Séminaire Expériences migratoires 2013

Fragmentations de l’expérience : émotions et narrativités

Michèle Leclerc-Olive (IRIS-EHESS) ; Marie-Antoinette Hily ; Yann Scioldo-Zürcher (MIGRINTER, Université de Poitiers)

Si l’on admet qu’il y a une sorte de tendance naturelle (Mead 1932, Ricœur, 1983) ou fréquente, ou pré-moderne (Quignard, 1986) à établir des continuités dans le récit, alors qu’à l’inverse l’expérience semble fragmentée – « Aucun ne fait certain dessain de sa vie, et n’en délibérons qu’à parcelles. […] Nous sommes tous de lopins et d’une contexture si informe et diverse, que chaque pièce, chaque momant faict son jeu » (Montaigne, 1595) – que fait le chercheur face à ce dilemme ? Comment peut-il rendre compte d’expériences singulières, parfois douloureuses ou paradoxales, dans ses efforts de restituer des « histoires migratoires » à partir de récits irrémédiablement fragmentaires ? Que dire de ses écritures savantes qui se détournent des pointillés, des pauses, des silences ?
Après avoir étudié différentes formes d’écriture (graphiques, historiques, littéraires et cinématographiques) que performent les romans, les textes savants ou les films dont le dessein est de décrire des évènements, des bifurcation, des ruptures etc… ou dit autrement de nous donner une lecture du discontinu, il nous semble fécond d’interroger « l’émotion » comme un savoir, comme un matériau ou une « entrée » pour recevoir et restituer le caractère fragmentaire de l‘expérience migratoire, les interactions avec les situations traversées, les oublis, les moments décisifs, les effets sur les représentations du monde, du temps et de l’espace. Qu’apporte à la compréhension l’étude des relations entre émotion et réception de l’expérience, entre émotion et narration ? Comment les écritures, musicales, filmiques, chorégraphiques, des émotions « affectent-elles » la compréhension des épisodes singuliers que le chercheur contribue à dévoiler ?

25 janvier 2013, 13h. – 17 h. salle Lombart (rez-de-chaussée droite, 96 bd Raspail, Paris 75006) :

« L’émotion et le fragmentaire dans les récits des expériences migratoires ».

8 février 2013, 13h. – 17 h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris) :

« De la migration : images, temps et émotions ».

22 mars 2013, 13h. – 17 h. salle 4 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Les émotions dans la dynamique des repères temporels biographiques ».

12 avril 2013, 10h.-17h. (Poitiers, MSHS, Salle Mélusine) :

« Migrations. Musiques, images, corps et émotions ».

31 mai 2013, 10h.-17h. salle 1 (105 bd Raspail, Paris 75006) :

« Récits de migration : Émotions et espace public ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *