Tous les articles par Olivier Clochard

Les lettres de Rivesaltes

Il y a un an, le 16 octobre 2015, était inauguré le Mémorial du Camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Pour l’inauguration, Anne-Laure Boyer, a demandé à de nombreux auteur.e.s d’écrire des lettres sur les camps d’internement français qui ont trop longtemps été occultés. Ces Lettres de Rivesaltes ont été l’occasion pour chacun de s’approprier cette histoire lourde et complexe, afin de la porter collectivement dans un exposition qui s’est tenue jusqu’au 30 juin 2016.

A cette adresse, il est possible de découvrir l’intégralité des 175 lettres dont 123 ont été rédigées par des adultes, et 52 par des jeunes dans un cadre scolaire. À partir de ces 175 lettres, Anne-Laure Boyer a réalisé environ 10 000 reproductions, mises sous enveloppes et diffusées au fur et à mesure des huit mois d’exposition qui ont compté au total 30 000 visiteurs, visiteurs qui ont permis à ce que toutes ces lettres voyagent par voie postale, dans des bagages ou de main à main.

La lettre que nous présentons ici a été écrite par Julia Maquet Badia-Canes, océanographe et journaliste scientifique indépendante, Paloma Maquet Badia-Canes, doctorante à Migrinter, petites-filles d’Isabel, réfugiée espagnole et internée à Rivesaltes, et Olivier Clochard chercheur à Migrinter. Cette lettre s’est construite sur le témoignage direct d’une grand-mère à ses descendantes, sur ses souvenirs et mots d’enfant, mais aussi sur l’analyse de résurgences ou de malheureuses continuités (?) qui tous les jours transforment les parcours de personnes exilées en véritables périples complexes, dangereux et honteux… Nous avons choisi de l’adresser directement à Isabel.

Droit et vulnérabilité dans les parcours migratoires

Journée d’étude / 9 avril 2015

10 h 00 – 13 h 00 et 14 h 00 – 17 h 00

organisée par MIGRINTER, le CECOJI et l’IDP

Salle mélusine, M.S.H.S – Bâtiment A5 5, rue Théodore Lefebvre, Université de Poitiers.

(Programme ci-dessous)

Les premiers secteurs où la notion de vulnérabilité est apparue sont ceux des sciences environnementales et des sciences biomédicales ; aujourd’hui, elle suscite une attention de plus en plus marquée en sciences humaines et sociales, notamment dans les travaux sur la pauvreté et l’analyse du marché du travail et de l’emploi (Saunders, 2003). Plusieurs auteurs (Nussbaum, Petit, Honneth, …) « font (aussi) de la vulnérabilité une notion intrinsèquement liée à celle d’autonomie » (Ong-Van-Cung, 2013 : 39) dans l’étude des migrations internationales notamment, de sorte qu’elle peut être pensée comme une notion centrale dans l’analyse des parcours migratoires.

Considérant le parcours migratoire comme une séquence d’événements, l’objectif est ici de repérer et de retenir ceux qui concourent à une mise en vulnérabilité des migrants. Au fil du parcours, le migrant entre dans un processus où l’événement et son potentiel d’obstacles, de risques mais aussi d’opportunités peuvent créer de la vulnérabilité et la résoudre, tout à la fois. Ces événements sont à l’origine de bifurcations et de choix nouveaux ; ils participent à l’émergence de « trajectoires un peu tremblées » (R. Castel, 1990). Il s’agit donc de lire les parcours migratoires en termes de probabilités d’avènement d’un risque. Pour Schröder-Bitterfill et Marianti, la vulnérabilité d’une personne est « le résultat incrémental d’un ensemble de risques distincts mais reliés, c’est-à-dire le risque d’être exposé à une menace, le risque d’une matérialisation d’une menace et le risque de manquer des protections nécessaires pour faire face à la menace » (2006 : 11). Le droit est l’une d’elles. Mais il est aussi élément de protection pour les personnes en situation de vulnérabilités.

Droit et vulnérabilité entretiennent une relation manifeste dans les parcours migratoires (Rouvière, 2010). Déjà, la « vulnérabilité certaine » (Cohet-Cordey, 2000), i.e. partagée par tous puisque inhérente à la condition humaine, postule la sociabilité de l’homme, laquelle commande l’existence même du droit. Mais il est également depuis longtemps dans l’office de ce dernier de prendre acte de la « certaine vulnérabilité » frappant des individus ou des groupes d’individus. Reste que s’il était possible de déceler la « chose » en creux dans nombre de dispositions normatives, la consécration du « mot » dans le vocabulaire du droit s’avère assez récente. De la sémantique au juridique, elle traduit un mouvement profond d’autant plus remarquable qu’il s’observe tant au sein du droit international que des droits régionaux ou internes.

La problématique des droits de l’homme a été le principal vecteur de cette promotion ; et ce, tout spécialement, en qui concerne la situation des étrangers. Dans l’ordre juridique français, la prise en compte de la particulière vulnérabilité de certains demandeurs d’asile est de manière significative au coeur du nouveau dispositif d’accueil prévu par le projet de loi sur la réforme d’asile en cours de discussion. Au niveau régional, un certain «

surgissement conceptuel » (Burgogne-Larsen, 2014) a été relevé à l’analyse de la jurisprudence récente de la Cour européenne des droits de l’homme faisant bonne place à la vulnérabilité. Illustration d’une tendance dont on trouve aussi trace au niveau de la Cour interaméricaine des droits de l’homme voire, quoique dans une mesure moindre, dans les travaux des différents comités des droits de l’homme des Nations unies. Pour ces comités comme pour les juridictions régionales, le droit des étrangers est l’un des principaux sujets concernés.

Pareil mouvement ne pouvait manquer d’interpeller la doctrine juridique. La question, qu’elle concerne le droit en général, les droits de l’homme en particulier, voire, le droit des étrangers commence de fait d’être documentée. A bien y regarder, l’optique demeure toutefois, notamment concernant ce dernier domaine, essentiellement statique : il s’agit pour l’essentiel de porter l’analyse sur la situation des immigrés dans l’État de destination, parfois, de considérer les candidats à l’émigration dans l’État de départ ; en revanche, il est moins fréquent de considérer l’état du migrant au cours de son parcours migratoire.

Et il l’est sans doute moins encore d’observer l’impact différentiel du droit sur le parcours migratoire en tentant de saisir l’interaction entre la « menace » du droit et les capacités d’adaptation des migrants ; selon le lieu et le statut du migrant, l’application du droit peut tout à la fois produire des vulnérabilités ou protéger de vulnérabilités. Il s’agit donc de prêter attention non seulement aux conditions d’apparition des vulnérabilités et de répartition des facteurs d’exposition au fil du parcours migratoire mais aussi à la manière dont les migrants parviennent ou non à mobiliser les ressources nécessaires pour éviter les effets négatifs voire les transformer en opportunités.

La vulnérabilité du migrant est induite par un réseau d’interdépendances, un entrelacs d’actions qui participent à l’élaboration du parcours migratoire. Dans ce contexte, il s’agit de comprendre le rôle que joue le droit comme élément de vulnérabilité ou de protection face aux vulnérabilités. Se saisit-il et, le cas échéant dans quelle mesure, de la vulnérabilité des migrants au cours de leur parcours migratoire ? En quoi produit-il de la vulnérabilité dans les parcours migratoires ? Cette interrogation à front renversée sera en priorité étudiée en s’appuyant sur des parcours spécifiques de migrations (migrations par la mer, migrations par les airs, etc.), sur des domaines particuliers (vulnérabilités liées au travail, à la santé, à l’accès au juge, etc.) ou des catégories de personnes spécialement exposées à la vulnérabilité (enfants, femmes, handicapés, etc.)

Aumond F (CECOJI). et Robin N. (CEPED-MIGRINTER)

PROGRAMME

10h-13h : Séance plénière, regards croisés sur le thème de la journée

Florian Aumond, , maître de conférence droit public, CECOJI, Université de Poitiers

Nelly Robin, géographe, spécialiste des migrations internationales en Afrique de l’Ouest, MIGRINTER(Université de Poitiers) et CEPED (IRD-Paris Descartes)

Discutant : Claude-Valentin Marie, sociologue et démographe, ancien vice-président de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE), conseiller pour l’outre-mer auprès de la direction à l’INED.

14h-17h : Table-ronde animée par Daniel Senovilla, juriste, MIGRINTER, Université de Poitiers.

Intervenants :

Joanna Pétin, spécialiste du droit européen de l’asile et de l’immigration, Université de Pau et des Pays de l’Adour « La notion de personne vulnérable dans le droit d’asile »

Karine Michelet, Maître de conférence de droit public, CECOJI, Université de Poitiers « Parcours migratoire et droit d’accès aux soins en France »

Olivier Peyroux, sociologue, Lauréat 2013 du Prix Fondation de recherche Caritas pour son ouvrage « Délinquants et Victimes. La traite des enfants d’Europe de l’Est en France »

Marseille : visite en zone d’attente (épisode 1)

Julie Lemoux, Sarah Przybyl et Olivier Clochard

La zone d’attente de Marseille est située sur trois espaces : le port (où jusqu’en 2006 se trouvait le centre de rétention d’Arenc découvert en 1975 par le journaliste Alex Panzani), l’aéroport situé à Marignane et le centre du Canet situé dans le quartier du même nom. Selon le Ceseda (code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile), la zone d’attente « s’étend des points d’embarquement et de débarquement à ceux où sont effectués les contrôles des personnes. Elle peut inclure, sur l’emprise, ou à proximité, de la gare, du port ou de l’aéroport ou à proximité du lieu de débarquement, un ou plusieurs lieux d’hébergement assurant aux étrangers concernés des prestations de type hôtelier » (article L.221.2).

© Olivier Clochard, juillet 2014
Dans le quotidien La Marseillaise du 30 avril 1975, Alex Panzani qualifiait de prison clandestine un hangar – aujourd’hui détruit et non loin de la gare maritime -où les autorités détenaient arbitrairement des étrangers. © Olivier Clochard, juillet 2014

les autorités

La zone d’attente portuaire

Au port, les bureaux de la police aux frontières (PAF) se situent à la porte 4, à mi-chemin entre Arenc et le quartier de l’Estaque.  Le jeudi 24 juillet 2014, nous avons été reçu par le capitaine de la PAF qui est en poste sur la zone portuaire depuis février 2014 (elle travaillait auparavant à l’aéroport), son adjoint – en poste sur le port depuis 2006 – nous a rejoint durant l’entretien qui a duré une heure trente environ.

© Olivier Clochard, juillet 2014
A la porte 4 du port autonome de Marseille © Olivier Clochard, juillet 2014

Les bateaux qui accostent à côté du bureau de la PAF sont des navires de grande taille comme le Tanit ou l’Exelcior qui ne peuvent pas accéder aux quais situés à proximité du quartier de La Joliette car il n’y a pas assez de profondeur et la longueur des quais n’est pas suffisante. « Un bateau, c’est 3 000 passagers et 500-600 véhicules »1.

Parmi les étrangers détenus, nos interlocuteurs font la distinction entre ceux qui arrivent à Marseille par ferries2 en employant le terme de « non-admis » pour désigner les voyageurs ne disposant pas de papiers en règle et ceux qui voyagent à bord des bateaux de la marine marchande « les clandestins ». « Les clandestins, ce sont des trucs qui n’arrivent pas dans les aéroports. Ce n’est pas la même clientèle » dit la capitaine. Selon elle, en 2013, il y a eu 46 « voyageurs » et 10 « clandestins » détenus en zone d’attente, et au premier semestre 2014, 24 « voyageurs » et 11 « clandestins ». La capitaine indique qu’ils n’ont pas de chiffre sur les personnes non admises qui ne passent pas la zone d’attente, et les étrangers maintenus en zone d’attente. Nous lui faisons part de notre étonnement car cette distinction figure dans les rapports de la direction générale des étrangers en France (anciennement le Comité interministériel du contrôle de l’immigration / CICI).

Au sujet des « clandestins », nous questionnons la capitaine sur leur profil et leur provenance. Lors de notre échange elle stipulera plus particulièrement le cas des mineurs marocains en expliquant que cette réalité était plus fréquente par le passé. En effet, sur le littoral marocain la construction du nouveau port Tanger-Méditerranée3 a permis le renforcement des contrôles aux frontières limitant les possibilités de traversée clandestine. L’adjoint, évoque avec émotion le cas de mineurs retrouvés sans vie à bord des conteneurs qui accostent à Marseille et qu’il a « récupéré » au cours de sa carrière.

La capitaine mentionne plus largement lors de l’échange le cas des « mineurs clandestins » en provenance des pays du Maghreb. D’après elle, deux solutions sont envisageables. La première est le placement en zone d’attente en attendant que le jeune puisse « avoir une place quelque part » et qu’un administrateur ad hoc soit désigné. Sur ce point, il semblerait que la procédure soit assez peu connue par la capitaine. La deuxième option que notre interlocutrice nous indique est la reconduite vers le pays d’origine. Or cette pratique est contraire au Ceseda dans lequel est stipulé qu’un mineur ne peut ni faire l’objet d’une expulsion ni d’un éloignement du territoire français (article 521-4 et 511-4). D’après la capitaine, il semblerait que le retour au pays la solution la plus adaptée ; d’après elle après « avoir tenté l’aventure, ils sont bien contents de rentrer chez papa et maman ».

A propos du retour vers le pays d’origine, la capitaine indique plus globalement que « c’est plus confortable pour les étrangers de repartir tout de suite, cela leur évite d’être enfermé durant des jours ».

Les deux policiers ajoutent que « les amendes aux compagnies ne sont pas systématiques, et pour dire on n’en met jamais. On ne peut pas reprocher aux agents des compagnies maritimes d’être expert dans la détection de faux documents ou de visas falsifiés, à moins que cela soit vraiment très visible. Et concernant les contrôles, ce qui compte, c’est ce que fait la police aux frontières, on ne tient pas compte de ce que font les capitaines des navires. Par exemple le passeport et le visa peuvent être valides mais il manque un document comme l’attestation de l’hébergeur, ou le montant que possède la personne n’est pas suffisant ». Sur ce dernier point, la capitaine nous affirme que le montant de 30 euros par jour est mentionné dans le Ceseda, et à nouveau nous lui faisons part de notre étonnement, il ne sous semble pas que ce point figure dans la partie règlementaire. Elle maintient ce qu’elle vient de dire tout en soulignant que si la personne possède une carte bancaire, cela suffit.

Concernant les renvois des personnes non admises à entrer en France, des frais sont imputés aux compagnies maritimes pour les repas, les billets d’avion, le service d’escorte au cas où la personne s’oppose fortement à son refoulement. On apprend d’ailleurs que les autorités ont recours à des sociétés privées de sécurité habilitées par la préfecture. À Marseille, une d’entre-elles s’appelle le SIS, ça ne s’invente pas !4

Concernant les contrôles migratoires, au-delà de la vérification des documents que les étrangers doivent avoir en leur possession, les policiers de la PAF ont recours à des dispositifs comme le FPR (SIS français) afin de savoir si les personnes ne sont pas recherchées et le VIS pour vérifier l’authenticité des visas. La capitaine de la PAF souligne qu’« il y a deux jours, les dispositifs VIS et FPR sont tombés en panne durant deux heures, nous ne pouvions rien faire, et il fallait bien que les gens passent ».

« Nous n’avons pas énormément de contact avec les autorités algériennes, on ne se connaît pas, on ne se voit pas, on se suffit à nous-mêmes. Par contre oui il nous arrive de contacter l’officier de liaison basé à Alger et nous avons des échanges avec des policiers algériens aux frontières, soit ce sont eux qui viennent passer quelques semaines à Marseille, soit ce sont nous qui allons en Algérie mais après nous ne maintenons pas les contacts ».

Lorsqu’on demande à la capitaine, quelles sont les différences entre les procédures administratives relatives à la zone d’attente du port et celles de l’aéroport, elle souligne qu’à l’aéroport, celles-ci se font « à fond la caisse » alors qu’au port, pour travailler, il y a beaucoup plus de confort. Lorsqu’un paquebot a à son bord un passager clandestin, il nous prévient et nous avons le temps de faire les procédures nécessaires à son renvoi. Par ailleurs sur les ferries, il y a aussi des agents de sécurité qui aident à assurer les renvois des personnes et à faire en sorte que la gestion des clandestins se passe bien.

Pour elle, il n’y a pas de cellules sur les ferries5, néanmoins les étrangers sont placés dans des cabines fermées à clé le temps que le bateau quitte la rade.

© Olivier Clochard, juillet 2014
Un navire de la compagnie maritime Algérie Ferries à quai (quartier de La Joliette) © Olivier Clochard, juillet 2014

Autre petit point d’information, durant l’entretien, la capitaine indique que les procédures relatives aux navires de croisière sont spécifiques. Nous lui demandons donc en quoi ? elle nous dit qu’il n’y a pas contrôles au moment des débarquements des voyageurs. Seule la liste des voyageurs, faxée auparavant par le commandant de bord du navire, est tamponnée et lui est remise au moment du débarquement. Nous lui faisons remarquer que des navires de croisières accostant à Tunis (ce qui est très fréquent) pourraient embarquer des personnes démunies de documents en règles, et débarqueraient ainsi à Marseille sans qu’elles soient contrôlées. Le capitaine ne nie pas cette possibilité mais estime que pour le moment le risque est très minime au vu du nombre de personnes qui embarquent à Tunis sur ces croisières maritimes.

Au cours de l’entretien, nous leurs demandons également si des espaces sur le port sont utilisés pour maintenir les personnes le temps de l’escale, ils nous disent que non à l’exception de leurs locaux où ils notifient aux non-admis leur refus d’entrée sur le territoire. Si le bateau repart dans les heures qui suivent, les personnes seraient remises sur le navire, si l’escale est supérieure à une journée, elles seraient alors transférées vers l’établissement du Canet où selon elle, les conditions sont similaires à celles de certains hôtels. À ce moment de la discussion, nous évoquons le centre d’Arenc fermé depuis 2006. La capitaine souligne que « si l’extérieur du bâtiment était très dégradé, l’intérieur dans le centre était bien. On a été salis par de nombreux journalistes, on aurait mieux fait de leurs ouvrir les portes pour leur montrer les conditions dans lesquelles les personnes étaient maintenues ».

Elle ne fait jamais référence aux personnes qui ont demandé l’asile, ce qui est somme tout « normal » car très peu de demandeurs d’asile  sont enregistrés. Mais elle affirme que tout est fait – le cas échéant – pour que la procédure soit respectée. Elle confirme ainsi les propos d’une salariée de l’Anafé qui explique que les recours pour un refus de demande d’asile ne sont plus instruits à Paris mais bien à Marseille.

© Olivier Clochard, juillet 2014
Porte par où arrivent les véhicules voyageant sur les ferries © Olivier Clochard, juillet 2014
© Olivier Clochard, juillet 2014
Une zone internationale dans l’espace national ? © Olivier Clochard, juillet 2014

 


(1) Selon les responsables des compagnies maritimes d’Algérie ferries et SNCM, c’est un peu moins.

(2) SNCM, Algérie Ferries, CTN (Compagnie Tunisienne de Navigation)

(3) Voir Sarah Przybyl (2013) Tanger : migrations et mutations d’une ville portuaire

(4) SIS est le sigle de Système d’Information Schengen, ce dernier est composé d’une base de données centrale destinée notamment à enregister les ressortissants de pays extérieurs à l’UE faisant l’objet d’une décision de refus d’entrée sur le territoire de l’espace Schengen.

(5) Ce que contrediront respectivement les responsables des deux compagnies maritimes de la CNCM et d’Algérie Ferries.

Soutenance de thèse – Pascaline Chappart – Retours volontaires, retours forcés

Soutenance de thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie

présentée par Pascaline Chappart

Mercredi 7 janvier 2015, 14 h 00, salle Mélusine (MSHS)

Retours volontaires, retours forcés hors d’Europe.

Une socio-anthropologie de l’éloignement des étrangers. Le cas de la France

(sous la direction d’Alain Morice, directeur de recherche au CNRS)

A partir du cas de la politique d’aide au retour volontaire en France, cette recherche propose une interprétation des politiques d’éloignement des étrangers en situation irrégulière, telles qu’elles sont formulées à l’échelle de l’Union européenne sous l’angle du « retour ». Le principe d’expulsion est maintenant transposé dans le champ de l’action sociale, sous la forme de divers dispositifs d’assistance humanitaire qui masquent la dimension de contrainte contenue dans l’objectif final de faire sortir les étrangers du territoire. Ce brouillage amène à s’intéresser aux ressorts matériels et symboliques de la domination qui s’exerce sur les « retournés » par le biais de cette assistance, où s’observe un retournement du rapport des expulsables à leur départ, rebaptisé « volontaire ».

En tenant bout à bout l’étude des processus de renvoi et des expérience d’après-retour, il s’agit de mettre en perspective les mythologies et les réalités du phénomène. Pour ce faire, on examine, à travers les mécanismes de relégation, l’ensemble des acteurs et des institutions participant à l’aménagement d’un espace transnational de prise en charge sociale reliant les pays de renvoi aux pays d’où venaient les émigrés, particulièrement dans les effets sociopolitiques et anthropologique que leurs opérations produisent.

Composition du jury

  • Olivier Clochard : Chargé de recherche au CNRS, Université de Poitiers
  • Véronique Lassailly-Jacob : Professeur de géographie, Université de Poitiers
  • Alain Morice : Directeur de recherche au CNRS, Université Paris 7
  • Antoine Pécoud : Professeur de sociologie, Université Paris 13
  • Philippe Rygiel : Professeur d’histoire, Université Paris 10
  • Jocelyne Streiff-Fénard : Directrice de recherche au CNRS, Université de Nice

 

 

Politiques européennes des visas : des frontières intelligentes ?

Séminaire « frontières invisibles »

organisé par Migrinter

Jeudi 13 novembre 2014 (14 h 00 – 17 h 00) et vendredi 14 novembre 2014 (10 h 00 – 13 h 00)

Amphithéâtre Couvrat (Hôtel Aubaret), 15, rue Sainte-Opportune – Poitiers

Intervenants

Emmanuel Aubin (professeur de droit, université de Poitiers) « Cadrage juridique et critique de la politique européenne des visas »

Federica Infantino (sociologue / politiste, FNRS, université libre de Bruxelles, Cevipol, SciencesPo Paris, Centre d’Études Européennes) « La frontière privatisée. Causes et conséquences de l’externalisation des services visas ».

Martine Brouillette (politiste, Migrinter, université de Poitiers) « De la création d’un système de « frontières intelligentes » pour l’Union européenne. Quel impact pour les pays du voisinage oriental ? »

Oleg Korneev (Marie Curie Post-doctoral research fellow, department of politics, university of Sheffield) « A vicious triangle: visa and readmission issues in EU-Russia-Central Asia relations ».

La notion de frontière est polysémique, chaque expression renvoie bien souvent à une réalité distincte entraînant diverses conséquences notamment juridiques pour les migrants. Dans la langue anglaise, il y a plusieurs expressions pour définir les distinctions entre les limites des Etats et celles des groupes nationaux [1]. Le droit de l’Union européenne (UE) repose sur la distinction entre les frontières intérieures où les contrôles ont en partie disparu notamment au sein de l’espace Schengen et les frontières extérieures qui séparent l’UE des autres Etats [2]. Si les frontières intérieures semblent moins contraignantes pour la circulation des personnes, les frontières extérieures le sont davantage en raison de la mise en place d’outils informatiques rendant possible le contrôle à distance des étrangers (SIS : système d’information Schengen, VIS : Visa information system).

A rebours de l’idée selon laquelle toute frontière doit être visible, matérielle, délimitée par des points de passage gardés par une présence humaine afin de permettre à l’Etat de contrôler la régularité de la situation des étrangers souhaitant entrer sur son territoire, se développe, sous l’impulsion de la politique de l’Union européenne en matière d’asile, d’immigration et de visas la notion de « frontière intelligente ». Défendue par la Commission européenne, cette idée de frontière renvoie à une réalité plus économique que juridique. La politique commune des visas marquée par un renforcement des contrôles migratoires au sein des consulats dans les pays extérieurs à l’UE résulte de la création d’un espace commun sans frontières intérieures. Ainsi après avoir proposé, en février 2013, l’adoption de trois règlements visant à mettre en place une nouvelle gestion des frontières extérieures de l’Union – induisant une modification du Code frontières Schengen – et ayant pour objectif de lutter plus efficacement contre l’immigration dite irrégulière, la Commission a rendu public, le 1er avril 2014 un rapport intitulé « Une politique des visas plus intelligente au service de la croissance économique ». L’objectif poursuivi à travers cette évolution normative est la mise en place de « frontières intelligentes » (smart borders), c’est-à-dire, gérées dans le cadre de systèmes informatiques permettant de mieux contrôler les entrées et les sorties. En contrepartie il serait prévu des assouplissements procéduraux pour franchir une frontière Schengen. Selon la Commission européenne, la notion de « frontière intelligente » prend en considération l’impact économique d’un assouplissement du régime des visas de court séjour, une politique des visas trop rigoureuse se traduisant par une perte de PIB de plusieurs milliards d’euros.

Or si les modifications proposées envisagent de faciliter les voyages effectués de « façon légitime » et simplifier le cadre juridique dans l’intérêt économique des gouvernements des Etats membres, ces derniers souhaitent préserver la sécurité aux frontières extérieures de l’espace Schengen (440 000 migrants appréhendés en 2013 par les autorités des Etats membres de l’UE). Sous ce rapport, la notion de « frontière intelligente » qui est au cœur de la politique commune des visas désormais mobilisée pour contribuer à produire de la croissance et assurer une cohérence avec les politiques de l’Union en matière de relations extérieures, de commerce, d’éducation, de culture et de tourisme, ne laisse-t-elle pas entrevoir d’autres enjeux économiques voire également sécuritaires mais sous des formes moins visibles.

Un autre aspect de la « frontière intelligente » consiste, pour l’UE, à mettre en place une politique de libéralisation des visas en concluant des accords de facilitation (VFA : Visas’s facilitation agreements) avec des États extérieurs à l’UE (Azerbaïdjan, Géorgie, Arménie, Russie, Moldavie, etc.) développant ainsi la dimension extérieure de la politique européenne d’immigration et de visas. En contrepartie de cette facilitation dans la délivrance des visas, l’Union conclut avec ces pays des accords de réadmission visant à augmenter le nombre de renvois de migrants en situation « irrégulière ». De même, l’UE met en place une politique d’externalisation des outils de contrôle aux frontières dans des conditions qui sont loin de garantir le respect des droits fondamentaux des migrants.


[1] Border évoque la séparation physique entre les États, Boundary la ligne de séparation des groupes humains ; cette dichotomie permettant à Didier Fassin de distinguer, dans ses travaux, les frontières extérieures des frontières intérieures, cette distinction étant au cœur de la politique européenne d’asile, d’immigration et de visas. Voir FASSIN (D.), Les nouvelles frontières de la société française, La Découverte, bibliothèque de l’Iris, 2010, p. 5 et s.

[2] Code frontières Schengen de 2006 et code des visas de 2009 qui sera modifié en 2014-2015.

Quelques éléments bibliographiques

  • Beaudu Gérard (2009) « L’externalisation dans le domaine des visas Schengen », Culture&Conflit, n°74, [disponible sur Internet]
  • Beaudu Gérard (2013) « Le code communautaire des visas : trois ans d’application », Revue droit des étrangers (RDE), n° 174, p.409
  • Bigo Didier et Elspeth Guild (2003) « La mise à l’écart des étrangers : la logique du visa Schengen », in Cultures &Conflits, vol. 50. [disponible sur Internet]
  • Cimade (2010) Visa refusé. Enquête sur les pratiques consulaires en matière de délivrance des visas, 132 p. [disponible sur Internet]
  • Infantino Federica (2010) « La frontière au guichet. Politiques et pratiques des visas Schengen à l’Ambassade et au Consulat d’Italie au Maroc » , Champ Penal/Penalfield, nouvelle revue internationale de criminologie, vol. 7. [disponible sur Internet]
  • Infantino Federica et Andrea Rea (2012) « La mobilisation d’un savoir pratique local. Attribution des visas Schengen au Consulat Général de Belgique à Casablanca », Sociologies pratiques, n° 24. [disponible sur Internet]
  • Migreurop (2012) Atlas des migrants en Europe. Géographie critique des politiques migratoires, Paris, Armand Colin, 144 p.
  • Souiah Farida (2012) « Algérie : des visas au compte-gouttes », Plein droit, n° 93, pp. 25-28 [disponible sur Internet]

MIGRATIONS – FESTIVAL TECIVERDI # 3 du 26 au 29 juin 2014, Niort

Voilà voilà que ça recommence . . .

. . . c’est la troisième édition du festival Téciverdi qui porte cette année sur le thème des migrations, et à laquelle Migrinter est associé. Festival qui réunit des expositions, des films, des spectacles vivants, des conférences : plus de 80 évènements en quatre jours et c’est sans compter tous ceux qui ont jalonné les six mois écoulés.

Après la conférence inaugurale en présence de Claire Rodier (Migreurop) et Catherine Whitol de Wenden (Sciences-Po Paris) le 18 décembre 2013, chaque mois des spectacles, des films (documentaires, fictions : courts et longs métrages) voire des expositions ont été proposés à un large public.

Globetrotters Aventures humaines, migrations, cultures, le musée offre un puzzle métissé autour d’une question commune : qu’est ce qui nous pousse à partir ? En écho aux oiseaux migrateurs qui livrent leurs secrets, deux artistes d’exception (collection d’art contemporain du Musée de l’Histoire de l’immigration) nous interrogent sur la question du territoire : Thomas Mailaender et ses Voitures cathédrale (2004) et Chen Zhen Un-interrupted Voice (1998), un artiste chinois qui transforme des chaises en tambours.du 28 mars au 29 juin 2014

Les projections programmées par Téciverdi, le Moulin du Roc et Migrinter ont montré une diversité d’itinéraires d’hommes, de femmes et d’enfants à travers le monde, mais aussi du monde animal (Hiver nomade de Manuel von Stürler). Elles ont également montré que le thème des migrations humaines semble en passe de devenir un fait cinématographique. Depuis quelques années, pas un mois ne passe sans qu’un film traite de cette question, soit sous la forme de documentaires : La Cour de Babel de Julie Bertuccelli, Ceuta, douce prison de Jonathan Millet et Loïc H. Rechi, Enfants valises de Xavier de Lauzanne qui a été suivi d’un débat avec Sarah Przybyl (Migrinter), soit sous la forme de fictions : Heimat, chronique d’un rêve d’Edgar Reitz, Rêves d’or (en espagnol La jaula de oro) film dramatique hispano-mexicain coécrit et réalisé par Diego Quemada-Diez, Eastern Boys de Robin Campillo ou The Immigrant de James Gray au cœur d’Elis Island (1).

The immigrant (2) était également le nom d’un film réalisé en 1917 par et avec Charlie Chaplin, la première fiction sous forme de court métrage qui aborde la question migratoire. Traité sous une forme burlesque, on y voit l’arrivée dans le port de New York avec la statue de la liberté. Elis Island n’est pas mis en scène, mais on pourrait dire qu’elle est entraperçue ou imaginée avec la scène de la corde établie sur le pont du navire. Parmi les thèmes récurrents, on retrouve le voyage long et pénible, l’Amérique vue comme un eldorado avec les sols recouverts d’or où dans le film de Chaplin, c’est évoqué lors de discussions sur le navire ou dans les rêves de certains personnages. À mon sens, ce film ne fait pas partie des grands films de Chaplin de part l’aspect très caricatural de la migration qui y est fait. Il est préférable de revoir América, América (1963) d’Elia Kasan ou Golden Door (2006) d’Emanuelle Crialese avec Romane Bohringer voire le film documentaire Récits d’Ellis Island (1980) qui sera d’ailleurs projeté dans le cadre de Téciverdi au pavillon Grapelli. Ce documentaire rappelle que près de 16 millions y ont transité entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle, le séjour de ces migrants qui allaient faire l’Amérique était plus ou moins long selon qu’ils étaient en bonne santé, malades voire considérés comme des ennemis des États-Unis d’Amérique. Ce documentaire sera accompagné d’une exposition intitulée « Retour à Ellis Island ».

Retour à Ellis Island

Une exposition qui témoigne du long compagnonnage de Robert Bober, écrivain et réalisateur avec Georges Perec et retrace ce qu’il reste d’un lieu mythique autour du film co-réalisé avec Georges Perec. Photographies de tournage et d’immigrants entre le début du XXe siècle et les années 30. Exposition créée au Printemps du livre de Grenoble 2010.

Le panorama ne serait pas complet si nous ne parlions pas des migrations d’objets ou des migrations des mots. Ainsi lors de tables rondes ou de conférences, Sylvie Sanchez (anthropologue) évoquera la manière dont la pizza a connu au 20ème siècle une diffusion quasi-universelle, Alfred Conesa (Agronome) nous entraînera dans les pays du café et du chocolat, et Henriette Walter (professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne à Rennes) parlera des mots migrateurs.

Enfin pour celles et ceux qui aiment la musique sous les nuits étoilées : il y aura tout d’abord Mother Border, ciné-concert documentaire du collectif Étrange miroir pour l’ouverture du festival (jeudi 26 juin), puis se succèderont respectivement Sally Nyolo et Rachid Taha (vendredi 27 et samedi 28 juin) avant que La bottine souriante vienne clore cette troisième édition (dimanche 29 juin). Et tout cela c’est gratuit !

=> Le programme du festival Téciverdi # 3

1. Tous ces films ont été diffusés au Moulin du Roc au cours de six derniers mois.

2. En France, le titre du film est traduit par « L’émigrant ».

Un dimanche à Nicosie

Karen Akoka, Géolab, UMR 6042

Nathalie Bernardie-Tahir, Géolab, UMR 6042

Olivier Clochard, Migrinter, UMR 7301

Camille Schmoll, Géographie-cités, UMR 8504

Originaires des Philippines, du Sri Lanka, du Vietnam, d’Inde voire du Bangladesh des centaines de migrants affluent vers Nicosie chaque dimanche depuis des quartiers voisins ou éloignés, voire d’autres villes ou villages du pays. Beaucoup d’entre eux (ou d’entre-elles devrions nous dire – car la majeure partie de ces personnes que l’on croise dans les rues de Nicosie sont des femmes), sont venu.e.s à Chypre en tant que travailleur.se.s domestiques et le dimanche est leur seul jour de repos.

Un nombre important de ces migrants viennent à Chypre dans le cadre de contrat d’une durée de quatre ans pour travailler comme employées domestiques au service d’une ou deux familles, s’occuper de personnes âgées, ou pour quelques-unes travailler au sein de services de ménages dans des locaux commerciaux ou industriels. D’autres avec ou sans titre de séjour compensent le manque de main-d’œuvre bon marché et temporaire dans certains secteurs de l’économie comme la restauration, les métiers du sexe et de l’entertainment ou le tourisme.

La présence des migrants dans les espaces publics rappelle que dans la partie sud de l’île (la République de Chypre a intégré l’Union européenne (UE) le 1er mai 2004), la population étrangère a presque doublé entre 2002 et 2011, passant de 66 000 à plus de 127 000 personnes. Elle représente un fort pourcentage de la population de l’île : 15,9 % des 803 147 habitants en 2010 contre 9,4 % en 2002[1]. Ces chiffres comprennent les citoyens d’autres États membres de l’UE (83 500 en 2010, soit 10,4 %) et les citoyens des pays tiers disposant d’un titre de séjour (43 800, soit 5,5 %).

Les principaux lieux de la ville (parcs, rues, commerces informels, églises, discothèques)

Dans la partie ancienne de la ville, délaissée par de nombreux Chypriotes suite au conflit qui divisa l’île en 1974, de nombreux espaces sont appropriés par les migrants, et souvent presque exclusivement par des femmes. Le centre-ville de Nicosie fait figure de lieu ressource à de nombreux égards. Les espaces de sociabilité y sont multiples, tout comme les lieux d’échanges de nouvelles et d’informations : les murs des boutiques et les lampadaires, par exemple, servent de support aux annonces d’offre d’emploi, de collocation ou encore pour des intermédiaires offrant une installation en Russie ou au Canada, tandis que des migrants postés dans les parcs et à la gare routière distribuent des tracts vantant les mérites de telle ou telle agence d’emploi.

L’ultra-féminisation de l’espace public donne parfois lieu à des scènes de « drague » comme à la gare routière où certains chypriotes profitent de la concentration féminine dominicale pour tenter leur chance auprès des migrantes.

Plusieurs rues du centre-ville, désertées par les commerces traditionnels, sont occupées par des activités à destination des migrants, faisant de cette portion de ville une véritable centralité minoritaire. On y retrouve les commerces typiques des quartiers ethniques de nombreuses villes d’Europe et d’ailleurs : commerces alimentaires et restaurants, centres Internet et de téléphonie, services d’envoi d’argent et d’expédition de marchandises. Toutes ces activités permettent certes de subvenir à des exigences communautaires spécifiques, telles que les modes de consommation alimentaires.

Karen Akoka, Nicosie, près de la gare routière, 2013Ils sont aussi des lieux de rencontre et d’entretien des connexions transnationales : envoi de cadeaux et de remises, activités commerciales avec le pays d’origine, communication avec une famille dispersée entre le lieu d’origine et les nombreux lieux d’installation des communautés sri-lankaises et philippines notamment.

À Nicosie, le phénomène de déshérence commerciale dont est frappée une partie du centre-ville à proximité de la ligne de démarcation, semble avoir accéléré la capacité pour les migrants de s’approprier des espaces commerciaux. De fait, leur présence est majoritaire dans certaines de ces rues. L’appropriation de la partie ancienne de la ville par de nombreuses communautés migrantes n’est ainsi pas sans lien avec la situation de relégation du quartier, elle-même dans une large mesure liée à la présence de la ligne de démarcation qui le traverse. Les bâtiments qui longent cette ligne sont presque tous abandonnés et en friche.

Ils le sont moins, à mesure qu’on s’en éloigne mais occupent néanmoins une place importante dans le quartier. À part la principale artère commerciale de l’ancienne partie de Nicosie (Ledra Street), où sont concentrés tous les commerces, l’impression générale qui se dégage est celle d’une ville en partie fantôme, réoccupée et réappropriée par la population étrangère. Les vitrines parfois brisées de magasins vides ainsi que des maisons délabrées et désertées côtoient les commerces et supermarchés ethniques, les agences de fret, de change ou d’envoi de devises. Aux discontinuités historiques très visibles du quartier (ville turque d’un côté et grecque de l’autre, constellée d’espaces abandonnés) se superposent des discontinuités plus contemporaines mais tout aussi marquantes : espaces investis par les populations locales et espaces investis par les populations migrantes entourés d’espaces désertés.

Karen Akoka 2013 magasin fermé du centre ville, NicosieLieux et espaces publics se remplissent le dimanche

Aux traces des transformations plus anciennes de la vieille ville (devenue après la partition de 1974 un quartier déserté, puis avec les reconfigurations migratoires des années 1990, un espace réinvesti par les populations migrantes) s’ajoute un autre type de transformation que l’on saisit en temps réel : celle du week-end. Durant cette journée dominicale, le vieux quartier de Nicosie se transforme littéralement sous nos yeux pour devenir une ville en mouvement avec flux et reflux. Le flux du début du week-end ouvre les commerces et remplit les rues et les parcs de la ville d’une population nombreuse, principalement des travailleurs migrants. Le reflux du dimanche soir ferme les magasins, les restaurants et les cafés derrière lui, dépeuple les espaces publics et pousse une large partie des migrants vers d’autres quartiers, voire d’autres villes. Les migrants qui résident dans la vieille ville désertent aussi ces espaces publics qui se vident… jusqu’au week-end suivant.

Akoka 2013 Restaurant rue Arsinois ouvert seulement dimanche - Niconie

Le dimanche, les parcs de la ville comme ceux situés à côté de la mairie ou de Paphos Gate se remplissent pour accueillir une grande partie des activités des migrants (tournoi de volley-ball, fête nationale pour les ressortissants d’un pays, goûters d’anniversaires etc.).

Les rues sont également empreintes de ces activités dominicales, les personnes s’y rencontrent, discutent, s’assoient autour des espaces verts, comme ceux à proximité de la gare routière – point par lequel de nombreux migrants transitent -, faisant dire à un Chypriote marié à une Philippine, « que sans les migrants les compagnies de bus ne travailleraient pas ». Il y a aussi d’autres lieux comme les escaliers d’un ancien cinéma où les migrants se retrouvent chaque dimanche car l’espace commercial qui jouxte la rue Ledra Street permet d’accéder au wifi gratuitement.

Olivier Clochard 2013 Nicosie, près de la gare routière Les migrants tiennent également de nombreux étals informels à même la rue, comme du côté de la gare routière où des femmes vietnamiennes proposent des légumes et des vêtements. Il en est de même dans les parcs où des hommes pakistanais vendent par exemple des produits textiles.

Un certain nombre de commerçants chypriotes de la vieille ville participent également à la reconfiguration dominicale du quartier sous l’impulsion de cette « nouvelle clientèle» migrante.

Certains d’entre eux redéfinissent ou réorientent leur activité en fonction de la demande. À titre d’exemple ce magasin de cadres et de photos situé sur l’artère principale de la vieille ville qui a ajouté à ses activités celle de transfert d’argent et de change.

Camille Schmoll 2013 Etal informel près de la gare routière de Nicosie En temps de crise, avec les ventes dominicales susceptibles d’augmenter les chiffres d’affaires, des commerçants ouvrent leur boutique de « façon clandestine » le dimanche, alors qu’ils n’ont officiellement pas le droit. On assiste alors à d’intenses chassés-croisés entre la police et des guetteurs spécialement postés aux coins des rues pour prévenir le gérant que les premiers s’approchent et qu’il faut fermer les portes. Aussitôt que les policiers ont tourné les talons, les portes s’ouvrent à nouveau et laissent parfois s’échapper des clients qui s’étaient retrouvés coincés à l’intérieur au moment du passage de la police et de la fermeture des portes. Le propriétaire d’un de ces magasins nous dira : « during the week we are open and during the Sunday we are little open ».

Les lieux changent de nature le dimanche

Si l’espace public et un nombre important de commerces accueillent les migrants le dimanche, d’autres lieux changent littéralement de nature durant cette journée. C’est le cas de plusieurs sous-sols d’immeubles qui se transforment en lieux de cultes. C’est le cas également d’un certain nombre d’appartements de la vieille ville, loués par deux ou trois migrants en colocation la semaine et transformés par ces derniers le week-end en restaurant ou en hébergement collectif. Moyennant rémunération, les migrants qui n’habitent pas la vieille ville de Nicosie peuvent y manger la nourriture du pays à moindre coût ou s’y reposer. Ainsi ces appartements transformés ou non en d’éphémères restaurants, offrent un pied-à-terre aux migrants, leur évitant d’être dehors toute la journée.

Par exemple, nous rencontrons un couple de Philippins qui vit à Chypre depuis plus de 13 ans. Ils sont tous les deux employés de la même maison, lui en tant que chauffeur et jardinier et elle comme travailleuse domestique. Ils font partie des rares migrants travailleurs domestiques à vivre à Chypre en couple, d’autant plus qu’ils n’habitent pas chez leur employeur mais qu’ils louent un appartement dans la vieille ville de Nicosie. C’est précisément cet appartement qu’ils transforment en restaurant le dimanche à destination des Philippins qui se languissent de leur nourriture locale.

deux photos de restaurants informels dans cette image

Cet autre appartement devient un hébergement « très collectif » le dimanche : 20 femmes originaires des Philippines se le partagent, et moyennant 10 euros par mois chacune peut venir s’y poser ou s’y reposer tous les dimanches. La semaine il redevient la colocation exclusive des trois travailleuses domestiques qui le louent et y vivent.

Dans une rue perpendiculaire à Ledra Street, nous tombons sur un bar-karaoké-discothèque uniquement ouvert le samedi soir et le dimanche et dont la clientèle est presque exclusivement composée de Philippines.

Bar Karaoké à Nicosie, ouvert uniquement le dimanche

Il est 16 h 00 de l’après midi, nous entrons par le bar où des migrants se désaltèrent en faisant du karaoké.

Un escalier descend au sous-sol vers la discothèque, pleine de gens qui dansent sous la lumière des spots. L’endroit est tenu par un Chypriote dont la fiancée est originaire des Philippines. Il travail dans un tout autre secteur la semaine, mais le week-end il ouvre son bar-discothèque et se fait appeler « Daddy » par les Philippins qui le fréquentent. Vers 20 heures, lorsque nous repassons devant l’immeuble, le bar est encore occupé par quelques migrants qui semblent profiter de leurs derniers moments de plaisir (alcoolisés ou non), bientôt ils devront regagner l’appartement collectif ou la maison de leur employeur, en attendant le dimanche suivant. Précieux jours de repos quand on sait que chaque travailleu.r.se domestique dispose de vingt-quatre jours de congé dans une année.

Affiche du "Catholic Charismatic Church Renewal", Nicosie, février 2013L’expression religieuse constitue une autre forme d’appropriation de l’espace urbain de Nicosie par les migrants. Les nombreuses affiches collées aux murs ou suspendues à des balcons, évoquant ici le « Catholic Charismatic Church Renewal », là les « Sri Lankan Sisters of Our Lady of Perpetual Help », un peu plus loin la « Grace New Testament Church », etc., en disent long sur l’intensité de la ferveur religieuse qui règne en ville. Et c’est précisément le dimanche matin que les rues du centre-ville de Nicosie bruissent des chants inspirés du gospel qui s’échappent des étages et des caves. C’est ainsi que, attirés par les rythmes entraînants d’un orchestre jouant au sous-sol d’un magasin alimentaire philippin, nous avons assisté à une messe totalement singulière. Le lieu d’abord est improbable : une pièce d’environ 50 mètres carrés, entièrement repeinte en blanc, sans fenêtres, insonorisée par d’immenses tentures blanches et mauves recouvrant les murs, et composée d’une scène centrale faisant face à plusieurs rangées de chaises. L’ambiance est intime, surchauffée dans cet espace exclusivement féminin. Une trentaine de Philippines assistent à cette messe animée par huit femmes : trois musiciennes à la batterie, à la guitare et au clavier, deux danseuses et trois autres entonnant un prêche dont le contenu s’affiche dans un diaporama projeté sur un écran. Nous avons été témoins d’un véritable moment de communion entre ces femmes qui exposent dans leurs prières les tourments de leur vie de travailleuse domestique à Chypre, des conflits avec leurs employeurs à la difficulté de vivre loin de chez elles.

Sous-sol transformé en lieu de culte pour femmes Philippines à Nicosie, février 2013Au hasard de nos déambulations dominicales à Nicosie, nous sommes entrés dans un square transformé provisoirement en lieu de fête rassemblant plusieurs dizaines de migrantes dont la majorité est originaire des Philippines. Dans cette ambiance très festive et conviviale, où de nombreuses femmes et quelques hommes se retrouvent pour manger, danser, rire, discuter et s’amuser le temps d’une brève journée, nous avons fait la connaissance de Fritzie, jeune Philippine d’une trentaine d’année. Elle est arrivée à Chypre il y a environ un an et demi comme travailleuse domestique, après avoir exercé plusieurs années à Hong-Kong puis à Taïwan. Après Chypre, elle espère partir au Canada, ou peut-être en Espagne. Suivant l’exemple de son frère, sillonnant les mers du monde comme marin dans la marine marchande, ou même de son père, ouvrier dans un chantier d’Arabie Saoudite, Fritzie a quitté son pays pour subvenir aux besoins de sa famille (sa mère notamment) et financer les études de ses trois frères et ses deux sœurs restés au pays. Chaque mois, elle leur envoie une partie des 326 euros mensuels qu’elle touche comme travailleuse domestique dans le cadre d’un contrat qui prévoit, pour une durée de 4 ans, 7 heures de travail par jour, 6 jours sur 7. En réalité elle en fait bien plus, hébergée au domicile de la famille qui l’emploie. Mais que peut-elle faire ou dire contre ça ? Si son contrat est rompu, elle risque d’être renvoyée aux Philippines.

Pour elle comme pour tant d’autres de ses congénères, la migration représente à la fois une ressource économique importante via les remises d’argent et une vraie stratégie de reproduction ou promotion sociales. D’ailleurs, elle nous confie qu’elle a un petit ami philippin, marin comme son frère, qui lui a demandé de revenir aux Philippines pour se marier. Elle a refusé, sa famille a besoin d’elle, ce serait irresponsable de sa part.


[1] Dans l’Union européenne, le Luxembourg (43 %), la Lettonie (17,4 %) et l’Estonie (15,9 %) sont les seuls pays à avoir un taux supérieur ou égal à celui de Chypre. Rappelons par ailleurs que les trois quarts des étrangers de l’UE résident dans cinq pays : Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni (source : Eurostat).

Atlas des migrants en Europe

vient de paraître

ATLAS DES MIGRANTS EN EUROPE :

géographie critique des politiques migratoires

Paris, Armand Colin, 2012.- 143 p.

Présentation le jeudi 8 novembre 2012 à 11 h.

à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI)

Palais de la Porte Dorée, 293, avenue Daumesnil, 75 012 Paris

La présentation de l’ouvrage sera illustrée par une projection de cartes de l’Atlas.

Réponse souhaitée avant le 6 novembre 2012

au 01 53 27 87 81 ou à contact@migreurop.org

Cette seconde édition de l’Atlas consacrée aux politiques d’asile et d’immigration des pays de l’Union européenne ne saurait, en 2012, ignorer les situations dramatiques dont ses frontières communes sont le théâtre permanent. Chaque année, c’est par centaines qu’on compte les décès, par noyade ou par épuisement, d’exilés pris au piège de la mer à bord d’embarcations surchargées et souvent défaillantes. Cherchant à fuir des pays en crise ou en guerre, ces personnes n’ont pu le faire dans la légalité à cause de la surveillance renforcée des frontières européennes, notamment au sud et à l’est. Le droit international est souvent appliqué de manière restrictive, voire bafoué. En ce début de 21ème siècle traversé par une crise économique de grande ampleur, la situation ne semble pas près de s’améliorer car la militarisation des frontières et le renforcement des contrôles apparaissent comme les seuls mots d’ordre de responsables politiques en mal de solutions. Les arrestations en masse d’immigrés dans les rues d’Athènes ou de Rabat témoignent de ce climat d’autant plus inquiétant que nombre de dirigeants, en Europe comme dans les pays voisins, affirment que les migrants représentent un « danger ».

Depuis une dizaine d’années, le réseau Migreurop suit de près cette illustration tragique de l’égoïsme des États européens face aux mouvements des migrants, et alerte régulièrement les instances de l’Union. Le travail sur le terrain, qui est pour beaucoup à la base de cet ouvrage, permet de connaître, de mesurer et de comprendre les caractéristiques qui ont marqué les politiques européennes d’asile et d’immigration depuis les années 1980.

 

SOMMAIRE

Cartographie : Olivier Clochard, Thomas Honoré et Nicolas Lambert

(avec le concours de Françoise Bahoken, Agathe Etienne, Frédéric Piantoni, David Lagarde, Nicolas Pernet, Julie Person et Laurence Pillant)

Photographies : Gabriel Pécot, Sara Prestianni et Olmo Calvo Rodriguez

Introduction & Chronologie critique des politiques migratoires européennes

Partie 1 : Des migrations mondialisées mais entravées

1. Les migrants dans le monde (Alain Morice)

2. Exilés, réfugiés, déplacés, déboutés… Vers un monde sans asile ? (Michel Agier)

3. La crise écologique, facteur croissant des migrations (Chloé Altwegg Boussac)

4. Difficiles libertés de circulation (Pauline Brücker et François Gemenne)

5. Mineurs étrangers non accompagnés en Europe (Daniel Senovilla Hernández)

6. Les migrations de travail : communautarisation de la précarité (Alain Morice)

Partie 2 : Les contrôles des migrations internationales : vers un protectionnisme accru ?

7. UE : une liberté de circulation qui pose problème (Alexandre Le Clève et Lola Schulmann)

8. Les enjeux de la politique européenne des visas (Paulina Nikiel)

9. Officiers de liaison : ingérence et « coopération » au service du contrôle migratoire (Sara Casella Colombeau et Olivier Clochard)

10. La Politique européenne de voisinage (PEV) et les migrations : exemples de la Moldavie et de l’Ukraine (Bénédicte Michalon)

11. Frontex : aux marges de l’Europe et du droit (Sara Casella Colombeau)

12. La Libye, aux avant-postes de l’externalisation des contrôles (Claire Rodier)

13. Dublin II : l’asile en orbite (Gérard Sadik)

14. Bases de données biométriques et contrôles aux frontières (Chris Jones)

15. L’économie de la sécurité Frontalière (Olivier Clochard et Claire Rodier)

16. « Forteresses » françaises dans de lointains océans (Marie Duflo)

17. Que sait-on de l’Organisation internationale pour les migrations ? (Antoine Pécoud)

Partie 3 : L’enfermement au coeur des politiques d’asile et d’immigration

18. Évolution des camps ouverts ou fermés en Europe et au-delà (Peio Aierbe et Sophie Baylac)

19. Avec la directive « retour » : de plus en plus de migrants enfermés (Pierre-Arnaud Perrouty et Marie Charles)

20. Dans les camps, la contestation devient permanente (Liz Fekete)

21. Politique européenne de réadmission : coopérer pour mieux renvoyer (Pascaline Chappart, Claudia Charles et et Lola Schulmann)

22. Les « retours volontaires » : consensus européen autour d’un artifice numéraire et politique (Pascaline Chappart)

23. Détention des étrangers : en France, des mots pour cacher la réalité (Claire Rodier)

24. Les « centres fermés » en Belgique, violence d’État contre droits humains (Benoît De Boeck)

25. Dans l’UE et hors de Schengen, le Royaume-Uni enferme sans vergogne (Jerome Phelps)

26. Le coût humain et financier de la détention des étrangers à l’est de l’Europe (Paulina Nikiel)

27. Les exilés en Grèce, bouc émissaires de la crise économique (Régina Mantanika et Konstantinos Papantoniou)

28. Les espaces insulaires de l’Europe : Canaries, Malte, Sicile (Alessandra Capodanno)

29. Les centres d’internement pour étrangers en Espagne : une histoire d’outrages aux droits humains (Peio Aierbe et Carlos Arce)

Partie 4 : Les effets dans les zones de départ et de transit

30. Zones tampon au Maroc (Hicham Rachidi)

31. Errances et campements (Violaine Carrère, Sara Prestianni et Anne-Sophie Wender)

32. En Afrique, quand l’Europe perturbe des migrations qui ne la concernent pas (Nicolas Pernet)

33. Quatre millions d’exilés afghans otages des rapports de forces internationaux (Jean-Pierre Alaux)

34. Remise en cause des conventions internationales ? (Claudia Charles)

35. Compter les morts en migration (Emmanuel Blanchard, Olivier Clochard et Claire Rodier)