Archives de catégorie : Animation de la recherche

séminaires, tables rondes, réunions, conférences, colloques, rencontres, discussions…

Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

https://ecotones2.sciencesconf.org/

Date limite de l’appel: 10 janvier 2017

22-24 juin 2017, Poitiers

Cette rencontre s’inscrit dans un cycle de colloques sur la notion d’ « écotone ». Le terme est initialement utilisé en géographie physique pour désigner des espaces de transition entre deux (ou davantage) environnements écologiques.

L’objectif est ici de revisiter cette métaphore écologique afin d’éclairer sous un nouveau jour les dynamiques de transformations inhérentes aux changements écologiques, aux migrations, installations, formations diasporiques ou aux émergences de cultures hybrides et ce tant sous l’angle des sciences sociales que des études littéraires. Les écotones peuvent être analysés par le filtre des effets qu’ils peuvent avoir sur les personnes et les objets qui les occupent ; des liens qu’ils entretiennent avec les espaces qu’ils mettent en relation ; des processus de transformation qu’ils induisent. Continuer la lecture de Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

Marie CHABROL, Sylvaine CONORD, Caroline ROZENHOLC au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 19 mai (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne. Collecte de récits d’habitants et production d’un matériau photographique 

Intervenantes :

Marie CHABROL (Université Picardie-Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde), Sylvaine CONORD (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Mosaïque – UMR 7818 Lavue), Caroline ROZENHOLC (ENSAPVS-ENSAPLV, CRH – UMR 7818 Lavue)

A partir d’une expérience de recherche collective – le programme REV « Rester en (centre)-ville : Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne » – mobilisant onze chercheurs dans quatre pays (France, Belgique, Autriche et Portugal), cette intervention revient sur le thème de la résistance des populations au changement urbain, à partir principalement du terrain mené à Bruxelles.

Il s’agit de montrer ce qui fait ancrage pour les populations vulnérables qui y résident (ou qui le fréquentent régulièrement), les ressources (commerciales, associatives, linguistiques, etc.) qu’offrent ce quartier et les compétences habitantes qui s’y expriment. Ces ressources, présences et pratiques tissent ensemble des formes de résistance, à la fois individuelle et collective, qui, au fil du temps et des vagues d’immigration successives, sont devenues un élément constitutif du quartier face à la volonté politique de changement urbain et social et aux dynamiques de métropolisation. Articulée à des entretiens de type ethnographiques, la photographie a constitué, dans cette recherche, un outil spécifique de collecte et de présentation des résultats sur lequel nous reviendrons en détail (constitution et exploitation du corpus produit, comparaison et cheminement entre les différents terrains).

Pour plus d’information :

Le programme REV : http://www.crh.archi.fr/Rester-en-centre-ville

Numéro de la revue Uzance sur le quartier Heyvaert : http://www.patrimoineculturel.cfwb.be/index.php?id=14479

 

Conférence à l’Espace Mendès France, lundi 21 mars 2016, 18h30

Conférence à l’Espace Mendès France

lundi 21 mars 2016

18h30

par Juliette DENIS, historienne, docteur en histoire (Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense)

Personnes déplacées et Guerre Froide

en Allemagne occupée

 

Juliette Denis a co-dirigé, avec Corine Defrance et Julia Maspero, Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’étrangers se trouvent sur le sol allemand : anciens travailleurs forcés, rescapés des camps nazis ou déracinés aux profils multiples. La plupart d’entre eux sont rapatriés après la capitulation allemande, mais presque un million de personnes déplacées (Displaced Persons – DPs), effrayés par l’antisémitisme à l’Est de l’Europe, ou redoutant la montée des régimes communistes, refusent de rentrer dans leur patrie. C’est donc dans les trois zones occidentales de l’Allemagne occupée, exsangue et traversée par des flux incessants, que les DPs vivent pendant plusieurs mois ou années. Leur histoire est multiple et ils en sont à la fois les objets et les acteurs.

Cet ouvrage, rassemblant des contributions en trois langues (français, anglais, allemand), croise les perspectives entre histoire politique et internationale, histoire des migrations, analyses culturelles et études des représentations. Il permet de saisir les interactions entre les décisions internationales, les impératifs des pays d’origine des DPs mais aussi ceux des pays d’immigration, les réalités de l’Allemagne occupée et les besoins et espérances des DPs eux-mêmes. Entre sortie du conflit mondial et début de guerre froide se nouent autour des DPs les grandes problématiques politiques et humaines qui forgent l’histoire des déplacements et du refuge.

 

 

 

Hamidou DIA au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 17 mars (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Dépasser les frontières nationales et disciplinaires pour analyser les migrations : rapporter l’immigration aux contextes d’émigration, entre sociologie et anthropologie.

Intervention : Hamidou Dia, sociologue, chargé de recherche de 1ère classe, Ceped/IRD.
Discussion : Célio Sierra-Paycha, MIGRINTER

Les sciences sociales engagent depuis plus d’un quart de siècle un débat autour des manières d’étudier les migrations. Ces discussions créent un cadre scientifique propice au renouvellement théorique et méthodologique, tout en questionnant le rapport des différentes disciplines à cet objet longtemps marginalisé dans les grandes traditions de recherche scientifiques, en Europe et en Amérique du Nord. Dans le contexte académique français, la problématisation et la connaissance des phénomènes migratoires, notamment à partir de l’Afrique, souffrent depuis longtemps d’un partage entre la sociologie et l’anthropologie. Pourtant ce débat qui a imposé des cheminements différents et parallèles aux deux disciplines suivant que l’on étudie les contextes d’immigration ou d’émigration est dépassé dans les faits et même d’un point de vue théorique depuis que la seconde opère une mue réflexive sur sa démarche, sa procédure et ses méthodes, et mène un débat fécond avec première, c’est-à-dire la sociologie. A travers des recherches menées sur les migrations internationales sénégalaises depuis l’indépendance du pays en 1960 jusqu’à nos jours, cette communication propose non seulement de dépasser les cadres territoriaux et nationaux dans l’étude des migrations, mais aussi de mobiliser les ressources théoriques et méthodologiques offertes tout à la fois par la sociologie et l’anthropologie pour en densifier l’intelligence. Il s’appuie sur les propositions formulées dans le cadre d’une tradition de recherche africaniste française, mais en la discutant et en l’élargissant par des emprunts à d’autres contextes scientifiques grâce au comparatisme. Cette posture est documentée empiriquement à partir du village multi-situé à la fois phénomène produit par les migrations et instrument conceptuel d’appréhension de ces dernières.

Bibliographie indicative

  • Beaud S., Weber F., 2010, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2010 (4ème édition).
  • Dia, H., 2013, « From Field to Concept. The Example of Senegalese Multi-Sited villages», Journal Of Intercultural Studies, 34 (5), pp. 569-583.
  • Leservoisier, O. (sous la direction de), 2005, Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris, Karthala, 327p.
  • Levitt P., 2001, « Transnational migration: taking stock and future directions », Global Networks, vol. 1, 3, pp. 195-216.
  • Marcus G.E., 1998, « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography » in Marcus G.E (eds), Ethnography through thick and thin, Princeton, Princeton University Press, pp. 79-104.
  • Schwartz, O., 1993, « L’empirisme irréductible », in Anderson N., Le Hobo, Sociologie des sans-abri, Paris, Nathan, pp. 265-365.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

L’exposition «Démineurs»

L’exposition «Démineurs»

Du 8 février au 5 mars 2016,

Centre culturel des Prés du Roy, 34 route de Leuville

91180 Saint-Germain-lès-Arpajon.

 

L’exposition «Démineurs» retrace le projet réalisé avec des mineurs isolés étrangers depuis 3 ans. Composée de court-métrages, récits créatifs et artisanaux mais aussi de dessins originaux, elle témoigne d’un temps d’expression libre, pensé pour et avec eux, au sein de leurs structures d’accueil. Visions des cultures autres, d’ailleurs perdus mais surtout perception radicale du réel, ces multiples témoignages sans visage mais très intimes à la fois, permettent de se construire des images, de s’immiscer dans la peau de jeunes venus du bout du monde, chahutés de toutes parts. Vous pourrez découvrir les vidéos de ces jeunes primo-arrivants à partir d’un dispositif numérique.

Démineurs est initié par Fred Soupa, réalisateur, avec la participation de Sarah Przybyl, géographe et doctorante (Migrinter Poitiers), porté par l’association La Colline. Une cinquantaine de jeunes y ont participé de leur plein gré, accompagnés de professionnels. Les court-métrages proviennent d’actions menées dans plusieurs structures en France

Sur l’agenda d’InfoMIE

Affiche

 

Séminaire Sources et Méthodes — 18 février 2016

Séminaire du laboratoire MIGRINTER

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation: Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Séance du jeudi 18 février (10h-13h) – Salle des conseils

Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches 

Intervenant : Alain BLUM (EHESS, INED)

Discutante : Anouche Kunth

L’évocation d’un itinéraire de recherche voué à l’histoire soviétique donnera l’occasion, au cours de cette séance, d’explorer une modalité longtemps méconnue de la politique répressive stalinienne, les « déplacements spéciaux ». Il s’agit de déportations massives d’individus, arrêtés sur simple décision administrative au titre de leur appartenance, réelle ou supposée, à un groupe jugé déviant et dangereux. Durant l’ère stalinienne (1929-53) des millions de personnes ont été happées par ce dispositif extrajudiciaire, pour être déportées dans les régions reculées de l’URSS. Des confins du Grand Nord aux steppes asiatiques, un monde hybride a ainsi vu le jour, formé de citoyens soviétiques ni libres, ni détenus, mais assignés à résidence. Un monde composite de travailleurs forcés, ou « colons spéciaux », affectés à la mise en valeur de terres inhospitalières. Par la force d’un décret, des hommes, des femmes et des enfants aux origines sociales et/ou ethniques très diverses furent donc rassemblés dans une communauté d’expérience, dont l’étude nécessite aujourd’hui d’enquêter aux quatre coins de l’ancien espace soviétique. Historien et démographe, Alain Blum reviendra sur sa collecte de sources inédites, et explicitera la méthode retenue pour penser les trajectoires de déportés à partir d’un corpus mêlant archives de l’intime et documents bureaucratiques.

Pour plus d’informations sur les travaux conduits par Alain Blum (et alii), consulter le site des Archives sonores de l’Europe du Goulag, URL : http://museum.gulagmemories.eu

APPEL A COMMUNICATIONS : Journée des doctorant-e-s de MIGRINTER « Ethnographie et migrations internationales » – 21 JUIN 2016

Journée des doctorant-e-s de MIGRINTER « Ethnographie et migrations internationales »

Dans le cadre du colloque des 30 ans de Migrinter, les doctorant-e-s du laboratoire invitent doctorant-e-s, étudiant-e-s en Master et jeunes chercheur-e-s à une réflexion collective sur l’ethnographie et les migrations internationales. Cette journée a pour vocation d’offrir un espace d’échanges et d’apprentissages collectifs en présence de chercheur-e-s confirmé-e-s.

En el marco del coloquio de los 30 años de Migrinter, los/as doctorantes del laboratorio invitan a doctorantes, estudiantes de Master y jóvenes investigadores/as a una reflexión colectiva sobre la etnografía y las migraciones internacionales. Esta jornada tiene vocación a ofrecer un espacio de intercambio y aprendizajes colectivos en presencia de investigadores/as confirmados/as.

Migrinter celebrates its 30th anniversary. On this occasion, its doctoral students invite Phd students, Master’s students and early-career researchers to gather and reflect on ethnography and international migrations. This day will provide a space for exchanges and collective learning, with the presence of senior researchers.

JDD30ans_FRJDD30ans_versionEN JDD30ans_versionES

Compte-rendu du séminaire « Les Migrations Internationales à l’Épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale »

Les 10 et 11 décembre 2015, le séminaire international « les migrations internationales à l’épreuve de la nouvelle gouvernance locale » a réuni des chercheurs issus de quatre continents pour aborder la relation entre les mutations de la gouvernance urbaine et les migrations internationales. Ce séminaire a été organisé grâce au soutien du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers, du programme Integrim – Marie Curie Actions et du programme Mobglob.

Les programmes de décentralisation et la mise en œuvre de réformes structurelles d’inspiration néolibérale ont profondément transformé les modes de gouvernance urbaine. Dans les pays d’accueil, l’échelon local devient celui de la mise en œuvre de la politique d’intégration et des politiques multiculturelles. La question de la diversité apparaît comme une façon de « positionner » la ville et de créer une « image de marque » qui peut résonner au niveau économique (Myrte Hoekstra, Hilary Sanders, Alexandre Tandé). Dans les pays émetteurs, les autorités locales mobilisent les liens avec leurs résidents expatriés afin d’en tirer de nouvelles ressources pour le développement (Hawa Coulibaly, Hamidou Dia, Lorena Gazzotti, Stéphanie Lima).

L’objectif de ce séminaire a été de confronter les expériences observées au Nord et au Sud afin d’en dégager les spécificités, mais aussi les problématiques communes. Au total ce sont des cas d’études répartis sur 14 pays de toutes les régions du monde qui ont été présentés. Ce panorama global a permis de renouveler le regard sur cette question en mettant à jour des lignes directrices qui dépassent les clivages géographiques et scientifiques Nord/Sud.

Tout d’abord, la gestion de la présence immigrée n’est pas une problématique spécifique aux villes européennes et nord américaines. Ainsi qu’ont pu le montrer Itzhak Schnell, Amandine Desille, Lauren Landau ou Hideki Tarumoto, cette question se pose tout autant en Afrique ou en Asie. On observe la récurrence d’une approche aux accents néolibéraux qui appréhende les migrants comme des atouts économiques permettant l’insertion et le positionnement de la ville dans la globalisation. Les organisations internationales telles que l’Organisation Internationale pour les Migrations (Younes Ahouga) ou la Banque Mondiale contribuent largement à diffuser ce type d’approche partout dans le monde.

De la même manière, le recours aux réseaux diasporiques de la part des villes du Sud n’est pas le seul monopole des zones les plus étudiées telles que l’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique du Nord. Le phénomène s’observe également en Iran, pays qui n’a pas mise en œuvre de politique d’ajustement structurel (Amin Moghadam). De même, les villes du Nord voient dans les migrations et le développement un moyen de développer leur propre agenda international par le biais de la coopération décentralisée (Claire Vincent-Mory). La mobilisation des réseaux diasporiques est donc une problématique qui dépasse le clivage Nord-Sud.

Enfin, au Nord comme au Sud, la relation gouvernance urbaine/migrations se noue dans un contexte de désengagement des pouvoirs publics, que ce désengagement soit volontaire dans une perspective néolibérale ou involontaire dans un contexte de rareté des ressources. La mise en place de ces politiques est souvent dépendante de ressources extérieures (Andrea Carlà), et favorise certaines populations par rapport à d’autres (minorités ethniques telles que les populations Roms ou immigrés ? (Kitti Barasci). Dès lors ce désengagement laisse le champ pour l’émergence de nouvelles dynamiques sociales, que celles-ci soit caritatives (prises en charge des services publics par le biais de transferts collectifs), commerçantes, voire criminelles (développement des gangs dans les camps de migrants en Afrique du Sud (Lauren Landau).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme du séminaire.

Séminaire Sources et méthodes – 21 janvier 10-13 h.

Jeudi 21 janvier (10h-13h) – Salle des conseils MSHS Poitiers

Séminaire – Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline Bergeon, Anouche Kunth, David Lessault

Un siècle d’histoire urbaine de l’agglomération parisienne à travers les enquêtes de l’INED

Intervenants : Catherine Bonvalet, Arnaud Bringé, Christophe Imbert

Discutante : Françoise Dureau

Cette séance a pour objectif d’étudier les transformations urbaines à travers l’analyse des comportements de mobilité des Franciliens nés entre 1900 et 1950. Pour cela, nous avons mobilisé les enquêtes anciennes de l’INED : l’enquête Peuplement de Paris de 1961 (générations 1901-1911), l’enquête Triple Biographie (3B) de 1981 (générations 1911-1935), l’enquête Peuplement et Dépeuplement de Paris (PDP) de 1986 (générations 1926-1935) et l’enquête Biographies et Entourage de 2001 (générations 1930-1950). Elles comportent toutes des questions sur les différents lieux habités depuis l’enfance (Peuplement de Paris, Biographie et Entourage), à partir de 14 ans (Enquête 3B) ou de la décohabitation (Enquête PDP). A partir des recensements de 1936 à 1999 et de ces quatre enquêtes de l’INED, on peut suivre toutes les migrations effectuées au cours du cycle de vie et étudier comment la répartition de ces générations dans l’espace parisien s’est modifiée avec le temps. L’analyse quantitative de près de 7500 trajectoires géographiques croisée avec l’analyse de plus de 300 entretiens réalisés depuis 1986 permettra de restituer la dynamique urbaine telle que l’ont vécue, subie, accompagnée, initiée les habitants de la région parisienne. Les générations nées avant et pendant la guerre ainsi que les premiers baby-boomers sont pour la plupart passés d’un mode de vie à la campagne ou dans les petites villes, de la ferme ou de la maison à l’habitat collectif dans la capitale ou sa banlieue, puis à la maison individuelle en petite ou grande couronne. Ainsi l’histoire résidentielle des générations 1900-1950 est-elle particulière parce qu’à la charnière entre deux mondes : la société rurale du début du XXème siècle qu’ils ont connue enfants et la société hypermoderne de la fin du XXème siècle à l’avènement de laquelle les baby-boomers ont contribué (Ascher, 2005, Bonvalet et Ogg 2009).

Pour plus d’information sur les travaux conduits à l’INED, consulter le site : http://www.ined.fr

3ème Conférence Annuelle du Réseau Integrim

La conférence annuelle du programme de mobilité doctorale Integrim, s’est déroulée du 18 au 20 novembre 2015 à Istanbul, dans les locaux de Koç University, partenaire turc du réseau.

Cette rencontre annuelle s’articule autour de deux activités scientifiques principales : d’abord par des ateliers méthodologiques et thématiques entre doctorants et chercheurs membres du réseau. Ensuite, une conférence portant sur la citoyenneté dans le contexte du transnationalisme grandissant fut animée par les communications des différents chercheurs invités.

Les boursiers peuvent, lors de cette occasion, approfondir leurs connaissances scientifiques au travers des échanges entre doctorants et, du dialogue entre doctorants et chercheurs.

Les activités scientifiques mises en place reprennent les approches thématiques développées pour analyser le concept d’intégration sous différents angles. Elles permettent également aux doctorants et aux chercheurs d’échanger sur les approches méthodologiques et disciplinaires développées dans leurs travaux de recherche.

Dans le cadre des activités de ce réseau de formation et de mobilité doctorale, le laboratoire Migrinter accueille pour une année Maria Grazia Montella, doctorante de l’Université de La Sapienza de Rome. Maria Grazia succède ainsi à Céline Cantat ; elles sont, avec Amandine Desille, les deux doctorantes rattachées au laboratoire Migrinter pour la dernière année d’exercice du projet Integrim.

La prochaine réunion du réseau Integrim aura lieu le 6 juillet 2016 à Bilbao à l’occasion de la conférence finale du programme.

Programme du séminaire sources et méthodes

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 4ème cycle – 2015/2016

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

17 décembre 2015 – 9h30/13h –  Lieu : Salle : 12 (département de géographie) :

  • Claire LEVY-VROELANT (Professeure de sociologie Université Paris 8 – accueillie en délégation à l’INED)
  • Yannick HENRIO (Doctorant en sociologie Université Paris 8 – UMR LAVUE), « Trajectoires de familles précaires : Comment constituer et utiliser des données statistiques non-officielles ? ».
  • Discutante : Marie CHABROL (Géographe, Maître de conférences à l’Université Picardie-Jules Verne).

 

 21 janvier 2016 – 10h/13h – Lieu : Salle des conseils :

  • Catherine BONVALET et
  • Arnaud BRINGE, INED-Paris , (Titre provisoire) « Comment reconstituer le peuplement de Paris à partir d’une série d’enquêtes de l’INED ? ». 
  • Discutante : Françoise DUREAU (géographe, UMR MIGRINTER).

 

18 février 2016 – 10h00/13h – Lieu : Salle des conseils

  • Alain BLUM, Historien et démographe, INED/EHESS, « Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches ».
  • Discutante : Anouche KUNTH, Historienne, MIGRINTER

 

 17 mars 2016– 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua:

  • Hamidou DIA, Socio-anthropologue, CEPED-Paris, « Trajectoires et pratiques migratoires des Haalpulaaren du Sénégal : socio-anthropologie d’un village multi-situé ».
  • Discutant : Célio SIERRA-PEYCHA, Doctorant MIGRINTER.

 

19 mai 2016 – 10h/13h – Lieu : MSHS, Salle Gargantua

  • Marie CHABROL (Maître de conférences en géographie à l’Université Picardie-Jules Verne),
  • Sylvaine CONORD (Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et
  • Caroline ROZENHOLC (Maître-assistante associée à l’ENSAPVS), « Résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de capitales européennes : Paris, Lisbonne, Bruxelles, Vienne : approche par le matériau photographique ».

 

Conférence de Pap Ndiaye à l’Espace Mendès France, le 19 novembre à 18h30

Conférence

Jeudi 19 novembre 2015

18h30

Pap Ndiaye, historien, professeur des universités à l’Institut d’études politiques de Paris .

Dans le cadre du Cycle de conférences  Ateliers des chercheur(e)s : Etudier les migrations internationales et les luttes contre les discriminations

Penser politiquement le monde afro-américain : questions d’identité et de minorité

L’histoire politique des Noirs américains a été notamment caractérisée par deux courants idéologiques : d’une part une définition identitaire, voire nationaliste, de l’expérience noire, insistant sur ses particularités culturelles ; d’autre part une définition minoritaire de cette expérience, plus universaliste. La conférence fera l’histoire de ces courants, et analysera leurs déclinaisons contemporaines.

Conférence Emmanuelle Santelli “L’intégration des descendants d’immigrés…”

Conférence

Jeudi 29 octobre 2015 – 18h30

L’intégration des descendants d’immigrés nés en France

Emmanuelle Santelli, sociologue, directrice de recherche CNRS, Centre Max Weber, CNRS, Lyon

Les années 1980 ont vu l’émergence d’une nouvelle catégorie de populations, les « enfants d’immigrés ». Qui désignent-ils ? Pour quelles raisons est-ce les enfants des familles immigrées maghrébines qui ont fait émerger sur la scène politique et médiatique la question de la « seconde génération » ? Continuer la lecture de Conférence Emmanuelle Santelli “L’intégration des descendants d’immigrés…”

Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Conférence

Lundi 19 octobre 2015 – 18h30

La gestion frontalière au Moyen-Orient en période de conflits : circulations migratoires, enjeux économiques, stratégies sécuritaires

Cyril Roussel, géographe, chargé de recherche CNRS

L’intervention portera sur les modes de gestion frontalière au Moyen-Orient en période de confits. Continuer la lecture de Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Programme des conférences à l’Espace Mendès-France

LES ATELIERS DES CHERCHEUR(E)S:

ÉTUDIER LES MIGRATIONS INTERNATIONALES ET LES LUTTES CONTRE LES DISCRIMINATIONS

Cycle de conférences organisé par l’Espace Mendès-France en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales: Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 7301 CNRS-Université de Poitiers).  Continuer la lecture de Programme des conférences à l’Espace Mendès-France