Tous les articles par Amandine Desille

Réalisation d’un film documentaire à Kiryat Shmona, Israël

Kiryat Shmona est une petite ville de 23 000 habitants, située au nord d’Israël, en Galilée. Kiryat Shmona a été fondée en 1949 sur le site du village palestinien Al Khalisa. De Al Khalisa ne subsiste que la mosquée qui abrite le musée municipal aujourd’hui, et le nom du restaurant local ‘Mama Khalisa’. Kiryat Shmona, littéralement la ville des huit, tient son nom de la bataille de Tel Hai qui a eu lieu en 1920. Treize des combattants perdirent la vie, dont huit juifs faisant partie des hommes de Joseph Trumpledor. Kiryat Shmona est établie en tant que camp d’immigrés, ou ma’abara. La ville accueille d’abord des immigrés juifs perses, kurdes, roumains et hongrois mais surtout des immigrés juifs marocains, qui forment toujours le groupe dominant aujourd’hui. Quelques années plus tard, la ma’abara devient une ville de développement, puis en 1975, elle obtient le statut de ville[i].

Kiryat Shmona est une ville d’immigrés par excellence. Elle leur doit son développement, chaque nouvelle vague migratoire apportant son lot de nouveaux résidents aux moments où la ville souffrait de l’exode. La dernière en date, l’immigration massive de juifs soviétiques, constitue toujours 16% de la population. Pourtant, sur les quatre terrains de ma recherche, Acre, Arad, Kiryat Gat et Kiryat Shmona, cette dernière se distingue par l’attitude la plus passive face à l’immigration. La municipalité ne compte pas de département d’immigration et d’intégration. Seuls les deux élus locaux du parti d’extrême droite russophone Israel Beitenu (Israël notre maison) représentent les intérêts de la population immigrée après 1990, et font le relais entre la mairie et le ministère de l’Immigration et de l’intégration.

J’ai rencontré Dr. Boris plusieurs fois cette année. Dr. Boris est l’un des deux élus locaux immigrés, et il est au poste d’adjoint au maire depuis déjà deux mandats. Personne ne l’appelle de son nom entier, mais Dr. Boris, ou seulement Doktor. Il est arrivé d’Ekaterinbourg en 1993 et s’est installé avec son épouse et son fils dans le kibboutz adjacent Ma’ayan Baruch. Dr. Boris travaillait à l’hôpital, mais ses demandes d’avancement étaient toujours rejetées au profit de jeunes médecins non juifs, moins qualifiés. Je lui demande :

A : Alors, tu sentais qu’on ne t’offrait pas un meilleur poste parce que tu étais juif. Tu n’étais pas inquiet qu’ici, ils ne t’offrent pas d’avancement parce que tu serais un immigré ?

Dr. B : Je n’avais pas peur. Nous sommes arrivés ici. Tu sais où j’ai travaillé ? J’ai travaillé au centre commercial de Ma’ayan Baruch, dans le parking. Je nettoyais. Même quand j’apprenais l’hébreu à l’oulpan, j’étais technicien de surface. Quelque temps après, grâce à mes relations, j’ai pu obtenir un emploi à ma femme (il rit). Nous y travaillions tous les deux au centre commercial de Ma’ayan Baruch. Ma femme travaillait à Burger Ranch. Chaque fois qu’elle avait un repas gratuit, elle m’apportait un burger. J’étais très heureux.

A : Alors, tu avais une idée : travailler, passer les équivalences, et redevenir médecin ?

Dr. B : Oui. Je devais apprendre. Je ne parlais pas hébreu. Alors à partir de janvier 1994, j’allais à Haifa, à l’oulpan pour les études médicales. Je partais à 5 h le matin, je prenais le bus de Ma’ayan Baruch jusqu’à Kiryat Shmona, puis Haifa. J’étudiais toute la journée. Je revenais. Ma femme m’avait mis à manger de côté […]. J’étudiais les nouveaux mots jusqu’à 1 heure. Ça a duré un mois et demi. Ce n’était pas facile. Ensuite, j’ai passé les examens. J’ai continué les cours de langue deux mois de plus. Et j’ai essayé de trouver un emploi. Au début, personne ne voulait m’embaucher, alors j’ai ouvert ma propre consultation (propos recueillis le 4 août 2014).

Dr. Boris est ensuite employé aux urgences de la ville où il exerce de 1997 à 2013 – un poste qui lui a valu son surnom, mais aussi de connaître personnellement une grande partie des résidents de la ville. En parallèle, il est recruté par le parti russophone Israel BeAliyah, puis plus tard au sein de Israel Beitenu, dont il dirige aujourd’hui le bureau local.

À la même période où je réalise mon terrain à Kiryat Shmona, le réseau de doctorants dont je fais partie organise une Film school (voir le résultat en vidéo) pour nous initier aux outils audiovisuels dans la recherche ethnographique. Je décide d’explorer ce rôle du représentant de la communauté immigrée au conseil municipal. Dr. Boris a été élu par les résidents russophones de Kiryat Shmona mais en étant adjoint au maire, et en charge des dossiers des affaires sociales de la ville, il doit aussi servir tous les résidents de la ville, sans distinction de statut. Comment navigue-t-il entre ces deux rôles ?

De retour de la Film school, le petit scénario que j’avais en tête me fait soudain peur : vais-je réussir à le convaincre de se laisser filmer ? Je repousse l’échéance. Une semaine avant les élections nationales, je décide de me lancer : je me rends à son bureau et je lui explique que j’aimerais le suivre pendant la journée des élections, dans sa ville, alors qu’il gère la campagne de Israel Beitenu au niveau du district. Boris accepte tout de suite : il se trouve qu’il vient d’être filmé dans le cadre d’un documentaire consacré à la route 90, une voie de communication qui traverse Israël du nord au sud, le long de la frontière syrienne et jordanienne, et qui chemine également au sein des territoires occupés palestiniens. L’expérience ne lui a pas déplu, bien qu’il ajoute « ils m’ont suivi pendant toute une journée, et j’apparais deux minutes ! ».

Le 17 mars 2015, jour des élections nationales, je retrouve Boris à 8 heures du matin au premier bureau de vote, la caméra au poing. J’accroche un micro sans fil à son col de chemise, ce qui me permet de le suivre à distance toute la journée. Je suis assez anxieuse : quelle va être la réaction des habitants ? Vont-ils me demander de ranger ma caméra ? Allons-nous rencontrer des gens hostiles ? Comment vais-je vivre ce jour avec des militants de l’extrême droite israélienne, alors que mes opinions politiques divergent très franchement ? Mes amis, collègues et mes proches espérons tous que les travaillistes vont finalement percer alors que Boris commence à étendre de grandes bannières représentant le leader du parti Avigdor Lieberman avec le slogan « peine capitale aux terroristes » écrit en grosses lettres…

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.16.44 La journée est très intense : Boris court d’un bureau de vote à l’autre. À chaque fois, il vérifie que les militants et les personnes qu’il a embauchés à l’occasion ont bien monté la tente, ont accroché les bannières et distribuent les bulletins de vote et les flyers. Aux jeunes qui sont plus là pour l’argent de poche que pour le soutien au parti, il leur réexplique l’argumentaire et les pousse à aller vers les électeurs qui viennent aux urnes. Ensuite, nous entrons dans les bureaux de vote. Boris – son insigne à la poitrine – se présente et vérifie que chaque bureau est organisé comme le veut la loi : une personne pour aider les gens à l’entrée et veiller au calme, quatre personnes devant l’urne pour prendre les papiers d’identité, faire signer, vérifier le bon déroulement du vote… En plus, Boris a placé dans chaque bureau des représentants qui font le décompte des électeurs de Israel Beitenu. Au départ, je ne comprends pas trop leur rôle, mais l’après-midi, alors qu’un nombre restreint d’électeurs se sont déplacés, Boris et ses bénévoles appellent tous les électeurs habituels qui ne se sont pas présentés, et ils tentent de les convaincre de se rendre aux urnes avant la fermeture des bureaux ! Un ancien restaurant réaménagé fait office de quartier général. C’est depuis ce QG que sont passés les coups de fil et que les bénévoles organisent les covoiturages pour emmener les personnes âgées à leur bureau de vote tandis qu’un ordinateur comptabilise le nombre d’électeurs ayant déjà voté. Boris amène aussi de l’eau et à manger aux militants.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.17.34Au milieu de la journée, la future députée Orly Levy-Abukassis, numéro deux du parti, et résidente de la ville périphérique de Beit She’an vient rendre visite à Boris et aux supporters. Comme les électeurs et les militants, elle me salue et me laisse filmer toute la scène. Elle vient encourager les militants. Elle visite le bureau de vote et parle aux électeurs. Elle pose pour les photos. Finalement, elle s’entretient avec Boris de la campagne. Sa visite génère énormément de réactions : d’un côté, les militants russophones la raillent, lui demandant d’apprendre le russe si elle veut être légitime en tant que membre d’un parti russophone. De l’autre, les habitants de Kiryat Shmona, en majorité marocains, la reconnaissent comme une des leurs, et lui parlent de son père le politicien David Levy, du Maroc – pays qu’elle ne connaît pas – et du dialecte de Rabat – qu’elle ne parle pas. Ils la complimentent tous sur sa beauté – Orly a été mannequin, avant de devenir journaliste puis politicienne. Les deux camps s’accordent sans doute sur un point : ils vivent tous dans une ville périphérique, à la frontière, et doivent se rassembler sur les thèmes sociaux.

Finalement, après une journée éprouvante, nous nous rendons au QG en attendant les résultats, annoncés à 22 heures. Les bénévoles préparent un repas à base de pain blanc, de cornichons, de jambon et de fromage – passant outre les règles de la Cacherout. Peu importe le nombre de voix qui sera annoncé, tous les gens qui ont participé à la campagne locale sont invités à partager le repas et à boire de la vodka. Finalement, une douzaine seulement se réunisse : tous russophones, sauf Albert, originaire du Maroc, juif religieux orthodoxe, et moi-même.

Albert vient de voir les résultats et s’empresse de les annoncer en rentrant dans le QG : 28 sièges pour Benyamin Netanyahou. Le Likud remporte une nouvelle fois les élections. À mon étonnement, Boris et les autres sont aussi surpris que moi : ils s’attendaient – sans doute pas pour les mêmes raisons – à ce que les travaillistes remportent ! Israel Beitenu sort avec cinq sièges (six au décompte final). Les militants sont très déçus. Je range ma caméra, et débranche le micro.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.23.29En rentrant à la maison après le repas, je suis vraiment accablée par les résultats de la gauche, mais je suis encore étonnée de ce que la caméra m’a permise : je suis entrée dans un monde nouveau, plus intime que celui permis par les entretiens. En filmant cette journée, les militants m’ont laissé observer le déroulement d’une campagne, les électeurs ont voulu témoigner devant la caméra, et Boris comme Orly se sont sentis flattés d’être ainsi les personnages principaux d’un petit documentaire.

Les images que je visionne plus tard témoignent de la lente agonie du parti Israel Beitenu. Les électeurs vieillissent et la jeune génération ne s’y reconnaît pas. En essayant de gagner des électeurs des périphéries, le parti s’aliène sa base immigrée.

Deux mois plus tard, une amie et collègue m’accompagne pour filmer à nouveau Dr. Boris lors des cérémonies de commémoration de la Seconde Guerre mondiale : une des seules activités pro-immigrés que Boris arrive à faire financer par la mairie. Les vétérans de l’Armée rouge, les survivants de l’holocauste et d’autres juifs russophones déplacés pendant la guerre se retrouvent pour une cérémonie, puis posent une gerbe devant le monument aux morts. Le lendemain, nous nous rendons dans une école où quelques anciens combattants racontent leur histoire à une vingtaine de lycéens ennuyés.

Capture d’écran 2015-09-17 à 15.23.03Fin mai, je retrouve mes collègues à la Film school pour éditer le matériel. Dr. Boris soulève l’enthousiasme. Néanmoins, je trouve difficile de montrer le personnage politique, certes profondément raciste, mais très investi dans la représentation de sa communauté, sans tomber dans la parodie. Je souhaite aussi montrer ce qu’est la vie politique dans une petite ville éloignée des habituelles images que nous connaissons des villes israéliennes. Kiryat Shmona n’a rien à voir avec la vieille ville de Jérusalem, ou la trépidante Tel Aviv. Il est aussi très difficile de rendre compréhensible le contexte socio-culturel, les blagues et les sous-entendus présents dans les dialogues. Finalement, je m’accorde sur un schéma narratif autour des élections : le début des élections, l’arrivée d’Orly Levy-Abukassis, le stress ressenti quand les résultats ne sont pas là, les appels par téléphone pour inciter les gens à voter, puis, les résultats qui déçoivent les militants. Je décide que le documentaire sera surtout montré à un public israélien, et que le contexte leur paraitra plus transparent.

Cependant, en le visionnant en Israël, les réactions sont extrêmement différentes de celles de mes collègues de la Film school, et pas du tout celles que j’attendais. Alors que mes collègues jouent le jeu de l’ethnographe, mes amis israéliens trouvent le sujet assez trivial. Ils grimacent devant les remarques racistes, devant le jeu électoral et concluent : tout ça, c’est vraiment déprimant. Au contraire, le maire de Kiryat Shmona et Dr. Boris regardent le film comme un spectacle de fin d’année que quelqu’un aurait filmé : ils se cherchent dans les images, ils cherchent les visages qu’ils connaissent et me décrivent ce qu’ils font dans la vie, et se plaignent d’apparaître trop gros ou trop petit. Quant aux moqueries et aux propos déplacés, ils en rient et font semblant de s’offusquer du non politiquement correct. Alors que la moitié des propos du film sont en russe, et que des phrases qui décrivent des conflits entre ‘russes’ et ‘marocains’ sont très fréquentes, le film ne génère pas de discussions autour des tensions entre vétérans (personnes installées de longue date en Israël) et immigrés.

Malgré tout, cette expérience a été très positive. Le travail audiovisuel permet un accès très différent au terrain, et le travail collaboratif lors de la Film school a été extrêmement riche pour l’analyse des images filmées. Un premier exercice donc, à réitérer !

[i] En Israël, il existe trois formes de gouvernement local : les conseils régionaux qui regroupent des villages ruraux ; les conseils locaux, qui gouvernent des petites villes (moins de 20000 habitants) ; et les municipalités qui gouvernent les villes moyennes et les grandes villes. Les villages arabes-palestiniens situés sur le territoire israélien ont généralement le statut de conseils locaux.

3° Séminaire Annuel du Réseau Migrations – La Migration, au Miroir des Arts, et des Questions d’Ethique

Le Réseau Migrations a le plaisir de vous informer de l’appel à communication qu’il lance pour son troisième Séminaire Annuel qu’il organise à la M.S.H.S. de Poitiers, accueilli par le laboratoire MIGRINTER de l’Université de Poitiers, France, le 20 Juin 2016.

Nous aborderons lors de ce Séminaire Annuel la double thématique : « La Migration, au miroir des Arts, et des Questions d’Éthique ».

RESMIG-SEMANN-3-AFFPour accéder à l’appel, cliquez ici.

Cette journée sera en partie dédiée à la vie du réseau et à la création d’un espace informel de discussion pour les chercheurs dans les études migratoires, dans la continuité des premiers événements scientifiques organisés par le Réseau depuis Juin 2014. L’idée est de créer un cadre informel d’échanges et de discussions où tous les participants pourront évoquer leurs travaux et leurs réflexions, parallèlement et au-delà de la thématique fixée pour l’événement.

La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 15 mars 2016 inclus.

Pour les personnes qui interviendront lors de cette journée sous la forme d’une communication ou d’un poster, des possibilités de financement sont envisageables. (Renseignements: organisationreseaumig@googlegroups.com). Et pour toute demande d’informations complémentaires : bettyrouland@hotmail.frEn espérant vous trouver nombreux pour cet événement !

Les comités scientifiques et logistiques – pour le troisième Séminaire Annuel du Réseau Migrations

Compte-rendu du séminaire « Les Migrations Internationales à l’Épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale »

Les 10 et 11 décembre 2015, le séminaire international « les migrations internationales à l’épreuve de la nouvelle gouvernance locale » a réuni des chercheurs issus de quatre continents pour aborder la relation entre les mutations de la gouvernance urbaine et les migrations internationales. Ce séminaire a été organisé grâce au soutien du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers, du programme Integrim – Marie Curie Actions et du programme Mobglob.

Les programmes de décentralisation et la mise en œuvre de réformes structurelles d’inspiration néolibérale ont profondément transformé les modes de gouvernance urbaine. Dans les pays d’accueil, l’échelon local devient celui de la mise en œuvre de la politique d’intégration et des politiques multiculturelles. La question de la diversité apparaît comme une façon de « positionner » la ville et de créer une « image de marque » qui peut résonner au niveau économique (Myrte Hoekstra, Hilary Sanders, Alexandre Tandé). Dans les pays émetteurs, les autorités locales mobilisent les liens avec leurs résidents expatriés afin d’en tirer de nouvelles ressources pour le développement (Hawa Coulibaly, Hamidou Dia, Lorena Gazzotti, Stéphanie Lima).

L’objectif de ce séminaire a été de confronter les expériences observées au Nord et au Sud afin d’en dégager les spécificités, mais aussi les problématiques communes. Au total ce sont des cas d’études répartis sur 14 pays de toutes les régions du monde qui ont été présentés. Ce panorama global a permis de renouveler le regard sur cette question en mettant à jour des lignes directrices qui dépassent les clivages géographiques et scientifiques Nord/Sud.

Tout d’abord, la gestion de la présence immigrée n’est pas une problématique spécifique aux villes européennes et nord américaines. Ainsi qu’ont pu le montrer Itzhak Schnell, Amandine Desille, Lauren Landau ou Hideki Tarumoto, cette question se pose tout autant en Afrique ou en Asie. On observe la récurrence d’une approche aux accents néolibéraux qui appréhende les migrants comme des atouts économiques permettant l’insertion et le positionnement de la ville dans la globalisation. Les organisations internationales telles que l’Organisation Internationale pour les Migrations (Younes Ahouga) ou la Banque Mondiale contribuent largement à diffuser ce type d’approche partout dans le monde.

De la même manière, le recours aux réseaux diasporiques de la part des villes du Sud n’est pas le seul monopole des zones les plus étudiées telles que l’Afrique de l’Ouest ou l’Afrique du Nord. Le phénomène s’observe également en Iran, pays qui n’a pas mise en œuvre de politique d’ajustement structurel (Amin Moghadam). De même, les villes du Nord voient dans les migrations et le développement un moyen de développer leur propre agenda international par le biais de la coopération décentralisée (Claire Vincent-Mory). La mobilisation des réseaux diasporiques est donc une problématique qui dépasse le clivage Nord-Sud.

Enfin, au Nord comme au Sud, la relation gouvernance urbaine/migrations se noue dans un contexte de désengagement des pouvoirs publics, que ce désengagement soit volontaire dans une perspective néolibérale ou involontaire dans un contexte de rareté des ressources. La mise en place de ces politiques est souvent dépendante de ressources extérieures (Andrea Carlà), et favorise certaines populations par rapport à d’autres (minorités ethniques telles que les populations Roms ou immigrés ? (Kitti Barasci). Dès lors ce désengagement laisse le champ pour l’émergence de nouvelles dynamiques sociales, que celles-ci soit caritatives (prises en charge des services publics par le biais de transferts collectifs), commerçantes, voire criminelles (développement des gangs dans les camps de migrants en Afrique du Sud (Lauren Landau).

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le programme du séminaire.

Séminaire : ‘les Migrations Internationales à l’épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale’

Le laboratoire Migrinter, avec le soutien du programme Integrim – Marie Curie Actions et MobGlob, vous invite à participer au séminaire ‘les Migrations Internationales à l’épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale´qui aura lieu le 10 et 11 décembre 2015 à la MSHS de Poitiers.

Programme New Local Gov

Vous pouvez consulter le Programme du séminaire les Migrations Internationales à l’épreuve de la Nouvelle Gouvernance Locale.

Si vous souhaitez participer, veuillez nous envoyer un mail à l’adresse amandine.desille@univ-poitiers.fr et/ou oceane.uzureau@gmail.com.

L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Ce billet fait suite à « une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ? » disponible ici : http://migrinter.hypotheses.org/2240. Il présente le retour d’un terrain effectué à Acre – aussi nommée Akko (hébreu) ou Akka (arabe) -, ville située au nord d’Israël, à quelques kilomètres de la frontière libanaise. Acre est une ville mixte, c’est à dire qu’elle est la résidence à la fois d’Israéliens juifs et de Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne.

DSCF2937Élèves d’une école religieuse juive regardant les pêcheurs de la vieille ville d’Acre. Photo prise en avril 2015

Voilà depuis l’été 2014 que je sillonne Israël pour réaliser des entretiens avec des politiciens locaux, des agents municipaux et des experts du secteur public et privé et j’ai ressenti un sentiment d’espoir en revenant d’Acre ce 10 février dernier, après avoir conversé avec le maire de la ville, Shimon Lancry. Shimon semble faire partie de ces maires qui vont présider aux destinées de la municipalité pendant 20 ans, qui vont changer la face de la ville, à l’image du maire de Karmiel – élu et réélu chaque année depuis 1988 – ou du maire de Holon – maire depuis 1993. Continuer la lecture de L’immigration à Acre : équilibre fragile entre une politique multiculturelle et la judaïsation de l’espace ?

Appel à communications : « Les migrations à l’épreuve de la nouvelle gouvernance locale »

« Les migrations à l’épreuve de la nouvelle gouvernance locale » 

(English below)

Date limite de soumission des propositions : 10 juillet 2015

Date de l’événement : 10-11 décembre 2015

Lieu : MSHS, Université de Poitiers, France

Coordinateurs du séminaire : Thomas Lacroix, chercheur CNRS, laboratoire Migrinter : thomas.lacroix@univ-poitiers.fr et Amandine Desille, doctorante, boursière Marie Curie, laboratoire Migrinter/université de Tel Aviv : amandine.desille@univ-poitiers.fr

Résumé : Le laboratoire Migrinter à l’Université de Poitiers, en coopération avec les programmes Integrim – Marie Curie Actions, et Mobglob, invitent les chercheurs travaillant sur les migrations internationales et la gouvernance locale au Nord et au Sud à partager leurs recherches en cours. L’appel s’adresse à des chercheurs confirmés mais aussi aux doctorants et jeunes chercheurs, toutes disciplines confondues (géographie, sociologie, anthropologie, sciences politiques, démographie…).

Présentation : Les Plans d’Ajustement Structurel imposés par la Banque Mondiale et le FMI, et les réformes de décentralisation mises en place dès les années 1980 ont profondément modifié le rôle des autorités locales dans la gestion des populations et du développement. Dans le monde entier, les autorités locales ont hérité de responsabilités toujours grandissantes sans forcément avoir hérité de l’autonomie et de la capacité financière nécessaires à la mise en place de politiques locales de développement (Young and Kaczmarek 2000). Cette évolution a été marquée par l’apparition de nouveaux outils (partenariats public-privés, partenariats interinstitutionnels et planification stratégique) et de nouveaux acteurs (entrepreneurs du développement, bureaux de consulting) (Feser 2014).

C’est dans ce contexte que les collectivités locales se voient dévolues une responsabilité grandissante dans la gestion de la question migratoire. Dans les pays d’accueil, l’échelon local devient celui de la mise en œuvre de la politique d’intégration et du multiculturalisme (Penninx et al. 2004; Walker and Leitner 2011; Varsanyi 2008; Good 2009; Schiller and Caglar 2010). La question de la diversité semble aussi devenir une façon de « positionner » la ville et de créer une « image de marque » qui peut résonner au niveau économique (Papademetriou 2014). Dans les pays émetteurs, les communes sont en concurrence pour capter des fonds pour soutenir leur plan de développement local. Les autorités locales peuvent tenter d’exploiter de façon plus efficace les liens de leurs résidents immigrés avec des organisations ethniques, ou même avec les autorités locales des villes où résident les émigrants, réinventant ainsi le rôle de la coopération décentralisée (Caglar 2006).

Suivant ces trois axes, nous sollicitons des chercheurs à la fois au Nord et au Sud pour mieux comprendre :

1) la gestion de l’immigration dans un contexte de décentralisation,

2) la promotion de l’immigration, de la diversité et de la multiculturalité comme vecteur de développement économique dans les villes d’accueil,

3) et finalement, l’entrée de la municipalité dans les pays émetteurs dans une logique transnationale de mobilisation des ressources, via les acteurs transnationaux.

Intervenants confirmés : Prof. Izhak Schnell de l’université de Tel Aviv (keynote speaker) ; Dr. Stéphanie Lima de l’université Jean-François Champollion ; et Dr. Hamidou Dia de l’université Paris Descartes.

Publication : les organisateurs envisagent la publication des articles issus de cette rencontre. Des informations supplémentaires vous seront communiquées.

Modalité de soumission : Merci de soumettre, avant le 10 juillet, un résumé de votre contribution (max 250 mots) en suivant le lien suivant. Nous privilégions les communications en anglais, mais les contributions en français sont également possibles : https://docs.google.com/forms/d/1B2xwYjNSHxFc470xX6WZ3DVmJkUeg_BtHB5jKy87vU4/viewform?usp=send_form. Il est aussi possible de l’envoyer directement aux organisateurs du séminaire.

Informations additionnelles :

Il n’y a pas de frais d’inscription.

Le transport et les frais de séjours des intervenants seront pris en charge.

———————————————————–

“Migrations and new local governance” 

Deadline for submission: 10 July 2015

Event held on: 10-11 December 2015

Venue: MSHS, University of Poitiers, France

Workshop coordinators: Thomas Lacroix, CNRS researcher, Migrinter: thomas.lacroix@univ-poitiers.fr and Amandine Desille, Phd student, Marie Curie fellow, Migrinter/ Tel Aviv University: amandine.desille@univ-poitiers.fr

Brief: Migrinter research lab at the University of Poitiers, in cooperation with the Integrim program – Marie Curie Actions, and Mobglob, invite scholars working on international migrations and local governance in the Global North and the Global South to share their on-going research works. This call addresses scholars as well as early-stage researchers and Phd students from all fields (geography, sociology, anthropology, political sciences, demography and more).

Introduction: Structural Adjustment Plans forced upon by the Word Bank and the IMF, as well as decentralisation reforms implemented as early as in the 1980s deeply impacted the role of local governments in managing populations and development. All around the world, local governments deal with increasing responsibilities without the autonomy and the financial capacity necessary to carry out local development policies (Young and Kaczmarek 2000). These changes also caused the introduction of new tools (PPP, inter-institutional partnerships and strategic planning) and new actors (development entrepreneurs, consultants) in local governments (Feser 2014).

In this context, local governments are increasingly responsible of migration management. In receiving countries, the local level becomes the level of integration policies and multiculturalism policies’ implementation (Penninx et al. 2004; Walker and Leitner 2011; Varsanyi 2008; Good 2009; Schiller and Caglar 2010). Diversity issue becomes a way of ‘positioning the city’ and creating a ‘municipal brand’ which can be a lever for economic development (Papademetriou 2014). In sending countries, towns compete for funds to sustain their local development plan. Local governments can also leverage in a more efficient way the ties between their immigrant residents and ethnic organisations, or even the ties with sending local governments, reinventing the role of decentralised cooperation (Caglar 2006).

Following those three themes, we invite scholars in the North and in the South to present their work to better understand:

1) Immigration management in a context of decentralisation

2) Immigration, diversity and multiculturalism promotion as a lever for economic development in host cities

3) And finally, the transnational logics of local government in sending countries through transnational actors in order to mobilise new resources.

Confirmed speakers: Prof. Izhak Schnell (Keynote speaker) from Tel Aviv University will introduce the workshop. Dr. Stéphanie Lima from Jean-François Champollion University (Albi) and Dr. Hamidou Dia Paris Descartes University will also present their research.

Publication: Coordinators are currently exploring possibilities to publish the presented articles in a journal/working paper series/book.

Submission: Please kindly submit an abstract of 250 words at most before 10 July 2015 following this link. Contributions in English are preferred, although French is also a possibility:

https://docs.google.com/forms/d/1B2xwYjNSHxFc470xX6WZ3DVmJkUeg_BtHB5jKy87vU4/viewform?usp=send_form. We also accept abstracts sent directly by email.

Additional information:

There is no registration fee.

Migrinter will sponsor transport and accommodation for speakers.

Bibliographie indicative/ bibliography

Caglar, Ayse. 2006. “Hometown Associations, the Rescaling of State Spatiality and Migrant Grassroots Transnationalism.” Global Networks 6 (1): 1–22.

Feser, Edward. 2014. “Planning Local Economic Development in the Emerging World Order.” Town Planning Review 85 (1): 19–38.

Good, Kristin R. 2009. Municipalities and Multiculturalism: The Politics of Immigration in Toronto and Vancouver. Studies in Comparative Political Economy and Public Policy. Toronto: University of Toronto Press.

Papademetriou, Demetrios. 2014. MIGRATION’S LOCAL DIVIDENDS How Cities and Regions Can Make the Most of Immigration. Council statement. Convener, Transatlantic Council on Migration President: Migration Policy Institute Europe. http://www.migrationpolicy.org/research/migrations-local-dividends-how-cities-and-regions-can-make-most-immigration-transatlantic.

Penninx, Rinus, Karen Kraal, Marco Martiniello, and Steven Vertovec. 2004. Citizenship in European Cities: Immigrants, Local Politics, and Integration Policies. Ashgate Publishing, Ltd.

Schiller, Nina Glick, and Ayse Caglar, eds. 2010. Locating Migration: Rescaling Cities and Migrants. Ithaca, NY: Cornell University Press.

Varsanyi, Monica. 2008. “Rescaling the ‘Alien,’ Rescaling Personhood: Neoliberalism, Immigration, and the State.” Annals of the Association of American Geographers 98 (4): 877–96.

Walker, Kyle E., and Helga Leitner. 2011. “The Variegated Landscape of Local Immigration Policies in the United States.” Urban Geography 32 (2): 156–78.

Young, Craig, and Sylwia Kaczmarek. 2000. “Local Government, Local Economic Development and Quality of Life in Poland.” GeoJournal 50 (2/3): 225–34.

Deuxième séminaire annuel du réseau Migrations : « L’expérience migratoire, de la parole aux dispositifs »

Le réseau Migrations a le plaisir de vous faire parvenir le programme de son deuxième séminaire annuel qui se tiendra les 16 et 17 juin à l’Université de Poitiers sur le thème: « L’expérience migratoire, de la parole aux dispositifs ».

Capture d’écran 2015-05-31 à 12.06.24Programme 2°SEM-ANN_RESMIG

Le séminaire se terminera par un après-midi consacré à la vie du réseau Migrations créé l’année passée, ayant déjà organisé rencontres, journées d’études et participé à la circulation de savoirs novateurs sur les migrations. Pour plus d’information sur la vie du réseau, vous pouvez consulter notre site Web

http://reseaumig.hypotheses.org

Nous invitons chaleureusement toutes les personnes intéressées à se joindre à nous à cette occasion (aucune inscription préalable n’est requise). Vous trouverez donc les intitulés des communications ainsi que toutes les informations utiles sur l’affiche de la conférence ci-dessous.

Au plaisir de vous y rencontrer,

Les comités scientifiques et logistiques du deuxième séminaire annuel du réseau Migrations.

Pour toutes informations veuillez contactez:
scientifiquereseaumig@googlegroups.com
logistiquereseaumig@googlegroups.com​

Une nouvelle vague d’immigration pourra-t-elle sauver la ville d’Arad ?

DSCF2784Arad, Israël. Photo prise en janvier 2015

« Nous sommes de Kishiniov. La famille de mon père est de Kishiniov, Moldavie, depuis plusieurs générations. Ma mère est d’Odessa. C’est tout… Et lorsque nous avons fait notre Aliyah, mon père a demandé de nous conduire où ‘Ben Gurion a demandé que nous vivions’. C’est la seule chose qu’il sut dire. Inutile de te dire que nous sommes très heureux qu’ils nous aient envoyés à Arad et non pas à Mitzpe Ramon ou

– Sde Boker

– Oui, ou Sde Boker. Alors nous sommes arrivés à Arad. Un village très très récemment établi, où étaient installés une centaine d’habitants. Et c’est tout. Depuis tout ce temps, nous sommes ici[i]. »

Myriam (les prénoms ont été changés) m’entraîne dans ces histoires d’enfance. En 1974, alors élève de CE2, elle quitte sa Moldavie natale pour Arad, la ‘perle du désert’. Myriam me raconte avec nostalgie l’établissement d’Arad en 1962 par des jeunes issus de kibbutz et de moshav. De ‘vrais israéliens’ ceux-là, et non pas des immigrés d’Afrique et du Moyen-Orient comme ce fût le cas dans les villes voisines de Yeruham ou de Dimona[ii]. Yosef, Myriam et Neta, tous me rappellent qu’à l’époque, Arad avait un ‘comité d’accueil’ qui examinait les candidats et choisissait des jeunes professionnels, formés pour travailler dans les usines de la mer morte[iii]. Je me demande alors comment ces quelques familles ont pu constituer une ville de 10,000 habitants à la fin des années 1980… Seule Neta semble bien vouloir se souvenir que le village a aussi absorbé des populations d’immigrés d’Afrique et du Moyen-Orient[iv].

La fin des années 1980 marque une rupture pour le village d’Arad. Myriam a déjà accompli son service militaire et elle se sent vraiment israélienne.

« Lorsque tu te trouvais face à face avec des israéliens, tu te sentais

– je me sentais immigrée.

– Ressens-tu la même chose aujourd’hui ?

– Non non… vraiment pas. Je pense… Après l’armée, je n’ai plus ressenti ça. Non, après l’armée, je n’ai plus jamais ressenti ça. Lorsque j’étais au lycée, un peu… mais… non. J’étais déjà intégrée. Je ressentais… un sentiment… d’être locale. Tu vois ? »

Mais la chute du rideau de fer en 1989 va lui permettre de renouer avec sa langue maternelle – qu’elle connaît mal et écorche – et avec ses anciens compatriotes. Elle vient de terminer ses études. Elle postule pour un poste de directrice d’une école d’apprentissage de l’hébreu : un ulpan. Les 600 élèves qui vont intégrer l’ulpan ne lui laissent pas le temps de réaliser qu’elle entame une carrière dans l’absorption de nouveaux immigrés.

Encadré 1 : Absorption de l’immigration juive en Israël – de la planification étatique à la responsabilité individuelle

La « montée » ou « Aliyah » des juifs de la Diaspora vers Israël est un aspect fondamental de la construction de la nation israélienne[v]. Elle est inscrite dans la déclaration d’indépendance de 1948[vi] et a fait l’objet de plusieurs lois : la loi du retour de 1950[vii], loi cadre de l’immigration en Israël ; et la loi sur la nationalité de 1952[viii], qui détermine l’accès à la citoyenneté. La politique d’immigration israélienne jusqu’à ce jour est conçue comme une politique de ‘retour’, et une politique ethno-nationaliste qui permet l’immigration de tous les juifs du monde, mais seulement des juifs[ix].

Une fois admis sur le territoire israélien, les nouveaux immigrés reçoivent immédiatement la citoyenneté israélienne. Un nombre important d’institutions gouvernementales sont alors impliquées dans leur installation et leur participation à la nouvelle patrie : un processus nommé « absorption » ou « klita ».

Dès le début des années 1950, le nouvel état israélien doit absorber en moyenne 20 000 immigrés par mois[x]. Les premiers temps, ils transitent via des camps de transit puis sont redirigées vers des villages agricoles et vers des centres urbains existants, pour occuper des logements de résidents arabes ayant fui lors de la guerre de 1948 (guerre d’indépendance ou Naqba). Très vite, ces centres urbains sont saturés. L’état met alors en place des camps ou « maabarot ». Ceux-ci sont à la base des villes de développement. Entre 1948 et les années 1960, vingt villes de développement sont établies dans les zones périphériques d’Israël, aux abords des frontières, abritant une majorité d’immigrés juifs d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. En plus d’être des solutions au manque de logements, l’état planifie des projets de construction et des projets industriels visant à employer les résidents de ces nouvelles villes[xi]. Dans les années 1970 et 1980, le constat est alarmant : une crise sociale et identitaire secoue les résidents de ces villes qui se sentent trahis par l’establishment, le niveau économique des villes est très bas et les industries en place sont des industries demandant une force ouvrière peu qualifiée, boostées par des subventions de l’état[xii].

Les revendications sociales et politiques des immigrés « orientaux » des villes périphériques et la guerre de 1973 portent un coup au parti travailliste qui laisse la place à la droite israélienne en 1977. Le parti Likud qui remporte les élections est inspirée des approches de Tchatcher et Reagan et souhaite diriger Israël vers une économie de marché et réduire les dépenses publiques. De façon paradoxale, ceux qui ont porté le Likud au parlement sont les premiers à pâtir des nouvelles directions politiques. Les gouvernements locaux des villes périphériques n’ont pas les moyens de prendre en charge des dépenses que l’état ne prend plus en charge, et sans les politiques de stimulation économique de l’état pour les périphéries, les centres urbains situés au centre du pays seuls parviennent à rentrer dans la concurrence mondiale[xiii].

A la même période, l’absorption des immigrés devient secondaire et la responsabilité de leur intégration est déléguée aux immigrés eux-mêmes : en effet, les nouveaux arrivants reçoivent une aide financière de l’état pendant les premiers mois qui suivent leur installation et sont responsables de trouver un logement et un travail. Les politiques d’absorption de l’état deviennent des politiques indirectes. Ainsi, les politiques de logement permettent de soutenir la construction dans les villes périphériques[xiv]. Cependant, les résultats sont très mitigés : s’ils ont permis l’installation de nombreux nouveaux immigrés dans les années 1990, ces derniers se sont rapidement réinstallés dans les bassins d’emploi[xv]. Les logements des périphéries ont plutôt bénéficié à une classe urbaine paupérisée qui ne peut plus vivre au centre du pays.

Entre 1990 et 1995, l’état d’Israël absorbe plus de 700,000 nouveaux arrivants d’ex-URSS[xvi]. La capacité d’absorption des institutions est mise au défi sous le poids de cette vague d’immigrés. Mais l’état d’Israël traverse une crise de légitimité que la nouvelle immigration va permettre d’enrayer[xvii]. Les villages et les villes situés loin du centre du pays souffrent de l’exode. Le gouvernement israélien planche sur des solutions d’absorption rapide, notamment pour le logement[xviii]. La montée au pouvoir du parti de droite Likud et le nouveau vent néolibéral qui souffle sur Israël depuis la fin des années 1970 n’a fait qu’affaiblir les villes périphériques, toujours plus dépendantes des aides et des transferts du gouvernement central. Leurs arguments sont faibles lorsqu’elles s’opposent à l’installation massive d’immigrés[xix]. Dans ce contexte, les villes périphériques sont désignées pour accueillir les nouveaux lotissements : d’abord des caravanes et des baraquements, puis des bâtiments plus solides. Arad n’est pas en reste. En l’espace de quelques années, la population du village double. En 1995, Arad change de statut et devient une ville.

DSCF2787Les maisons construites dans les années 1990, lors de l’arrivée massive d’immigrés. Une partie de ses ‘chalets’ n’a pas été remplacée par des maisons en dur. Photo prise en janvier 2015

Cependant, mes interlocuteurs semblent penser que ce ‘traumatisme’ – c’est ainsi que Yosef décrit l’installation massive d’immigrés juifs de l’ancienne union soviétique à Arad – a permis de renouveler le dynamisme perdu de la ville. D’abord Yosef :

« Cette vague d’immigration a généré une crise importante, mais je pense qu’Arad en est sortie plus forte. Les russes sont venus très motivés. Ils sont venus pour apprendre, pour travailler, pour s’améliorer. Ils ont ouvert un cours du soir en russe pour que leurs enfants excellent à l’école. Ils ont accepté tous les emplois. Alors que notre ‘masse critique’ augmentait, les emplois, l’argent augmentaient. Nous avons obtenu un budget additionnel pour l’éducation par exemple ».

Puis Myriam :

« Réfléchis, nos frères viennent. Ils peuvent venir. Et vraiment, par chance, les gens qui arrivent à Arad ont… un très haut niveau. Tout le monde a des masters, des doctorats. Vraiment. Tout le monde. Je parle des premiers groupes qui viennent. C’était vraiment des gens de qualité. Des grandes villes. Ils ne sont pas venus de bourgades ou de villages, mais de grandes villes, importantes. Tout le monde est venu avec la volonté de s’établir en Israël. Ecoute, c’était l’euphorie totale, et une euphorie qui se transmettait. Toute la ville était mobilisée pour ce truc. Il n’y avait personne qui n’avait pas ouvert sa maison, son cœur, son portefeuille. Au début des années 1990… c’était, c’était… ouah. Il y avait un projet d’accueil de familles, qui était coordonné par Nili Oz, l’épouse du célèbre écrivain Amos Oz. Il y avait 300 familles, d’anciens, qui accueillaient des familles d’immigrés régulièrement. 300. Tu comprends. Dans les années 1990, nous étions 9500 résidents et 300 adoptaient des familles. Ils les invitaient pour Shabbat, ils écrivaient à leur place, ils aidaient à trouver un emploi, ils apprenaient l’hébreu ensemble. C’est un énorme projet. Nous étions un modèle en Israël pour l’absorption d’immigrés. On y venait pour apprendre. Il n’y a pas eu un ministre de l’absorption et de l’immigration qui ne soit pas venu, qui ne nous a pas complimenté. Cette chose était tellement, tellement… C’était de haut niveau et euphorique à la fois ».

Puis Neta :

«  Dans les années 1990, une vague massive d’immigration est arrivée et a formé 54% de la ville. C’était un boom. Ça a complétement détruit le tissu démographique de la ville et la façon de vivre des anciens. Bien qu’à Arad, l’immigration était une immigration ‘facile’. C’était des immigrés de Russie. Pas du Kazakhstan par exemple, qui sont considérés être des immigrés ‘difficiles’. Des bonnes familles. Mais avec une mentalité différente ».

 

Encadré 2 : L’armée, une carrière professionnelle et le choix de la laïcité – réinterprétation, légitimation et pérennité des valeurs des pionniers juifs ?

Le pionniérisme tel conçu par la pensée sioniste avant la création de l’état d’Israël implique le sacrifice de soi pour la construction de la nation. En effet, d’après Aharon Kellerman, dès les premières immigrations de juifs vers la Palestine mandataire, l’activité d’occupation et de création de villages des pionniers génère des « mythes » fondateurs : d’abord des mythes environnementaux et sociaux, où la souffrance physique et le sacrifice à la collectivité permettent la conquête de la nature sauvage et du désert. Alors que l’occupation s’intensifie, les mythes deviennent de plus en plus liés à la sécurité des communautés juives. A partir de la création d’Israël, l’occupation aux frontières devient fondamentale : la figure du pionner résistant et défenseur, et la figure du pionner agriculteur et occupant l’espace se réconcilient[xx]. Le pionniérisme et le volontarisme occupent alors une place prépondérante « où chacun est constamment invité à participer, à faire intimement partie de la collectivité (…) »[xxi].

Depuis les années 1980, Kellerman annonce une démythologisation de l’occupation du territoire, alors que le pionniérisme disparaît, que l’individualisme l’emporte sur le collectivisme et que la population s’installe dans des centres urbains sans personnalité.

Pourtant, il semble que les valeurs de pionniérisme et de volontarisme sont pérennes, et ont été plutôt transformées par le néo-libéralisme. En effet, ces valeurs ne sont-elles pas proches de celles prônées par le projet social européen, décrit par Yasemin Soysal où la cohésion sociale est garantie par une citoyenneté active, productive et participante[xxii] ? Ainsi, le service militaire obligatoire reproduit le sacrifice à la patrie tel envisagé par la république[xxiii]. Il est un instrument majeur de socialisation : lors de mes entretiens, les immigrés arrivés jeunes en Israël et qui ont effectué leur service militaire me le rappellent et soulignent l’impossibilité de les exclure de la société israélienne, sur la base de leur participation à l’armée. La centralité de l’armée se traduit par une frustration et une mobilisation des israéliens non pratiquants autour des questions d’exemption de service dont jouissent les juifs orthodoxes d’un côté, et les palestiniens d’Israël de l’autre, notamment lors de manifestations importantes en 2012.

Quant aux valeurs d’individualisme et d’autonomie financière, elles sont centrales aujourd’hui. Cependant, elles sont liées à la participation de chaque individu à l’économie nationale. Le succès de l’étiquette « start-up nation » pour parler d’Israël en témoigne. Et encore une fois, la faible participation des juifs orthodoxes au marché du travail est fortement stigmatisée. Les israéliens non pratiquants se sentent doublement frustrés – en protégeant le pays lors des conflits armés pendant plusieurs années de leur vie – puis en travaillant et en payant des impôts dont le système de redistribution profite à des citoyens qui n’ont pas servi l’armée.

Tous mes interlocuteurs semblent définitivement ignorer les immigrés non-russophones de la ville. A part le programme Rudgers – appartenant maintenant au passé – qui avait alors attiré des étudiants américains, je n’entends pas beaucoup parler des éthiopiens installés à Arad ou des Black Hebrews[xxiv]. De la même manière, lorsque j’aborde le sujet de la proximité avec les villages bédouins alentours, la question est éludée par un « tout va bien. Arad est un centre de services depuis tout le temps pour les bédouins ». Une population inquiète plus : Arad accueille depuis plusieurs décennies la communauté hassidique Gur. Cependant, ces dernières années, leur chiffre augmente et ils formeraient un cinquième de la population locale[xxv].

En 1991, une nouvelle arrivante est sans doute passée inaperçue pour Myriam : Tali vient de Moldavie, de Beltz[xxvi]. J’ai déjà lu son histoire à plusieurs reprises[xxvii], et je continuerai de lire ces mêmes phrases dans les journaux à l’automne 2014, alors qu’Arad traverse une nouvelle crise de l’emploi[xxviii]. Tali me raconte donc son histoire que je connais déjà, sans doute mainte fois polie et embellie :

« Lorsque nous sommes arrivés en 1991. Je veux te dire que nous sommes arrivés avec deux valises, deux enfants… Mmh. Donc, mes deux enfants, deux valises, et dix dollars en poche. C’est tout. Je veux dire, nous sommes arrivés et nous savions que nous recommencions à zéro. C’est pourquoi, aujourd’hui, lorsque quelqu’un me demande mon CV, je commence par cette phrase « je suis arrivée en Israël en 1991 ». Je veux dire, tout ce qu’il y a eu avant, ça s’est passé, mais ça n’influence pas ce que je fais aujourd’hui. Tout a changé. Tout (…). Je me souviens du jour où on m’a proposé un poste de femme de chambre dans un hôtel de la Mer Morte. J’étais la plus heureuse du monde. J’ai pris le boulot. Bien que, tu comprends, bien que j’avais un diplôme de psy et que je savais faire beaucoup d’autres choses. Mais… je n’ai pas pensé à ça. D’abord, je devais m’occuper de ma famille, de mes enfants. C’est pourquoi j’ai commencé à travailler là-bas. Ce que je ne t’ai pas dit, et c’est très important, c’est que j’ai étudié l’hébreu avant de venir. Et je parlais la langue… Disons que je ne parlais pas très bien, mais je parlais. Et je comprenais tout ce qu’on me disait. Quand j’ai commencé à travailler à l’hôtel, il y avait deux clans : les immigrées, les femmes de chambre. Elles ne parlaient pas hébreu. Et le groupe des managers qui ne parlaient qu’hébreu (…). Alors après trois jours, j’ai été promue et je suis devenue chef d’équipe. Mes parents étaient encore en Moldavie. Je leur ai écris une lettre. J’ai écris : Abale[xxix], quand tu arriveras, à ce rythme, je serai déjà premier Ministre ».

A cette époque, Tali ne connaît pas le bâtiment ocre de la mairie – un ancien hôtel reconverti en bureau. Elle m’assure qu’elle n’a mis les pieds à la mairie qu’alors qu’elle était déjà candidate au poste d’adjoint au maire. Elle sait cependant que le maire de l’époque, Betzalel Tabib, fournit beaucoup d’efforts pour faire venir ces nouveaux immigrés vers sa ville. Il voyage en Russie pour faire venir des juifs de Russie à Arad. Yosef me raconte qu’il avait même listé les héros russes juifs de la seconde guerre mondiale et en a fait venir plusieurs centaines à Arad. Aujourd’hui, quelques dizaines sont toujours en vie, et il me montre avec fierté les photos des cérémonies du 9 mai. Mais en 2003, Mordechai ‘Moty’ Brill, nouvellement élu maire d’Arad, retire Arad des différents programmes d’encouragement à l’immigration. Myriam travaille déjà depuis plusieurs années à la mairie. La décision du maire la peine. Elle arrête de voyager et range ses prospectus. Des immigrés continuent de venir s’installer à Arad, mais ils viennent parce qu’ils ont des proches qui y sont installés. L’engouement est tombé. Le dynamisme de la ville aussi. Arad fait à nouveau face à ses anciens fantômes : l’exode des jeunes vers le centre du pays, les difficultés économiques et la dépendance financière de la ville envers le gouvernement central.

Encadré 3: La néo-libéralisation et ses effets sur la périphérie israélienne

Le géographe Jamie Peck nous rappelle quels sont les aspects majeurs de l’orthodoxie néo-libérale : une économie de marché, la baisse des dépenses publiques, la célébration des valeurs de l’individualisme, de la concurrence et de l’autonomie économique, et la baisse des transferts sociaux remplacés par l’incitation aux populations marginalisées à s’intégrer sur le marché du travail[xxx].

Ces valeurs ont été intégrées par le système politique israélien, avec quelques nuances. S’il est vrai que les années 1970 ont sonné le glas des subventions aux industries de la périphérie, une répartition nouvelle des zones d’imposition a permis d’établir des parcs industriels importants dans les villes périphériques – mais plutôt dans des villes semi-périphériques, ayant des communications rapides vers le centre (voies rapides et voies ferroviaires)[xxxi]. Les dépenses publiques israéliennes ont effectivement baissé, mais c’est surtout l’éducation qui en pâti, les dépenses sociales augmentant légèrement : un effet « pansement » qui ne résout pas les problèmes sociaux de fond[xxxii]. Pour les valeurs de l’individualisme, de la concurrence et de l’autonomie économique, voir encadré 2.

Cependant, les villes périphériques ont une lecture duale de ces changements. D’un côté, un discours d’autonomie se met en place, où les gouvernements locaux se professionnalisent et demandent à l’état de céder les outils nécessaires à leur développement : ainsi, de nombreuses villes sont en train d’obtenir des terrains supplémentaires et des dédommagements des gouvernements ruraux qui les entourent[xxxiii]. Ces demandes sont basées sur le désir de développer les terrains pour des nouvelles résidences et pour des activités économiques. D’un autre côté, alors que les usines ferment et les périphéries ne parviennent pas à stimuler l’emploi via la création de petites entreprises et le développement du secteur tertiaire, les politiciens locaux en appellent à la responsabilité du gouvernement. Par exemple, lors d’une grève le 24 février 2015, le maire de Beer Sheva déclare à la presse que le gouvernement n’intervient que pour des questions de sécurité (interventions militaires) mais pas pour remédier à la crise de l’emploi au sud du pays[xxxiv].

C’est pourquoi, aujourd’hui, Myriam est heureuse de pouvoir m’envoyer la nouvelle plaquette en hébreu et en russe. Depuis cette année, Arad a réintroduit l’encouragement à l’immigration dans son budget ! Et Myriam a préparé la plaquette pour que le maire d’Arad, Tali, ait bien tous les chiffres en main.

En effet, voilà cinq ans déjà que Tali est devenue maire d’Arad. Tali est la première immigrée de la vague des années 1990 à s’être fait élire maire. Elle a été ‘adoptée’ par le parti russophone Israel Beitenu. Arad compte une des plus importantes proportions d’immigrés des années 1990 – 40% de sa population – : ces derniers ont donc un poids électoral important. Tali me raconte :

« Je me souviens d’une phrase que les nouveaux immigrés me disaient, lorsque je leur parlais. Ils me disaient :

– Ils ne te laisseront pas devenir maire.

– Je leur disais : qui sont-ils ?

– Ils me répondaient : les israéliens !

– Je leur ai dit : les gars, nous ne sommes plus en Russie où quelqu’un décide de qui est élu. Ici, vous choisissez, ici, vous votez, et personne d’autre ».

Depuis, Tali se bat sur plusieurs fronts. D’abord, la situation économique fortement dégradée d’Arad. Les derniers mois encore, les usines Arad Towels, Baum et Kil ont massivement licencié. La ville cherche des solutions pour renouer avec l’emploi. L’été dernier, j’écoutais sans trop d’enthousiasme les plans de consultants extérieurs à Arad – des consultants installés à Tel Aviv – sur le futur ‘branding’ de la ville : « Arad, l’expérience du défi ». L’idée est de dynamiser le secteur touristique, et surtout le tourisme d’aventure. Cependant, ces derniers mois, l’idée semble gagner en substance. Une nouvelle association pour le développement du tourisme à Arad a été créée, des ateliers de soutien à des potentiels agents touristiques ont été organisé, et même l’hôtel Massada[xxxv], converti en centre d’absorption pour les immigrés éthiopiens puis laissé à l’abandon, a finalement été racheté. Il est trop tôt pour savoir si Arad deviendra une destination touristique, et qui profitera de ce nouveau secteur. Surtout que la réputation du bon air d’Arad pourrait se voir entacher par l’installation de l’usine de phosphates Kil aux portes de la ville.

Ensuite, Tali se bat pour augmenter les revenus de la municipalité. Des impôts municipaux du conseil régional de Tamar, aux impôts de la base aérienne militaire de Nevatim, et au budget lié au déplacement des centres de formation de l’armée vers le désert du Néguev, Tali a déjà gagné plusieurs batailles. Des batailles qui se chiffrent à plus de 2,2 millions d’Euros annuellement[xxxvi]. Va-t-elle pouvoir gagner la guerre et renouer avec le passé glorieux de la ‘perle du désert’ ?

Enfin, la mairie renouvelle ses efforts pour le développement démographique. Bien que la ville n’enregistre plus de migration négative, ce serait seulement du à la forte natalité des Gurs. Ainsi, les efforts de mes interlocuteurs et de Tali – qui assure vouloir faire venir 10,000 nouveaux immigrés -, vont-ils être suffisants pour enrayer l’émigration ? Neta me dit cette phrase qui me paraît insurmontable : « aujourd’hui, l’échec, c’est de ne pas avoir réussi à quitter Arad ». Comment le département d’absorption et d’immigration, l’unité de ‘développement démographique’[xxxvii] et le centre de la jeunesse[xxxviii] vont pouvoir détruire cette image et montrer que rester n’est pas un échec ?

La semaine dernière, Tali a annoncé qu’elle se présentait aux élections nationales qui auront lieu en mars 2015, sous la liste Kulanu, abandonnant ses mentors du parti Israel Beitenu[xxxix]. Si elle est élue au parlement, aura-t-elle plus de moyens d’influer sur le sort d’Arad ?


[i] Extrait de l’entretien avec Myriam, Arad, 10 août 2014.

[ii] Entretien avec Yosef, Arad, 26 mai 2014.

[iii] Voir Jamous, H (1982) Israël et les Juifs. Essai sur les limites du volontarisme.

[iv] Entretien avec Neta, Arad, 14 janvier 2014.

[v] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[vi] Voir https://www.knesset.gov.il/docs/eng/megilat_eng.htm

[vii] Voir https://www.knesset.gov.il/laws/special/eng/return.htm

[viii] Voir

http://www.israellawresourcecenter.org/israellaws/fulltext/nationalitylaw.htm

[ix] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[x] Voir Lipshitz, G (1998) Country on the move: Migration to and within Israel, 1948-1995.

[xi] Voir Orni, E and Efrat, E (1973). Geography of Israel.

[xii] Voir Achouch, Y and Morvan, Y (2013). Les utopies sionistes, des idéaux piégés par une histoire tourmentée : kiboutz et villes de développement en Israël. Utopies et Justice Spatial.

[xiii] Voir par exemple Razin, E (2003). Local Government Reform In Israel : Between Centralisation And Decentralisation, Between Traditionalism And Modernity.

[xiv] Voir Gradus, Y and Lipshitz, G (1996). The mozaic of Israeli Geography.

[xv] Voir Portnov, B (1998). The effect of housing on migrations in Israel: 1988–1994. Journal of Population Economics.

[xvi] Voir CBS (2011) Statistical Abstract of Israel 2010.

[xvii] Voir Lustick, I (1999) Israel as a non-Arab state: the political implications of mass immigration of non-Jews.

[xviii] Voir Lipshitz, G (1998) Country on the move: Migration to and within Israel, 1948-1995.

[xix] Voir Auerbach, G (2011) Local autonomy in action: Mobile homes for immigrants in Israel.

[xx] Voir Kellerman, A (1996). Settlement myths and Settlement Activity : Interrelationships in the Zionist Land of Israel. Transactions of the Institute of British Geographers.

[xxi] Voir Jamous, H (1982) Israël et les Juifs. Essai sur les limites du volontarisme.

[xxii] Voir Soysal, Y. N. (2012). Citizenship, immigration, and the European social project: rights and obligations of individuality. The British Journal of Sociology.

[xxiii] Voir Shafir, G and Peled, Y (2004). Citizenship and stratification in an ethnic democracy. Stratification in Israel : Class, Ethnicity and Gender. Edité par Semyonov, M and Lewin-Epstein, N.

[xxiv] Communauté noire des Etats-Unis établit à Dimona mais aussi à Arad. Je n’ai appris qu’ils résidaient à Arad qu’en lisant un article du journal local ‘Aradnik’ publié le 28 janvier 2015 : http://www.aradnik.co.il/2392-article.html

[xxv] La commission nationale de planification est en train d’étudier un projet de construction d’une ville ultra-orthodoxe à quelques kilomètres d’Arad. Voir par exemple http://www.aradnik.co.il/2383-article.html

[xxvi] Entretien avec Tali, maire d’Arad, 10 août 2014

[xxvii] Voir http://njjewishnews.com/article/7034/arad-mayor-sees-the-fruits-of-local-partnership#.VHIGQIdbyCQ ou encore http://www.jpost.com/Jerusalem-Report/Arad-isnt-throwing-in-the-towel-381468

[xxviii] Arad towels ferme et licencie 200 personnes, dont l’époux de Tali. Voir une série d’articles publiés en octobre 2014 dans les journaux nationaux Haaretz, the Marker, Jerusalem Post, mais aussi le journal local Aradnik

[xxix] Surnom affectif pour ‘papa’

[xxx] Extrait de Varsanyi, M (2008). Rescaling the « Alien, » Rescaling Personhood: Neoliberalism, Immigration, and the State. Annals of the Association of American Geographers.

[xxxi] Voir Gradus, Y and Lipshitz, G (1996). The mozaic of Israeli Geography.

[xxxii] Conférence de Kimchi, Y, professeur d’économie à l’Université Hébraïque de Jérusalem, 6 Février 2015, Tel Aviv.

[xxxiii] Voir articles publiés dans les journaux israéliens en septembre 2014 autour des frontières municipales, de la redistribution des taxes, et des inégalités de transferts entre les périphéries et les colonies.

[xxxiv] Voir http://www.haaretz.co.il/news/local/1.2573286

[xxxv] Voir http://www.aradnik.co.il/2393-article.html

[xxxvi] Voir http://www.aradnik.co.il/2385-article.html

[xxxvii] La compagnie municipale – l’entité économique de la mairie – possède une unité de développement démographique

[xxxviii] Le centre de la jeunesse d’Arad est principalement financé par l’autorité pour le développement du Néguev

[xxxix] Voir édition week-end de The Marker, 30 janvier 2015

Résumé du séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations »

Dans le cadre du lancement d’un réseau national pour les jeunes chercheurs travaillant sur les migrations internationales, le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers a organisé le premier évènement du réseau les 23 et 24 juin 2014 : le séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations ». Ce séminaire a été organisé grâce au soutien financier du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et au programme européen Marie Curie – Integrim, avec le soutien institutionnel du CNRS.

Lors de l’ouverture du séminaire, Cédric Audebert, a réitéré l’engagement historique de Migrinter dans des réseaux nationaux et internationaux. Le laboratoire s’engage à soutenir les jeunes chercheurs qui souhaiteraient se joindre au réseau, à apporter une aide à l’organisation d’évènements annuels et encourage les membres du réseau à profiter des outils de valorisation de la recherche déjà mis en place à Migrinter.

Séminaire doctoral du laboratoire Migrinter

Après cette entrée en matière enthousiaste et encourageante, la première journée a débuté avec cinq présentations sur le thème « comprendre les phénomènes migratoires actuels: le choix des outils théoriques ».
« Les autochtones et l’immigration au Canada, du colonialisme au néolibéralisme ». Hélène Pellerin, Professeure de sciences politiques à l’Université d’Ottawa au Canada, investit un champ de la recherche encore balbutiant: la relation entre les autochtones et les immigrés au Canada. Elle retrace les moments historiques de cette relation et s’interroge sur les changements induits par la nouvelle gouvernance canadienne.

« Penser l’émigration israélienne en termes de ‘diaspora’: apports et limites d’un emprunt à la mode ». Karine Lamarche, post-doctorante au Laboratoire Sciences Sociales du Politique à Toulouse, s’interroge sur la pertinence du concept de Diaspora pour décrire l’émigration israélienne en France et en Allemagne.

« Le choix des notions de trajectoire et bifurcation pour comprendre la migration d’étudiants ». Carolina Pinto, post-doctorante à l’Université du Chili, explore les notions de ‘trajectoire’ et de ‘bifurcation’ pour repenser la reconstruction du projet migratoire des étudiants colombiens et chiliens réalisant leurs études supérieures à Paris, New York et Boston.

« Les sources du quotidien en exil. Vers une relecture de la Grande Emigration polonaise de 1831 en France ». Guillaume Valentin, doctorant en histoire à l’EHESS de Paris, nous fait découvrir les ‘oubliés’ de la Grande Emigration polonaise de 1831. À travers les archives de l’époque, il se penche sur la vie de ceux qui ne faisaient pas partie de l’élite intellectuelle et ont été éparpillés à travers la France, ont reconstruit une famille et une carrière.

« Le nomadisme sédentaire. Eloge critique d’un outil d’enquête imposé ». Kelly Poulet, doctorante en socio-anthropologie au laboratoire CURAPP-ESS (UPJV CNRS), remet en cause la dichotomie nomade/sédentaire en dévoilant sa propre expérience de chercheuse autour de ses déplacements entre la France et le Sénégal pour sa recherche portant sur l’expérience des jeunes dakarois.

La journée a continué avec la présentation de cinq posters permettant de varier les interventions. Cinq communicants se sont ainsi pliés à cet exercice avec enthousiasme.

  • Morgane Dujmovic, doctorante au laboratoire TELEMMe, Aix-Marseille, sur le sujet « La gestion des migrations en Croatie : entre transition et enjeux européens »
  • Josepha Milazzo, doctorante au laboratoire TELEMMe, Aix-Marseille, sur le sujet « Variations sur l’échelle d’un concept: mondialisation migratoire et village global ».
  • Laure Sizaire, doctorante en sociologie à l’Université Lyon 2, sur le sujet « Femmes migrantes ou en devenir, le cas de la migration par le mariage à l’heure de la mondialisation ».
  • David Puaud, doctorant à l’EHESS à Paris, sur le sujet « Approche situationnelle et participation-observante ».
  • Ilka Vari-Lavoisier, doctorante à l’ENS à Paris, sur le sujet « Paris-Dakar-Bokidiawé : une aventure collective transnationale. Retour sur l’enquête TIMME (Terrains Interdisciplinaires et Multi-sites : Migrations et Engagements ».

Cette première journée s’est clôturée par le lancement d’un réseau national de jeunes chercheurs travaillant sur les thèmes liés aux migrations internationales. Le compte-rendu de cette discussion est disponible ici CRreseaumig2014. Le réseau est ouvert à tous les jeunes chercheurs qui souhaitent y prendre part. Il prendra forme à travers : l’organisation d’évènements annuels, mais aussi d’ateliers ponctuels durant l’année académique; une plateforme numérique sous la forme de « carnets des jeunes chercheurs » qui condensera les informations relatives aux évènements académiques ayant un lien avec les migrations internationales, mais aussi les activités de publication des membres et plus encore; d’une valorisation de la recherche par la publication des actes du séminaire sur la revue e-migrinter.

 

La deuxième journée a donné lieu à cinq présentations déclinées sur le thème « Quand les méthodes d’enquête font peau neuve ».

Présentation de Job Romero
« L’ethnographie multi-située à l’épreuve d’un groupe migrant disséminé et bien divers: les Latinos-américains en France ». Job Avalos Romero, doctorant en civilisation hispano-américaine au laboratoire FRED à Limoges, a remis en question les outils d’enquête existants face aux difficultés rencontrées lors de sa recherche sur les latinos-américains, un groupe hétérogène disséminé en France. Il présente les apports de l’ethnographie multi-située et son adaptation dans le cadre de sa recherche.

« Recherche biographique et méthodes d’enquête auprès de migrants. Recueillir, interpréter et analyser les données du terrain ». Mike Gadras, doctorant en sciences de l’éducation au laboratoire EXPERICE à Paris Sorbonne, présente les difficultés liées à la collecte de données biographiques d’une population flottante de migrants, vouée à des formes de précarité sociale et économique variables. Face à ces difficultés, il introduit des méthodes de prise de contact et de mise en confiance.

« Présentation d’un signalement de maltraitance évaluée par une enquête sociale dont l’approche ethno-psychiatrique a pu éviter un placement par un juge des enfants ». Annick Doledec, psychologue clinicienne et docteure en psychologie clinique, explore les apports de l’approche ethno-psychiatrique et l’exemplifie au travers un cas de signalement de maltraitance.

« L’analyse statistique textuelle des discours médiatiques de la migration: quels défis pour quelles opportunités? Présentation du cas du traitement des populations de Tuvalu et Kiribati au sein du New Zealand Herald ». Damien Vallot, doctorant en sciences politiques au laboratoire LAM de l’IEP de Bordeaux, a mis en place une méthode d’analyse textuelle d’un corpus d’articles du journal néozélandais, le New Zealand Herald. A travers son analyse, il tente de dévoiler les enjeux liés au traitement des populations de Tuvalu et Kiribati, menacées par le changement climatique.

« La fabrique de l’autonomie à partir de la photographie de terrain chez les Soninkés (Sénégal et France) ». Saliou Diallo, doctorant en histoire à l’Université de Poitiers, expose les clichés qu’il a pris lors de ces déplacements sur le terrain au Sénégal. A travers ces photos, il illustre les pratiques d’autonomie des Soninkés.

Présentation de Damien Vallot

Ces dix présentations ont été discutées à l’issue de chaque session par des chercheurs du laboratoire Migrinter, Cédric Audebert et Olivier Clochard, ainsi que par les doctorants du laboratoire Migrinter, Amandine Desille, Eleonora Guadagno, Colette Le Petitcorps, Mélanie Pénicaud et Sarah Przybyl. Hélène Pellerin a aussi participé à l’animation scientifique de cet événement.

Nous remercions chaleureusement le comité scientifique: Cédric Audebert, Kamel Doraï, Colette Le Petitcorps, Guillaume Le Roux, Mélanie Pénicaud, Sarah Przybyl, Célio Sierra-Paycha; ainsi que le comité d’organisation: Martine Brouillette, Alexandra Brunaud, Amandine Desille, Eleonora Guadagno, Maurad Hamaidi, Zhi Peng Li.

L’équipe des doctorants se réjouit du bon déroulement de ce premier événement qui marque le début d’un travail en réseau. Si vous souhaitez prendre part à notre réseau, veuillez nous contacter réseau.migrations@gmail.com

 

Séminaire : « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations »

Les 23 et 24 juin 2014

Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, Poitiers

Les doctorant-e-s du laboratoire Migrinter vous invitent à participer au séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations« . Ce séminaire sera l’occasion de nous arrêter sur les objets, les concepts et les méthodologies dits « nouveaux » avec lesquels nous composons notre travail de recherche. Nous aurons l’occasion de partager nos réflexions avec des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s qui mènent actuellement des recherches « novatrices » et portent un regard critique sur ce caractère inédit. La première journée sera consacrée au choix des outils théoriques. La seconde journée portera sur les méthodes d’enquête. Pour plus de détails, veuillez vous référer au Programme.

A plus long terme, l’objectif de cette rencontre est de créer un réseau de doctorant-e-s et de post-doctorant-e-s travaillant sur les migrations internationales. La création de ce réseau vise à mettre en place pour le futur la tenue d’événements scientifiques périodiques entre jeunes chercheurs, exerçant en France et ailleurs, sur le site de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers. A la fin de la première journée, un temps sera consacré à la mise en place de ce réseau.

Pour vous rendre à Poitiers, localiser la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société où aura lieu le séminaire et planifier votre trajet, veuillez consulter notre fiche Informations pratiques

Nous vous encourageons à relayer cette invitation à vos collègues et à vos réseaux.

Nous sommes à votre disposition pour des renseignements complémentaires.

Les doctorant-e-s du laboratoire Migrinter

seminairemigrinter@gmail.com

 

Séminaire : « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes »

Séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations »

Les 23 et 24 juin 2014, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, Poitiers

Les doctorant-e-s du laboratoire Migrinter vous invitent à présenter vos travaux lors du séminaire « Nouvelles migrations, nouveaux concepts, nouvelles méthodes. Vers une réflexion critique sur l’enthousiasme pour la nouveauté dans le champ des migrations« . Ce séminaire sera l’occasion de nous arrêter sur les objets, les concepts et les méthodologies dits « nouveaux » avec lesquels nous composons notre travail de recherche. Nous souhaitons donc partager nos réflexions avec des doctorant-e-s et des jeunes docteur-e-s qui mènent actuellement des recherches « novatrices » et portent un regard critique sur ce caractère inédit.
A plus long terme, l’objectif de cette rencontre est de créer un réseau de doctorant-e-s et de post-doctorant-e-s travaillant sur les migrations internationales. La création de ce réseau vise à mettre en place pour le futur la tenue d’événements scientifiques périodiques entre jeunes chercheurs, exerçant en France et ailleurs, sur le site de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers.

Nous invitons donc les doctorant-e-s et post-doctorant-e-s travaillant sur les migrations internationales à envoyer leur proposition de communication avant le 21 mars 2014. Les communications peuvent être orales (proposition de 500 mots max.) ou murales (proposition de poster de 300 mots max.). La première journée sera consacrée au choix des outils théoriques. La seconde journée portera sur les méthodes d’enquête. Toutes les propositions de communication traitant des migrations – dans les champs de la géographie, la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, les sciences politiques, l’économie, la démographie ou la littérature – seront examinées. Pour plus de détails, veuillez vous référer au programme (Séminaire doctorants Migrinter Juin 2014).

Nous vous encourageons à relayer cette invitation à vos collègues et à vos réseaux.

Nous sommes à votre disposition pour des renseignements complémentaires.

Les doctorant-e-s du laboratoire Migrinter