Archives par mot-clé : circulation migratoire

Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Conférence

Lundi 19 octobre 2015 – 18h30

La gestion frontalière au Moyen-Orient en période de conflits : circulations migratoires, enjeux économiques, stratégies sécuritaires

Cyril Roussel, géographe, chargé de recherche CNRS

L’intervention portera sur les modes de gestion frontalière au Moyen-Orient en période de confits. Continuer la lecture de Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

 URMISCIST – MIGRINTER

JOURNEE  D’ETUDES.

La  circulation  et  le  retour  à  l’épreuve  des  contraintes migratoires ?

Dates : 25 septembre 2015 de 9h30 à 18h

Lieu : Université Paris-­Diderot, URMIS, Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 267
Continuer la lecture de La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

Tanger est une ville côtière et portuaire située au nord du Maroc. Point de jonction incontournable entre le Maroc et l’Espagne, Tanger est depuis des années un lieu par lequel transitent des marchandises par bateau, circulent des touristes, mais aussi des migrants de tous âges et horizons confondus. Pendant un mois, c’est en binôme que les investigations aux côtés des jeunes candidats à l’émigration ont été menées dans les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée autorisant dès lors une lecture des évolutions de la dynamique migratoire à la lumière des changements de l’infrastructure portuaire.

Tanger : point de passage des migrations marocaines et africaines vers l’Europe

L’Espagne et le Maroc sont séparés par le détroit de Gibraltar qui s’étend sur une trentaine de kilomètres. Du fait de la faible distance la séparant de l’Europe, la ville côtière de Tanger jouit d’une situation privilégiée qui fait d’elle un point de passage clé pour les candidats à l’émigration (clandestine ou régulière). Ancré dans l’histoire marocaine, le port de Tanger s’est construit comme un lieu d’échanges et de passages emblématique. Depuis sa fondation sous l’occupation anglaise en 1662 et au fil de l’histoire marocaine, ce port a connu de nombreuses mutations qui participent pleinement de la dynamique tangéroise.

Le voisin européen : vue des côtes espagnoles depuis la nouvelle annexe portuaire de Tanger ©Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

 Tanger : quels changements animent cet espace ?

Depuis les cinq dernières années, les infrastructures de l’espace portuaire tangérois évoluent profondément. Le port de Tanger-ville connait actuellement un projet de reconversion visant à en faire une zone de plaisance principalement destinée à l’activité de pêche ainsi qu’au transit des voyageurs en provenance (ou à destination) de l’Espagne. L’envoi et la réception des marchandises ne se réalisant plus depuis le port de Tanger-ville, l’enceinte de ce dernier s’est vue être vidée du flot de camions qui y transitaient habituellement au profit du port de Tanger-Méditerranée.

Port de Tanger-ville © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

 Dans l’objectif de se saisir de cette position stratégique aux portes du détroit de Gibraltar, les autorités marocaines ont amorcé la construction d’un nouveau port en eau profonde : Tanger-Méditerranée. Il est situé à une quarantaine kilomètres à l’Est du port de Tanger-ville et a été construit pour un montant de douze milliards de Dirhams (environ un milliard d’euros), sa mise en marche effective a eu lieu en juillet 2007. La prévision d’une saturation du port à l’horizon 2015 a entraîné la mise en chantier de l’annexe portuaire Tanger-Méditerranée II. Ces projets portuaires sont de véritables paris pour le Royaume du Maroc qui aspire ainsi se placer en leader des échanges mondiaux.

Tanger-Med : zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

La sécurité : maître mot d’un projet de grande envergure

La volonté de se doter d’infrastructures portuaires performantes et modernes s’est accompagnée du déploiement d’une série de moyens de sécurité. Les caméras (classiques, infrarouges, optiques), les radars, les détecteurs de battements de cœur, les clôtures ou encore le système de points de contrôle d’accès piétons automatiques sont autant d’éléments qui renseignent sur l’objectif des autorités de stopper l’émigration clandestine depuis les ports de la côte tangéroise.

Les ambitions du Maroc en termes de leadership de l’industrie portuaire sont donc à mettre en perspective avec la volonté de limiter et de contrôler les départs clandestins des migrants marocains ou africains. En effet, l’une des stratégies de passage du détroit utilisée par une partie des candidats à l’émigration consiste à se glisser sous un camion ou à se cacher dans les conteneurs en partance pour l’Europe. L’arrêt des départs de camions depuis le port de Tanger-ville n’a pas été suivi d’une interruption instantanée des tentatives de passage. Si la sécurisation de ces deux ports réduit de fait les opportunités de passages, il n’en reste pas moins vrai qu’à l’heure actuelle des départs s’effectuent au sein de ces deux ports. La position géographique de Tanger ne permet donc pas au Maroc, même par le biais de nouvelles infrastructures et l’installation de systèmes de sécurité performants, de s’affranchir de la question de l’émigration clandestine.

Des caméras de surveillance installées autour la zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

Les évolutions de la dynamique migratoire

L’histoire marocaine a été marquée par plusieurs périodes d’émigration vers l’Europe : la première, allant des années 60 à 70 et majoritairement masculine, a consisté à répondre aux besoins européens en main-d’œuvre; la deuxième, sur la décennie suivante, aura été principalement liée à l’arrêt de l’immigration en France (1974) et au développement du regroupement familial ; enfin, les années 80 à 85 ont connu l’émergence d’une émigration féminine, constituée de femmes célibataires ou avec des enfants. Depuis, le Maroc connait une nouvelle phase d’émigration dont les protagonistes sont des enfants et adolescents appelés également harragas (brûleurs). Aucun chiffre ne permet d’estimer précisément le nombre de ces jeunes sur le sol marocain.

Le Maroc a voté en novembre 2003 un ensemble de mesures dont une inscrivant la tentative d’émigration clandestine comme délit. Aussi, peu importe l’âge du « délinquant » repéré, l’amende peut s’élever de 3 000 à 10 000 Dirhams (entre 300 et 1 000 euros) et aller jusqu’à six mois d’emprisonnement.

Tanger-ville : deux jeunes marocains regardant l’embarquement des voyageurs à destination de Tarifa © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

Les harragas sont un des visages de ces candidats à l’émigration clandestine. Ces jeunes âgés de moins de 18 ans, qui brûlent leurs papiers d’identité avant d’embarquer à bord d’un bateau en se glissant sous un camion ou dans un conteneur, sont toujours présents dans les enceintes portuaires tangéroises. La diminution des opportunités de passage liée aux évolutions mentionnées rend les tentatives de hrag (brûler le détroit ou passer clandestinement) de plus en plus risquées et les chances d’arriver à bon port de plus en plus restreintes. Si la vie de ces enfants et adolescents est réellement mise en danger par le caractère périlleux du passage, il faut aussi rappeler que le temps d’attente avant de réussir une tentative s’allonge considérablement menant une partie de ces jeunes à errer dans les rues de Tanger avant un possible départ.

Les mutations relevées dans cet espace frontière tangérois marquent l’entrée du Maroc dans une ère caractérisée par un accroissement des échanges. Si le Maroc réalise un réel pari sur l’avenir, il semble en avoir oublié une de ses composantes principales : la jeunesse marocaine qui, pour une partie d’entre elle et au péril de sa vie, tente de rejoindre l’Europe.

——————————————————————–

Pour en savoir plus :

Przybyl, Sarah (2013) Tanger, migrations et mutations d’une ville portuaire, microscoop le magazine de la délégation CNRS Centre Limousin Poitou-Charentes, n°68, pp.18-19.

http://www.centre-poitou-charentes.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS68.pdf#PAGE=10

Les photographies sont de l’auteur.

Elles sont extraites de la photothèque de Migrinter. Pour y accéder, cliquez ci-dessous.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/MIGRINTER-PHOTO/

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

CINÉ DIVERS CITÉS – 7e édition – POITIERS

CINÉ DIVERS CITÉSCinéDiversCité 2013

Festival sur les migrations – 7e édition

du 11 au 15 mars 2013

PROGRAMMATION – PROJECTIONS – DEBATS

contact : 05 49 45 46 09

Lundi 11 mars 2013 – Le Dietrich – 20 h 00
La saison des hommes de Moufida Tlatli (2000),2 h 02
Débat avec Gildas Simon (Géographe, Migrinter, université de Poitiers)

Mardi 12 mars 2013 – Espace Mendès France – 10 h 00
NICA/raguënse de Carlos Solis et Julia Fleming (2005), 45 mn.
(documentaire)

Mercredi 13 mars 2013 – Espace Mendès France – 14 h 00
Oyapok de Maël Cabaret (2011),53 mn. (documentaire)
Tarabatara de Julia Zakia (2007),23 mn. (documentaire)

Jeudi 14 mars 2013 – TAP – 20 h 30
La Pirogue de Moussa Toure (2012), 1 h 27
Débat avec Nelly Robin (Géographe, Migrinter, université de Poitiers)

Vendredi 15 mars 2013 – Le Dietrich – 16h00
Si le vent soulève les sables de Marion Hansel (2007), 1 h 36
Débat avec Eleonora Guadagno (à confirmer)

Vendredi 15 mars 2013 – Le Dietrich – 21h00
Ceuta: douce prison de Jonathan Millet (2013)
Débat avec le réalisateur Jonathan Millet

Entrée: 3 euros (Le Dietrich et le TAP)

Partenaires :

Association SoledevCinéma Le DietrichCNRS – Espace MENDES FRANCE MIGRINTER MSHS TAPUniversité de Poitiers Ville de Poitiers

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

La diaspora haïtienne

VIENT DE PARAITRE

La diaspora haïtienne : territoires migratoires et réseaux transnationaux / Cédric AUDEBERT

Presses Universitaires de Rennes, 194 p. (Géographie sociale)

ISBN 978-2-7535-2090-5

Dans quelle mesure la société haïtienne peut-elle être repensée à partir d’une réflexion sur sa diaspora ? En quoi le prisme diasporique éclaire-t-il d’un jour nouveau la compréhension du fait migratoire ? Cédric Audebert répond à la nécessité d’un renouvellement de la réflexion sur le rapport à l’espace haïtien en envisageant les expériences des migrants dans toute leur complexité, leur pluralité, leur fluidité, leurs nuances, leur universalité, et en concevant la diaspora comme un élément incontournable des mutations de la société d’origine [Editeur].

SOMMAIRE

  • Introduction
  • Le contexte historique de la migration haïtienne
  • Le traitement politique de la migration haïtienne
  • Géodynamique des réseaux migratoires haïtiens
  • Polarisation urbaine et hiérarchies spatiales en diaspora
  • Territoires circulatoires et réseaux diasporiques
  • Dynamiques identitaires en diaspora
  • L’intégration de la diaspora : un enjeu majeur pour l’avenir d’Haïti

L’AUTEUR

Cédric Audebert est géographe, chargé de recherche au CNRS. Il est directeur adjoint de l’unité mixte de recherche MIGRINTER (CNRS-université de Poitiers) et ses travaux portent principalement sur les dynamiques socio-spatiales du système migratoire de la Caraïbe. Il a enseigné à l’université des Antilles et de la Guyane, à l’université d’État d’Haïti et à l’université de Poitiers.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires MIGRINTER 2012-2013

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation, mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire 2012/2013 consistera à explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations, qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée a pour ambition de contribuer à repenser autrement les questions migratoires.

1ère séance : Jeudi 29 novembre de 10 H à 13 H (en salle Mélusine)
William BERTHOMIERE «  De la rue au migrant » ?

 Présidence Marie-Antoinette HILY, discutante Isabelle RIGONI

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Et l’immobilité dans la circulation ?

Journées organisées par l’UMR Migrinter et l’axe MIT du CIST

MSHS Poitiers, 19 et 20 novembre 2012

Organisation : UMR Migrinter – Axe MIT (Mobilités, Identités et Territoires) du CIST (Collège International des Sciences du Territoire)

Déroulement des journées :

http://immobilite2012.sciencesconf.org/

Texte de présentation :

Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d ’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

« Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma. »

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Formation doctorale franco-américaine : Nouvelles approches de la circulation migratoire et du transnationalisme

Du 11 au 15 juin s’est tenu à Migrinter un atelier de formation doctorale sur le thème du transnationalisme et de la circulation migratoire. Cette formation s’inscrit dans le cadre du « Dissertation Proposal Development Program » du Social Science Research Council. Il a bénéficié du soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers et du programme GSE du service de Relations Internationales. Ce programme est destiné à de nouveaux doctorants français et américains avec pour objectif de les aider à donner consistance à leur projet de thèse. L’encadrement des étudiants est assuré, côté Migrinter, par Thomas Lacroix et Emmanuel Ma Mung, et côté américain par Khachig Tölölyan (Université de Wesleyan).

La formation fut ouverte par une journée de conférence sur une comparaison critique entre les paradigmes français et anglo-saxons des mobilités. Sont intervenus Peggy Levitt (Wellesley College, Université d’Harvard), Robin Cohen (International Migration Institute, Université d’Oxford), Kamel Dorai (Migrinter) et Laurent Faret (SEDET, Paris VII). Les journées suivantes ont alterné sessions de présentation des projets des étudiants et sessions de formation théorique et méthodologique.

Cet été, les doctorants réalisent un terrain exploratoire au cours duquel ils doivent tester la validité de leurs hypothèses et la faisabilité de la recherche. Un second rendez-vous a été pris du 13 au 16 septembre 2012 à Philadelphie pour un second atelier de formation. L’objectif est de permettre aux étudiants de finaliser leur projet et de les accompagner, le cas échéant, dans la recherche de financements. Outre des sessions de discussion sur leurs travaux, ils rencontreront des représentants des principales institutions et fondations américaines et européennes proposant des bourses doctorales.

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

MIGRINTER / SSRC

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

11 Juin 2012
MSHS, Salle Mélusine – Université de Poitiers

P R O G R A M M E

  • 9.30 : Accueil et Introduction (Thomas Lacroix, Josh De Wind)
    • Session 1 : penser les socialités transfrontalières, approaches anglo-saxonnes
  • 10.00 : Peggy Levitt : Transnationalism and beyond
  • 11.00 : Robin Cohen : Creolization and Diaspora : the complex relationship
    • Session 2 : la circulation migratoire en question
  • 13.30 : Kamel Dorai : la circulation migratoire : retour critique
  • 14.30 : Laurent Faret : Circulation Migratoire et territorialisation : exemples d’Amérique Latine et d’Afrique de l’Ouest
  • 16.00-17.00 : Synthèse (Emmanuel Ma Mung, Kachig Tölölyan), discussion générale

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Regards sur les migrations sud-asiatiques

Le huitième numéro de la revue e-migrinter vient de paraître : coordonné par Aurélie Varrel & Philippe Venier, il est issu du séminaire international « Les migrations internationales sudasiatiques » qui s’est tenu à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers les 27 et 28 avril 2010.

page de couverture du numéro[extrait de l’éditorial] Les contributions réunies dans ce dossier nous invitent à décentrer nos regards en s’intéressant à un bassin migratoire majeur, le bassin sudasiatique, inscrit dans la « mondialisation migratoire » et pourtant encore mal connu. Cette livraison propose d’analyser les dynamiques migratoires sud-asiatiques. Elles concernent des populations et des espaces de départ qui ont été encore peu explorés par la recherche française alors qu’il existe une production scientifique importante concernant ces populations en diaspora en Amérique du Nord et au Royaume Uni. Les circulations et les pratiques transnationales des migrants sud-asiatiques montrent que d’autres espaces migratoires se sont constitués : le Golfe arabo-persique, l’Europe ou l’Asie du Sud-Est par exemple.

Le bassin migratoire indien, à l’origine d’une émigration internationale massive, est aussi le lieu d’importantes migrations internes et d’immigrations à l’échelle régionale. Ces migrations vers et en Inde montrent qu’elles s’inscrivent dans bien des cas dans la mondialisation migratoire : ainsi, les stratégies migratoires mises en oeuvre par les migrants à destination des pays du Golfe arabo-persique et/ou de l’Occident commencent bien souvent par une migration à l’intérieur du sous-continent. [la suite et téléchargement de la revue]

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website