Tous les articles par Kamel Doraï

Concours allocations de recherche 2014

Le concours pour les allocations doctorales 2014 est ouvert. Tout étudiant intéressé doit en premier lieu prendre contact avec le responsable du laboratoire (mkdorai@univ-poitiers.fr). Les modalités du concours sont indiquées sur le site de l’école doctorale Sociétés et organisations.  Les projets doivent s’inscrire dans l’une des deux thématiques proposées cette année :

Profil 1 : Les réseaux économiques ethniques transnationaux dans la ville

Profil 2 : Migrations, mobilités et changement urbain

Profil 3 : Politique migratoire, pays d’origine et droit

Les projets proposés doivent s’articuler avec le projet scientifique de l’unité. Les étudiants doivent se rapprocher des directeurs de thèse potentiels à Migrinter qui pourront les orienter dans la définition de leur projet.

Les dossiers devront être remis au laboratoire Migrinter au plus tard le 19 mai 2014. L’audition des candidats retenus par le laboratoire est fixée au 26 mai 2014 dans la journée à la Mshs de l’Université de Poitiers.

Le dossier doit nous parvenir avec les pièces suivantes (susceptibles d’être modifiées en fonction du dossier demandé par l’Ecole doctorale) :
•    le cv du candidat (2 pages) ;
•    le projet de recherche faisant apparaître (4 pages maximum) :
la problématique ;
l’état de la recherche ;
la méthodologie envisagée et un échéancier de travail ;
la faisabilité de la thèse ;
•    le cv du directeur de recherche pressenti pour encadrer la thèse avec ses publications (2 pages) ;
•    un avis circonstancié du directeur de thèse et de laboratoire (originalité de la problématique, compétences et adéquation de la candidature, etc.) ;
•    une attestation de réussite au master (dès qu’elle est disponible).

Le déroulement de la procédure de participation au concours est le suivant. Une audition des candidat(e)s présélectionnés par le laboratoire aura lieu à Migrinter (Mshs, Poitiers) le 26 mai 2014. A l’issue des auditions 1 ou 2 candidat(e)s sera/seront retenu(e-s) et pourront donc candidater au concours à l’école doctorale SORG. Seul(e)s les candidat(e)s présenté(e)s par le laboratoire sont habilités à concourir.

8 New Research Positions within the INTEGRIM Marie Curie Initial Training Network

Please note that the deadline to submit a proposal has been extended.

THE NEW DEADLINE IS: 11th April 014 at 14.00 p.m (Brussels time)

 

This project aims to research on policies and pathways of integration processes concerning migrants and minorities in European societies. The early-stage research positions offered in this call are open to students exploring issues related to migration and the integration of migrants in European societies, whose doctoral research should fit into the following INTEGRIM themes:

  1. Identity and cultural integration;
  2. Citizenship and political participation;
  3. Labour and social integration;
  4. Urban integration, residential patterns and mobility.

The ESR posts should ideally be assigned to PhD candidates who are already in more advanced stages of their doctoral research and the elaboration of their thesis (applicants should have no more than 4 years of full-time research experience since obtaining the degree that entitles them to pursue doctoral studies). The programme offers them the possibility of enjoying a one-year-long research stay at one of the academic institutions of the network (or two years in the case of Central European University), either to improve their analysis or to develop the corresponding field work for their projects. »

Migrinter is recruiting a PhD candidate for 12 months in the following Work Package :

WP2- Citizenship and Political Participation: the network is interested in three specific areas: (1) transnational political participation and transnational citizenship and most particularly with the political participation of emigrants in their home countries; (2) links between culture and citizenship where artistic cultural production can act as a means of integration and participation even at the political level; and (3) political participation from an original perspective.

Contacts :
Thomas Lacroix : thomas.lacroix@univ-poitiers.fr
Kamel Doraï : mkdorai@univ-poitiers.fr
For further information: http://www.integrim.eu/application-process/

Séminaire C. Belkhodja (Univ. Moncton, Canada), 16 mai 2013 10h -13h – Mshs, Poitiers

L’instrumentalisation des étudiants internationaux dans les politiques d’immigration au Canada : discours, pratiques et réalités

Le séminaire aura lieu à la Mshs en Salle Gargantua.

Le besoin croissant de travailleurs qualifiés et le problème de la reconnaissance des qualifications obtenues à l’étranger font des étudiants internationaux une catégorie immigrante de premier choix. Au Canada, comme dans d’autres pays, depuis une dizaine d’années, un rapprochement s’établit entre les politiques d’immigration et les étudiants internationaux. Par l’augmentation des étudiants internationaux, le rôle des universités est donc amené à sa transformer. Notre recherche s’intéresse aux processus d’internationalisation des universités situées dans des régions moins marquées par les flux migratoires.

Dans des petits milieux, l’Université peut jouer un rôle considérable dans le développement économique et l’établissement de liens avec les autres intervenants en matière d’immigration : gouvernements, municipalités et acteurs économiques. Le campus universitaire devient un lieu propice pour comprendre de nouvelles dynamiques identitaires dans des milieux caractérisés par un faible nombre d’immigrants et une population locale plus homogène que celle vivant dans les grands centres urbains. Le campus universitaire peut être présenté comme un laboratoire de la diversité intéressant à comprendre et à analyser. Ceci est d’autant plus vrai dans les communautés francophones minoritaires, qui sont relativement homogènes et souffrent à la fois de la dénatalité et de l’assimilation linguistique. À partir de plusieurs terrains d’investigation, nous analysons et questionnons les diverses stratégies d’internationalisation que les universités mettent en place dans le but d’attirer les étudiants étrangers, les politiques et pratiques d’intégration dans les campus et les efforts en ce qui concerne la rétention.

Accueil de Chedly Belkhodja – Univ. Moncton (Canada)

CBelkhodjaChedly Belkhodja sera présent à Migrinter du 13 au 17 mai. Il est professeur au département de science politique de l’Université de Moncton.

Ses recherches portent sur les questions de l’immigration dans les villes de taille moyenne et dans les régions de faible immigration et des discours et représentations de la diversité culturelle, religieuse et ethnique. Il mène également une réflexion sur le phénomène du populisme et des idéologies de  la droite. Ses articles ont été publiés dans Études ethniques du Canada, Revue canadienne de science politique, Politique et Sociétés, Argument, Francophonie d’Amérique, Lexicometrica.

Il vient de publier un ouvrage collectif sur les politiques et les pratiques de la régionalisation (L’Harmathan, 2012) et un essai sur l’immigration au Nouveau‐Brunswick (D’ici et d’ailleurs, Perce‐Neige, 2011). En parallèle, il a réalisé deux films produits par l’Office national du film du Canada, soit Tableaux d’un voyage imaginaire en 2001 avec le cinéaste Jean Chabot et Au bout du fil en 2006.

Quelques références

  • Chedly Belkhodja et Michèle Vatz-Laaroussi (sous la dir.) (2012) L’immigration en dehors des grands centres : enjeux, politiques et pratiques dans cinq États fédéraux, Paris, L’Harmattan, 266 pages
  • Chedly Belkhodja  (2011) D’ici et d’ailleurs. Regards croisés sur l’immigration francophone en Acadie du Nouveau-Brunswick, Moncton, Éditions Perce-Neige (Essais et documents), 122 pages.
  • Chedly Belkhodja et Christophe Traisnel (2011). « Immigration and Diversity in New Brunswick », John Biles, Meyer Burstein et Jim Frideres (sous la dir.) Integration and Inclusion of Newcomers and Minorities across Canada, McGill-Queen’s University Press, p. 277-300.

Urbanisation et ségrégation des camps de réfugiés palestiniens au Liban

Du camp à la ville

Les réfugiés palestiniens du Liban se trouvent aujourd’hui marginalisés dans leur société d’accueil. Leurs spécificités, et l’urgence de trouver une solution durable à leur situation, sont régulièrement soulignées par l’UNRWA [Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient]. Cette communauté cristallise des enjeux géopolitiques tant à l’échelle régionale qu’à l’échelle de son pays d’accueil. Elle constitue à ce titre un champ d’investigation privilégié pour analyser les rapports entre réfugiés, acteurs politiques et dynamiques spatiales

[Article à lire sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halsh s-00333392/fr/]

Avec une population estimée entre 200 000 et 400 000 individus, les Palestiniens du Liban sont l’une des principales communautés résidant en dehors des frontières de la Palestine du mandat britannique, derrière la Jordanie et à égalité avec la Syrie. La communauté palestinienne qui réside au Liban est aujourd’hui une de celles dont l’avenir est le plus problématique alors que plus de 50% des réfugiés résident toujours dans les camps de l’UNRWA. Ce taux, l’un des plus élevés de la région, est l’un des signes de la précarité de l’installation des Palestiniens au Liban. Les camps de réfugiés, conçus à l’origine comme des structures temporaires, se sont durablement inscrits dans le paysage urbain du Liban, jusqu’à faire partie intégrante des principales agglomérations littorales. La place des camps de réfugiés dans la ville demeure cependant singulière, surtout au Sud-Liban, ou au Nord suite à la destruction du camp de Nahr al Bared, où ils sont soumis à un strict contrôle de l’armée libanaise et où une certaine extra-territorialité demeure. Il convient d’ajouter à cela les contraintes juridiques auxquelles ils sont soumis, qui privent les réfugiés de nombreux droits essentiels comme l’accès au marché du travail. Ils sont aujourd’hui confrontés à une double contrainte : la crise d’un processus de paix qui a longtemps occulté le volet des réfugiés de 1948, et la marginalisation sociopolitique croissante des réfugiés dans leur État d’accueil.

Camp de Mar Elias

Dans le camp de Mar Elias, à la limite sud de la municipalité de Beyrouth, la densification de l’habitat entraîne la construction de nouveaux étages, faits de parpaings et de tôle ondulée.

Des commerces de proximité se développent dans les camps, ici à Mar Elias, parce que la location du local y est moins coûteuse que dans d’autres quartiers de Beyrouth, et que les Palestiniens n’ont pas le droit de travailler hors des limites du camp. La clientèle vient en majeure partie des quartiers alentours. Le pouvoir d’achat des habitants est généralement très faible et seuls les épiceries et les vendeurs de fruits et légumes vivent grâce à la clientèle palestinienne du camp.

Vente d’eau dans le camp de Shatila

D’autres commerces viennent répondre à la carence d’infrastructure dans les camps, où il arrive souvent que l’eau ne soit pas potable. Des vendeurs d’eau filtrée se sont donc installés et approvisionnent le camp, comme ici à Shatila.

Camp de Rashidiyyeh

Les camps du sud Liban, pour la plupart implantés en milieu rural ou à la périphérie des villes, disposent d’espaces plus vastes. On assiste alors moins à l’élévation du bâti qu’à son extension. Des produits de récupération sont utilisés pour créer de nouvelle pièces, qui viennent se greffer sur les habitations datant de la création du camp.

Toutes ces photographies sont issues de la photothèque de MIGRINTER,

Elles ont également été publiées dans la galerie Flickr de l’IFPO à l’adresse :

http://www.flickr.com/photos/ifpo/sets/72157622562477113/with/4054867445/

Séminaire « Expériences migratoires », 12 avril 2013 – Poitiers

Dans le cadre du séminaire « Expériences migratoires », organisé par Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS), Marie-Antoinette Hily et Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers), nous avons le plaisir de vous convier à la journée d’étude « Migrations. Corps et émotions » qui se tiendra :

Le vendredi 12 avril 2013 de 10 à 17 h.

1)     MSHS de Poitiers, salle Mélusine, en présence des intervenants,

2)    EHESS, salle Abel Gance, 190 avenue de France 75013, Paris, en visio-conférence

Programme de la journée :

Solange Chavel, maîtresse de conférence en philosophie, Université de Poitiers.

« La migration, entre fantasme et fiction »

Les débats publics autour de la migration, comme beaucoup de débats de justice politique, procèdent à la fois par échanges d’arguments de principe et par description de situations typiques. Ils reposent, en un mot, sur des imaginaires sociaux, tissés de récits et d’émotions.

La question que j’aimerais traiter dans cette conférence est méthodologique : de quelle manière les sciences humaines peuvent-elles critiquer les imaginaires sociaux de la migration pour distinguer ceux qui relèvent de la fiction exemplaire de ceux qui relèvent du fantasme?

 

Cécile Vermot, docteure en Anthropologie, chercheure associée au CEPED, Université Paris Descartes.

« La migration et l’ambivalence des sentiments des migrants argentins à Miami et à Barcelone. »

Entre 1999 et 2003 les Argentins ont vécu une crise économique, politique et sociale, qui a atteint son point culminant durant le Corralito en 2001. La fragmentation de l’Argentine comme « communauté imaginée » a entraîné indignation, déception, frustration et incertitude ; sentiments face auxquels certains Argentins ont choisi de répondre par des actions collectives alors que d’autres ont choisi d’émigrer, principalement vers les États-Unis et l’Espagne. En prenant en compte l’expression de la colère, de l’amour et de la nostalgie au sein de la narration du processus migratoire faite par les migrants Argentins à Miami et à Barcelone (1999-2003), je poursuis l’objectif de montrer comment se construit/déconstruit et reconstruit les sentiments d’appartenance à la nation. Les résultats de mes recherches montrent que l’expression des émotions, les représentations et les actions qui leurs sont liées, dépendent de la temporalité et du lieu de migration et que la migrants peuvent exprimer une ambivalence de sentiments vis-à-vis de l’Argentine et de leur pays de migration. Une réflexion sur les protocoles d’enquêtes possibles en sociologie pour prendre en compte les émotions sera également abordée.

 

Mélody Buhr, doctorante sous la direction de Anne Raulin, « Rencontres de cultures sensorielles dans la ville : la population tamoule en Ile-de-France, une approche intime de la migration »

« Cultures sensorielles et petits liens coutumiers : pour une analyse des ambiances en migrations. »

C’est à partir de recherches menées auprès des populations tamoules (venues principalement de l’Inde et du Sri Lanka) en région parisienne, que j’aborderai la question des émotions en m’appuyant sur une anthropologie du sensible. Avant d’être narrées et donc happées par le discours, les émotions renvoient d’abord au sensible, à des perceptions par les sens qui font advenir le sens.

La notion d’ambiance, appréhendée comme « une manière d’être ensemble » permettra de questionner les modalités de rencontre de cultures sensorielles différentes, d’explorer des écritures comme la musique, le cinéma et la  littérature, qui permettent de relier les imaginaires et de s’ajuster aux vécus fragmentés et enfin de dessiner les contours de « continuités coutumières » et émotionnelles venant incorporer des lieux (depuis la façade des centralités minoritaires jusqu’aux coulisses  des domiciles) ; cette perspective me conduira à une réflexion sur l’intimité et la conception du terrain ethnographique.

 

Concours pour les allocations de recherche doctorales à MIGRINTER – 2013

Le concours pour les allocations doctorales 2013/2014 est ouvert. Tout étudiant intéressé doit en premier lieu prendre contact avec le responsable du laboratoire (mkdorai@univ-poitiers.fr). Les modalités du concours sont indiquées sur le site de l’école doctorale Sociétés et organisations.  Les projets doivent s’inscrire dans l’une des deux thématiques proposées cette année :

Profil 1 : Politiques des migrations internationales

Profil 2 : Les réseaux migratoires (transnationaux) dans l’organisation de la mobilité

Les projets proposés doivent s’articuler avec le projet scientifique de l’unité. Les étudiants doivent se rapprocher des directeurs de thèse potentiels à Migrinter qui pourront les orienter dans la définition de leur projet.

Les dossiers devront être remis au laboratoire Migrinter au plus tard le 15 mai 2013. L’audition des candidats retenus par le laboratoire est fixée au 21 mai 2013 dans la journée à la Mshs de l’Université de Poitiers.

Le dossier doit nous parvenir avec les pièces suivantes (susceptibles d’être modifiées en fonction du dossier demandé par l’Ecole doctorale) :
•    le cv du candidat (2 pages) ;
•    le projet de recherche faisant apparaître (4 pages maximum) :
la problématique ;
l’état de la recherche ;
la méthodologie envisagée et un échéancier de travail ;
la faisabilité de la thèse ;
•    le cv du directeur de recherche pressenti pour encadrer la thèse avec ses publications (2 pages) ;
•    un avis circonstancié du directeur de thèse et de laboratoire (originalité de la problématique, compétences et adéquation de la candidature, etc.) ;
•    une attestation de réussite au master (dès qu’elle est disponible).

Le déroulement de la procédure de participation au concours est le suivant. Une audition des candidat(e)s aura lieu à Migrinter (Mshs, Poitiers) le 21 mai 2012. A l’issue des auditions 1 ou 2 candidat(e)s sera/seront retenu(e-s) et pourront donc candidater au concours à l’école doctorale SORG. Seul(e)s les candidat(e)s présenté(e)s par le laboratoire sont habilités à concourir.

 

Journée des lycéens de première

Mardi 29 janvier

L’Université de Poitiers organise une semaine dédiée à l’orientation avec notamment une journée « Portes ouvertes » le samedi 2 février 2013 et une journée des lycéens de première le 29 janvier.

Construite pour la première fois sous la forme d’un «rallye découverte», les élèves de première visiteront les facultés, les lieux de la vie étudiante et les centres de recherche.

3 parcours thématiques leur sont proposé : 1) je veux aider les autres ; 2) je m’intéresse à l’international ; 3) je m’intéresse  à l’innovation et à la création.

La visite de MIGRINTER s’inscrit dans le parcours n°2 « je m’intéresse à l’international« .

Les élèves rencontreront des membres de MIGRINTER qui parleront de leur métier à l’université en mettant l’accent sur leurs activités à l’international et montreront l’utilité sociale de la recherche.

Cette page du blog de MIGRINTER leur est ouverte pour pouvoir communiquer avec nous après cette visite.