Tous les articles par umr7301

Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Conférence

Lundi 19 octobre 2015 – 18h30

La gestion frontalière au Moyen-Orient en période de conflits : circulations migratoires, enjeux économiques, stratégies sécuritaires

Cyril Roussel, géographe, chargé de recherche CNRS

L’intervention portera sur les modes de gestion frontalière au Moyen-Orient en période de confits. Continuer la lecture de Conférence Cyril Roussel « La gestion frontalière au Moyen-Orient »

Programme des conférences à l’Espace Mendès-France

LES ATELIERS DES CHERCHEUR(E)S:

ÉTUDIER LES MIGRATIONS INTERNATIONALES ET LES LUTTES CONTRE LES DISCRIMINATIONS

Cycle de conférences organisé par l’Espace Mendès-France en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales: Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 7301 CNRS-Université de Poitiers).  Continuer la lecture de Programme des conférences à l’Espace Mendès-France

La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

 URMISCIST – MIGRINTER

JOURNEE  D’ETUDES.

La  circulation  et  le  retour  à  l’épreuve  des  contraintes migratoires ?

Dates : 25 septembre 2015 de 9h30 à 18h

Lieu : Université Paris-­Diderot, URMIS, Bâtiment Olympe de Gouges, Salle 267
Continuer la lecture de La circulation et le retour à l’épreuve des contraintes migratoires ?

Soutenance de thèse – Guillaume Le Roux – Changement urbain à Bogota

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en géographie

présentée par Guillaume Le Roux

Lundi 6 juillet 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

(Re)connaître le stade de peuplement actuel des grandes villes latino-américaines. Diversification des parcours des habitants et des échelles du changement urbain à Bogotá (Colombie).

(sous la direction de Françoise Dureau et Christophe Imbert)

Cette thèse propose une analyse du changement urbain récent à Bogotá en termes de « stade de peuplement ». Ce dernier se caractérise actuellement dans la capitale colombienne par un ralentissement de la croissance démographique et une diversification des origines des flux migratoires. Il fait suite à un stade au cours duquel Bogotá a connu, à l’image de nombreuses autres grandes villes latino-américaines, un exode rural massif et des taux de croissance sans précédent. A travers une approche par les mobilités spatiales, cette thèse explore les caractéristiques de ce nouveau stade de peuplement. Elle montre la manière dont les changements de composition de la population et les évolutions des expériences des habitants, dans et hors de la ville, accompagnent la superposition croissante de processus de métropolisation et de densification de l’espace urbanisé, et contribuent à la complexification des divisions sociales de l’espace. La méthode proposée s’appuie sur l’exploitation de deux enquêtes biographiques sur les mobilités spatiales réalisées à Bogotá à 16 ans d’intervalle et de données de recensement géolocalisées. Elle combine une approche à l’échelle globale de l’agglomération et une autre à l’échelle de quartiers illustratifs de transformations en cours.

Membres du jury :

  • Françoise DUREAU, Directrice de recherche honoraire, IRD
  • Christophe IMBERT, Maître de conférences, Université de Poitiers
  • Jean-Pierre LÉVY, Directeur de recherche, CNRS
  • Evelyne MESCLIER, Directrice de recherche, IRD
  • Marie PIRON, Chargée de recherche, IRD
  • Lena SANDERS, Directrice de recherche, CNRS

Soutenance de thèse – Victoire Cottereau – Les « invisibles » de l’hôpital

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en géographie

présentée par Victoire Cottereau

Mercredi 24 juin 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

« Les « invisibles » de l’hôpital: Parcours et projets migratoires des praticiens à diplôme hors Union européenne (PADHUE) dans la région Poitou-Charentes »

(sous la direction d’Emmanuel Ma Mung, directeur de recherche au CNRS, et d’Anne-Cécile Hoyez, chargée de recherche au CNRS)

 

La démographie médicale française présente aujourd’hui des disparités territoriales dans la répartition des praticiens de santé. Ces déséquilibres sont en partie liés à des déficits de praticiens dans les hôpitaux de pôles urbains secondaires et à des stratégies d’évitement de certaines zones urbaines défavorisées ou rurales par les nouvelles générations de médecins. C’est dans ce contexte de « pénurie localisée » de médecins diplômés en France que l’État a ouvert ses hôpitaux aux praticiens à diplôme hors Union européenne (PADHUE) dans les années 1980. Cette recherche doctorale propose de croiser géographie des migrations internationales et géographie de la santé pour étudier cette catégorie particulière de médecins au sein de la région Poitou-Charentes. Elle interroge notamment la présence, la répartition géographique, les conditions d’exercice de ces médecins ainsi que les parcours et les projets migratoires de ces migrants hautement qualifiés. Cette thèse analyse le contexte dans lequel cette migration a pris place, l’évolution de celui-ci, mais également les ressorts et la manière dont les « invisibles » de l’hôpital font preuve pour pouvoir pleinement intégrer le corps médical français.

ABSTRACT – The « invisible » of the hospital: migratory paths and projects of health practitioners qualified outside the European Union in the Poitou-Charentes region (France)French medical demography currently shows territorial disparities in health practitioners’ distribution. These imbalances are partially linked to a lack of health practitioners in hospitals established in secondary urban poles. Also, this is due to strategies of avoidance of certain disadvantaged areas (with rural or urban background) by young generations of doctors. In this context of « localized shortage » of doctors graduated in French universities, the country has opened its hospitals to practitioners qualified outside the European Union in the 1980s. This doctoral research proposes to study this particular category of doctors in the Poitou-Charentes region (France); for that, this work crosses geography of international migrations and health geography. This study questions the presence, geographical distribution, conditions of exercise and trajectory and projects of these highly skilled migrants. This doctoral thesis analyzes the context in which this migration took place, its evolution and the issues and challenges for these « invisible » to fully integrate the French medical profession.

Composition du jury

  • Sébastien Fleuret, Directeur de recherche CNRS, ESO, Université d’Angers (examinateur)
  • Anne-Cécile Hoyez, Chargée de recherche CNRS, ESO, Université de Rennes 2 (co-directrice)
  • Emmanuel Ma Mung, Directeur de recherche CNRS, MIGRINTER, Université de Poitiers (co-directeur)
  • Jean-Baptiste Meyer, Directeur de recherche IRD, LPED, Université d’Aix-Marseille (rapporteur)
  • Nelly Robin, Chargée de recherche (HDR), IRD, CEPED & MIGRINTER, Université de Poitiers (examinatrice)
  • Alain Vaguet, Maître de conférences (HDR), MTG, Université de Rouen (rapporteur)

 _oOo_

Après la soutenance, l’impétrante vous invitera à un cocktail chaleureux.

 

2e séminaire annuel du réseau Migrations – Poitiers 16/17 juin 2015

L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs 

The migratory experience: speech and methodologies

IIe séminaire annuel du réseau Migrations
2nd annual seminar of the Migrations Network
RÉSUMÉ
Nous aborderons lors de ce séminaire annuel l’expérience migratoire aux prismes de la parole des premiers concernés et des dispositifs qui la façonnent, au cours de deux journées ainsi rassemblées sous la thématique « L’expérience migratoire : de la parole aux dispositifs ». Ces deux journées seront en partie dédiées à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le réseau depuis juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.
ANNONCE

Présentation

Pour son deuxième séminaire annuel, le réseau Migrations invite tout.e jeune chercheur.e dont les travaux s’intéressent aux thématiques migratoires, à venir faire connaissance, s’exprimer, partager ses idées et présenter une partie de ses recherches dans le cadre d’une double journée sur la thématique ci-après développée.
Le réseau Migrations existe depuis Juin 2014 et entend rassembler les jeunes chercheur.e.s dont les travaux placent la question des migrations au cœur de leurs préoccupations. Incluant des doctorant.e.s, des étudiant.e.s en Master, des post-doctorant.e.s et des chercheur.e.s non-titulaires, il a vocation à leur offrir un espace transdisciplinaire, professionnel comme informel, d’échange, d’entraide et de réflexion, et à servir de plateforme pour promouvoir leurs recherches, notamment dans le contexte d’événements scientifiques organisés à ces desseins.
Cet appel à contribution s’adresse ainsi aux doctorant.e.s et post-doctorant.e.s travaillant sur les migrations internationales. Toutes les propositions de communication traitant des migrations, sous un angle géographique, sociologique, anthropologique, historique, politique, économique, démographique ou littéraire seront examinées.
Informations sur le réseau : http://reseaumig.hypotheses.org/

Programme prévisionnel et argumentaire général

16 juin 2015 : «Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire »
17 juin 2015 « Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire », vie du réseau et clôture du séminaire »
Ce séminaire s’envisage comme une réflexion au carrefour de deux questions: comment produire des connaissances scientifiques à partir du recueil de récits d’expérience migratoire d’une part et d’autre part, à partir de l’étude des réseaux de significations auxquels renvoient les cadres de réalisation de cette expérience ? Comment définir l’expérience migratoire ? Comment en rendre compte ? Quels sont les rapports entre l’expérience migratoire d’un individu et ses autres formes d’expérience de vie ? En quoi les conditions de réalisation de l’expérience participent-t-elles du façonnement de cette dernière et des interprétations qui en résultent ?
Il s’agit ici de restituer la parole aux acteurs et de considérer la migration en tant qu’une « expérience » de soi, d’autrui et du monde. Les cadres institutionnels et/ou symboliques contribuent à orienter les conditions de réalisation de cette expérience et ses logiques d’interprétation. Aussi, tenter d’appréhender l’expérience migratoire des individus engage le chercheur à entrer vis-à-vis de son objet dans une posture compréhensive. Selon sa démarche, il peut s’intéresser à l’étude des environnements sociohistoriques dans lesquels s’inscrit l’individu, aux structures et/ou aux circonstances situationnelles susceptibles d’en déterminer les dynamiques mobilitaires, ou encore, aux représentations sociales qui sous-tendent l’agir de l’individu.
De la parole des individus à l’analyse des cadres depuis lesquels se pensent et s’opèrent les migrations, c’est dans les embranchements et les intrications de ces perspectives de recherche que nous voulons interroger les processus qui donnent forme à l’ « expérience migratoire ».

Première journée

Saisir la parole des premiers concernés pour comprendre l’expérience migratoire

Cette première journée s’intéressera à considérer la diversité des parcours et des trajectoires de candidats à la migration, migrants, et immigrés à partir de la parole des premiers concernés : comment saisir à travers les récits de soi et les trajectoires biographiques racontées, ce que recouvre le terme d’  « expérience migratoire » ? C’est une expression dont nous faisons un grand usage dans nos recherches et qui se restreint souvent à une succession d’étapes. Alors que, toutefois, l’analyse des discours des enquêtés en vue de saisir ce que l’individu tient pour vrai peut grandement éclairer ce que nous entendons par « expérience migratoire ». Aussi, il s’agira également de considérer comment le chercheur doit-il s’interroger pour formuler, à partir de la parole des migrants, des interprétations rigoureuses susceptibles d’être tenues pour justes et possibles. Dans son effort de compréhension, l’enquêteur devra chercher à quitter, en partie, son monde de langages pour entrer dans celui de l’enquêté. C’est à partir de ce renversement que peut s’ouvrir une démarche de recherche, dans laquelle le récit devient le lieu même où se construit la connaissance de l’existence humaine en général et celle de l’expérience migratoire, pour ce qui nous intéresse plus particulièrement.
Pour cette première journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches la parole de celles et ceux qui vivent l’expérience de la migration, quel que soit leur statut, les formes du déplacement envisagé, effectué ou en cours. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des parcours et des expériences mais aussi des méthodes de recherche susceptibles d’être au plus près de ces expériences telles que vécues. 

Deuxième journée

Regards sur les cadres de réalisation de l’expérience migratoire

Les migrations se vivent dans le monde, mais que faut-il comprendre par « le monde »? S’agit-il du monde tel qu’on le vit et tel qu’on l’éprouve ? Du monde tel qu’on le dit et se le représente ? Comment le chercheur peut-il considérer les cadres d’existence à partir desquels se réalise et se déploie l’expérience migratoire ? Quels sont ces cadres ? Les situations de guerre et de terrorisme, le réchauffement climatique, les drames écologiques, l’endettement et le chômage de masse constituent aujourd’hui autant de cadres de configuration qui façonnent l’expérience de la migration et de la mobilité plus généralement. C’est également au prisme de ces cadres que nous pouvons alors revenir à une question primordiale : qui fait l’expérience de la migration ? Le jeune candidat au départ mais contraint à la fixation, ne pouvant obtenir un visa, n’en fait-il pas l’expérience? Au regard des représentations sociales dont il peut être l’objet, un ancien immigré de retour dans son pays d’origine fait-il encore l’expérience de la migration ? Les déplacés forcés font-ils de la migration une « expérience » ? Ces questionnements ont en commun d’interroger également l’ « expérience migratoire ».
Pour cette deuxième journée, nous invitons des communications dont les travaux mettent au centre de leurs recherches les cadres (politiques, économiques, sociaux etc.) de réalisation de l’expérience migratoire. L’objectif sera d’interroger l’ « expérience migratoire », au regard des contraintes et des influences de ces cadres sur les parcours et les expériences migratoires, mais aussi au regard des représentations sociales de la migration, à l’origine desquelles peuvent être ces dispositifs. 

La Session Poster : des communications orales aux communications murales

En plus des présentations orales, une salle sera mise à disposition pour une exposition de posters tout au long de ces deux journées. Cette initiative a pour objectifs de favoriser le partage des connaissances scientifiques mais aussi de valoriser les pratiques et les expériences dans le champ d’étude des migrations. La session posters permettra alors de restituer la diversité des approches méthodologiques, des outils de recherche mobilisés et des résultats obtenus par de jeunes chercheur.e.s sous une forme illustrée. Par ailleurs, elle ouvre la possibilité de faire connaître et de valoriser une pluralité de recherches doctorales en cours, dans l’objectif de constituer et d’élargir le réseau des jeunes chercheur.e.s étudiant dans le domaine des migrations. Tou.te.s les intéressé.s peuvent y participer, sans obligation de présenter une communication dans le cadre du séminaire. Une inauguration suivie d’une présentation des travaux par leurs auteur.e.s au public sera prévue dans le programme définitif du séminaire. La présence des auteur.e.s est donc requise. Le format de présentation est une affiche 80 cm x 100 cm ou A0 (verticale ou horizontale).

Consignes de proposition de communication

Pour proposer une intervention, la personne souhaitant communiquer devra faire parvenir, en un seul fichier pdf, au comité d’organisation du séminaire
  •  le thème de la journée retenu pour intervenir (journée 1 ou 2)
  •  le titre de la proposition
  •  le type de communication (communication classique ou poster)
  •  un résumé de 500 mots maximum de la proposition de communication
  •  un CV (comprenant nom, prénom, coordonnées précises, statut, organisme d’affiliation, adresse, numéro de téléphone, adresse mél et intérêts de recherche)
La date limite de soumission des propositions est au

20 avril 2015 inclus.

Les résultats de la sélection seront indiqués à partir du  27 avril 2015, après réunion du comité d’organisation du séminaire.
Pour les personnes qui interviendront lors des deux journées sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. 

Comité scientifique

  • Amanda DA SILVA, Université de Liège (ISHS / CEDEM)
  • Mike GADRAS, Université Paris 13 Sorbonne Paris cité (EXPERICE)
  • Cécile GIRAUD, Université Catholique de Louvain (Centre d’Étude du Développement)
  • Hicham JAMID, Université Ibn Zohr d’Agadir (LEMASE) et CNAM Paris (LISE)
  • Josepha MILAZZO, Université d’Aix-Marseille (TELEMME) et Université Autonome de Barcelone (Grup de Recerca sobre Migracions)
  • Kelly POULET, Université de Picardie Jules Verne (CURAPP-ESS)
  • David VIGNERON, Université de Rouen (IDEES / GRIP)

Comité logistique :

  • Lucie BACON, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Martine BROUILLETTE, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Fanny CHRISTOU, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université Américaine de Beyrouth et Sciences Po Paris (CERI)
  • Amandine DESILLE, Université de Poitiers (MIGRINTER) et Université de Tel Aviv (School of Geography and Human Environment)
  • Eleonora GUADAGNO, Université de Poitiers (MIGRINTER)
  • Zhipeng LI, Université de Poitiers (MIGRINTER)

Voir aussi l’annonce sur le site du réseau Migrations (http://reseaumig.hypotheses.org/277) et sur calenda (http://calenda.org/324085)

 

Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises

Le 19 mars 2015, s’est tenue une session du séminaire « Sources et Méthodes » du laboratoire Migrinter. Pierre PISTRE était invité à présenter ses travaux autour du thème « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Post-doctorant à l’IFSTARR-AME-DEST (l’Institut Français des Sciences et Technologie des Transports, de l’Aménagement et des Réseaux) et chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités, il a réalisé sa thèse sur le renouveau démographique des campagnes françaises. Il travaille actuellement sur un programme de recherche PREDIT portant sur « La face cachée de la dynamique de la mobilité : rôle des zones peu denses dans l’évolution à long terme des territoires et de la mobilité ».

Issue des résultats de sa recherche doctorale, son intervention entend interroger le renouveau des campagnes françaises sous l’angle de la pluralité des processus, des territoires en jeu et des acteurs impliqués. Ses recherches s’appuient sur le parti-pris suivant : considérer les campagnes et leurs dynamiques sociodémographiques avec un regard décalé, nonurbano-centré, en soulevant notamment l’hypothèse de reprises démographiques au-delà de la proche influence urbaine.

Son analyse repose en majorité sur des sources quantitatives. A partir de l’exploitation de données de recensement à l’échelle des bassins de vie, il propose une typologie des campagnes françaises en 6 classes : les campagnes des villes, parmi lesquelles il distingue les campagnes aisées et attractives de longue date des campagnes jeunes et en voie de périurbanisation ; les campagnes productives, au sein desquelles on compte les bassins de vie à dominante ouvrière et industrielles et les campagnes vieillies et agricoles ; les campagnes présentielles, parmi lesquelles, on distingue celles à attractivité résidentielle et touristique de celles à économie touristique, littorale ou montagnarde.

Cette approche typologique envisage donc le « rural » non pas comme un résidu de l’urbain, mais comme un ensemble d’attributs « positifs » spécifiques au monde rural. En complément de cette typologie obtenue à partir de données statistiques, P. Pistre a réalisé trois terrains d’enquête au sein de communautés de communes du sud de la France : en Haute-Vienne, en Haute-Provenance et dans le Haut-Languedoc.

Sa présentation est composée de deux parties : dans un premier temps, il est question des « migrations résidentielles », c’est-à-dire des transferts de population d’un lieu à l’autre, observés à partir d’un point de vue macro. Cette partie s’appuie en effet sur les données agrégées des migrations et sur les caractéristiques des migrants à partir des recensements. Le constat tiré de l’analyse des taux d’accroissement de la population des différents types de bassins de vie ruraux depuis 1968 est celui d’une tendance à une généralisation de la croissance de la population en dessous de 1,5% de croissance annuelle. Mais cette tendance reflète plutôt un tassement après que les différents types de campagnes aient connu des évolutions démographiques contrastées, parmi lesquelles on retiendra notamment le ralentissement de l’accroissement des campagnes des villes et la reprise démographique des campagnes productives dans les années 2000. Selon P. Pistre, ces croissances démographiques sont davantage portées par l’apport migratoire que par le mouvement naturel. L’observation conjuguée de la dynamique naturelle et de la dynamique migratoire permettent d’ailleurs d’identifier quatre états par lesquels sont passées les campagnes françaises depuis les années 1960 : crise (solde naturel négatif et solde migratoire positif), exode (solde naturel positif et solde migratoire négatif), reprise (solde naturel négatif et solde migratoire positif) et revitalisation (solde naturel positif et solde migratoire positif). Il apparait que les campagnes des villes sont « revitalisées » depuis longtemps, que les campagnes résidentielles sont en reprise depuis les années 1970 ; que certaines campagnes productives sont encore marquées par l’exode dans les périodes les plus récentes. L’analyse des échanges migratoires urbain/rural montre de surcroît un rapport favorable aux campagnes des villes et aux campagnes résidentielles en 2007. Seules les campagnes productives en majorité ouvrières et industrielles envoient plus de migrants vers les bassins de vie à dominante urbaine qu’elles n’en reçoivent. Ce renouveau des campagnes s’appuie notamment sur la migration des retraités, de professions intermédiaires mais aussi d’étrangers, parmi lesquels les Britanniques sont les plus nombreux. Ces derniers sont caractérisés par une diversité de profils sociaux qu’on ne leur prête pas habituellement.

La seconde partie de la présentation, intitulée « mobilités résidentielles », privilégie une approche plus micro-individuelle du renouveau rural, dans laquelle il s’agit notamment de resituer les étapes résidentielles en campagne françaiseau sein des parcours biographiques des individus. Trois dimensions ont été abordées : les migrations de « retour au pays », les motivations à l’installation dans les campagnes françaises et la place del’étape résidentielle à la campagne dans le cycle de vie. P. Pistre évalue le poids des « retours » des personnes, nées dans les communes rurales après une étape résidentielle en milieu urbain, à hauteur de 5% des migrations résidentielles vers ces communes. Ces migrations de retour semblent affecter certaines régions en particulier, mais ne sont pas généralisées à l’ensemble des bassins de vie ruraux. Les discours des migrants d’origine urbaine semblent structurés par des oppositions entre des villes aux nombreux « maux » et des campagnes « tranquilles », « espaces de nature » mais en pratique, l’articulation urbain/rural se fait plutôt sur le mode de la complémentarité et les individus sont mus par la recherche d’un entre-deux-spatial idéal.

La présentation de PierrePistre a été nourrie par une richesse de productions graphiques et cartographiques que l’intervenant s’est efforcé de rendre accessible et compréhensible au public. Cette présentation a été par exemple l’occasion de faire le point sur les différentes prises en compte de la migration grâce à la statistique publique française : migrants « durée de vie », migrants à cinq ans et migrants à un an dans les derniers recensements rénovés. On retiendra également les représentations de trajectoires en « coulées » à l’aide du paquetSLIDER du logiciel R. Dans ces représentations graphiques très parlantes, l’axe des abscisses représente le temps tandis que les graduations de l’axe des ordonnées représentent les différents états par lesquels passent les individus statistiques, qu’il s’agisse de lieux (les bassins de vie) ou de personnes (les migrants).

Le séminaire s’est poursuivi par l’intervention de Camille HOCHEDEZ, Maître de conférences à l’Université de Poitiers et membre du laboratoire Ruralités. Après avoir rappelé l’ancienneté des reprises démographiques du monde rural à l’échelle européenne, C. Hochedez insiste particulièrement sur le changement de regard récent porté sur le monde rural et qui en fait aujourd’hui un espace d’innovations, de modernité. Les dynamiques et processus en jeu au sein d’espaces devenus « multifonctionnels » réclament, selon elle, une plus grande attention des chercheurs. Parmi les multiples thèmes évoqués, le lien entre les dynamiques migratoires et la précarité en milieu rural reste peu exploré alors qu’il a fait l’objet de nombreuses recherches sur la ville ou en milieu périurbain. C’est, ce qui a incité récemment C. Hochedez à engager des travaux croisant les dynamiques migratoires et agricoles dans le cadre d’un projet portant sur les « agricultures ethniques » dans le Nord de la région parisienne.

Liens vers les travaux de Pierre Pistre :

Thèse

  • Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Geographie. Université Paris-Diderot – Paris VII, 2012. <tel-00764869>
  • Voir aussi le carnet de soutenance

Exposition et conférence sur les migrations à Poitiers

L’association Voix Publiques* organise chaque année un festival au cœur de la ville de Poitiers autour d’un thème qui est décliné en une trentaine de manifestations gratuites (témoignages, rencontres philosophiques, conférences, expositions, film, tables-rondes, spectacles, …).

Cette année, pour la 14e édition du festival, le projet est d’aborder, sous des formes très variées allant de la conférence scientifique au concert, la façon dont nous envisageons et préparons l’avenir de notre société, avec ses aspirations et ses espérances, ses valeurs et ses fragilités, sans oublier l’avenir de notre planète.

Deux manifestations concernent le thème des migrations internationales : une exposition de 12 panneaux (Îlots des Cordeliers) du 21 au 28 mars, et une conférence à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société le mercredi 25 mars, à 14 heures, avec Gildas Simon, fondateur du laboratoire.

 *http://festivalvoixpubliques.org/

12 février 18h30 – conférence EMF de C. Arab “Les femmes marocaines en migration”

Les femmes marocaines en migration (Espagne et Émirats Arabes Unis). Des figures de migrantes de plus en plus visibles

12 fév 2015 18 h 30

POITIERS (86) | Espace Mendès France

Accès libre

Conférence de Chadia Arab, géographe, chargée de recherche au CNRS, ESO-Angers (UMR 6590) – Espaces et Sociétés.

Les migrantes marocaines ont souvent été considérées comme des participantes passives, qui subissent plus qu’elles n’agissent dans leur histoire migratoire. Si les femmes ont toujours été présentes dans les mobilités migratoires, elles sont trop souvent assimilées à la figure d’épouse ou de fille de migrant. Or, la question des femmes qui partent seules (Moujoud, 2009) tenter l’aventure vers l’Europe ou vers d’autres pays, est de plus en plus répandue, mais encore peu étudiée. Elles sont de moins en moins discrètes, cachées, voire oubliées, et donc de plus en plus visibles dans les espaces qu’elles traversent et où parfois elles s’installent. Elles deviennent par conséquent actrices de leur migration. Ces mobilités soulèvent la question de leurs activités économiques et de leur insertion sociale dans le pays d’arrivée. Cela nous amène à nous interroger sur la signification que prend cette féminisation des migrations à la fois dans les pays de départ mais aussi dans les pays d’arrivée, en nous questionnant sur l’autonomie que ces femmes peuvent acquérir (ou non) en migrant.
Chaque fois, nous tenterons de rendre compte à partir de plusieurs exemples de parcours de migrantes marocaines des changements que révèlent et qu’introduisent, non sans mal, les migrantes elles-mêmes dans les divers espaces qu’elles parcourent ou des espaces où elles prennent racine tels que l’Espagne et les Émirats Arabes Unis.

Cycle de conférences organisées en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales : Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 6588 CNRS – université de Poitiers).

Lien vers l’Espace Mendès France

5 février 18 h. 30 – conférence EMF de M. Timéra « Migrations africaines vers l’Europe »

Jeudi 5 février 2015, à 18 h. 30, Espace Mendès France POITIERS

Migrations africaines depuis l’Afrique et vers l’Europe. États, routes, réseaux et relations sociales dans les espaces tiers

Conférence de Mahamet Timéra

professeur de sociologie, directeur de l’URMIS Paris 7  Diderot

Dans cette intervention basée sur des enquêtes de terrain prolongées et répétées, il s’agira de mettre l’accent sur le versant intra-africain des mobilités, circulations et migrations en relativisant sans l’occulter la mise en exergue de l’Europe comme destination finale. Ainsi, nous verrons comment se construisent, se succèdent, se superposent et se dissocient diverses vagues, situations et projets migratoires.

Dans cette même perspective, nous nous intéresserons aux relations sociales et interethniques entre migrants et autochtones, aux représentations réciproques.

Cycle de conférences organisées en partenariat avec le laboratoire Migrations internationales : Espaces et Sociétés (MIGRINTER, UMR 6588 CNRS – université de Poitiers).

———————————————————-
POITIERS (86) | Espace Mendès France

1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS

Accès libre

Lien vers le site de l’Espace Mendès France

Vient de paraître « Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo »

Mobilités et changement urbain : Bogotá, Santiago et São Paulo

sous la direction de

Françoise Dureau, Thierry Lulle, sylvain Souchaud et Yasna Contreras

Comment évoluent le peuplement et les divisions sociales des espaces urbains dans les métropoles d’Amérique latine ? Certaines pratiques de mobilité spatiale ou certaines politiques publiques contribuent-elles à accélérer ces changements, ou à y résister ?

Cet ouvrage répond à ces questions en comparant Bogotá, Santiago et São Paulo grâce à une même méthodologie qui combine l’exploitation de données existantes et la réalisation d’enquêtes sur les mobilités.

Avec les soutiens de l’université de Poitiers et de Migrinter (UMR 7103 CNRS).

filet

Collection : Espace et Territoires

Format : 16,5 x 24 cm
Nombre de pages : 440 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-3561-9

filet

Téléchargement :

voir aussi le programme METAL

Conférence « Nord-africains, français musulmans ou algériens. Catégorisation et classification dans le recensement français de 1954 » – Lionel Kesztenbaum

Nord-africains, français musulmans ou algériens.

Catégorisation et classification

dans le recensement français de 1954

L’Espace Mendès France et le laboratoire Migrinter ont le plaisir de vous inviter le jeudi 22 janvier 2015 à 18h30 à l’Espace Mendès France à la conférence de Lionel Kesztenbaum, chercheur (chargé de recherche) à l’INED, associé à la « Paris School of Economics ».

Les Algériens possèdent la nationalité et la citoyenneté françaises entre 1947 et 1962. Ceux qui résident en métropole, notamment, bénéficient des mêmes droits et du même statut que les métropolitains. En théorie du moins, car il existe en pratique de nombreux éléments de différenciation, pour les aides sociales, le rapport avec la police, etc. Il en va de même lors de leur enregistrement dans l’appareil statistique puisqu’une distinction a été opérée dans les recensements de 1954 et 1962 qui classe à part les « Français Musulmans » présents en métropole.

Cette conférence explore les déterminants de cette distinction à partir d’une étude du contexte de mise en oeuvre des opérations de recensements de 1954. Elle montre que la préoccupation des autorités françaises pour ces populations, coloniales et migrantes, se manifeste de façon concrète dans la mise en oeuvre des opérations de recensement. L’approche critique des sources et présente les pratiques de catégorisation des populations immigrées en France. Il est ainsi possible de préciser le processus de catégorisation à l’œuvre pour distinguer les sujets coloniaux du reste de la population française, dans la période qui suit la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à la fin de la guerre d’indépendance de l’Algérie, processus fondé sur leurs caractéristiques ethno-culturelles supposées.

Entrée libre

Contact : Anne Bonnefoy – Responsable Histoire des Sciences

Espace Mendès France – 05 49 50 33 08 – 1 pl. de la Cathédrale – CS 80964 – 86038 Poitiers

 

Séminaires sources et méthodes 2015

Séminaires du laboratoire MIGRINTER– 3ème cycle 2015

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

OBJECTIFS
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration et les mobilités se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les groupes sociaux (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.). Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir aux différentes formes de mobilité par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique.

PROGRAMME 2015

Dans le prolongement des premières interventions (William Berthomière, Caroline Douki et Paul-André Rosental, France Guerin-Pace, C. Belkhodja), puis du second cycle de séminaires (Yann Scioldo-Zurcher, Nicolas Robette, Véronique Petit, Anouche Kunth), un nouveau programme est proposé :

22 janvier 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Poitiers. « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux » Discutant : Djemila ZENEIDI, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 février 2015 – 10h/13h : Salle : Gargantua

Séance « Regards croisés » : Laurent VIDAL, Historien, Professeur, Université de la Rochelle & Chowra MAKAREMI, Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, IRIS-EHESS. « Penser la migration depuis les espaces de l’attente ». Discutante : Bénédicte MICHALON, Géographe, chargée de recherche au CNRS au laboratoire ADES (Bordeaux)

19 mars 2015 – 10h30/13h : Salle : Gargantua

Pierre PISTRE, Géographe post-doctorant à l’IFSTTAR-AME-DEST et chercheur associé au laboratoire Géographie-Cités (Paris) : « Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises ». Discutant : Camille HOCHEDEZ, Géographe Maître de conférences à l’Université de Poitiers

21 mai 2015 – 10h/13h : Salle à déterminer

Thomas PFIRSCH et Hadrien DUBUCS, Géographes, Maître de conférences à l’Université de Valenciennes et de Paris-Sorbonne, « Enquêtes sur les migrations qualifiées italiennes à Paris. Approche par générations et réseaux familiaux ». Discutante : Céline BERGEON, Géographe, Maître de conférences à l’Université de Potiers, et David LESSAULT, Géographe, Chargé de recherche au CNRS, MIGRINTER.

Soutenance de thèse – Anne-Laure Counilh – ..Récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou…

Migrinter a le plaisir d’annoncer que Anne-Laure Counilh soutiendra sa thèse de doctorat de géographie le jeudi 18 décembre 2014, à 14 h dans la salle des Actes de l’UFR Lettres et Langues (bâtiment A3, 1 rue Raymond Cantel), sur le campus de l’Université de Poitiers.

Parcours, Expériences, Projets.


Récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou (Mauritanie)

Membres du jury :

  • Patrick Gonin, Professeur des Universités, Université de Poitiers, Géographe
  • Laurence Ossipow-Wüest, Professeure, Haute École de Travail Social, Genève, Anthropologue
  • Olivier Pliez, Directeur de Recherche, CNRS, Géographe
  • Denis Retaillé, Professeur des Universités, Université Bordeaux III, Géographe
  • Dominique Royoux, Professeur Associé, Université de Poitiers, Géographe

Résumé

À travers les parcours, les expériences et les projets migratoires de migrants ouest-africains rencontrés à Nouadhibou en Mauritanie, cette thèse aborde les problématiques relatives à la construction des mobilités entre aspirations individuelles et réglementations nationales et internationales. Des récits de vie de migrants et des biographies migratoires permettent de reconstruire les parcours complexes des migrants arrivés à Nouadhibou et de comprendre que les expériences et les projets migratoires sont des constructions complexes, hybrides et labiles. La perspective de l’acteur, les analyses interactionnistes et le point de vue de l’autonomie sont replacés dans le contexte de l’évolution générale des politiques migratoires vers plus de restrictions. Cette confrontation entre plusieurs cadres et plusieurs échelles de l’analyse des phénomènes migratoires permet de remettre en question la notion de transit dans sa dimension performative. Cette thèse entend replacer les expériences des migrants ouest-africains en Mauritanie dans une réalité plus « ancrée », plus « incarnée », s’approchant ainsi d’une réflexion sur les inégalités liée à la mondialisation.

Abstract

Between 2005 and 2007, few thousands of African migrants left the West African Coast of  Mauritania, particularly from the small harbour town of Nouadhibou and accosted the Canary Islands. Nowadays, as migration politics tend towards more and more restrictions, Nouadhibou has soon become the center of an unexpected attention from media and European institutions. Nonetheless, immigration exists in Nouadhibou since the early XXth century, it is still today an attractive place for labour migration and migrants coming to Nouadhibou don’t only leave to the Canary Islands. Considering that migrants are forced to stay in a place that is not their final destination, International institutions and States called this phenomenon « transit migration ». Our aim is to shed the light on the blurred and politicized concept of transit. Questioning closely the notions of itineraries, experiences and projects led us to deepen our understanding of mobility in the context of a restrictive legal and policy framework. Long-term field and ethnographic methods such as narrative biography and life histories allow us to consider the experience of mobility as a threshold. Finally we try to understand the impact of blurred motilities on the local society in Nouadhibou, a way of examining globalization dynamics impacts in local places.

Keywords: migrations, migrants, itineraries, experiences, projects, protracted transience,
Mauritania, Nouadhibou