Tous les articles par William Berthomière

Crise des réfugiés, l’impasse des mots

En juillet 2016, l’Office des publications de l’Union européenne livrait un texte à destination de tous les citoyens européens sous le titre « L’UE et la crise des réfugiés » (1). Sa rédaction, faite en des termes très pédagogiques, est articulée autour de deux questions : 1. Qu’est-ce que la crise des réfugiés ? et 2. Que fait l’Union européenne ?

Les réponses apportées à la première des deux interrogations placent le lecteur dans un climat de tensions en réaffirmant dans un même mouvement d’écriture qu’un « grand nombre de personnes vulnérables viennent dans l’Union européenne pour y demander l’asile. Il s’agit d’une forme de protection internationale qui est accordée aux personnes qui fuient leur patrie et ne peuvent y retourner en raison d’une crainte fondée de persécution. » et que « toute personne arrivant en Europe n’a toutefois pas besoin de protection. ».

La structure de rédaction choisie pour répondre à la seconde question laisse se développer l’idée que l’action de l’UE s’exerce selon un gradient qui va d’une responsabilité empathique à une nécessaire reprise en mains de la situation comme en témoigne le crescendo des six objectifs définis pour faire face à la « crise des réfugiés » : 1. Aide humanitaire et aide au développement, 2. Sauvetages en mer et protection des frontières de l’UE, 3. Relocalisations, réinstallations et retours, 4. Accord avec la Turquie, 5. Arrêt de la migration irrégulière incontrôlée, et 6. Réforme des règles de l’UE en matière d’asile.

À l’approche du premier anniversaire de cette publication, nous apprenons par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) que les premiers mois de l’année 2017 ont vu le nombre de migrants disparus en mer s’élever à un niveau encore jamais atteint : plus de 1700 morts, dont plusieurs centaines d’enfants (2) ; aujourd’hui même, dans un article publié par Libération (3), la presse française nous révèle les attaques dont sont l’objet les ONG qui œuvrent pour organiser le sauvetage de personnes embarquées au péril de leurs vies sur des embarcations de fortune dans l’espoir de trouver un refuge en Europe. On peut y lire que si le HCR tend à défendre l’engagement des ONG, l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) n’hésite pas brandir l’argument que ces associations créent un « appel d’air » pour remettre en cause le bien-fondé de ces initiatives ; et hier, nous apprenions par la voix de Jacques Toubon, le Défenseur des droits, « les conditions de vie inhumaines que subissent les exilés à Calais (…) Des atteintes aux droits fondamentaux d’une exceptionnelle et inédite gravité. » (4).

La lecture de ces éléments ne peut que nous conduire à poursuivre l’interrogation engagée par l’UE. L’expression « crise des réfugiés » signale-t-elle d’un son juste la réalité et l’urgence de la situation ?  Pour reprendre une formule chère aux organisations internationales en charge des migrations et de l’asile, « le partage du fardeau » est-il ici équitable ? L’usage de l’expression « crise des réfugiés » tend à placer la responsabilité de cette situation d’un seul et même côté… Si la situation humanitaire à laquelle doivent faire face les États européens est indéniablement complexe et difficile à gérer, il n’en reste pas moins vrai que leurs gouvernants doivent s’astreindre à plus de réflexivité. S’il doit y avoir une « crise des réfugiés », il y a avant tout une crise des valeurs européennes, une crise de l’hospitalité…

En cette journée du 15 juin 2017, alors qu’une large part de la jeunesse française planche sur l’épreuve de philosophie du baccalauréat, avec notamment pour question de savoir si « la raison peut-elle rendre raison de tout ? ». La tentation est grande d’engager cette discussion au prisme des actions conduites par l’UE, d’exercer la critique sur une raison, dont on peut avoir le sentiment qu’elle est avant tout construite sur le temps court de l’expertise plutôt que sur le temps long de la recherche. Pour exemple, n’oublions pas que les travaux de chercheurs comme ceux de Charles Heller et Lorenzo Pezzani sont venus contredire l’idée que l’action des ONG « favoriserait » l’immigration irrégulière, que la connaissance de leurs analyses peut -doit- nous protéger de la tentation d’experts qui, fort du mandat qui leur est confié, tendent à délégitimer toutes paroles plus modérées, plus mesurées (3 et 5). En contrepoint d’une raison portée par l’obsession sécuritaire, ne faut-il pas aussi laisser s’exprimer une vérité qui offre une place au doute. En 1986, face à la fermeture des portes européennes, Poul Hartling, alors Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, avait eu cette expression pour inciter les États européens à prendre un peu de recul sur leurs choix politiques en matière d’asile : « Accordez-leur le bénéfice du doute » (6).

Dans Le Monde d’hier, Stefan Zweig livrait la pensée d’un européen confronté à la « défaite de la raison » et il avait choisi de mettre en exergue de son livre-témoignage, ces mots de Shakespeare « Faisons face au temps comme il vient et change ». Faire face à la crise, plutôt que perdre la face, nous enjoint à penser entre confusion des sentiments et confusion des temps, et nous invite à veiller à ne pas confondre futur et avenir. Si le projet de société porté par la Commission européenne a besoin d’un futur programmable, expertisé, il doit aussi savoir se produire dans un avenir qui revêt, comme nous l’a si bien expliqué Jacques Derrida, une part d’incontrôlé au sens où il est la venue de l’autre là où je ne peux pas le prévoir. Nier cette distinction, qui donne toute sa richesse à l’humanité, ne fait qu’ajouter à la crise, nous pousser un peu plus dans l’impasse.

Sources :

(1) : L’UE ET la crise des réfugiés, Commission européenne, version HTML, ISBN 978-92-79-60538-3 doi:10.2775/796634 NA-04-16-628-FR-Q, consulté en ligne le 15 juin 2017 : http://publications.europa.eu/webpub/com/factsheets/refugee-crisis/fr/

(2) : Derniers développements sur les opérations de sauvetage en mer en Méditerranée centrale, UNHCR, Point presse du 30 mai 2017 ; consulté en ligne le 15 juin 2017 :  http://www.unhcr.org/fr/news/briefing/2017/5/592dab4ca/derniers-developpements-operations-sauvetage-mer-mediterranee-centrale.html

(3) : Les ONG sont-elles responsables de la crise des migrants en Méditerranée ?, Libération, Tribune rédigée par Antoine Pécoud et Marta Esperti, 14 juin 2017 ; consultée en ligne le 15 juin 2017 :  http://www.liberation.fr/debats/2017/06/14/les-ong-sont-elles-responsables-de-la-crise-des-migrants-en-mediterranee_1576723

(4) : Visite des services du Défenseur des droits le lundi 12 juin à Calais, Défenseurs des droits, mercredi 14 juin 2017, consulté en ligne le 15 juin 2017 : https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/node/23871

(5) : Voir Charles Heller et Lorenzo Pezzani, « Traces liquides : enquête sur la mort de migrants dans la zone-frontière maritime de l’Union européenne », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 30 – n°3 et 4 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 juin 2017. URL : http://remi.revues.org/7106

(6) : L ‘Europe, cœur large et porte étroite, Le Monde, daté du 11 février 1986.  Voir également : William Berthomière (2017) Les espaces de l’hospitalité, fonction-miroir de sociétés se pensant assiégées , Revue Science and Video. URL : http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/Varia/Pages/berthomiere.aspx

« Au Liban, les bonnes se rebellent » en écho à l’article de Benjamin Barthe

Au cours des quinze dernières années, le Moyen-Orient a vu s’affirmer une nouvelle migration de travail en lien avec l’accroissement de la demande de main-d’œuvre dans les secteurs de l’aide à domicile. Le Liban compte parmi les pays les plus concernés par ces flux migratoires majoritairement composés de femmes et voit depuis plusieurs années être dénoncées les conditions de travail qu’elles doivent affronter. Leur situation est d’autant plus difficile que le système de la kafala ne leur permet pas de changer librement d’employeur quand elles sont confrontées au non-respect de leurs droits. La société civile libanaise se mobilise depuis ces dernières années pour dénoncer ces abus par l’intermédiaire de différentes associations de défense des droits des étrangers largement présentes à Beyrouth où réside une grande part des migrants qui exercent une activité de domestiques au Liban. Fort de ce soutien et pour la première fois, ces migrantes viennent de se mobiliser pour créer leur propre syndicat. « Dimanche 25 janvier, dans une salle de mariage de la banlieue de Beyrouth, 200 d’entre elles, issues des communautés sri-lankaise, philippine, bangladeshie ou encore sénégalaise, ont participé au congrès fondateur de leur organisation » (Benjamin Barthe).

En savoir plus grâce :

À l’article publié par Benjamin Barthe (Beyrouth, correspondant), le 17.02.2015 sur le site du Monde :

http://bit.ly/1FmBY8L

Aux publications disponibles au sein de la base bibliographique de Migrinter  et notamment:

  1. Jureidini, R. (2003). L’échec de la protection de l’État : les domestiques étrangers au Liban. Revue Européenne des Migrations Internationales, 19(3), 95–127.
  1. Bret, J. (2007). Circulations transnationales et travail disqualifié au Moyen-Orient. Les travailleurs non arabes au Liban. Hommes et migrations(1266), 96–108.
  1. Hily, M.-A. (2009). Migrants dans une banlieue beyrouthine. Maghreb-Machrek(199), 61–70.
  1. Deboulet, A., & Hily, M.-A. (2009). Les migrants de Beyrouth : emplois à bon marché et zones refuges. EchoGéo(8).
  1. Dahdah, A. (2010). Mobilités domestiques internationales et nouvelles territorialités à Beyrouth (Liban) : le cosmopolitisme beyrouthin en question. Espace, populations, sociétés(2/3), 262–279.

L’Observatoire de la Migration des Mineurs sur la Lettre de l’INSHS (janvier 2015)

 

Capture d’écran 2015-01-26 à 22.40.35

VIE DES RESEAUX L’Observatoire de la Migration de Mineurs – OMM

La migration vers l’espace européen de personnes mineures non-accompagnés de leurs parents ou de représentants légaux constitue un sujet porteur qui attire l’attention non seulement des universitaires mais aussi d’un grand nombre d’acteurs institutionnels et de professionnels de terrain ainsi que du grand public. Les premiers cas médiatisés de mineurs migrants, nommés ‘isolés’ dans le contexte français ou ‘non accompagnés’ dans le reste des pays européens, sont apparus au cours des années 90.

Lire la suite à l’adresse:

http://www.cnrs.fr/inshs/Lettres-information-INSHS/lettre_infoinshs_33.pdf

« Migrants, déplacés et réfugiés », bâtir une voie alternative.

Aborder une actualité délicate d’une façon académique et y impliquer étudiants, doctorants, chercheurs et acteurs sociaux, tel a été le souci des organisateurs de ce séminaire : le Bureau Moyen-Orient de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et le Bureau régional de l’Unesco pour l’éducation dans les pays arabes…

Pour lire la suite, Chantale EDDÉ  in L’Orient Le Jour (07/04/2014)

 

e-Diasporas sur France Culture

Le 30 mars dernier, William Berthomière et Emmanuel Ma Mung ont participé avec Dana Diminescu, conceptrice et coordinatrice du projet e-Diasporas, à l’émission Place de la Toile consacrée aux diasporas sur internet.

Ces trois chercheurs ont tenté de répondre aux questions soulevées par Xavier de la Porte, producteur de l’émission:

« On passe beaucoup de temps à se demander ce que pourraient être les humanités numériques (digital humanities), ce que pourraient être les sciences humaines à l’heure du numérique. Eh bien nous allons aujourd’hui illustrer une possibilité de l’alliance des humanités et de l’informatique avec un projet passionnant : l’atlas e-Diasporas. L’atlas e-Diasporas est une cartographie des diasporas numériques, des diasporas telles qu’elles apparaissent dans les réseaux. Diasporas turques, indiennes, chinoises sont représentées dans les réseaux par des sites institutionnels, associatifs, politiques, touristiques, utilitaires. Et ces sites dessinent des cartes. Mais que disent ces cartes ? Que disent-elles de la manière dont les diasporas se représentent, se vivent, se relient au pays d’origine ou de destination ? Ces cartes invitent-elles à repenser un peu la notion de diasporas ?«  

Pour écouter ou bien podcaster l’émission: https://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-e-diasporas-2013-03-30

Séminaire Le projet migratoire : intentionnalité et expériences des acteurs – 9 et 10 juillet 2012

De plus en plus présente dans la littérature sur les migrations internationales depuis le début des années 2000, la notion de projet migratoire n’a pourtant pas fait l’objet d’une théorisation systématique, au point que le caractère opérationnel de la notion interroge.

Un premier atelier de travail autour de cette notion a été organisé en 2011 à Agadir, avec comme fil conducteur, la manière dont le projet migratoire a été envisagé jusque là, autant en termes de définitions que d’approches ainsi que les conditions de son émergence dans la littérature scientifique. Différents axes de réflexion qu’il conviendrait de poursuivre, ont émergé au cours de ces deux journées :

– Le projet migratoire interroge l’espace-temps, ouvrant une réflexion plus large sur la spatialisation du temps, ainsi que sur la continuité temporelle versus continuité spatiale. Les notions de bifurcation, d’événement ou de rupture ouvrent un champ de réflexion permettant de penser le temps dans une logique non-linéaire ; qu’en est-il alors de la dimension spatiale, d’une possible spatialisation de ce temps non-linéaire ?

– Le projet migratoire pose la question de l’intentionnalité de l’individu ; si celle-ci se construit en fonction des expériences acquises (d’un savoir-faire), elle dépend aussi du pouvoir-faire de cet individu, de sa capacité à accomplir son autonomie. Cette dimension de l’intentionnalité est liée à la distinction entre ce qui est de l’ordre du possible et du probable, sachant qu’entre le savoir et le pouvoir se glisse le rêve, l’imagination, une fantasmagorie du futur. Quelles sont les relations entre ces trois niveaux, les expériences accumulées, le pouvoir (au sens de capacité) et l’onirique, niveaux auxquels il faudrait ajouter les interactions ? Permettent-elles une approche du projet migratoire ?

– La migration place l’individu dans une situation d’incertitude plus ou moins temporaire. Comment l’individu œuvre-t-il dans ce contexte d’incertain ? Le projet migratoire constitue-t-il l’une des réponses possibles, en introduisant la dimension du possible et/ou du probable dans ce contexte ?

L’objectif de ce séminaire est de poursuivre ces réflexions en insistant plus particulièrement sur la dimension méthodologique et sur les croisements disciplinaires possibles. En effet, il est apparu que cette notion de projet migratoire est commune à toutes les sciences sociales, mais chacune ne l’entend ni de l’aborde en suivant les mêmes approches. Les différents axes présentés ci-dessus n’ont rien de limitatif, d’autres dimensions pouvant être abordées en fonction des expériences de recherche propres à chacun.

Séminaire organisé par Florence Boyer (IRD) & William Berthomière (CNRS)


Lundi 9 juillet 2012

10h00 – Introduction

Mohamed Charef (Université d’Agadir)

10h30-11h30 – Continuité temporelle, contiguïté spatiale et création d’un monde-propre, le cas de la diaspora chinoise 

Emmanuel Ma Mung (Migrinter-CNRS)

11h30-12h30 – Projets et expériences migratoires à l’épreuve des événements

Marina Hily (Migrinter, CNRS)

12h30-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Transit, installation, circulation : quels choix méthodologiques pour quels projets migratoires en Afrique de l’Ouest ?

Armelle Choplin (Université Paris-Est)

15h00-16h00 – Aborder le projet migratoire dans sa rétrospection et dans une perspective de genre. Le cas des migrantes mauriciennes employées de maison en France

Colette Le Petitcorps (Migrinter, CNRS)

16h00-16h15 – Pause

16h15-17h15 – Quelle analyse des formes et des sens du « retour » dans la construction des parcours migratoires ?

Laurent Faret (SEDET, Université Paris-Diderot)

17h15-18h15 – Le retour : horizon ou condition du projet migratoire ?

Constance De Gourcy (Département de sociologie, Aix-Marseille Université)

 

Mardi 10 juillet 2012

 

9h30-10h30 – Du projet à l’analyse de la configuration sociale de l’acteur migrant.

Mahamet Timera (URMIS, Université Paris-Diderot)

 10h30-11h30 – Attentes et suspension : le projet migratoire des femmes somaliennes immobilisées à Malte

Camille Schmoll (Géographie-Cités, Université Paris-Diderot)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h45 – Enfermement et projet migratoire. Les trajectoires d’étrangers en rétention en Roumanie

Bénédicte Michalon (ADES, CNRS)

12h45-14h00 – Pause-déjeuner

14h00-15h00 – Le projet migratoire : quelles implications théoriques et empiriques pour l’économie des migrations ?

Gilles Spielvogel (D&S, Université de Paris I-IRD)

15h00-16h00 – Le projet migratoire et les pratiques gouvernementales de racinement des migrants rapatriés coloniaux

Yann Scioldo-Zürcher (Migrinter, CNRS)

16h00-17h00 – Discussion finale-Conclusion

William Berthomière (Migrinter, CNRS), Florence Boyer (D&S, IRD)

 

Lieu : UMR 201 « Développement et Sociétés » (Université de Paris I Panthéon Sorbonne – IRD)

Campus du Jardin d’agronomie tropicale de Paris

45bis Avenue de la Belle Gabrielle

94736 Nogent-sur-Marne

 

Résumés des interventions sur calenda

 

Dates : 9 et 10 juillet 2012

Israël, l’immigration étrangère et la demande d’asile : une question sous tension

Le contexte migratoire israélien

Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années, Israël connait une inscription progressive dans le processus de mondialisation migratoire. Né d’une double dynamique (la sécurisation des frontières des pays d’Europe du Nord et la non-résolution du conflit israélo-palestinien), ce processus d’inscription dans les réseaux migratoires internationaux a eu pour conséquence de voir se développer une nouvelle population immigrée en Israël.

Dans un premier temps, cette population s’est composée de travailleurs étrangers ayant reçu des visas d’entrée afin de remplacer la main-d’œuvre palestinienne de Cisjordanie interdite d’accès à ses lieux d’activité (essentiellement dans les secteurs de la construction et de l’agriculture). Et plus récemment, aux côtés des travailleurs étrangers venus d’Asie ou bien encore d’Europe orientale, une population de demandeurs d’asile a été progressivement mise en visibilité par les médias et les associations de défense des droits de ces nouveaux migrants. Majoritairement originaire d’Afrique orientale (et plus particulièrement d’Erythrée et du sud-Soudan), une large part de cette population a trouvé à s’installer dans le quartier de la gare routière de Tel Aviv où l’offre de logements demeure accessible.

Jusqu’à ces dernières semaines, alors que l’Etat d’Israël avait connu un débat de société d’une grande richesse sur la place de ces nouvelles populations issues de la mondialisation migratoire, il est aujourd’hui confronté à des manifestations racistes envers la population immigrée. Depuis quelques jours, le gouvernement israélien s’est engagé dans une opération « to repatriate illegal work infiltrators to their countries of origin » (1).

Quelques éléments chiffrés

Principales nationalités des personnes ayant reçu un visa de travail en 2010

(en milliers)

La population des travailleurs étrangers est estimée à environ 200 000 personnes. Selon les sources gouvernementales, 60 000 migrants d’origine africaine seraient entrés irrégulièrement dans le pays par la frontière israélo-égyptienne. La reconnaissance du statut de réfugié est très réduite en Israël : « However, only 2 of the 812 applications deliberated by the Interior Ministry in 2009, and 6 of the 3,366 applications deliberated in 2010 were accepted as refugees (recognition rates of 0.24% and 0.17% respectively).15 These rates are significantly lower than the norm in developed countries. » (source : Hotline for Migrant Workers).

 

Pour plus d’informations

Articles scientifiques :

Anteby L. (2009) De la traversée clandestine à la visibilité urbaine: réfugiés et demandeurs d’asile africains dans les villes israéliennes. Méditerranée, n°113, pp. 14-24. (en ligne)

Anteby-Yemini L. (2009) Les « réfugiés soudanais » en Israël : discours, représentations, mobilisations. Maghreb-Machrek, n°199, pp. 71-83.

Berthomière W. (2007) « Globalisation des migrations internationales: dynamiques et modalités. Une contribution réflexive à partir du cas israélien ». Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 119-120, pp. 157-177. (DOI: 10.4000/remmm.4223)

Articles de presse :

Tel Aviv race riot flags bitter immigration dispute

http://news.nationalpost.com/2012/05/24/tel-aviv-race-riot-flags-bitter-immigration-dispute/

L’immigration clandestine, source de tension et de division en Israël

http://abonnes.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/05/31/l-immigration-clandestine-source-de-tension-et-de-division-en-israel_1709999_3218.html

African asylum seekers injured in Tel Aviv race riots

http://www.guardian.co.uk/world/2012/may/24/tel-aviv-protest-violence-immigration

 Raflés, expulsés, parqués : Nétanyahou règle la question des Africains

http://www.liberation.fr/monde/2012/06/19/rafles-expulses-parques-netanyahou-regle-la-question-des-africains_827404

Israel begins deporting migrants back to African countries – CNN

http://edition.cnn.com/2012/06/17/world/meast/israel-deports-immigrants/index.html?hpt=imi_c2

Liens vers les associations de défense :

Hotline for Migrant Workers

http://www.hotline.org.il/en_drupal/english/index.htm

Kav La’Oved

http://www.kavlaoved.org.il/default_eng.html

(1) :http://www.smh.com.au/world/israel-expels-south-sudanese-infiltrators-20120620-20odh.html#ixzz1z6pFt2u3

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web

e-Diaspora AtlasSous la coordination scientifique de Dana Diminescu, le programme de recherche « e-diasporas atlas » financé par l’ANR et auquel a participé l’UMR Migrinter vient de présenter les résultats de ses travaux. Le journal Le Monde vient de souligner l’intérêt scientifique de ce programme:

Le premier atlas mondial des diasporas présentes sur le Web
Article paru dans l’édition du 24.06.12

Que sait-on des diasporas ? Peu de choses au-delà de leur nombre et de leurs pays d’adoption. La planète compte 215 millions de migrants selon l’ONU. Puissance démographique, les diasporas ont, depuis la fin des années 1990, une présence croissante sur Internet. Pour la première fois, une équipe internationale de chercheurs s’est penchée sur le sujet. L’« e-Diasporas Atlas », publié par la Maison des sciences de l’homme à Paris, répertorie, cartographie et analyse la présence sur la Toile de 28 diasporas (française, égyptienne, indienne, etc.) dans le monde. L’étude de leurs pratiques et de leurs réseaux a mis au jour une géopolitique du Web inédite.

Le projet est né dans les années 2003-2004. Le déclencheur est alors le site Pajol, créé par les sans-papiers de l’église Saint-Bernard à Paris pour soutenir leur mouvement. « On s’est aperçu qu’il y avait une production croissante de contenus sur le Web élaborée par les migrants, et qu’elle était menacée de disparition », explique la conceptrice du projet, Dana Diminescu, sociologue et enseignante-chercheuse à Télécom ParisTech. D’un souci d’archivage, le propos du projet s’est rapidement élargi à celui de l’analyse.

Au final, 80 chercheurs originaires du monde entier ont participé à la première édition de l’atlas. Quelque 8 000 sites ont été étudiés, afin de dresser le portrait-robot électronique de 28 diasporas. Première découverte : la géographie du Web ne correspond pas à la répartition physique des diasporas dans le monde. Ainsi, un nombre important de sites se trouvent en Amérique du Nord, surtout aux Etats-Unis. C’est notamment le cas pour la diaspora palestinienne. Sur le Net, elle est organisée autour d’Electronic Intifada : créé par des citoyens américains d’origine palestinienne, le site est le plus fréquemment référencé.

Cartographier ces réseaux permet aussi d’analyser les liens entre les diasporas et leur pays d’origine. L’e-diaspora française – 1,6 million de Français vivent à l’étranger – est structurée à partir des sites institutionnels consacrés à l’expatriation, reflet d’une conception de l’Etat fort et protecteur. Par contraste, dans les cas du Maroc et du Mexique, les liens entre le réseau des diasporas et les sites officiels sont quasi inexistants.

Outre les réseaux, l’atlas étudie le type d’acteurs qui y participent : associations, blogueurs ou encore groupes de militants qui « parfois, comme dans le cas du «printemps arabe», parviennent à mobiliser et à influer sur les événements politiques ».

Enfin, il montre l’émergence de nouvelles diasporas qui se sont structurées avec l’arrivée du Web. C’est le cas de la diaspora ouïgoure, devenue à travers Internet le porte-voix des revendications politiques de cette minorité musulmane de Chine.

Novateur, le projet scientifique a également souhaité l’être dans sa restitution au public. Il se décline sur un site, des cartes imprimées, et une application gratuite sur iPhone permet pour chaque carte d’écouter l’analyse du chercheur. L’atlas, qui suscite l’intérêt de nouveaux chercheurs et universités étrangères, a vocation à évoluer – les réseaux Internet sont par définition mouvants – et à se développer. Des pans entiers du Web restent à explorer, souligne Dana Diminescu, tels que les importantes diasporas d’Afrique subsaharienne et du Brésil.
Charlotte Bozonnet