Archives par mot-clé : changement urbain

Séminaire Sources et méthodes – 21 janvier 10-13 h.

Jeudi 21 janvier (10h-13h) – Salle des conseils MSHS Poitiers

Séminaire – Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline Bergeon, Anouche Kunth, David Lessault

Un siècle d’histoire urbaine de l’agglomération parisienne à travers les enquêtes de l’INED

Intervenants : Catherine Bonvalet, Arnaud Bringé, Christophe Imbert

Discutante : Françoise Dureau

Cette séance a pour objectif d’étudier les transformations urbaines à travers l’analyse des comportements de mobilité des Franciliens nés entre 1900 et 1950. Pour cela, nous avons mobilisé les enquêtes anciennes de l’INED : l’enquête Peuplement de Paris de 1961 (générations 1901-1911), l’enquête Triple Biographie (3B) de 1981 (générations 1911-1935), l’enquête Peuplement et Dépeuplement de Paris (PDP) de 1986 (générations 1926-1935) et l’enquête Biographies et Entourage de 2001 (générations 1930-1950). Elles comportent toutes des questions sur les différents lieux habités depuis l’enfance (Peuplement de Paris, Biographie et Entourage), à partir de 14 ans (Enquête 3B) ou de la décohabitation (Enquête PDP). A partir des recensements de 1936 à 1999 et de ces quatre enquêtes de l’INED, on peut suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et étudier comment la répartition de ces générations dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. L’analyse quantitative de près de 7500 trajectoires géographiques croisée avec l’analyse de plus de 300 entretiens réalisés depuis 1986 permettra de restituer la dynamique urbaine telle que l’ont vécue, subie, accompagnée, initiée les habitants de la région parisienne. Les générations nées avant et pendant la guerre ainsi que les premiers baby-boomers sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue, puis à la maison individuelle en petite ou grande couronne. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1900-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXème siècle qu’ils ont connue enfants et la société hypermoderne de la fin du XXème siècle à l’avènement de laquelle les baby-boomers ont contribué (Ascher, 2005, Bonvalet et Ogg 2009).

Pour plus d’information sur les travaux conduits à l’INED, consulter le site : http://www.ined.fr

Soutenance de thèse – Guillaume Le Roux – Changement urbain à Bogota

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en géographie

présentée par Guillaume Le Roux

Lundi 6 juillet 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

(Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines. Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie).

(sous la direction de Françoise Dureau et Christophe Imbert)

Cette thèse propose une analyse du changement urbain récent à Bogotá en termes de « stade de peuplement ». Ce dernier se caractérise actuellement dans la capitale colombienne par un ralentissement de la croissance démographique et une diversification des origines des flux migratoires. Il fait suite à un stade au cours duquel Bogotá a connu, à l’image de nombreuses autres grandes villes latino-américaines, un exode rural massif et des taux de croissance sans précédent. A travers une approche par les mobilités spatiales, cette thèse explore les caractéristiques de ce nouveau stade de peuplement. Elle montre la manière dont les changements de composition de la population et les évolutions des expériences des habitants, dans et hors de la ville, accompagnent la superposition croissante de processus de métropolisation et de densification de l’espace urbanisé, et contribuent à la complexification des divisions sociales de l’espace. La méthode proposée s’appuie sur l’exploitation de deux enquêtes biographiques sur les mobilités spatiales réalisées à Bogotá à 16 ans d’intervalle et de données de recensement géolocalisées. Elle combine une approche à l’échelle globale de l’agglomération et une autre à l’échelle de quartiers illustratifs de transformations en cours.

Membres du jury :

  • Françoise DUREAU, Directrice de recherche honoraire, IRD
  • Christophe IMBERT, Maître de conférences, Université de Poitiers
  • Jean-Pierre LÉVY, Directeur de recherche, CNRS
  • Evelyne MESCLIER, Directrice de recherche, IRD
  • Marie PIRON, Chargée de recherche, IRD
  • Lena SANDERS, Directrice de recherche, CNRS

Vient de paraître « Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo »

Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo

sous la direction de

Françoise Dureau, Thierry Lulle, sylvain Souchaud et Yasna Contreras

Comment évoluent le peuplement et les divisions sociales des espaces urbains dans les métropoles d’Amérique latine ? Certaines pratiques de mobilité spatiale ou certaines politiques publiques contribuent-elles à accélérer ces changements, ou à y résister ?

Cet ouvrage répond à ces questions en comparant Bogotá, Santiago et São Paulo grâce à une même méthodologie qui combine l’exploitation de données existantes et la réalisation d’enquêtes sur les mobilités.

Avec les soutiens de l’université de Poitiers et de Migrinter (UMR 7103 CNRS).

filet

Collection : Espace et Territoires

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 440 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-3561-9

filet

Téléchargement :

voir aussi le programme METAL

Soutenance de thèse : Iris Polyzos

Iris POLYZOS soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie le 24 juin 2014 à l’Université Technique Nationale d’Athènes.

Intitulée « Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio« , cette thèse a été réalisée en cotutelle entre le Département urbanisme et aménagement du territoire de l’École d’architecture de l’Université technique nationale d’Athènes et le Département de géographie de l’Université de Poitiers, sous la direction de Dina VAIOU et d’Emmanuel MA MUNG.

Membres du jury :

  • Roxane CAFTANTZOGLOU Directeur de Recherche, EKKE, Centre National de Recherches Sociales
  • Maria COUROUCLI Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire LESC et Directeur des études périodes modernes et contemporaines, École française d’Athènes (rapporteur)
  • Thomas MALOUTAS Professeur, Département de Géographie, Université Harokopio (rapporteur)
  • Emmanuel MA MUNG Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Naïk MIRET Maître de Conférence, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Stavros STAVRIDIS Professeur assistant, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes
  • Dina VAIOU Professeur, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes

-oOo-

Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio

Résumé : La relation entre immigrations et espace urbain connaît actuellement de profondes recompositions dans le contexte athénien. Des nouvelles territorialités voient le jour, induites surtout par des vagues migratoires récemment arrivées. Le but de cette thèse est d’étudier comment l’immigration chinoise, tout en faisant partie de ces vagues migratoires, se différencie et trace des parcours économiques et socio-spatiaux autres. Le principal quartier d’installation des ces migrants, situé dans la partie ouest du centre d’Athènes, est au cœur de notre recherche. La question centrale de notre thèse est, d’une part, d’identifier les caractéristiques du tissu social et urbain qui ont permit ce regroupement et, d’autre part, de voir quelles mutations découlent de la présence chinoise dans le quartier. La méthodologie adoptée fait appel à quatre outils principaux : entretiens semi-directifs avec des commerçants et habitants chinois et non chinois, enquête par questionnaire sur deux immeubles du terrain d’étude, relevés et observations du quartier en question, enfin, recueil et traitement des données encore non publiées.

Ce travail a suggéré qu’un « quartier chinois », tourné sur l’activité du commerce de gros, est en effet apparu. À côté de sa forte dimension économique, il s’agit d’un lieu de référence pour la population étudiée. Nous montrerons que ce regroupement ethnique coexiste avec d’autres dynamiques qui se manifestent dans le même espace. Les migrants chinois contribuent aux réhabilitations atypiques que connaît leur quartier d’installation, tandis que leur contribution procède de l’imbrication de l’échelle globale et de l’échelle locale. Faisant partie de la diaspora chinoise, ils mobilisent des réseaux transnationaux dans le processus de leur installation. En même temps, le quartier d’installation se transforme aussi pour devenir un nouveau pôle au sein de la toile migratoire chinoise. Finalement, cette étude a montré la nécessité de changer de regard sur la présence des migrants dans l’espace urbain. Contrairement au discours qui associe les migrants au déclin urbain, nous mettons l’accent sur l’aspect positif de leur rôle en tant qu’acteurs du changement urbain.