Archives de catégorie : Sources et méthodes

Séminaire de laboratoire

Marie CHABROL, Sylvaine CONORD, Caroline ROZENHOLC au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 19 mai (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne. Collecte de récits d’habitants et production d’un matériau photographique 

Intervenantes :

Marie CHABROL (Université Picardie-Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde), Sylvaine CONORD (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïque – UMR 7818 Lavue), Caroline ROZENHOLC (ENSAPVS-ENSAPLV, CRH – UMR 7818 Lavue)

A partir d’une expérience de recherche collective – le programme REV « Rester en (centre)-ville : Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne » – mobilisant onze chercheurs dans quatre pays (France, Belgique, Autriche et Portugal), cette intervention revient sur le thème de la résistance des populations au changement urbain, à partir principalement du terrain mené à Bruxelles.

Il s’agit de montrer ce qui fait ancrage pour les populations vulnérables qui y résident (ou qui le fréquentent régulièrement), les ressources (commerciales, associatives, linguistiques, etc.) qu’offrent ce quartier et les compétences habitantes qui s’y expriment. Ces ressources, présences et pratiques tissent ensemble des formes de résistance, à la fois individuelle et collective, qui, au fil du temps et des vagues d’immigration successives, sont devenues un élément constitutif du quartier face à la volonté politique de changement urbain et social et aux dynamiques de métropolisation. Articulée à des entretiens de type ethnographiques, la photographie a constitué, dans cette recherche, un outil spécifique de collecte et de présentation des résultats sur lequel nous reviendrons en détail (constitution et exploitation du corpus produit, comparaison et cheminement entre les différents terrains).

Pour plus d’information :

Le programme REV : http://www.crh.archi.fr/Rester-en-centre-ville

Numéro de la revue Uzance sur le quartier Heyvaert : http://www.patrimoineculturel.cfwb.be/index.php?id=14479

 

Conférence à l’Espace Mendès France, lundi 21 mars 2016, 18h30

Conférence à l’Espace Mendès France

lundi 21 mars 2016

18h30

par Juliette DENIS, historienne, docteur en histoire (Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense)

Personnes déplacées et Guerre Froide

en Allemagne occupée

 

Juliette Denis a co-dirigé, avec Corine Defrance et Julia Maspero, Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’étrangers se trouvent sur le sol allemand : anciens travailleurs forcés, rescapés des camps nazis ou déracinés aux profils multiples. La plupart d’entre eux sont rapatriés après la capitulation allemande, mais presque un million de personnes déplacées (Displaced Persons – DPs), effrayés par l’antisémitisme à l’Est de l’Europe, ou redoutant la montée des régimes communistes, refusent de rentrer dans leur patrie. C’est donc dans les trois zones occidentales de l’Allemagne occupée, exsangue et traversée par des flux incessants, que les DPs vivent pendant plusieurs mois ou années. Leur histoire est multiple et ils en sont à la fois les objets et les acteurs.

Cet ouvrage, rassemblant des contributions en trois langues (français, anglais, allemand), croise les perspectives entre histoire politique et internationale, histoire des migrations, analyses culturelles et études des représentations. Il permet de saisir les interactions entre les décisions internationales, les impératifs des pays d’origine des DPs mais aussi ceux des pays d’immigration, les réalités de l’Allemagne occupée et les besoins et espérances des DPs eux-mêmes. Entre sortie du conflit mondial et début de guerre froide se nouent autour des DPs les grandes problématiques politiques et humaines qui forgent l’histoire des déplacements et du refuge.

 

 

 

Hamidou DIA au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 17 mars (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Dépasser les frontières nationales et disciplinaires pour analyser les migrations : rapporter l’immigration aux contextes d’émigration, entre sociologie et anthropologie.

Intervention : Hamidou Dia, sociologue, chargé de recherche de 1ère classe, Ceped/IRD.
Discussion : Célio Sierra-Paycha, MIGRINTER

Les sciences sociales engagent depuis plus d’un quart de siècle un débat autour des manières d’étudier les migrations. Ces discussions créent un cadre scientifique propice au renouvellement théorique et méthodologique, tout en questionnant le rapport des différentes disciplines à cet objet longtemps marginalisé dans les grandes traditions de recherche scientifiques, en Europe et en Amérique du Nord. Dans le contexte académique français, la problématisation et la connaissance des phénomènes migratoires, notamment à partir de l’Afrique, souffrent depuis longtemps d’un partage entre la sociologie et l’anthropologie. Pourtant ce débat qui a imposé des cheminements différents et parallèles aux deux disciplines suivant que l’on étudie les contextes d’immigration ou d’émigration est dépassé dans les faits et même d’un point de vue théorique depuis que la seconde opère une mue réflexive sur sa démarche, sa procédure et ses méthodes, et mène un débat fécond avec première, c’est-à-dire la sociologie. A travers des recherches menées sur les migrations internationales sénégalaises depuis l’indépendance du pays en 1960 jusqu’à nos jours, cette communication propose non seulement de dépasser les cadres territoriaux et nationaux dans l’étude des migrations, mais aussi de mobiliser les ressources théoriques et méthodologiques offertes tout à la fois par la sociologie et l’anthropologie pour en densifier l’intelligence. Il s’appuie sur les propositions formulées dans le cadre d’une tradition de recherche africaniste française, mais en la discutant et en l’élargissant par des emprunts à d’autres contextes scientifiques grâce au comparatisme. Cette posture est documentée empiriquement à partir du village multi-situé à la fois phénomène produit par les migrations et instrument conceptuel d’appréhension de ces dernières.

Bibliographie indicative

  • Beaud S., Weber F., 2010, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2010 (4ème édition).
  • Dia, H., 2013, « From Field to Concept. The Example of Senegalese Multi-Sited villages», Journal Of Intercultural Studies, 34 (5), pp. 569-583.
  • Leservoisier, O. (sous la direction de), 2005, Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris, Karthala, 327p.
  • Levitt P., 2001, « Transnational migration: taking stock and future directions », Global Networks, vol. 1, 3, pp. 195-216.
  • Marcus G.E., 1998, « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography » in Marcus G.E (eds), Ethnography through thick and thin, Princeton, Princeton University Press, pp. 79-104.
  • Schwartz, O., 1993, « L’empirisme irréductible », in Anderson N., Le Hobo, Sociologie des sans-abri, Paris, Nathan, pp. 265-365.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire Sources et Méthodes — 18 février 2016

Séminaire du laboratoire MIGRINTER

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation: Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Séance du jeudi 18 février (10h-13h) – Salle des conseils

Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches 

Intervenant : Alain BLUM (EHESS, INED)

Discutante : Anouche Kunth

L’évocation d’un itinéraire de recherche voué à l’histoire soviétique donnera l’occasion, au cours de cette séance, d’explorer une modalité longtemps méconnue de la politique répressive stalinienne, les « déplacements spéciaux ». Il s’agit de déportations massives d’individus, arrêtés sur simple décision administrative au titre de leur appartenance, réelle ou supposée, à un groupe jugé déviant et dangereux. Durant l’ère stalinienne (1929-53) des millions de personnes ont été happées par ce dispositif extrajudiciaire, pour être déportées dans les régions reculées de l’URSS. Des confins du Grand Nord aux steppes asiatiques, un monde hybride a ainsi vu le jour, formé de citoyens soviétiques ni libres, ni détenus, mais assignés à résidence. Un monde composite de travailleurs forcés, ou « colons spéciaux », affectés à la mise en valeur de terres inhospitalières. Par la force d’un décret, des hommes, des femmes et des enfants aux origines sociales et/ou ethniques très diverses furent donc rassemblés dans une communauté d’expérience, dont l’étude nécessite aujourd’hui d’enquêter aux quatre coins de l’ancien espace soviétique. Historien et démographe, Alain Blum reviendra sur sa collecte de sources inédites, et explicitera la méthode retenue pour penser les trajectoires de déportés à partir d’un corpus mêlant archives de l’intime et documents bureaucratiques.

Pour plus d’informations sur les travaux conduits par Alain Blum (et alii), consulter le site des Archives sonores de l’Europe du Goulag, URL : http://museum.gulagmemories.eu

Séminaire Sources et méthodes – 21 janvier 10-13 h.

Jeudi 21 janvier (10h-13h) – Salle des conseils MSHS Poitiers

Séminaire – Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline Bergeon, Anouche Kunth, David Lessault

Un siècle d’histoire urbaine de l’agglomération parisienne à travers les enquêtes de l’INED

Intervenants : Catherine Bonvalet, Arnaud Bringé, Christophe Imbert

Discutante : Françoise Dureau

Cette séance a pour objectif d’étudier les transformations urbaines à travers l’analyse des comportements de mobilité des Franciliens nés entre 1900 et 1950. Pour cela, nous avons mobilisé les enquêtes anciennes de l’INED : l’enquête Peuplement de Paris de 1961 (générations 1901-1911), l’enquête Triple Biographie (3B) de 1981 (générations 1911-1935), l’enquête Peuplement et Dépeuplement de Paris (PDP) de 1986 (générations 1926-1935) et l’enquête Biographies et Entourage de 2001 (générations 1930-1950). Elles comportent toutes des questions sur les différents lieux habités depuis l’enfance (Peuplement de Paris, Biographie et Entourage), à partir de 14 ans (Enquête 3B) ou de la décohabitation (Enquête PDP). A partir des recensements de 1936 à 1999 et de ces quatre enquêtes de l’INED, on peut suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et étudier comment la répartition de ces générations dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. L’analyse quantitative de près de 7500 trajectoires géographiques croisée avec l’analyse de plus de 300 entretiens réalisés depuis 1986 permettra de restituer la dynamique urbaine telle que l’ont vécue, subie, accompagnée, initiée les habitants de la région parisienne. Les générations nées avant et pendant la guerre ainsi que les premiers baby-boomers sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue, puis à la maison individuelle en petite ou grande couronne. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1900-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXème siècle qu’ils ont connue enfants et la société hypermoderne de la fin du XXème siècle à l’avènement de laquelle les baby-boomers ont contribué (Ascher, 2005, Bonvalet et Ogg 2009).

Pour plus d’information sur les travaux conduits à l’INED, consulter le site : http://www.ined.fr

Programme du séminaire sources et méthodes

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 4ème cycle – 2015/2016

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

17 décembre 2015 – 9h30/13h –  Lieu : Salle : 12 (département de géographie) :

  • Claire LEVY-VROELANT (Professeure de sociologie Université Paris 8 – accueillie en délégation à l’INED)
  • Yannick HENRIO (Doctorant en sociologie Université Paris 8 – UMR LAVUE), « Trajectoires de familles précaires : Comment constituer et utiliser des données statistiques non-officielles ? ».
  • Discutante : Marie CHABROL (Géographe, Maître de conférences à l’Université Picardie-Jules Verne).

 

 21 janvier 2016 – 10h/13h – Lieu : Salle des conseils :

  • Catherine BONVALET et
  • Arnaud BRINGE, INED-Paris , (Titre provisoire) « Comment reconstituer le peuplement de Paris à partir d’une série d’enquêtes de l’INED ? ». 
  • Discutante : Françoise DUREAU (géographe, UMR MIGRINTER).

 

18 février 2016 – 10h00/13h – Lieu : Salle des conseils

  • Alain BLUM, Historien et démographe, INED/EHESS, « Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches ».
  • Discutante : Anouche KUNTH, Historienne, MIGRINTER

 

 17 mars 2016– 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua:

  • Hamidou DIA, Socio-anthropologue, CEPED-Paris, « Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal : socio-anthropologie d’un village multi-situé ».
  • Discutant : Célio SIERRA-PEYCHA, Doctorant MIGRINTER.

 

19 mai 2016 – 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua

  • Marie CHABROL (Maître de conférences en géographie à l’Université Picardie-Jules Verne),
  • Sylvaine CONORD (Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et
  • Caroline ROZENHOLC (Maître-assistante associée à l’ENSAPVS), « Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne : approche par le matériau photographique ».

 

Enquêtes sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Approche par générations et réseaux familiaux

La dernière séance du séminaire « sources et méthodes » a eu lieu le 21 mai 2015 à Migrinter. Hadrien Dubucs (Maître de Conférences, Université de Paris-Sorbonne) et Thomas Pfirsch (Maître de Conférences, Université de Valenciennes) ont présenté leurs travaux sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Dans la perspective du séminaire, ils ont choisi d’aborder la question selon deux approches : ils ont, dans un premier temps, mis à la discussion les différentes sources statistiques produites à l’échelle intra-européenne pour décrire et mesurer cette migration italienne en identifiant les faiblesses et les limites de ces productions. Dans un second temps, ils ont abordé la question de cette migration qualifiée sous l’angle de l’approche générationnelle et des réseaux familiaux afin de dépasser une vision unique de la migration en tant que phénomène de brain dain. Leur présentation s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche « Migrations italiennes contemporaines en Europe » et restitue les premiers résultats d’une enquête exploratoire menée à Paris depuis 2012.

Si les migrations italiennes ont suscité un attrait particulier en sciences humaines et sociales jusque dans les années 1970, elles ont été peu à peu délaissées du fait notamment de deux phénomènes : celui de la baisse des effectifs concernés par l’émigration italienne et celui du changement de statut perçu de l’Italie passant d’un pays d’émigration à un pays d’immigration. Ce changement de statut a pourtant été largement critiqué par les spécialistes du modèle migratoire sud-européen qui ont observé un maintien de l’émigration italienne pendant le tournant postfordiste, opérant, en réalité, un rééquilibrage migratoire.

Dans un contexte marqué par la libre circulation au sein de l’espace Schengen et par l’existence d’aides à la mobilité européenne, ces migrations italiennes sont aujourd’hui un bon exemple pour étudier les déplacements européens contemporains à partir une société marquée par une histoire migratoire. Les travaux d’H. Dubucs et de T. Pfirsch proposent donc une approche croisant une dimension nationale (la population italienne), socio-professionnelle (migrants qualifiés) et contextuelle (mobilités intra-Schengen). Par ailleurs, l’évolution des profils socio-professionnels de migrants italiens est marquée par une augmentation de la part des individus qualifiés et très qualifiés, ce qui ouvre à une lecture « inédite » des mobilités internationales italiennes.

Décrire et mesurer une migration intra-européenne

Comme pour tout autre analyse de mobilités intra-européennes, l’étude des migrations très qualifiées italiennes se heurte à des problèmes d’accès aux sources. Tout d’abord, les données existantes soulignent la faiblesse des mobilités à l’intérieur de l’espace Schengen. Ce constat est cependant critiquable, notamment car elles ne prennent pas en compte – ou très peu – les retours des nationaux et les mobilités intra-européennes opérées par les non-européens (« circulations répétées »). De fait, les informations sur les circulations qui se déploient à l’intérieur du territoire européen existent de façon très éparse, ce qui induit une sous-estimation d’une part importante des mobilités. Une seconde limite réside dans l’absence d’homogénéisation des modes de production des données à échelles nationale et européenne, ce qui complexifie la caractérisation et pose le problème de la comparabilité du phénomène. C’est dans ce contexte de « flou » statistique qu’H. Dubucs et T. Pfirsch tentent tout de même de croiser différentes sources disponibles au niveau de l’Europe: la base de données New Cronos relative aux migrations internationales et les données d’enquête Labor Force Survey sur les forces de travail d’Eurostat. Ils utilisent également des données nationales italiennes produites par l’ISTAT, par le biais des registres communaux de population, mais également celles issues des consulats et des rapports ministériels. L’ensemble de ces sources ne permet cependant pas d’avoir une caractérisation précise de cette émigration italienne dans un contexte de circulation libre au sein de l’espace Schengen.

Les premiers résultats de l’enquête exploratoire montrent que l’immigration italienne en France s’inscrit entre continuité et renouveau migratoire. D’une part, on observe un maintien de l’émigration, même si celle-ci apparaît moins « massive » aujourd’hui que celle observée entre 1860 et 1970. A une échelle plus fine d’observation, la France absorbe environ 8 % des émigrés italiens au cours des années 2000 et se place en 5ème position des destinations, ce qui témoigne de la régularité et de la solidité des flux entre les deux pays. Par ailleurs, malgré le fait que l’émigration italienne s’insère dans une histoire longue, les émigrants actuels ne réactivent que très peu les réseaux issus des anciennes migrations. Dans cette perspective, H. Dubucs et T. Pfirsch insistent sur le rôle « modéré » de la crise de 2007 sur des flux déjà consistants qui se déployaient avant cette date ; selon eux, les migrations italiennes s’inscrivent dans une crise structurelle du marché du travail italien qui a débuté bien avant les années 2000 et qui peine à recruter sa jeune main d’œuvre qualifiée. C’est pourquoi une grande part des flux migratoires concerne des personnes qualifiées, adultes et métropolitaines. Cette inflexion des profils est une des évolutions majeures de l’émigration italienne. Cependant, replacée dans le paysage migratoire de l’Europe, cette « montée en qualification » est à nuancer : face à des flux persistants de travailleurs précaires, cette migration qualifiée reste minoritaire.

Pour une approche générationnelle des migrations italiennes en France

L’explication de ces migrations ne saurait se limiter à un simple brain drain. H. Dubucs et T. Pfirsch montrent que, non seulement cette idée est très réductrice de la complexité du phénomène, mais que ces migrations sont révélatrices de dynamiques sociales plus larges en cours dans la société italienne et notamment d’une crise structurelle allant bien au delà d’une crise économique. Pour observer cela, ils ont mis en place un dispositif méthodologique qualitatif alliant trois techniques d’enquête : 1) des entretiens auprès d’Italiens diplômés du supérieur résidant à Paris, 2) une étude des blogs et réseaux sociaux tenus par des Italiens en migration, 3) un questionnaire en ligne.

Les informations obtenues ont été analysées depuis un cadre théorique proposant une approche générationnelle. Deux sens du concept de génération sont mobilisés. Le premier a été développé par A. Sayad et désigne un mode spécifique de “génération” de la migration dans la société d’origine (dans le sens de générer un processus migratoire). Le second, défini à partir des travaux de K. Mannheim, comprend le terme génération au sens sociologique de groupe d’individus partageant des valeurs du fait d’une expérience historique commune. Les résultats issus des enquêtes qualitatives montrent à la fois comment la migration de jeunes italiens qualifiés à Paris répond à un nouveau mode de production de l’émigration, et comment ces personnes partagent un fort “sentiment générationnel” nourri par cette expérience migratoire. En effet, les entretiens révèlent que la population d’enquête ne se situe pas dans la lignée des migrations anciennes depuis l’Italie vers la France : tant les discours que le non recours à ces réseaux traditionnels montrent la différence entre ces dynamiques migratoires anciennes et actuelles. Cette différence s’observe également dans le rôle joué par la famille, la question de l’emploi et le contexte européen dans la génération de cette migration.

Si bien les mobilités vers la France révèlent des parcours individuels indépendants des réseaux migratoires traditionnels, elles sont cependant très liées à la famille des individus : d’abord par une socialisation précoce à la mobilité, ensuite par le soutien matériel apporté par la famille lors d’une migration (il est ainsi possible d’observer une inversion des flux financiers traditionnels entre la France et l’Italie).

Le contexte européen et notamment l’existence de dispositifs facilitant la mobilité, tels que le programme Erasmus, jouent également un rôle important dans l’expérience migratoire de ces jeunes (première expérience d’éloignement, apprentissage d’une autre langue, rencontres amicales et conjugales, découverte d’horizons professionnels nouveaux) et dans la fabrication d’un sentiment d’appartenance à une génération européenne jouissant de différentes ressources pour envisager un projet de vie à l’étranger.

Enfin, si l’emploi et particulièrement la difficulté des jeunes très qualifiés à s’insérer dans le marché du travail en Italie sont signalés par les enquêtés comme une des raisons principales de leur migration, cette proposition doit être nuancée. En effet, les deux chercheurs montrent tout d’abord que l’insertion sur le marché du travail français passe souvent par une grande précarité pour ces jeunes, ce qui les distingue de l’expérience des élites migrantes plus communément étudiées. De plus, et c’est là où se découvre clairement la complexité des facteurs pouvant expliquer une émigration, selon les personnes interrogées, ce n’est pas tant la difficulté de trouver un travail en Italie qui les a poussés vers l’étranger, mais plutôt le manque de reconnaissance de leurs qualifications. Apparaît alors dans les discours un rejet de la société italienne où le mérite n’a pas sa place. Et c’est notamment à partir de ce discours que se construit un sentiment générationnel, faisant passer les enquêtés du “je” au “nous”. Génération sacrifiée, aux compétences non reconnues par les anciens qui ne leur donnent pas leur chance : on retrouve ici une “lutte des âges” fortement présente dans la société italienne. Ce sentiment générationnel se trouve fortifié dans l’expérience migratoire et notamment par le biais des nombreux blogs tenus par les Italiens à l’étranger.

La recherche proposée par T. Pfirsch et H. Dubucs, qui mobilise et construit des données de sources diverses, montre à travers une proposition théorique originale, la complexité d’un phénomène migratoire à échelle intra-européenne. Porte d’entrée pour comprendre les conflits sociaux actuels en Italie, cette migration peut également conduire à des questionnements sur une génération de jeunes qualifiés à échelle européenne ou encore sur les dispositifs de mobilité au sein de l’espace Schengen.

 

Marine Bertrand & Céline Bergeon

Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises

Le 19 mars 2015, s’est tenue une session du séminaire « Sources et Méthodes » du laboratoire Migrinter. Pierre PISTRE était invité à présenter ses travaux autour du thème « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Post-doctorant à l’IFSTARR-AME-DEST (l’Institut Français des Sciences et Technologie des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux) et chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités, il a réalisé sa thèse sur le renouveau démographique des campagnes françaises. Il travaille actuellement sur un programme de recherche PREDIT portant sur « La face cachée de la dynamique de la mobilité : rôle des zones peu denses dans l’évolution à long terme des territoires et de la mobilité ».

Issue des résultats de sa recherche doctorale, son intervention entend interroger le renouveau des campagnes françaises sous l’angle de la pluralité des processus, des territoires en jeu et des acteurs impliqués. Ses recherches s’appuient sur le parti-pris suivant : considérer les campagnes et leurs dynamiques sociodémographiques avec un regard décalé, nonurbano-centré, en soulevant notamment l’hypothèse de reprises démographiques au-delà de la proche influence urbaine.

Son analyse repose en majorité sur des sources quantitatives. A partir de l’exploitation de données de recensement à l’échelle des bassins de vie, il propose une typologie des campagnes françaises en 6 classes : les campagnes des villes, parmi lesquelles il distingue les campagnes aisées et attractives de longue date des campagnes jeunes et en voie de périurbanisation ; les campagnes productives, au sein desquelles on compte les bassins de vie à dominante ouvrière et industrielles et les campagnes vieillies et agricoles ; les campagnes présentielles, parmi lesquelles, on distingue celles à attractivité résidentielle et touristique de celles à économie touristique, littorale ou montagnarde.

Cette approche typologique envisage donc le « rural » non pas comme un résidu de l’urbain, mais comme un ensemble d’attributs « positifs » spécifiques au monde rural. En complément de cette typologie obtenue à partir de données statistiques, P. Pistre a réalisé trois terrains d’enquête au sein de communautés de communes du sud de la France : en Haute-Vienne, en Haute-Provenance et dans le Haut-Languedoc.

Sa présentation est composée de deux parties : dans un premier temps, il est question des « migrations résidentielles », c’est-à-dire des transferts de population d’un lieu à l’autre, observés à partir d’un point de vue macro. Cette partie s’appuie en effet sur les données agrégées des migrations et sur les caractéristiques des migrants à partir des recensements. Le constat tiré de l’analyse des taux d’accroissement de la population des différents types de bassins de vie ruraux depuis 1968 est celui d’une tendance à une généralisation de la croissance de la population en dessous de 1,5% de croissance annuelle. Mais cette tendance reflète plutôt un tassement après que les différents types de campagnes aient connu des évolutions démographiques contrastées, parmi lesquelles on retiendra notamment le ralentissement de l’accroissement des campagnes des villes et la reprise démographique des campagnes productives dans les années 2000. Selon P. Pistre, ces croissances démographiques sont davantage portées par l’apport migratoire que par le mouvement naturel. L’observation conjuguée de la dynamique naturelle et de la dynamique migratoire permettent d’ailleurs d’identifier quatre états par lesquels sont passées les campagnes françaises depuis les années 1960 : crise (solde naturel négatif et solde migratoire positif), exode (solde naturel positif et solde migratoire négatif), reprise (solde naturel négatif et solde migratoire positif) et revitalisation (solde naturel positif et solde migratoire positif). Il apparait que les campagnes des villes sont « revitalisées » depuis longtemps, que les campagnes résidentielles sont en reprise depuis les années 1970 ; que certaines campagnes productives sont encore marquées par l’exode dans les périodes les plus récentes. L’analyse des échanges migratoires urbain/rural montre de surcroît un rapport favorable aux campagnes des villes et aux campagnes résidentielles en 2007. Seules les campagnes productives en majorité ouvrières et industrielles envoient plus de migrants vers les bassins de vie à dominante urbaine qu’elles n’en reçoivent. Ce renouveau des campagnes s’appuie notamment sur la migration des retraités, de professions intermédiaires mais aussi d’étrangers, parmi lesquels les Britanniques sont les plus nombreux. Ces derniers sont caractérisés par une diversité de profils sociaux qu’on ne leur prête pas habituellement.

La seconde partie de la présentation, intitulée « mobilités résidentielles », privilégie une approche plus micro-individuelle du renouveau rural, dans laquelle il s’agit notamment de resituer les étapes résidentielles en campagne françaiseau sein des parcours biographiques des individus. Trois dimensions ont été abordées : les migrations de « retour au pays », les motivations à l’installation dans les campagnes françaises et la place del’étape résidentielle à la campagne dans le cycle de vie. P. Pistre évalue le poids des « retours » des personnes, nées dans les communes rurales après une étape résidentielle en milieu urbain, à hauteur de 5% des migrations résidentielles vers ces communes. Ces migrations de retour semblent affecter certaines régions en particulier, mais ne sont pas généralisées à l’ensemble des bassins de vie ruraux. Les discours des migrants d’origine urbaine semblent structurés par des oppositions entre des villes aux nombreux « maux » et des campagnes « tranquilles », « espaces de nature » mais en pratique, l’articulation urbain/rural se fait plutôt sur le mode de la complémentarité et les individus sont mus par la recherche d’un entre-deux-spatial idéal.

La présentation de PierrePistre a été nourrie par une richesse de productions graphiques et cartographiques que l’intervenant s’est efforcé de rendre accessible et compréhensible au public. Cette présentation a été par exemple l’occasion de faire le point sur les différentes prises en compte de la migration grâce à la statistique publique française : migrants « durée de vie », migrants à cinq ans et migrants à un an dans les derniers recensements rénovés. On retiendra également les représentations de trajectoires en « coulées » à l’aide du paquetSLIDER du logiciel R. Dans ces représentations graphiques très parlantes, l’axe des abscisses représente le temps tandis que les graduations de l’axe des ordonnées représentent les différents états par lesquels passent les individus statistiques, qu’il s’agisse de lieux (les bassins de vie) ou de personnes (les migrants).

Le séminaire s’est poursuivi par l’intervention de Camille HOCHEDEZ, Maître de conférences à l’Université de Poitiers et membre du laboratoire Ruralités. Après avoir rappelé l’ancienneté des reprises démographiques du monde rural à l’échelle européenne, C. Hochedez insiste particulièrement sur le changement de regard récent porté sur le monde rural et qui en fait aujourd’hui un espace d’innovations, de modernité. Les dynamiques et processus en jeu au sein d’espaces devenus « multifonctionnels » réclament, selon elle, une plus grande attention des chercheurs. Parmi les multiples thèmes évoqués, le lien entre les dynamiques migratoires et la précarité en milieu rural reste peu exploré alors qu’il a fait l’objet de nombreuses recherches sur la ville ou en milieu périurbain. C’est, ce qui a incité récemment C. Hochedez à engager des travaux croisant les dynamiques migratoires et agricoles dans le cadre d’un projet portant sur les « agricultures ethniques » dans le Nord de la région parisienne.

Liens vers les travaux de Pierre Pistre :

Thèse

  • Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Geographie. Université Paris-Diderot – Paris VII, 2012. <tel-00764869>
  • Voir aussi le carnet de soutenance

Penser la migration depuis les espaces de l’attente

« Penser la migration depuis les espaces de l’attente »

Laurent Vidal, Chowra Makaremi, Bénédicte Michalon

Compte-rendu du séminaire « Sources et méthodes »

Lundi 19 février, 10h – 13h, Salle Gargantua

 

Par Lucie Bacon et Mélanie Pénicaud

Dans le cadre de la deuxième séance du séminaire « Sources et Méthodes », le laboratoire Migrinter était heureux d’accueillir Chowra Makaremi, Laurent Vidal et Bénédicte Michalon pour une rencontre croisée sur le thème « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Laurent Vidal, historien, professeur à l’Université de la Rochelle, et membre du centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA), est venu présenter les travaux récemment achevés de l’ANR Terriat sur les territoires de l’attente dans les mondes américains au XIXème et au XXème siècle. Son intervention a proposé d’examiner « les séquences interstitielles, ou temps d’arrêt, ou temps morts, qui s’insèrent dans les parcours migratoires et qui sont plus largement consubstantiels au mouvement lui-même, pour, de là, interroger les vécus, les socialisations labiles qui se mettent en place dans l’attente » (Anouche Kunth). Dans un deuxième temps, Chowra Makaremi, anthropologue chargée de recherche au CNRS rattachée à l’IRIS, a présenté ses travaux sur l’enfermement des migrants dans la zone d’attente de Roissy Charles de Gaulle, ceux-ci ayant fait l’objet d’une thèse soutenue en 2009. Enfin, Bénédicte Michalon, géographe chargée de recherche au CNRS, attachée au laboratoire Adès (Bordeaux) et amie fidèle de Migrinter, est venue discuter ces deux interventions. Après avoir consacré sa thèse à la question du retour, et travaillé ensuite sur les migrations agricoles, elle questionne depuis plusieurs années l’enfermement des étrangers. Elle a également été l’une des coordinatrices du programme Terreferme sur les dispositifs de l’enfermement.

  1. Laurent Vidal, « Sociétés, mobilités, déplacements : Les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXème – XXème siècles) »

Coordinateur du programme de recherche ANR-Terriat[1] qui s’est achevé récemment, Laurent Vidal nous présente le travail d’une équipe de géographes, d’historiens et de sociologues sur le thème des « territoires de l’attente » dans les mondes américains du XIXème et du XXème siècle, qui donnera lieu à la publication d’un ouvrage intitulé Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente dans les mondes américains (XIXème – XXème siècles). Retour sur la construction d’une réflexion théorique, collective et pluridisciplinaire, sur la notion de « territoire de l’attente » qui s’impose comme un prisme de lecture riche et pertinent du phénomène migratoire.

En tant qu’historien spécialiste de la ville, Laurent Vidal s’intéresse à leur genèse, à leur développement ainsi qu’à leur déplacement. C’est au début des années 2000, alors qu’il entame des travaux sur la ville de Mazagão (Vidal, 2005), qu’il se confronte pour la première fois aux questions de la mobilité et de l’attente. Mazagão est une ville portugaise construite au Maroc au début du XVIème siècle que ses habitants sont contraints d’abandonner par la couronne portugaise en 1769 qui promet de leur construire une nouvelle cité en Amazonie. Déplacés dans un premier temps à Lisbonne, la reconstruction de la ville ne s’achèvera que dix années plus tard, plaçant ainsi environ deux mille personnes dans une attente prolongée. C’est précisément dans cet espace-temps là, que Laurent Vidal a essayé de déceler et d’analyser ce qui reste trop souvent appréhendé comme un simple temps mort.

L’intérêt de Laurent Vidal et de l’équipe de Terriat pour la question des « territoires de l’attente » se confirme et se concrétise en 2010 dans la réponse à un appel à projet lancé par l’ANR, intitulé « Espace et territoire : les énigmes spatiales de la vie en société ». En réponse à la problématique géographique affichée, l’équipe de recherche propose de mettre en dialogue la notion de « territoire de l’attente » et les discussions issues du mobility turn.

Courant de pensée alimenté par des auteurs tels que David Harvey, Anthony Giddens, ou encore Fredric Jameson, le mobility turn se fonde sur le constat de l’hyper-mobilité des sociétés post-modernes et, à ce titre, survalorise les flux au détriment des supports territoriaux. Rompant avec cette approche, l’équipe de recherche menée par Laurent Vidal propose de remettre en cause le discrédit jeté sur le territoire et de considérer l’immobilité comme une donnée de la mobilité en valorisant les « territoires de l’attente ».

L’intérêt de ce projet collectif se situe aussi les différentes sources mobilisées pour dessiner les contours de cette notion de « territoires de l’attente ». Au-delà des références géographiques et historiques, avec par exemple le modèle d’un « espace orienté » emprunté aux travaux de Jacques Le Goff (1981), Laurent Vidal et son équipe puisent dans la littérature et la poésie. Ils empruntent notamment un premier aphorisme chez René Char, « enclave d’inattendus et de métamorphoses » (Char, 1946) et une seconde citation chez Aimé Césaire, « le non-temps, impose au temps la tyrannie de sa spatialité » (Césaire, 1982). L’équipe cherche aussi dans les langues des continents espagnol et américain les différents termes pour désigner l’attente (un seul terme, esperar, pour l’espagnol et le portugais ; to hold on, to wait for, to stand still pour l’anglais). En conclusion, quelque soit la définition, ces acceptions de l’attente contiennent en germe, de manière implicite ou explicite, des dimensions spatiales, l’immobilité étant nécessairement localisée et l’espérance, cristallisée autour d’un lieu désiré.

Le programme de recherche Terriat s’est articulé autour de quatre objectifs. Le premier constituait en un enjeu de distinction et de définition : faut-il parler de « lieu » ou de « territoire » de l’attente ? Après avoir défini le lieu de l’attente comme un dispositif spatial pensé architecturalement (cas des zones d’attentes ou des centres de rétention administrative) ; puis le territoire, comme un nouvel espace, surgissant d’un usage spécifique, inattendu (exemple d’un embouteillage qui va créer, inopinément, une situation d’attente) et face au constat de la naissance de « sociabilités inattendues » au sein même de lieux construits spécifiquement pour la mise en attente, le choix d’utiliser de manière générique la notion de « territoire de l’attente » s’est imposé. Le deuxième objectif consistait à s’interroger sur la naissance, l’historicité et la généalogie des territoires de l’attente. Un troisième objectif portait sur la vie quotidienne et l’ordinaire, en confrontant le sentiment d’ « inutilité sociale » (Giorgio Agamben), souvent expérimenté en situation d’attente, aux différentes activités économiques et sociales qui peuvent y naître. Enfin, un dernier objectif portait sur les questions de mémoire et de patrimonialisation de ces territoires de l’attente. Ici, contrairement à l’idée de « non-lieux » avancée par Marc Augé, il s’agissait de considérer, comme le suggère Michel Agier, les territoires de l’attente comme de possibles espaces publics.

Cette recherche présente l’intérêt de travailler à partir d’études de cas, nombreuses, diversifiées et multiscalaires. Certaines d’entre elles s’attachent à analyser les territoires de l’attente dans les mouvements migratoires internationaux. Des travaux ont notamment été réalisés sur Ellis Island, dispositif créé par les autorités pour la mise en attente des migrants européens, à leur arrivée sur le continent américain ; mais aussi sur les hôtelleries des migrants sur Las Ilias de las flores, en face de Rio de Janeiro au Brésil. D’autres études de cas s’intéressent à l’attente dans la mobilité, à une échelle nationale. C’est le cas des travaux portant sur les camps de la sécheresse dans la périphérie de la ville de Fortaleza, au Brésil, pour empêcher l’arrivée et l’installation des réfugiés dans la ville. Enfin, l’échelle locale, voire micro-locale fait l’objet de travaux sur la situation de l’ « attente-espérance » des sans-terre au Brésil ou encore de l’ « attente-opportunité » offerte par les embouteillages et exploitée par les vendeurs de rue.

  1. Chowra Makaremi, « Ethnographie de la « zone d’attente » de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle »

Chowra Makaremi a quant à elle proposé une présentation issue de son terrain de thèse mené il y a maintenant dix ans au sein de la ZAPI 3 (Zone d’Attente pour Personnes en Instance numéro 3) située près de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle (Makaremi : 2009). Sa thèse se situe dans le flux d’un ensemble de recherches empiriques menées autour des années 2000 au sein de diverses structures administratives destinées à accueillir des migrants pour un temps plus ou moins long tels que les Centres d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) ou encore les centres de rétention administrative (Fischer, 2007 ; Darley, 2008 ; Kobelinsky, 2009). Précisant que la ZAPI a beaucoup changé depuis, Chowra Makaremi a choisi de ne pas présenter d’actualisation de ses propres travaux mais, suivant l’esprit des séminaires « Sources et Méthodes », de proposer un retour sur la nécessaire construction du terrain de sa recherche doctorale. Développant les enjeux d’une anthropologie du confinement, Chowra Makaremi a centré son propos autour d’une interrogation : « comment réaliser une ethnographie d’un centre de détention pour étrangers ? ».

Une anthropologie du confinement à la frontière

Renvoyant au concept de circulation, celui de confinement se démarque de celui de l’enfermement en ce qu’il intègre l’idée de la mobilité dans l’immobilité : confiner c’est séparer et enfermer dans la circulation. « Le confinement comme « interdiction de quitter un endroit » renvoie au concept de circulation – d’une circulation globale dont l’organisation et les effets dépassent largement le cadre européen dans lequel nous les observons […]. La charge sensorielle propre à ce qui est « confiné » – l’empesé, le renfermé – rappelle que le confinement est une situation vécue qui engage des corps sensibles et des émotions singulières, une expérience matérielle dont il s’agit de relever les contours. Le verbe qui en dérive a le sens de « forcer à rester dans un espace limité », en laissant entrevoir l’ambiguïté d’une relégation qui ne vient pas tout à fait à bout de la capacité de se mouvoir de celui que l’on confine. Parler du confinement porte ainsi la double ambition d’une qualification empirique de la mise à l’écart qui passe par une description concrète de ses modalités et de son quotidien, tout en inscrivant par ailleurs les enjeux et d’expulsion dans un espace de circulation, dans une série de passages. » (Makaremi, 2009 : 7). Penser le confinement, c’est donc penser l’immobilisation et ses formes, qu’elles soient ancrées dans des dispositifs architecturaux, administratifs ou bien encore juridiques (etc.) et la manière dont elles viennent influencer, configurer et reconfigurer la circulation elle-même. Penser le confinement, c’est penser l’enfermement au prisme de la mobilité et de la circulation.

En outre, penser les zones d’attentes dans une anthropologie du confinement, c’est aussi observer quels sont les effets de frontière au-delà de l’espace frontière en lui-même. Chowra Makaremi dégage ainsi, à travers sa recherche empirique dans la zone d’attente, deux processus inhérents à la frontière : un premier qui saisit la frontière pour en faire, non plus une simple ligne ou tracé, mais un « nœud dans un réseau », qui s’élargit, qui s’épaissit, un espace possiblement habitable, qui devient « zone » et qui se « liquéfie », puisque la frontière va pouvoir suivre ceux qui sont maintenus à la frontière, par exemple lorsqu’ils sont conduits au tribunal, a expliqué Chowra Makaremi. Deuxièmement, elle observe des « effets de frontière dans la frontière », du fait que le passage en zone d’attente ait des effets a posteriori sur le parcours de l’individu, notamment en maintenant à distance des possibilités de régularisation de la personne.

Faire une ethnographie dans un centre fermé

Après avoir ainsi discuté des concepts de confinement et de frontières tels qu’ils ont été déployés pour ses recherches et ainsi offert au regard des participants une partie de l’étendue des enjeux de ses recherches, Chowra Makaremi a ensuite présenté les difficultés, paradoxes et tensions qui se sont présentés à elle sur le terrain au regard de son propre positionnement, en tant que, d’une part, bénévole au sein de l’Anafé (Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers) intervenant dans le cadre de permanences juridiques (participant), et d’autre part et dans le même temps, anthropologue sur le terrain (observant). Puis, elle a dégagé la manière dont, de cette participation observante, est née la fabrique de son terrain.

En effet, bénévole militante avant de se lancer dans une recherche doctorale, Chowra Makaremi s’est très rapidement interrogée sur les processus qui génèrent et animent la zone d’attente, ainsi que sur les paradoxes juridiques qui la caractérisent : devant la prolifération de textes juridiques, d’actions militantes et d’ajustements structurels, comment expliquer l’inefficacité du droit au regard des pratiques d’enfermement et de la violence administrative ? Cependant, si cette position engagée, nourrie d’une certaine frustration au regard de cette inefficience juridique, a su amorcer un questionnement scientifique par le biais d’une recherche doctorale, elle n’en restait pas moins un poids méthodologique portant au premier regard sur les biais induits par un certain parti-pris du chercheur, problématique qui, finalement, s’effondrait devant la multiplicité de questions sous-jacentes relevées par cette participation-observante.

Ces différents points ont été abordés par Chowra Makaremi à travers des illustrations issues de son expérience du terrain (exemples de situations, extrait de journal de terrain, etc.) et en particulier par l’articulation à un certain nombre de questions et paradoxes engendrés par sa pratique du terrain auxquels la chercheuse a convié l’assistance à réfléchir : comment penser ce dernier lorsque les données observées elles-mêmes sont fortement modifiées par sa propre intervention  ; comment faire œuvre d’objectivité ? Comment composer avec les rapports de pouvoir qui entourent la participation du chercheur au fonctionnement même de la zone d’attente ? Comment encore gérer sa présence et son rôle en situation de crise lorsque l’enquêteur est, en outre, acteur de la structure et de la situation – situation assez éloignée du modèle classique de la pratique du terrain par l’anthropologue ? Comment ensuite gérer les limites pratiques qui conditionnent la présence du bénévole-enquêteur sur le terrain (zones de visibilité et d’opacité perçues par un acteur situé) ? De quelle façon peut-on travailler avec un matériau empirique saturé d’enjeux d’intervention et de relations de pouvoir ? Comment, enfin, ré-individualiser dans l’écriture des données qui se sont produites en amont dans un travail collectif : de quelle manière, de ce « on », est-il possible de passer au « je » ?

Chowra Makaremi a conclu sur l’insolubilité de ces paradoxes inhérents à sa position située, à celle du participant-observant, paradoxes qui, finalement, ont puissamment orienté la direction de ses travaux en devenant des questions de recherche qu’elle a creusées dans ses analyses.

  1. Bénédicte Michalon. Configurations spatio-temporelles de t’attente : rapports de pouvoir et mise à l’épreuve du sujet 

Confrontée à l’évidence d’un vécu douloureux généré par des situations d’attente à travers des récits migratoires récoltés sur ses terrains en Roumanie, Bénédicte Michalon s’est elle aussi intéressée à cette question des espaces de l’attente. Plutôt que de proposer de commenter point par point les travaux et présentation de Chowra Makaremi et Laurent Vidal, elle a proposé d’enrichir le débat en y ajoutant une troisième dimension, plus théorique, sur la base d’un travail de recensions de travaux sur l’attente, principalement en situation migratoire, et le de mettre en regard avec les travaux des deux intervenants afin de proposer une réflexion synthétique autour de cette question. Sa réflexion, déployée en quatre temps s’est articulée autour de deux axes majeurs : un premier s’interrogeant sur la nature des enjeux de l’attente en situation migratoire et un second questionnant les apports du thème de l’attente pour penser les migrations.

L’attente comme unité spatio-temporelle contrainte[2]

L’attente en situation migratoire nous place face à ce que Carolina Kobelinsky qualifie de « temps dilaté et espace rétréci ». En effet, les unités spatio-temporelles en jeu sont définies par la contrainte et l’imposition, sous contrôle spatial, qui peut être institutionnel – comme dans le cas des zones d’attentes – mais pas seulement. Bénédicte Michalon pointe en effet la nécessité de considérer des lieux informels aussi bien que formels, puisque la prise en main par les passeurs, par exemple, va également se traduire par des phases d’attente dans des espaces qui lui seront occasionnellement dédiés (appartements, parkings, sous-sols, etc. utilisés comme caches par les passeurs). La géographe insiste sur la dimension réticulaire de ces derniers : ces lieux d’attentes ne sont pas isolés mais s’inscrivent dans des réseaux de lieux dessinant une armature à des trajectoires migratoires (voir à ce sujet les travaux menés au sein de TerrFerme). De la même manière, elle souligne des expériences de l’attente différentiées en fonction de la configuration des lieux d’attente : par exemple, Caroline Kobelinsky a bien montré que l’attente en milieu ouvert n’a pas la même épaisseur qu’en milieu fermé où le maintien d’une vie sociale s’avère compromis.

L’attente comme mise à l’épreuve du sujet

Si le temps de l’attente comprend une dimension objective en étant « borné » par des délais imposés par l’administration, il est également éminemment subjectif puisque c’est l’individu lui-même qui en fait l’expérience contrainte. Ce dernier se définit en effet par un rapport au temps et à l’espace rompant avec la perception ordinaire du temps et s’accompagnant inévitablement d’émotions diverses. Le vécu de l’attente se distingue généralement par des récits de perception d’un temps mort, arrêté (aspect analysé notamment par Gilles Chantraine, sociologue de la prison (2004)). Bénédicte Michalon a également cité les travaux de l’anthropologue britannique Melanie Griffiths qui propose une typologie des temps subjectifs de l’attente à partir d’un terrain dans un centre de rétention montrant comment l’attente génère des temps subjectifs variés (Griffiths, 2014). Enfin, Bénédicte Michalon souligne la centralité du corps au cœur de cette attente, cette dernière demeurant principalement la conséquence d’une biopolitique. Dans des contextes d’activité réduite (exemple des centres fermés), les individus – ici les migrants – appréhendent l’attente dans un repli sur leurs besoins fondamentaux : manger, dormir, déambuler dans couloirs, etc., activités qui viennent rythmer le quotidien. Chowra Makaremi a également souligné les problèmes psychosomatiques issus de ces temps d’attente singuliers. Considérer l’attente dans les parcours et expériences migratoires amène finalement à revisiter la figure de l’acteur migrant : en contraignant le migrant à se concentrer uniquement sur son propre corps, c’est la possibilité de rester constitué en tant que sujet qui est elle-même ébranlée par ces situations de l’attente.

L’attente, à l’articulation de régimes temporels différenciés

Toutefois, ces temps subjectifs ne sont pas isolés : au contraire, comme le suggère Bénédicte Michalon, ils s’articulent à ce qu’elle nomme les « régimes temporels différenciés » : d’une part, les personnes en attente sont confrontées aux temps sociaux des autres acteurs présents, personnel policier et associatif par exemple, dont les temporalités sont très souvent marquées par une certaine urgence ; d’autre part, les personnes en attente sont mises à l’écart des temps sociaux du pays d’immigration – question des répercussions fortes sur la vie quotidienne (perte du travail et du logement par exemple) – mais aussi de celui d’émigration. Dans le cas des hommes par exemple, la précarité administrative liée à leur situation d’irrégularité les bloque dans un statut de « jeune » et les fixe ainsi dans une certaine position sociale qui les empêche de devenir homme » à un âge où ils devraient l’être dans leur société d’origine. Ainsi, comme le souligne Bénédicte Michalon, l’administration agit directement sur les rythmes biographiques et indirectement sur les rythmes familiaux, plaçant toujours un peu plus les migrants à l’écart.

L’attente comme technique de gouvernement des migrations

Ces différents temps subjectifs se regroupent aussi autour d’une question intrinsèque à l’attente, celle de l’incertitude, que Bénédicte Michalon envisage de considérer comme une technique de gouvernement des migrations. Résultante de logiques institutionnelles – et ce, particulièrement en situation migratoire – elle est renforcée par la confrontation de temporalités contradictoires, conjuguant temps longs et vides d’une part, et accélérations brutales d’autre part (lors des expulsions notamment). Privés de la maîtrise du présent et du futur, dépendants des temporalités institutionnelles, ces voyageurs n’ont d’autre choix que de vivre dans cette « double crainte temporelle ». Soumis à cette gouvernementalité, ils le sont aussi en raison d’une institution qui fera le choix de gérer ou de ne pas gérer cette attente. Maîtresse de la définition de son champ d’intervention, celle-ci peut chercher à organiser des activités pour structurer cette attente (célébration de culte, sport, travail rémunéré, etc.) ou au contraire, s’en désintéresser. Dans ce dernier cas, l’inactivité prévaut jusqu’à, parfois, engendrer une situation de crise, dont les répercussions, jugées intolérables par l’administration, seront sanctionnées : placement en isolement, distribution d’anxiolytiques ou de somnifères… Ainsi, même si l’attente n’est pas planifiée en tant que telle, elle fait partie intégrante du gouvernement des migrations et s’affirme comme centrale dans les rouages du contrôle politique et dans l’emprise de l’État sur les étrangers.

Avant de laisser la parole à la salle, les contributions se closent avec l’exploration d’un autre sens de l’attente, celui de l’espérance, celui qui désignerait l’ensemble de ce que les migrants peuvent imaginer, concevoir et attendre de la puissance publique. Bénédicte Michalon invite notamment à prêter attention aux conséquences de cette acception de l’attente sur la perception des migrants vis-à-vis de l’État : dévoilé dans ses ambivalences, ce dernier n’apparaît plus comme le garant des droits de l’homme et de la démocratie, mais comme celui qui met à l’écart. C’est ainsi que, conclut Bénédicte Michalon, la situation d’attente semble alors signer « la fin des attentes et le début d’un rapport désillusionné à l’État » (Michalon, 2015).

Bibliographie :

Césaire Aimé, 1982, Moi, Laminaire, Paris, Seuil.

Chantraine Gilles, 2004, « La mécanique du temps vide. Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt », in Kaminski Dan, Kokoreff Michel, Sociologie pénale : système et expérience, Ramonville Saint Agne : Erès.

Char René, 1962, Fureur et mystère, « Feuillets d’Hypnos », fragment n° 155, Paris : Gallimard.

Darley Mathilde, 2008, Frontière, asile et détention des étrangers : le contrôle étatique de l’immigration et son contournement en Autriche et en République tchèque, Thèse Sc. Pol., Paris : IEP de Paris.

Fischer Nicolas, 2007, La rétention administrative dans l’État de droit : genèse et pratique du contrôle de l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement du territoire dans la France contemporaine, Thèse Sc. Pol., Paris : IEP de Paris.

Griffiths Melanie, 2014, « Out of Time : The Temporal Uncertainties od Refused Asylum Seekers and Immigration Detainees », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.40, n°12.

Kobelinsky Carolina, 2009, Le temps de l’accueil des demandeurs d’asile en France. Une ethnographie de l’attente, Thèse Anthr., Paris : EHESS.

Kobelinsky Carolina, Makaremi Chowra, 2009, Enfermés dehors. Enquête sur le confinement des étrangers, Paris : Éditions du Croquant.

Le Goff Jacques, 1981, La naissance du Purgatoire, Paris : Gallimard.

Makaremi Chowra, 2009, Zone d’attente pour personnes en instance. Une ethnographie de la détention frontalière en France, Thèse Anthr., Montréal : Faculté des études supérieures. En ligne sur : https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/bitstream/handle/1866/4311/Makaremi_Chowra_2010_these.pdf?sequence=2.

Vidal Laurent (dir.), 2014, Capitales rêvées, capitales abandonnées. Considérations sur la mobilité des capitales dans les Amériques (XVIIe-XXe siècle), Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Vidal Laurent, 2005, Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : Du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris : Aubier.

Michalon Bénédicte, 2015, “Les espaces de l’attente en migration”, Compte-rendu du séminaire Sources et Méthodes. En ligne sur : Migrinter, http://terrferme.hypotheses.org/

Notes

[1] http://terriat.hypotheses.org/

[2] Pour plus de précisions voir le texte intégral de la présentation de Bénédicte Michalon en ligne sur : http://terrferme.hypotheses.org/

Séminaire Sources et méthodes 19 mars 10 h 30 . MSHS Poitiers

Séminaire Sources et méthodes

19 Mars 2015 – 10h30/13h (Salle Gargantua)

Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises

Intervenant : Pierre Pistre

  • Docteur en géographie de l’Université Paris Diderot
  • Post-doctorant à l’IFSTTAR (département AME, laboratoire DEST)
  • Chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités (Paris)

Discutante : Camille Hochedez (Université de Poitiers)

Résumé
Cette nouvelle séance de séminaire propose d’appréhender les objets « migration » et « migrant » sous l’angle des dynamiques démographiques des campagnes françaises. La démarche d’analyse est majoritairement quantitative et vise une exploration statistique des données disponibles pour dresser un état des lieux national des installations résidentielles en France rurale. En préambule seront rappelés les liens étroits entre reprises démographiques rurales — qui s’affirment depuis les années 1980-1990 — et accroissement de l’attractivité migratoire des espaces de campagne.

Une première partie consistera ensuite à aborder les migrations résidentielles à partir des données détaillées du recensement de la population depuis le RP 1968. Les analyses ont ici pour objectif d’évaluer les tendances migratoires générales ainsi que d’examiner le profil des migrants (âges, catégories socioprofessionnelles, nationalités). La deuxième partie de l’intervention présentera plusieurs voies complémentaires d’étude des mobilités résidentielles à destination des campagnes françaises : selon les motivations des nouveaux arrivants, selon leur lieu de naissance et selon leurs trajectoires résidentielles complètes.

Liens vers les travaux de Pierre Pistre :

Thèse

  • Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Geographie. Université Paris-Diderot – Paris VII, 2012. <tel-00764869>
  • Voir aussi le carnet de soutenance

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire « Sources et Méthodes » – 22 janvier

Séminaire MIGRINTER
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les migrants (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.).
Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et Méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir à la migration par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique. 

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

La première séance du séminaire « Sources et Méthodes » accueillera, ce jeudi 22 janvier de 10h à 13h en salle Gargantua, Céline Bergeon (MCF Université de Poitiers).
Elle interviendra sur le thème : « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux »
Son intervention sera discutée par Djemila Zeneidi (ADES-CNRS).

 

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires sources et méthodes 2015

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 3ème cycle 2015

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

OBJECTIFS
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

PROGRAMME 2015

Dans le prolongement des premières interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C. Belkhodja), puis du second cycle de séminaires (Yann Scioldo-Zurcher, Nicolas Robette, Véronique Petit, Anouche Kunth), un nouveau programme est proposé :

22 janvier 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Poitiers. « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux » Discutant : Djemila ZENEIDI, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 février 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Séance « Regards croisés » : Laurent VIDAL, Historien, Professeur, Université de la Rochelle & Chowra MAKAREMI, Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, IRIS-EHESS. « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Discutante : Bénédicte MICHALON, Géographe, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 mars 2015 – 10h30/13h : Salle : Gargantua

Pierre PISTRE, Géographe post-doctorant à l’IFSTTAR-AME-DEST et chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités (Paris) : « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Discutant : Camille HOCHEDEZ, Géographe Maître de conférences à l’Université de Poitiers

21 mai 2015 – 10h/13h : Salle à déterminer

Thomas PFIRSCH et Hadrien DUBUCS, Géographes, Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et de Paris-Sorbonne, « Enquêtes sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Approche par générations et réseaux familiaux ». Discutante : Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Potiers, et David LESSAULT, Géographe, Chargé de recherche au CNRS, MIGRINTER.

Séminaire : « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes »

Séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations »

Les 23 et 24 juin 2014, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, Poitiers

Les doctorant-e-s du laboratoire Migrinter vous invitent à présenter vos travaux lors du séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations« . Ce séminaire sera l’occasion de nous arrêter sur les objets, les concepts et les méthodologies dits « nouveaux » avec lesquels nous composons notre travail de recherche. Nous souhaitons donc partager nos réflexions avec des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s qui mènent actuellement des recherches « novatrices » et portent un regard critique sur ce caractère inédit.
A plus long terme, l’objectif de cette rencontre est de créer un réseau de doctorant-e-s et de post-doctorant-e-s travaillant sur les migrations internationales. La création de ce réseau vise à mettre en place pour le futur la tenue d’événements scientifiques périodiques entre jeunes chercheurs, exerçant en France et ailleurs, sur le site de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers.

Nous invitons donc les doctorant-e-s et post-doctorant-e-s travaillant sur les migrations internationales à envoyer leur proposition de communication avant le 21 mars 2014. Les communications peuvent être orales (proposition de 500 mots max.) ou murales (proposition de poster de 300 mots max.). La première journée sera consacrée au choix des outils théoriques. La seconde journée portera sur les méthodes d’enquête. Toutes les propositions de communication traitant des migrations – dans les champs de la géographie, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, les sciences politiques, l’économie, la démographie ou la littérature – seront examinées. Pour plus de détails, veuillez vous référer au programme (Séminaire doctorants Migrinter Juin 2014).

Nous vous encourageons à relayer cette invitation à vos collègues et à vos réseaux.

Nous sommes à votre disposition pour des renseignements complémentaires.

Les doctorant-e-s du laboratoire Migrinter

Séminaire sources et méthodes – 2e cycle 2014

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 2ème cycle 2014

Quelles sources et méthodes

pour la recherche sur les migrations ?

 Organisation : Kamel DORAI, Marie-Antoinette HILY, David LESSAULT

 

RAPPEL DES OBJECTIFS

Les recherches sur les migrations reposent sur différentes sources (statistiques, juridiques, archives, enquêtes etc…) construites en vue de traiter les objets du champ (flux de population, école, ségrégation,  mobilité, retour etc…). Ce sont de ces données dont nous proposons de nous écarter. L’objectif du séminaire serait d’explorer d’autres sources qui ne relèvent pas directement du champ des migrations,  qu’elles soient statistiques, juridiques, historiques etc…  Du point de vue méthodologique, l’approche proposée permettrait de repenser autrement les migrations et du point de vue théorique c’est la migration comme objet qui sera mise en question.

 2ème CYCLE DE SEMINAIRES 2014

Dans le prolongement des précédentes interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C.Belkhodja), un nouveau cycle de séminaires est proposé :

23 janvier – 10h à 12h30 (Salle : Alienor) : « Histoire sociale des migrations en Israël et des constructions des relations à l’espace  hyérosolomitain, des origines de l’État à nos jours ».

Par Yann Scioldo-Zürcher, Historien, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Ce séminaire consistera en la présentation d’un travail en cours portant sur des travaux de recherche qui, d’une histoire sociale et postcoloniale des migrations, ont évolué vers une approche géohistorique et sociale des formes d’appropriation des espaces par les migrants. En s’émancipant des seules approches politiques, ou géopolitique, cette présentation portant sur l’histoire des migrations en Israël propose de travailler sur le « temps des migrants », sur leurs façons d’appréhender une nouvelle géographie nationale et in fine, de mettre au jour les temps individuel et migratoires qui sont, évidemment, distincts du temps politique. En se reposant sur des analyses sérielles inédites et sur des pratiques méthodologiques issues de la démographie et de la géographie sociale, cette étude propose de renouveler en profondeur nos savoirs empiriques et nos méthodes de recherche en histoire du temps présent. En d’autres termes, ce projet de recherche propose d’étudier une histoire comparée des migrations, en lien avec une histoire sociale des relations aux espaces de la société d’accueil. Face à la diversité des migrations, comment se sont construites les appropriations du territoire, les rapports à l’espace public pour des personnes en situation migratoire ? Il s’agira de montrer comment l’histoire des rapports aux lieux permet de comprendre la façon avec laquelle la société israélienne s’est structurée et régulée en opposition avec l’idée selon laquelle elle ne serait qu’un « espace clos de l’entre-soi », marqué par les conflits et les défiances multiples.

Biblio :

Abecassis F., en collaboration avec Jean-François Faü, « Les Juifs dans le monde musulman à l’âge des nations (1840-1945) » et « Le monde musulman : effacement de communautés juives et nouvelles diasporas (1945-2006) » in, Les Juifs dans l’histoire, Antoine Germa, Benjamin Lellouch et Evelyne Patlagean, Editions Champ-Vallon (à paraître).

Augier J., In Jérusalem, portait, Arles, Actes Sud, 2013.

Chétrit S., The Mizrahi Struggle in Israel: 1948-2003, Am-Oved / Ofakim Series, 2004 (en

Dieckhoff A. (ed.), Handbook of modern Israel, London, Routledge, 2013.

Leclerc-Olive M., « Entre mémoire et expérience, le passé qui insiste. Comment dans d’autres cultures, en Afrique, en Amérique-Latine, se négocie aujourd’hui la tension entre mémoire et expérience », Projet, 2003/1, n°273, p. 96-104.

Lemire V., Jérusalem 1900, la ville sainte à l’âge des possibles, Paris, Armand Colin, 2013.

Robinson I., Translating a Tradition: Studies in American Jewish History, Boston, Academic Studies Press, 2008.

Tsur Y., « « L’exode de Fes », Sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc » in Abécassis F., Dirèche K., Aouad R., La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb, XV°-XX° siècles, Casablanca, La croisée des chemins, Vol. 2, pp. 9-19 ;  Jews among Muslims in the outset of the Era of Reform, The Open University Press, Tel-Aviv, 2003 (en hébreu).

Tsur Y., A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism 1943-1954, Am Oved, Tel-Aviv, 2001.

 

A SUIVRE…

 20 mars – 10h à 13h (Salle : Alienor)

« Les migrations internationales et la santé mentale au Sénégal : enquêter dans les services psychiatriques »

Par Véronique Petit, Démographe, Professeur des Universités (MIGRINTER-Poitiers)

Discutante : Cécile Canut (à confirmer), Linguiste, Professeur des Universités (CEPED)

 

22 mai de 10h à 13h (Salle Gargantua)

« Approche typologique des trajectoires : un exemple sur la différenciation sociale des séquences biographiques des jeunes adultes en France »

Par Nicolas Robette, Démographe, Maître de conférences (UVSQ-Laboratoire PRINTEMPS)

Discutant : Christophe Imbert, Géographe, Maître de Conférences (MIGRINTER-Poitiers)

 

19 juin de 14h à 17h (Salle : Gargantua)

« Pour une histoire oblique de l’exil arménien »

Par Anouche Kunth, Historienne, Post-doctorante (MIGRINTER-Poitiers)

Discutant : Kamel Doraï, Géographe, Chargé de recherche au CNRS (MIGRINTER-Poitiers)

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website