Archives par mot-clé : Afrique

5 février 18 h. 30 – conférence EMF de M. Timéra « Migrations africaines vers l’Europe »

Jeudi 5 février 2015, à 18 h. 30, Espace Mendès France POITIERS

Migrations africaines depuis l’Afrique et vers l’Europe. États, routes, réseaux et relations sociales dans les espaces tiers

Conférence de Mahamet Timéra

professeur de sociologie, directeur de l’URMIS Paris 7  Diderot

Dans cette intervention basée sur des enquêtes de terrain prolongées et répétées, il s’agira de mettre l’accent sur le versant intra-africain des mobilités, circulations et migrations en relativisant sans l’occulter la mise en exergue de l’Europe comme destination finale. Ainsi, nous verrons comment se construisent, se succèdent, se superposent et se dissocient diverses vagues, situations et projets migratoires.

Dans cette même perspective, nous nous intéresserons aux relations sociales et interethniques entre migrants et autochtones, aux représentations réciproques.

Cycle de conférences organisées en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales : Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 6588 CNRS – université de Poitiers).

———————————————————-
POITIERS (86) | Espace Mendès France

1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Accès libre

Lien vers le site de l’Espace Mendès France

Soutenance de HDR : Nelly Robin

Migrinter a le plaisir d’annoncer à la communauté scientifique que Nelly Robin, chercheur à l’IRD, membre du CEPED et hébergée à MIGRINTER, soutiendra son Habilitation à diriger des recherches en géographie le mardi 30 septembre 2014, à 14 h à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS) de Poitiers, Bâtiment A5, 5 rue Théodore Lefebvre, 86022 Poitiers (salle Mélusine).

Migrations, observatoire et droit

Complexité du système migratoire ouest-africain

Migrants et normes juridiques

 Jury :

  • Annabel DESGREES DU LOU, Directrice de recherche à l’IRD
  • Serigne DIOP, Professeur, Université Cheih Anta Diop de Dakar
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Emmanuel MA MUNG, Directeur de recherche au CNRS
  • Antoine PECOUD, Professeur, Université de Paris 13
  • Mahamet TIMERA, Professeur, Université Paris Diderot Paris 7

Mise en ligne le 08/10/2014 http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01071279 

Vous êtes tous chaleureusement conviés à assister aux discussions ainsi qu’au pot qui sera organisé pour l’occasion.

Résumé :

Le volume scientifique d’habilitation à diriger des recherches présenté par Nelly Robin vise à offrir une synthèse de ses travaux et des positionnements qui les ont orientés depuis son recrutement à l’ORSTOM en 1992.

Migrations, observatoire et droit, tel est le titre général proposé pour cet essai. À partir d’analyses inédites, l’auteur réinterroge les différents moments de son  parcours scientifique, centré sur l’Afrique de l’Ouest et marqué par un glissement inattendu, de la géographie, et plus largement des sciences sociales, vers l’univers judiciaire.

Une synthèse régionale des migrations internationales en Afrique de l’Ouest sur cinquante ans, de 1960 à 2010, introduit l’analyse ; elle est portée par trois ambitions : celle d’une approche historique des mouvements migratoires afin d’apprécier le rôle des logiques « traditionnelles » sur l’ordre régional actuel, d’une réflexion en terme de systèmes sur l’organisation des échanges migratoires, leurs nouvelles configurations et leur ouverture extrarégionale et, enfin, d’une interrogation sur l’intégration régionale qui dévoile toute la complexité du jeu de recompositions spatiales des migrations internationales.

Nelly Robin aborde ensuite l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal, la manière dont il a été fabriqué et la qualité des données produites. La réflexion est axée tout à la fois sur la question de la production de statistiques publiques par l’administration et sur l’usage et l’analyse critique que peut en faire la recherche. Il s’agit de convoquer la statistique administrative du sud pour comprendre le processus d’externalisation du contrôle des frontières de l’UE et ses incidences sur la gestion concertée des flux par les États membres de la CEDEAO comme sur l’organisation des réseaux de traite des êtres humains et de trafic illicite de migrants.

L’analyse est enrichie par une réflexion sur les parcours migratoires des mineurs, du Sahel aux rives sud de la Méditerranée. Il s’agit de rendre compte des évolutions des savoir-migrer et des routes empruntées, de reconstituer et d’étudier les systèmes d’alliances entre les acteurs (États, migrants, groupes criminels) et les relations de pouvoirs qui les lient ou les opposent sur les territoires parcourus. Travailler sur la parole du migrant à partir des récits de vie permet aussi de décrire les tensions entre les normes sociales (individuelles ou collectives) et les normes juridiques établies par les États. C’est en analysant dans l’acte individuel du migrant la part de ce qui relève d’une ressource ou d’une contrainte juridique que l’auteur entend révéler ce qui dans cet acte est conditionné par les politiques de contrôle des migrations.

Le volume s’achève sur une réflexion d’ouverture beaucoup plus que de conclusion dans laquelle on dépasse un certain nombre de catégories d’analyse habituelles en géographie pour s’interroger sur la place des sciences juridiques dans l’étude des migrations internationales. Si les itérations entre le statisticien et le thématicien sont communes en recherche, celles entre le magistrat, le praticien du droit, et le géographe sont plus rares ; elles ont été remarquables dans le cadre de l’Observatoire des migrations internationales au Sénégal et trouvent leur accomplissement dans cette proposition de dialogue avec le droit.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Ukwimi, un camp de réfugiés mozambicains en Zambie

La photothèque témoigne d’un terrain de recherche revisité. Les clichés correspondent à six missions effectuées de 1992 à 2007. Le camp d’Ukwimi, en Zambie, ouvert en 1987, a été fermé en 1995 aux réfugiés mozanbicains, puis réouvert en 2000 aux réfugiés angolais et rwandais. Aujourd’hui, c’est un périmètre agricole, étatique, pour les nationaux.

Pendant la guerre civile mozambicaine, le Malawi accueillit plus d’un million de réfugiés mozambicains qui furent regroupés dans des camps gérés par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR). L’Indépendance fut proclamée le 25 juin 1975, mais elle fut suivie d’une guerre civile (1977-1992) qui fut meurtrière et causa de nombreuses destructions.

Vestige de la guerre d’indépendance, voici les ruines d’un poste de guet de l’armée portugaise situé à proximité de la frontière entre le Mozambique et la Zambie.

Ukwimi

L’entrée du camp d’Ukwimi est matérialisée par une barrière, un panneau indicateur du nom du lieu et un poste de garde. Elle souligne l’accès contrôlé et réglementé d’une enclave extra-territoriale. Établi en 1987, par le HCR, dans la province de l’Est zambienne, à une centaine de kilomètres de la frontière mozambicaine, le camp est dénommé “ Ukwimi Mozambican Agricultural Refugee Settlement “. C’est une installation agricole où les réfugiés ont des terres à cultiver. Entre 1987 et 1994, le camp fut progressivement peuplé par des afflux ininterrompus de réfugiés. Plus de 25000 mozambicains y furent installés.

73 “villages“ de 200 à 300 personnes, numérotés, aux cases alignées, sont créés le long des pistes du camp qui s’étend sur 310 Km2. Ces “ villages “ regroupent les exilés en fonction de leur date d’arrivée et non pas de leurs liens familiaux ou claniques. L’objectif des autorités était de peupler progressivement et rationnellement l’ensemble du camp et non pas de recréer des communautés villageoises.

Après quelques années d’installation, le village de réfugiés devient un lieu animé, régulièrement visité et contrôlé par les autorités qui y introduisent de multiples actions d’assistance au développement. Ukwimi fut un site façade, un site vitrine.

 

Le forage est un lieu de socialisation, mais aussi un lieu investi par les femmes pour leurs cultures maraîchères. Plus de 100 forages équipés de pompes furent creusés sur l’ensemble du site au bénéfice de tous, réfugiés, autochtones et personnel administratif.

Village situé dans le camp mais habité par des agriculteurs autochtones d’ethnie nsenga. On y observe un grenier à maïs et deux greniers à arachide. Les quelques 9 villages et hameaux autochtones présents dans le camp étaient reconnaissables à leurs arbres fruitiers, à leurs greniers et à la présence d’un petit bétail vagabondant. Les échanges sous forme de troc entre réfugiés et autochtones étaient fréquents.

Le rapatriement

À la suite des accords de paix signés à Rome en octobre 1992 entre le FRELIMO (Front de Libération du Mozambique) et la RENAMO (Resistance nationale mozambicaine), un vaste mouvement de rapatriement des réfugiés, en provenance de tous les pays limitrophes, fut organisé par le HCR.

À Ukwimi, plus de 17000 réfugiés furent rapatriés en 1994 par le HCR, par cars, vers la province de Tete et plus particulièrement vers le district de Maravia. Les incitations au retour ont été si fortes que l’on pourrait parler d’un rapatriement anticipé : ce cliché témoigne que le village est déserté.

Si la majorité des réfugiés mozambicains sont rentrés, quelques familles ont décidé de rester à Ukwimi : ayant perdu leur statut de réfugié et sans possibilité de régulariser leur situation, elles sont devenues sans-papiers et soumises à de multiples restrictions.

© Véronique Lassailly-Jacob, Migrinter, 1992-2007.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER.

 

POUR EN SAVOIR PLUS :

Lassailly-Jacob, Véronique (2003) Conditions d’accueil et insertion des réfugiés dans un pays d’Afrique australe : la Zambie, in Michelle Guillon, Luc Legoux et Emmanuel Ma Mung, L’asile politique entre deux chaises : droits de l’Homme et gestion des flux migratoires, Paris, L’Harmattan, pp.245-265.

Lassailly-Jacob, Véronique (2002) Quelles réponses à l’afflux de réfugiés ? L’exemple zambien, Géographies : bulletin de l’Association de Géographes Français, n°2, pp.211-222.

Lassailly-Jacob, Véronique (2010)Forced migration in Africa: a new but overloked category of refugees, in Cédric Audebert et Kamel Doraï, Migration in a globalised world: new research issues and prospects, Amsterdam, Amsterdam University Press, pp.191-202.