Archives par mot-clé : catégorisation

Séminaire sources et méthodes pour la recherche sur les migrations

Séminaire du laboratoire Migrinter

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

(Organisation : Kamel Dorai, Marie-Antoinette Hily, David Lessault)

21 Février 2013 de 10H à 13H (MSHS Poitiers, salle Gargantua)

Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL

Du droit aux sources juridiques : relecture de l’histoire des migrations internationales en longue durée (XVIIIe-XXe siècles)

(Discutants : Emmanuel Ma Mung et Yann Scioldo-Zürcher)

Cette intervention, fondée sur nos recherches récentes, présentera les enjeux liés à la caractérisation juridique de la mobilité internationale et des populations migrantes. Ce qui conduira à aborder la question des catégorisations et des contrôles, mais aussi à analyser la création de formes spécifiques de protection (liées notamment au droit des personnes ou aux droits sociaux).

Pour étayer ces perspectives, et à partir d’exemples pris dans plusieurs pays, nous accorderons une large place à la présentation des différents types de sources produites par les dispositifs internationaux ou juridiques concernés par les migrations, ou créés spécifiquement à destination des populations migrantes.

Caroline Douki
Département d’histoire, Université Paris 8
UMR 8533 IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie)
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
Paul-André Rosental
IEP-Paris / Sciences Po.
Equipe Esopp (Études Sociales et Politiques des Populations, de la Protection Sociale et de la Santé), CRH/ EHESS, Paris
et chercheur associé à Institut National d’Études Démographiques (INED).

Bibliographie

  • Caroline DOUKI, David FELDMAN Paul-André ROSENTAL, “ Pour une histoire relationnelle du ministère du Travail en France, en Italie et au Royaume-Uni dans l’entre-deux-guerres : le transnational, le bilatéral et l’interministériel en matière de politique migratoire ”, in Alain CHATRIOT, Odile JOIN-LAMBERT et Vincent VIET (éd.), Les politiques du Travail (1906-2006). Acteurs, institutions, réseaux, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 143-159.
  • Paul-André ROSENTAL, « Géopolitique et État-Providence : le Bureau International du Travail et la politique mondiale des migrations dans l’entre-deux-guerres », Annales. Histoire et sciences sociales, 2006, 1,
  • Paul-André ROSENTAL, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire et sciences sociales, 2011-2, p. 335-373.
  • Caroline DOUKI, « Protection sociale et mobilité transatlantique : les migrants italiens au début du XXe siècle », Annales. Histoire et sciences sociales, avril-juin 2011-2, p. 375-410.
  • Caroline DOUKI, Paul-André ROSENTAL,  « Dosages et contournements des droits des migrants dans un espace international : France, Italie, Tchécoslovaquie, 1900-1940 », in Jean-Paul ZUNIGA (éd.), Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, Paris, La Bibliothèque du CRH, EHESS, 2011, p.21-35.
  • Paul-André ROSENTAL, “Civil Status and Identification in 19th Century France: A matter of state control?”,  in Keith BRECKENRIDGE, Simon SZRETER (éd.), Registration and Recognition. Documenting the Person in World History, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 137-165.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) :

du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.

Immigrés, illégaux et réfugiés au sommaire de la 9ème livraison de e-migrinter

e-migrinter n°9Avant le mois d’août et les vacances au soleil bien méritées, e-migrinter pense à vous et vous propose quelques pages de lecture à méditer sur la plage ou en sirotant votre jus de fruit préféré.

Ce numéro est issu d’une journée d’étude organisée par Migrinter, qui s’est tenue à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers le 13 mai 2011. Le titre du dossier est : Immigrés, illégaux, réfugiés : questions sur les enquêtes et les catégories. Le dossier est coordonné par Véronique Lassailly-Jacob et Luc Legoux.

[extraits de l’éditorial] Les contributions de ce dossier interrogent les conditions de la recherche sur des terrains dits « sensibles » dans le champ des migrations internationales. Elles questionnent les aspects méthodologiques de la recherche de terrain auprès de populations immigrées, illégales et réfugiées et s’attachent à déconstruire les catégories statistiques de l’asile rendues floues par les enjeux politiques qu’elles sous-tendent. Ce sont les multiples sens des données migratoires qui sont ici interrogés.

Ce dossier évoque les difficultés rencontrées par les chercheurs en sciences sociales pour aborder certains terrains et objets d’étude contemporains souvent qualifiés de « sensibles ». Rappelons que ce qualificatif a été tout d’abord appliqué à des espaces urbains, des zones puis des quartiers, avant d’être accolé au terme de « terrain ». C’est au début des années 1990 qu’apparaissent les ZUS, « appellation donnée dans le cadre de la politique de la ville aux zones urbaines sensibles » comme le rappelle Alain Vulbeau (2007 : 11)2. Ces ZUS, classées comme zones prioritaires, prennent souvent le nom de quartiers sensibles, lorsqu’elles sont évoquées par les médias. Ici, à l’image des quartiers sensibles, les terrains évoqués font référence à des espaces particuliers (camps, quartiers, ghettos), à des conditions sociales stigmatisantes (réfugiés, clandestins, illégaux), à des contextes marqués par la violence, le danger ou la souffrance. Ils s’inscrivent dans le courant de certaines recherches ethnographiques récentes évoquées dans l’ouvrage « Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie » qui interroge les techniques d’enquête et les postures du chercheur dans des situations de terrains sensibles.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website