Axe 1 : Politiques des migrations

De nombreux travaux menés au sein du laboratoire ont abordé la question des politiques des migrations, sans que ces dernières ne fassent cependant l’objet de recherches spécifiques. Les approches en termes de transnationalisme, de diaspora et de circulations migratoires ont cependant montré un renforcement du rôle des États, dans les pays du Nord comme dans ceux du Sud. Dès lors, la gestion des migrations par les États, mais aussi par les organisations internationales et intergouvernementales en devenant un des enjeux majeurs des relations interétatiques nécessite de construire de nouvelles problématiques qui tiennent compte de la diversification croissante des mouvements migratoires, des processus d’externalisation des contrôles et du développement d’instruments de gestion des flux de population encore inédits jusqu’à une période récente. Ainsi, les frontières extérieures de l’Union européenne se matérialisent désormais par des contrôles qui se font de plus en plus le long des routes migratoires, incluant de fait les pays de départ et ceux dits de  » transit « . Ces derniers sont confrontés à la présence et/ou à l’installation plus ou moins longue de migrants  » en attente « , qui se retrouvent dans des situations précaires, voire dans l’illégalité.

Dans les quatre années à venir, l’intérêt se portera sur les politiques des migrations, entendues comme l’action de la puissance publique dans la gestion du fait migratoire et des populations migrantes. Dans la continuité des travaux menés sur les réfugiés, les demandeurs d’asile et les politiques migratoires les recherches mettront plus directement l’accent sur l’articulation entre politiques migratoires et politiques publiques en mobilisant les approches géographiques, sociologiques et historiques sur différents terrains d’enquêtes.

Une première orientation de recherche traitera de la gestion des populations et des frontières. L’étude des différentes formes et applications des politiques de migrations aborde les migrations  » contraintes « , de réfugiés, de demandeurs d’asile, de rapatriés, et de façon générale, de personnes déplacées. Les recherches menées par Véronique Lassailly-Jacob et Yann Scioldo-Zürcher s’intéresseront tout d’abord aux multiples composantes du concept de rapatriement. Les  » terrains d’analyse  » incluent à la fois des situations  » de retour  » de populations vers les pays du Nord, anciennement colonisateurs, mais aussi des situations particulières au contexte géopolitique propre aux pays du Sud, où les rapatriements prennent le plus souvent la forme d’un refuge frontalier. Ces travaux incluront l’étude des constructions juridiques des rapatriements pour chacun des pays concernés et l’analyse des pratiques administratives mises en place par les différentes instances internationales, institutions onusiennes (HCR) et ONG, et leurs répercussions sur les populations concernées. L’exploration des migrations dites  » de retour  » objet des travaux des chercheurs du laboratoire, sera poursuivie notamment dans la thèse que mène Pascaline Chappart au Sénégal, au Mali et en Roumanie.

Nelly Robin, dans la perspective des mobilités forcées de populations, aborde la question de la traite contemporaine des êtres humains. Souvent analysée depuis le lieu de recrutement ou d’exploitation des personnes, et notamment des femmes et des enfants, la traite sera depuis le lieu d’identification, ce qui permet d’appréhender le phénomène dans sa globalité. Les recherches engagées proposent d’articuler des approches juridiques et socio-spatiales afin d’analyser les phénomènes de traite comme une  » opportunité  » susceptible de concrétiser un projet migratoire sans les réduire à la criminalité organisée. Les terrains d’enquêtes incluent l’Afrique, les pays du Golfe et l’Europe. Daniel Senovilla, post doctorant à Migrinter, débutera un programme de recherche (PUCAFREU ) sur la situation et le traitement des mineurs étrangers non accompagnés et séparés en Europe en collaboration avec l’équipe CECOJI (UFR Droit, université de Poitiers).

Les travaux engagés sur la façon dont les diasporas et les communautés émigrées attisent les intérêts des gouvernements des pays d’origine dans l’optique de canaliser, voire d’instrumentaliser, leur poids politique dans les sociétés d’installation seront poursuivis. L’articulation entre deux échelles de rapports de force – celle des relations interétatiques et celle entre les ressortissants étrangers et les Etats d’installation – confèrent à ces communautés un nouveau rôle géopolitique qui les érigent en intermédiaires de premier plan dans les relations internationales. Parallèlement, dans le cadre de leur politique intérieure, les pays d’immigration mettent en place des mesures facilitant les investissements issus des transferts ou favorisant la représentation politique des communautés émigrées. Mais ces dernières développent également leurs propres stratégies politiques. Par un jeu d’alliances avec des institutions de la société d’accueil ou par une participation directe à ces institutions, elles instaurent un rapport de force direct avec les gouvernements des pays d’installation. Aussi, la question de l’accès à la citoyenneté s’avère être un enjeu crucial pour permettre aux émigrés de jouer pleinement leur rôle dans la vie politique des pays d’installation, tout en maintenant une allégeance à la communauté politique d’origine. Cependant, les pays d’origine ont parfois quelques réticences à voir se développer ces processus d’autonomisation politique pouvant apparaître à terme comme une force redoutable dans leur politique intérieure. Ces questions seront étudiées par Philippe Venier et Cédric Audebert qui centrent leurs recherches sur les diasporas antillaises en Amérique du nord et indiennes dans les pays du Golfe.

Emmanuel Ma Mung propose d’entamer une réflexion sur la question des systèmes de recrutement de la main-d’œuvre contractuelle tels qu’ils se sont développés en Chine, en Inde voire en Afrique, dans la seconde moitié du XIXème siècle. Connues sous le nom de coolie trade, ou de  » système de l’engagisme « , ces migrations ont permis de répondre aux besoins de bras dans les colonies insulaires françaises, après l’abolition de l’esclavage. Des pratiques administratives inédites dans la gestion de migrants ont ainsi été développées. Il s’agit de mettre au jour la façon dont ces pratiques, réservées à la France périphérique de l’outre-mer, ont servi de matrice administrative aux dispositifs réglementaires mis en place en France métropolitaine, à partir de la création de la Société générale d’immigration en 1924. Cette recherche propose de comparer les pratiques mises en place en France, en Grande-Bretagne et en Espagne, pays concernés par la question du renouvellement de leur main-d’œuvre coloniale.

Une deuxième orientation s’intéressera à l’étude des catégories – institutionnelles et académiques – construites par les différents acteurs. Dans le cadre des politiques migratoires, les États et leurs intermédiaires construisent de nombreuses catégories qui doivent être interrogées afin de mieux comprendre les enjeux de leur production et de leurs usages. Les notions de réfugiés, de rapatriés, seront analysées au regard des différents registres employés par les acteurs chargés de leur mise en œuvre et par ceux qui en sont désignés comme bénéficiaires : étrangers en situation irrégulière, demandeurs d’asile déboutés, réfugiés en cessation de statut après la fin d’un conflit, nationaux rapatriés à la suite des guerres de décolonisation… La recherche menée sur l’Office Français des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) par Karen Akoka dans le cadre d’un doctorat montre que la catégorie de réfugié est en constante transformation, du point de vue du profil de ses agents, de ses méthodes de travail et de ces modes de management. Ainsi, tout en se modifiant la catégorie « réfugié » produit de la norme et désigne qui est ou non un réfugié ; et tout en fabriquant des réfugiés, l’institution construit le contenu du statut qui les désigne. Des travaux seront également engagés au Moyen-Orient où la majeure partie des Etats ne sont pas signataires des traités internationaux relatifs au statut des réfugiés. Ils accueillent pourtant aujourd’hui plusieurs millions de réfugiés, dont certains, comme les Palestiniens résident dans des camps depuis 1949. Il s’agira de s’interroger sur le lien entre politique migratoire et politique d’asile, une alliance qui entraîne un brouillage croissant des catégories de réfugiés et de migrants. De la même façon, les catégories de réfugiés urbains et de réfugiés dans les camps seront questionnées dans un contexte d’urbanisation rapide. (K. Doraï). La question des camps ne se limite cependant pas aujourd’hui aux pays du sud, les politiques développées entre autre aux frontières de l’Union européenne produisent des camps de rétention, des zones d’attentes, etc., (aux frontières est et sud de l’Europe) objet des recherches d’Olivier Clochard, Post-doctorant.

Une troisième orientation étudiera la mise en œuvre des politiques publiques. Cette question relève de trois thématiques principales. La première, portée par Anne-Cécile Hoyez, concernera la mise en œuvre des politiques de santé créées à l’intention des migrants. Elles doivent répondre à la nécessité de respecter le droit fondamental et universel de l’accès aux soins pour tous, alors que les pays d’immigration sont enclins à institutionnaliser des différences de traitement entre nationaux et non nationaux. Les recherches engagées exploreront les expériences de l’accès aux soins des migrants, quel que soit leur statut dans le pays d’accueil, pour mieux comprendre les mécanismes qui peuvent les conduire à l’exclusion ou à la marginalisation dans les systèmes de santé. En réponse à l’appel à projet Open Research Area (ORA) , l’étude se propose de mieux comprendre les différents facteurs qui entrent en jeu dans l’accès aux soins des migrants, à partir d’une démarche comparative concernant l’Allemagne, la France, l’Angleterre et les Pays-Bas. Sur d’autres terrains, les politiques de santé seront étudiées par D. Creton, engagée dans une recherche sur les questions de fécondité et de famille dans les Emirats Arabes Unis et particulièrement dans l’Emirat et la ville d’Abou Dhabi.

L’étude des politiques publiques inclura aussi les réponses mises en place à l’intention des migrants confrontés à des situations climatiques extrêmes. Dans le cadre du Projet Exclim , programme de recherche (2010-2013) porté par Véronique Lassailly-Jacob, une recherche sera conduite sur les  » exodes de la sécheresse  » des agro-pasteurs Peul de la zone sahélienne au Burkina Faso. Elle s’intéressera non seulement à la perception par les différents acteurs de « la crise climatique », mais aussi aux processus d’adaptation – dont la migration – adoptés par les populations, ainsi qu’aux obstacles organisationnels et institutionnels qu’elles rencontrent. La question des représentations de  » la diversité  » culturelle dans la sphère médiatique des pays d’accueil mérite une attention particulière. Dans le prolongement d’un projet européen accueilli entre 2007 et 2010 à Migrinter, Isabelle Rigoni et Souleyman Hassan poursuivront l’exploration de la promotion de la diversité culturelle, comme paradigme des politiques publiques mises en place dans les espaces européens et nord-américains. Elle sera étudiée du point de vue des lois, des dispositifs et des discours publics dans une perspective comparative tenant compte de différents modèles nationaux de gestion des diversités. Il s’agira aussi d’étudier l’influence des revendications, via notamment la mouvance associative, sur les institutions politiques, lesquelles peuvent en retour, engager des actions positives, et favoriser la création d’outils de mesure des discriminations.

Actualités et chroniques