Archives de catégorie : Actualités

Séminaire Le projet migratoire : intentionnalité et expériences des acteurs – 9 et 10 juillet 2012

De plus en plus présente dans la littérature sur les migrations internationales depuis le début des années 2000, la notion de projet migratoire n’a pourtant pas fait l’objet d’une théorisation systématique, au point que le caractère opérationnel de la notion interroge.

Un premier atelier de travail autour de cette notion a été organisé en 2011 à Agadir, avec comme fil conducteur, la manière dont le projet migratoire a été envisagé jusque là, autant en termes de définitions que d’approches ainsi que les conditions de son émergence dans la littérature scientifique. Différents axes de réflexion qu’il conviendrait de poursuivre, ont émergé au cours de ces deux journées :

– Le projet migratoire interroge l’espace-temps, ouvrant une réflexion plus large sur la spatialisation du temps, ainsi que sur la continuité temporelle versus continuité spatiale. Les notions de bifurcation, d’événement ou de rupture ouvrent un champ de réflexion permettant de penser le temps dans une logique non-linéaire ; qu’en est-il alors de la dimension spatiale, d’une possible spatialisation de ce temps non-linéaire ?

– Le projet migratoire pose la question de l’intentionnalité de l’individu ; si celle-ci se construit en fonction des expériences acquises (d’un savoir-faire), elle dépend aussi du pouvoir-faire de cet individu, de sa capacité à accomplir son autonomie. Cette dimension de l’intentionnalité est liée à la distinction entre ce qui est de l’ordre du possible et du probable, sachant qu’entre le savoir et le pouvoir se glisse le rêve, l’imagination, une fantasmagorie du futur. Quelles sont les relations entre ces trois niveaux, les expériences accumulées, le pouvoir (au sens de capacité) et l’onirique, niveaux auxquels il faudrait ajouter les interactions ? Permettent-elles une approche du projet migratoire ?

– La migration place l’individu dans une situation d’incertitude plus ou moins temporaire. Comment l’individu œuvre-t-il dans ce contexte d’incertain ? Le projet migratoire constitue-t-il l’une des réponses possibles, en introduisant la dimension du possible et/ou du probable dans ce contexte ?

L’objectif de ce séminaire est de poursuivre ces réflexions en insistant plus particulièrement sur la dimension méthodologique et sur les croisements disciplinaires possibles. En effet, il est apparu que cette notion de projet migratoire est commune à toutes les sciences sociales, mais chacune ne l’entend ni de l’aborde en suivant les mêmes approches. Les différents axes présentés ci-dessus n’ont rien de limitatif, d’autres dimensions pouvant être abordées en fonction des expériences de recherche propres à chacun.

Séminaire organisé par Florence Boyer (IRD) & William Berthomière (CNRS)


Lundi 9 juillet 2012

10h00 – Introduction

Mohamed Charef (Université d’Agadir)

10h30-11h30 – Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre, le cas de la diaspora chinoise 

Emmanuel Ma Mung (Migrinter-CNRS)

11h30-12h30 – Projets et expériences migratoires à l’épreuve des événements

Marina Hily (Migrinter, CNRS)

12h30-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Transit, installation, circulation : quels choix méthodologiques pour quels projets migratoires en Afrique de l’Ouest ?

Armelle Choplin (Université Paris-Est)

15h00-16h00 – Aborder le projet migratoire dans sa rétrospection et dans une perspective de genre. Le cas des migrantes mauriciennes employées de maison en France

Colette Le Petitcorps (Migrinter, CNRS)

16h00-16h15 – Pause

16h15-17h15 – Quelle analyse des formes et des sens du « retour » dans la construction des parcours migratoires ?

Laurent Faret (SEDET, Université Paris-Diderot)

17h15-18h15 – Le retour : horizon ou condition du projet migratoire ?

Constance De Gourcy (Département de sociologie, Aix-Marseille Université)

 

Mardi 10 juillet 2012

 

9h30-10h30 – Du projet à l’analyse de la configuration sociale de l’acteur migrant.

Mahamet Timera (URMIS, Université Paris-Diderot)

 10h30-11h30 – Attentes et suspension : le projet migratoire des femmes somaliennes immobilisées à Malte

Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h45 – Enfermement et projet migratoire. Les trajectoires d’étrangers en rétention en Roumanie

Bénédicte Michalon (ADES, CNRS)

12h45-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Le projet migratoire : quelles implications théoriques et empiriques pour l’économie des migrations ?

Gilles Spielvogel (D&S, Université de Paris I-IRD)

15h00-16h00 – Le projet migratoire et les pratiques gouvernementales de racinement des migrants rapatriés coloniaux

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, CNRS)

16h00-17h00 – Discussion finale-Conclusion

William Berthomière (Migrinter, CNRS), Florence Boyer (D&S, IRD)

 

Lieu : UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université de Paris I Panthéon Sorbonne – IRD)

Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris

45bis Avenue de la Belle Gabrielle

94736 Nogent-sur-Marne

 

Résumés des interventions sur calenda

 

Dates : 9 et 10 juillet 2012

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet

Avis de soutenance HDR – William Berthomière – 4 juillet 2012

Le 04 juillet 2012 à 14h15 heures, M. William Berthomière présentera ses travaux en vue de l’obtention du diplôme d’habilitation à diriger des recherches – HDR Géographie :

En-quête de signes : Migrations, Places et Continuité(s).
Retour d’expérience à partir du cas israélien.

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine. Ce volume d’Habilitation à Diriger des Recherches a été réalisé sous le parrainage scientifique de :

Brigitte Bertoncello, Professeur des Universités –  Aix-Marseille Université-CIRTA

et sera présenté devant un jury composé de :

  • Chantal Bordes-Benayoun, Directrice de recherche au CNRS
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail
  • Geneviève Cortès, Professeur des Universités
    • UMR 5281 Art-Dev – Université de Montpellier 3
  • Laurent Faret, Professeur des Universités (Rapporteur)
    • EA 4534 SEDET – Université Paris Diderot – SEDET
  • Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 7301 MIGRINTER – CNRS-Université de Poitiers
  • Olivier Pliez, Directeur de recherche au CNRS (Rapporteur)
    • UMR 5193 LISST- CNRS-Université de Toulouse Le Mirail

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

MIGRINTER / SSRC

Nouvelles Approches du Transnationalisme et de la Circulation Migratoire

11 Juin 2012
MSHS, Salle Mélusine – Université de Poitiers

P R O G R A M M E

  • 9.30 : Accueil et Introduction (Thomas Lacroix, Josh De Wind)
    • Session 1 : penser les socialités transfrontalières, approaches anglo-saxonnes
  • 10.00 : Peggy Levitt : Transnationalism and beyond
  • 11.00 : Robin Cohen : Creolization and Diaspora : the complex relationship
    • Session 2 : la circulation migratoire en question
  • 13.30 : Kamel Dorai : la circulation migratoire : retour critique
  • 14.30 : Laurent Faret : Circulation Migratoire et territorialisation : exemples d’Amérique Latine et d’Afrique de l’Ouest
  • 16.00-17.00 : Synthèse (Emmanuel Ma Mung, Kachig Tölölyan), discussion générale

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website