Axe 4 : Echelles des mobilités et villes

L’analyse des relations entre mobilités et dynamiques urbaines, qui s’est progressivement affirmée au cours des deux derniers contrats quadriennaux, sera poursuivie : les transformations des territoires urbains constituent des questions centrales dans la vie sociale et politique des pays, dans le monde occidental comme dans le monde en développement. La proposition de Migrinter est d’éclairer ces transformations en privilégiant une analyse des systèmes de mobilité des populations et en considérant les habitants, migrants et non migrants, comme des acteurs à part entière dans la production de la ville, aux côtés des acteurs institutionnels et économiques.

La diversité d’approches et de terrains, développée au cours des quadriennaux précédents, sera maintenue. Un accent particulier sera mis sur l’étude des rapports entre les politiques institutionnelles (et, de façon plus générale, l’action publique), les dynamiques économiques, et les pratiques spatiales des citadins. Dans la continuité d’une approche développée dans le cadre du Cluster B5 : Social integration and mobility : education, housing and health du réseau Imiscoe, deux domaines de l’action publique seront considérés : le logement et la santé.

Le premier domaine, déjà travaillé dans différentes recherches, sera poursuivi : l’accès au logement, les ségrégations résidentielles et les pratiques spatiales seront analysées au regard de l’offre de logement et, secondairement, de l’offre de transport. La production de ces offres n’est pas seulement le fait d’acteurs institutionnels (publics ou privés), elle est aussi le fait des habitants comme le montrent de nombreux exemples dans des métropoles des Suds (autoconstruction de logement, services informels de transport motorisé en voiture ou en deux roues).

Le second sera développé par une analyse fine des pratiques de santé des populations migrantes à la lumière des politiques publiques de santé et des recompositions qui traversent actuellement l’organisation politique et économique du secteur de la santé. Le recrutement en octobre 2008 de Anne-Cécile Hoyez et les recherches qu’elle a initiées, constituent un atout important pour approfondir ce questionnement.

Les travaux qui seront mis en œuvre ces quatre prochaines années se déclinent en quatre orientations (cf infra). Ils se nourriront de nouveaux projets dont certains sont déjà en cours de soumission. Ils s’appuieront aussi sur les travaux de thèse et les projets collectifs auxquels des chercheurs de Migrinter ont participé lors des précédents quadriennaux. Ils tireront ainsi parti de l’accumulation de données empiriques sur différents terrains (observations et collectes répétées) qui présentent aujourd’hui une profondeur temporelle susceptible de produire des éclaircissements nouveaux sur les transformations urbaines en cours. Ce dynamisme permettra l’insertion de nouveaux doctorants souhaitant travailler sur des thématiques urbaines au sein de Migrinter.

Une première orientation privilégiera l’échelle globale de l’agglomération et des dynamiques métropolitaines. Les acquis des travaux menés au cours des quadriennaux précédents nous donnent maintenant l’opportunité de travailler efficacement à cette échelle, en tirant parti tant des conclusions des analyses fines menées sur le changement urbain dans des quartiers particuliers (thèses de Marie Chabrol, Matthieu Giroud, Yann Marcadet, etc.) que des corpus de données (micro-données des recensements et collectes biographiques sur les mobilités) rassemblés dans le cadre de programmes collectifs, notamment le projet METAL. Ces analyses ont montré que la diversité et la complexité des changements urbains des grandes métropoles, que ce soit dans les pays développés ou dans le monde en développement, deviennent difficiles à appréhender avec les seules théories classiques du développement urbain, qui modélisent la diversification de l’espace urbain par la migration depuis l’extérieur de la ville. Aujourd’hui, les grandes métropoles n’en sont plus à ce stade de peuplement : la croissance démographique, ralentie, est davantage alimentée par la croissance naturelle que par les migrations. La diversification du peuplement urbain est alors davantage le résultat des mobilités intra-métropolitaines; de même l’expansion périphérique cède la place à des transformations affectant, par l’action publique comme par l’action privée en matière de logement et de transport, l’espace déjà construit, ou les accessibilités entre les lieux de la ville. Afin d’avancer dans la compréhension de ce stade actuel de développement des grandes métropoles, nous engageons une première étude à travers une recherche doctorale. L’hypothèse centrale de la thèse que débute Guillaume Leroux est la suivante : la complexité et la diversification des échelles des changements urbains contemporains s’expliquent, entre autres, par la diversification croissante des parcours des habitants, saisis toute leur diversité, du biographique au quotidien. Cette hypothèse sera mise à l’épreuve sur plusieurs métropoles d’Amérique latine et d’Afrique pour lesquelles nous disposons de corpus de données directement comparables.

Une deuxième orientation favorisera une analyse fine du changement urbain dans certains territoires. Dans la lignée des travaux développés au cours du quadriennal précédent, la question des marquages sociaux sera au centre de nos interrogations : l’attention portera tant dans de ce qui se joue dans l’espace public que dans celui du logement, et en mettant explicitement en rapport l’action publique avec les actions des acteurs privés, des habitants et des autres usagers de l’espace. L’entrée par la rue, qui vise à collecter sur le terrain des marquages de l’espace par l’action publique et de l’ancrage dans les lieux de populations migrantes, continuera à être développée par William Berthomière et Caroline Rozenholc dans le cadre du projet ANR Mobilité, frontières et mécanismes de pouvoir dans les espaces israélo-palestiniens et leurs périphéries, (dir. Cédric Parizot, CNRS CRFJ).

En outre, une attention nouvelle sera portée à l’habitat de passage, dans une acception large : depuis les hébergements dédiés (hôtels, appartements en location pour de cours séjours, etc.) jusqu’aux logements ‘classiques’ utilisés comme logements de passage par des populations plurirésidentes. Des thèses en cours seront prochainement soutenues sur ce thème (Céline Bergeon, Julie Chapon, Anne-Laure Counilh et Hélène Simon-Lorière, cf. bilan). Des travaux pourraient aussi être initiés sur des espaces faisant l’objet d’une forte production de logements de passage : centres-villes historiques des métropoles du Sud faisant l’objet de politiques de rénovation où les acquéreurs de résidences secondaires se multiplient et impriment un peuplement bien particulier en raison de leur absence la majorité de l’année ; quartiers de standing désertés par leur occupants habituels en raison d’une crise (politique ou économique), dont l’émigration libère des logements, devenus accessibles via une location temporaire à des groupes sociaux moins favorisés ; quartiers proches des aéroports ou des zones des bureaux faisant l’objet d’investissements massifs dans le secteur hôtelier ; etc.

Une troisième orientation privilégiera une entrée par les populations migrantes, au sens large c’est-à-dire des populations ayant eu au cours de leur vie l’expérience d’une migration internationale. Les travaux en cours de Cédric Audebert et de Naik Miret (cf. bilan) sur des migrants caribéens et andins éclaireront plus particulièrement les questions de territorialités des migrants et de frontières urbaines. Naik Miret envisage de poursuivre ses recherches sur les territorialités des migrants en contexte urbain. Ses futures recherches visent à prendre en compte d’autres échelles des territorialités des migrants : temporelles (dimension biographique de l’histoire migratoire, acquisition d’expérience en différents lieux), spatiales (les différents lieux de circulation comme constitutifs des territorialités) et sociales (étude des réseaux sociaux). Il s’agira d’évaluer la part de la mise en commun des expériences, les formes de redéfinition de la citadinité au cours du parcours migratoire et leurs conséquences tant sur les espaces d’origine et d’arrivée, que sur les modes d’insertion sociale des groupes migrants.

Lucine Endelstein projette d’explorer les liens entre des mobilités transnationales liées aux faits religieux et des usages de l’espace à l’échelle de la ville de résidence, afin de comprendre les modalités concrètes par lesquelles la globalisation du religieux intervient dans les transformations des territoires urbains. L’attention sera portée conjointement sur des mobilités à différentes échelles spatiales et temporelles ainsi que sur le marquage de l’espace public à une échelle fine.

S’appuyant sur les travaux menés notamment dans le cadre du projet européen EURESCL (Construction otherness : circulation and identity in Europe and the Americas), Cédric Audebert s’interrogera sur les frontières urbaines. Plus précisément, il s’agira d’analyser le rôle de la frontière dans la relation complexe existant entre les affiliations identitaires et territoriales diasporiques et les constructions micro-territoriales s’opérant à l’échelle des quartiers des grandes métropoles cosmopolites. Dans divers contextes urbains, la logique de la frontière apparaît comme un instrument de fixation, par l’institutionnalisation des territoires locaux (enclaves ethniques, zones urbaines sensibles, etc.), d’identités et de rapports de force politiques par nature dynamiques. Elle peut alors jouer en faveur du renforcement des polarisations et des limites entre groupes et catégories qui contribuent à légitimer les constructions et affiliations diasporiques. Le risque est alors réel de sous-estimer la complexité identitaire et la multiethnicité des quartiers considérés par les acteurs politiques de la diaspora comme des éléments constitutifs de celle-ci.

D’autres travaux porteront sur des populations qui ont vécu ou vivent un épisode particulier de migration internationale, leurs manières d’habiter et leurs pratiques en matière d’investissements immobiliers. L’attention portera plus particulièrement sur les populations ayant vécu un épisode migratoire à l’étranger et de retour dans leur pays d’origine (par exemple, une étude qui débute sur les habitants de Bogota de retour du Venezuela, des Etats-Unis ou d’Europe).

Enfin, des travaux s’intéresseront aux pratiques sociales et spatiales relatives à la santé. Dans le cadre du projet soumis à l’ANR ORA , les questions de l’accès aux soins et des mobilités de santé seront analysées à la lumière des logiques spatiales et sociales qui découlent des recompositions traversant actuellement l’organisation politique et économique du secteur de la santé à l’échelle des villes européennes (en particulier en Allemagne, France, Grande-Bretagne, Pays-Bas). Cette recherche vise à analyser les mobilités intra-urbaines en lien avec la santé comme révélatrices des inégalités sociales et spatiales dans l’accès aux soins primaires et secondaires des populations migrantes, et comme révélatrices de pratiques sociales de santé dépassant les cadres formels de l’accès aux soins. Une des orientations de recherche vise à explorer les compositions relatives aux pratiques de santé et de soins des populations migrantes, à la lumière des initiatives locales, et des pratiques des migrants eux-mêmes. Dans un premier temps, l’objectif sera d’étudier les façons dont les dispositifs de santé publique locaux se sont saisis de la question de la santé des migrants, et les façons dont s’organise, en retour, le tissu local des acteurs (professionnels et patients). Dans un deuxième temps, le but sera d’étudier les logiques de recours aux soins des populations, et d’analyser l’existence ou la permanence de barrières sociales et spatiales dans l’accès aux soins. Cette approche prendra en compte les recours aux soins effectués dans les structures du système dit  » de droit commun « , les structures d’accueil aux personnes exclues de ce même système, ainsi que les structures relevant des réseaux informels de l’accès aux soins (médecins  » traditionnels « , marché alternatif du médicament).

Une quatrième orientation traitera des identités ethniques dans des espaces de globalisation marchande. Dans les grandes métropoles attirant des migrants aux multiples appartenances, la question des identités ethniques est à retravailler à partir des productions matérielles et immatérielles. Les circuits et réseaux commerciaux transnationaux rendent possible la circulation des cultures populaires (religion, musique, biens symboliques) qui relèvent de savoir-faire communautaires liés à des héritages culturels. Mais ils s’appuient aussi sur la réappropriation par les immigrés de techniques commerciales, marketing, communication, techniques de vente combinés à une connaissance des marchés ethniques, qu’il convient de mettre en lumière et d’analyser. La ville globale sera appréhendée comme le lieu par excellence de la marchandisation des « identités ». Elle est en effet l’espace de concentration de populations cosmopolites en mesure d’offrir des ressources culturelles, qui nourrissent les affaires, mais rendent aussi visibles des références identitaires et des modes de faire propres à différents groupes. Elle permet en même temps de diversifier l’offre de « culture », selon la demande tout en développant la créativité des « porteurs de culture ». La ville comme espace de rencontres entre les hommes, leurs cultures et leurs représentations du monde offre des opportunités inédites pour la créativité matérielle et immatérielle.

En conclusion, la diversité géographique des contextes urbains balayée par ces approches (Barcelone, Bogota, Mexico, Miami, Ouagadougou, Paris, Santiago du Chili, São Paulo, Tel Aviv) offre une opportunité intéressante de mise en perspective de résultats et de réflexions. La confrontation des observations menées sur des villes des Nords comme des villes des Suds, le croisement de postures théoriques, d’expériences concrètes de terrain, mais aussi de choix méthodologiques nourriront la réflexion collective au sein de cet axe. La réflexion qui y sera menée s’enrichira aussi des avancées des autres axes de recherche du laboratoire et des apports de l’axe transversal méthodologique, qui permettent d’envisager l’application, sur des terrains différents, des techniques de collecte et d’analyse communes.

Actualités et chroniques