Archives de catégorie : Lectures

Les lettres de Rivesaltes

Il y a un an, le 16 octobre 2015, était inauguré le Mémorial du Camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Pour l’inauguration, Anne-Laure Boyer, a demandé à de nombreux auteur.e.s d’écrire des lettres sur les camps d’internement français qui ont trop longtemps été occultés. Ces Lettres de Rivesaltes ont été l’occasion pour chacun de s’approprier cette histoire lourde et complexe, afin de la porter collectivement dans un exposition qui s’est tenue jusqu’au 30 juin 2016.

A cette adresse, il est possible de découvrir l’intégralité des 175 lettres dont 123 ont été rédigées par des adultes, et 52 par des jeunes dans un cadre scolaire. À partir de ces 175 lettres, Anne-Laure Boyer a réalisé environ 10 000 reproductions, mises sous enveloppes et diffusées au fur et à mesure des huit mois d’exposition qui ont compté au total 30 000 visiteurs, visiteurs qui ont permis à ce que toutes ces lettres voyagent par voie postale, dans des bagages ou de main à main.

La lettre que nous présentons ici a été écrite par Julia Maquet Badia-Canes, océanographe et journaliste scientifique indépendante, Paloma Maquet Badia-Canes, doctorante à Migrinter, petites-filles d’Isabel, réfugiée espagnole et internée à Rivesaltes, et Olivier Clochard chercheur à Migrinter. Cette lettre s’est construite sur le témoignage direct d’une grand-mère à ses descendantes, sur ses souvenirs et mots d’enfant, mais aussi sur l’analyse de résurgences ou de malheureuses continuités (?) qui tous les jours transforment les parcours de personnes exilées en véritables périples complexes, dangereux et honteux… Nous avons choisi de l’adresser directement à Isabel.

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée

Couverture de l'ouvrage "Filmer les réfugiés" de Fabienne Le Houérou
Couverture de l’ouvrage « Filmer les réfugiés » de Fabienne Le Houérou

Nouveauté livre

Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée. Documentaires, films ethnographiques, ethno-fictions ou égo-fictions ?

par Fabienne Le Houérou

-o-

Préface de William Berthomière

Persévérer est le premier mot posé sur le papier par Fabienne Le Houérou pour ouvrir le chemin de la pensée qu’elle nous donne à (entre-)voir dans cet ouvrage. Indéniablement, le vouloir-dire qui se dégage au fil des pages a quelque chose du conatus. La question du vouloir-dire des images est en effet animée par la volonté d’affirmer un positionnement de recherche qui coûte que coûte, malgré railleries et discrédits de milieux qui font doxa, a conduit Fabienne Le Houérou à persévérer dans son être(-chercheure). Le dessein de cet écrit est donc présenté dès le premier plan et l’auteur reste fidèle à sa démarche en poursuivant le but de donner toute sa place au « cinéma d’enquête ». Et ne nous y trompons pas la fidélité est ici tout sauf aveuglement tant Fabienne Le Houérou nous laisse entendre la force des questionnements et des doutes qui l’ont accompagnée sur les routes d’exilés de la corne de l’Afrique au sous-continent indien.

Être sur la route poussée par le désir de traduire en images l’authenticité d’expériences humaines demeure donc le cœur de cet ouvrage où la mobilité forcée, contrainte, incertaine, sans retour, libère, démultiplie la parole du chercheur, venant comme sous-titrer des mouvements au développement rhizomique, qui sont autant d’occasions d’étendre la réflexion dans des directions toutes plus stimulantes les unes que les autres : l’outil qu’est la caméra et le mécanisme d’entrainement qu’elle nous livre dans une séquence du don et du contre-don, l’esthétisation sous-jacente ou bien encore les surimpressions disciplinaires qui amoindrissent la sensibilité des images, et enfin les enjeux du Je. Continuer la lecture de Filmer les réfugiés : cinéma d’enquête, études visuelles et subjectivité assumée