Archives par mot-clé : étudiants

Soutenance de thèse – Kévin Mary – Les élites maliennes en quête d’Amérique

Migrinter a le plaisir d’annoncer que Kévin Mary soutiendra sa thèse de doctorat , spécialité Géographie physique, humaine, économique et régionale le vendredi 21 novembre 2014, à 13 h 45 à l’Amphi Victor Grignard, Bâtiment M., Campus I, Université de Caen.

LES ÉLITES MALIENNES EN QUÊTE D’AMÉRIQUE

Migrations internationales pour études

et enjeux d’une reproduction sociale inachevée

Membres du jury :

  • Jérôme LOMBARD, Directeur de recherche IRD, PRODIG  UMR 8586 CNRS, Université Paris I Panthéon – Sorbonne, rapporteur.
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeure émérite de Géographie, MIGRINTER UMR 7301 CNRS, Université de Poitiers, rapporteur.
  • Samba DIALLO, Professeur de Géographie, Recteur, Université de Bamako (MALI), examinateur.
  • Anne OUALLET, Professeure de Géographie, ESO UMR 6590 CNRS, Université de Rennes 2, examinateur
  • Patrick GONIN, Professeur de Géographie, RURALITES EA 2252, Université de Poitiers, co-directeur
  • Jean-Marc FOURNIER, Professeur de Géographie, ESO UMR 6590 CNRS, Université de Caen Basse-Normandie, co-directeur

 Résumé

LES ÉLITES MALIENNES EN QUÊTE D’AMÉRIQUE. Migrations internationales pour études et enjeux d’une reproduction sociale inachevée.

Ce travail prend pour objet les migrations pour études dans les familles d’élites au Mali, en s’intéressant à l’Amérique du Nord, une destination relativement méconnue des migrations maliennes. L’analyse montre que la mobilité pour études aux États-Unis et au Canada relève d’un fort attrait parmi les élites et s’inscrit plus généralement dans des modes de vie tournés vers l’extérieur. L’acquisition de diplômes nord-américains ne suffit cependant pas à garantir au Mali la reproduction des familles membres de l’élite. Si effectuer des études à l’étranger permet éventuellement de se projeter dans un avenir ailleurs que dans l’espace national, l’étude montre que l’accès à l’État, comme itinéraire d’accumulation le plus efficace, relève de critères plus ambigus. Cette recherche repose sur une pluralité de matériaux empiriques et des terrains multi situés : enquête par questionnaires à Bamako et terrains investis sur un mode plus qualitatif au Mali, aux États-Unis et au Canada.

Abstract

THE MALIAN ELITES IN SEARCH OF AMERICA.International student migrations and incompletion of social reproduction at stake.

This work explores student migrations within elite families in Mali. In particular, examining North America, which constitutes as an understudied destination of Malian international migrations. This study shows that academic mobility to the United States and Canada are appealing to the elites and more generally are part of a lifestyle turned towards the foreign environment. Nevertheless, back in Mali, obtaining North American degrees does not guarantee social reproduction among the members of elite families. Though studying outside of Mali may allow for the students to stay in Canada or the United States, this study highlights that working for the Malian State, which remains the best way to accumulate money in Mali, is based upon more ambiguous criteria. This research deploys several methological techniques targeting a variety of places: a questionnaire was administered in Bamako, while qualitative fieldwork was conducted in Mali, Canada and the United States.

Keywords: Social inequalities, international migrations, student migrations, elites, social reproduction.

Séminaire C. Belkhodja (Univ. Moncton, Canada), 16 mai 2013 10h -13h – Mshs, Poitiers

L’instrumentalisation des étudiants internationaux dans les politiques d’immigration au Canada : discours, pratiques et réalités

Le séminaire aura lieu à la Mshs en Salle Gargantua.

Le besoin croissant de travailleurs qualifiés et le problème de la reconnaissance des qualifications obtenues à l’étranger font des étudiants internationaux une catégorie immigrante de premier choix. Au Canada, comme dans d’autres pays, depuis une dizaine d’années, un rapprochement s’établit entre les politiques d’immigration et les étudiants internationaux. Par l’augmentation des étudiants internationaux, le rôle des universités est donc amené à sa transformer. Notre recherche s’intéresse aux processus d’internationalisation des universités situées dans des régions moins marquées par les flux migratoires.

Dans des petits milieux, l’Université peut jouer un rôle considérable dans le développement économique et l’établissement de liens avec les autres intervenants en matière d’immigration : gouvernements, municipalités et acteurs économiques. Le campus universitaire devient un lieu propice pour comprendre de nouvelles dynamiques identitaires dans des milieux caractérisés par un faible nombre d’immigrants et une population locale plus homogène que celle vivant dans les grands centres urbains. Le campus universitaire peut être présenté comme un laboratoire de la diversité intéressant à comprendre et à analyser. Ceci est d’autant plus vrai dans les communautés francophones minoritaires, qui sont relativement homogènes et souffrent à la fois de la dénatalité et de l’assimilation linguistique. À partir de plusieurs terrains d’investigation, nous analysons et questionnons les diverses stratégies d’internationalisation que les universités mettent en place dans le but d’attirer les étudiants étrangers, les politiques et pratiques d’intégration dans les campus et les efforts en ce qui concerne la rétention.

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.