Axe 2 : Circulations migratoires

La thématique centrale de cet axe porte sur la description et la compréhension des modes de circulation et de leurs modalités d’inscriptions dans l’espace. Il a pour objectif d’apporter une lecture approfondie et actualisée des dynamiques migratoires et de la réorientation des flux à l’échelle des systèmes migratoires internationaux. Il s’agira de comprendre les relations entre circulations et transformations des espaces. Deux programmes seront notamment mis en œuvre, l’un sur les liens entre mutation des milieux agricoles et formes des circulations, l’autre sur les personnes qualifiées et les circulations transnationales de biens matériels.

Une première approche s’intéressera aux parcours des migrants ainsi qu’aux espaces de transit. Les effets conjugués des politiques migratoires de plus en plus sélectives – dans les principaux pays d’arrivée et dans un nombre croissant d’Etats traversés par les migrants – et la mondialisation des migrations ont entraîné la complexification des parcours migratoires. Plusieurs thèses en cours proposent d’identifier et d’analyser les parcours des migrants, des réfugiés ou des populations Roms que ce soit en Afrique de l’Ouest ou en Europe (C. Bergeon, A.-L. Counilh, H. Simon-Lorière). Un projet de recherche sur les parcours migratoires des réfugiés irakiens du Moyen-Orient vers l’Europe visera à comprendre le rôle respectif joué par les pays de transit (Syrie, Liban, Jordanie) et les politiques d’asile des pays européens sur les trajectoires migratoires observées ainsi que les relations entre les différents espaces traversés par les migrants (K. Doraï). Il s’agira plus précisément d’interroger la notion d’espace de transit qui devient centrale pour l’étude des parcours migratoires ; les espaces de transit, loin d’être de simples points de passage ou lieux d’attente deviennent des lieux où la poursuite du parcours se dessine.

Une deuxième approche traitera des « mobilités des compétences ». La course à l’innovation entre les économies les plus avancées, l’affirmation des pays émergents et l’internationalisation des grands groupes, recomposent les champs migratoires et les territoires circulatoires traditionnels de la main-d’œuvre hautement qualifiée. La lecture classique en termes de brain drain, qui recouvrait les mobilités sud-nord, doit donc être reconsidérée. Il s’agira d’analyser les orientations actuelles des mobilités des compétences qui voient des circulations « nord-sud », « sud-sud » et « nord-nord » prendre une ampleur croissante (Hadrien Dubucs et Olga Bronikova, programme ANR e-diaporas atlas).

La mobilité des compétences s’inscrit au centre de la production des firmes transnationales, ou encore dans la compétition inter-métropolitaine. Elle relève de politiques migratoires hautement sélectives. Ces constats conduisent à s’interroger sur les modalités d’attraction des pays les plus développés (adaptation des législations, …), les politiques managériales qui favorisent ou imposent les circulations du Nord vers le Sud, la géographie des pôles d’attractivité économique qui suscitent des circulations sud-sud, et enfin le développement des circulations entre les grands pôles économiques, inscrits dans la course à l’innovation.

Plusieurs recherches seront engagées : le rôle des réseaux professionnels ou universitaires dans les mobilités des compétences ; les effets des politiques d’attractivité et d’accueil ; la place et le rôle des migrants concernés dans les dynamiques urbaines (marquages sociaux, spécialisation de segments du parc résidentiel).

L’ensemble des travaux devrait contribuer à une meilleure connaissance des migrants dits « qualifiés ou hautement qualifiés » : cadres de la finance, médecins, chercheurs, sportifs de haut niveau, et opérateurs et acteurs culturels. En traitant de ce type de mobilités, il s’agira aussi de mieux comprendre le fonctionnement « en réseau » des métropoles mondiales en concurrence et des stratégies des grandes firmes, au sein desquelles les parcours professionnels connaissent des mutations rapides (fin de l’expatriation de longue durée, développement des séjours courts et des contrats locaux, avec de fréquents retours dans le pays siège de l’entreprise transnationale etc.).

Une troisième approche analysera la diversification des circulations et les transformations des espaces. Cette orientation de recherche se situe au croisement des analyses des parcours migratoires et des expériences en migration (production et mobilisation de savoir-faire). Il s’agira de mener l’enquête dans des espaces moyen-orientaux et centre asiatiques principalement et d’évaluer la diversité des migrations qui concernent ces espaces (travaux au sein des marges urbaines des grandes agglomérations de ces régions -Beyrouth, Damas, Tel Aviv- et à partir de bazars -Dordoï, Karazu en Kirghizie pour exemple). La problématique construite articule  » lieu, circulation et ancrage  » pour traiter des rapports entre mobilités internes et internationales. Dans cette logique, les recherches déjà mentionnées dans le dernier quadriennal, mais peu traitées, seront mises en oeuvre sur les terrains évoqués en collaboration avec des équipes de recherches partenaires (IFPO, CRFJ, Université de Tel Aviv, Université américaine d’Asie Centrale). (voir aussi les complémentarités avec les travaux engagés au sein de l’axe 3  » Expériences en migration « ).

Les avancées scientifiques sur les usages de l’espace internet comme moyen et ressources de la mise en mobilité des personnes et sur la diversification des rapports aux espaces d’origine faites dans le projet e-diasporas atlas (financé par l’ANR et piloté par Dana Diminescu) permettront également de développer une approche originale du rapport entre « mobilité et ancrage ».

A l’échelle des espaces dits de départs, le rapport à la terre et aux valeurs sociales de la propriété sera étudié pour comprendre les dynamiques socio-économiques et spatiales dans les territoires sujets à d’intenses mouvements migratoires. La transformation des sociétés et des espaces ruraux sera appréhendée à la fois comme résultante de la mise en migration des populations rurales et comme facteur de production de nouvelles mobilités. On s’interrogera plus particulièrement sur les modifications du rapport à la terre, en termes de valeur de référence, entraînant des processus de désengagements de la production agricole et de déclin de l’agriculture. Le questionnement aura également pour objet de contribuer à l’étude des phénomènes reliant  » crise des milieux  » et migrations, entendu comme l’analyse d’espaces soumis à de fortes contraintes environnementales. Il s’agira donc d’étudier au prisme des dynamiques migratoires les mutations des systèmes agro-pastoraux et les processus d’accentuation ou d’atténuation des déséquilibres spatiaux dans les zones de tensions environnementales (thèses de Linda Peyrel en l’Afrique du Sud et de Mickael Quintard au Niger).

Actualités et chroniques