Tous les articles par Anouche Kunth

Jeudi 9 février 2017, Conférence à l’Espace Mendès France

L’Espace Mendès France et le laboratoire MIGRINTER ont le plaisir de recevoir  jeudi 9 février 2017 l’historienne Delphine Diaz, MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne, pour une conférence sur le thème:

L’asile dans la France du premier XIXe siècle

La conférence aura lieu à 18h30 à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, à Poitiers.

Entrée libre

Résumé

Entre la fin du Premier Empire et les derniers jours de la Seconde République, la France, qui avait hérité de l’époque révolutionnaire un embarrassant devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », est devenue l’une des terres d’accueil les plus libérales avec la Grande-Bretagne. Cette conférence se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l’étude de l’asile accordé aux étrangers en France : l’analyse des dispositifs qui ont encadré l’accueil, et celle des formes d’engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d’asile. Si ce double regard semble impératif, c’est que les interactions entre les exilés politiques et la société d’accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d’accueil élaborés en réponse à l’arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, qui se projetait comme une terre d’asile pour tous les peuples opprimés.

19 janvier 2017, conférence à l’Espace Mendès France

L’Espace Mendès France et le laboratoire MIGRINTER ont le plaisir de recevoir ce jeudi 19 janvier 2017 l’historien Ilsen About (CNRS), pour une conférence intitulée:

L’Europe des passages et l’histoire des communautés tsiganes en mouvement, des années 1860 aux années 1930

La conférence aura lieu à 18h30 à l’Espace Mendès France, 1 place de la Cathédrale, à Poitiers.

Entrée libre

Résumé
L’histoire des communautés tsiganes et de ceux que l’on appelle aujourd’hui les Roms ne peut s’envisager seulement à travers la série des lieux communs qui les accompagnent habituellement et, en premier lieu, l’image d’un peuple défini par un nomadisme irrépressible. L’histoire contemporaine de ces populations laisse découvrir, à l’échelle du continent européen, une diversité étendue sur le plan social et professionnel et une inscription territoriale variée qui échappe aux définitions traditionnelles de la mobilité. On insistera ici sur la pluralité des mondes tsiganes dans l’Europe occidentale, de la fin du 19e et du premier 20e siècle, et sur les intersections qui relient entre eux les cercles d’une circulation aux dimensions remarquables. Les déplacements observables, du local au régional, du national au transnational, du transcontinental au transocéanique, déroutent en effet par leur amplitude, leur temporalité et leur organisation tout en s’inscrivant, à des degrés particuliers, dans l’histoire courante d’une Europe des passages. Les communautés tsiganes en mouvement dessinent ainsi les formes d’une mobilité certes singulière mais aussi ordinaire qui constituait, jusqu’aux années 1930, une composante à part entière des dynamiques sociales, économiques et culturelles de l’Europe.

30-31 mars 2016, Journée d’étude « Récits d’exilés », Université de Poitiers

DANS LE CADRE DU PROGRAMME DE RECHERCHE

« REPRÉSENTER L’EXPÉRIENCE DE LA MIGRATION »

 

JOURNÉE D’ÉTUDE PLURIDISCIPLINAIRE

« RÉCITS D’EXILÉS »

30 et 31 mars 2016

Poitiers

sous la direction scientifique de

Frédérik Detue, Raphaëlle Guidée et Anouche Kunth

(FoReLL B3 / Migrinter)

Premier jalon scientifique d’un programme de recherche interdisciplinaire dédié aux représentations de l’expérience migratoire, cette journée prend pour objet d’étude les récits d’exilés. Mettant au jour les épreuves vécues par les auteurs en ce qu’elles ont de plus concret et de plus intime, ces récits personnels constituent des sources essentielles pour la connaissance des migrations. Ils représentent en même temps un défi pour les chercheurs soucieux de produire une synthèse, car ils forment un matériau disparate, inégalement accessible, délicat à identifier et à circonscrire. Ils voyagent dans les poches des migrants, circulent dans l’oralité d’un chant, gisent dans les dépôts d’archive, prennent une forme livresque ou picturale… Puis ils transmettent les expériences elles-mêmes les plus diverses, depuis les circonstances souvent terribles qui conduisent à l’exil jusqu’aux conditions de l’accueil ou du non-accueil, en passant par les situations vécues en cours de migration. Aussi cette journée a-t-elle pour enjeu de questionner la possibilité même de traiter ces récits comme un corpus spécifique. Un corpus censément articulé à un ordre d’expérience, délivrant un noyau de sens par-delà l’hétérogénéité des trajets individuels, des contextes politiques, des projets poursuivis, des genres investis, des constructions narratives et des supports mobilisés.

 

30 mars 2016 : RENCONTRE D’OUVERTURE

à la LIBRAIRIE “LA BELLE AVENTURE”

18h30  

TABLE RONDE « Récits d’exilés à Calais »

Invitées :

Florence Prudhomme (“Bibliothèque vivante” à Calais)

Haydée Sabéran (correspondante de Libération à Calais)

Présentation par Raphaëlle Guidée et Anouche Kunth


31 mars 2016 : MSHS – POITIERS, Salle des Conférences

MATINÉE

9h30      Ouverture de la journée

9h45      Dire l’exil dans la frontière au nord du Maroc

Communication de Frédérik Detue (Université de Poitiers)

Entretien avec Fabien Didier Yene (Association Afrique Échanges Migrations)

10h45    discussion suivie d’une pause

Séance animée par Anouche Kunth

11h15    Anaïk Pian (Université de Strasbourg)

Les dimensions temporelles et spatiales du récit. Quand l’expérience migratoire se raconte de part et d’autre de la frontière

11h45    Giacomo Montovan (EHESS)

L’usage “tactique” de l’histoire collective. Ethnographie d’une agence privée d’“aide au récit” pour la demande d’asile de Tamouls sri lankais en France

12h15    Isabelle Lacoue-Labarthe (Université de Toulouse Capitole)

Benjamin Stora, entre récit et histoire de l’exil

12h45    discussion

APRÈS-MIDI

Séance animée par Charlotte Lacoste

14h45    Alice Carré (Université de Poitiers)

Les réfugiés en scène : enjeux esthétiques et politiques du devenir scénique des témoignages d’exilés sur la scène contemporaine

15h15    Delphine Leroy (Université Paris 8)

Récits de vie de femmes migrantes : vers des écritures plurielles de soi

 15h45    discussion suivie d’une pause

Séance animée par Raphaëlle Guidée

16h15    Mélanie Pénicaud (Université de Poitiers)

Expérience migratoire et exil social dans la migration congolaise : de l’enjeu d’un corpus littéraire en sciences sociales. Biyaoula, Mabanckou et N’Sonde

16h45    Michèle Leclerc-Olive (CNRS / Iris-EHESS)

Migrations et épistémologies sédentaires. Enquête sur une normalisation éthique

17h15    discussion puis clôture de la journée

Conférence à l’Espace Mendès France, lundi 21 mars 2016, 18h30

Conférence à l’Espace Mendès France

lundi 21 mars 2016

18h30

par Juliette DENIS, historienne, docteur en histoire (Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense)

Personnes déplacées et Guerre Froide

en Allemagne occupée

 

Juliette Denis a co-dirigé, avec Corine Defrance et Julia Maspero, Personnes déplacées et guerre froide en Allemagne occupée, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2015.

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, des millions d’étrangers se trouvent sur le sol allemand : anciens travailleurs forcés, rescapés des camps nazis ou déracinés aux profils multiples. La plupart d’entre eux sont rapatriés après la capitulation allemande, mais presque un million de personnes déplacées (Displaced Persons – DPs), effrayés par l’antisémitisme à l’Est de l’Europe, ou redoutant la montée des régimes communistes, refusent de rentrer dans leur patrie. C’est donc dans les trois zones occidentales de l’Allemagne occupée, exsangue et traversée par des flux incessants, que les DPs vivent pendant plusieurs mois ou années. Leur histoire est multiple et ils en sont à la fois les objets et les acteurs.

Cet ouvrage, rassemblant des contributions en trois langues (français, anglais, allemand), croise les perspectives entre histoire politique et internationale, histoire des migrations, analyses culturelles et études des représentations. Il permet de saisir les interactions entre les décisions internationales, les impératifs des pays d’origine des DPs mais aussi ceux des pays d’immigration, les réalités de l’Allemagne occupée et les besoins et espérances des DPs eux-mêmes. Entre sortie du conflit mondial et début de guerre froide se nouent autour des DPs les grandes problématiques politiques et humaines qui forgent l’histoire des déplacements et du refuge.

 

 

 

Séminaire Sources et Méthodes — 18 février 2016

Séminaire du laboratoire MIGRINTER

Quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ?

Organisation: Céline BERGEON, Anouche KUNTH, David LESSAULT

Séance du jeudi 18 février (10h-13h) – Salle des conseils

Déportations en URSS, nouvelles archives, nouvelles approches 

Intervenant : Alain BLUM (EHESS, INED)

Discutante : Anouche Kunth

L’évocation d’un itinéraire de recherche voué à l’histoire soviétique donnera l’occasion, au cours de cette séance, d’explorer une modalité longtemps méconnue de la politique répressive stalinienne, les « déplacements spéciaux ». Il s’agit de déportations massives d’individus, arrêtés sur simple décision administrative au titre de leur appartenance, réelle ou supposée, à un groupe jugé déviant et dangereux. Durant l’ère stalinienne (1929-53) des millions de personnes ont été happées par ce dispositif extrajudiciaire, pour être déportées dans les régions reculées de l’URSS. Des confins du Grand Nord aux steppes asiatiques, un monde hybride a ainsi vu le jour, formé de citoyens soviétiques ni libres, ni détenus, mais assignés à résidence. Un monde composite de travailleurs forcés, ou « colons spéciaux », affectés à la mise en valeur de terres inhospitalières. Par la force d’un décret, des hommes, des femmes et des enfants aux origines sociales et/ou ethniques très diverses furent donc rassemblés dans une communauté d’expérience, dont l’étude nécessite aujourd’hui d’enquêter aux quatre coins de l’ancien espace soviétique. Historien et démographe, Alain Blum reviendra sur sa collecte de sources inédites, et explicitera la méthode retenue pour penser les trajectoires de déportés à partir d’un corpus mêlant archives de l’intime et documents bureaucratiques.

Pour plus d’informations sur les travaux conduits par Alain Blum (et alii), consulter le site des Archives sonores de l’Europe du Goulag, URL : http://museum.gulagmemories.eu

Étudier l’exil — Colloque international, mai 2015

Étudier l’exil

19-23 mai 2015

19-21 mai Maison de la recherche (Aix en Provence) / 22-23 mai MUCEM (Marseille)

Colloque organisé à l’initiative de Non-lieux de l’exil (Fondation maison des sciences de l’homme) en collaboration avec l’Université d’Aix-Marseille (CIELAM, axe Transpositions) 

@Malka N.

  • Direction scientifique : Alexis Nuselovici (Nouss) (AMU)
  • Comité scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE/CEM), Alexis Nuselovici (AMU/CEM), Crystel Pinçonnat (AMU)
  • Coordination et administration : Absa D’Agaro-Ndiaye (AMU)

 

Argumentaire 

Alors que le nombre des migrants dans le monde est estimé à près d’un milliard (migrants externes et internes) et que le nombre des déplacés à l’intérieur de leurs propres pays vient de dépasser celui de la Seconde guerre mondiale, ce qui entraîne de graves crises en Europe comme ailleurs, les sciences sociales et humaines se doivent de mieux comprendre ce qu’impliquent ces phénomènes sur le plan social comme sur le plan politique. Les réalités migratoires contemporaines sont complexes en raison d’une quadruple caractéristique : mobilité accrue ; extension planétaire ; diversité du sens des flux ; variété des causes (économiques, politiques, environnementales). Elles créent en conséquence des catégories migratoires extrêmement variées qu’il importe de penser ensemble, comme il importe de penser conjointement les rencontres multiples de langues et de cultures et les tensions politiques et sociales suscitées.

À cette fin, il est proposé de définir un objet d’étude à nommer expérience de l’exil et un domaine de recherche à nommer études exiliques dont le présent colloque contribuera à la fondation. L’ambition de ce champ en construction est de redonner au vécu du sujet en migration toute la charge existentielle que les politiques migratoires actuelles, soucieuses de gestion efficace, tendent à oublier. Il s’agit de prolonger et d’approfondir les travaux de recherche sur la migration en orientant davantage les perspectives vers l’articulation dans l’expérience migratoire entre identité individuelle et détermination collective, culture d’origine et culture d’accueil,   inscription communautaire et inscription nationale. Par ailleurs, abordé comme paradigmatique en tant que signifiant toute sortie hors d’un lieu d’appartenance, l’exil recouvre des catégories aussi diverses que le migrant, le déplacé, le réfugié, le demandeur d’asile, le clandestin, le sans-papier et met en rapport ces figures contemporaines avec celles du passé, les déplacements réels avec leurs représentations.

Multidimensionnel, le phénomène exilique appelle une méthodologie multidisciplinaire et une cohérence épistémologique qui guide et rassemble ses résultats. Interrogeant des champs de recherche analogues à l’échelle européenne et internationale, il doit également susciter un pluralisme méthodologique dans la définition de son objet et rapprocher données empiriques et représentations, analyses et témoignages de l’expérience exilique afin de dégager des conclusions qui pourront être adaptées pour nombre de situations actuelles observées aussi bien sur le plan local que global.

Par sa dimension à la fois fondamentale et appliquée, ce type de recherche est susceptible d’actions et de rétroactions auprès de la société civile, favorisant une compréhension élargie des réalités migratoires. Sa visée épistémologique cherche à reconsidérer l’expérience exilique comme une dimension essentielle dans le devenir des sociétés et non comme un effet secondaire, une simple conséquence due à leur développement. Loin des clichés romantiques, étudier l’exil dans cette nouvelle définition contribue à le restituer en tant qu’horizon et héritage communs à un niveau collectif large, celui de l’ensemble des sociétés contemporaines. Étudier l’exil afin de mieux accueillir l’exilé, accueillir l’exilé afin de mieux comprendre l’exil.  

 

 PROGRAMME

Mardi 19  mai : Théâtre Antoine Vitez, Aix en Provence

17h30 – Ouverture officielle du colloque : interventions.

18H30 – Projection du film « Hope » de Boris Lojkine & débat

20h – Cocktail dînatoire

 

Mercredi 20 mai : Maison de la recherche, Aix en Provence (Bâtiment T1 Multimédia, Salle de colloque 2)

8h30 – Accueil

9h – ÉTUDIER L’EXIL 

Présidente de session : Alexandra Galitzine-Loumpet (NLE- CEM )

Conférence d’ouverture :   Alexis NUSELOVICI  (Université d’Aix-Marseille, Collège d’études mondiales)

Interventions de            
  • Lewis GORDON (University of Connecticut)
  • Nancy GREEN (EHESS)
  • Martine HOVANESSIAN (Université de Paris 7)
  • Erika LEE  (University of Minnesota)
  • Kristina SCHULZ (Université de Berne)
  • Robert YOUNG (New York University)

De l’économie à l’histoire, nombre de disciplines en sciences humaines et sociales se sont penchées sur les mouvements migratoires. Si la spécificité des études exiliques serait d’articuler ses analyses entre le niveau individuel et le niveau collectif, il s’agira d’interroger les rapports qu’entretient le champ avec des domaines voisins tels que, entre autres, migration studiesdiaspora studiestransnational studiespost-colonial studies, et d’approcher ce qui le distingue des exile studies anglophones ou de l’Exilforschung germanophone.

 12h30-   Slam Tamèr  /  Déjeuner 

 

14H30- STATUTS DE L’EXIL

Président de session : Stéphane Lojkine (AMU)

Conférence d’ouverture :  Catherine WIHTOL de WENDEN (CNRS)

Interventions de : 
  • Mehdi  ALIOUA (Université de Rabat)
  • Marc BERNARDOT (Université du Havre/Migrinter)
  • Heidrun FRIESE (Goethe Universität)
  • Chowra MAKAREMI (EHESS)
  • Claire RODIER (GISTI)
  • Christiane VOLLAIRE (philosophe)

Le migrant ou le réfugié bénéficient de statuts reconnus, légalement fondés et gérés, attestés par les institutions internationales qui intègrent ces termes dans leur désignation : Haut Commissariat aux Réfugiés ou Organisation Internationale pour les Migrations. Il semble toutefois qu’il faille repenser les terminologies et concevoir un statut pour la situation exilique qui est la seule à rendre compte d’une palette élargie de de situations de crise : décès et disparition lors des parcours migratoires ; résidence de longue durée, voire sur plusieurs générations, dans les camps de détention et dans les lieux de clandestinité ;  rejet des demandes de régularisation et expulsion. Un droit d’exil pour compléter le droit d’asile ?

18h30- Projection Evaporating Borders (2014) de Iva Radivojevic

Débat coordonné par A. Galitzine-Loumpet & A. Nuselovici avec Olivier Clochard (Migrinter-Université de Poitiers), Chowra Makaremi (IRIS, CNRS-EHESS) et Evelyne Toussaint (AMU). 

 

Jeudi 21 mai : Maison de la recherche, Aix en Provence (Bâtiment T1 Multimédia, Salle de colloque 2) 

9h- LE SUJET EXILIQUE

Présidente de session : Norah Dei Cas-Giraldi (Université de Lille-3)

Conférence d’ouverture :  Nimrod BENA DJANGRAND dit Nimrod (Université du Havre, écrivain)

Interventions de : 
  • Augustin GIOVANONNI (Agrégé de Littérature, Lycée Saint Exupéry)
  • Olivier DOUVILLE (Université de Paris 7 et revue Psychologie clinique)
  • Frieda EKOTTO (Michigan University)
  • Constance DE GOURCY (Université d’Aix-Marseille)
  • Anouche KUNTH (CNRS/Migrinter)
  • Crystel PINCONNAT (Université d’Aix-Marseille)
  • Anna PROTO PISANI (Université d’Aix-Marseille)

Dante banni de Florence, Victor Hugo sur son rocher de Guernesey, l’artiste ayant fui l’Allemagne nazie ou le dissident la Russie soviétique, le militant syndicaliste une dictature sud-américaine et, de nos jours, l’ouvrière mexicaine à Los Angeles, le réfugié syrien à Bruxelles, le demandeur d’asile africain à Rome, le clandestin kurde de Calais. Les causes sont diverses et les circonstances différentes mais ils partagent tous une même expérience, celle de l’exil. Quelle est la subjectivité qui en découle et comment en dégager les aspects définitoires ? Ceux-ci sont-ils transmissibles et peuvent-ils constituer un héritage, une subjectivité post-exilique (pour le descendant de Juif polonais ou d’Arménien de Turquie, pour l’enfant de travailleur venu d’Algérie…) ? Répondre permettrait de mieux appréhender les phénomènes migratoires contemporains car, au-delà des circonstances sociales ou naturelles, tout migrant est d’abord un exilé.

12h30- Le scopitone, une culture de l’exil (avec Johanne Larrouzé, La Machine Pneumatique, Marseille) / Déjeuner

14h30 – ESPACES EXILIQUES

Présidente de session : Ada Savin (Université de Versailles-Saint Quentin)

Conférence d’ouverture : Marianne HIRSCH (Columbia University)

Interventions de : 
  • Virginie BABY-COLLIN  (Université d’Aix-Marseille)
  • Dana DIMINESCU  (FMSH)
  • Sylvie KANDE (New York University)
  • Catherine MAZAURIC (Université d’Aix-Marseille)
  • Luis RONIGER  (Wake Forest University, USA)
  • Eugenia VILELA (Universidade do Porto)

L’expérience exilique n’illustre pas le parcours d’un territoire à un autre mais l’invention de nouvelles territorialités qui viennent doubler les spatialités existantes de même qu’elle propose des temporalités singulières et des régimes d’historicité qui lui sont propres.  L’exilé est à la fois, et non pas successivement, émigrant et immigrant ; il ne cesse de l’être, revendiquant et impliquant deux territorialités pour en dessiner une troisième ou d’autres encore. En outre, les mouvements exiliques de masse contemporains ont entraîné la création d’une hétérotopie pathogénique et génératrice de crises sociales sous la forme du réseau de centres de rétention, camps, bidonvilles et autres jungles. Il faut enfin considérer les espaces fantômes, lieux de clandestinité ou lieux de disparition, tout comme l’espace de l’internet, nouveau site d’expression et de revendication des exilés.

18h30 – La marionnette : un art exilique. Conférence & Représentation théâtrale (Amphithéâtre Guyon)

Conférence  introductive d’Eloi RECOING (directeur de l’Institut international de la marionnette et de l’école nationale des arts de la marionnette de Charleville-Mézières),

Suivie d’une présentation de la collection des marionnettes du MUCEM par Vincent Giovanoni

de la représentation de Actes sans parole 1 de Samuel Beckett, par le Clastic Théâtre  (dir. François Lazaro)

et d’un débat avec François LAZARO et Eloi RECOING.  

 

Vendredi 22 mai : MUCEM (Auditorium)

8h30 – Accueil  Attention inscription obligatoire du public pour accéder au Mucem en dehors des heures d’ouverture 

9h-DISPOSITIFS DE REPRÉSENTATION

Présidente de session : Crystel Pinçonnat (Université Aix-Marseille)

Conférence d’ouverture : Jacques HAINARD (Ethnologue, conservateur) 

Interventions de : 
  •  CLAIRE FONTAINE (artistes)
  • Marie DARRIEUSSECQ (écrivain)
  • Alexandra GALITZINE-LOUMPET (NLE-CEM)
  • Isabelle MARQUETTE  &  Lucile GRUNTZ (MUCEM)
  • Elena MONTANARI (MeLa* Project / European Museums in an age of Migrations)
  • Louisa ZANOUN (Association Génériques)

L’expérience exilique, comme tout phénomène humain, n’existe et ne prend sens que médiatisée par un ensemble de codes affectifs et culturels. Sa spécificité, toutefois, tient au fait que la figuration de l’exil convoque d’emblée une multiplicité de systèmes référentiels, au minimum une dualité entre le lieu de départ et le lieu d’arrivé, l’individuel et le collectif, le communautaire et le national, l’exilé et ses descendants. En outre, ces cadres d’expression jouissent rarement du même statut, soit que le sujet exilé, par nécessité ou par stratégie, privilégie l’un au détriment des autres, soit que, entre sociétés d’origine et d’accueil, le partage des pouvoirs, politiques ou symboliques, matériels ou idéologiques introduise de nouvelles distinctions. Il importe donc d’analyser comment diverses pratiques (littérature, arts plastiques, cinéma, théâtre, musique, muséographie) restituent l’expérience exilique en en analysant l’ensemble des modes de figuration et d’exposition.

12h30 – Déjeuner (MUCEM)

13h30 – POLITIQUES DE L’EXIL

Président de session : Alexis Nuselovici (Université Aix-Marseille)

Conférence d’ouverture : Michel WIEVIORKA (Fondation maison des sciences de l’homme)

Interventions de : 
  • Samia CHABANI (Directrice association Ancrages)
  • Olivier CLOCHARD  (Migrinter-Université de Poitiers),
  • Jean-François DUBOST (Amnesty International France),
  • Hélène HATZFELD (Directrice du GIS IPAPIC, Ministère de la Culture)
  • El Mouhoub MOUHOUD (Université de Paris-Dauphine)
  • Laurent MUSCHEL (Directeur de la migration et de l’asile, Direction générale des affaires intérieures, Commission européenne)

La valeur heuristique du concept d’exil tient au fait qu’il déborde celui de migration par la prise en compte de temporalités et d’appartenances multiples.  Or, dans l’ensemble des discours sociologiques et médiatiques portant sur la migration, s’il est reconnu un point de départ et un point d’arrivée pour retracer ses parcours, l’accent est généralement mis sur l’un des deux pôles, les modèles politiques reproduisant une telle polarité dans la mesure où l’intégration républicaine privilégie l’identité d’arrivée, le multiculturalisme communautariste l’identité de départ. À l’opposé, l’expérience exilique  conjoint les deux, suscitant et étayant une dynamique de multi-appartenance ou de métissage dont les logiques citoyennes des Etats-nations ne parviennent pas toujours à intégrer la complexité. Est-il possible de dégager de nouveaux modèles politiques à partir de cette expérience ? Est-il possible de projeter ce que serait une politique de l’exil inspirant les politiques migratoires ?

17h – Fin des débats