Tous les articles par Thomas Lacroix

Allocations doctorales: dépôt de candidature

Le dépôt de candidature pour l’allocation doctorale est ouvert. Les personnes intéressées ont jusqu’au 30 avril pour envoyer à la direction de Migrinter un dossier de candidature comprenant un projet, un CV, une lettre de motivation et un courrier du ou des directeurs de thèse pressenti-e-s.

Les auditions devant l’équipe du laboratoire se feront le 4 Mai de 9h à 13h. Le candidat sélectionné sera ensuite auditionné par l’école doctorale le 17 Mai.

Les profils et détails des procédures sont disponibles ici.

Lien vers le site de l’ École doctoral SORG – Procédure d’attribution

Us et abus de la gouvernance des migrations: le droit des Etats contre le droit des personnes

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le cinquième et dernier volet de cette série :  » Us et abus de la gouvernance des migrations «

Conférence de Catherine Wihtol de Wenden (CERI, CNRS-Sciences Po), Eduardo Ruiz Vieytez (Université de Bilbao)

Par Thomas Lacroix (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

La globalisation contemporaine est à plus d’un titre une globalisation contradictoire. L’extension du champ des possibles permis par la croissance économique et le progrès technique s’est accompagnée d’une multiplication des contraintes et des contrôles exercés sur les individus. Libéralisme et obsession sécuritaire coexistent dans un même élan. La « crise des réfugiés » de 2015 aux frontières de l’Europe est le symptôme des contradictions de notre temps. Catherine Wihtol de Wenden, politiste, et Eduardo Ruiz Vieytez, juriste, en explorent les tenants politiques et juridiques. Au delà d’une introuvable gouvernance globale, c’est une incompatibilité fondamentale entre droits de l’homme et droits des Etats qui serait en cause.

La crise des réfugiés a mis en lumière l’incapacité des pouvoirs publics à administrer de manière directive les flux migratoires. Pour Catherine Wihtol de Wenden, cette limite est d’abord inhérente à une vision politique cloisonnée qui ne prend pas en compte les interdépendances à l’œuvre sur la scène internationale. De fait, les politiques migratoires des Etats d’accueil sont elles mêmes en contradiction avec les effets générés par leurs propres politiques commerciales ou leurs engagements internationaux. Ainsi les interventions militaires dans les pays fragiles ont généré des millions de déplacés vers des pays autres que ceux qui interviennent dans les conflits. De même, les variations des cours mondiaux peuvent avoir des effets considérables sur le niveau de vie des producteurs dans les pays du Sud. Une autre aporie politique concerne la politique de coopération au développement et les politiques migratoires : le droit à la mobilité, restreint pour les deux tiers de la population mondiale, est pourtant un facteur essentiel du développement humain. Ainsi, les migrants ont beaucoup moins de droits que ceux qui ne migrent pas, voire demeurent dans des situation de sans-droit : sans-papiers, déboutés du droit d’asile, déplacés environnementaux, apatrides.

Les efforts en direction de la définition d’une gouvernance mondiale des migrations se sont multipliés depuis le début des années 2000. Outre une mise une coordination des pratiques et points de vue des Etats d’origine et de départ, cette gouvernance devait introduire une transversalité entre des domaines politiques jusqu’ici compartimentés. La déclaration du secrétariat général de l’ONU en 2001, suivi de la tenue du Dialogue de Haut Niveau sur les Migrations et le Développement en 2006 sont des événements fondateurs de ce projet de gouvernance. Aujourd’hui plusieurs instances existent : le Global Migration Group, le Forum Mondial Migrations et Développement en sont deux exemples. Mais ces institutions restent des espaces de discussion sans réel pouvoir décisionnel. L’édification d’une gouvernance mondiale des migrations se heurte à la résistance des Etats qui entendent préserver leurs compétences souveraines en la matière. De fait, les débats produits par ces instances internationales avancent sur un terrain consensuel et dépolitisé : développement, transferts financiers, circulation des personnes qualifiées, protection contre les trafics humains, etc. Mais les intérêts contradictoires entre parties en présence nécessitent une capacité de décision qui dépasse de loin les capacités de ces institutions.

L’inertie politique au niveau international contraste de façon saisissante avec le déferlement législatif observé dans les grands pays récepteurs de migrations depuis 25 ans. C’est particulièrement le cas en Europe avec la mise en place des accords de Schengen et de la politique d’asile commune dans les années 1990, puis des régimes de contrôle et de sélection des migrations dans les années 2000 et 2010. La loi est l’instrument privilégié de régulation des flux. Les Etats entendent contrôler les mouvements internationaux des personnes, les limites de la communauté des citoyens, l’insertion sur le marché du travail ou encore l’inclusion culturel des migrants. Au delà de son efficace sur les comportement sociaux, la loi est d’abord l’expression d’une volonté souveraine dans le contexte de la globalisation. Mais, comme le rappelle Eduardo Ruiz, malgré sa force symbolique, les effets du droit sont limités. Elle est tributaire des moyens de sa mise en œuvre concrète et elle est toujours en décalage avec une réalité en évolution permanente. De plus, c’est un objet complexe inscrit dans plusieurs sphères et sous-tendues par différentes traditions : Droit des Etats et Droit de l’Homme d’un côté, droits nationaux et internationaux de l’autre. Les tensions internes entre les différentes formes de droit et les tensions externes avec la réalité sociale sont génératrices de multiples contradictions.

L’externalisation de la politique migratoire européenne peut se lire comme un effort trouver pour dépasser cette double contradiction: la délégation des fonctions de contrôles aux pays de la rive Sud de la Méditerranée (Maroc, Algérie, Turquie, etc.), ou encore à des acteurs privés (agence Frontex, agences de sécurité…) permettent aux Etats membres de mettre en œuvre une politique qui déroge aux obligations du droit international (Convention de Montego Bay sur le droit maritime), du droit des réfugiés (convention de Genève) ou des Droits de l’Homme (Déclaration de 1946) en utilisant des opérateurs qui ne sont pas tenus de les respecter. Les hot spots créés en Méditerranée pour gérer l’afflux de migrants sont au cœur de ce régime dérogatoire : le Haut Commissariat aux Réfugiés s’est retiré de ce dispositif au motif qu’il contrevient aux exigences de la Convention de Genève. Pour autant les dynamiques migratoires sont un phénomène social qui ne se décrète pas par un acte juridique et les moyens mis en œuvre restent impuissants à canaliser une réalité qui dépasse les capacités de l’Etat.

Cette double incapacité à générer un cadre de gestion des flux de population à un niveau international et la tension entre droits des Etats et dynamiques sociales au niveau infranational ne sont pas pour rien dans la montée de l’extrême droite. Les promesses de contrôle données mais impossibles à tenir alimentent les frustrations sociales et le sentiment anti-immigration. La tentation du populisme s’est concrétisée en Autriche, dans les pays de l’Est, en Grande-Bretagne et peut-être demain aux Etats-Unis ou en France, lorsque ce n’est pas les électeurs eux-mêmes comme en Suisse, qui court-circuitent le Parlement par le canal de la démocratie directe pour renforcer la fermeture des frontières. Le populisme contemporain est la traduction politique des contradictions irrésolues de la globalisation inégalitaire.

Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

https://ecotones2.sciencesconf.org/

Date limite de l’appel: 10 janvier 2017

22-24 juin 2017, Poitiers

Cette rencontre s’inscrit dans un cycle de colloques sur la notion d’ « écotone ». Le terme est initialement utilisé en géographie physique pour désigner des espaces de transition entre deux (ou davantage) environnements écologiques.

L’objectif est ici de revisiter cette métaphore écologique afin d’éclairer sous un nouveau jour les dynamiques de transformations inhérentes aux changements écologiques, aux migrations, installations, formations diasporiques ou aux émergences de cultures hybrides et ce tant sous l’angle des sciences sociales que des études littéraires. Les écotones peuvent être analysés par le filtre des effets qu’ils peuvent avoir sur les personnes et les objets qui les occupent ; des liens qu’ils entretiennent avec les espaces qu’ils mettent en relation ; des processus de transformation qu’ils induisent. Continuer la lecture de Appel à contribution: Ecotones 2: Experiences des migrations et des transformations dans les ecotones

Séminaire international le 29 septembre

Séminaire international

Espace de visibilité et invisibilité :

comment gérer les urgences multiculturelles dans la ville contemporaine ? Quel rôle pour la planification urbaine dans le processus d’intégration des migrants ?

Date : 29 septembre 2016

Cet événement s’inscrit dans la série des séminaires organisés par le  laboratoire Migrinter en collaboration avec le réseau européen INTEGRIM. Il aborde les différentes questions que la gestion des espaces multiculturels dans les villes contemporaines soulève tant au niveau des politiques que des pratiques.

Au cours de ces dernières années, on constate une diversification des approches et des réponses : de la ghettoïsation, à la mixité sociale jusqu’au plus récent « multicultural planning » (planification multiculturelle). Ce séminaire sera l’occasion de susciter un débat interdisciplinaire et plurinational sur les espaces visibles de l’immigration en contexte urbain. Le séminaire sera entièrement en langue anglaise.

La journée est organisée en deux partie, la matinée prévoie quatre interventions et l’après-midi une visioconférence et un world café session, articulé autour de deux à trois tables rondes où tous les participants ensemble avec les intervenants doivent répondre dans un temps limité à des questions concernant le sujet de la journée. La soirée sera clôturée par un docu-film au cinéma Le Dietrich (18h), « Moi je suis avec la mariée » sur la migration clandestine en Europe. La projection du film sera suivie par un débat avec une des auteures.

Programme détaillé de la journée ici

Colloque du programme « 3G-3 Guyanes »: Imagining the Guyanas / Ecologies of Memory and Movement, 27-29 oct. 2016, 21-

Les inscriptions pour le colloque « Imagning de Guyanas » sont ouvertes sur le site suivant:

http://www.sas.ac.uk/support-research/public-events/2016/imagining-guyanas-ecologies-memory-and-movement

This is the second conference of the 3-G Network’s Celebration of  the Guyanas, a gathering of scholars, authors, and activists, commemorating 40 years of Independence of the Republic of Suriname, 50 years of Independence of Guyana, and 70 years of the declaration of la Guyane as a French Département d’Outre-Mer. These countries are rarely focused upon together yet they are historically and culturally linked.

This conference seeks to engage the landscapes of memory as they are intertwined with the politics and ecologies of place and movement. These areas (French Guyane, Guyana, and Suriname) have been scarred by colonization and ethnic violence, their resources have been plundered, enormous political and ecological disasters have resulted. How are the changes within the ecological-scape articulated in the different communities that have been transported, or migrated, to and from one of these countries? How do the landscape disasters and environmental damages affect the different communities that compose the population in these 3-G countries? How do the different ethnic, religious and political communities resist these calamities and re-organize? What strategies of resilience and agency are being implemented locally and/or transnationally? How are these histories remembered, represented, imagined, and re-imagined in the memories and present realities of the peoples and communities living in these countries and the diaspora?

We are interested in these histories of multiple sedimentation. We welcome examinations of literature, comparisons of artistic expression, investigations of anthropological discoveries, as well as analysis of political, historical and literary accounts, that concentrate on the commonalities and distinctions within the lived and imagined experiences of the three Guyanas.

For this conference, the convenors welcome research-based papers, as well as performances engaged around our theme of Imagining the Guyanas / Ecologies of Memory and Movement. All methodological and theoretical approaches are welcomed. Also, we embrace creative interventions suggesting fresh topics in new media multimodalities. Cultural events will be organized on Thursday and Friday evenings.

Retour de colloques: Ecotones (Montpellier Paul Valery); Migrations et Cinéma (Paris 7, INALCO)

Un colloque international à Montpellier et une journée d’étude à Paris manifestent la consistance d’un dialogue entre sciences sociales et études littéraires sur la question des migrations.

Le colloque « New Ecotones » s’est tenu du 11 au 13 juin à l’initiative conjointe des laboratoires EMMA (Montpellier 3), Migrinter et la Coastal University de Caroline du Nord: http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=1932

Un écotone est classiquement défini comme une zone de transition entre deux écosystèmes. Plus largement, cette notion offre un entrée pour saisir les dynamiques de mutation, contacts, hybridisation, confrontation et leurs implications spatiales et écologiques. A partir d’exemples tirés de la littérature postcoloniale, de performances artistiques, de l’actualité des migrations ou de travaux sur les champs migratoires, les intervenants se sont saisis de ce concept pour dénouer le lien entre dynamiques sociales, esthétiques et écologiques. Outre la définition proposée de la géographie des espaces naturels, j’ai pu relever 4 acceptions du terme explicitement ou implicitement invoquées par les intervenants. Chacune de ces définitions peut être comprise comme une façon de comprendre la relation entre transition et espace:

– un milieu qui, par ses propriétés physiques ou sociales, a une capacité transformative qui agit sur les objets qui sont immergés dans ce milieux

– étymologiquement, un eco-tone est un lieu de tension. Par extension, c’est un espace qui se définit par les tensions qui le structurent.

– un espace tiers qui se distingue des milieux dont il assure la transition

– selon son acception la plus large, un ecotone est un lieu qui est définit par la dynamique de transformation qui l’occupe. Ici, c’est la transition qui définit l’espace. Celui-ci apparaît et disparaît avec celle-là.

 

La journée d’étude Imaginaires migratoires au cinéma avait pour objectif d’inventorier les façons dont les chercheurs en sciences sociale pouvait se saisir de l’objet cinématographique tout en instaurant les bases d’un dialogue avec les travaux en études cinématographiques.

http://www.inalco.fr/evenement/imaginaires-migratoires-cinema-temporalites-territoires-identites.

Les interventions ont décliné la façon dont la question des migrations pouvait être abordée dans les cinémas français, caribéen, africains ou du Moyen Orient. Là encore, la richesse des perspectives a fait entrevoir la multiplicité des pistes de travail que peuvent générer un tel dialogue interdisciplinaire.

Ces deux événements vont avoir un prolongement migrintériens. En juin 2016, dans le cadre de la conférence des 30 ans de Migrinter, sera organisé un atelier Littératures et migration qui fera écho à celui organisé sur le cinéma. En 2017, Migrinter accueillera le second volet du programme Ecotones. Celle-ci se centrera davantage sur les diasporas et les migrations internationales.

A noter enfin la parution récente d’un ouvrage, fruit d’une collaboration précédente entre Migrinter et le laboratoire EMMA: http://www.pulm.fr/index.php/catalog/product/view/id/618/s/diasporas-cultures-of-mobilities-race-2/category/97/

Conférence Palestine à l’espace Mendes France

Le 12 mars, à 18h30

Conférence de Sandrine Mansour-Mérien, docteure en histoire, chercheuse au Centre de recherche en histoire internationale et Atlantique de l’Université de Nantes.

Modérateur–discutant : Philippe Lagrange, doyen de la Faculté de Droit de l’université de Poitiers.

Aborder la question des réfugiés palestiniens c’est aborder le problème de fond de la question palestinienne qui inclut dépossession, déni et démolition.
Ces trois éléments, qui sont à l’origine de l’histoire de ces réfugiés, sont toujours présents aujourd’hui. C’est ce thème que nous avons voulu que développe Sandrine Mansour-Mérien dans sa conférence.

Conférence organisée à l’occasion de la trente neuvième Journée de la Terre Palestinienne par le Collectif Palestine 86 en partenariat avec le Laboratoire Migrinter et la Faculté de Droit de l’université de Poitiers.

Sandrine Mansour-Mérien est l’auteure de L’histoire occultée des Palestiniens, 1947-1953, Éditions Privat, 2013. En novembre 2013 elle a participé à un colloque au Sénat sur « Les représentations du conflit israélo-palestinien dans les manuels scolaires ». Son étude, Israël-Palestine dans les manuels scolaires en France portant sur ceux de l’année 2012 des classes terminales, est parue en 2014 dans Les Cahiers Pédagogiques et publiée aux Éditions Syllepse.

http://emf.fr/21377/les-refugies-palestiniens-une-histoire-et-des-questions/

Présentation du « Dictionnaire des migrations internationales »

Jeudi 12 Février 2015, 16:00 – 17:30

Le Musée de l’histoire de l’immigration accueille les promoteurs du Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique, sous la direction de Gildas Simon, qui paraît en février 2015.

 

Dictionnaire des migrations internationales

Réalisé sous la direction de Gildas Simon et avec l’appui de Migrinter (Poitiers), cet ouvrage inédit vise à rendre les migrations actuelles plus intelligibles en les replaçant dans le contexte historique de chaque État du monde et sous l’analyse croisée de l’émigration et de l’immigration. Rédigé par un collectif international et multidisciplinaire de 150 auteurs, cet outil très documenté, d’utilisation aisée, s’adresse à tous publics.

  • 16h : mot d’accueil par Benjamin Stora, Président du Conseil d’orientation du Musée de l’histoire de l’immigration
  • 16h15 : Gildas Simon, géographe, fondateur de Migrinter et de la Revue européenne des migrations internationales : Les objectifs scientifiques du Dictionnaire des migrations internationales
  • 16h30 : Thomas Lacroix, Directeur adjoint de Migrinter : une entreprise scientifique mondialisée
  • 16h45 – 17h15 : discussion avec les médias, le Comité de rédaction, les contributeurs (20 environ) et le public

 

Conceptualizing Transnational Engagements: A Structure and Agency Perspective on (Hometown) Transnationalism

Auteur: Thomas Lacroix

Journal: International Migration Review

Résumé: cet article développe un modèle théorique des engagements transnationaux des migrants. Ce modèle combine trois éléments: un concept de l’acteur social appréhendé dans la pluralité de ses rôles et ancrages sociaux; une approche habermassienne de l’agir qui rend compte de la dimension communicationnelle des pratiques transnationales ; une reformulation de la notion d’institution sociale expliquant le rôle des organisations de migrants dans la mise en œuvre des pratiques transnationales. Ce modèle est illustré par une analyse des pratiques de développement de trois cas d’étude : les associations villageoises marocaines, algériennes et indiennes en France et en Grande-Bretagne.

Cet article est disponible sur le site de l’International Migration Review: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/imre.12105/abstract

Lancement du programme Ecotones et du réseau  » 3 Guyanes » (3G)

EMMA

(Etudes Montpelliéraines du Monde Anglophone, Université Paul-Valéry Montpellier, France)

in partnership with

Coastal Carolina University (SC, USA) and MIGRINTER (CNRS-UMR Poitiers, France)

is setting up a five year program

 

Ecotones: Encounters, Crossings, and Communities

 

2015-19

An « ecotone » is a transitional area between two or more distinct ecological communities, for instance the zone between field and forest, mountain and ocean, or between sea and land. The two ecosystems may be separated by a sharp boundary line or may merge gradually. An « ecotone » may also indicate a place where two communities meet, at times creolizing or germinating into a new community.

We will be borrowing this term traditionally used in environmental studies and geography, and apply it to postcolonial studies in disciplines such as literature, history, the arts, translation studies, the social and political sciences, ethnic studies, ecocriticism, etc.

In the continuity of the program « Diasporas, Cultures of Mobilities, ‘Race’ » that was implemented by EMMA (Université Paul-Valéry Montpellier, France) in partnership with several universities between 2011 and 2013, « Ecotones » seeks to continue exploring the « complex chemistry » of creolizing worlds (Robin Cohen), the « contact zones » between cultures (Mary Louise Pratt) in contexts such as migration, diaspora, refugee movements and other postcolonial displacements and environmental evacuations, among other major historical events.

Conjointly with the social sciences, pride of place will also be given to the literary and artistic representations of these micro and macro transformations, to the ways aesthetic forms not only represent but also contribute to shaping and modifying a process.

The ecotones, as points of contact or points of friction, between the Indian Ocean, the South and East China Seas, the African continent, the Caribbean and the North American continent will provide the main frame of approach. The use of concepts like « diaspora space » (Avtar Brah) and « Afrasia » (Gaurav Desai) will be beneficial.

The emphasis will be put on communities in their relation to place, neighborhood, and environment, including the precise circumstances these communities are modified over periods of time, the factors of change, and the many ways these elements are represented and mediated in literature and the arts. How do the languages, the cultural practices, the scientific knowledge, and environmental concerns meet and transform in these newly constructed ecotones? How does the merging of different ecologies and communities produce creolization and new identities? What postcolonial approaches to global ecologies (Elizabeth DeLoughrey) can be set up in the context of « transcolonial » relations (Shu-mei Shih and Françoise Lionnet)? Can we identify an emerging cosmopolitics in these contact zones (Michel Agier) ?

The modalities of such processes of (re-)invention will have to be examined from different angles, taking in the conflicts and the productive exchanges and frictions between the other and the self. Literary and political movements and the history of ideas necessarily cross paths and pollinate, following different routes and creating a multiple and diverse universe, in which a single and fixed origin can only be questioned.

Specific lesser-known communities will be focused on to understand how new relations to specific places are being formed as we speak, and constitute new forms of belonging, bonding, and citizenship. The aim is to understand how everyday practices, languages, customs, beliefs, rituals and ideas evolve, maintain themselves or transform, when two communities merge with, or confront each other. What are the realities when one community takes precedence over, or absorbs, the other one, when religions, cultures and languages are implanted in postcolonial locales across the globe. How do the descendents of two indentured or migrant communities, for instance, negotiate the space and interact with each other ? Keeping in mind the multiple interpretation of the term, micro-spaces will be examined to understand how they are negotiated and represented.

A series of interdisciplinary events will be co-organized by EMMA (Université Paul-Valéry Montpellier 3, France), Coastal Carolina University (SC, USA) and MIGRINTER (UMR CNRS-Poitiers, France) in collaboration with partner universities.

Specific calls for papers will be circulated to create networks, announce conferences and workshops, and set up events. Publications will be planned in the different venues and at other partner universities.

 

The 3-G Network on the three Guyanas (Guyana, French Guyane and Suriname) will bring into focus one of the best possible examples of Ecotones in the literal and metaphoric interpretations of the word.

2015 being the 40th anniversary of the independence of Suriname and 2016 the 50th anniversary of the independence of Guyana, will provide excellent opportunities to bring that part of the world into the limelight, in relation to 70 years of départementalisation in the French Guyane.

Events will be hosted in Amsterdam (October 2015, University of Amsterdam, University of Antwerpen, Université de Liège, the Université Catholique de Louvain and Werkgroep Caraïbische Letteren), Montpellier (June 2016, Université Paul-Valéry Montpellier 3) and London (October 2016, Institute of English Studies, School of Advanced Studies, University of London).

 

The modalities will be defined in separate forthcoming announcements.
Feel free to send an email if you wish to be kept informed of developments and events.

 

Co-convenors of the Program « Ecotones » and Coordinators of the 3-G Network:

Dr Thomas Lacroix (MIGRINTER, UMR CNRS–Poitiers, France)

thomas.lacroix@univ-poitiers.fr

Dr Judith Misrahi-Barak (EMMA, Université Paul-Valéry Montpellier 3, France)

judith.misrahi-barak@univ-montp3.fr

Dr Maggi Morehouse (Coastal Carolina University, SC, USA)

morehouse@coastal.edu

Numéro spécial: mémoires diasporiques, mémoires d’exil

Le numéro spécial « Refugee and Diaspora Memories », coordonné par Thomas Lacroix (Migrinter) et Elena Fiddian Qasmiyeh (Refugee Study Centre, Oxford) vient de paraître dans le Journal of Intercultural Studies.

Vous trouverez un lien vers le numéro ici: http://www.tandfonline.com/toc/cjis20/34/6#.UrGCYY0Y1FQ

Vous pouvez télécharger en texte intégral l’introduction du volume (limité à 50 téléchargements) ici: http://www.tandfonline.com/eprint/Nbf3TP9kRnFvfg8x4yU2/full

Méthodologies de la Recherche sur les Migrations internationales

Le vendredi 20 septembre 2013, les anciens lauréats du programme DPDF de la social science research council SSRC en partenariat avec les doctorants du laboratoire Migrinter organisent une journée d’études intitulée « les Méthodologies de la Recherche sur lesMigrations internationales ». Cette journée d’études qui aura lieu à Poitiers sera l’occasion d’interroger les méthodes employées dans les recherches transnationales et migratoires, tout en discutant l’apport empirique et théorique de celles-ci.

Cette journée s’inscrit dans le cadre de la constitution d’un réseau de jeunes chercheurs sur les migrations en France et est, à ce titre, ouvert à tout doctorant ou postdoctorant intéressé.

PROGRAMME

Vendredi 20 Septembre – 9h30 – 12h30

Atelier : Méthodes de Comparaison

Sadio SOUKOUNA, doctorante en Science Politique Université Paris 1 Sorbonne.

« Eléments de réponse apportés à la méthode comparative en science politique : Intérêts et problèmes méthodologiques».

Anne BOUHALI, doctorante en Géographie. Université Toulouse 2 le Mirail.

« Comparer deux espaces urbains du commerce transnational au Caire (Egypte) et à Oran (Algérie), ou comment gérer les écarts entre théorie et pratique sur le terrain ».

Sihé NEYA, doctorant en Géographie. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

« Approche du transnationalisme par la migration de retour de première et seconde génération. Intérêts et limites ».

Niandou TOURE, doctorant en Sociologie Politique. Université Paris Descartes, Paris V.

« Les recruteurs des universités privées du Maghreb en Afrique subsaharienne sont-ils des ‘passeurs’ comme les autres? Essai de comparaison entre deux catégories d’acteurs de la migration internationale dans le même espace migratoire ».

13h30 – 16h30

Atelier : Modalités de Restitution des Données Qualitatives et Quantitatives

Guillaume MA MUNG, doctorant en Géographie. Université Paris Ouest Nanterre.

« La restitution d’observations scénographiques, de recensements commerciaux et d’étude photographique des enseignes »

Marwa EL CHAB, doctorante en Anthropologie. EHESS Paris.

« Migrations Sud-Sud et changements sociaux: le cas des entrepreneurs libanais en Afrique de l’Ouest ».

Josepha MILAZZO, doctorante en Géographie. Université Aix-Marseille, Université Autonome
de Barcelone.

« N’est-ce pas la distance qui mesure l’éloignement ?: Témoigner des perceptions spatiales pour déchiffrer le construit migratoire dans l’analyse géographique».

Mélanie PAUVROS, doctorante en Science Politique. Université Lille 2.

« Rendre compte du terrain dans le cadre de la construction d’un objet « méconnu » : Les politiques locales d’immigration dans une région frontière de l’espace Schengen. »

16h30 – 17h30

Assemblée Générale des Jeunes chercheurs

Conférence Internationale: Afro-américains, « race » et diaspora (13-15 juin)

La troisième conférence du cycle “Diasporas, Cultures de la mobilité, “Race” », organisé par EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3), MIGRINTER, Department for Continuing Education (Oxford University, UK) Wake Forest University (NC, USA), se tiendra du 13 au 15 juin à l’université Montpellier 3 Paul Valéry.

Le lien suivant vous donnera toutes les informations ainsi que le programme de la rencontre: http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=285

 

 

Collective Remittances and Integration: North African and North Indian Comparative Perspectives

Auteur: Thomas Lacroix
Article: Journal of Ethnic and Migration Studies

Résumé:
Cet article vise à produire une définition conjointe des concepts de transnationalisme et d’intégration. Le transnationalisme est ici conçu comme une stratégie d’adaptation de migrants qui s’efforcent de gérer leur intégration au sein de deux espaces (ou plus). L’intégration est communément décrite comme un processus multi-niveau, produit d’une combinaison entre un ancrage social au sein de réseaux interpersonnels ou associatifs, et un ancrage systémique au sein des structures économiques et politiques. En sus de ces niveaux, ce travail met en lumière un troisième, à savoir une intégration subjective des migrants qui s’efforcent de maintenir un équilibre entre les différents pôles de leur identité. Ce cadre conceptuel est mobilisé pour analyser l’émergence de pratiques collectives de développement parmi deux groupes Nord Africains en France (les Chleuhs marocains et les Kabyles algériens), et un groupe d’indiens en Grande-Bretagne (les Sikhs du Pendjab). Les projets de développement constituent un support d’intégration identitaire pour des migrants qui cherchent à réactualiser leur identité de villageois en dépit des transformations induites par leur séjour à l’étranger. Toutefois, il est montré que le succès et les formes de leur engagement dépendent de l’effectivité de leur intégration systémique et sociale.

Cet article est disponible au format pdf au lien suivant:
http://www.tandfonline.com/eprint/TCjh6gt3F4camYzSAxfm/full

Les 50 premiers téléchargements sont gratuits

Appel à contribution : Diasporic Subjectivity, Intimacy and Memory (Oxford, 30 juin-2 juillet)

Voici le dernier volet de la série de conférence « Diaspora, Cultures de la mobilités, Race » coorganisé (entre autres) par EMMA de l’Université Montpellier 3 et Migrinter.
Le thème retenu pour cette conférence: subjectivité, intimité et mémoire en contexte diasporique.

Voici le texte de l’appel

CALL FOR PAPERS: International Conference
TITLE: “Diasporic Subjectivity, Intimacy and Memory
CONFERENCE DATES: June 30-July 2, 2013
DEADLINE FOR SUBMISSION OF ABSTRACTS: February 15, 2013
PLACE: Oxford University

This conference is the last event in the “Diaspora, Cultures of Mobility, ‘Race’” series. The convenors wish to extend and expand the reflection on the concept of diaspora, its uses, its limits, or even its outright rejection as a useful concept, by unravelling the extent to which the diasporic condition affect the subjective perceptions of the self, the sphere of intimacy and memorial processes. They also want to address the ways in which these processes are reflected in past and contemporary artistic creation.
We seek contributions (theoretical interventions as well as case studies in the disciplines of the social sciences and the humanities) that address the following issues:

The diasporic body: what becomes of the perception of the self once affected by an experience of de-territorialisation? How does it intersect with issues of race and gender? Can migration be regarded as a rite of passage from childhood to adulthood and parenthood? What are the political underpinnings of these processes?

Diasporic memories and narratives of the self: diasporic consciousness solicits past memories brought from the place of origin still mediating the relationships with those who stayed behind, or new memories built up in the context of migration or on the work-place. They may reflect the migrant’s militant engagement or his/her intimacy. How are these different ranges of memories brought together in the narratives that migrants construct of themselves? How do they put together the fragmented pieces of their disrupted selves?

The idea of home: how do the perceptions of and relations with home evolve over the life course of migrants? What becomes of intimacy when it no longer dovetails with proximity?

Choices: migration is a long series of choices: the choice to leave, the decision to stay or to return, to marry or not, to bring up children here or there, etc. The question of choice is particular salient in a diasporic context. What is the mechanics of choice in a migratory context? Are they a manifestation or an illusion of agency (when the choice is made not to choose)?

DEADLINE FOR SUBMISSION OF ABSTRACTS (maximum 250 words): February 15, 2012
Please submit a short bio-bibliographical notice as well (maximum 200 words) and copy the five co-convenors of the conference.

Pr Sally Barbour (Wake Forest University, USA) barbour@wfu.edu
Dr David Howard (University of Oxford, UK) david.howard@conted.ox.ac.uk
Dr Thomas Lacroix (IMI, Univ. of Oxford, UK; MIGRINTER, Université de Poitiers, France) thomas.lacroix@univ-poitiers.fr
Dr Judith Misrahi-Barak (EMMA, Université Paul-Valéry – Montpellier 3, France) judith.misrahi-barak@univ-montp3.fr
Pr Claudine Raynaud (EMMA, Université Paul-Valéry – Montpellier 3, France) claudine.raynaud@univ-montp3.fr

DIASPORAS, CULTURES OF MOBILITIES, ‘RACE’” CONFERENCE SERIES
This will be the fourth meeting in the series organized by the research centre EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3, France) over 2011-13 which has gathered leading scholars in the field to identify and assess the joint evolutions of “Diaspora Studies” and “Race studies” to better understand: 1) how these approaches can be cross-fertilising; 2) how socio-economic and political changes have affected race relations and diasporic communities; 3) how literature and the arts, the social sciences and cultural studies have seized that question. This project entails a redefinition of terms and concepts and the confrontation of different, but not necessarily divergent, perspectives.

http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=285

A preparatory symposium, “Diasporas and Cultures of Migration” was held at University Paul-Valéry, Montpellier 3 in June 2011, in partnership with CAAR (Collegium for African-American Research), the Centre de Recherches Littéraires et Historiques de l’Océan Indien (CRLHOI, University of La Réunion), the Centre of South Asian Studies (CSAS, University of Edinburgh, UK), the Department for Continuing Education (University of Oxford), the Institut de Recherche Intersite Etudes Culturelles (IRIEC, University Paul-Valéry, Montpellier 3), the International Institute of Migration (IMI, University of Oxford), the MSH-Montpellier (Maison des Sciences de l’Homme-Montpellier), Wake Forest University (USA), Wesleyan University (USA). Leading scholars assessed the state of the debate in preparation for the second event, entitled “Diaspora and Race”, which took place at Wake Forest University in October 2012. The third conference, “African-Americans, ‘Race’ and Diaspora”, scheduled for June 13-15, 2013 at University Paul-Valéry, Montpellier 3, will be specifically dedicated to the interlocking issues of “race”, African-Americans and the Black Diaspora.

This conference “Diasporic subjectivity, intimacy and memory” (Oxford, June 30-July 2, 2013) will be organised as a partnership between EMMA (University Paul-Valéry, Montpellier 3, France), MIGRINTER (CNRS, Université de Poitiers, France), Wake Forest University (NC, USA) and the Department for Continuing Education (University of Oxford, UK).
It will be part of the main conference organised by Oxford Diaspora Program, COMPAS, IMI and Refugee Studies Center. The proposals sent in response to this cfp will be selected by the five co-convenors mentioned here. Notification of acceptance will be sent by March 15.

http://www.migration.ox.ac.uk/odp/