Axe 3 : Expériences en migration

Les chercheurs de Migrinter ont privilégié dans leurs démarches les questionnements sur les capacités des migrants à construire des mondes spatiaux et sociaux. Les recherches menées dans l’axe 1 du précédent contrat, intitulé Mondialisation, circulation migratoires et initiatives migrantes, ont privilégié le point de vue du sujet, individuel ou collectif, dans son entreprise migratoire et se sont démarquées des explications en termes de déterminations ou de choix rationnel. Elles ont adopté des approches compréhensives et fait appel aux notions de savoir-faire et de pouvoir-faire – d’initiative – pour rendre compte de la complexité des itinéraires et des parcours. Ces démarches demandent à être approfondies et développées notamment en s’interrogeant sur le rapport entre projet migratoire et expériences migratoires. Les recherches ont montré que le contenu du projet migratoire est en constante évolution au cours de sa réalisation et que les pratiques concrètes en lui donnant forme permettent aux migrants d’accomplir ce projet. Il s’agit maintenant d’explorer plus avant les aptitudes, les savoirs et les compétences acquis.

Comment expériences et élaboration d’une visée, d’une intention, se nourrissent-ils jusqu’à concrétiser un projet ? Quelles sont les formes sociales créées durant l’expérience migratoire et la pratique de l’itinérance (communautés de circonstance, collectifs provisoires ou établis…) ? Comment s’acquière la connaissance et se font les apprentissages dans des situations où les entraves à la migration sont croissantes ? Ces orientations de recherches qui s’appuient sur des travaux empiriques en cours seront maintenues mais il s’agira de les réinterroger dans une problématique qui s’attache à tenir ensemble les ressources et les contraintes des espaces migratoires et les expériences des personnes en migration : deux dimensions indissociablement liées qui permettent d’appréhender dans les sociétés d’origine, d’établissement ou de passage les capacités qu’ont les migrants de s’adapter aux situations rencontrées et d’acquérir des savoirs dans des domaines divers : économiques, sociaux et civiques. Les travaux à venir se feront selon quatre orientations.

Une première orientation privilégiera une approche en termes d’apprentissage et de savoirs migratoires. Les recherches sur les savoir-circuler, savoir-migrer, savoir-passer les frontières, savoir pratiquer la ville se prolongeront dans les années à venir en intégrant une nouvelle notion problématique et heuristique, celle d’apprentissage. L’introduction de la notion d’apprentissage (notion qui fera l’objet d’une élaboration en séminaire afin de la démarquer de la conception courante) permettra d’éclairer la façon dont se constitue et s’acquière les  » savoirs migrer « . Il s’agira par exemple d’identifier et d’analyser à travers le récit d’expériences les différents éléments qui composent ces savoir-faire, leur genèse et leur articulation progressive. On s’interrogera notamment sur les modes de transmission des expériences individuelles et leur capitalisation en savoir collectif. Les recherches qui recoupent ces questionnements sont menées notamment par Kamel Doraï et Marie-Antoinette Hily. Elles s’inscrivent au croisement des logiques de circulations migratoires et de pratiques des univers urbains. Elles seront appréhendées dans les sites urbains proche-orientaux et égyptiens. Elles interrogent la relation aux territoires, au temps et les dynamiques interactionnelles qui alimentent les expériences des migrants et sont matière à apprentissage pour pratiquer la ville.

Des travaux portant sur les pratiques de soins des populations migrantes mettent en évidence qu’au-delà de l’offre sanitaire biomédicale des pays d’accueil, les migrants ont recours à un ensemble d’autres médecines, thérapies et savoirs médicaux, construits et produits en contexte transnational. Des enquêtes menées à Londres et à Paris sur les migrants indiens (Anne-Cécile Hoyez) et sur les migrants d’Afrique de l’Ouest (Souley Hassane) sur les recours aux médecines dites  » traditionnelles « , ou encore la thèse de Claire Boulanger sur les migrants Maliens qui, entre Paris et Bamako, contribuent aux changements du système de santé malien, nourriront les réflexions sur les contextes dans lesquels s’opèrent les transferts de savoirs médicaux et le rôle des réseaux transnationaux dans les expériences du soin des migrants.

Une seconde orientation traitera des initiatives économiques des migrants. Les recherches qui relèvent de cette orientation ont pour objet les mutations significatives des « économies ethniques ». Elles s’intéressent d’une part à l’articulation entre réseaux migratoires et réseaux économiques et d’autre part aux expériences migratoires des acteurs ainsi qu’à l’acquisition des usages marchands dans la migration. Il s’agit d’apporter une compréhension nouvelle de l’intégration par les affaires et de la coordination collective des actions individuelles. Sur le plan théorique c’est la notion même de commerce et d’entreprenariat ethniques qui est à repenser en requalifiant les nouvelles interactions migrantes, les mutations générationnelles, l’insertion et l’appropriation des normes sociétales et capitalistes dominantes. Julie Garnier poursuivra ses travaux sur les activités de l’échange déployées par les migrants originaires de l’Afrique subsaharienne (Sénégal, Togo, Cameroun, Burkina Faso) installés ou de passage dans des villes françaises. Elle se propose de saisir en quoi le commerce ethnique est à la fois un lieu d’expérience où se croisent et se côtoient des citadins de diverses origines et une pratique révélatrice des compétences qu’acquièrent les entrepreneurs migrants dans l’expérience migratoire.

Enfin Emmanuel Ma Mung développera un programme sur les Comptoirs commerciaux chinois dans le monde occidental, lesquels s’insèrent dans une organisation entrepreneuriale de type diasporique formée de clusters économiques locaux liés entre eux à l’échelle internationale basée sur le principe de l’usage de l’identité ethnique dans les transactions économiques. Ce sont ces usages que E. Ma Mung souhaite appréhender dans ses manifestations particulières à l’échelle micro. Ces enquêtes porteront sur plusieurs  » emporium  » chinois, celui de Paris, constitué de milliers de petits et moyennes entreprises d’import localisées dans le 11ème arrondissement et dans le quartier du Sentier à Paris, dans les entrepôts d’Aubervilliers et dans d’autres villes de la Seine Saint Denis, et celui d’Athènes, lié à une immigration chinoise récente dans le quartier de Metaxourgio. Associée à ces approches, Iris Polizou conduira une thèse sur les activités commerciales en Grèce (en co-tutelle Poitiers-Athènes).

Une troisième orientation traitera des usages médiatiques des minorités ethniques et des médiations des expériences migratoires. Les médias ethniques et leurs usages s’inscrivent dans les sociétés d’accueil et participent à la production des représentations du groupe à la fois particularisantes (délimitations communautaires) et universalisantes dans l’espace public. L’analyse de ces représentations et des usages médiatiques qui sont faits par les populations migrantes sera poursuivie. Les acquis des travaux menés dans le cadre de différents projets (équipe d’excellence européenne MINORITYMEDIA, 6e PCRDT ; projet Migramédia, ISCC) conduisent à explorer d’une part les reconfigurations des pratiques par les nouvelles technologies, Internet et  » l’Internet social  » et d’autre part les usages que font les migrants des différents médias dans la sphère privée des représentations construites dans l’espace public. En effet, minorités et diasporas sont particulièrement impliquées dans l’utilisation du Web 2.0 qui facilite l’accès à l’information et à sa circulation. Les travaux conduits sur ce thème s’intéresseront aux représentations coproduites par les médias des groupes diasporiques, ethniques ou dominants. La question est de savoir comment appréhender l’émergence de nouvelles formes du vivre ensemble des migrants et des modes d’interventions dans le débat public. Le programme  » Audiences et pratiques  » auquel participent Fathallah Dagmi, Leila Ben Amor et Dominique Mathieu a pour objectif d’une part d’étudier les liens entre usages des identités ethniques et pratiques médiatiques et d’autre part de rendre compte de la place des médias ethniques dans la structuration du débat public. Il porte sur les migrants dans les pays arabes (en collaboration avec des chercheurs marocains et tunisiens), sur les migrants latino-américains aux Etats-Unis (en collaboration avec des chercheurs de l’université du Texas) et sur les migrants et minorités ethniques en Europe (Souley Hassane et Isabelle Rigoni).

Une quatrième orientation traitera de l’engagement des migrants dans des actions d’intérêts collectifs et des places qu’ils occupent dans l’espace public. Dans le dernier quadriennal l’acte migratoire avait été travaillé à partir de sa dimension économique. Les différents résultats de recherches ont montré cependant que le différentiel de niveau de développement entre pays occultait d’autres dimensions, personnelles et familiales, culturelles, sociales ou politiques, intervenant dans la décision de migrer et dans la construction des projets migratoires. Pour appréhender cette diversité, il a semblé pertinent de regrouper les travaux conduits dans l’axe 4 du dernier quadriennal (Migrations et développement) avec ceux de l’axe 3 (expériences en migration) afin de mieux situer les problématiques à mettre en œuvre.

Les processus historiques de constitution et d’évolution des associations de migrants débouchent aujourd’hui sur des pratiques articulant des espaces originaux et la fabrication d’une citoyenneté active. Installés dans des territorialités multiples, des migrants construisent leur espace de vie tant social que spatial tout en s’adaptant aux évolutions politiques et administratives des États d’installation et d’origine. La mobilité internationale permet aux individus de diversifier et d’élargir leurs réseaux sociaux en s’appuyant sur des ressources en dehors du cadre communautaire (partenaires techniques, financiers et institutionnels). Des migrants ont investi leur espace d’origine de manière originale à partir de différentes formes de coopération territoriale mobilisant des structures de regroupements villageois, des associations transnationales, des jumelages pour le développement, et pour finir la coopération décentralisée, Les recherches dans les différents lieux de l’espace migratoire demandent à être poursuivies et approfondies en s’intéressant aux engagements personnels dans des lieux multiples pour le mieux être collectif des habitants. Ce sont ces engagements à distance et le souci qu’accordent les migrants à « la vie de la cité » et à l’aménagement de la place publique, qui seront explorés dans les années à venir parce qu’ils participent du questionnement des conditions de vie dans les différents territoires pratiqués et sont des possibles moteurs d’ascensions sociales. Les travaux, que mènent Patrick Gonin et Nathalie Kotlok, s’inscrivent dans le cadre du programme de recherche Mali contemporain  » Migrations, Transferts et développement « . Ils sont centrés sur le mieux être permis par les transferts et les remises de migrants maliens. Ils questionnent le rôle des migrants dans les mutations des sociétés d’origine face aux circulations et diversifications des trajectoires migratoires, les transferts, les jeux d’acteurs, dont la participation des migrants dans la gouvernance locale. Dans le prolongement des recherches engagées sur les processus historiques de constitution et d’évolution des associations de migrants, Patrick Gonin et Nathalie Kotlok, dans le cadre du programme PICRI (Citoyenneté active et implications territoriales en Ile-de-France – 2009-2012), poursuivront leur recherche sur la fabrication d’une citoyenneté active, thème encore insuffisamment exploré, alors que les migrants-circulants négocient leurs places dans leurs pays de vie et dans leur pays d’origine. A ces différents programmes de recherche est associée la thèse en cours de Clara Rachel Eybalin Casséus, sur les migrants comme acteurs transnationaux du développement (Haïtiens de France et Jamaïcains du Royaume Uni).

Actualités et chroniques