Genre, intersectionnalité et migrations

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le quatrième volet de cette série :

 » Genre, intersectionnalité et migrations « 

Conférence de Mirjana Morokvasic, (ISP, CNRS-Université de Paris Ouest), Nouria Ouali, (Université Libre de Bruxelles), Adelina Miranda (Migrinter)

Lien vers la vidéo de la plénière

Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à une mise en visibilité grandissante de la thématique « genre et migrations ». Les publications, les colloques, les séminaires se succèdent et ce champ d’études présente désormais une légitimité académique, comme le montre l’augmentation du nombre de thèses discutées.

Mirjana Morokvasic dresse les enjeux épistémologiques qui ont accompagné la rencontre entre les études du genre et des migrations. Placer le genre au cœur des migrations a permis d’établir des passerelles entre deux domaines qui ont longtemps évolué sans se croiser : celui sur l’immigration (privilégiant l’homme comme le référent universel) et celui sur les femmes et les rapports sociaux de sexe (remettant en cause les principes de la neutralité de la connaissance). L’adoption de la perspective du genre a contribué à renouveler les questionnements dans ces deux domaines, en quête de reconnaissance scientifique depuis longtemps. De plus, elle n’a pas simplement dévoilé la « partie cachée » des migrations pour savoir si les femmes migrent « comme », « plus » ou « moins » que les hommes : en ôtant le caractère exceptionnel attribué aux migrations féminines, elle a ouvert des pistes et des perspectives d’investigation nouvelles.

Lorsqu’au cours des années 1970, les études sur les migrations ont abordé la question des femmes, elles se sont appuyées sur une représentation androcentrique, évolutionniste et ethnocentrique du phénomène. Deux démarches critiques ont contribué à déconstruire cette vision paradigmatique. D’une part, la mise en crise du modèle « émigration-immigration-assimilation » a ouvert des champs d’études qui ont constaté les « connexions en mouvements » que les migrant.e.s créent au-delà des frontières nationales entre institutions, pratiques et représentations. L’analyse des enchevêtrements entre lieux, identités, cultures et économies a révélé la composition hétérogène des processus migratoires disposés entre les niveaux local, national, international et supranational. D’autre part, les questionnements féministes ont contribué à interroger le biais sexué à la base des catégories interprétatives. La prise en compte des dispositions combinatoires entre les sphères reproductive et productive dans les expériences migratoires féminines a renouvelé et/ou donné une nouvelle visibilité à certaines problématiques ignorées dans le passé, comme celle de la famille, de la division internationale du travail du care, du Welfare state, de l’agency, de la vieillesse, du choix du conjoint, de la sexualité, du développement, des mobilités sud-sud, de l’exil, des mouvements sociaux, des affects. La perspective de genre a également stimulé un regard comparatif entre hommes et femmes migrant.e.s ainsi qu’entre femmes migrantes et non migrantes. De plus, la collaboration interdisciplinaire a permis de repenser les catégories euro-américaines-centrées qui ont été longtemps mobilisées dans les études classiques sur les migrations.

Les propositions épistémologiques et méthodologiques qui s’inspirent de l’intersectionnalité semblent ouvrir de nouvelles perspectives pour ce champ d’études. Comme le souligne Nouria Ouali, l’intersectionnalité a gagné en légitimité dans le monde académique mais cette approche est très hétérogène et ses approches sont interdisciplinaires, voire anti-disciplinaires. L’intersectionalité est en effet un ensemble non unifié d’outils théoriques et conceptuels qui pense la complexité du social en essayant de comprendre et d’expliquer comment les systèmes d’oppression (sexisme, racisme, classisme, homophobie, etc.) et les différentes relations de pouvoir agissent, s’articulent et se renforcent mutuellement. L’intersectionnalité se propose comme une posture intellectuelle, politique et militante ancrée dans l’expérience concrète des groupes subalternes qui vise le développement de stratégies afin de rendre l’égalité réelle. L’intersectionnalité, en particulier dans sa variante du féminisme noir américain, a été conçue à la fois comme un outil théorique et épistémologique critique et comme une praxis située qui offre un nouvel espace intellectuel et scientifique pour penser et changer notre monde. Cette approche a été élaborée à partir des expériences et des luttes politiques des lesbiennes, des féministes noires américaines membres du Collectif Combahee River, et des militantes telles qu’Angela Davis, Barbara Smith, bell hooks, Crenshaw. En Europe, dans les années 1970 et 1980, les féministes telles que Colette Guillaumin en France ou Floya Anthias et Nira Yuval Davis en Angleterre ont produit des cadres d’analyse pour saisir les systèmes d’oppression et de leur imbrication. En France, le Sixième Congrès international des recherches féministes francophones organisé à Lausanne en 2012, intitulé « Imbrication des rapports de pouvoir : discriminations et privilèges de genre, de race, de classe et de sexualité », a fourni une importante occasion de faire avancer les débats.

Appliquée aux études sur les migrations, ces apports sont essentiels car l’intersectionnalité permet de regarder les migrations comme des processus situés, genrés, classistes et racisés. Cette vision politise les productions scientifiques en les inscrivant dans les relations de pouvoir au sein du monde académique ; elle exhorte à intégrer les groupes subalternes dans les lieux de la production des savoirs ; elle réhabilite leur point de vue en les reconnaissant comme des sujets politiques. Elle nous invite à repenser tant les modes d’action et d’interaction entre divers collectifs et groupes sociaux et culturels que les formes de hiérarchisation des luttes pour l’émancipation sur le plan de l’action politique et de l’émancipation. De ce fait, l’intersectionnalité permet de regarder les situations migratoires comme étant intégrées dans des systèmes de hiérarchisation variables et réversibles tout en attirant l’attention sur les dynamiques de genre qui traversent les migrations déterminant différentes relations et échelles de pouvoir.

Nous retiendrons la charge épistémologique de ce débat foisonnant et encore ouvert. L’étude des faits migratoires à partir d’une perspective intersectionnelle peut-elle concourir à la décolonisation/désoccidentalisation d’un savoir qui se veut universel et neutre ? Peut-elle contribuer à la déconstruction des essentialismes élaborés tant en terme de genre qu’en termes d’appartenances aux groupes migrants ? Et surtout : considérer les migrations comme un rapport social permettrait de mieux saisir les articulations entre les différentes formes de mobilités et les appartenances de genre-classe-race ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *