Mineur(e)s et jeunes en mobilité

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, nous vous présentons le troisième volet de cette série :

« Mineur(e)s et jeunes en mobilité »

 conférence de Nelly Robin et Daniel Senovilla (Migrinter), Hawa Ba (Open Society West Africa), Andreas Vonkanel (Université de Neuchâtel) et Florian Aumond (Université de Poitiers)

Lien vers la vidéo de la plénière

Depuis le début des années 2000, le laboratoire Migrinter a initié plusieurs recherches sur la migration indépendante des enfants ; ces travaux ont pour singularité de croiser les disciplines des sciences juridiques et sociales, de placer l’observation tant dans les pays d’accueil que dans les pays d’origine et de transit et d’envisager la multitude des pratiques et des situations vécues par les enfants qui bougent (traite, migration, déplacement, aventure, etc.).

En ce sens, les travaux engagés par D.Senovilla déplacent l’observation vers des champs juridiques et géographiques encore peu explorés. Ainsi, à partir d’une approche pluridisciplinaire, combinant analyse juridique à différentes échelles (droit international ; droits nationaux ; interprétation du droit, pratiques administratives et jurisprudence) et réalisation d’enquêtes qualitatives de terrain, l’objectif est d’évaluer l’impact et les conséquences des normes et de leur application dans la réalité quotidienne des mineurs migrants présents dans différents contextes, fondamentalement à l’intérieur du périmètre de l’Union européenne. Ces actions de recherche ont permis d’analyser d’une part les éléments du droit des migrations, parfois générateurs de situations de vulnérabilité à partir de la création d’une catégorie juridique artificielle à laquelle un traitement juridique souvent sécuritaire et lacunaire est associé et, d’autre part la capacité d’adaptation, de réaction et de réponse des mineurs migrants aux contraintes législatives et administratives auxquelles ils sont soumis. Ces travaux ont été enrichis par une pratique affirmée de la recherche comparative.

Aujourd’hui encore, dans les études juridiques, il s’agit pour l’essentiel de porter l’analyse sur la situation des immigrés dans l’État de destination, parfois, de considérer les candidats à l’émigration dans l’État de départ ; en revanche, il est moins fréquent de considérer l’état du migrant au cours de son parcours migratoire ; c’est ce que proposent les juristes et les géographes de Migrinter, notamment en déplaçant l’observation dans les lieux de transit, là où se nouent et se dénouent les contraintes et les dangers de la migration ; ils élargissent ainsi le champ scientifique. L’objectif est de rendre compte des risques et des opportunités autour desquels se construit l’expérience migratoire des mineurs. Les travaux présentés par N.Robin abordent cette question sous l’angle des Mineur(e)s en transit dans la zone sahélo-saharienne, dont l’objectif est de rejoindre l’Union Européenne. La circulation des mineurs dans cette zone sahélo-saharienne est en fait un sujet encore peu traité. De plus, la multiplication des études sur le trafic et la traite des enfants donne une vision partiellement tronquée de la réalité. La migration des mineurs ne se réduit pas à une dimension criminelle et à des causes économiques, elle procède aussi d’opportunités, dimension souvent méconnue et occultée. Les logiques qui la sous-tendent sont individuelles, familiales et communautaires. Pour saisir et rendre visible la fragilité tangible et l’immense continuité des processus migratoires, avec ce souci constant de placer le mineur au cœur de l’analyse, une nouvelle voie de recherche a été explorée réunissant la géographie et les mathématiques ; cette alliance insolite, associée à la cartographie, prend différentes formes, de l’image géographique aux nuages de mots. Ce dialogue entre les disciplines et les méthodes a permis d’explorer le rapport que les mineur(e)s entretiennent avec les mots ; ce contenu « caché » donne à voir des alliages d’objets et de sujets inattendus, articulés à un réseau très enchevêtré d’incertitudes et d’opportunités. Ces réalités nouvelles invitent à considérer la mobilité des mineur(e)s sous un paradigme nouveau et quelque peu insolite entre territoires multisitués et pluriparentalité .

Cette ouverture sur la complexité et la diversité de la mobilité des enfants incite à analyser les logiques d’appartenance, notamment pour les mineurs immigrés dans le pays d’origine de leurs parents. H. Ba explore cette question à partir de la migration féminine sénégalaise à New York ; elle interroge ainsi les « nouveaux » rôles féminins et le statut des enfants dans un contexte transnational. Les stratégies adoptées vis-à-vis et sur le sort des enfants obéissent a des logiques plurielles, conflictuelles par endroit : logiques d’appartenance des parents, l’identification de soi dans le contexte de migration comme dans celui d’origine, la perception de l’environnement immédiat comme la projection de soi dans le temps et dans l’espace transnational global. En définitive, ces choix essaient de répondre à un questionnement central qui est celui de la conception d’une socialisation réussie des enfants pour des parents pris aux prismes de logiques migratoires, successivement et simultanément perçues comme présentant à la fois des opportunités et des menaces sur les identités, l’être et le devenir, dans l’Ici et l’Ailleurs.

Sur un autre terrain, dans un camp de réfugiés congolais en Tanzanie, M.Fresia et A.Vonkanel proposent de revisiter la problématique de l’enfance dans un contexte de politique d’encampement et d’action humanitaire. En prenant comme porte d’entrée les écoles, il s’agit d’aller au-delà d’une interprétation du camp de réfugiés comme un espace de confinement pour rendre visible d’autres manières selon lesquelles ces espaces sont investis. Depuis le début des années 1980, on assiste à une montée en puissance de l’éducation dans l’action humanitaire ; ainsi, l’étude exposée ici pose les enjeux de l’entrée en scène des acteurs humanitaires dans le champ éducatif à une période où le bien scolaire devient l’objet d’une préoccupation globale.

Ces facettes moins connues des enfants migrants déplacent l’analyse dans de nouveaux lieux et posent la question de l’émergence d’une nouvelle catégorie juridique, les adolescents migrants (F.Aumond). Les mineurs en mobilité sont encore souvent considérés comme un ensemble indifférencié au regard de leur âge. Toutefois, l’adolescence fait l’objet depuis peu d’une certaine attention au niveau international. S’inscrit dans ce contexte l’adoption en 2014 par l’Assemblée générale des Nations Unies d’une première résolution concernant les « enfants et adolescents migrants ». Elle fait suite à un rapport du Secrétaire général de l’Organisation (2014) portant sur le même sujet, mais dont elle modifie substantiellement la perspective. Leur comparaison constitue dès lors un biais pour interroger les incidences juridiques de l’attention ainsi portée aux adolescents migrants, voire questionner leur constitution en nouvelle catégorie juridique. En conclusion de la plénière, Florian Aumond précise qu’une telle identification est vouée à l’échec dès lors qu’il s’agit seulement, à la suite de l’Assemblée générale, de faire valoir que les adolescents migrants sont des enfants (migrants) à part entière (non-discrimination). Elle pourrait en revanche utilement s’appuyer sur les spécificités mises en avant par le Secrétaire général, conséquence du fait que l’adolescence se situe à la charnière entre l’enfance (post-minorité) et l’âge adulte (pré-majorité). Pour l’heure, cependant, cette caractérisation demeure à l’état d’ébauche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *