Tous les articles par Emilie Chevalier

Une approche des liens entre mobilités et environnement dans le Pacifique : A bord du Rangi à la rencontre de Hokule’a.

Le Rangi.

Ce billet est un avant tout un bref récit. Je suis en effet arrivée hier sur l’atoll de Rangiroa dans les Tuamotu, au Nord de Tahiti. J’avais embarqué Jeudi sur le Va’a Rangi (Pirogue dont le nom signifie dire “Le Ciel”) dans le port  d’Arue (Tahiti). La traversée a pris 48h. Le but était d’aller à la rencontre de Hokule’a pour son arrivée en Polynésie française (http://www.hokulea.com/worldwide-voyage/) Cette expédition est composée de deux pirogues parties de Hawaï à la fin du mois de mai pour un tour du monde de trois ans. L’objectif de ce voyage est de porter des voix polynésiennes sur le respect de l’Océan et de l’environnement de manière générale, en puisant dans la culture océanienne et notamment la navigation à la voile.

Une association de Polynésie française, les amis de Hokule’a, organise l’accueil de l’expédition pour son arrivée au Fenua. J’ai l’immense chance de pouvoir effectuer une observation-participante de cet évènement et notamment de la traversée Tahiti-Rangiroa à bord de la pirogue « hybride » Rangi. J’emploie l’adjectif hybride car la pirogue est équipée d’un hoe (barre) classique mis aussi d’un GPS (Régulations de sécurité oblige). Elle est en fibre de verre et en bois. Elle est propulsée par les voiles et un moteur électrique alimenté par des panneaux solaires. Elle est équipée de fils de pêche et d’une planche de surf! L’équipage m’a accueillie avec beaucoup de gentillesse et m’a appris les rudiments de la navigation. J’ai pu barrer et faire mes quarts de jour et de nuit comme tout le monde. Mais en tant que novice je n’ai pu qu’observer le maniement des voiles et j’ai aussi eu un mal de mer assez prononcé. A bord, nous avons effectué des rituels pour marquer le départ et autour du repas pêché dans la journée. A l’arrivée nous avons été accueillis par une cérémonie au cours de laquelle laquelle les arrivants débarquent sur la plage entre deux feux de noix de coco (Pour chasser les mauvais esprits et les maladies) et partagent des discours avec les habitants de l’île autour du marae, un autel en pierre. Cette observation a donc été une expérience très forte. Je vais continuer à suivre les activités qui accompagnent le passage de l’expédition Hokule’a en Polynésie française jusqu’au mois de juillet.

Il me faudra approfondir l’analyse mais il semble que celle initiative fait dialoguer les thématiques d’environnement et de développement durable et celles du renouveau culturel océanien et des pratiques liées au nouveau régionalisme dans le Pacifique. Par exemple, l’équipage du Rangi m’a expliqué que l’objectif de la fondation Pacific voyagers, qui a mis la pirogue à disposition pour six mois en Polynésie française, est de favoriser le renouveau de la navigation à la voile. Il s’agit de favoriser les mobilités sous une forme écologique, notamment dans les îles les moins bien desservies (L’expression « les îles » en Polynésie française désigne les archipels hors de Tahiti) mais également servir de support culturel. Par ailleurs le lancement officiel du voyage de Hokule’a et Hinalia (La seconde pirogue de l’expédition) aura lieu à Raiatea, une des îles de l’archipel de la Société, et plus particulièrement sur le marae Taputapuatea, considéré comme un coeur du triangle polynésien. Enfin, cette initiative fait en effet écho au voyage de Hokule’a entre Hawaï et Tahiti en 1976, qui avait pour but de démontrer les capacités nautiques des Polynésiens.

Dans la lignée des travaux de Epeli Hau’ofa’ (Voir Our Sea of Islands) un certain nombre de chercheurs s’intéresse au renouveau culturel et au nouveau régionalisme océanien. L’articulation entre pratiques de mobilités et pratiques culturelles est importante en ce domaine. A titre d’exemple, Karen Tu, doctorante à l’Australian National University, consacre sa thèse aux transformations des usages traditionnels des pirogues à Taïwan et en Micronésie. Dans ce contexte, il est également intéressant de noter que les ouvrages de Epeli Hau’ofa’ viennent d’être traduits et publiés en Français par la maison Pacific Islanders Editions, créée à Tahiti en 2013.

Quelques références : 

Gershon, Ilana. « Viewing Diasporas from the Pacific: What Pacific Ethnographies Offer Pacific Diaspora Studies ». The Contemporary Pacific 19, no 2 (2007): 474‑502. doi:10.1353/cp.2007.0050.

Hauʹofa, E., Waddell, E., Naidu, V., University of the South Pacific, & School of Social and Economic Development. (1993). A new Oceania: rediscovering our sea of islands. Suva, Fiji: School of Social and Economic Development, The University of the South Pacific in association with Beake House.

Hauofa, Epeli. Notre Mer D’îles Our Sea of Islands. Tahiti: pacific islanders éditions, 2013.

Séminaire « Migrations et changement climatique », Paris, 12 Septembre 2013.

Compte-rendu du séminaire « Migrations et changement climatique » (Paris, 12/09/2013) organisé par le groupe de recherche EXCLIM (GICC).

 par Emilie Chevalier[1]

et Eleonora Guadagno[2]

Le 12 Septembre 2013 le groupe de recherche EXCLIM (Exil climatique – Gérer les déplacements des populations dus aux phénomènes climatiques extrêmes) a organisé à Paris le séminaire « Migrations et changements climatiques » qui a vu la participation de certains membres de Migrinter, notamment Mme Véronique Lassailly-Jacob (Géographe, Université de Poitiers, laboratoire MIGRINTER/CNRS) en tant qu’intervenante, Emilie Chevalier et  Eleonora Guadagno en tant que participantes.

Les 8 présentations qui ont  ponctué cette journée peuvent être regroupées sous 4 thèmes :

Un premier ensemble s´articulait autour du rôle des institutions dans le développement, l’analyse et l’utilisation des concepts qui lient le phénomène des migrations climatiques et environnementales. En ouverture du séminaire, D. Ionesco (OIM) a présenté la position ainsi que les activités opérationnelles, de recherche et de lobbying de l´Organisation Internationale des Migrations (OIM) en matière de migrations climatiques: elle a souligné comment l’activité de cette organisation se focalise sur la réduction des facteurs qui pourraient causer la migration, en essayant de limiter la vulnérabilité humaine; de plus elle a introduit l’activité du IDMC « Internal Displacement Monitoring Centre » qui essaye d’avoir un approche de plus en plus scientifique (en croisant des outils qualitatifs et quantitatifs) dans l’étude des déplacés pour des causes environnementales. La députée au Parlement européen J. Lambert (Royaume-Uni) a pour sa part présenté les initiatives au sein du Parlement européen et plus particulièrement les efforts du groupe Verts en faveur de la mise à l´agenda européen des migrations climatiques et la volonté de présenter une déclaration écrite susceptible  d’avoir des conséquences positives sur le traitement de la question. A la rencontre de la recherche et du politique, J.M Lavielle (Centre de recherches interdisciplinaires en droit de l´environnement, de l´aménagement et de l´urbanisme, Université de Limoges) a présenté l´esprit et les objectifs du projet de Conventions relative au statut international des déplacés environnementaux, notamment le projet de « convention de Limoges » portée par le CRIDEAU depuis 2005 : cette convention qui a comme objectif de remplir le vide juridique sur l’échelle locale et internationale, est un projet que vise à contribuer à la protection de ceux qui sont déplacés environnementaux, mais aussi que vise à répondre au long terme grâce à la mise en place de stratégie d’adaptation qui soulignent l’importance de la solidarité inter et intra-générationnelle.

Un second groupe de présentations a porté sur la présentation de projets de recherche récents. C. Vlassopoulou (Université de Picardie, CURAPP/CNRS), coordinatrice du projet a présenté le projet EXCLIM.  Ces recherches, menées entre 2009 et 2011, était financé dans le cadre du programme GICC (Gestions et impacts du Changement climatique) porté par le Ministère français de l´Ecologie, du Développement Durable des Transports et du Logement. Il est intéressant de souligner à ce titre que ce projet s´inscrit dans une série d´initiatives nationales en Europe sur le thème des migrations climatiques et/ou environnementales à l´image du projet  Migration and Global environmental change (2011) financé par le programme Foresight du gouvernement britannique ou du projet Climates of migration (2010-2013) financé par le ministère allemand de l´Education et de la Recherche. C. Vlassopoulou a rappelé que la démarche d´EXCLIM concernant les liens entre changements climatiques et migrations s´appuyait sur deux éléments principaux : d´une part l´articulation des échelles internationales et nationales et d´autre part la mise en œuvre d´une approche holistique de l´adaptation et de la gestion des crises incluant des analyses de la connaissance des populations en matière d´environnement, le niveau de cohésion sociale, les atouts et contraintes économiques (Exemple : possibilités de diversification des activités et donc des sources de revenus) et le rôle des institutions. C. Vlassopoulou a également insisté sur le fait que les membres du projet EXCLIM ont pu constater dans leurs études de cas la dissymétrie entre l´importance de la question des migrations climatiques dans les enceintes internationales et le faible  intérêt pour ce sujet au sein des politiques nationales et locales. Durant la seconde partie du séminaire, Tamer Affifi (UNU-EHS) a présenté le projet Where the Rain Falls, porté par la section Environnement et Sécurité Humaine de l´Université des Nations Unies en collaboration avec l´ONG CARE. Ce travail collectif en cours a pour objectif une analyse approfondie des liens entre variations des précipitations, activités agricoles et mobilités humaines. Cette problématique a été  selon T. Affifi identifiée par de précédents projets de recherche sur les migrations environnementales, et notamment le projet EACH FOR.

Deux études de cas ont été présentées. La seconde partie de l´intervention de Tamer Affifi portait sur les résultats du projet Where the Rain Falls à travers la présentation du cas du Ghana, qui même en étant un des exemples de croissance économique réussie en Afrique est caractérisé par une forte pauvreté, par l’insécurité alimentaire et par un taux très haut de croissance de population, des facteurs qui le rendent un pays très vulnérable aux précipitation extrêmes. Une seconde étude de cas a été proposée par Véronique Lassailly-Jacob (MIGRINTER) & Malika Peyrault sur le thème de la Gestion et des modalités des déplacements de population liés aux inondations au Burkina Faso : la mise en œuvre de politiques d’urgence et de réhabilitation étant très fortement hiérarchisée cette intervention s’est accompagnée de lourdeurs administratives qui ont empiré la condition de la population. Cette présentation a mis en relief comment les phénomènes extrêmes tels que la sécheresse et les inondations peuvent coexister et peuvent constituer une menace constante pour les communautés qui habitent cette zone très vulnérable et comment la cohésion sociale, au contraire, peut avoir un rôle central dans les politiques de gestion du risque.

Enfin, un dernier ensemble de présentations peut-être défini autour des enjeux théoriques associés aux migrations climatiques. Christel Cournil (Maître de conférence en droit à l´Université de St Denis et membre d´EXCLIM) – a offert une analyse consacrée à « La protection juridique des déplacés environnementaux : potentiel et limite d’une gouvernance naissante ». Elle a dans un premier temps montré la coexistence de trois types de discours en matière de migrations environnementales : l´approche en termes de faute et de réparation, l´approche centrée sur l´articulation de la vulnérabilité et de la solidarité et enfin l´approche sécuritaire qui témoignent une prise de conscience progressive à l’égard de ce phénomène. La chercheuse a dans un second temps proposé une typologie des régimes juridiques applicables et/ou envisageables pour les migrations environnementales ainsi qu´une une analyse de leurs atouts et faiblesses respectives. Les arguments éthiques –soulevés principalement par les ONG environnementalistes- liés à ce phénomène, relèvent de la matière inhérent à la faute et à la réparation » ; les arguments humanitariste selon la chercheuse sont liés à la compassion, à la vulnérabilité et à la solidarité. En ce qui concerne les états et les organisations internationales, elle souligne comment la question est strictement associée à la notion de sécurité et que l’éventuel afflux massif est vu comme une menace pour les populations d’accueil et les zones d’arrivée. Roger Zetter (Université d´Oxford, Refugee Studies Centre) a pour sa part proposé une réflexion intitulée « The environmentmobility nexus : reconceptualizing the links between environmental stress, mobility and power ». L´objectif de cette communication était de démontrer la nécessité d´une approche de la question des migrations climatiques au moyen des appareils conceptuels fournis par l´écologie et l´économie politique, et ce dans le but de développer « une critique du cadre néo-libéral, managérial et apolitique qui domine à l´heure actuelle les conceptualisations des liens entre contraintes environnementales et déplacements des populations. » (Citation adaptée de l´anglais)

Cette journée a donc permis une réflexion assez profonde sur les liens entre changements climatiques, la dégradation environnementale  et mobilité humaine : la participation de professionnels, de politiciens et de chercheurs du secteur, de différentes orientations disciplinaires, a permis un échange très concret autour de la conceptualisation théorique, de la prise en charge et de la protection, de l’étude empirique et des mesures futures à prendre autour du phénomène.  Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour une pleine reconnaissance du phénomène mais on comprends de plus en plus que cette issue va devenir un élément central non seulement dans l’analyse des flux migratoires internes et internationaux, mais aussi dans la conceptualisation de la vulnérabilité et de stratégies pour faire faces aux dégradations environnementales et aux phénomènes extrêmes d’aujourd’hui et de demain.


[1] Doctorante au laboratoire Migrinter/CNRS, Université de Poitiers, laboratoire Geolab/CNRS de l’Université de Limoges et Ecole de Geosciences, Université de Sydney.

[2] Doctorante au laboratoire Migrinter/CNRS, Université de Poitiers.