Programme de recherche : Negotiating the Nation: Implications of ethnic and religious diversity for national identity (NATION) (2012-2017)

Negotiating the Nation: Implications of ethnic and religious diversity for national identity (NATION).

Programme de recherche, Peace Research Institute, Oslo

https://www.prio.org/Projects/Project/?x=1564

NATION workshop

L’importance des partis d’extrême droite sur la scène européenne mais aussi les référendums en Ecosse, en Catalogne ou encore les mouvements d’opinion publique au lendemain des attentats terroristes rendent compte de la résurgence du fait national. Les expressions du nationalisme contemporain apparaissent comme fortement liées à la perception des migrations. La mutation des ethnoscapes occidentaux, pour reprendre l’expression d’Arjun Appadurai, pose à nouveau frais la question de l’idée nationale. Le programme NATION se propose d’analyser les avatars du nationalisme occidental au regard des transformations induites par la globalisation des mouvements humains.

Le colloque de clôture du programme NATION s’est tenu à Oslo ce lundi 20 Novembre à l’Université de Oslo. Piloté par Marta Bivan Erdal, il a rassemblé sept chercheurs de Norvège, Grande Bretagne et France. L’équipe, constituée de géographes et de sociologues, s’intéresse à l’idée de Nation telle qu’elle est vécue par les individus, notamment au contact de groupes issus de l’immigration. Une attention particulière est accordée aux moments de crise de l’identité nationale que sont les attentats : commis par Anders Breivik en Norvège, attentats islamistes depuis 2015 en France. Le projet s’articule autour de trois questions :

  • Quelles sont les limites autour desquelles les conflits relatifs au sens de l’identité nationale se cristallisent ?
  • Quels sont les effets de la diversité ethnique croissante sur l’expression de l’identité nationale ?
  • Comment les identités ethniques et religieuses interagissent-elles dans les négociations concernant le sentiment d’appartenance nationale ?

Pour aborder ces questions, le projet se décline en trois axes. Le premier porte sur l’idée de Nation telle est reproduite par les acteurs étatiques par le biais des législations ou encore des discours. Le second axe est centré sur le discours médiatique portant sur les questions migratoires et après les attentats. Le troisième porte sur le sentiment national exprimé par les individus, dans les salles de classes pour les jeunes, au moment de conflits tels que la construction de mosquées, etc…

L’objectif de ce projet est de confronter l’idée de Nation telle qu’elle transparaît dans les discours et textes officiels avec cette même idée telle qu’elle est vécue par les acteurs au quotidien. Tout semble opposer ces deux modalités d’expression. La première s’articule autour de mythes fondateurs immuables, elle est naturalisée par des rituels et discours sans cesse répétés. La seconde est le plus souvent tacite, contingente, soumise à d’infinie variations qui évoluent en fonction des évolutions sociales, politiques, religieuses, économiques… L’idée de nation se construit d’abord à partir d’une ligne de séparation. Elle définit un intérieur, une cohésion par delà les différences de ses membres forgée à partir d’une mythologie commune. Et dans un même mouvement, elle construit un extérieur, une limite stable dans le temps et l’espace. Or la migration vient brouiller cette limite : comment considérer des étrangers comme ne faisant pas partie de cet ensemble national alors même qu’ils partagent le vécu quotidien des nationaux ? La ligne de séparation externe devient une ligne de fracture interne qui déstabilise l’idée de nation, et suscite controverses, négociations, reformulations. Ce qui était tacite s’objective et se problématise au contact avec l’autre. Les travaux sur ce nationalisme du quotidien montrent à quel point l’idée de Nation est une construction instable. Les enquêtes menées dans les classes montrent que les enseignants n’abordent que très rarement la question, de peur de susciter des débats qu’ils ne sauraient résoudre. La recherche s’est penchée sur différents types d’événements qui font « surgir » l’idée de Nation dans l’espace public.

Une première catégorie d’événements s’inscrit dans le quotidien des individus. Les analyses qui portent sur le choix des quartiers de résidence montrent que l’idée d’appartenance nationale est aussi présente parmi les étrangers. Les entretiens montrent que le choix d’un quartier avec ou sans concentration immigrée à Oslo est aussi relatif au choix de l’école pour leurs enfants et à l’adhésion à une identité norvégienne que ces derniers doivent adopter (ou pas). Le choix du lieu de résidence entre, pour les foyers d’immigrés, dans une logique de positionnement à l’égard de la communauté nationale norvégienne. Certains choisissent de sortir des quartiers de concentration immigrée pour que leurs enfants ne deviennent pas des « Yalla-Norvégiens ». En France, la question du voile islamique dans les espaces publics est à l’origine d’un débat sur l’identité nationale en 2009, débat d’ailleurs soigneusement cadré afin d’éviter que ne s’ouvre la boite de pandore des identités particulières. La cristallisation autour du voile est un avatar contemporain de la dispute qui caractérise le nationalisme français à propos de la place qui doit être faite à la religion. Elle trouve un écho dans les débats sur la place des juifs dans la société française au 19e siècle et sur le rôle de l’Eglise dans l’éducation au 20e siècle. En Grande-Bretagne, les chercheurs se sont penchés sur les négociations qui ont accompagné la construction de mosquées (architecture, sources des financements, etc.). Ces confrontations ne permettent pas de construire un consensus définitif. Tout se passe comme si ces micro événements ne permettaient que de fixer les lignes de fracture, de trouver un accord sur les désaccords qui traversent la société.

Il est une autre catégorie d’événements qui semble pourtant générer de tels consensus, du moins à court terme : les attentats. Par contraste avec les événements précédemment cités, ces derniers sortent du fonctionnement normal des sociétés. Or l’extra-ordinaire, pour reprendre les termes de Michel Maffesoli, est un terreau propice pour la formation d’un sentiment d’appartenance partagée. L’analyse des discours politiques et médiatiques qui suivent ces attentats montre à quel point ces derniers font référence à l’unité nationale. Cette dernière est un sentiment qui n’existe que dans sa spatialisation. Le besoin de s’approprier un espace commun, par des manifestations de rue (celles qui ont suivi les attentats du bataclan sont à ce titre exemplaire) ou encore par le dépôt de fleurs et de bougies sur le lieu de l’attentat. Mais cet élan d’unité ne dure pas et cède bientôt la place à de nouvelles lignes de fracture. L’accusation faites aux « beurs » de ne pas avoir participé aux manifestations post-« Charlie hebdo », ou plus récemment le débat sur « radicalisation de l’islam vs islamisation de la radicalité » montrent à quel point l’immigration et la diversité ethno-religieuse restent des points d’achoppement dans la formulation d’une idée nationale.

L’idée de Nation n’a pas été emportée par la mondialisation. Elle continue à unir et diviser nos sociétés par sa force de mobilisation collective. Cette recherche montre comment cette idée est manifeste non seulement dans les discours et pratiques de l’Etat, mais aussi dans le quotidien des individus. Elle montre également que le principe de la nation n’est pas simplement de tracer une limite entre « eux » les étrangers et « nous » les citoyens. Cette limite ne suffit pas à résoudre la complexité croissante de nos sociétés. Il s’agit dès lors de reconnaître pour transcender les lignes de fracture qui les traversent, de fonder un accord sur les désaccords.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *