Tous les articles par Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

Hamidou DIA au séminaire Sources et méthodes

Séminaire du laboratoire MIGRINTER
Jeudi 17 mars (10h-13h) – Salle Gargantua
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Dépasser les frontières nationales et disciplinaires pour analyser les migrations : rapporter l’immigration aux contextes d’émigration, entre sociologie et anthropologie.

Intervention : Hamidou Dia, sociologue, chargé de recherche de 1ère classe, Ceped/IRD.
Discussion : Célio Sierra-Paycha, MIGRINTER

Les sciences sociales engagent depuis plus d’un quart de siècle un débat autour des manières d’étudier les migrations. Ces discussions créent un cadre scientifique propice au renouvellement théorique et méthodologique, tout en questionnant le rapport des différentes disciplines à cet objet longtemps marginalisé dans les grandes traditions de recherche scientifiques, en Europe et en Amérique du Nord. Dans le contexte académique français, la problématisation et la connaissance des phénomènes migratoires, notamment à partir de l’Afrique, souffrent depuis longtemps d’un partage entre la sociologie et l’anthropologie. Pourtant ce débat qui a imposé des cheminements différents et parallèles aux deux disciplines suivant que l’on étudie les contextes d’immigration ou d’émigration est dépassé dans les faits et même d’un point de vue théorique depuis que la seconde opère une mue réflexive sur sa démarche, sa procédure et ses méthodes, et mène un débat fécond avec première, c’est-à-dire la sociologie. A travers des recherches menées sur les migrations internationales sénégalaises depuis l’indépendance du pays en 1960 jusqu’à nos jours, cette communication propose non seulement de dépasser les cadres territoriaux et nationaux dans l’étude des migrations, mais aussi de mobiliser les ressources théoriques et méthodologiques offertes tout à la fois par la sociologie et l’anthropologie pour en densifier l’intelligence. Il s’appuie sur les propositions formulées dans le cadre d’une tradition de recherche africaniste française, mais en la discutant et en l’élargissant par des emprunts à d’autres contextes scientifiques grâce au comparatisme. Cette posture est documentée empiriquement à partir du village multi-situé à la fois phénomène produit par les migrations et instrument conceptuel d’appréhension de ces dernières.

Bibliographie indicative

  • Beaud S., Weber F., 2010, Guide de l’enquête de terrain, Paris, La Découverte, 2010 (4ème édition).
  • Dia, H., 2013, « From Field to Concept. The Example of Senegalese Multi-Sited villages», Journal Of Intercultural Studies, 34 (5), pp. 569-583.
  • Leservoisier, O. (sous la direction de), 2005, Terrains ethnographiques et hiérarchies sociales. Retour réflexif sur la situation d’enquête, Paris, Karthala, 327p.
  • Levitt P., 2001, « Transnational migration: taking stock and future directions », Global Networks, vol. 1, 3, pp. 195-216.
  • Marcus G.E., 1998, « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-Sited Ethnography » in Marcus G.E (eds), Ethnography through thick and thin, Princeton, Princeton University Press, pp. 79-104.
  • Schwartz, O., 1993, « L’empirisme irréductible », in Anderson N., Le Hobo, Sociologie des sans-abri, Paris, Nathan, pp. 265-365.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse – Colette Le Petitcorps – Service à domicile, femmes et migrations en France

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

Présentée par Colette Le Petitcorps

Jeudi 17 décembre 2015, 13h30, salle Mélusine (MSHS)

Service à domicile, femmes et migrations en France

Le rapport de domesticité en question

Sous la direction de Véronique Petit

Membres du jury 

  • Catherine Delcroix, Professeure, Université de Strasbourg
  • Blandine Destremau, Directrice de recherche, CNRS
  • Marie-Antoinette Hily, Chargée de recherche, CNRS
  • Olivier Leservoisier, Professeur, Université Paris Descartes
  • Adelina Miranda, Professeure, Université de Poitiers
  • Véronique Petit, Professeure, Université Paris Descartes

Aux Nords comme aux Suds, des femmes migrantes répondent à une demande en services domestiques de la part de familles et d’États en pénurie de main-d’œuvre domestique. En France, depuis une vingtaine d’années, les politiques publiques ont structuré un secteur des services à la personne qui rassemble uniquement des activités réalisées à domicile. Cette thèse interroge dans ce contexte ce qui caractérise le service à domicile et ce qui fait sa spécificité au regard de son lien aux processus migratoires féminins et du lieu de travail. Pour y répondre, la méthode choisie articule une démarche compréhensive, comparative et de recherche des continuités et des ruptures de la domesticité dans le temps. Le matériau d’enquête est composé d’entretiens réalisés avec des femmes migrantes employées à domicile, des employeuses et des responsables d’organismes agréés de services à la personne, à Poitiers et à Paris. Les récits recueillis ont été analysés à la lumière de travaux historiques sur la domesticité en France et mis en perspective avec les données d’une enquête de terrain menée à l’Île Maurice sur la domesticité dans des familles « franco-mauriciennes ». À l’issue du travail empirique et en articulant des concepts tirés de la sociologie des femmes dans la migration, de la production scientifique sur la domesticité ainsi que sur les rapports d’exploitation et de domination dans les emplois domestiques, nous avons élaboré le concept de rapport de domesticité. Celui-ci permet de montrer l’existence d’un rapport social spécifique au service à domicile, structurant et dynamique, qui se joue et se rejoue dans la relation concrète entre femmes, employeuse et employée, mais qui sépare et hiérarchise plus largement deux groupes sociaux, le groupe « servant » et le groupe « servi ». Le rapport de domesticité conduit à repenser le travail reproductif, la condition domestique et la place des migrations féminines dans les emplois à domicile.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Rencontre-débat au Toit du Monde le 14 novembre à 20 heures

Livre IDBIHI

Youssef Haji vient de faire paraître un ouvrage passionnant : c’est la trajectoire de Mostafa Idbihi, un ouvrier spécialisé chez Renault-Billancourt qui avait une boîte de production audio vidéo à Barbès. L’ouvrage raconte sa vie, alors partagée entre l’usine et les salons d’un palace parisien, entre le Maroc et la France.

Le Toit du Monde

ENTREE GRATUITE

Rencontre-débat et présentation de l’ouvrage

AVEC Youssef Haji ET Mostafa Idbihi

  »IDBIHI » 1968-1987, parcours d’un Marocain de Renault-Billancourt à l’Olympia

Continuer la lecture de Rencontre-débat au Toit du Monde le 14 novembre à 20 heures

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Entretien avec Catherine Wihtol de Wenden

Migrinter vous propose une série d’entretiens sur l’émergence et l’institutionnalisation du champ de recherche sur les migrations internationales. Cette collection est intitulée :

« Les études migratoires en France »

Troisième volet de cette série, voici l’interview de Catherine Wihtol de Wenden sur le thème

« Emergence des études migratoires dans le champ des sciences politiques« . Continuer la lecture de Entretien avec Catherine Wihtol de Wenden

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Entretien avec André Lebon

Migrinter vous propose une série d’entretiens sur l’émergence et l’institutionnalisation du champ de recherche sur les migrations internationales. Cette collection est intitulée :

« Les études migratoires en France »

Second volet de cette série, voici l’interview d’André Lebon sur le thème « Recherche et documentation sur les migrations à la Direction de la Population et des Migrations (DPM)« . Cet entretien a été réalisé à son domicile parisien par Thomas Lacroix, en 2014.

 

© MIGRINTER CNRS 2015

Entretien réalisé par Thomas Lacroix – Documentation : Gilles Dubus – Montage vidéo et réalisation : Yves Almécija

———————–

Les études migratoires en France

N°1 – Gildas Simon : origine et création de MIGRINTER
http://migrinter.hypotheses.org/1410

N°2 – André Lebon : Recherche et documentation sur les migrations à la Direction de la Population et des Migrations (DPM)
http://migrinter.hypotheses.org/2346

N°3 – Catherine Wihtol de Wenden : Emergence des études migratoires dans le champ des sciences politiques
http://migrinter.hypotheses.org/2488

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Accueil de Fatima Ramazanova

Le laboratoire Migrinter accueille pour une période de un mois* Fatima Ramazanova, doctorante à l’Université de Belgorod, en Russie. Fatima a suivi un parcours universitaire en histoire et elle est titulaire d’un diplôme de spécialiste qu’elle a soutenu sur le thème du soufisme.

Elle prépare actuellement une thèse multidisciplinaire en sciences humaines et sociales (en sociologie, en anthropologie et en histoire) sur « Comparative characteristic of French state Policy and Baltic countries in respect of Islamic communities in the second half of XX-beginning of the XXI centuries », sous la direction du professeur de sciences politiques Konstantin Lobanov, de l’université juridique de Belgorod.

Fatima Ramazanova est invitée par l’université de Poitiers dans le cadre d’un programme de partenariat de l’agence Campus France.

Fatime souhaite profiter de son séjour pour consulter les ressources documentaires, rencontrer les chercheurs et les doctorants du laboratoire Migrinter. Vous pouvez la rencontrer soit dans le bureau des doctorants, soit au centre de documentation de Migrinter.

—–

* Du 3 juin au 3 juillet

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Le logement et l’habitat : journées d’étude – 25-26 juin à Tours

Journées d’étude « jeunes chercheurs » sur le logement et l’habitat

Réseau Recherche Habitat-Logement REHAL

Co-organisées par l’UMR CITERES & l’UMR MIGRINTER

 25 et 26 juin 2015, à Université François Rabelais de Tours

 Le logement reste plus que jamais une question d’actualité à l’agenda des politiques publiques. La crise économique actuelle fait du droit pour chacun à disposer d’un logement décent une question majeure qui interroge tout autant la capacité des États et des collectivités à intervenir, que les modes et modèles d’intervention de chacun des acteurs de la « chaîne » du logement. Dans le même temps, les individus et les ménages ne subissent pas passivement les effets de cette crise : ils sont capables d’adapter leurs comportements et de redéfinir leurs stratégies. Ils peuvent aussi s’organiser et ouvrir de nouveaux fronts de lutte. Au regard de ces enjeux, il est nécessaire que le logement et l’habitat mobilisent l’attention et l’effort des chercheurs pour observer, identifier les inflexions et changements, éclairer les termes du débat. C’est la raison d’être de cette sixième édition des journées d’étude organisées par le réseau Habitat-Logement (REHAL), qui aura lieu les 25 et 26 juin 2015 à l’UFR de Droit, Sciences économiques et sociales, de l’Université François-Rabelais de Tours. Elle vise à favoriser les échanges scientifiques entre les jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) travaillant sur le logement et l’habitat et à les aider à faire connaître leurs travaux. Elle vise également à renforcer le dialogue entre disciplines, en s’interrogeant sur la manière dont chacune définit, analyse et constitue ces questions comme objet d’étude et travaille la méthodologie. Elle vise enfin à renforcer et renouveler le milieu scientifique travaillant sur les thématiques de l’habiter et du logement, en France, comme ailleurs en Europe ou dans le reste du monde.

Les journées seront structurées en ateliers thématiques comportant des temps de présentation par les auteurs de leur communication et des temps de discussion introduits par un ou une chercheuse confirmé(e).

Les différents ateliers seront constitués en fonction de la teneur des propositions de communications retenues. Aussi, les axes problématiques développés ci-après ne sont pas exclusifs : toute proposition de communication relevant du champ « logement et habitat » sera examinée avec intérêt par le comité scientifique de ces journées d’étude.

Les communications seront, au préalable, mises à disposition de l’ensemble des participants afin de leur permettre d’en prendre connaissance pour mieux préparer les débats. Les travaux présentés seront diffusés et valorisés a minima par l’édition numérique des actes de ces journées d’étude.

Axes problématiques

Construction et diversité des modes d’habiter

Habiter, ce n’est pas seulement occuper un logement, c’est s’approprier un ou des espace(s), à diverses échelles, depuis celle de l’immeuble ou du lotissement à celle de la rue, du quartier, de la commune ou encore de l’agglomération. Les travaux qui interrogent la diversité des modes d’habiter, leur variabilité selon les âges de la vie, la dimension du genre, leur inscription dans un environnement qui peut être urbain, rural ou périurbain sont plus que jamais d’actualité, en lien avec l’évolution des formes d’organisation familiale et professionnelle et la diversification des modes d’occupation du logement (colocation, cohabitation intergénérationnelle, multirésidence, etc.) et les différentes formes d’investissement de l’espace domestique qui en découlent. De même, il convient de s’interroger sur les pratiques de mobilité/sédentarité qui organisent pour partie le rapport aux espaces habités : comment un rapport particulier au logement s’inscrit dans une trajectoire qui se déploie à la fois dans le temps et dans l’espace ? En quoi l’analyse des mobilités résidentielles et quotidiennes éclaire-t-elle les transformations des modes d’habiter ? Quels sont les éléments pris en compte et négociés dans les arbitrages effectués par les ménages ? Enfin, l’évolution des rapports entre espace(s) public(s) et espace(s) privé(s) invite à se pencher sur les processus d’appropriation des espaces intermédiaires, les rapports de voisinage, et plus largement les rapports aux espaces de proximité et de travail.

Les rapports entre logement, habitat et politiques publiques

S’interroger sur ces rapports, c’est poursuivre l’analyse de la transformation de l’environnement institutionnel dans lequel sont traitées les questions du logement et de l’habitat (ou du non-logement) qui tend à promouvoir depuis plusieurs décennies un cadre local et partenarial à l’action publique. C’est aussi s’interroger sur les représentations et catégorisations sur lesquelles les politiques de l’habitat se fondent, ainsi que sur leur cohérence au regard de la multiplicité des échelles de pouvoir et des dispositifs qui se sont mis en place, au regard de la tension entre une territorialisation des décisions qui s’est affirmée et une centralisation des moyens qui demeure. C’est encore poursuivre l’analyse de la recomposition des espaces urbains, en s’intéressant en particulier à la manière dont s’organisent aujourd’hui, au croisement des stratégies des ménages et de celle des acteurs du logement, qu’ils soient publics ou privés, la division sociale de l’espace et de nouvelles formes de ségrégation ou de fragmentation. C’est enfin ne pas ignorer les transformations qui affectent les métiers et professions impliqués dans la production et la gestion du logement et de l’habitat. C’est bien sûr continuer à accorder une attention particulière à la question du logement social, objet de débats et de controverses toujours renouvelées sur ses formes, son rôle et ses missions, aux rapports entre les différents segments des parcs immobiliers qui y concourent, aux partenariats naissants entre les organismes d’HLM et les promoteurs privés.

En outre, on peut s’interroger sur les modes d’observation et de connaissance des phénomènes. L’hypothèse sous-jacente est que les outils de l’action publique façonnent les problèmes traités et délimitent les questions mises à l’agenda des politiques publiques. Sur quelles données ces problèmes sont-ils fondés? Comment ces données sont-elles définies et collectées ? Quelles en sont les limites ? Comment des questions émergentes ou marginales peuvent-elles acquérir une visibilité ?

Pour tout renseignement, vous pouvez :

Écrire à : jcrehal2015@gmail.com

Appeler le : 02 47 36 15 22 (Laurent Cailly)

Et consulter le site web du REHAL : http://rehal.fr

Comité d’organisation

  • Laurent Cailly, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Céline Bergeon, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Sabrina Bresson, Docteur en Sociologie, UMR CITERES
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Naik Miret, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES

Comité scientifique

  • Claire Aragau, Maître de Conférences Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Martine Berger, Professeur émérite, Université de Paris 1, UMR PRODIG
  • Jérôme Boissonnade, Maître de Conférences Université de la Côte d’Opale, UMR LAVUE
  • Loïc Bonneval, Enseignant-chercheur, Centre Max Weber
  • Florence Bouillon, Maître de Conférences, Université de Paris 8, Centre Norbert Elias
  • Claire Carriou, Maître de Conférences, Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Laurent Cailly, Maître de Conférences, Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Yankel Fijalkov, Professeur ENSAPVS, UMR LAVUE
  • Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche CNRS, UMR LISST-CIEU
  • Renaud Le Goix, Professeur Université Paris 7, UMR Géographie-Cités
  • Claire Lévy-Vroelant, Professeur, Université de Paris 8, UMR LAVUE
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Christiane Thouzellier, Chercheur associé, UMR LISST-CIEU
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Christian Tutin, Professeur Paris Est Créteil, Lab’Urba

 PROGRAMME

Jeudi 25 juin

9h – 9h30 : Accueil des participants, Hall du Bâtiment B

9h30 – 10h00 : Introduction, Amphi F (Bâtiment B)

Laurent Cailly (Citères), Françoise Dureau (Migrinter) et Marie-Christine Jaillet (REHAL)

Session 1 : Habiter autrement 1, 10h00 – 12h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Sabina Bresson, Citères
  • Présidente : Céline Bergeon, Migrinter
  • •Mounia Bouali-Messahel (Lavue) : Habiter le ksar, habiter la palmeraie, habiter le M’Zab
  • •Julie Chapon (Ined – Lavue) : Analyser des situations de logement « non ordinaire » à partir des mobilités des habitants : déconstruction de catégories et questionnements méthodologiques
  • Basile Michel (Eso) : L’habitat léger : émergence de modes d’habiter innovants ?

Session 2 : Habiter autrement 2, 14h00 – 16h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Claire Carriou, Lavue
  • Présidente : Florence Bouillon, Centre Norbert Elias
  • •Alexandre Albert (Environnement, Ville, Société) : Les « k » olocations à projet solidaire (kaps) : une tentative de liaison de deux problématiques sociales par le biais du logement social. L’exemple de la résidence kaps de la Cité, à Oullins
  • Tiphaine Bernard (Lavue) : Résidence sociale en co-gestion, une alternative en construction
  • Elsa Carvalho (CMH/EHESS.ERIS) : Des cohabitations « officieuses »: transactions locatives et encadrements des pratiques d’hébergement de tiers en milieu populaire
  • Frederika Navarro (Icress) Modes d’habiter, pratiques territoriales et représentations du couplehétérosexuel dans l’espace domestique. « Montre moi ta maison et je te dirai qui tu es »

Session 3 : Habitat et vieillissement, 16h30 – 18h30, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Claire Aragau, Lavue
  • Président : François Madoré, Eso
  • Michel Despres et Sébastien Lord : Chez soi dans son quartier, chez soi dans l’espace et les temps de son quartier. Questions et enjeux urbanistiques posés par le vieillissement de la population
  • Antoine Gérard (Citères) : Construire un chez-soi en habitat collectif avec services pour personnes âgées

Session 4 : Rénovation et requalification urbaines 1, 10h00 – 12h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutant : Yankel Fijalkow, Lavue
  • Présidente : Nora Semmoud, Citères
  • Mathilde Cordier et Camille Devaux (Lab’Urba) : La gouvernance de la rénovation urbaine : au coeur de la différenciation territoriale
  • Mathilde Costil (Crag) : Lutte contre l’habitat insalubre à Saint-Denis : la mise en place d’un PNRQAD(programme national de requalification des quartiers anciens dégradés)
  • Lina Raad (Géographie-Cités et Lab’Urba) : Développement du logement privé en banlieue rouge et chartes de l’habitat : réguler pour produire des logements abordables ?

Session 5 : Rénovation et requalification urbaines 2, 14h00 – 16h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutante : Claire Lévy-Vroelant, Lavue
  • Présidente : Françoise Dureau, Migrinter
  • Silvana Ghali (Lavue) : Deux cités-jardins en transformation. Une réflexion autour des différentes temporalités des processus de transformations urbaines dans la banlieue Nord de Paris
  • Rémi Habouzit (Printemps) : Changer les villes pour changer les habitudes : les effets de la rénovation urbaine sur les manières d’habiter
  • Lise Serra (Lavue) : Acheter sur plan : habiter un chantier ?

Session 6 : Au-delà du logement, 16h30 – 18h30, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutante : Florence Bouillon, Centre Norbert Elias
  • Présidente : Françoise Dureau, Migrinter
  • Zina Bouakli, Amel Baziz et Ali Hadjeidj (Lreau) : Appropriation des espaces communs dans l’habitat collectif : Etat de fait et quelle gestion réglementaire ? Cas de la ville de Tizi-Ouzou (Algérie)
  • Franck Ollivon (Environnement, ville, société) : L’institution judiciaire face à l’habiter pénal : le cas des aménagements de peine non hébergés
  • Octavie Paris (Environnement, ville, société) : Modes d’habiter dans les cortiços du centre-ville de Salvador de Bahia : un habitat collectif populaire

Session 7 : Politiques du logement et dynamiques de peuplement 1, 10h00 – 12h00, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutant : Hovig Ter Minassian, Citères
  • Présidente : Claire Lévy-Vroelant, Lavue
  • Caroline Bouloc et Magdalena Górczy!ska (Géographie-cités) : L’habitat d’avant-guerre comme révélateur du statut social à Varsovie ?
  • Camille François (Cresppa-Csu) : L’État et le maintien de l’ordre socio-résidentiel : formes et déterminants du délogement des ménages en procédure d’expulsion
  • Quentin Ramond (Osc et Liepp) : Politiques locales du logement et dynamiques de peuplement.Ségrégation urbaine et mixité sociale en proche banlieue parisienne

Session 8 : Politiques du logement et dynamiques de peuplement 2, 14h00 – 16h00, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutant : Loïc Bonneval, Centre Max Weber
  • Présidente : Marie-Pierre Lefeuvre, Citères
  • Caroline Chabot (Centre Emile Durkheim) : Les favelas de Rio de Janeiro à l’épreuve des mégaévénements et des politiques publiques
  • Carine Henriot (Avenues et Prodig) : La Chine urbaine est propriétaire
  • Florence Nussbaum (Géographie-cités) : Entre interventionnisme et laisser-faire : la gestion ambiguë des logements abandonnés à Houston (Texas)

Session 9 : Politiques du logement et dynamiques de peuplement 3, 16h30 – 18h30, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutante : Martine Berger, Prodig
  • Présidente : Marie-Christine Jaillet, Lisst
  • Miintre Djalogue (Labecs) : Le problème de logement et d’habitation au Togo, une affaire quasi informelle dans la commune de Cinkassé
  • Grégoire Fauconnier (Paris Ouest Nanterre) : L’application de l’article 55 de la loi SRU dans les Yvelines : la lettre et l’esprit ?
  • Magdalena Gorczynska (Géographie-cités) : Quelle place pour le logement social intermédiaire au sein du parc de logements sociaux franciliens ?• Jacques Yomb (Université de Douala) : Mutation des campagnes et production de l’habitat en milieu rural camerounais

 Vendredi 26 juin

Session 10 : Stratégies et trajectoires résidentielles 1, 9h00 – 11h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutante : Catherine Bonvalet, UR 6 Ined
  • Président : Laurent Cailly, Citères
  • Lucie Bony (Paris-Est Créteil) : L’incarcération comme expérience résidentielle
  • Nathalie Buchot (Eso) : Mobilité résidentielle contrainte : quand la peur du connu agit sur les aspirations résidentielles des ménages en situation de précarité
  • Juliette Maulat et Lina Raad (Géographie-cités) : Trajectoires résidentielles périurbaines, construction des espaces de vie et ancrage. Enquête dans les franges de l’Ile de France.

Session 11 : Stratégies et trajectoires résidentielles 2, 11h30 – 13h30, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutant : Christophe Imbert, Migrinter
  • Président : Laurent Cailly, Citères
  • Garance Clément (Lab’Urba) : L’expatriation sous contrainte : stratégies résidentielles de classes moyennes dans l’espace frontalier lillois
  • Tiphaine Duriez (Université Nice –Sophia Antipolis) : Penser les mouvements résidentiels en contexte de conflit armé interne à la lumière des contraintes du territoire: le cas des desplazamientos forzados intraurbanos dans la comuna 4 de Soacha (Colombie)
  • David Epstein (Live) : L’influence de la contrainte des déplacements de tous les jours sur la décision de changer de logement : l’exemple du Luxembourg
  • Moayad Kanaan (Lyon 3) : Les zones non-réglementaires de Damas : mobilité résidentielle et modes d’accès au logement

Session 12 : Mobilité résidentielle et divisions sociales de l’espace, 15h00 – 17h00, salle A 100 (Bâtiment A)

  • Discutant : Christian Tutin, Lab’Urba
  • Présidente : Martine Berger, Prodig
  • Sarah De Laet (Université libre de Bruxelles) : Migrations résidentielles et classes populaires dans le contexte bruxellois : une approche quantitative à une échelle suprarégionale
  • Joanne Hirtzel (Théma) : Etudier les dynamiques résidentielles au sein d’une agglomération à l’aide d’un modèle de simulation multi-agents (Mobisim). Application sur l’agglomération bisontine
  • Vincent Lasserre-Bigorry (Ville Mobilité Transport) : Une mesure des inégalités relatives de logement sur le long-terme : le cas francilien
  • Guillaume Le Roux (Migrinter) : Evolutions des choix résidentiels et des manières d’habiter à Bogotá (Colombie) : vers une complexification des divisions sociales de l’espace ?

Session 13 : Logement et migration 1, 9h00 – 11h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutante : Céline Bergeon, Migrinter
  • Présidente : Naik Miret, Migrinter
  • Mahamadou Cissoko (Paris 8) : La sociabilité entre les Subsahariens et les Maghrébins dans les foyers au prisme du vieillissement et de la mobilité
  • Athmane Fouil (Centre Max Weber) : Habitats et immigrés, un nouveau regard
  • Yannick Henrio (Lavue) : Face à la « politique du peuplement » : les carrières urbaines des ménages pauvres et migrants à Paris
  • Mareme Niang Ndiaye (Art-Dev) : « Négocier sa présence en migration » : quels rapports à l’espace domestique chez les Sénégalais et les Gambiens résidant dans la RMB (Région Métropolitaine de Barcelone) ?

Session 14 : Logement et migration 2, 11h30 – 13h30, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutant : David Lessault, Migrinter
  • Présidente : Naik Miret, Migrinter
  • Juan Du (Urmis) : La production du public. Une enquête ethnographique dans un quartier d’immigration chinoise en banlieue parisienne
  • Amélie Grysole (Centre Maurice Halbwachs) : Louer, acheter, investir, héberger : logement(s) et liens familiaux entre Dakar et Rhode Island
  • Celio Sierra-Paycha (Migrinter) : Le rôle des réseaux personnels et familiaux dans l’insertion résidentielle des migrants colombiens en Espagne (2007) : une approche par le groupe de corésidents

Session 15 : Coproduire le logement, 15h00 – 17h00, salle A 105 (Bâtiment A)

  • Discutant : Jérôme Boissonade, Lavue
  • Présidente : Bénédicte Florin, Citères
  • Leila Khaldi (Lavue) : L’esthétique populaire de l’habitat à Tunis et au Caire
  • Marie Mangold (Sage) : Construction politique et appropriations différenciées du logement « durable »
  • Lorraine Peynichou (Lab’Urba) : La gestion d’un projet multifonctionnel : vers un métabolisme local ?

Session 16 : Politiques de logement social 1, 9h00 – 11h00, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutante : Nora Semmoud, Citères
  • Président : Yankel Fijalkow, Lavue
  • Cécile Asanuma-Brice (Clersé) : Le rôle de la politique publique de logement dans la gestion des catastrophes : de la protection sociale à l’assujettissement économique, le cas du Japon
  • Matthieu Gimat (Géographie-cités) : La contribution des collectivités locales au financement du logement social : entre stimulation et encadrement de l’activité des organismes HLM
  • Anne-Laure Jourdheuil (Lavue) : Le logement social produit par les promoteurs immobiliers privés : entre crainte de perte de compétences et peur de ne pas vendre

Session 17 : Politiques de logement social 2, 11h30 – 13h30, salle A 106 (Bâtiment A)

  • Discutante : Marie-Christine Jaillet, Lisst
  • Président : Yankel Fijalkow, Lavue
  • Romain Gustiaux (Acp) : La loi Loucheur : une politique publique de logement social en action dans la France des années 1930
  • Constanza Ulriksen (Lisst) : L’action publique en faveur des quartiers défavorisés au Chili (2006-2010) : généalogie et développement des nouvelles approches territoriale et participative
  • Pierre-Edouard Weill (Droit comparé et Sage) : Exercice collectif du pouvoir discrétionnaire et tri social des ayants droits. Les commissions de médiation départementales Droit au logement opposable (DALO)

—————————————–

Adresses utiles

Lieu du colloque : UFR de Droit, sciences économiques et sociales, 50 avenue Jean Portalis, 37000 Tours

Tramway, ligne A, arrêt ‘Fac 2Lions’ (direction depuis la gare de Tours : Lycée Jean Monnet)

Hébergement : Résidence Europa, 5 –11 allée Thierry d’Argenlieu, 37000 Tours

Tramway, ligne A, arrêt ‘Sanitas’ (direction depuis la gare de Tours : Lycée Jean Monnet)

Dîner du 25 juin : Mamie Bigoude, 22 Rue de Châteauneuf, 37000 Tours

Tramway, ligne A, arrêt ‘Nationale’ (direction depuis la gare de Tours : Vaucanson)

Pour toute question administrative, contacter Lydia Seabra-Kermoal : lydia.seabra@univ-tours.fr – 02 47 36 15 31

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Accueil de Catalina Uzcanga

Le laboratoire Migrinter accueille pour une période de trois mois* Catalina Uzcanga, doctorante à l’Université de Deusto, à Bilbao. Catalina est titulaire d’une licence de sociologie et d’un Master « Innovation et développement de compétences dans l’enseignement supérieur ».

Elle prépare actuellement une thèse (mention européenne) sur les associations de migrants en Espagne, et l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (T.I.C.), sous la direction du chercheur Pedro J. Oiarzabal. Catalina Uzcanga a déjà réalisé un terrain en Andalousie, en Catalogne, au Pays Basque, à Madrid et à Valence auprès de 78 associations fondées par des personnes originaires de Roumanie, du Maroc, d’Equateur, de Colombie, et de Bolivie.

Catalina souhaite profiter de son séjour pour consulter les ressources documentaires, rencontrer les chercheurs et les doctorants du laboratoire Migrinter, et participer aux travaux du réseau Migrations.

Vous pouvez la rencontrer soit dans le bureau des doctorants, soit au centre de documentation de Migrinter.

—–

* Du 1er juin au 15 juillet et du 1er septembre au 15 octobre

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire Sources et méthodes 19 mars 10 h 30 . MSHS Poitiers

Séminaire Sources et méthodes

19 Mars 2015 – 10h30/13h (Salle Gargantua)

Regards sur les migrations depuis les campagnes françaises

Intervenant : Pierre Pistre

  • Docteur en géographie de l’Université Paris Diderot
  • Post-doctorant à l’IFSTTAR (département AME, laboratoire DEST)
  • Chercheur associé à l’UMR Géographie-Cités (Paris)

Discutante : Camille Hochedez (Université de Poitiers)

Résumé
Cette nouvelle séance de séminaire propose d’appréhender les objets « migration » et « migrant » sous l’angle des dynamiques démographiques des campagnes françaises. La démarche d’analyse est majoritairement quantitative et vise une exploration statistique des données disponibles pour dresser un état des lieux national des installations résidentielles en France rurale. En préambule seront rappelés les liens étroits entre reprises démographiques rurales — qui s’affirment depuis les années 1980-1990 — et accroissement de l’attractivité migratoire des espaces de campagne.

Une première partie consistera ensuite à aborder les migrations résidentielles à partir des données détaillées du recensement de la population depuis le RP 1968. Les analyses ont ici pour objectif d’évaluer les tendances migratoires générales ainsi que d’examiner le profil des migrants (âges, catégories socioprofessionnelles, nationalités). La deuxième partie de l’intervention présentera plusieurs voies complémentaires d’étude des mobilités résidentielles à destination des campagnes françaises : selon les motivations des nouveaux arrivants, selon leur lieu de naissance et selon leurs trajectoires résidentielles complètes.

Liens vers les travaux de Pierre Pistre :

Thèse

  • Renouveaux des campagnes françaises : évolutions démographiques, dynamiques spatiales et recompositions sociales. Geographie. Université Paris-Diderot – Paris VII, 2012. <tel-00764869>
  • Voir aussi le carnet de soutenance

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Bienvenue à Pavitranand Ramhota

PAVI RAMHOTA

Le laboratoire Migrinter accueille pour une période de trois mois* le professeur d’anthropologie Pavitranand Ramhota, enseignant-chercheur au Mahatma Gandhi Institute de l’île Maurice. Pavi Ramhota est également associé au Rabindranath Tagore Institute et à l’Université de Maurice.

Pavi Ramhota est titulaire d’un Master of Arts (en sociologie), d’un Master of Science (en anthropologie) de la London School of Economics and Political Science, et il a soutenu en 2004 une thèse intitulée : «
La transformation des cultes populaires Indo-Mauriciens dans le contexte de la mondialisation à l’Ile Maurice
» à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) de Paris.

Aujourd’hui, Pavi Ramhota est invité par la Région Poitou-Charentes sur un programme de recherche fondamentale en anthropologie des habitudes alimentaires et corporelles qui vise à analyser les représentations, le discours et les pratiques contemporaines d’habitudes alimentaires et leurs conséquences sur la santé à l’Ile Maurice et à l’Ile Rodrigue. Ce projet de recherche viendra apporter un éclairage anthropologique sur la relation alimentation/santé, ce qui renforcera les synergies entre sciences humaines et sciences médicales à l’échelle régionale.

Il est accueilli dans le bureau « Chercheurs invités » de la MSHS situé en Rez-de-Jardin.

—–
* du 08 janvier au 31 mars 2015

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Sortie prochainement : Dictionnaire des migrations internationales

Dictionnaire des migrations internationales. Approche géohistorique. 

  • Auteur(s) : Sous la direction de Gildas Simon
    Collection : Dictionnaire
    Format : Brochée avec rabats – 816 pages
    Dimension (en cm) : 16 x 24
    EAN13 : 9782200250126
    Date de parution : 18/02/2015

Les migrations internationales et leurs effets constituent aujourd’hui un phénomène d’une réelle ampleur et d’une complexité sans précédent.

Cet ouvrage collectif vise à rendre ces mouvements actuels de population plus intelligibles en les replaçant dans le contexte géohistorique de chaque État et sous l’analyse croisée de l’émigration et de l’immigration. Cette ap

proche originale, inscrite dans le temps long – des Grandes Découvertes aux temps présents –, montre l’universalité mais aussi la très grande diversité de ces phénomènes. Elle rend possible les comparaisons de pays à pays, tant à l’intérieur des grandes régions du monde qu’entre celles-ci.

Rédigé par une équipe internationale et multidisciplinaire de 150 auteurs (géographes, historiens, démographes, sociologues, anthropologues, politologues), cet ouvrage de référence fortement documenté, accessible à tous publics, vient éclairer d’un jour nouveau un sujet d’actualité permanent.

177 entrées – 10 cartes originales – un riche réseau de renvois – toutes les bibliographies par pays prochainement sur : www.armand-colin.com

Gildas SIMON, géographe, ancien professeur à l’Université de Poitiers et médaille d’argent du CNRS, a fondé le laboratoire Migrinter (Migrations internationales, espaces et sociétés, UMR CNRS 7301) et la Revue européenne des migrations internationales. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La planète migratoire dans la mondialisation (Armand Colin, 2008).

Voir sur le site de l’éditeur Armand Colin

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire « Sources et Méthodes » – 22 janvier

Séminaire MIGRINTER
Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?
Ces dernières années, les sources mobilisées pour étudier la migration se sont considérablement renouvelées, allant jusqu’à capter les traces les plus volatiles laissées par les migrants (traces sonores, numériques, etc.), sans pour autant délaisser les matériaux classiques (sources administratives, judiciaires, statistiques, etc.).
Interdisciplinaire, le séminaire «  Sources et Méthodes » entend interroger ce redéploiement des lignes de recherche, en examinant concrètement les protocoles mis en œuvre : choix du terrain, du corpus, de l’échelle d’analyse, de l’approche méthodologique. Ainsi, l’objectif du séminaire est bien de réfléchir à la migration par l’enquête, au double sens de dispositif pratique et d’intrigue scientifique. 

Organisation : Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

La première séance du séminaire « Sources et Méthodes » accueillera, ce jeudi 22 janvier de 10h à 13h en salle Gargantua, Céline Bergeon (MCF Université de Poitiers).
Elle interviendra sur le thème : « Habiter l’éphémère. Le squat comme lieu de vie et comme ressource dans les parcours de migrants internationaux »
Son intervention sera discutée par Djemila Zeneidi (ADES-CNRS).

 

 

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Awa Ba invitée à Migrinter

Le laboratoire MIGRINTER est heureux d’accueillir Madame Awa Ba du 15 au 19 décembre 2014. Awa est doctorante en anthropologie, à l’Université d’Uppsala, en Suède. Elle travaille sur le thème des femmes migrantes sénégalaises à New York (Etats-Unis), sous la direction du professeur Eva Evers-Rosander. Sous le titre  « Femmes, religions et transnationalisme« , son travail de recherche concerne la renégociation des identités et les relations de genre dans le « Petit Sénégal » (Little Senegal) de New York.

Awa est installée dans le bureau « chercheurs invités » de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société (MSHS). Elle compte profiter de son séjour pour compléter sa recherche bibliographique, rencontrer les chercheurs du laboratoire et participer aux activités scientifiques de l’équipe. Elle présentera ses travaux à la réunion de laboratoire du 18 décembre.

Publication :

  • Ba, Awa (2008) Les femmes mourides à New York : une renégociation de l’identité musulmane en migration, in Momar Coumba Diop, Le Sénégal des migrations : mobilités, identités et sociétés, Dakar ; Paris ; Nairobi : CREPOS ; Karthala ; ONU-Habitat, pp. 389-408.

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

Appel à communications – Journées d’étude « jeunes chercheurs » sur le logement et l’habitat

Réseau Recherche Habitat-Logement REHAL

Co-organisées par l’UMR CITERES & l’UMR MIGRINTER

25 et 26 juin 2015

à Université François Rabelais de Tours

Le logement reste plus que jamais une question d’actualité à l’agenda des politiques publiques. La crise économique actuelle fait du droit pour chacun à disposer d’un logement décent une question majeure qui interroge tout autant la capacité des États et des collectivités à intervenir, que les modes et modèles d’intervention de chacun des acteurs de la « chaîne » du logement. Dans le même temps, les individus et les ménages ne subissent pas passivement les effets de cette crise : ils sont capables d’adapter leurs comportements et de redéfinir leurs stratégies. Ils peuvent aussi s’organiser et ouvrir de nouveaux fronts de lutte. Au regard de ces enjeux, il est nécessaire que le logement et l’habitat mobilisent l’attention et l’effort des chercheurs pour observer, identifier les inflexions et changements, éclairer les termes du débat. C’est la raison d’être de cette sixième édition des journées d’étude organisées par le réseau Habitat-Logement (REHAL), qui aura lieu les 25 et 26 juin 2015 à l’UFR de Droit, Sciences économiques et sociales, de l’Université François-Rabelais de Tours. Elle vise à favoriser les échanges scientifiques entre les jeunes chercheurs (doctorants et jeunes docteurs) travaillant sur le logement et l’habitat et à les aider à faire connaître leurs travaux. Elle vise également à renforcer le dialogue entre disciplines, en s’interrogeant sur la manière dont chacune définit, analyse et constitue ces questions comme objet d’étude et travaille la méthodologie. Elle vise enfin à renforcer et renouveler le milieu scientifique travaillant sur les thématiques de l’habiter et du logement, en France, comme ailleurs en Europe ou dans le reste du monde.

Les journées seront structurées en ateliers thématiques comportant des temps de présentation par les auteurs de leur communication et des temps de discussion introduits par un ou une chercheuse confirmé(e).

Les différents ateliers seront constitués en fonction de la teneur des propositions de communications retenues. Aussi, les axes problématiques développés ci-après ne sont pas exclusifs : toute proposition de communication relevant du champ « logement et habitat » sera examinée avec intérêt par le comité scientifique de ces journées d’étude.

Les communications seront, au préalable, mises à disposition de l’ensemble des participants afin de leur permettre d’en prendre connaissance pour mieux préparer les débats. Les travaux présentés seront diffusés et valorisés a minima par l’édition numérique des actes de ces journées d’étude.

Axes problématiques

Construction et diversité des modes d’habiter

Habiter, ce n’est pas seulement occuper un logement, c’est s’approprier un ou des espace(s), à diverses échelles, depuis celle de l’immeuble ou du lotissement à celle de la rue, du quartier, de la commune ou encore de l’agglomération. Les travaux qui interrogent la diversité des modes d’habiter, leur variabilité selon les âges de la vie, la dimension du genre, leur inscription dans un environnement qui peut être urbain, rural ou périurbain sont plus que jamais d’actualité, en lien avec l’évolution des formes d’organisation familiale et professionnelle et la diversification des modes d’occupation du logement (colocation, cohabitation intergénérationnelle, multirésidence, etc.) et les différentes formes d’investissement de l’espace domestique qui en découlent. De même, il convient de s’interroger sur les pratiques de mobilité/sédentarité qui organisent pour partie le rapport aux espaces habités : comment un rapport particulier au logement s’inscrit dans une trajectoire qui se déploie à la fois dans le temps et dans l’espace ? En quoi l’analyse des mobilités résidentielles et quotidiennes éclaire-t-elle les transformations des modes d’habiter ? Quels sont les éléments pris en compte et négociés dans les arbitrages effectués par les ménages ? Enfin, l’évolution des rapports entre espace(s) public(s) et espace(s) privé(s) invite à se pencher sur les processus d’appropriation des espaces intermédiaires, les rapports de voisinage, et plus largement les rapports aux espaces de proximité et de travail.

Les rapports entre logement, habitat et politiques publiques

S’interroger sur ces rapports, c’est poursuivre l’analyse de la transformation de l’environnement institutionnel dans lequel sont traitées les questions du logement et de l’habitat (ou du non-logement) qui tend à promouvoir depuis plusieurs décennies un cadre local et partenarial à l’action publique. C’est aussi s’interroger sur les représentations et catégorisations sur lesquelles les politiques de l’habitat se fondent, ainsi que sur leur cohérence au regard de la multiplicité des échelles de pouvoir et des dispositifs qui se sont mis en place, au regard de la tension entre une territorialisation des décisions qui s’est affirmée et une centralisation des moyens qui demeure. C’est encore poursuivre l’analyse de la recomposition des espaces urbains, en s’intéressant en particulier à la manière dont s’organisent aujourd’hui, au croisement des stratégies des ménages et de celle des acteurs du logement, qu’ils soient publics ou privés, la division sociale de l’espace et de nouvelles formes de ségrégation ou de fragmentation. C’est enfin ne pas ignorer les transformations qui affectent les métiers et professions impliqués dans la production et la gestion du logement et de l’habitat. C’est bien sûr continuer à accorder une attention particulière à la question du logement social, objet de débats et de controverses toujours renouvelées sur ses formes, son rôle et ses missions, aux rapports entre les différents segments des parcs immobiliers qui y concourent, aux partenariats naissants entre les organismes d’HLM et les promoteurs privés.

En outre, on peut s’interroger sur les modes d’observation et de connaissance des phénomènes. L’hypothèse sous-jacente est que les outils de l’action publique façonnent les problèmes traités et délimitent les questions mises à l’agenda des politiques publiques. Sur quelles données ces problèmes sont-ils fondés? Comment ces données sont-elles définies et collectées ? Quelles en sont les limites ? Comment des questions émergentes ou marginales peuvent-elles acquérir une visibilité ?

Envoi des propositions de communication
Les propositions de communication devront être envoyées par courrier électronique à l’adresse suivante :
jcrehal2015[at]gmail.com
Avant le lundi 9 mars 2015

Elles ne dépasseront pas une page et devront comporter, outre le titre de la proposition, une description de la problématique et de la méthode employée, ainsi que les éléments suivants concernant les auteurs : Nom, Prénom, adresse électronique, laboratoire de rattachement.

Le comité scientifique informera les auteurs des propositions retenues au plus tard le vendredi 20 mars 2015.

Ils devront remettre le texte rédigé de leur communication (qui comprendra au maximum 30 000 signes espaces compris) par courrier électronique au plus tard le vendredi 22 mai 2015 à la même adresse.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez :
Écrire à : jcrehal2015[at]gmail.com
Appeler le : 02 47 36 15 22 (Laurent Cailly)
Et consulter le site web du REHAL : http://rehal.fr

Comité d’organisation

  • Laurent Cailly, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Céline Bergeon, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Sabrina Bresson, Docteur en Sociologie, UMR CITERES
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Naik Miret, Maître de Conférences Université de Poitiers, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES

Comité scientifique

  • Claire Aragau, Maître de Conférences Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Martine Berger, Professeur émérite, Université de Paris 1, UMR PRODIG
  • Jérôme Boissonnade, Maître de Conférences Université de la Côte d’Opale, UMR LAVUE
  • Loïc Bonneval, Enseignant-chercheur, Centre Max Weber
  • Florence Bouillon, Maître de Conférences, Université de Paris 8, Centre Norbert Elias
  • Claire Carriou, Maître de Conférences, Université de Paris Ouest Nanterre, UMR LAVUE
  • Laurent Cailly, Maître de Conférences, Université de Tours, UMR CITERES
  • Françoise Dureau, Directrice de recherche honoraire, UMR MIGRINTER
  • Yankel Fijalkov, Professeur ENSAPVS, UMR LAVUE
  • Marie-Christine Jaillet, Directrice de recherche CNRS, UMR LISST-CIEU
  • Renaud Le Goix, Professeur Université Paris 7, UMR Géographie-Cités
  • Claire Lévy-Vroelant, Professeur, Université de Paris 8, UMR LAVUE
  • David Lessault, Chargé de recherche CNRS, UMR MIGRINTER
  • Nora Semmoud, Professeur Université de Tours, UMR CITERES
  • Christiane Thouzellier, Chercheur associé, UMR LISST-CIEU
  • Hovig Ter Minassian, Maître de Conférences Université de Tours, UMR CITERES
  • Christian Tutin, Professeur Paris Est Créteil, Lab’Urba

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website

D’une métropole à l’autre – Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen

Conférence de

Christophe Imbert

POITIERS (86) | Espace Mendès France
1 place de la Cathédrale, 86000 POITIERS
6 nov 2014 18 h 30

Accès libre

Circuler en Europe renvoie à un ensemble très varié de pratiques qui peuvent aller des simples voyages des touristes occasionnels aux circuits complexes des cadres de la multinational. La circulation implique néanmoins l’expérience de lieux hors des frontières de l’espace de notre vie quotidienne. Cette présentation repose sur une enquête effectuée entre 2008 et 2010 à Lisbonne sur la circulation des lisboètes en Europe. L’ouvrage qui en est issu a pour objectif de comprendre ce que vivre entre plusieurs lieux implique en termes de répartition des activités entre ces lieux. Cet objectif présuppose de bien décrire les rythmes temporels, les échelles spatiales et les motifs des déplacements, ainsi que les durées et les conditions de séjour des personnes qui circulent. De là découle la découverte d’une grande variété de pratiques de circulation et de manières d’habiter les différents lieux de vie liée aux trajectoires familiales et professionnelles des individus et de leur entourage. La possibilité est offerte au lecteur de suivre Rosa, Sergio ou Maryse dans leurs déplacements, leurs résidences successives ou leurs arbitrages professionnels et familiaux.

Christophe Imbert est maître de conférences en géographie, université de Poitiers, membre de l’UMR Migrinter et chercheur associé à l’INED.

http://emf.fr/20529/dune-metropole-a-lautre-pratiques-urbaines-et-circulations-dans-lespace-europeen/

Gilles Dubus

IE CNRS, documentaliste

More Posts - Website