Tous les articles par umr7301

Soutenance de thèse – Kévin Mary – Les élites maliennes en quête d’Amérique

Migrinter a le plaisir d’annoncer que Kévin Mary soutiendra sa thèse de doctorat , spécialité Géographie physique, humaine, économique et régionale le vendredi 21 novembre 2014, à 13 h 45 à l’Amphi Victor Grignard, Bâtiment M., Campus I, Université de Caen.

LES ÉLITES MALIENNES EN QUÊTE D’AMÉRIQUE

Migrations internationales pour études

et enjeux d’une reproduction sociale inachevée

Membres du jury :

  • Jérôme LOMBARD, Directeur de recherche IRD, PRODIG  UMR 8586 CNRS, Université Paris I Panthéon – Sorbonne, rapporteur.
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeure émérite de Géographie, MIGRINTER UMR 7301 CNRS, Université de Poitiers, rapporteur.
  • Samba DIALLO, Professeur de Géographie, Recteur, Université de Bamako (MALI), examinateur.
  • Anne OUALLET, Professeure de Géographie, ESO UMR 6590 CNRS, Université de Rennes 2, examinateur
  • Patrick GONIN, Professeur de Géographie, RURALITES EA 2252, Université de Poitiers, co-directeur
  • Jean-Marc FOURNIER, Professeur de Géographie, ESO UMR 6590 CNRS, Université de Caen Basse-Normandie, co-directeur

 Résumé

LES ÉLITES MALIENNES EN QUÊTE D’AMÉRIQUE. Migrations internationales pour études et enjeux d’une reproduction sociale inachevée.

Ce travail prend pour objet les migrations pour études dans les familles d’élites au Mali, en s’intéressant à l’Amérique du Nord, une destination relativement méconnue des migrations maliennes. L’analyse montre que la mobilité pour études aux États-Unis et au Canada relève d’un fort attrait parmi les élites et s’inscrit plus généralement dans des modes de vie tournés vers l’extérieur. L’acquisition de diplômes nord-américains ne suffit cependant pas à garantir au Mali la reproduction des familles membres de l’élite. Si effectuer des études à l’étranger permet éventuellement de se projeter dans un avenir ailleurs que dans l’espace national, l’étude montre que l’accès à l’État, comme itinéraire d’accumulation le plus efficace, relève de critères plus ambigus. Cette recherche repose sur une pluralité de matériaux empiriques et des terrains multi situés : enquête par questionnaires à Bamako et terrains investis sur un mode plus qualitatif au Mali, aux États-Unis et au Canada.

Abstract

THE MALIAN ELITES IN SEARCH OF AMERICA.International student migrations and incompletion of social reproduction at stake.

This work explores student migrations within elite families in Mali. In particular, examining North America, which constitutes as an understudied destination of Malian international migrations. This study shows that academic mobility to the United States and Canada are appealing to the elites and more generally are part of a lifestyle turned towards the foreign environment. Nevertheless, back in Mali, obtaining North American degrees does not guarantee social reproduction among the members of elite families. Though studying outside of Mali may allow for the students to stay in Canada or the United States, this study highlights that working for the Malian State, which remains the best way to accumulate money in Mali, is based upon more ambiguous criteria. This research deploys several methological techniques targeting a variety of places: a questionnaire was administered in Bamako, while qualitative fieldwork was conducted in Mali, Canada and the United States.

Keywords: Social inequalities, international migrations, student migrations, elites, social reproduction.

Séminaire 25/09 : Ricard Morén-Alegret

SEMINAIRE DE RENTREE – Ricard Morén-Alegret

A la MSHS – Salle Gargantua – , le jeudi 25 septembre à 10:00, se tiendra le premier séminaire de laboratoire de l’année universitaire. Nous aurons le plaisir d’écouter Ricard Morén-Alegret (Université autonome de Barcelone) sur le thème « British immigration and sustainable small towns and rural areas« … Une présentation sans nul doute passionnante et qui raisonne avec beaucoup de nos travaux à Migrinter !

La recherche de Ricard Morén-Alegret porte sur l’étude de l’intégration des immigrants et le rôle des organisations dans la durabilité des petites villes et zones rurales européennes, le cas du Poitou-Charentes.


Travaux récents :

  • Fatorić, Sandra ; Morén-Alegret, Ricard ; Kasimis, Charalambos (2014) Exploring climate change effects in Euro-Mediterranean protected coastal wetlands : the cases of Aiguamolls de l’Empordà, Spain and Kotychi-Strofylia, Greece,  International Journal of Sustainable Development & World Ecology. DOI: 10.1080/13504509.2014.888377
  • Mendoza, Cristóbal ; Morén-Alegret, Ricard (2013) Exploring methods and techniques for the analysis of senses of place and migration, Progress in Human Geography, 37(6) 762–785.
  • Wladyka, Dawid ; Morén-Alegret, Ricard (2014) Polish immigration in Barcelona : The Sagrada Familia neighbourhood as an arena for interaction, International Migration, 52 (1), 146–164.


Page personnelle de Ricard Morén-Alegret

Séminaire « Mineurs en Migration » – 21/10/2014 – MSHS Poitiers

1er séminaire de l’Observatoire de la Migration des Mineurs
« Mineurs en Migration: Contextes d’origine,
questions juridiques et bonnes pratiques d’accueil »

Le séminaire aura lieu le 21 octobre

à la MSHS de Poitiers.

L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.

PROGRAMME

9h.- Présentation de l’Observatoire de la Migration de Mineurs.

9h.15- Daniel Senovilla, Chercheur, Migrinter, CNRS- Université de Poitiers & Corentin Bailleul, Chargé de projet MINAS, Migrinter, CNRS- Université de Poitiers : « L’intérêt supérieur des mineurs migrants : un principe de droit international régulièrement évoqué mais souvent bafoué ». À la lumière d’une analyse théorique et de quelques exemples pratiques nous préciserons les contours dela notion d’intérêt supérieur de l’enfant,de son interprétation et de son application (souvent défaillante) à la situation des mineurs migrants sans référents parentaux.

10h.30- Francesco Vacchiano, Docteur en Anthropologie et Psychologue clinicien, Instituto de Ciências Sociais, Lisbonne : « Entre responsabilité et désir : adolescents migrants au sud de la Méditerranée ». Cette contribution propose une réflexion sur la migration des adolescents à partir de l’analyse de leurs profils et leurs motivations observées au Maroc, en Tunisie et en Egypte. Les études sur ces contextes montrent que le départ est souvent vécu comme une revanche envers une société où l’on ne voit pas d’avenir, mais aussi comme une réalisation de soi à travers la conquête du bien-être et de l’appui à la famille. Dans ce sens, les jeunes migrants se représentent en tant que sujets actifs mais blessés, à la recherche d’une « citoyenneté matérielle » (pour eux et leur famille) basée sur des valeurs globales qui alimentent un puissant désir d’ailleurs.

11h.30-Nelly Robin, Chercheure, IRD-CEPED, Paris : « Mineurs en mobilité et territorialités du droit. De  l’Afrique subsaharienne au Maghreb ». Travailler sur la parole du migrant à partir des récits de vie permet de décrire les tensions entre les normes sociales (individuelles ou collectives) et les normes juridiques établies par les États. C’est en analysant dans l’acte individuel du migrant la part de ce qui relève d’une ressource ou d’une contrainte juridique que l’on entend révéler ce qui dans cet acte est conditionné par les politiques de contrôle des migrations. Ainsi, dans cette communication, ce sont les enjeux d’une judiciarisation de l’externalisation du contrôle des frontières de l’UE aux frontières des États membres de la CEDEAO qui sont implicitement posés.

14h.- Stéphanie Gernet, Anthropologue de la Santé et Pédiatre, Hôpital Garderose, Libourne, « ‘Passions ordinaires’ des jeunes mineurs isolés étrangers : l’exemple de la pratique sportive comme processus de transformation identitaire ». La question identitaire est au cœur de la problématique de prise en charge des mineurs isolés étrangers : ceux-ci oscillent souvent entre victimisation et criminalisation, considérés comme des étrangers avant d’être des enfants et subissant une forte injonction à « l’intégration ». Empruntant le concept de « passion ordinaire » à l’anthropologue Christian Bromberger, nous décrirons les processus identificatoires à l’œuvre dans le rapport qu’entretiennent certains jeunes avec le sport, leur permettant de complexifier leur identité sociale, au-delà de l’opposition binaire des figures de la victime ou de l’imposteur. Nous appuyant sur des exemples concrets, nous en discuterons les perspectives (en terme « d’intégration » et de mieux-être) et les écueils (quant aux risques d’instrumentalisation et de dépolitisation des faits sociaux).

15h.- Lutine De Wal Pastoor, NORDURM, Réseau de chercheurs nordiques sur les mineurs non accompagnés, Oslo, « Unaccompanied minors in Norway and in the other Nordic countries : issues of policy, practice and research »(présentation en anglais).Since the mid-nineties, there has been a marked increase in children and young people seeking asylum alone in Norway as well as in other Nordic countries. Even though the Nordic countries’ political and social welfare systems are rather similar, asylum policies and practices regarding refugee reception and resettlement may be quite different. The presentation will primarily deal with Norway but it will also draw on information from other Nordic countries. Furthermore, some of the activities of the Nordic Network for Research Cooperation on Unaccompanied Refugee Minors (NordURM) will be presented.

16h.15- Marie-Françoise Valette, MC, MIGRINTER, CNRS- Université de Poitiers, « La contribution des juridictions européennes à l’effectivité de la protection des mineurs étrangers isolés. Premier bilan (CEDH et CJUE) ». Bien que la prudence s’impose dans toute tentative de comparaison entre différentes affaires soumises à la CEDH, il semblerait que la jurisprudence strasbourgeoise n’ait pas retrouvé une inspiration favorable aux mineurs étrangers isolés depuis l’arrêt Rahimi contre Grèce. Presque à l’inverse, la CJUE surprend positivement par un arrêt rendu, en juin 2013, qui la conduit à reconnaître la spécificité de la situation du demandeur d’asile mineur isolé au nom de la prise en compte de l’intérêt supérieur de l’enfant.

17h.15- Présentation du livre « Movilidades adolescentes », SofíaLaiz, Esomi, Université de la Corogne

17h.30- Conclusion et perspectives de recherche

Ricard Morén-Alegret à Migrinter

Le laboratoire MIGRINTER est heureux d’accueillir Ricard Morén-Alegret du premier juillet au 30 septembre 2014. Ricard est chercheur et professeur de géographie humaine à l’Université Autonome de Barcelone (UAB). Il bénéficie d’une bourse de chercheur invité de la Région Poitou-Charentes.
Sa recherche porte sur l’étude de l’intégration des immigrants et le rôle des organisations dans la durabilité des petites villes et zones rurales européennes, le cas du Poitou-Charentes.
Ricard Morén-Alegret est installé dans le bureau « chercheurs invités » de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS). Il compte profiter de son séjour pour rencontrer les chercheurs du laboratoire et participer aux activités scientifiques de l’équipe.


Travaux récents :

  • Fatorić, Sandra ; Morén-Alegret, Ricard ; Kasimis, Charalambos (2014) Exploring climate change effects in Euro-Mediterranean protected coastal wetlands : the cases of Aiguamolls de l’Empordà, Spain and Kotychi-Strofylia, Greece,  International Journal of Sustainable Development & World Ecology. DOI: 10.1080/13504509.2014.888377
  • Mendoza, Cristóbal ; Morén-Alegret, Ricard (2013) Exploring methods and techniques for the analysis of senses of place and migration, Progress in Human Geography, 37(6) 762–785.
  • Wladyka, Dawid ; Morén-Alegret, Ricard (2014) Polish immigration in Barcelona : The Sagrada Familia neighbourhood as an arena for interaction, International Migration, 52 (1), 146–164.


Page personnelle de Ricard Morén-Alegret

Soutenance de thèse : Eleonora Guadagno

Eleonora GUADAGNO  soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie Politique et Sociale le 20 juin 2014 à l’Université de Poitiers, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société.

Intitulée  » Comment le phénomène du déplacement environnemental est-il perçu par les pays industrialisés ? Observations empiriques en Italie à partir des glissements de terrain à Sarno et à Cerzeto « , cette thèse a été réalisée sous la direction de Véronique LASSAILLY-JACOB et  François GEMENNE.

Membres du jury :

  • François GEMENNE, Chercheur qualifié FNRS, CEDEM, Université de Liège.
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite de Géographie, Université de Poitiers.
  • Étienne PIGUET, Professeur de Géographie, Université de Neuchâtel.
  • Philippe VENIER, Maître de Conférence de Géographie, Université de Poitiers.
  • Catherine WIHTOL DE WENDEN, Directrice de recherche CNRS, CERI, SciencesPo Paris.
  • Roger ZETTER, Professeur émérite en Refugee Studies, Université d’Oxford.

.oOo.

Résumé :

Comment le phénomène du déplacement environnemental est-il perçu par les pays industrialisés ? Observations empiriques en Italie à partir des glissements de terrain à Sarno et à Cerzeto

Cette recherche interroge la perception du phénomène des déplacés environnementaux dans les pays industrialisés à partir de l’observation de deux catastrophes en Italie. L’analyse de la gestion environnementale et de la vulnérabilité dans le contexte italien, ainsi qu’une étude qualitative sur la couverture médiatique, les discours politiques et le vécu des déplacements environnementaux causés par deux coulées de boue à Sarno (en 1998) et à Cerzeto (en 2005), ont révélé les limites de l’usage de ce concept. De plus, cette recherche a montré que ces déplacements se produisent également dans des pays industrialisés, contrairement aux débats théoriques, aux discours politiques et aux représentations médiatiques actuels, qui se focalisent sur les contextes géographiques spécifiques des pays en développement. Les raisons expliquant les différences dans les discours sur ce même phénomène sont ici enquêtées, avec des instruments propres à la géographie et à la science politique. Les résultats de l’analyse révèlent un dessein politique qui vise à instrumentaliser le débat dans le but de renforcer le déséquilibre des pouvoirs politiques dans les pays industrialisés et entre ces derniers et les pays en développement.

Mots clés : Pays industrialisés, Italie, Sarno, Cerzeto, coulées de boue, déplacés environnementaux, vulnérabilité, catastrophe, couverture médiatique, discours politique.

Soutenance de thèse : Iris Polyzos

Iris POLYZOS soutiendra publiquement sa thèse pour l’obtention du doctorat en Géographie le 24 juin 2014 à l’Université Technique Nationale d’Athènes.

Intitulée « Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio« , cette thèse a été réalisée en cotutelle entre le Département urbanisme et aménagement du territoire de l’École d’architecture de l’Université technique nationale d’Athènes et le Département de géographie de l’Université de Poitiers, sous la direction de Dina VAIOU et d’Emmanuel MA MUNG.

Membres du jury :

  • Roxane CAFTANTZOGLOU Directeur de Recherche, EKKE, Centre National de Recherches Sociales
  • Maria COUROUCLI Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire LESC et Directeur des études périodes modernes et contemporaines, École française d’Athènes (rapporteur)
  • Thomas MALOUTAS Professeur, Département de Géographie, Université Harokopio (rapporteur)
  • Emmanuel MA MUNG Directeur de Recherche CNRS, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Naïk MIRET Maître de Conférence, Laboratoire MIGRINTER, Université de Poitiers
  • Stavros STAVRIDIS Professeur assistant, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes
  • Dina VAIOU Professeur, École d’Architecture, Université Technique Nationale d’Athènes

-oOo-

Parcours des migrants et mutations sociospatiales à Athènes : le cas des commerçants chinois dans le quartier de Metaxourgio

Résumé : La relation entre immigrations et espace urbain connaît actuellement de profondes recompositions dans le contexte athénien. Des nouvelles territorialités voient le jour, induites surtout par des vagues migratoires récemment arrivées. Le but de cette thèse est d’étudier comment l’immigration chinoise, tout en faisant partie de ces vagues migratoires, se différencie et trace des parcours économiques et socio-spatiaux autres. Le principal quartier d’installation des ces migrants, situé dans la partie ouest du centre d’Athènes, est au cœur de notre recherche. La question centrale de notre thèse est, d’une part, d’identifier les caractéristiques du tissu social et urbain qui ont permit ce regroupement et, d’autre part, de voir quelles mutations découlent de la présence chinoise dans le quartier. La méthodologie adoptée fait appel à quatre outils principaux : entretiens semi-directifs avec des commerçants et habitants chinois et non chinois, enquête par questionnaire sur deux immeubles du terrain d’étude, relevés et observations du quartier en question, enfin, recueil et traitement des données encore non publiées.

Ce travail a suggéré qu’un « quartier chinois », tourné sur l’activité du commerce de gros, est en effet apparu. À côté de sa forte dimension économique, il s’agit d’un lieu de référence pour la population étudiée. Nous montrerons que ce regroupement ethnique coexiste avec d’autres dynamiques qui se manifestent dans le même espace. Les migrants chinois contribuent aux réhabilitations atypiques que connaît leur quartier d’installation, tandis que leur contribution procède de l’imbrication de l’échelle globale et de l’échelle locale. Faisant partie de la diaspora chinoise, ils mobilisent des réseaux transnationaux dans le processus de leur installation. En même temps, le quartier d’installation se transforme aussi pour devenir un nouveau pôle au sein de la toile migratoire chinoise. Finalement, cette étude a montré la nécessité de changer de regard sur la présence des migrants dans l’espace urbain. Contrairement au discours qui associe les migrants au déclin urbain, nous mettons l’accent sur l’aspect positif de leur rôle en tant qu’acteurs du changement urbain.

Accueil de Handerson Joseph

Le laboratoire MIGRINTER accueille du 18 au 21 février 2014 Handerson Joseph, enseignant-chercheur Haïtien à l’Université fédérale de Pelotas, au Brésil (UFPEL).

Handerson Joseph mène une recherche doctorale au NUCEC, département d’anthropologie sociale (PPGAS) du Musée national, à l’Université fédérale de Rio de Janeiro et en co-tutelle avec l’IRIS-EHESS. Ses thèmes de recherche portent sur le contenu ethnographique de diasporas et les expériences de mobilité des Haïtiens au Brésil, et comprend ainsi le Surinam, la Guyane française et Haïti.

Sa visite à Migrinter s’inscrit dans le cadre d’un programme de coopération CAPES-COFECUB* entre la France et le Brésil, sous le titre de projet  » Mode de gouvernement et pratiques économiques ordinaires « .

Handerson Joseph a profité des ressources disponibles au centre de documentation de Migrinter et il a présenté ses travaux de recherche lors de la réunion mensuelle du laboratoire, le 20 février.

—–

Vous pouvez le joindre à cette adresse : handersonj_82@yahoo.es

*CAPES-COFECUB = Coordination pour le perfectionnement du Personnel de l’Enseignement Supérieur, agence qui dépend du ministère de l’éducation au Brésil, et pour la France, le ministère des Affaires étrangères et européennes et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Soutenance de thèse d’Hélène Simon-Lorière

Hélène Simon-Lorière

présentera publiquement sa thèse

CONDITIONS DE VIE ET PROJETS MIGRATOIRES

DES RÉFUGIÉS LIBÉRIENS À CONAKRY (GUINÉE) ET ACCRA (GHANA)

le 13 décembre 2013 à 14h

en salle Mélusine, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société

(MSHS) – campus universitaire de Poitiers

Son travail a été mené sous la direction de Véronique Lassailly-Jacob et Monique Bertrand. Le jury sera composé de :

  • Monique BERTRAND, Directrice de recherche, Institut de Recherche pour le Développement (IRD), Département Sociétés
  • Mohamed Kamel DORAÏ, Chargé de recherche, Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS)
  • Catherine FOURNET-GUÉRIN, Maître de Conférences Habilitée à Diriger des Recherches,Université de Reims Champagne Ardenne (rapporteur)
  • France GUÉRIN-PACE, Directrice de recherche, Institut National des Études Démographiques(INED)
  • Véronique LASSAILLY-JACOB, Professeur émérite, Université de Poitiers
  • Marc-Antoine PÉROUSE DE MONTCLOS, Professeur, Université Paris 8, Institut Français deGéopolitique (rapporteur)

Résumé : Cette thèse de géographie s’est intéressée à la situation en 2008-2009 des réfugiés libériens dans deux capitales d’Afrique de l’Ouest, Conakry en Guinée et Accra au Ghana. À l’issue du conflit au Libéria, elle pose la question de l’avenir de ces réfugiés urbains dans ces deux pays proches du Libéria où ils avaient trouvé refuge entre 1990 et 2003. Inscrite dans le champ des Forced Migration Studies, elle interroge leurs conditions de vie et leurs projets migratoires : comptaient-ils rentrer au Libéria, rester dans ces pays d’asile ou bien partir pour d’autres destinations ? Leurs expériences de migration forcée sont replacées dans les contextes du conflit libérien et de l’accueil dans ces deux pays, puis présentées par la restitution de leurs parcours d’exil dans les pays de la Mano River. À travers la répartition géographique de ces réfugiés libériens, marquée par l’absence de camp à Conakry et la présence de celui de Buduburam en périphérie d’Accra, et à travers leurs modes de subsistance pour survivre et s’organiser dans chaque capitale, les processus de reterritorialisation sont interrogés. Enfin, la trilogie des « solutions durables » proposée par le HCR – rapatriement volontaire, intégration locale, réinstallation – est revisitée au prisme des tactiques migratoires post-conflit de ces réfugiés.

Mots clés : réfugiés urbains, migrations forcées, conditions de vie, projets migratoires, tactiques, réseaux sociaux, diaspora, Afrique de l’Ouest, Libéria, Guinée, Ghana, Conakry, Accra

 

Soutenance de thèse de Clara Rachel Eybalin Casséus

Le 02 décembre 2013 à 13 heures

salle Guillemet de l’Hôtel Fumé (Faculté des Sciences Humaines et Arts, Université de Poitiers – 8 rue Descartes),

Clara Rachel Eybalin Casséus

soutiendra sa thèse intitulée

« LES MIGRANTS, ACTEURS TRANSNATIONAUX DU DEVELOPPEMENT :

Les associations haïtiennes en France et jamaïcaines au Royaume-Uni« .

Ce travail de recherche doctorale a été préparé sous la direction de Patrick Gonin, Catherine Wihtol de Wenden et Cédric Audebert.

Composition du Jury :

  • Cédric Audebert, géographe, Chargé de recherche au CNRS
  • Hervé Domenach, Professeur de démographie, Université de Provence (rapporteur)
  • Patrick Gonin, Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Danièle Joly, Professor of Sociology, University of Warwick
  • Françoise Lorcerie, politologue, Directrice de recherche au CNRS (rapporteur)
  • Emmanuel Ma Mung, géographe, Directeur de recherche au CNRS
  • Marc-Antoine Pérouse de Montclos, Professeur de sciences politiques, Université Paris 8
  • Catherine Wihtol De Wenden, politologue, directrice de recherche au CNRS

Résumé :
Dans un contexte où l’importance croissante de la mondialisation des flux migratoires en provenance de la région caraïbéenne s’intensifie et se diversifie, une prise en compte plus détaillée de l’évolution des stratégies de migrants au sein des sociétés d’accueil et de leur impact socioéconomique et politique sur les sociétés de départ s’impose. Notre thèse déclinée en trois parties s’inscrit précisément dans une réflexion sur l’engagement associatif à distance du migrant-acteur haïtien et jamaïcain, dans un cadre institutionnel français pour l’un et britannique pour l’autre. Au cœur d’un dispositif qui lie responsables locaux du pays d’origine et élus de la société d’accueil mettant en interaction différentes formes d’intervention de l’État d’origine, comment donc ce dernier peut-il alors agir et avoir un rôle incitatif en favorisant la participation de cette communauté transnationale ou encore en coordonnant des actions des associations de migrants ? En quoi le cadre associatif transnational est-il favorable au développement dans le contexte haïtien/ jamaïcain ? En considérant l’émergence puis l’évolution du tissu associatif haïtien en terre française, et celles du tissu associatif jamaïcain en terre britannique, nous avons voulu chercher à comprendre les motivations derrière l’engagement de porter des projets de développement dans le pays d’origine. Notre travail de terrain,ainsi que notre dispositif méthodologique dans une approche de terrain multi-situé, nous a permis de mieux saisir les mécanismes de solidarité collective et de mise en commun de ressources pour absorber les risques.

Partant d’un fait observé, une dynamique associative, qui s’est amplifiée au lendemain du séisme en Haïti de janvier 2010, nous avons mis en évidence trois éléments-clés : la pertinence du sentiment d’appartenance au sein des associations de migrants, l’importance capitale du rapport que l’État d’origine entretient avec ses migrants et enfin l’évolution croissante, diversifiée et complexe d’une mobilisation associative tantôt par le bas (cas haïtien), tantôt par le haut (cas jamaïcain), au cœur d’une coopération de proximité. Le degré et la nature du transnationalisme associatif observé dans le cas haïtien et jamaïcain dépendent de ces trois aspects à partir desquels nous pouvons rendre compte de la viabilité d’un modèle interactif entre État et associations de migrants, celles-ci agissant en véritables acteurs dans un partenariat citoyen, de l’échelle transnationale à l’échelle locale, où s’inscrivent des projets de développement dans un cadre décentralisé dans une logique de coopération de proximité, tant en Jamaïque qu’en Haïti.

Mots clefs : Transnationalisme associatif, citoyenneté, association de migrants, Haïti, France, Jamaïque, Royaume-Uni,État diasporique, coopération de proximité, développement local, géographie politique

Cédric Audebert lauréat 2013 de la Caribbean Studies Association Award

 Le 6 juin 2013, lors de la 38e conférence annuelle de la Caribbean Studies Association à Grand’Anse (île de la Grenade), Cédric Audebert, géographe du CNRS et directeur adjoint du laboratoire Migrinter, s’est vu remettre la Caribbean Studies Association Award 2013.

Cette distinction vient à la fois couronner les efforts institutionnels de ce chercheur pour une intégration plus poussée et une meilleure visibilité de la recherche francophone en sciences sociales dans les réseaux académiques internationaux caribéens, et un parcours de recherche mettant les migrations, l’hybridité culturelle et le rapport à l’espace au cœur de la compréhension des sociétés caribéennes contemporaines.

Dans le cadre plus spécifique de la CSA, sa fonction d’associate editor de la publication de l’association (2006-2012) et de relais pour le monde francophone lui ont permis d’apporter une contribution décisive au rapprochement entre chercheurs de diverses aires linguistiques de la région, au dialogue entre différentes traditions de recherche à l’œuvre dans le bassin caribéen et en Amérique du Nord, et à la circulation de l’information sur les programmes et réseaux de recherche initiés dans le monde francophone sur la Caraïbe.

Ses recherches sur la territorialisation des dynamiques migratoires caribéennes se fondent à la fois : sur le contexte géopolitique, géoéconomique et historique de ces migrations dans le cadre du rôle des métropoles-interfaces dans ce processus de régionalisation, de polarisation et de transnationalisation des flux marchands, humains et financiers, et de la contextualisation historique du fait migratoire dans la Caraïbe pour comprendre comment les mobilités actuelles dans cette partie du monde s’inscrivent dans l’héritage d’une culture et d’une pratique anciennes de la mobilité ; et sur leurs incidences sociales et spatiales dans les métropoles d’installation aux Etats-Unis, à travers leur insertion sociale en lien avec l’altérisation dont ils peuvent faire l’objet, et leur territorialisation résidentielle, symbolique (toponymique, culturelle), marchande et politique (électorale notamment). Ses réflexions sont venues à point nommé pour nourrir le thème de la conférence de la CSA de cette année : « Espaces et institutions de la Caraïbe : Contester les paradigmes du ‘développement’ au 21e siècle ».

 

Soutenance de thèse – Karen Akoka – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 14h30, Karen Akoka présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« La fabrique du réfugié à l’OFPRA (1952-1992) :

du consulat des réfugiés à l’administration des demandeurs d’asile »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Karen Akoka exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Kamel DORAI, Chargée de recherche, CNRS
  • Stéphane DUFOIX, Maître de conférences HDR, Université Paris 10 – Nanterre
  • Yasmine SIBLOT, Professeure des Universités, Université de Paris 8
  • Alexis SPIRE, Directeur de recherche, CNRS
  • Alain TARRIUS, Professeur émérite, Université Toulouse 2 – Le Mirail
  • Patrick Weil, Directeur de recherche, CNRS – Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Résumé : Cette thèse revient sur quarante ans de « fabrication » des réfugiés par l’Office Français de Protection des Réfugiés et des Apatrides (Ofpra) depuis sa création en 1952, où il s’apparente à un consulat pour les réfugiés, jusqu’en 1992, où s’achève sa reconfiguration en administration des demandeurs d’asile. Elle retrace ce faisant la carrière et la trajectoire de la catégorie d’intervention publique du réfugié. Au cours de cette période, la question de l’asile est en effet reformulée en passant du « problème » des réfugiés, à celui des demandeurs d’asile, désignant à chaque fois une catégorie cible à destination de laquelle l’action publique s’oriente en guise de solution. Cette thèse qui appréhende la catégorie de réfugié à partir de ses usages montre qu’il n’y a pas de réfugié « naturel », auquel correspondraient ou non les candidats à l’asile, de la même manière que la Convention de Genève ou la loi sur la création de l’Ofpra ne peuvent être considérées comme des textes neutres qui seraient applicables de façon objective si tant est que les institutions chargées de le faire soient indépendantes. Politiquement et historiquement situés, ces textes n’en sont pas moins des textes flous pouvant être interprétés de manière différente selon les besoins et les périodes. La recherche menée fait ainsi apparaître une catégorie de réfugié qui se reconfigure avec les transformations de l’institution chargée de l’attribuer : celles du profil et des trajectoires sociales de ses agents, de leurs pratiques et des dispositifs organisationnels qui les encadrent, eux-mêmes articulés à des politiques publiques spécifiques. Analyse du travail administratif sur le temps long et en actes, davantage qu’une étude des règles formelles du droit, cette recherche aborde quarante ans de pratiques d’attribution du statut de réfugié au sein d’une administration dont l’histoire n’a été que peu explorée par la recherche. Elle repose tant sur l’analyse d’archives que sur un corpus d’entretiens avec ses agents et s’inscrit à l’articulation d’une sociohistoire des institutions, d’une sociologie de l’action publique et d’une sociologie des formes étatiques de classification.

Soutenance de thèse – Suzanne Menhem – 20-12-2012

Le 20 décembre 2012 à 10 heures, Suzanne Menhem présentera ses travaux de recherche en vue de l’obtention du diplôme de docteure de l’Université de Poitiers, en Sciences de la Société.  Le volume porte en titre :

« LES NOUVEAUX MIGRANTS AU LIBAN :

VERS UNE ETHNICISATION DU MARCHÉ DE L’EMPLOI »

La soutenance publique se déroulera à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société [MSHS – 5 rue Théodore Lefebvre, 86000 Poitiers], dans la salle Mélusine.

Suzanne Menhem exposera ses travaux devant un jury composé de :

  • Agnès DEBOULET
    • Professeure de Sociologie, Université Paris VIII
  • Elisabeth LONGUENESSE
    • Chargée de recherche, CNRS , HDR , Directrice du Département Scientifiques des Études Contemporaines à l’Ifpo
  • Frédéric MAATOUK
    • Doyen de l’Institut des Sciences Sociales et Professeur de Sociologie à l’Université Libanaise
  • Sari HANAFI
    • Professeur de Sociologie, Department of Sociology, Anthropology & Media Studies, American University of Beirut
  • Stéphane de TAPIA
    • Directeur de recherche, CNRS
  • Véronique LASSAILLY-JACOB
    • Professeure de Géographie à l’Université de Poitiers, membre de Migrinter.

Comment questionner les liens entre migrations et développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

[ Publié le lundi 08 octobre 2012 par Loïc Le Pape sur le site de Calenda]

Colloque international

sur les migrations internationales

Dschang (Cameroun), 29-12-2012

 

Résumé : Les migrations font débat dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Annonce

Argumentaire

A la suite du Séminaire-atelier international tenu à Dschang les 4-5-6 janvier 2012 et intitulé « Migrations internationales et développement local : quelles synergies ?», l’Université de Dschang en partenariat avec l’Université de Poitiers et le laboratoire de recherche MIGRINTER annonce l’organisation d’un colloque scientifique international prévu à l’Université de Dschang au Cameroun aux dates de 6-7-8 novembre 2013.  Ce colloque s’articulera autour de la thématique suivante : Comment questionner les liens Migrations et Développement dans les Afriques de l’Ouest et du Centre ?

En effet, les migrations font débats dans les sociétés de départ, de transit et d’arrivée. Elles sont soit intimement liées à l’amélioration des conditions de vie des uns et aux profits de quelques autres, soit aux déplacements forcés, aux drames humains ou aux exploitations issues d’un temps que l’on pourrait espérer révolu. Ces ambivalences lient de fait les migrations internationales à la question du « développement » que ce colloque ambitionne de revisiter en explorant entre autres les rapports modulés que les migrants entretiennent à l’ordre institutionnel et aux dynamiques socio-spatiales qu’ils incorporent ou modifient à diverses échelles et de différentes manières. Cette approche s’opèrera dans une perspective comparative féconde des travaux de terrains divers, aussi bien d’Afrique de l’Ouest que d’Afrique du Centre.

Les travaux du colloque s’articuleront autour de quatre axes.

En ouverture du colloque, le premier axe consistant à interroger la construction de politiques migratoires aux Suds, réservera la parole à de Grands Témoins (acteurs politiques, des organisations internationales et intergouvernementales, de la société civile). Il s’agira ainsi de témoignages croisés sur la construction des politiques migratoires dans les pays du Sud et sur les représentations des ressortissants de l’extérieur dans les instances nationales de décisions.

Le second axe interrogera les missions des structures dont le caractère humanitaire fortement urgentiste cède aussi le pas au caractère développementaliste pour lequel, elles n’avaient pas vocation. A contrario, nombre de structures développementalistes se trouvent aussi bien souvent, malgré elles ou pas, dans l’obligation de gérer l’urgence. Aujourd’hui, l’action humanitaire et le développement local concernent les espaces ruraux mais aussi le monde urbain et nous incitent à interroger non seulement leur pertinence et leurs objectifs mais aussi les stratégies d’adaptation des « acteurs d’en bas » face aux mutations des formes d’interventions des organisations internationales et des Etats. Quels rôles jouent les ONG urgentistes et développementalistes ? Comment s’accordent-elles quand la situation sur le terrain requiert simultanément actions d’urgence et processus de développement ? Quelles sont les lignes de démarcation pouvant permettre de distinguer l’urgence du développement ou tout au moins comment et par quelle méthode circonscrire les plages de chevauchement possibles et éventuelles entre ces deux notions apparemment disjointes ?

Le troisième axe vise à mettre en lumière les retombées des mouvements migratoires, perçues à travers la problématique des remises de migrants. Partant du constat unanime de l’ensemble des acteurs majeurs tels que la Banque Mondiale quant à l’efficacité de la participation des migrants internationaux au développement de leur pays d’origine par le biais de leurs transferts financiers, cet axe de réflexion ambitionne d’expliciter les conséquences des migrations dans les familles mais aussi à l’échelle des villages, des quartiers et des communes. Par leurs remises, les migrants mettent en œuvre des actions dont les effets varient en fonction des rapports de diverses natures entretenus dans les différents territoires. Quelles sont les logiques sous-tendant les choix de migrants à investir ou s’investir dans les différents types de projets ? Quelles constructions identitaires en résultent ? À quelles incidences peut-on s’attendre sur la gouvernance locale et dans la sphère politique à différentes échelles ? Autant de questionnements auxquels ce troisième axe escompte apporter davantage de lisibilité, dans une perspective de renouvellement autant théorique et méthodologique qu’empirique et pratique.

Enfin, le quatrième axe intitulé « Les acteurs intermédiaires des transformations sociales et spatiales » a pour but de questionner par l’étude des types d’engagement et d’investissement  le rôle des migrants et de leurs partenaires dans les perturbations et les évolutions des sociétés d’origine. Il permettra de procéder au décryptage des différentes catégories (migrants qualifiés, étudiants, passeurs de développement entre territoires, entrepreneurs à divers titres, etc…) et de leur fluidité influençant les parcours et dynamiques migratoires.

En appui à ces quatre axes qui occuperont les deux premières journées du colloque, la troisième journée sera consacrée à une excursion sur le terrain afin de prendre la mesure des réalités théoriques dont il aura été question lors de nos travaux. La visite des cases patrimoniales dans le sillage du parcours de la route des chefferies proposé par le programme éponyme permettra ainsi de clôturer le colloque.

Responsables scientifiques

  • Pierre Kamdem, Enseignant-chercheur, Université de Dschang
  • Nathalie Kotlok, Enseignant-chercheur, Université de Poitiers

Comité scientifique en cours de constitution

Organisateurs

  • Université de Dschang, Cameroun
  • Université de Poitiers, France
  • Laboratoire MIGRINTER UMR-CNRS-7301

Lieu : Université de Dschang, Cameroun

Dates : samedi 29 décembre 2012

Contacts

  • Pierre Kamdemcourriel : pierre [dot] kamdem [at] yahoo [dot] fr
  • Nathalie Kotlok – courriel : nathalie [dot] kotlok [at] univ-poitiers [dot] fr

Source de l’information : Pierre Kamdem