Archives par mot-clé : Etats-Unis

Conférence de Pap Ndiaye à l’Espace Mendès France, le 19 novembre à 18h30

Conférence

Jeudi 19 novembre 2015

18h30

Pap Ndiaye, historien, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris .

Dans le cadre du Cycle de conférences  Ateliers des chercheur(e)s : Etudier les migrations internationales et les luttes contre les discriminations

Penser politiquement le monde afro-américain : questions d’identité et de minorité

L’histoire politique des Noirs américains a été notamment caractérisée par deux courants idéologiques : d’une part une définition identitaire, voire nationaliste, de l’expérience noire, insistant sur ses particularités culturelles ; d’autre part une définition minoritaire de cette expérience, plus universaliste. La conférence fera l’histoire de ces courants, et analysera leurs déclinaisons contemporaines.

Awa Ba invitée à Migrinter

Le laboratoire MIGRINTER est heureux d’accueillir Madame Awa Ba du 15 au 19 décembre 2014. Awa est doctorante en anthropologie, à l’Université d’Uppsala, en Suède. Elle travaille sur le thème des femmes migrantes sénégalaises à New York (Etats-Unis), sous la direction du professeur Eva Evers-Rosander. Sous le titre  « Femmes, religions et transnationalisme« , son travail de recherche concerne la renégociation des identités et les relations de genre dans le « Petit Sénégal » (Little Senegal) de New York.

Awa est installée dans le bureau « chercheurs invités » de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS). Elle compte profiter de son séjour pour compléter sa recherche bibliographique, rencontrer les chercheurs du laboratoire et participer aux activités scientifiques de l’équipe. Elle présentera ses travaux à la réunion de laboratoire du 18 décembre.

Publication :

  • Ba, Awa (2008) Les femmes mourides à New York : une renégociation de l’identité musulmane en migration, in Momar Coumba Diop, Le Sénégal des migrations : mobilités, identités et sociétés, Dakar ; Paris ; Nairobi : CREPOS ; Karthala ; ONU-Habitat, pp. 389-408.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Recherche bibliographique à Migrinter : retour sur le séjour de Guerline Jean-Baptiste

Du lundi 4 au mardi 19 juin, le laboratoire Migrinter a accueilli Guerline Jean-Baptiste, doctorante en Sciences Politiques de l’Université Rennes I, pour un séjour de recherche. Sa thèse porte sur les migrations haïtiennes et cubaines aux États-Unis et interroge dans une approche critique les enjeux que représentent ces migrations dans les rapports de pouvoir entre ce pays d’Amérique du nord et ces deux îles caribéennes.

Guerline Jean-Baptiste a suivi une formation académique en langues et civilisations à l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince, en Haïti. Elle a par la suite obtenu une licence en langues, littératures et civilisations étrangères, à l’Université des Antilles et de la Guyane en Martinique, qu’elle a complété par une maîtrise en civilisation nord-américaine. Dans ce cadre, elle mit en place une étude sur les inégalités sociales aux Etats-Unis, en centrant son attention sur les populations afro-américaines : cependant, elle se voit refuser son visa d’entrée dans ce pays et doit réaliser sa recherche depuis Haïti. Elle poursuit son parcours universitaire en France et se spécialise en littérature étatsunienne. Puis elle retourne en Haïti où elle donne des cours d’analyse textuelle et de littérature anglo-saxonne à l’Ecole Normale Supérieure de Port-au-Prince. Elle obtient alors un visa pour les Etats-Unis et décide de reprendre ses études sur ce pays en entamant une recherche doctorale.

C’est au sein du laboratoire CRAPE (Centre de recherches sur l’action politique en Europe) à l’Université de Rennes I que Guerline mène son investigation depuis la rentrée 2012, dirigée par Mario Menéndez.

La recherche doctorale qu’elle conduit à présent vise à comprendre les interrelations entre d’une part, les migrations haïtiennes et cubaines aux Etats-Unis  et d’autre part, les enjeux politiques et économiques des États impliqués. Dans une perspective comparative qui s’intéresse à deux champs migratoires, elle s‘interroge sur la possible instrumentalisation de ces migrations et sur leur inscription dans des rapports de pouvoir entre les Etats-Unis et les pays caribéens. Guerline souhaite questionner ces relations d’hégémonie/subalternité au travers des expériences migratoires des individus mises en liens avec les politiques migratoires et les stratégies économiques adoptées par le pays de destination.

La politique étrangère des Etats-Unis utilise-t-elle ces flux migratoires pour faire pression sur les gouvernements des pays d’origine ? Par exemple, en Haïti, quels liens y a-t-il entre le développement d’une économie néolibérale impulsée par les Etats-Unis, l’implantation de programmes d’investissement ou de projets d’aide nord américains et la structuration des migrations en direction des Etats-Unis ? Il est d’ailleurs possible d’observer une profonde asymétrie dans la politique étrangère des Etats-Unis envers ces deux pays, ce qui rend une démarche comparative tout à fait pertinente et éclairante.

Dans le cadre de sa thèse, Guerline construit une approche originale et critique qu’elle a cherchée à alimenter en venant à Migrinter en ce mois de juin. Elle a ainsi pu accéder au centre de ressources du laboratoire et, guidée par le documentaliste Gilles Dubus, affiner sa recherche bibliographique sur les migrations dans les aires géographiques des Caraïbes et de l’Amérique du Nord. Il était important pour elle de trouver des outils théoriques et méthodologiques lui permettant d’aborder la question des migrations internationales et des politiques migratoires. Sa visite coïncidant avec le déroulement des journées d’études doctorales « Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire », la doctorante a ainsi pu participer à un atelier méthodologique lui offrant un large panorama de techniques d’enquêtes mobilisées dans le champ d’études des migrations internationales. Guerline a également profité de sa présence au laboratoire pour rencontrer des spécialistes des questions qu’elle soulève dans son investigation et préparer son prochain départ sur le terrain, à la fin du mois de juin.