Archives par mot-clé : demandeurs d’asile

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 2)

Aéroport de Marignane : faute de rencontrer des étrangers, les murs des cellules témoignent de leur passage

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

 

Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014
Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014

Lorsque nous arrivons au bureau des policiers aux frontières de l’aéroport de Marignane, l’officier de quart et son supérieur ne sont pas présents, ils sont en réunion. L’officier de garde enregistre notre identité. Il dit ne pas disposer de chiffres sur le nombre de détenus, nous devrons voir avec ses supérieurs. Il demande ensuite à un de ses collègues de nous faire visiter l’espace où les étrangers sont détenus.

Nous descendons au sous-sol, au bout d’un couloir assez sombre, sur la gauche, se situent deux pièces vides où des étrangers sont parfois détenus. Les écritures sur les murs et les fenêtres témoignent de ces passages. D’ailleurs en pénétrant dans les cellules, nous sommes frappés par le nombre important d’inscriptions sur les murs, l’officier nous explique que ces pièces sont régulièrement repeintes.

Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Des draps froissés sur un des lits indiquent qu’une personne a été récemment maintenue, le policier nous dit qu’il a pris le service il y a deux jours, et que ce sont sûrement ses collègues de l’équipe précédente qui ont eu affaire à cette situation. Il dit n’être au courant de rien, or lorsque nous irons l’après-midi à la zone du Canet – qui était également vide – nous apprenons par un des responsables de la police aux frontières qu’une femme camerounaise en provenance de Moscou y était maintenue le matin même, soit quelques heures avant notre arrivée. Cette dame était arrivée pour la première fois à Marseille il y a quelques jours avant d’être renvoyée vers Moscou. Les autorités russes ayant refusé sa réadmission, elle est revenue à Marseille où elle a été maintenue à nouveau. Les autorités françaises ayant pu entre temps obtenir un laissez-passer pour la réacheminer vers le Cameroun, la personne a été transférée vers Roissy où elle devait prendre un avion pour Douala. Mais à Roissy, elle aurait refusée de monter à bord de l’avion ; les autorités l’auraient alors libérée.

« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Dans la zone d’attente aéroportuaire, nous demandons au policier si des nationalités sont plus représentées que d’autres dans la zone d’attente. Il nous dit qu’il y a quelques semaines, un canadien a été maintenu car il n’avait pas la somme requise sur son compte pour entrer en France, il a donc été renvoyé vers le Canada et il est ensuite revenu avec la somme demandée. Le policier nous fait la démonstration d’une loi applicable à toutes les nationalités transitant par l’aéroport et dévie ainsi le sens de notre question. Le contraste est d’ailleurs frappant entre les propos du policier et les nationalités qu’ont indiqués les détenus dans leurs inscriptions sur les murs.

En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014
En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014

Concernant l’état des deux salles où sont détenus les étrangers, elles ont une superficie chacune de 16 mètres carré environ. Les matelas en plastic marron disposé sur les lits sont trop petits et très dégradés, il n’y a ni table, ni chaise, soit des conditions matérielles de détention pitoyables, et bien loin des prestations de type « hôtelier ». Le jeune policier qui nous autorise à prendre des photographies nous indique que les personnes ne sont pas maintenues dans ces locaux plus de 48 heures puisqu’elles sont généralement transférées dans la zone d’attente du Canet.

Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014

Une fois la visite terminée, les agents de police nous invitent à revenir d’ici une demi-heure afin que nous puissions rencontrer leurs supérieurs hiérarchiques. Une demi-heure plus tard, ils ne sont toujours pas là et seraient pris par une réunion relative à l’accident aérien qui a eu lieu avec l’appareil d’Air Algérie. Si nous ne voyons pas le lien entre cet incident et la réunion des agents de la PAF, il semble bien que les dires de ces deux policiers soient emprunts de mauvaise volonté, il devient évident qu’ils ne veulent pas nous recevoir.

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 1)

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

La zone d’attente de Marseille est située sur trois espaces : le port (où jusqu’en 2006 se trouvait le centre de rétention d’Arenc découvert en 1975 par le journaliste Alex Panzani), l’aéroport situé à Marignane et le centre du Canet situé dans le quartier du même nom. Selon le Ceseda (code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile), la zone d’attente « s’étend des points d’embarquement et de débarquement à ceux où sont effectués les contrôles des personnes. Elle peut inclure, sur l’emprise, ou à proximité, de la gare, du port ou de l’aéroport ou à proximité du lieu de débarquement, un ou plusieurs lieux d’hébergement assurant aux étrangers concernés des prestations de type hôtelier » (article L.221.2).

© Olivier Clochard, juillet 2014
Dans le quotidien La Marseillaise du 30 avril 1975, Alex Panzani qualifiait de prison clandestine un hangar – aujourd’hui détruit et non loin de la gare maritime -où les autorités détenaient arbitrairement des étrangers. © Olivier Clochard, juillet 2014

les autorités

La zone d’attente portuaire

Au port, les bureaux de la police aux frontières (PAF) se situent à la porte 4, à mi-chemin entre Arenc et le quartier de l’Estaque.  Le jeudi 24 juillet 2014, nous avons été reçu par le capitaine de la PAF qui est en poste sur la zone portuaire depuis février 2014 (elle travaillait auparavant à l’aéroport), son adjoint – en poste sur le port depuis 2006 – nous a rejoint durant l’entretien qui a duré une heure trente environ.

© Olivier Clochard, juillet 2014
A la porte 4 du port autonome de Marseille © Olivier Clochard, juillet 2014

Les bateaux qui accostent à côté du bureau de la PAF sont des navires de grande taille comme le Tanit ou l’Exelcior qui ne peuvent pas accéder aux quais situés à proximité du quartier de La Joliette car il n’y a pas assez de profondeur et la longueur des quais n’est pas suffisante. « Un bateau, c’est 3 000 passagers et 500-600 véhicules »1.

Parmi les étrangers détenus, nos interlocuteurs font la distinction entre ceux qui arrivent à Marseille par ferries2 en employant le terme de « non-admis » pour désigner les voyageurs ne disposant pas de papiers en règle et ceux qui voyagent à bord des bateaux de la marine marchande « les clandestins ». « Les clandestins, ce sont des trucs qui n’arrivent pas dans les aéroports. Ce n’est pas la même clientèle » dit la capitaine. Selon elle, en 2013, il y a eu 46 « voyageurs » et 10 « clandestins » détenus en zone d’attente, et au premier semestre 2014, 24 « voyageurs » et 11 « clandestins ». La capitaine indique qu’ils n’ont pas de chiffre sur les personnes non admises qui ne passent pas la zone d’attente, et les étrangers maintenus en zone d’attente. Nous lui faisons part de notre étonnement car cette distinction figure dans les rapports de la direction générale des étrangers en France (anciennement le Comité interministériel du contrôle de l’immigration / CICI).

Au sujet des « clandestins », nous questionnons la capitaine sur leur profil et leur provenance. Lors de notre échange elle stipulera plus particulièrement le cas des mineurs marocains en expliquant que cette réalité était plus fréquente par le passé. En effet, sur le littoral marocain la construction du nouveau port Tanger-Méditerranée3 a permis le renforcement des contrôles aux frontières limitant les possibilités de traversée clandestine. L’adjoint, évoque avec émotion le cas de mineurs retrouvés sans vie à bord des conteneurs qui accostent à Marseille et qu’il a « récupéré » au cours de sa carrière.

La capitaine mentionne plus largement lors de l’échange le cas des « mineurs clandestins » en provenance des pays du Maghreb. D’après elle, deux solutions sont envisageables. La première est le placement en zone d’attente en attendant que le jeune puisse « avoir une place quelque part » et qu’un administrateur ad hoc soit désigné. Sur ce point, il semblerait que la procédure soit assez peu connue par la capitaine. La deuxième option que notre interlocutrice nous indique est la reconduite vers le pays d’origine. Or cette pratique est contraire au Ceseda dans lequel est stipulé qu’un mineur ne peut ni faire l’objet d’une expulsion ni d’un éloignement du territoire français (article 521-4 et 511-4). D’après la capitaine, il semblerait que le retour au pays la solution la plus adaptée ; d’après elle après « avoir tenté l’aventure, ils sont bien contents de rentrer chez papa et maman ».

A propos du retour vers le pays d’origine, la capitaine indique plus globalement que « c’est plus confortable pour les étrangers de repartir tout de suite, cela leur évite d’être enfermé durant des jours ».

Les deux policiers ajoutent que « les amendes aux compagnies ne sont pas systématiques, et pour dire on n’en met jamais. On ne peut pas reprocher aux agents des compagnies maritimes d’être expert dans la détection de faux documents ou de visas falsifiés, à moins que cela soit vraiment très visible. Et concernant les contrôles, ce qui compte, c’est ce que fait la police aux frontières, on ne tient pas compte de ce que font les capitaines des navires. Par exemple le passeport et le visa peuvent être valides mais il manque un document comme l’attestation de l’hébergeur, ou le montant que possède la personne n’est pas suffisant ». Sur ce dernier point, la capitaine nous affirme que le montant de 30 euros par jour est mentionné dans le Ceseda, et à nouveau nous lui faisons part de notre étonnement, il ne sous semble pas que ce point figure dans la partie règlementaire. Elle maintient ce qu’elle vient de dire tout en soulignant que si la personne possède une carte bancaire, cela suffit.

Concernant les renvois des personnes non admises à entrer en France, des frais sont imputés aux compagnies maritimes pour les repas, les billets d’avion, le service d’escorte au cas où la personne s’oppose fortement à son refoulement. On apprend d’ailleurs que les autorités ont recours à des sociétés privées de sécurité habilitées par la préfecture. À Marseille, une d’entre-elles s’appelle le SIS, ça ne s’invente pas !4

Concernant les contrôles migratoires, au-delà de la vérification des documents que les étrangers doivent avoir en leur possession, les policiers de la PAF ont recours à des dispositifs comme le FPR (SIS français) afin de savoir si les personnes ne sont pas recherchées et le VIS pour vérifier l’authenticité des visas. La capitaine de la PAF souligne qu’« il y a deux jours, les dispositifs VIS et FPR sont tombés en panne durant deux heures, nous ne pouvions rien faire, et il fallait bien que les gens passent ».

« Nous n’avons pas énormément de contact avec les autorités algériennes, on ne se connaît pas, on ne se voit pas, on se suffit à nous-mêmes. Par contre oui il nous arrive de contacter l’officier de liaison basé à Alger et nous avons des échanges avec des policiers algériens aux frontières, soit ce sont eux qui viennent passer quelques semaines à Marseille, soit ce sont nous qui allons en Algérie mais après nous ne maintenons pas les contacts ».

Lorsqu’on demande à la capitaine, quelles sont les différences entre les procédures administratives relatives à la zone d’attente du port et celles de l’aéroport, elle souligne qu’à l’aéroport, celles-ci se font « à fond la caisse » alors qu’au port, pour travailler, il y a beaucoup plus de confort. Lorsqu’un paquebot a à son bord un passager clandestin, il nous prévient et nous avons le temps de faire les procédures nécessaires à son renvoi. Par ailleurs sur les ferries, il y a aussi des agents de sécurité qui aident à assurer les renvois des personnes et à faire en sorte que la gestion des clandestins se passe bien.

Pour elle, il n’y a pas de cellules sur les ferries5, néanmoins les étrangers sont placés dans des cabines fermées à clé le temps que le bateau quitte la rade.

© Olivier Clochard, juillet 2014
Un navire de la compagnie maritime Algérie Ferries à quai (quartier de La Joliette) © Olivier Clochard, juillet 2014

Autre petit point d’information, durant l’entretien, la capitaine indique que les procédures relatives aux navires de croisière sont spécifiques. Nous lui demandons donc en quoi ? elle nous dit qu’il n’y a pas contrôles au moment des débarquements des voyageurs. Seule la liste des voyageurs, faxée auparavant par le commandant de bord du navire, est tamponnée et lui est remise au moment du débarquement. Nous lui faisons remarquer que des navires de croisières accostant à Tunis (ce qui est très fréquent) pourraient embarquer des personnes démunies de documents en règles, et débarqueraient ainsi à Marseille sans qu’elles soient contrôlées. Le capitaine ne nie pas cette possibilité mais estime que pour le moment le risque est très minime au vu du nombre de personnes qui embarquent à Tunis sur ces croisières maritimes.

Au cours de l’entretien, nous leurs demandons également si des espaces sur le port sont utilisés pour maintenir les personnes le temps de l’escale, ils nous disent que non à l’exception de leurs locaux où ils notifient aux non-admis leur refus d’entrée sur le territoire. Si le bateau repart dans les heures qui suivent, les personnes seraient remises sur le navire, si l’escale est supérieure à une journée, elles seraient alors transférées vers l’établissement du Canet où selon elle, les conditions sont similaires à celles de certains hôtels. À ce moment de la discussion, nous évoquons le centre d’Arenc fermé depuis 2006. La capitaine souligne que « si l’extérieur du bâtiment était très dégradé, l’intérieur dans le centre était bien. On a été salis par de nombreux journalistes, on aurait mieux fait de leurs ouvrir les portes pour leur montrer les conditions dans lesquelles les personnes étaient maintenues ».

Elle ne fait jamais référence aux personnes qui ont demandé l’asile, ce qui est somme tout « normal » car très peu de demandeurs d’asile  sont enregistrés. Mais elle affirme que tout est fait – le cas échéant – pour que la procédure soit respectée. Elle confirme ainsi les propos d’une salariée de l’Anafé qui explique que les recours pour un refus de demande d’asile ne sont plus instruits à Paris mais bien à Marseille.

© Olivier Clochard, juillet 2014
Porte par où arrivent les véhicules voyageant sur les ferries © Olivier Clochard, juillet 2014
© Olivier Clochard, juillet 2014
Une zone internationale dans l’espace national ? © Olivier Clochard, juillet 2014

 


(1) Selon les responsables des compagnies maritimes d’Algérie ferries et SNCM, c’est un peu moins.

(2) SNCM, Algérie Ferries, CTN (Compagnie Tunisienne de Navigation)

(3) Voir Sarah Przybyl (2013) Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

(4) SIS est le sigle de Système d’Information Schengen, ce dernier est composé d’une base de données centrale destinée notamment à enregister les ressortissants de pays extérieurs à l’UE faisant l’objet d’une décision de refus d’entrée sur le territoire de l’espace Schengen.

(5) Ce que contrediront respectivement les responsables des deux compagnies maritimes de la CNCM et d’Algérie Ferries.

Être reconnu réfugié et après ?

Journée d’étude
Jeudi 13 février 2014 à la MSHS de Poitiers

« Être reconnu réfugié et après ? »

Les questionnements autour de l’asile ne sont pas nouveaux mais c’est surtout à partir de « la crise» des années 1990, notamment en Europe, que la thématique atteint une large visibilité dont témoigne la mise en place de politiques restrictives, de plus en plus subordonnées aux politiques de maîtrise des flux migratoires. Malgré cette attention croissante, les réfugié-e-s « reconnu-e-s » restent le parent pauvre des études sur l’asile.

Les différents types de travaux existants sur la question portent surtout sur la situation des personnes avant l’obtention du statut. Les recherches s’intéressent au contexte socio-politique, à la genèse, aux causes, ainsi qu’aux dynamiques des situations d’exil (Bolzman, 1996 ; Vahabi, 2008 ; Vinatier, 2009). Le point de vue prédominant est celui de l’analyse géopolitique, des lectures juridiques et politistes de l’asile et du processus d’institutionnalisation du dispositif d’accueil des demandeurs d’asile (Masse, 2001 ; Akoka, 2013). On trouve également une approche psychologique et psychiatrique de la santé mentale des demandeurs d’asile (Bruyère, 2004 ; Grinberg, Grinberg, 1986 ; Pestre, 2010). Parallèlement, la question de l’usure des travailleurs sociaux a conduit à porter le regard sur ceux qui accompagnent les demandeurs d’asile (Laval, Colin, 2005). Des travaux croisant des approches juridique et socio-anthropologique étudient la quête d’asile et la construction sociale et juridique de l’aide à l’accès aux droits des exilés s’intéressant de plus près aux expériences et aux pratiques des requérants et des travailleurs sociaux (Franguiadakis, Jaillardon, Belkis, 2004 ; Kobelinski, 2010 ; d’Halluin-Mabillot, 2012). D’autres analysent le traitement des demandeurs d’asile, eu égard aux politiques contemporaines en matière d’asile, comme une production « d’indésirables » (Agier, 2002, 2008, 2011 ; Akoka, 2012 ; Clochard, 2007 ; Migreurop, 2012 ; Valluy, 2009). En résumé les dispositifs de droit, les dispositifs de contrôle, de mise à l’écart et de gestion de l’attente retiennent l’attention des chercheurs qui partent souvent de la nécessité de rendre visibles ceux que ces dispositifs tendent à invisibiliser. Dans le même temps les réfugiés reconnus restent des figures délaissées de la recherche académique en France et en Europe et s’en trouvent en conséquence, eux aussi, d’une certaine manière invisibilisés.

La problématique des réfugiés « reconnus » tend à être traitée avec les questions relatives à l’insertion des migrants dans une société d’accueil. Pourtant, les statistiques publiques  relatives à l’insertion des immigrés sur le marché du travail ne fournissent pas de données spécifiques sur les inscriptions économiques des réfugiés. Seule l’enquête longitudinale ELIPA1 dressant les profils des primo-arrivants en France, signataires du Contrat d’Accueil et d’Intégration (CAI) (Régnard, Domergue, 2011 ; Domergue, Jourdan, 2012) apportent quelques informations sur la situation des réfugiés et leur famille. Les travaux « spécifiques » sont rares en France. Il s’agit des études de P. Billion (2001) et de K. Meslin (2011) sur le devenir professionnel des réfugiés « travailleurs ouvriérisés » des années 1970-1980, originaires d’Asie du Sud-Est, d’A. Spire (2004) dans une perspective de sociologie historique sur les politiques de mise au travail des réfugiés pour la période 1945-1975, de la thèse de doctorat de M. Ducheny (2008) sur les relations entre l’État et les réfugiés « statutaires » dans leur accès au logement, du travail de recherche comparative sur la quête de travail des réfugiés en France et en Bulgarie d’A. Tcholakova (2012 ; 2013), et de l’étude de D. Blanco, J. Barou (2011) pour le réseau Samdarra sur le parcours des réfugiés statutaires et la problématique de santé mentale.

S’il s’avère que les impensés de la problématique des réfugiés reconnus sont nombreux dans le champ académique français, et plus généralement francophone, la question est travaillée dans le monde « anglo-saxon ». Très souvent, recherche fondamentale et recherche-action sont imbriquées et une place importante est donnée aux recommandations d’amélioration des conditions d’accueil et d’intégration. Bien souvent les recherches sur les réfugiés incluent dans la population d’enquête des demandeurs d’asile, mais « l’intégration » et plus largement la « cohésion sociale » des « statutaires » y sont analysées. Les études portent sur l’accès à l’emploi, au logement, à la santé des réfugiés, en mettant en lumière différents déterminants (Korac, Gilad, 2001 ; Bloch, 2002, 2004a, 2004b ; Valtonen, 2001 ; Atfield, Brahmbhatt, O’Tool, 2007 ; Craig, Goodson, Phillimore, Sankey, 2006 ; Chang, 2008). Elles prennent également pour objet des groupes spécifiques comme les réfugiés âgés, les « jeunes » et les femmes (Bloch, Galvin, Harrell-Bond, 2000 ; ICAR Briefing, 2007). Notons enfin l’existence de nombreuses études en Suède qui mettent l’accent sur les aspects économiques de « l’intégration » des réfugiés statutaires (Åslund, 2002 ; Bevelander, Pandakur, 2012).

La problématique des réfugiés reconnus est aussi analysée dans des travaux récents du champ associatif et soutenue par des institutions nationales et internationales. La grande majorité des études, tables rondes et colloques organisés porte sur l’insertion de ces populations dans la société d’accueil, avec une attention particulière accordée aux mesures d’hébergement2.

Objectif de la journée d’étude

Cette journée d’étude a été l’occasion de situer la problématique des réfugié-e-s « reconnu-e-s » à l’intérieur des travaux sur l’asile et de mener un état des lieux des recherches sur la question dans une perspective européenne et interdisciplinaire. Les questionnements ont porté entre autres sur le contenu et les principes qui sous-tendent les droits et dispositifs institutionnels à destination des personnes reconnues réfugiés mais aussi sur la manière dont ils sont appréhendés par les populations concernées. On s’est interrogé également sur ce que le fait d’avoir obtenu le statut crée comme attentes et les distorsions entre les représentations des personnes et les dispositifs existants. Nous y avons proposé ainsi de questionner l’image répandue qui fait du statut de réfugié une sorte d’aboutissement et invite à tourner le regard du côté des effets de cette reconnaissance. La diversité des situations et des espaces géographiques abordés permettra notamment de faire ressortir la pluralité des prolongements possibles et d’examiner à quel point et dans quelles conditions la reconnaissance comme réfugié met fin, fait perdurer, ou fait émerger de nouvelles problématiques. Dans une perspective interdisciplinaire, le séminaire s’est ouvert à différentes approches empiriques et théoriques. Il comprenait des interventions – lors des communications et des débats – de sociologues, géographes, anthropologues, politistes, juristes ainsi que de membres d’associations et d’institutions, exposant à la fois des études de cas effectuées dans différents pays européens et portant sur des thématiques spécifiques, telles que les questions de logement, d’emploi, de formation, ou de politisation.

Cette première journée d’étude qui a réuni une cinquantaine de personnes et des chercheurs travaillant sur les réfugiés en  Belgique, en Bulgarie, à Chypre, en France et en Suède, vise également à constituer un réseau de chercheurs travaillant sur la question des réfugiés « reconnus » .

Notes
1 L’enquête ELIPA sur l’intégration des primo-arrivants en France est pilotée par le Département des statistiques, des études et de la documentation (DSED) du Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration (SGII) [voir sur Internet].
2 Sur le programme dit d’intégration des réfugiés AccelAir, voir le site de l’association Forum Réfugiés. Sur les activités de l’Observatoire de l’intégration des réfugiés, voir le site de l’association France Terre d’Asile. Voir aussi les publications de l’UNHCR (2013a et 2013b).
Intervenants

  • Karen Akoka, Sociologue, Géolab / Université de Limoges
  • Guillaume Capelle, co-fondateur et président de Singa France
  • Olivier Clochard, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Kamel Doraï, Géographe, Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers
  • Angélina Etiemble, Sociologue, VIP&S / Université du Maine – Le Mans
  • Barbara Herman, Sociologue, Germe / Université Libre de Bruxelles
  • Alix Hugonnier, coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France
  • Karine Meslin, Sociologue au GERS, associée au Cens / Université de Nantes
  • Albena Tcholakova, Sociologue, CRESPPA-GTM / Dim Gestes
PROGRAMME

Jeudi 13 février 2014 de 9h30 à 17h

MSHS – Salle Mélusine

« Etre reconnu réfugié et après ? »

9 h 00 : Accueil des participants

9 h 30 : Introduction

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges), Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) et Albena Tcholakova (CRESPPA – GTM / Dim Gestes)

Matinée 10 h 00 – 12 h 30

Karine Meslin (GERS, associée au Cens / Université de Nantes) : Les réfugiés cambodgiens des années 1970 et 1980 en France. Genèse et modes de persistance de stéréotypes

Angélina Etiemble (VIP&S / Université du Maine – Le Mans) : La politisation des Sri-Lankais reconnus réfugiés en France

Guillaume Capelle (co-fondateur et président de Singa France) et Alix Hugonnier (coordinatrice de « New technologies for refugees », Singa France) : L’insertion socio-économique des réfugiés : méthodes et actions de l’association Singa-France, entre terrain et recherche

12 h 30 – 14 h : Pause

Après midi 14 h 00 – 17 h 00

Barbara Herman (Germe / Université Libre de Bruxelles) : Carrières socioprofessionnelles des réfugiés reconnus en Belgique

Albena Tcholakova (CRESPPA-GTM / Dim Gestes) : Enjeux de reconnaissance dans la quête de travail des réfugiés en Bulgarie

Karen Akoka (Géolab, Université de Limoges) et Olivier Clochard (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Réfugiés à Chypre : la permanence du temporaire

Kamel Doraï (Migrinter, Cnrs / Université de Poitiers) : Les réfugiés en Suède

 

Coordination : Karen Akoka, Olivier Clochard, Albena Tcholakova

Contacts : albena.tcholakova@laposte.net ; kakokak@hotmail.com ; clochardol@cc-parthenay.fr

  • GEOLAB – UMR 6042 – Laboratoire de géographie physique et environnementale
  • AISLF – CR 36 – Ethnicité, migration, citoyenneté
  • AFS – Association française de Sociologie – Migrations, altérité, internationalisation
  • MIGRINTER – UMR 7301 – Migrations internationales, espaces et sociétés

-oOo-

BIBLIOGRAPHIE

AGIER M., Aux abords du monde, les réfugiés, Paris, Payot & Rivages, 2002.
AGIER M., Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion, coll. « Bibliothèque des savoirs », 2008.
AGIER M., Le Couloir des exilés. Être étranger dans un monde commun, Paris, Éditions du Croquant, 2011.
AKOKA K., La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) : du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile, Thèse de doctorat en Sciences Sociales, Université de Poitiers, 2012.
AKOKA K., SPIRE A., « Pour une histoire sociale de l’asile politique en France », Pouvoirs, Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°144, janvier 2013, pp. 67-77.
ÅSLUND O., « Integration of refugees in the Swedish labor market – policies and neighborhoods », Working Paper, FAU (Instute for Labour Market Policy Evaluation), 2002.
ATFIELD G., BRAHMBHATT K., O’TOOL T., Refugee’s experiences of integration, Birmingham, Refugee Concil and University of Birmingham, September 2007.
BILLION P., « Où sont passés les “travailleurs réfugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes & Migrations, n° 1234, novembre-décembre, 2001, pp. 38-49.
BAROU J., BLANCO D., Parcours de réfugiés : le statut, et après ? Etude anthropologique menée auprès de réfugiés de l’agglomération lyonnaise, Rapport d’étude 2011.
BEVELANDER P., PENDAKUR R., « The Labour Market Integration of Refugee and Family Reunion Immigrants : A Comparison of Outcomes in Canada and Sweden », IZA Discussion Paper, n° 6924, October 2012.
BLOCH A., Refugee’s opportunities and barriers in employment and training, Department for Work and Pensions, Research Report n° 179, Leeds, Corporate Document Services, 2002.
BLOCH A., Making it Work : Refugee employment in UK, Asylum and Migration, Working Paper n° 2, London, Institute for Public Policy Research, 2004a.
BLOCH A., « Labour market participation and conditions of employment : a comparison of minority ethnic groups and refugees in Britain », Sociological Research Online, vol. IX, n° 2, 2004b.
BLOCH A., GALVIN T., HARRELL-BOND B., « Refugee Women in Europe : Some Aspects of the Legal and Policy Dimensions », International Migration, vol. XXXVIII, n° 2, 2000, pp. 169-190.
BOLZMAN C., « Politiques d’asile et trajectoires sociales des réfugiés : une exclusion programmée. Le cas de la Suisse », Sociologie et Sociétés, vol. XXXIII, n° 2, 2001, pp. 133-158.
BOLZMAN C., Sociologie de l’exil : une approche dynamique. L’exemple des réfugiés chiliens en Suisse, Zürich, Seismo, 1996.
BRUYERE B., « Le demandeur d’asile : objet du tortionnaire, sujet du travail psychothérapique », Le journal des psychologues, n° 217, 2004, pp. 41-43.
CFDA, La loi des jungles. La situation des exilés sur le littoral de la Manche et la mer du Nord, 2008, 156 p. [disponible sur Internet]
CHANG J., Beyond 365 Days. The Economic Integration of African Refugees in Vancouver, Canada, Dissertation in fulfillment of the requirements for the degree masters in Forced Migration Studes, Faculty of Art, University of the Witwatersrand, 2008.
COLIN V., LAVAL C. (dir.), Santé mentale et demandeurs d’asile en Région Rhône-Alpes. Modalités pratiques et inter partenariales, Rapport final, Recherche-action commanditée par la DRASS Rhône-Alpes, ORSPERE-ONSMP, mars 2005.
CLOCHARD O., « Rechercher l’asile en Europe (1974-2009) », e-migrinter, n° 3, 2009, pp. 81-85.
CLOCHARD O., Le Jeu des frontières dans l’accès au statut de réfugié. Une géographie des politiques européennes d’asile et d’immigration, Thèse de doctorat en Géographie, Université de Poitiers, Poitiers, 2007.
CRAIG L., GOODSON L., PHILLIMORE J., SANKEY S., Employability Initiatives for Refugees in Europe : Looking at, and Learning from, Good Practice. Report for EQUAL and the Home Office, The Centre for Urban and Regional Studies, The University of Birmingham, Edgbason, January 2006.
DOMERGUE F., JOURDAN V., « L’intégration sur le marché du travail des signatures du Contrat d’accueil et d’intégration en France en 2009 », in Immigrés et descendants d’immigrés en France, INSEE Références, 2012, pp. 29-42.
DORAÏ M. K., « Les Irakiens en Suède : exil et recomposition migratoire depuis la chute du régime de Saddam Hussein en 2003 », e-migrinter, n° 5, 2010, pp. 13-23.
DUCHENY M., Le dispositif national d’accueil et l’accès au logement : enquête sur les relations entre l’Etat et les réfugiés statutaires, thèse de doctorat en sociologie, Université René Descartes – Paris V, 2008.
DUFOIX S., « Fausses évidences. Statut de réfugié et politisation », Revue européenne de migrations internationales, vol. 16, n°3, 2000, pp. 147-164.
GRINBERG L., R. GRINBERG R., Psychanalyse du migrant et de l’exilé, Lyon, CLE, 1986.
FRANGUIADAKIS S., JAILLARDON E., BELKIS D., En quête d’asile. Aide associative et accès au(x) droit(s), Paris, L.G.D.J, coll. « Droit et société », 2004.
HACHIMI ALAOUI M., Les Chemins de l’exil. Les Algériens exilés en France et au Canada depuis les années 1990, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2007.
HALLUIN-MABILLOT E. (d’), Les épreuves de l’asile. Associations et réfugiés face aux politiques du soupçon, Paris, Editions de l’EHESS, 2012.
ICAR Briefing, Women refugees and asylum seekers in the UK, July 2007.
KOBELINSKY, C., L’Accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Éditions du Cygne, 2010.
KORAC M., GILAD L., Dilemmas of Integration : Two policy contexts and refugee strategies for integration, Final Report of a comparative study of the integration experiences of refugees from former Yugoslavia in Rome and Amsterdam, December 2001.
LAACHER S., « Présentation », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, « L’exil et la gestion de la trajectoire », 2009, pp. 1-6.
MASSE J.-P., « Genèse et institutionnalisation du dispositif d’accueil des réfugiés politiques en France », Les cahiers de la sécurité intérieure, n° 45, 2001, pp. 45-68.
MESLIN K., « Les réfugiés cambodgiens, des ouvriers dociles ? Genèse et modes de pérennisation d’un stéréotype en migration », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 27, n° 3, 2011, pp. 83-101.
MIGREUROP, Atlas des migrants en Europe : géographie critique des politiques migratoires (deuxième édition), Paris, Armand Colin, 2012.
PESTRE E., La vie psychique des réfugiés, Paris, Payot et Rivages, 2010.
REGNARD C., DOMERGUE F., « Les nouveaux migrants en 2009 », Infos migrations, n° 19, DSED, janvier 2011.
SPIRE A., « Les réfugiés, une main-d’oeuvre à part ? Conditions de séjour et d’emploi, France, 1945-1975 », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 13-38.
TCHOLAKOVA A., En quête de travail, enjeux de reconnaissance et remaniement identitaire : approche comparée France-Bulgarie de carrières professionnelles de réfugiés. Thèse de doctorat en Sociologie et en Sciences politiques (cotutelle de thèse avec la Nouvelle Université Bulgare), Université Lumière Lyon 2, 2012.
TCHOLAKOVA A., « Réfugiés “reconnus” devenus ouvriers », CLIO Femmes, Genre, Histoire, n°38, (à paraître en novembre), 2013.
VABRE F., « L’engagement comme ressource facilitant l’intégration. Le cas des réfugiés latino-américains en Suède », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20, n° 2, 2004, pp. 187-194.
VAHABI N., Sociologie d’une mémoire déchirée. Le cas des exilés iraniens, Paris, L’Harmattan, 2008.
VALLUY J., Rejet des exilés. Le grand retournement du droit d’asile, Paris, Éditions du Croquant, coll. « TERRA », 2009.
VALTONEN K., « Social work with immigrants and refugees : developing a particiaption-based framework for anti-opressive practice », British Journal of Social Work, n° 31, 2001, pp. 955-960.
VINATIER L., « Un modèle de parcours migratoire : Le cas des réfugiés tchétchènes en Europe », EurOrient, Paris, L’Harmattan, n° 29, 2009, pp. 67-90.
UNHCR, A New Beginning. Refugee Integration in Europe, septembre, 2013a.
UNHCR, Vers un nouveau départ : l’intégration des réfugiés en France, septembre, 2013b.
WIHTOL DE WENDEN C., La Question migratoire au XXIe siècle. Migrants, réfugiés et relations internationales, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2010.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFERENCE – Le jeudi 10 janvier 2013 à 18h 30, Estelle d’Halluin, maître de conférences en sociologie à l’Université de Nantes, et chercheuse au centre nantais de sociologie (CENS), présentera son ouvrage intitulé « Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon« .

Cette conférence est organisée en partenariat avec Migrinter.

Entrée libre – Contact Anne Bonnefoy, responsable Histoire des Sciences à l’Espace Mendès France (http://emf.fr)

—-oOo—-

Estelle d’Halluin-Mabillot – Les épreuves de l’asile : associations et réfugiés face aux politiques du soupçon – Paris : Les Editions de l’EHESS, 2012 – ISBN 978-2-7132-2337-2 – (En temps & lieux)

[notice éditeur] Estelle d’Halluin étudie dans ce livre la manière dont, en France, les associations d’aide aux réfugiés, comme la Cimade, le Gisti se comportent face à une fermeture des frontières des États prospères de plus en plus marquée. Comment aident-elles à attester qu’un demandeur d’asile mérite réellement le statut de réfugié ?

À son arrivée en France, une personne ayant subi des violences et souhaitant obtenir le statut de réfugié est pratiquement toujours dépourvue de moyens. Comment les associations, dont le rôle est de gérer ces demandes, se transforment en guides pour acquérir l’asile ? Comment se définit précisément leur rôle, entre volonté de justice et respect de la politique d’un État, de plus en plus fermé face à ces réfugiés ? Leur position est ambiguë, devant des injonctions contradictoires, entre accueil et contrôle.
L’auteur appréhende la manière dont se construit le dossier de demande d’asile : le requérant doit prouver sa bonne foi, ce qui passe par différentes étapes, qui constituent souvent un réel parcours du combattant car des compétences sont nécessaires à l’éligibilité au statut. Elle s’intéresse aux actions menées par les membres des associations auprès des exilés pour les aider à devenir réfugiés. Pour cela, elle étudie les logiques plurielles à l’œuvre dans les pratiques d’hospitalité. Dans un contexte de contrôle des flux migratoires accrus et de tension, les associations sont au cœur de la procédure et ont acquis un savoir-faire en matière d’accompagnement. Elles permettent de combler le manque de ressources des demandeurs devant la bureaucratie. Les procédures de sélection passent par deux éléments principaux : le récit du parcours du demandeur et l’expertise de son corps. Prouver qu’un homme a subi des violences psychologiques et physique est crucial dans le processus.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) :

du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.