Tous les articles par Yann Scioldo-Zürcher

Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, « Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire »,  conférence de Roger Waldinger (UCLA) et Laurent Vidal (Université de la Rochelle)

par Yann Scioldo-Zürcher, CNRS, Centre de recherche français à Jérusalem.

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans l’article « “ Transnationalisme ” des immigrants et présence du passé » publié en 2006 à l’occasion du numéro anniversaire de la Revue Européenne des Migrations internationales, Roger Waldinger dénonçait les conclusions de l’Académie des sciences de New York pour qui, en 1990, les liens transnationaux étaient une nouveauté dans les pratiques migratoires contemporaines. Or, les historiens des migrations savent depuis longtemps que les circulations, physiques, matérielles ou immatérielles, sont le corollaire des expériences migratoires, même les plus anciennes. L’histoire des diasporas juives, par exemple, insiste particulièrement sur les formes de communication entretenues entre communautés internationales, la circulation de leurs membres au sein de groupes parfois géographiquement éloignés les uns des autres (Zink, Sibon, 2012). Continuer la lecture de Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Accueil au CRFJ

L’accueil scientifique du Centre de recherche français de Jérusalem (CRFJ), au cours de l’année 2013, permet de renforcer les liens entre notre UMR et nos collègues d’Israël.

À l’issu de cette mission, un billet de blog a été édité par Les Carnets du CRFJ : « Les migrations vers Israël des populations juives du Maroc. Une approche statistique et sérielle inédite ».

Ce texte est consultable à l’adresse suivante : http://crfj.hypotheses.org/262

Séminaire « expériences migratoires » – 22 mars 2013 – Paris

Marie-Antoinette Hily, Yann Scioldo-Zürcher et Michèle Leclerc-Olive ont le plaisir de vous inviter à la prochaine séance du séminaire Expériences migratoires qui se tiendra le vendredi 22 mars 2013 de 13 à 17h, salle 4, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris.
 
Elle sera animée par  Alban Bensa, (EHESS) : 
 
Temporalités et émotions dans un événement commémoratif
 
 
et  Marc Bessin (CNRS) :
 
Double absence ou présences ? Temporalités et émotions pour penser la fragmentation de l’expérience 

De la migration : images, temps et émotions

Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) : « De la migration : images, temps et émotions ».

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Conférence de Fabienne Le Houerou : Savoir et Emotion : Conflits et Confluences. Filmer les victimes de l’ethnocide au Darfour

Il est question de la dynamique conflictuelle et de la rencontre entre deux ambitions apparemment contradictoires : celle de la connaissance d’une part et celle de son écriture esthétique cinématographique d’autre part. Le savoir serait-il systématiquement opposé aux émotions qui entourent sa production ? Les émotions sont-elles des entraves pour faire des films de véritables véhicules didactiques ? La séance insistera sur le phénomène d’attrait ou de répulsion des belles images (du beau) dans l’écriture cinématographique scientifique. Il mettra en lumière les conflits entre les exigences de sens de l’auteur face aux exigences des diffuseurs. La demande d’accumulation de connaissances  du chercheur nécessite des temps de tournages longs en contradiction avec les logiques télévisuelles. Par ailleurs, le passage à l’image pour un chercheur, sur un terrain aussi sensible que les migrations et, a fortiori  lorsqu’il s’agit de filmer les victimes d’un ethnocide à grande échelle, tel celui du Darfour en 2003-2007, est une épreuve émotionnelle rude qui met en péril sa démarche scientifique. Que devient sa soit disant neutralité scientifique ? Comment le chercheur peut-il se sortir de la tension entre sa compassion pour les êtres filmés et  sa production scientifique finale ? La mise à distance entre le chercheur et les interviewés est-elle possible ou même souhaitable ? Comment la compassion peut-elle se présenter comme un atout dans la progression des connaissances vers le savoir ?

C’est autour du film documentaire de 53 minutes, réalisé en 2007 en Egypte et au Soudan, « Hôtel Du Nil : Voix du Darfour »,  que Fabienne Le Houérou (CNRS-IREMAM) tentera d’évoquer ces questions.