Tous les articles par Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 2)

Aéroport de Marignane : faute de rencontrer des étrangers, les murs des cellules témoignent de leur passage

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

 

Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014
Entrée du poste de la Police aux frontières à l’aéroport de Marseille © Sarah Przybyl, juillet 2014

Lorsque nous arrivons au bureau des policiers aux frontières de l’aéroport de Marignane, l’officier de quart et son supérieur ne sont pas présents, ils sont en réunion. L’officier de garde enregistre notre identité. Il dit ne pas disposer de chiffres sur le nombre de détenus, nous devrons voir avec ses supérieurs. Il demande ensuite à un de ses collègues de nous faire visiter l’espace où les étrangers sont détenus.

Nous descendons au sous-sol, au bout d’un couloir assez sombre, sur la gauche, se situent deux pièces vides où des étrangers sont parfois détenus. Les écritures sur les murs et les fenêtres témoignent de ces passages. D’ailleurs en pénétrant dans les cellules, nous sommes frappés par le nombre important d’inscriptions sur les murs, l’officier nous explique que ces pièces sont régulièrement repeintes.

Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
Les fenêtres de la cellule, elles, n’ont pas été repeintes (inscription datant de 2008) © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Daka el Billout B/R entré le 16/02/2014 à 18 h 00 et sorti aujourd’hui, le 18/02/2014 à 10 h 49. Algérie » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Des draps froissés sur un des lits indiquent qu’une personne a été récemment maintenue, le policier nous dit qu’il a pris le service il y a deux jours, et que ce sont sûrement ses collègues de l’équipe précédente qui ont eu affaire à cette situation. Il dit n’être au courant de rien, or lorsque nous irons l’après-midi à la zone du Canet – qui était également vide – nous apprenons par un des responsables de la police aux frontières qu’une femme camerounaise en provenance de Moscou y était maintenue le matin même, soit quelques heures avant notre arrivée. Cette dame était arrivée pour la première fois à Marseille il y a quelques jours avant d’être renvoyée vers Moscou. Les autorités russes ayant refusé sa réadmission, elle est revenue à Marseille où elle a été maintenue à nouveau. Les autorités françaises ayant pu entre temps obtenir un laissez-passer pour la réacheminer vers le Cameroun, la personne a été transférée vers Roissy où elle devait prendre un avion pour Douala. Mais à Roissy, elle aurait refusée de monter à bord de l’avion ; les autorités l’auraient alors libérée.

« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014
« Le 19/07/2014 à 15 h. La comorienne étudiante en Turquie je viens faire les vacances avec ma famille ici en France. Ils m’ont arrêté mais ça va aller inchallah. Dieu est grand » © Sarah Przybyl, juillet 2014

Dans la zone d’attente aéroportuaire, nous demandons au policier si des nationalités sont plus représentées que d’autres dans la zone d’attente. Il nous dit qu’il y a quelques semaines, un canadien a été maintenu car il n’avait pas la somme requise sur son compte pour entrer en France, il a donc été renvoyé vers le Canada et il est ensuite revenu avec la somme demandée. Le policier nous fait la démonstration d’une loi applicable à toutes les nationalités transitant par l’aéroport et dévie ainsi le sens de notre question. Le contraste est d’ailleurs frappant entre les propos du policier et les nationalités qu’ont indiqués les détenus dans leurs inscriptions sur les murs.

En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014
En juin 2014, Hamid – de nationalité algérienne semble-t-il – a été maintenu à l’aéroport de Marignane © Olivier Clochard, juillet 2014

Concernant l’état des deux salles où sont détenus les étrangers, elles ont une superficie chacune de 16 mètres carré environ. Les matelas en plastic marron disposé sur les lits sont trop petits et très dégradés, il n’y a ni table, ni chaise, soit des conditions matérielles de détention pitoyables, et bien loin des prestations de type « hôtelier ». Le jeune policier qui nous autorise à prendre des photographies nous indique que les personnes ne sont pas maintenues dans ces locaux plus de 48 heures puisqu’elles sont généralement transférées dans la zone d’attente du Canet.

Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014
Chacune des deux cellules dispose de deux lits. © Sarah Przybyl, juillet 2014

Une fois la visite terminée, les agents de police nous invitent à revenir d’ici une demi-heure afin que nous puissions rencontrer leurs supérieurs hiérarchiques. Une demi-heure plus tard, ils ne sont toujours pas là et seraient pris par une réunion relative à l’accident aérien qui a eu lieu avec l’appareil d’Air Algérie. Si nous ne voyons pas le lien entre cet incident et la réunion des agents de la PAF, il semble bien que les dires de ces deux policiers soient emprunts de mauvaise volonté, il devient évident qu’ils ne veulent pas nous recevoir.

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Bienvenue à Bara Mboup

Le laboratoire Migrinter accueille pour une période de quinze jours* Bara Mboup, Enseignant à l’Ecole Supérieure d’Economie Appliquée (ESEA) et au Département de Géographie de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) à Dakar (Sénégal).

Bara Mboup a conduit une thèse en 2006 intitulée : « Politique de développement, migrations internationales et équilibre villes-campagnes dans le vieux bassin arachidier (région de Louga, Sénégal) » au sein de l’Université de Cheikh Anta Diop de Dakar.

Aujourd’hui, Bara Mboup mène des recherches sur les enjeux et les perspectives d’une politique migratoire au Sénégal. Il est également coordinateur d’un laboratoire de recherche sur les Migrations et l’Education au Développement (REMED) au sein de l’ESEA. Il compte ainsi profiter de son séjour dans les locaux de la MSHS pour se nourrir des ouvrages disponibles au centre de documentation.

Il est accueilli dans le bureau « Chercheurs invités » de la MSHS.

Bara Mboup avait déjà été accueilli à Poitiers du 20 novembre au 05 décembre 2012, lors d’un séjour qu’il avait considéré comme un « voyage prospectif » et qui fut également l’occasion pour lui de rencontrer et dialoguer avec les chercheurs présents.

* du 12 au 22 janvier 2015

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Revue e-migrinter : parution du n°12 « Les chiffres de l’immigration… »

couv201412

L’équipe de la revue e-migrinter est heureuse d’annoncer la publication de son douzième numéro : « Les chiffres de l’immigration. Un regard critique sur les statistiques » coordonné par Marianne Blidon et Luc Legoux. 

Ce numéro présente les travaux de chercheurs réunis lors de la journée d’étude intitulée : « Les chiffres de l’immigration. Un regard critique sur les statistiques » du 19 octobre 2011. Une journée organisée à l’Université Paris 1 par l’Institut de Démographie de l’Université Paris 1 (IDUP) en collaboration avec l’UMR Migrinter. 

Extrait de l’éditorial de Marianne Blidon et Luc Legoux :

« Les statistiques migratoires, comme beaucoup de statistiques sociales, sont à la fois un outil de connaissance scientifique et de communication politique. En France, et plus généralement en Europe, où les migrations occupent depuis longtemps une place importante dans le débat public, le poids de la communication politique tend à être prépondérant et les chiffres sont souvent utilisés de manière a-critique. Dans ce contexte, l’étude détaillée de la construction des chiffres devient un élément nécessaire à l’analyse des discours sur l’immigration et plus généralement, à la compréhension des mouvements migratoires. »

 Vie du labo & Notes de lectures

Du Liban au Royaume-Uni en passant par la Guinée et le Ghana, trois jeunes docteures présentent dans ce numéro leur thèse récemment soutenue. On trouvera aussi un compte-rendu de l’intervention de Véronique Petit intitulée « Migrations internationales et santé mentale : enquêter dans les services psychiatriques au Sénégal », présentée lors du séminaire d’équipe Migrinter le 20 mars 2014. 

Enfin, à travers leurs notes de lecture, deux doctorants nous invitent à nous plonger dans « Les théories de la migration » de Victor Piché et à découvrir la diaspora chinoise à travers l’ouvrage de Carine Pina-Guerassimoff, « La Chine et sa nouvelle diaspora : la mobilité au service de la puissance ».  

 

L’équipe de la revue vous souhaite une agréable lecture ! 

Revue e-migrinter

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

Tanger est une ville côtière et portuaire située au nord du Maroc. Point de jonction incontournable entre le Maroc et l’Espagne, Tanger est depuis des années un lieu par lequel transitent des marchandises par bateau, circulent des touristes, mais aussi des migrants de tous âges et horizons confondus. Pendant un mois, c’est en binôme que les investigations aux côtés des jeunes candidats à l’émigration ont été menées dans les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée autorisant dès lors une lecture des évolutions de la dynamique migratoire à la lumière des changements de l’infrastructure portuaire.

Tanger : point de passage des migrations marocaines et africaines vers l’Europe

L’Espagne et le Maroc sont séparés par le détroit de Gibraltar qui s’étend sur une trentaine de kilomètres. Du fait de la faible distance la séparant de l’Europe, la ville côtière de Tanger jouit d’une situation privilégiée qui fait d’elle un point de passage clé pour les candidats à l’émigration (clandestine ou régulière). Ancré dans l’histoire marocaine, le port de Tanger s’est construit comme un lieu d’échanges et de passages emblématique. Depuis sa fondation sous l’occupation anglaise en 1662 et au fil de l’histoire marocaine, ce port a connu de nombreuses mutations qui participent pleinement de la dynamique tangéroise.

Le voisin européen : vue des côtes espagnoles depuis la nouvelle annexe portuaire de Tanger ©Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

 Tanger : quels changements animent cet espace ?

Depuis les cinq dernières années, les infrastructures de l’espace portuaire tangérois évoluent profondément. Le port de Tanger-ville connait actuellement un projet de reconversion visant à en faire une zone de plaisance principalement destinée à l’activité de pêche ainsi qu’au transit des voyageurs en provenance (ou à destination) de l’Espagne. L’envoi et la réception des marchandises ne se réalisant plus depuis le port de Tanger-ville, l’enceinte de ce dernier s’est vue être vidée du flot de camions qui y transitaient habituellement au profit du port de Tanger-Méditerranée.

Port de Tanger-ville © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

 Dans l’objectif de se saisir de cette position stratégique aux portes du détroit de Gibraltar, les autorités marocaines ont amorcé la construction d’un nouveau port en eau profonde : Tanger-Méditerranée. Il est situé à une quarantaine kilomètres à l’Est du port de Tanger-ville et a été construit pour un montant de douze milliards de Dirhams (environ un milliard d’euros), sa mise en marche effective a eu lieu en juillet 2007. La prévision d’une saturation du port à l’horizon 2015 a entraîné la mise en chantier de l’annexe portuaire Tanger-Méditerranée II. Ces projets portuaires sont de véritables paris pour le Royaume du Maroc qui aspire ainsi se placer en leader des échanges mondiaux.

Tanger-Med : zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

La sécurité : maître mot d’un projet de grande envergure

La volonté de se doter d’infrastructures portuaires performantes et modernes s’est accompagnée du déploiement d’une série de moyens de sécurité. Les caméras (classiques, infrarouges, optiques), les radars, les détecteurs de battements de cœur, les clôtures ou encore le système de points de contrôle d’accès piétons automatiques sont autant d’éléments qui renseignent sur l’objectif des autorités de stopper l’émigration clandestine depuis les ports de la côte tangéroise.

Les ambitions du Maroc en termes de leadership de l’industrie portuaire sont donc à mettre en perspective avec la volonté de limiter et de contrôler les départs clandestins des migrants marocains ou africains. En effet, l’une des stratégies de passage du détroit utilisée par une partie des candidats à l’émigration consiste à se glisser sous un camion ou à se cacher dans les conteneurs en partance pour l’Europe. L’arrêt des départs de camions depuis le port de Tanger-ville n’a pas été suivi d’une interruption instantanée des tentatives de passage. Si la sécurisation de ces deux ports réduit de fait les opportunités de passages, il n’en reste pas moins vrai qu’à l’heure actuelle des départs s’effectuent au sein de ces deux ports. La position géographique de Tanger ne permet donc pas au Maroc, même par le biais de nouvelles infrastructures et l’installation de systèmes de sécurité performants, de s’affranchir de la question de l’émigration clandestine.

Des caméras de surveillance installées autour la zone réservée aux conteneurs © Sarah Przybyl, MIGRINTER, 2013

Les évolutions de la dynamique migratoire

L’histoire marocaine a été marquée par plusieurs périodes d’émigration vers l’Europe : la première, allant des années 60 à 70 et majoritairement masculine, a consisté à répondre aux besoins européens en main-d’œuvre; la deuxième, sur la décennie suivante, aura été principalement liée à l’arrêt de l’immigration en France (1974) et au développement du regroupement familial ; enfin, les années 80 à 85 ont connu l’émergence d’une émigration féminine, constituée de femmes célibataires ou avec des enfants. Depuis, le Maroc connait une nouvelle phase d’émigration dont les protagonistes sont des enfants et adolescents appelés également harragas (brûleurs). Aucun chiffre ne permet d’estimer précisément le nombre de ces jeunes sur le sol marocain.

Le Maroc a voté en novembre 2003 un ensemble de mesures dont une inscrivant la tentative d’émigration clandestine comme délit. Aussi, peu importe l’âge du « délinquant » repéré, l’amende peut s’élever de 3 000 à 10 000 Dirhams (entre 300 et 1 000 euros) et aller jusqu’à six mois d’emprisonnement.

Tanger-ville : deux jeunes marocains regardant l’embarquement des voyageurs à destination de Tarifa © Sarah Przybyl, MIGRINTER 2013

Les harragas sont un des visages de ces candidats à l’émigration clandestine. Ces jeunes âgés de moins de 18 ans, qui brûlent leurs papiers d’identité avant d’embarquer à bord d’un bateau en se glissant sous un camion ou dans un conteneur, sont toujours présents dans les enceintes portuaires tangéroises. La diminution des opportunités de passage liée aux évolutions mentionnées rend les tentatives de hrag (brûler le détroit ou passer clandestinement) de plus en plus risquées et les chances d’arriver à bon port de plus en plus restreintes. Si la vie de ces enfants et adolescents est réellement mise en danger par le caractère périlleux du passage, il faut aussi rappeler que le temps d’attente avant de réussir une tentative s’allonge considérablement menant une partie de ces jeunes à errer dans les rues de Tanger avant un possible départ.

Les mutations relevées dans cet espace frontière tangérois marquent l’entrée du Maroc dans une ère caractérisée par un accroissement des échanges. Si le Maroc réalise un réel pari sur l’avenir, il semble en avoir oublié une de ses composantes principales : la jeunesse marocaine qui, pour une partie d’entre elle et au péril de sa vie, tente de rejoindre l’Europe.

——————————————————————–

Pour en savoir plus :

Przybyl, Sarah (2013) Tanger, migrations et mutations d’une ville portuaire, microscoop le magazine de la délégation CNRS Centre Limousin Poitou-Charentes, n°68, pp.18-19.

http://www.centre-poitou-charentes.cnrs.fr/plus_microscoop/numeros/MS68.pdf#PAGE=10

Les photographies sont de l’auteur.

Elles sont extraites de la photothèque de Migrinter. Pour y accéder, cliquez ci-dessous.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/MIGRINTER-PHOTO/

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

IRUN Conference : migrations en Europe, Europe et migrations

Du 6 au 8 juin, l’Université de Poitiers a reçu dans les locaux de la MSHS neuf établissements européens d’enseignement supérieur dans le cadre du réseau universitaire international IRUN (International Research Universities Network).

Les objectifs principaux du réseau sont la mise en valeur, à un niveau européen, des recherches menées dans les diverses universités du réseau, mais aussi la proposition de rencontres entre chercheurs, professeurs et doctorants. C’est donc dans le cadre des séminaires, conférences et colloques organisés par le réseau IRUN que se sont déroulées ces journées d’échanges.

La journée du 6 juin marquait l’ouverture des différentes conférences et était dédiée à la tenue d’un séminaire entre doctorants des universités membres du réseau autour du thème : Migrations en Europe, Europe et migrations. Après leur communication, les doctorants étaient invités à présenter les posters qu’ils avaient réalisés autour des thèmes de leur sujet de thèse.

La diversité disciplinaire des doctorants présents à cette conférence a permis de débattre des différentes approches qu’il est aujourd’hui possible de mobiliser et de croiser dans le champ des migrations internationales. André Magord (Institut d’études acadiennes et québécoises, IEAQ) et Thomas Lacroix (Migrations internationales, Migrinter) ont respectivement présenté les thématiques de recherche de leur laboratoire en lien avec le sujet retenu pour la journée du 6 juin. Les différents axes et ressources ont été la démonstration de la dynamique scientifique de l’Université de Poitiers à travers ses différents laboratoires de recherche.

Juristes, économistes, sociologues, philosophes et géographes ont donc pu échanger tout au long de cette journée sur la manière dont il était possible de comprendre et d’analyser les divers aspects des migrations internationales. Ces échanges sont venus prouver une fois de plus la fécondité des approches pluridisciplinaires et l’importance de rencontres de ce type.

Le 7 juin a été par ailleurs l’occasion de présenter les ressources bibliographiques du centre de documentation de la MSHS à travers une visite assurée par Gilles Dubus (documentaliste au laboratoire Migrinter).

Pour plus d’informations : 

Site officiel IRUN (Internation Research Universities Network)

Université de Poitiers : IRUN Conference

 

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Le colloque PUCAFREU en vidéos

Dans le cadre du projet PUCAFREU,  les 22, 23 et 24 octobre 2012 s’est tenu le colloque intitulé Les mineurs migrants non accompagnés et sans protection en Europe : quelles raisons expliquent leur manque de protection ? Au regard du nombre important d’intervenants et de l’actualité de ce sujet à travers les différents pays du monde, un enregistrement a été réalisé tout au long du déroulement du colloque.

C’est dans une optique de diffusion et d’échange que le Service i-médias et le Centre de Ressources Multimédias de l’Université de Poitiers viennent de mettre en ligne l’intégralité des séances en accès libre.

Pour voir ou revoir le contenu du colloque, rendez-vous dès maintenant sur la chaîne UPtv en cliquant sur le lien suivant :

UPtv – Colloque PUCAFREU, 22-23-24 octobre 2012

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Conférence à l’Espace Mendès France

CONFÉRENCE

Le jeudi 17 janvier 2013 à 18h00Raphaëlle Branche, Maître de conférences à l’Université Paris 1 présentera son film  » Palestro, Algérie : histoires d’une embuscade.«  


C’est à la suite de la projection de son film à l’auditorium de l’Espace Mendès France, que Raphaëlle Branche interviendra sur l’adaptation de son ouvrage historique  L’embuscade de Palestro, Algérie 1956 (publié chez Armand Colin en 2010) en un film documentaire. 

Cette séance sera l’occasion d’aborder les questions de méthodes scientifiques et artistiques, dans l’utilisation d’un support tel que le documentaire, mais aussi de revenir sur l’expérience de Raphaëlle Branche dans son processus de transition de son livre historique vers le film. 

 « Palestro, Algérie : histoires d’une embuscade « . Du livre au film : retour sur une expérience.

Raphaëlle Branche – Maître de Conférences (Paris 1)

Auditorium – Espace Mendès France

De 18h00 à 21h00 – Entrée libre

Cet événement est organisée en partenariat avec Migrinter et s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences « Atelier des chercheur-e-s sur les faits migratoires » organisé par Yann Scioldo-Zürcher (chargé de recherche au CNRS).

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Séance du 29 novembre 2012 : Quelles sources et méthodes …?

Extrait du film Smoke (1995) auquel William Berthomière a fait référence lors de son intervention.

Le 29 novembre 2012 s’est ouvert dans les locaux de la MSHS le séminaire intitulé « Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ? » organisé par Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily et David Lessault. Ce séminaire s’attachera au cours de plusieurs séances à revisiter les méthodes de production de données dans le champ d’étude des migrations internationales.

C’est avec l’intervention de William Berthomière intitulée  « Street Geography: réflexion autour des usages de l’image dans l’étude des migrations au sein d’un espace public comme la rue » qu’a été inauguré le séminaire. Le premier temps de son exposé a été l’occasion de rappeler son positionnement théorique inspiré notamment des écrits de Jacques Derrida, Georg Simmel ou encore Georges Steiner. William Berthomière a ainsi fait la démonstration de la fécondité des approches pluridisciplinaires en sciences humaines et sociales, et plus particulièrement dans le champ des migrations internationales. C’est en présentant son « empirisme radical » inspiré de la démarche de l’anthropologue Daniel Miller, que William Berthomière a abordé dans un deuxième temps, son intérêt pour l’usage de la photographie et de la vidéo dans ses recherches. Ses travaux s’inspirent et s’inscrivent ainsi au sein des productions et réflexions produites par le réseau Photographier la ville, mais aussi des courants de la Street Sociology ou de la Street Anthropology.

William Berthomière a fait la démonstration de la pertinence de ces nouvelles méthodes en présentant une partie ses recherches de terrain à Neve Sha’anan, quartier sud de Tel-Aviv. À travers ses clichés et vidéos, et en entrant dans la peau du « passant considérable » d’Isaac Jospeh, le chercheur a souhaité rendre compte des indices du processus de mondialisation que la rue donne à voir.

À la suite de son intervention, Isabelle Rigoni a discuté de ces méthodes de récolte de données avec William Berthomière, les échanges ont suscité un certain nombre de questionnements dans le public. La séance s’est terminée sur la nécessité de poursuivre les échanges autour des méthodes mentionnées lors de l’intervention de William Berthomière.

La prochaine séance se déroulera le 21 Février 2013

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts

Retour sur le colloque : « Les mineurs étrangers non accompagnés … »

Les 22, 23 & 24 octobre 2012 a eu lieu le colloque international portant sur les mineurs étrangers non accompagnés et sans protection en Europe. Ce sujet d’actualité et de société a fait l’objet d’un travail de recherche ces deux dernières années dans le cadre du projet Promoting unaccompanied Children’s Access to Fundamental Rights in the European Union (PUCAFREU). L’organisation de ce colloque est née de la volonté de présenter d’une part les résultats de ce programme mais aussi de réunir à travers la thématique des mineurs étrangers non accompagnés, une multitude d’acteurs aux champs disciplinaires et de compétences variés.

  •  Retour sur le projet PUCAFREU

La MSHS (Maison des Sciences de l’Homme et de la Société) accueille dans ses locaux depuis deux ans Daniel Senovilla-Hernández, chercheur et coordinateur du projet PUCAFREU, ainsi que Lélia Tawfik, ingénieure d’étude et chargée du projet. Sous l’égide d’une analyse des politiques européennes et internationales, cinq partenaires situés chacun dans un pays de l’Union européenne (Belgique, Espagne, France, Italie et Roumanie) ont mené au cours de ces deux années des entretiens et observations auprès des mineurs étrangers non accompagnéssur le terrain. L’objectif principal étant d’identifier les raisons qui mènent à un manque de protection de cette population récemment mise en lumière.

  • Le déroulement du colloque

Le 22 octobre a eu lieu l’ouverture du colloque dans les locaux de la Faculté de droit qui accueille le Centre d’Étude sur la Coopération Juridique International (CECOJI),un des partenaires du programme de recherche PUCAFREU. Les cadres juridiques européen et français qui concernent les mineurs étrangers non accompagnés y ont été traités respectivement, par des enseignants et des doctorants en droit. L’ouverture des portes de la faculté au grand public a rendu possible des échanges d’une grande richesse entre professionnels et intervenants.

Le déroulement du colloque s’est poursuivi dans les locaux de la MSHS pour les 23 et 24 octobre. L’ouverture de la journée du 23 octobre a été marquée par la présentation des résultats par les partenaires associatifs et universitaires du projet PUCAFREU. Les exposés ont mis au jour une véritable mosaïque des approches nationales en termes d’inclusion et d’exclusion des mineurs étrangers non accompagnés aux systèmes de protection. La richesse des analyses fournies par les intervenants ont été étayées par l’insertion de témoignages de jeunes rencontrés dans les différents pays. Le traitement de thématiques telles que l’exploitation des mineurs étrangers non accompagnés,les pratiques institutionnelles menant à l’exclusion des systèmes de protection, ou encore les lacunes des Droits de l’homme contemporains à l’égard des adolescents migrants a permis l’instauration d’un espace d’échanges fécond. Les interactions tout au long de la journée entre le public et les intervenants ont témoigné du grand intérêt porté à cette thématique par les différents acteurs.

La journée du 24 octobre s’est articulée autour de présentations et d’ateliers. Les interventions qui se sont déroulées la matinée invitaient à porter une réflexion quant aux pratiques formelles et informelles à l’égard des mineurs non accompagnés d’une part, mais aussi à la notion d’imaginaire migratoire d’autre part. L’après-midi a débuté par la mise en place d’ateliers qui se sont respectivement déroulés en français, anglais et espagnol. Au cours de ces séances, une attention particulière a été portée aux modalités de l’accueil des mineurs étrangers non accompagnés à travers la parole donné à des professionnels de terrain, spécialisés dans la gestion quotidienne des situations délicates rencontrées par cette population.

Les ateliers ont été suivis d’une réflexion autour des modalités qui peuvent être mises en place à l’heure actuelle pour améliorer la protection des mineurs étrangers non accompagnés. Ces interventions relatives aux pistes de solutions sont ainsi venues clôturer la journée de présentation et les débats avec l’audience.

  •  Quelles conclusions ?

Daniel Senovilla Hernández a rappelé en guise de conclusion la nécessité de poursuivre les échanges autour de la thématique des mineurs étrangers non accompagnés. L’intérêt qu’a suscité ce colloque au vu du nombre de participants et d’intervenants est une démonstration renouvelée de la pertinence de la mise en commun des expertises. C’est dans l’objectif d’alerter les politiques sur la situation préoccupante des mineurs étrangers non accompagnés, et de proposer des solutions juridiques aux carences de protection soulignées, qu’a été lancée le jeudi 25 octobre une plateforme d’experts composée de 27 membres spécialistes du sujet. À l’heure actuelle, la déclaration commune présentée lors du lancement de la plateforme est en discussion. Comme l’a montré ce colloque, la thématique des mineurs étrangers non accompagnés sous-tend la mobilisation d’une série d’acteurs issus du monde institutionnel, associatif ou universitaire. Les regards portés et les conclusions présentées relatives à la protection de ces jeunes migrants indiquent l’extrême urgence à proposer des solutions et à poursuivre une réflexion transdisciplinaire.

  •  Quelques mots sur l’organisation du colloque

La venue de plus d’une centaine de personnes au sein de la MSHS ne s’est pas faite sans une certaine logistique.La gestion administrative a été pleinement assurée par Alexandra Brunaud, Maurad Hamaidi, et Rémy Coopman. En parallèle, Daniel Senovilla Hernández et Lélia Tawfik ont œuvré de pair à la préparation du colloque tant sur le fonds que sur la forme de celui-ci. La coordination du comité d’organisation composé d’environ dix personnes (étudiants et doctorants) a été assurée pendant plus de deux semaines par Lélia Tawfik. L’engagement de chacun a permis le bon déroulement du colloque et a une fois de plus illustré le gage de qualité des événements organisés au sein de la MSHS.

En parallèle des interventions, deux séries de photographies ont été exposées tout au long du colloque. La série réalisée par Chiara Tamburini dans les centres de détention aux frontières européennes d’une part, et celle effectuée par Julien Faure portant sur les mineurs étrangers non accompagnés à Paris d’autre part, ont été des supports aux propos relatés lors du colloque. De plus, c’est avec la participation de Gilles Dubus, responsable de la documentation, que le centre de ressources bibliographique de la MSHS a été mobilisé tout au long de l’événement afin de présenter une sélection d’ouvrages traitant des mineurs étrangers non accompagnés.

La venue d’un public d’origine variée a nécessité la présence de deux traducteurs, leur travail de qualité a permis à l’audience de bénéficier de toutes les communications et cela tout au long du colloque. Un dispositif d’enregistrement vidéo a également été dépêché dans l’objectif de diffuser au plus grand nombre de personnes le riche contenu de ce colloque. Les vidéos seront bientôt mises en ligne sur le site de l’université de Poitiers.


Pour plus d’informations sur le sujet et le projet PUCAFREU :

www.pucafreu.org ~ infomie.net ~ www.mshs.univ-poitiers.fr ~uptv.univ-poitiers.fr

Sarah Przybyl

Doctorante en Géographie

More Posts