Archives par mot-clé : diaspora

Soutenance de thèse : Iris Polyzos

Iris POLYZOS soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie le 24 juin 2014 à l’Université Technique Nationale d’Athènes.

Intitulée « Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio« , cette thèse a été réalisée en cotutelle entre le Département urbanisme et aménagement du territoire de l’École d’architecture de l’Université technique nationale d’Athènes et le Département de géographie de l’Université de Poitiers, sous la direction de Dina VAIOU et d’Emmanuel MA MUNG.

Membres du jury :

  • Roxane CAFTANTZOGLOU Directeur de Recherche, EKKE, Centre National de Recherches Sociales
  • Maria COUROUCLI Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire LESC et Directeur des études périodes modernes et contemporaines, École française d’Athènes (rapporteur)
  • Thomas MALOUTAS Professeur, Département de Géographie, Université Harokopio (rapporteur)
  • Emmanuel MA MUNG Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Naïk MIRET Maître de Conférence, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Stavros STAVRIDIS Professeur assistant, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes
  • Dina VAIOU Professeur, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes

-oOo-

Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio

Résumé : La relation entre immigrations et espace urbain connaît actuellement de profondes recompositions dans le contexte athénien. Des nouvelles territorialités voient le jour, induites surtout par des vagues migratoires récemment arrivées. Le but de cette thèse est d’étudier comment l’immigration chinoise, tout en faisant partie de ces vagues migratoires, se différencie et trace des parcours économiques et socio-spatiaux autres. Le principal quartier d’installation des ces migrants, situé dans la partie ouest du centre d’Athènes, est au cœur de notre recherche. La question centrale de notre thèse est, d’une part, d’identifier les caractéristiques du tissu social et urbain qui ont permit ce regroupement et, d’autre part, de voir quelles mutations découlent de la présence chinoise dans le quartier. La méthodologie adoptée fait appel à quatre outils principaux : entretiens semi-directifs avec des commerçants et habitants chinois et non chinois, enquête par questionnaire sur deux immeubles du terrain d’étude, relevés et observations du quartier en question, enfin, recueil et traitement des données encore non publiées.

Ce travail a suggéré qu’un « quartier chinois », tourné sur l’activité du commerce de gros, est en effet apparu. À côté de sa forte dimension économique, il s’agit d’un lieu de référence pour la population étudiée. Nous montrerons que ce regroupement ethnique coexiste avec d’autres dynamiques qui se manifestent dans le même espace. Les migrants chinois contribuent aux réhabilitations atypiques que connaît leur quartier d’installation, tandis que leur contribution procède de l’imbrication de l’échelle globale et de l’échelle locale. Faisant partie de la diaspora chinoise, ils mobilisent des réseaux transnationaux dans le processus de leur installation. En même temps, le quartier d’installation se transforme aussi pour devenir un nouveau pôle au sein de la toile migratoire chinoise. Finalement, cette étude a montré la nécessité de changer de regard sur la présence des migrants dans l’espace urbain. Contrairement au discours qui associe les migrants au déclin urbain, nous mettons l’accent sur l’aspect positif de leur rôle en tant qu’acteurs du changement urbain.

Migrations et développement : programme du colloque de Dschang

L’Université de Dschang (Cameroun), en partenariat avec l’Université de Poitiers, à organisé du 6 au 9 novembre 2013 un Colloque scientifique international intitulé « Comment questionner les liens migrations et développement dans les Afriques du Centre et de l’Ouest ? ».

PROGRAMME DU COLLOQUE

Les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes

Axe 1 : Aux Suds, de possibles politiques migratoires ?

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Axe 2 : De l’urgence au développement et réciproquement

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Axe 3 : Transferts financiers : usages et enjeux aux Suds

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Axe 4 : Les acteurs intermédiaires des transformations socio-spatiales

Enfin, ce quatrième axe a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc.) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

Responsables scientifiques :

  • Pierre Kamdem, université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, université de Poitiers

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse d’Hélène Simon-Lorière

Hélène Simon-Lorière

présentera publiquement sa thèse

CONDITIONS DE VIE ET PROJETS MIGRATOIRES

DES RÉFUGIÉS LIBÉRIENS À CONAKRY (GUINÉE) ET ACCRA (GHANA)

le 13 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Véronique Lassailly-Jacob et Monique Bertrand. Le jury sera composé de :

  • Monique BERTRAND, Directrice de recherche, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Département Sociétés
  • Mohamed Kamel DORAÏ, Chargé de recherche, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
  • Catherine FOURNET-GUÉRIN, Maître de Conférences Habilitée à Diriger des Recherches,Université de Reims Champagne Ardenne (rapporteur)
  • France GUÉRIN-PACE, Directrice de recherche, Institut National des Études Démographiques(INED)
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Marc-Antoine PÉROUSE DE MONTCLOS, Professeur, Université Paris 8, Institut Français deGéopolitique (rapporteur)

Résumé : Cette thèse de géographie s’est intéressée à la situation en 2008-2009 des réfugiés libériens dans deux capitales d’Afrique de l’Ouest, Conakry en Guinée et Accra au Ghana. À l’issue du conflit au Libéria, elle pose la question de l’avenir de ces réfugiés urbains dans ces deux pays proches du Libéria où ils avaient trouvé refuge entre 1990 et 2003. Inscrite dans le champ des Forced Migration Studies, elle interroge leurs conditions de vie et leurs projets migratoires : comptaient-ils rentrer au Libéria, rester dans ces pays d’asile ou bien partir pour d’autres destinations ? Leurs expériences de migration forcée sont replacées dans les contextes du conflit libérien et de l’accueil dans ces deux pays, puis présentées par la restitution de leurs parcours d’exil dans les pays de la Mano River. À travers la répartition géographique de ces réfugiés libériens, marquée par l’absence de camp à Conakry et la présence de celui de Buduburam en périphérie d’Accra, et à travers leurs modes de subsistance pour survivre et s’organiser dans chaque capitale, les processus de reterritorialisation sont interrogés. Enfin, la trilogie des « solutions durables » proposée par le HCR – rapatriement volontaire, intégration locale, réinstallation – est revisitée au prisme des tactiques migratoires post-conflit de ces réfugiés.

Mots clés : réfugiés urbains, migrations forcées, conditions de vie, projets migratoires, tactiques, réseaux sociaux, diaspora, Afrique de l’Ouest, Libéria, Guinée, Ghana, Conakry, Accra

 

Soutenance de thèse de Clara Rachel Eybalin Casséus

Le 02 décembre 2013 à 13 heures

salle Guillemet de l’Hôtel Fumé (Faculté des Sciences Humaines et Arts, Université de Poitiers – 8 rue Descartes),

Clara Rachel Eybalin Casséus

soutiendra sa thèse intitulée

« LES MIGRANTS, ACTEURS TRANSNATIONAUX DU DEVELOPPEMENT :

Les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni« .

Ce travail de recherche doctorale a été préparé sous la direction de Patrick Gonin, Catherine Wihtol de Wenden et Cédric Audebert.

Composition du Jury :

  • Cédric Audebert, géographe, Chargé de recherche au CNRS
  • Hervé Domenach, Professeur de démographie, Université de Provence (rapporteur)
  • Patrick Gonin, Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Danièle Joly, Professor of Sociology, University of Warwick
  • Françoise Lorcerie, politologue, Directrice de recherche au CNRS (rapporteur)
  • Emmanuel Ma Mung, géographe, Directeur de recherche au CNRS
  • Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Professeur de sciences politiques, Université Paris 8
  • Catherine Wihtol De Wenden, politologue, directrice de recherche au CNRS

Résumé :
Dans un contexte où l’importance croissante de la mondialisation des flux migratoires en provenance de la région caraïbéenne s’intensifie et se diversifie, une prise en compte plus détaillée de l’évolution des stratégies de migrants au sein des sociétés d’accueil et de leur impact socioéconomique et politique sur les sociétés de départ s’impose. Notre thèse déclinée en trois parties s’inscrit précisément dans une réflexion sur l’engagement associatif à distance du migrant-acteur haïtien et jamaïcain, dans un cadre institutionnel français pour l’un et britannique pour l’autre. Au cœur d’un dispositif qui lie responsables locaux du pays d’origine et élus de la société d’accueil mettant en interaction différentes formes d’intervention de l’État d’origine, comment donc ce dernier peut-il alors agir et avoir un rôle incitatif en favorisant la participation de cette communauté transnationale ou encore en coordonnant des actions des associations de migrants ? En quoi le cadre associatif transnational est-il favorable au développement dans le contexte haïtien/ jamaïcain ? En considérant l’émergence puis l’évolution du tissu associatif haïtien en terre française, et celles du tissu associatif jamaïcain en terre britannique, nous avons voulu chercher à comprendre les motivations derrière l’engagement de porter des projets de développement dans le pays d’origine. Notre travail de terrain,ainsi que notre dispositif méthodologique dans une approche de terrain multi-situé, nous a permis de mieux saisir les mécanismes de solidarité collective et de mise en commun de ressources pour absorber les risques.

Partant d’un fait observé, une dynamique associative, qui s’est amplifiée au lendemain du séisme en Haïti de janvier 2010, nous avons mis en évidence trois éléments-clés : la pertinence du sentiment d’appartenance au sein des associations de migrants, l’importance capitale du rapport que l’État d’origine entretient avec ses migrants et enfin l’évolution croissante, diversifiée et complexe d’une mobilisation associative tantôt par le bas (cas haïtien), tantôt par le haut (cas jamaïcain), au cœur d’une coopération de proximité. Le degré et la nature du transnationalisme associatif observé dans le cas haïtien et jamaïcain dépendent de ces trois aspects à partir desquels nous pouvons rendre compte de la viabilité d’un modèle interactif entre État et associations de migrants, celles-ci agissant en véritables acteurs dans un partenariat citoyen, de l’échelle transnationale à l’échelle locale, où s’inscrivent des projets de développement dans un cadre décentralisé dans une logique de coopération de proximité, tant en Jamaïque qu’en Haïti.

Mots clefs : Transnationalisme associatif, citoyenneté, association de migrants, Haïti, France, Jamaïque, Royaume-Uni,État diasporique, coopération de proximité, développement local, géographie politique

Appel à contribution : Diasporic Subjectivity, Intimacy and Memory (Oxford, 30 juin-2 juillet)

Voici le dernier volet de la série de conférence « Diaspora, Cultures de la mobilités, Race » coorganisé (entre autres) par EMMA de l’Université Montpellier 3 et Migrinter.
Le thème retenu pour cette conférence: subjectivité, intimité et mémoire en contexte diasporique.

Voici le texte de l’appel

CALL FOR PAPERS: International Conference
TITLE: “Diasporic Subjectivity, Intimacy and Memory
CONFERENCE DATES: June 30-July 2, 2013
DEADLINE FOR SUBMISSION OF ABSTRACTS: February 15, 2013
PLACE: Oxford University

This conference is the last event in the “Diaspora, Cultures of Mobility, ‘Race’” series. The convenors wish to extend and expand the reflection on the concept of diaspora, its uses, its limits, or even its outright rejection as a useful concept, by unravelling the extent to which the diasporic condition affect the subjective perceptions of the self, the sphere of intimacy and memorial processes. They also want to address the ways in which these processes are reflected in past and contemporary artistic creation.
We seek contributions (theoretical interventions as well as case studies in the disciplines of the social sciences and the humanities) that address the following issues:

The diasporic body: what becomes of the perception of the self once affected by an experience of de-territorialisation? How does it intersect with issues of race and gender? Can migration be regarded as a rite of passage from childhood to adulthood and parenthood? What are the political underpinnings of these processes?

Diasporic memories and narratives of the self: diasporic consciousness solicits past memories brought from the place of origin still mediating the relationships with those who stayed behind, or new memories built up in the context of migration or on the work-place. They may reflect the migrant’s militant engagement or his/her intimacy. How are these different ranges of memories brought together in the narratives that migrants construct of themselves? How do they put together the fragmented pieces of their disrupted selves?

The idea of home: how do the perceptions of and relations with home evolve over the life course of migrants? What becomes of intimacy when it no longer dovetails with proximity?

Choices: migration is a long series of choices: the choice to leave, the decision to stay or to return, to marry or not, to bring up children here or there, etc. The question of choice is particular salient in a diasporic context. What is the mechanics of choice in a migratory context? Are they a manifestation or an illusion of agency (when the choice is made not to choose)?

DEADLINE FOR SUBMISSION OF ABSTRACTS (maximum 250 words): February 15, 2012
Please submit a short bio-bibliographical notice as well (maximum 200 words) and copy the five co-convenors of the conference.

Pr Sally Barbour (Wake Forest University, USA) barbour@wfu.edu
Dr David Howard (University of Oxford, UK) david.howard@conted.ox.ac.uk
Dr Thomas Lacroix (IMI, Univ. of Oxford, UK; MIGRINTER, Université de Poitiers, France) thomas.lacroix@univ-poitiers.fr
Dr Judith Misrahi-Barak (EMMA, Université Paul-Valéry – Montpellier 3, France) judith.misrahi-barak@univ-montp3.fr
Pr Claudine Raynaud (EMMA, Université Paul-Valéry – Montpellier 3, France) claudine.raynaud@univ-montp3.fr

DIASPORAS, CULTURES OF MOBILITIES, ‘RACE’” CONFERENCE SERIES
This will be the fourth meeting in the series organized by the research centre EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3, France) over 2011-13 which has gathered leading scholars in the field to identify and assess the joint evolutions of “Diaspora Studies” and “Race studies” to better understand: 1) how these approaches can be cross-fertilising; 2) how socio-economic and political changes have affected race relations and diasporic communities; 3) how literature and the arts, the social sciences and cultural studies have seized that question. This project entails a redefinition of terms and concepts and the confrontation of different, but not necessarily divergent, perspectives.

http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=285

A preparatory symposium, “Diasporas and Cultures of Migration” was held at University Paul-Valéry, Montpellier 3 in June 2011, in partnership with CAAR (Collegium for African-American Research), the Centre de Recherches Littéraires et Historiques de l’Océan Indien (CRLHOI, University of La Réunion), the Centre of South Asian Studies (CSAS, University of Edinburgh, UK), the Department for Continuing Education (University of Oxford), the Institut de Recherche Intersite Etudes Culturelles (IRIEC, University Paul-Valéry, Montpellier 3), the International Institute of Migration (IMI, University of Oxford), the MSH-Montpellier (Maison des Sciences de l’Homme-Montpellier), Wake Forest University (USA), Wesleyan University (USA). Leading scholars assessed the state of the debate in preparation for the second event, entitled “Diaspora and Race”, which took place at Wake Forest University in October 2012. The third conference, “African-Americans, ‘Race’ and Diaspora”, scheduled for June 13-15, 2013 at University Paul-Valéry, Montpellier 3, will be specifically dedicated to the interlocking issues of “race”, African-Americans and the Black Diaspora.

This conference “Diasporic subjectivity, intimacy and memory” (Oxford, June 30-July 2, 2013) will be organised as a partnership between EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3, France), MIGRINTER (CNRS, Université de Poitiers, France), Wake Forest University (NC, USA) and the Department for Continuing Education (University of Oxford, UK).
It will be part of the main conference organised by Oxford Diaspora Program, COMPAS, IMI and Refugee Studies Center. The proposals sent in response to this cfp will be selected by the five co-convenors mentioned here. Notification of acceptance will be sent by March 15.

http://www.migration.ox.ac.uk/odp/

La diaspora haïtienne

VIENT DE PARAITRE

La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux / Cédric AUDEBERT

Presses Universitaires de Rennes, 194 p. (Géographie sociale)

ISBN 978-2-7535-2090-5

Dans quelle mesure la société haïtienne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire-t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Cédric Audebert répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants dans toute leur complexité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la diaspora comme un élément incontournable des mutations de la société d’origine [Editeur].

SOMMAIRE

  • Introduction
  • Le contexte historique de la migration haïtienne
  • Le traitement politique de la migration haïtienne
  • Géodynamique des réseaux migratoires haïtiens
  • Polarisation urbaine et hiérarchies spatiales en diaspora
  • Territoires circulatoires et réseaux diasporiques
  • Dynamiques identitaires en diaspora
  • L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti

L’AUTEUR

Cédric Audebert est géographe, chargé de recherche au CNRS. Il est directeur adjoint de l’unité mixte de recherche MIGRINTER (CNRS-université de Poitiers) et ses travaux portent principalement sur les dynamiques socio-spatiales du système migratoire de la Caraïbe. Il a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane, à l’université d’État d’Haïti et à l’université de Poitiers.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Des relais entre diasporas et institutions publiques

Des relais entre diasporas et institutions publiques : vers une nouvelle approche de la relation migration et développement

 

On peut définir les « relais » comme points de contacts entre les acteurs des diasporas et les institutions en charge de la mise en œuvre des politiques publiques. Ils peuvent prendre différentes formes : simples réseaux entre acteurs institutionnels et associatifs, conseils représentatifs, élus parlementaires, forums, etc. Cette idée de relais dans les approches migration et développement est une idée très nouvelle. Jusqu’ici, les responsables publics (et les chercheurs) ont d’abord perçu les diasporas sous l’angle de ses potentialités économiques, des ressources financières et humaines qu’elles étaient à même de transférer. En termes scientifiques, on pourrait dire que l’on s’est surtout intéressé à l’ « agency » des diasporas, et assez peu aux structures, c’est-à-dire à l’univers institutionnel, politique et économique dans lequel elles exercent leur agency.

Or, à mon sens, un focus exclusif sur ces potentialités conduit à trois erreurs :

  1. les diasporas ne sont que les sommes de leurs parties. Elles ne constituent pas un tout homogène, ne sont pas une masse de capital ayant une force de levier économique proportionnelle à leur volume. Les 500 milliards de dollars transférés en 2011 ne sont que la juxtaposition de ce que apporter chacun de ces membres, répartis sur des millions d’enveloppes envoyés dans les familles d’origine. Il ne faut donc pas surestimer la capacité des diasporas en matière de développement. Elles ne se substituent pas à l’aide publique au développement, moins importante en volume global, mais transférée sous forme de sommes plus importantes.
  2. Les diasporas sont un phénomène global ayant des impacts locaux. Et donc le contexte de réception compte. Par exemple, les travaux sur les migrations qualifiées montrent que le retour et la participation de ces migrants ne fonctionne que si dans le pays d’origine, il y a un environnement adéquat qui leur permettra de prospérer.
  3. Ces impacts ne correspondent pas forcément aux besoins du pays (exemple : entreprises dans la campagne turque ferment faute d’infrastructures adéquates, les puits individuels creusés dans les oasis du Maroc assèchent les réserves en eau, ou les hôpitaux au Pendjab sont pléthoriques mais n’améliorent pas les services de santé au niveau de l’Inde).

En l’absence de relais, les impacts sur le développement ne peuvent pas être optimaux. La migration ne produit pas de développement, elle ne fait que renforcer une dynamique présente. Le rôle des relais est d’assurer une adéquation entre impact des migrations et besoin de développement.

Réfléchir à la question des relais, c’est inverser l’approche habituelle de la relation migration et développement. C’est penser d’abord ‘développement’ et ensuite ‘migration’. En d’autres termes, c’est penser d’abord besoin et stratégie de développement’ et ensuite, ‘en quoi les migrants peuvent s’inscrire dans cette stratégie’. Inventorier les ressources des diasporas ne suffit pas. Il faut réintroduire la dimension territoriale du développement, associer davantage les économistes du développement à un champ qui reste dominé par des spécialistes de la migration.

Trois exemples de mise en œuvre de cette approche :

  • Sur le plan associatif : l’association Migrations et Développement au Maroc aide les municipalités rurales à inventorier leurs besoins en matière de développement afin d’établir une base de discussion avec les migrants et autres bailleurs.
  • Sur le plan politique : Le PERG (Programme d’Electification Rurale Généralisé): il s’agit d’un exemple de programme de cofinancement de projets d’infrastructure soutenu par des migrants et leur village d’origine. Par opposition au « tres por uno », programme de cofinancement mexicain qui soutient tout type de projet proposé par les associations de migrants, le PERG ne soutient que des projets d’électrification. Il a été toutefois beaucoup plus efficace. Alors que le tres por uno ne finance que quelques dizaines de projets par an (une goutte d’eau dans l’océan des besoins du Mexique), le PERG a permis d’améliorer de 14% la couverture en électricité du territoire marocain. L’approche strictement focalisée sur les capacités de la diaspora (sous-tendue par le tres por uno) se révèle donc beaucoup moins efficace que celle qui met en avant les besoins structurels.

Le second rôle des relais est de s’adapter au contexte historique des relations entre l’Etat et leur diaspora respective. Les diasporas sont le résultat de leur histoire migratoire. Elles sont façonnées par les diverses vagues migratoires (rurale/urbaine, qualifiées ou non) et par leur arrière plan historique : globalisation, Guerre froide Est-Ouest, relation coloniale et post-coloniale, luttes d’indépendance, etc. Elles sont également façonnées par l’attitude des Etats à l’égard de leurs expatriés. Pendant plusieurs décennies, les migrants ont souvent été considérés comme des traitres à la cause nationale, comme des individus égoïstes qui ne voulaient pas participer à l’effort de construction nationale. Or c’est l’inverse qui se produit à présent, d’où la difficulté pour les Etats de construire ces relais. La reconnaissance du rôle économique des diasporas s’accompagne bien souvent d’une demande de reconnaissance politique. Les diasporas n’ont pas que des devoirs à l’égard de l’Etat d’origine, mais aussi des droits.

Cette prise en compte de l’histoire explique pourquoi les relais institutionnels prennent des formes bien différentes d’un Etat à l’autre. Le Mexique dialogue surtout avec des fédérations d’associations villageoises. L’Algérie, qui compte pourtant nombre d’associations villageoises au sein de sa diaspora, cherche avant tout à nouer des liens avec son élite expatriée. Il en va de même pour l’Inde à travers le PBD, forum organisé à Delhi pour la journée des migrants. Le Maroc cherche à créer un organe représentatif de sa diaspora dans sa diversité, etc.

On voit ici qu’une approche en termes de relais implique une prise en compte l‘histoire et la géographie de la relation migration et développement. Elle complète une approche en terme « d’agency » qui a tendance à exclure cette histoire et cette géographie. Pour terminer, voici quelques recommandations supplémentaires pour la mise en place d’une approche relais au niveau politique et institutionnel :

Exemples de relais dans les pays d’origine :

  • Relais locaux au niveau municipal pour dialoguer avec les expatriés
  • Relais régionaux pour coordonner les besoins de développement
  • Relais nationaux pour établir une stratégie d’ensemble, notamment en relation avec les pays d’accueil et organisations internationales.

Dans les pays d’accueil :

  • Plateformes d’associations de migrants de type « FORIM » en France regroupant des migrants de diverses origines.
  • Associer les acteurs de la coopération décentralisée (université, municipalité, etc.)
  • Réfléchir à une politique qui lie participation au développement et intégration, et pas seulement développement et circulation ou retour.

 (d’après une communication présentée à la Conférence préparatoire du Dialogue de Haut Niveau Migration et Développement, MAE, AFD, OCDE, Paris, 05/10/12)

Appel à communication: Conférence Internationale: Afro-Américains, « Race », et Diaspora

La troisième conférence du cycle « Diasporas, Cultures de la mobilité, « Race » », organisé par EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3), MIGRINTER, Department for  Continuing Education (Oxford University, UK) Wake Forest University (NC, USA), portera plus spécifiquement sur les relations entre la notion de race et la diaspora noire.

La conférence se tiendra à Montpellier du 13 au 15 juin 2013. Les propositions de communication sont à envoyer avant le 15 Novembre.

Pour plus d’information, vous trouverez le texte de l’appel ici:  CFP-BlackDiasp-20912

Sur le cycle de conférence « Diasporas, Cultures de la mobilité, « Race » »:

(http://www.wfu.edu/romancelanguages/Diasporas%20and%20Race/archive.html)

 

Comité d’organisation:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet

Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas

couverture du n°1 de 2012 de la REMILa REMI (Revue Européenne des Migrations Internationales) annonce la parution du volume 28 – N°1 de 2012, qui porte en titre Migrations, transnationalisme et diaspora : théorie et études de cas. Ce numéro est coordonné par Dietmar Loch, Jacques Barou et Marie-Antoinette Hily.

[4e de couv.] Depuis plusieurs années, le lien entre migrations, espace transnational et diaspora est exploré aussi bien dans le domaine des recherches empiriques que dans celui de la réflexion théorique, sans pour autant que se dégage un consensus sur la pertinence de ce lien ni sur le caractère véritablement novateur de sa prise en compte dans le champ des travaux sur les migrations internationales. Il apparaît aussi que les pratiques transnationales nouvelles ne constituent pas tout le réel des migrations contemporaines. Les pratiques « classiques » restent prépondérantes comme en témoigne l’ampleur soutenue des transferts de fonds. Si les diasporas prolifèrent dans le monde virtuel, souvent sous la forme de projets politiques, elles s’inscrivent plus rarement dans la réalité sociétale.

C’est pour faire le point sur ces débats que nous avons souhaité publier dans ce numéro des articles théoriques apportant un regard critique sur les concepts et méthodes utilisés dans ce champ de recherche encore récent et des études de cas qui permettent de constater qu’il existe un lien entre pratiques transnationales et intégration réussie dans les sociétés d’accueil.

C’est de cette complexité parfois porteuse de contradictions que ce numéro espère rendre compte.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website