Archives de catégorie : Expériences migratoires

Pour la troisième année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher, en collaboration avec Michèle Leclerc-Olive du laboratoire IRIS-EHESS, organisent un séminaire consacré à l’étude des expériences migratoires.

Séminaire IRIS-EHESS / MIGRINTER : expériences migratoires

vendredi 31 mai de 10 h à 17 h 30
EHESS
105 boulevard Raspail (salle 1), Paris
 
Le fragmentaire de l’expérience (migratoire)
Récits, images et espace public
  • 10h – 10h 15 : Introduction
  • 10h15 – 11 h30 : Patricia Martin (université de Montréal) : Espace, fragmentation, politique : La migration mexicaine transnationale en Amérique du Nord
  • 11h 45 – 13 h : Dork Zabunyan (université de Lille 3) : Harun Farocki ou l’imaginaire numérique de la guerre.
  • 14 h -15h 15 Michèle Leclerc-Olive (CNRS-EHESS) : Entre fiction narrative et catégorisation. Récits d’expérience migratoire  et espaces politiques.
  • 15 h30 -16 h45 Odile van der Vaeren (université de Namur) : L’errance homérique revisitée par Platon : l’errance socratique.
  • 16h45 17h30 Discussion générale

Marina Hily (Migrinter, Poitiers)

Michèle Leclerc-Olive (IRIS, EHESS Paris)

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, Poitiers)

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire « Expériences migratoires », 12 avril 2013 – Poitiers

Dans le cadre du séminaire « Expériences migratoires », organisé par Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS), Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers), nous avons le plaisir de vous convier à la journée d’étude « Migrations. Corps et émotions » qui se tiendra :

Le vendredi 12 avril 2013 de 10 à 17 h.

1)     MSHS de Poitiers, salle Mélusine, en présence des intervenants,

2)    EHESS, salle Abel Gance, 190 avenue de France 75013, Paris, en visio-conférence

Programme de la journée :

Solange Chavel, maîtresse de conférence en philosophie, Université de Poitiers.

« La migration, entre fantasme et fiction »

Les débats publics autour de la migration, comme beaucoup de débats de justice politique, procèdent à la fois par échanges d’arguments de principe et par description de situations typiques. Ils reposent, en un mot, sur des imaginaires sociaux, tissés de récits et d’émotions.

La question que j’aimerais traiter dans cette conférence est méthodologique : de quelle manière les sciences humaines peuvent-elles critiquer les imaginaires sociaux de la migration pour distinguer ceux qui relèvent de la fiction exemplaire de ceux qui relèvent du fantasme?

 

Cécile Vermot, docteure en Anthropologie, chercheure associée au CEPED, Université Paris Descartes.

« La migration et l’ambivalence des sentiments des migrants argentins à Miami et à Barcelone. »

Entre 1999 et 2003 les Argentins ont vécu une crise économique, politique et sociale, qui a atteint son point culminant durant le Corralito en 2001. La fragmentation de l’Argentine comme « communauté imaginée » a entraîné indignation, déception, frustration et incertitude ; sentiments face auxquels certains Argentins ont choisi de répondre par des actions collectives alors que d’autres ont choisi d’émigrer, principalement vers les États-Unis et l’Espagne. En prenant en compte l’expression de la colère, de l’amour et de la nostalgie au sein de la narration du processus migratoire faite par les migrants Argentins à Miami et à Barcelone (1999-2003), je poursuis l’objectif de montrer comment se construit/déconstruit et reconstruit les sentiments d’appartenance à la nation. Les résultats de mes recherches montrent que l’expression des émotions, les représentations et les actions qui leurs sont liées, dépendent de la temporalité et du lieu de migration et que la migrants peuvent exprimer une ambivalence de sentiments vis-à-vis de l’Argentine et de leur pays de migration. Une réflexion sur les protocoles d’enquêtes possibles en sociologie pour prendre en compte les émotions sera également abordée.

 

Mélody Buhr, doctorante sous la direction de Anne Raulin, « Rencontres de cultures sensorielles dans la ville : la population tamoule en Ile-de-France, une approche intime de la migration »

« Cultures sensorielles et petits liens coutumiers : pour une analyse des ambiances en migrations. »

C’est à partir de recherches menées auprès des populations tamoules (venues principalement de l’Inde et du Sri Lanka) en région parisienne, que j’aborderai la question des émotions en m’appuyant sur une anthropologie du sensible. Avant d’être narrées et donc happées par le discours, les émotions renvoient d’abord au sensible, à des perceptions par les sens qui font advenir le sens.

La notion d’ambiance, appréhendée comme « une manière d’être ensemble » permettra de questionner les modalités de rencontre de cultures sensorielles différentes, d’explorer des écritures comme la musique, le cinéma et la  littérature, qui permettent de relier les imaginaires et de s’ajuster aux vécus fragmentés et enfin de dessiner les contours de « continuités coutumières » et émotionnelles venant incorporer des lieux (depuis la façade des centralités minoritaires jusqu’aux coulisses  des domiciles) ; cette perspective me conduira à une réflexion sur l’intimité et la conception du terrain ethnographique.

 

Séminaire « expériences migratoires » – 22 mars 2013 – Paris

Marie-Antoinette Hily, Yann Scioldo-Zürcher et Michèle Leclerc-Olive ont le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du séminaire Expériences migratoires qui se tiendra le vendredi 22 mars 2013 de 13 à 17h, salle 4, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris.
 
Elle sera animée par  Alban Bensa, (EHESS) : 
 
Temporalités et émotions dans un événement commémoratif
 
 
et  Marc Bessin (CNRS) :
 
Double absence ou présences ? Temporalités et émotions pour penser la fragmentation de l’expérience 

De la migration : images, temps et émotions

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) : « De la migration : images, temps et émotions ».

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Conférence de Fabienne Le Houerou : Savoir et Emotion : Conflits et Confluences. Filmer les victimes de l’ethnocide au Darfour

Il est question de la dynamique conflictuelle et de la rencontre entre deux ambitions apparemment contradictoires : celle de la connaissance d’une part et celle de son écriture esthétique cinématographique d’autre part. Le savoir serait-il systématiquement opposé aux émotions qui entourent sa production ? Les émotions sont-elles des entraves pour faire des films de véritables véhicules didactiques ? La séance insistera sur le phénomène d’attrait ou de répulsion des belles images (du beau) dans l’écriture cinématographique scientifique. Il mettra en lumière les conflits entre les exigences de sens de l’auteur face aux exigences des diffuseurs. La demande d’accumulation de connaissances  du chercheur nécessite des temps de tournages longs en contradiction avec les logiques télévisuelles. Par ailleurs, le passage à l’image pour un chercheur, sur un terrain aussi sensible que les migrations et, a fortiori  lorsqu’il s’agit de filmer les victimes d’un ethnocide à grande échelle, tel celui du Darfour en 2003-2007, est une épreuve émotionnelle rude qui met en péril sa démarche scientifique. Que devient sa soit disant neutralité scientifique ? Comment le chercheur peut-il se sortir de la tension entre sa compassion pour les êtres filmés et  sa production scientifique finale ? La mise à distance entre le chercheur et les interviewés est-elle possible ou même souhaitable ? Comment la compassion peut-elle se présenter comme un atout dans la progression des connaissances vers le savoir ?

C’est autour du film documentaire de 53 minutes, réalisé en 2007 en Egypte et au Soudan, « Hôtel Du Nil : Voix du Darfour »,  que Fabienne Le Houérou (CNRS-IREMAM) tentera d’évoquer ces questions.

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Si l’on admet qu’il y a une sorte de tendance naturelle (Mead 1932, Ricœur, 1983) ou fréquente, ou pré-moderne (Quignard, 1986) à établir des continuités dans le récit, alors qu’à l’inverse l’expérience semble fragmentée – « Aucun ne fait certain dessain de sa vie, et n’en délibérons qu’à parcelles. […] Nous sommes tous de lopins et d’une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque momant faict son jeu » (Montaigne, 1595) – que fait le chercheur face à ce dilemme ? Comment peut-il rendre compte d’expériences singulières, parfois douloureuses ou paradoxales, dans ses efforts de restituer des « histoires migratoires » à partir de récits irrémédiablement fragmentaires ? Que dire de ses écritures savantes qui se détournent des pointillés, des pauses, des silences ?
Après avoir étudié différentes formes d’écriture (graphiques, historiques, littéraires et cinématographiques) que performent les romans, les textes savants ou les films dont le dessein est de décrire des évènements, des bifurcation, des ruptures etc… ou dit autrement de nous donner une lecture du discontinu, il nous semble fécond d’interroger « l’émotion » comme un savoir, comme un matériau ou une « entrée » pour recevoir et restituer le caractère fragmentaire de l‘expérience migratoire, les interactions avec les situations traversées, les oublis, les moments décisifs, les effets sur les représentations du monde, du temps et de l’espace. Qu’apporte à la compréhension l’étude des relations entre émotion et réception de l’expérience, entre émotion et narration ? Comment les écritures, musicales, filmiques, chorégraphiques, des émotions « affectent-elles » la compréhension des épisodes singuliers que le chercheur contribue à dévoiler ?

25 janvier 2013, 13h. – 17 h. salle Lombart (rez-de-chaussée droite, 96 bd Raspail, Paris 75006) :

« L’émotion et le fragmentaire dans les récits des expériences migratoires ».

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) :

« De la migration : images, temps et émotions ».

22 mars 2013, 13h. – 17 h. salle 4 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Les émotions dans la dynamique des repères temporels biographiques ».

12 avril 2013, 10h.-17h. (Poitiers, MSHS, Salle Mélusine) :

« Migrations. Musiques, images, corps et émotions ».

31 mai 2013, 10h.-17h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Récits de migration : Émotions et espace public ».

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Expériences migratoires

Le compte-rendu du cycle de séminaires sur les expériences migratoires vient d’être publié dans le dernier numéro de-migrinter. Ce séminaire s’est tenu entre Paris (IRIS-EHESS ) et Poitiers (MIGRINTER), pendant l’année 2011-2012. Les lignes qui suivent sont extraites de ce compte-rendu : elles sont signées par Céline Bergeon et Caroline Rozenholc.

« Pour la seconde année consécutive, Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter) organisaient avec Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) un cycle de séminaires consacré aux « expériences migratoires ».

Cette année, c’est la question de la fragmentation et de la narrativité de l’expérience migratoire qui était au coeur des échanges. En privilégiant une approche pluridisciplinaire, l’objectif de ces séances était de discuter le décalage, la dissonance, entre une expérience de la migration le plus souvent faite d’arrangements, de discontinuités et de ruptures, et sa retranscription habituellement linéaire. À cet effet, les travaux des chercheurs présentés durant ce cycle – ceux de chercheurs confirmés, jeunes chercheurs et doctorants – se sont appuyés sur plusieurs formes « d’écriture de la migration » : des Systèmes d’Informations Géographiques à la littérature, en passant par le cinéma. »

==> la suite dans e-migrinter n°9, pp. 107-110.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website