Archives de catégorie : Programmes de recherche

Compte-rendu du séminaire « Les Migrations Internationales à l’Épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale »

Les 10 et 11 décembre 2015, le séminaire international « les migrations internationales à l’épreuve de la nouvelle gouvernance locale » a réuni des chercheurs issus de quatre continents pour aborder la relation entre les mutations de la gouvernance urbaine et les migrations internationales. Ce séminaire a été organisé grâce au soutien du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers, du programme Integrim – Marie Curie Actions et du programme Mobglob.

Les programmes de décentralisation et la mise en œuvre de réformes structurelles d’inspiration néolibérale ont profondément transformé les modes de gouvernance urbaine. Dans les pays d’accueil, l’échelon local devient celui de la mise en œuvre de la politique d’intégration et des politiques multiculturelles. La question de la diversité apparaît comme une façon de « positionner » la ville et de créer une « image de marque » qui peut résonner au niveau économique (Myrte Hoekstra, Hilary Sanders, Alexandre Tandé). Dans les pays émetteurs, les autorités locales mobilisent les liens avec leurs résidents expatriés afin d’en tirer de nouvelles ressources pour le développement (Hawa Coulibaly, Hamidou Dia, Lorena Gazzotti, Stéphanie Lima).

L’objectif de ce séminaire a été de confronter les expériences observées au Nord et au Sud afin d’en dégager les spécificités, mais aussi les problématiques communes. Au total ce sont des cas d’études répartis sur 14 pays de toutes les régions du monde qui ont été présentés. Ce panorama global a permis de renouveler le regard sur cette question en mettant à jour des lignes directrices qui dépassent les clivages géographiques et scientifiques Nord/Sud.

Tout d’abord, la gestion de la présence immigrée n’est pas une problématique spécifique aux villes européennes et nord américaines. Ainsi qu’ont pu le montrer Itzhak Schnell, Amandine Desille, Lauren Landau ou Hideki Tarumoto, cette question se pose tout autant en Afrique ou en Asie. On observe la récurrence d’une approche aux accents néolibéraux qui appréhende les migrants comme des atouts économiques permettant l’insertion et le positionnement de la ville dans la globalisation. Les organisations internationales telles que l’Organisation Internationale pour les Migrations (Younes Ahouga) ou la Banque Mondiale contribuent largement à diffuser ce type d’approche partout dans le monde.

De la même manière, le recours aux réseaux diasporiques de la part des villes du Sud n’est pas le seul monopole des zones les plus étudiées telles que l’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique du Nord. Le phénomène s’observe également en Iran, pays qui n’a pas mise en œuvre de politique d’ajustement structurel (Amin Moghadam). De même, les villes du Nord voient dans les migrations et le développement un moyen de développer leur propre agenda international par le biais de la coopération décentralisée (Claire Vincent-Mory). La mobilisation des réseaux diasporiques est donc une problématique qui dépasse le clivage Nord-Sud.

Enfin, au Nord comme au Sud, la relation gouvernance urbaine/migrations se noue dans un contexte de désengagement des pouvoirs publics, que ce désengagement soit volontaire dans une perspective néolibérale ou involontaire dans un contexte de rareté des ressources. La mise en place de ces politiques est souvent dépendante de ressources extérieures (Andrea Carlà), et favorise certaines populations par rapport à d’autres (minorités ethniques telles que les populations Roms ou immigrés ? (Kitti Barasci). Dès lors ce désengagement laisse le champ pour l’émergence de nouvelles dynamiques sociales, que celles-ci soit caritatives (prises en charge des services publics par le biais de transferts collectifs), commerçantes, voire criminelles (développement des gangs dans les camps de migrants en Afrique du Sud (Lauren Landau).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme du séminaire.

ANR MARGIN – CEE / CITERES / MIGRINTER

Les laboratoires (UMR CNRS) CEE, CITERES et MIGRINTER ont obtenu un financement ANR sur le programme MARG-IN.

MARG-IN : MARGinalisation / INclusion : les effets à moyen et à long terme des politiques de régulation de la pauvreté étrangère sur les populations-cibles : le cas des migrants dits « roms » dans les villes d’Europe occidentale (France, Italie, Espagne). Continuer la lecture de ANR MARGIN – CEE / CITERES / MIGRINTER