Archives par mot-clé : autonomie

Migration et autonomie en pays soninké (Sénégal)

Mission au Sénégal, juin 2013 – janvier 2014

Du terrain pour saisir les liens

entre la famille, la migration et l’autonomie

 en « pays soninké » (Bakel, Sénégal).

Partant des liens entre la famille, la migration et l’autonomie, notre travail de thèse interroge les stratégies d’autonomie développées par les individus dans les familles soninkées (Bakel, Sénégal) depuis la seconde moitié du XXe siècle. Nous cherchons à comprendre si ces stratégies découlent des influences extérieures (colonisation, migration et modernité) ou des mécanismes internes propres à la société soninkée et à la configuration des familles soninkées. Nos analyses reposent sur les déplacements géographiques à l’échelle régionale et internationale d’une part, et d’autre part sur les trajectoires matrimoniales, professionnelles et résidentielles. Nous avons ainsi suivi une quinzaine de lignées au Sénégal et en France.

Avec le soutien de la Fondation de l’Université de Poitiers (France), du gouvernement du Sénégal et du Laboratoire Migrinter, une mission de terrain a été effectuée entre le 10 juin 2013 et le 10 janvier 2014 au Sénégal. Un recueil de témoignages oraux (sur le passé familial et la phase pré-migratoire), d’entretiens, d’observations de terrain, de prises de photographies et d’une consultation des documents d’archives ont pu être faits. Ce séjour scientifique a permis de compléter les informations recueillies lors de notre première mission (la phase exploratoire) en 2012.

ci-contre : maison de migrant à Dakar (Sénégal), 2013, cliché auteur

Au début de notre recherche, nos investigations portaient sur les expériences migratoires des soninkés au Sénégal et en France. Nos analyses reposaient sur des généralités et échappaient très peu à la vision communautaire de la migration soninkée. Ce travail a permis de préciser nos objets de recherche et surtout d’identifier des indicateurs relatifs à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie dans les familles en situation coloniale et migratoire. L’intérêt est alors de situer la place de l’oralité dans l’étude des parcours familiaux. En donnant la voix aux acteurs eux-mêmes, nous saisissons la nature des liens entre les générations et la manière dont les individus construisent leurs trajectoires.

Ce travail de terrain a porté sur l’identification des lieux de naissance des individus, les parcours scolaires, les patronymes, les liens matrimoniaux, les transmissions des métiers, les rapports entre les « follaques », les cérémonies de mariage et de décès ainsi que leur organisation.

Les 15 lignées ciblées sont divisées en trois catégories :

  • Des familles traditionnellement appelées « Niaxaamala » (artisans). Les acteurs qualifiés de forgerons et de cordonniers occupent une place centrale dans nos recherches. Il s’agit de comprendre le rapport qu’ils entretiennent avec la pratique du métier et voir comment celui-ci évolue au fil des générations. Il s’est agi de voir comment ses familles ont négocié leurs relations avec les influences extérieures durant la période coloniale et post-coloniale.

Forgeron à Tourimé (Bakel) – 2013, cliché auteur

  • Des familles dites « Xooro » (nobles). Les indicateurs d’autonomie peuvent être saisis à travers l’analyse du rapport que ces familles ont entretenu ou entretiennent avec le pouvoir temporel et le savoir.
  • Des familles plus dispersées avec l’absence d’une profondeur historique. Des indices liés aux situations conflictuelles  et à la reconnaissance sociale ont été identifiés.

Avec les observations de terrain, plusieurs indicateurs de l’autonomie, échappant aux entretiens, ont pu être identifiés. Nos observations ont porté sur quelques aspects en lien avec les stratégies d’autonomie : l’introduction de nouveaux modes de vie (la cuisine, la nourriture, l’habillement, etc.) ; les nouveaux espaces de socialisation (internet, salon, téléphone, skype) ; les relations conflictuelles entre les hommes et les femmes, les aînés et les cadets, les migrants et les sédentaires ; une diversification des métiers ; la percée de l’école française ; une poussée des investissements résidentiels; une différence physique entre les bâtiments ; des départs multiples de la grande maison ; un essoufflement des anciens espaces de communication (les Suuqan Yumbe par exemple); un délaissement notoire des anciennes stratégies familiales  ( Xoronde, Toxorande, etc). Tous ces indices participent à l’évolution des comportements et des espaces d’autonomie et influent sur les choix des individus dans l’espace familial.

Pêcheur à Bakel, Sénégal – 2013, cliché auteur

La réalisation des entretiens semi-directifs (trajectoire résidentielle, migratoire, géographique, professionnelle, scolaire, et sociale) a  permis identifier des indices saisissants. Avec la collaboration des amis et connaissances au niveau des familles, nous avons pu réaliser des généalogies depuis les premières générations. Les questionnaires sont appliqués aux « générations actuelles » des familles concernées et sont centrés sur leur devenir matrimonial, migratoire, professionnel et résidentiel.

En dehors d’un recueil de témoignages oraux ayant permis la réalisation des généalogies familiales, la méthode suivie consiste à faire des entretiens semi-directifs  dans plusieurs endroits (Paris, Dakar et Bakel). Ces entretiens ont été surtout faits de manière poussée avec les migrants retraités de retour. Cela a permis, au delà d’une analyse des trajectoires individuelles, de saisir la profondeur historique des parcours familiaux. Les entretiens se sont élargis aux femmes, aux jeunes et aux acteurs locaux présents sur le terrain.

La consultation de documents au niveau des Archives d’Etat Civil de la Municipalité de Bakel (allant de la période 1960 – 2000)  a permis d’identifier les noms, les naissances, les mariages et décès d’individus recensés. Ces éléments permettent une meilleure compréhension des déplacements géographiques et des liens matrimoniaux. En consultant également les Archives du Cercle de Bakel, il a été possible d’identifier des indicateurs relatifs aux politiques coloniales en « pays soninké ». Néanmoins, les informations sur la famille sont presque absentes dans les dites archives.

Activité économique au bord du fleuve Sénégal à Bakel – 2013, cliché auteur

De nombreuses photographies  de terrain ont pu être prises. Ce sont des photos nouvelles  mais aussi des archives familiales. Elles ont permis de saisir l’évolution des trajectoires résidentielles des familles et les transformations architecturales que ces familles ont subies. Les nouvelles technologies de communications comme Skype et Facebook sont aussi devenues des sources d’une utilité considérable. Leur utilisation nous a permis d’avoir les traces des acteurs, des familles ciblées,  le devenir professionnel et social des nouvelles générations.

Au final, je témoigne ma reconnaissance à tous ceux (amis, intermédiaires, familles et institutions) qui m’ont accompagné, aidé et soutenu dans la réalisation de ce travail de terrain. Mes remerciements s’adressent principalement à la Fondation de l’Université de Poitiers grâce à qui cette mission au Sénégal pu être entreprise et réalisée.

Saliou Dit Baba DIALLO / Doctorant au Laboratoire Migrinter, Ecole Doctorale SORG et attaché au Laboratoire Germes de l’Ucad, Ecole doctorale EHTOS, Sénégal / Directeurs de thèse : M. Patrick GONIN, Université de Poitiers et M. Ousseynou FAYE, Professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Séminaire Le projet migratoire : intentionnalité et expériences des acteurs – 9 et 10 juillet 2012

De plus en plus présente dans la littérature sur les migrations internationales depuis le début des années 2000, la notion de projet migratoire n’a pourtant pas fait l’objet d’une théorisation systématique, au point que le caractère opérationnel de la notion interroge.

Un premier atelier de travail autour de cette notion a été organisé en 2011 à Agadir, avec comme fil conducteur, la manière dont le projet migratoire a été envisagé jusque là, autant en termes de définitions que d’approches ainsi que les conditions de son émergence dans la littérature scientifique. Différents axes de réflexion qu’il conviendrait de poursuivre, ont émergé au cours de ces deux journées :

– Le projet migratoire interroge l’espace-temps, ouvrant une réflexion plus large sur la spatialisation du temps, ainsi que sur la continuité temporelle versus continuité spatiale. Les notions de bifurcation, d’événement ou de rupture ouvrent un champ de réflexion permettant de penser le temps dans une logique non-linéaire ; qu’en est-il alors de la dimension spatiale, d’une possible spatialisation de ce temps non-linéaire ?

– Le projet migratoire pose la question de l’intentionnalité de l’individu ; si celle-ci se construit en fonction des expériences acquises (d’un savoir-faire), elle dépend aussi du pouvoir-faire de cet individu, de sa capacité à accomplir son autonomie. Cette dimension de l’intentionnalité est liée à la distinction entre ce qui est de l’ordre du possible et du probable, sachant qu’entre le savoir et le pouvoir se glisse le rêve, l’imagination, une fantasmagorie du futur. Quelles sont les relations entre ces trois niveaux, les expériences accumulées, le pouvoir (au sens de capacité) et l’onirique, niveaux auxquels il faudrait ajouter les interactions ? Permettent-elles une approche du projet migratoire ?

– La migration place l’individu dans une situation d’incertitude plus ou moins temporaire. Comment l’individu œuvre-t-il dans ce contexte d’incertain ? Le projet migratoire constitue-t-il l’une des réponses possibles, en introduisant la dimension du possible et/ou du probable dans ce contexte ?

L’objectif de ce séminaire est de poursuivre ces réflexions en insistant plus particulièrement sur la dimension méthodologique et sur les croisements disciplinaires possibles. En effet, il est apparu que cette notion de projet migratoire est commune à toutes les sciences sociales, mais chacune ne l’entend ni de l’aborde en suivant les mêmes approches. Les différents axes présentés ci-dessus n’ont rien de limitatif, d’autres dimensions pouvant être abordées en fonction des expériences de recherche propres à chacun.

Séminaire organisé par Florence Boyer (IRD) & William Berthomière (CNRS)


Lundi 9 juillet 2012

10h00 – Introduction

Mohamed Charef (Université d’Agadir)

10h30-11h30 – Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre, le cas de la diaspora chinoise 

Emmanuel Ma Mung (Migrinter-CNRS)

11h30-12h30 – Projets et expériences migratoires à l’épreuve des événements

Marina Hily (Migrinter, CNRS)

12h30-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Transit, installation, circulation : quels choix méthodologiques pour quels projets migratoires en Afrique de l’Ouest ?

Armelle Choplin (Université Paris-Est)

15h00-16h00 – Aborder le projet migratoire dans sa rétrospection et dans une perspective de genre. Le cas des migrantes mauriciennes employées de maison en France

Colette Le Petitcorps (Migrinter, CNRS)

16h00-16h15 – Pause

16h15-17h15 – Quelle analyse des formes et des sens du « retour » dans la construction des parcours migratoires ?

Laurent Faret (SEDET, Université Paris-Diderot)

17h15-18h15 – Le retour : horizon ou condition du projet migratoire ?

Constance De Gourcy (Département de sociologie, Aix-Marseille Université)

 

Mardi 10 juillet 2012

 

9h30-10h30 – Du projet à l’analyse de la configuration sociale de l’acteur migrant.

Mahamet Timera (URMIS, Université Paris-Diderot)

 10h30-11h30 – Attentes et suspension : le projet migratoire des femmes somaliennes immobilisées à Malte

Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h45 – Enfermement et projet migratoire. Les trajectoires d’étrangers en rétention en Roumanie

Bénédicte Michalon (ADES, CNRS)

12h45-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Le projet migratoire : quelles implications théoriques et empiriques pour l’économie des migrations ?

Gilles Spielvogel (D&S, Université de Paris I-IRD)

15h00-16h00 – Le projet migratoire et les pratiques gouvernementales de racinement des migrants rapatriés coloniaux

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, CNRS)

16h00-17h00 – Discussion finale-Conclusion

William Berthomière (Migrinter, CNRS), Florence Boyer (D&S, IRD)

 

Lieu : UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université de Paris I Panthéon Sorbonne – IRD)

Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris

45bis Avenue de la Belle Gabrielle

94736 Nogent-sur-Marne

 

Résumés des interventions sur calenda

 

Dates : 9 et 10 juillet 2012