie à  la fin de l’année 2011, a émergé une nouvelle communauté politique russe en France. Celle-ci s’est progressivement construite autour des discours et des activités politiques des migrants russes en direction de leur pays d’origine. Les motivations de ces migrants sont à rechercher dans leurs sentiments d’appartenance à la Russie. Deux figures idéal-typiques clés se sont révélées au cours de notre recherche : d’une part, le « compatriote », défini par les autorités russes qui prônent l’unité de leurs ressortissants disséminés à travers le monde et en appellent à dépasser les clivages du passé et, d’autre part, l’« expatriote », qui refuse d’être représenté par l’Etat russe et rejette la définition « officielle » de ses sentiments d’appartenance ; d’un côté donc, le compatriote, retrouvant la fierté d’être et de se dire Russe ; de l’autre, l’expatriote, traversé par le sentiment d’être Russe malgré lui et de devoir assumer, en la transformant, cette condition. Bien qu’ayant des conceptions fort différentes, et souvent contradictoires, de ce que devrait être la Russie, le compatriote et l’expatriote ne peuvent être opposés de manière binaire dans la mesure où ils ne cessent d’interagir et changent même parfois leurs positions respectives. Le lieu de ces interactions, c’est la communauté politique russe en tant qu’arène de discours et de pratiques politiques en recomposition permanente.

Mots-clés : migrations russes – politique de l’Etat russe – mobilisations politiques – compatriote – expatriote – communauté politique – sentiment d’appartenance – Russie – France – Grande-Bretagne

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

ILDIKO OTOVA en immersion documentaire

Ildiko Otova au centre de ressources de MigrinterIldiko Otova est une jeune chercheure bulgare. Arrivée à Migrinter le 2 juillet dernier, elle sera accueillie par le laboratoire jusqu’au 26 de ce même mois.

Ildiko est en troisième année de thèse en sciences politiques. Elle est inscrite à la Nouvelle Université Bulgare (NUB), à Sofia, et elle est membre du laboratoire « Center for European Refugees Migration and Ethnic Studies – CERMES« . Le titre de son travail doctoral n’est pas encore décidé, mais on peut cependant dévoiler que sa recherche concerne les relations entre les villes et la migration hautement qualifiée, avec Sofia comme poste d’observation privilégié.

Mais ce n’est pas avec sa casquette de doctorante qu’Ildiko nous rend visite : elle participe à un projet scientifique sur les migrations des médecins bulgares et roumains vers la France. Cette recherche, financée par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), donnera lieu à un colloque de restitution prévu à Sofia en novembre 2012.

Ildiko Otova connaissait déjà Migrinter et la MSHS puisqu’elle avait effectué un séjour d’un mois, en octobre 2011 : elle avait alors bénéficié d’une bourse d’études du gouvernement français dans le cadre du programme pour la mobilité des jeunes chercheurs.

Sa directrice de thèse, Anna Krasteva, est aussi la responsable du CERMES. Elle a rencontré récemment Michel Audiffren, ancien directeur de la MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) de Poitiers et actuel président du « GIS Réseau national des MSH« , qui lui a conseillé de contacter Kamel Doraï. C’est donc à l’invitation de ce dernier qu’Ildiko nous fait l’honneur de cette seconde visite à Poitiers. Elle compte pendant son séjour profiter des ressources documentaires de Migrinter, rencontrer des chercheurs et si possible, guidée par Victoire Cottereau, effectuer un petit travail de terrain et interviewer les éventuels médecins bulgares ou roumains en poste au CHU.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet