Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire, Roger Waldinger et Laurent Vidal

Nous publions une série de 5 billets rédigés par les animateurs des plénières du colloque des 30 ans de Migrinter.

Cette semaine, « Le transnationalisme à travers le prisme de l’histoire »,  conférence de Roger Waldinger (UCLA) et Laurent Vidal (Université de la Rochelle)

par Yann Scioldo-Zürcher, CNRS, Centre de recherche français à Jérusalem.

Lien vers la vidéo de la plénière

Dans l’article « “ Transnationalisme ” des immigrants et présence du passé » publié en 2006 à l’occasion du numéro anniversaire de la Revue Européenne des Migrations internationales, Roger Waldinger dénonçait les conclusions de l’Académie des sciences de New York pour qui, en 1990, les liens transnationaux étaient une nouveauté dans les pratiques migratoires contemporaines. Or, les historiens des migrations savent depuis longtemps que les circulations, physiques, matérielles ou immatérielles, sont le corollaire des expériences migratoires, même les plus anciennes. L’histoire des diasporas juives, par exemple, insiste particulièrement sur les formes de communication entretenues entre communautés internationales, la circulation de leurs membres au sein de groupes parfois géographiquement éloignés les uns des autres (Zink, Sibon, 2012). De même, si les chercheurs réunis autour de l’enquête E.Diaspora Atlas (2012) avaient bien montré le rôle déterminant des nouvelles technologies utilisées par les migrants pour maintenir un lien avec leur pays d’origine, chaque époque a néanmoins su créer des moyens de communication ayant satisfait au mieux les liens transnationaux. De même, nous le savons, ces liens transnationaux entre pays d’origine et pays d’installation se poursuivent parfois jusqu’à la troisième, sinon la quatrième génération. Les réseaux de continuité entre groupes sont ainsi des phénomènes récurrents, qui peuvent s’hériter. Des acteurs politiques et sociaux émergent ainsi en créant et en maintenant des liens sur des territoires multiples et sur lesquels des forces étatiques nationalisantes cherchent parfois à intervenir. Roger Waldinger soulignait ainsi la relative hardiesse des États-nations à mettre en place, coûte que coûte, des systèmes de défense contre l’immigration internationale, et ses formes de transnationalisme, pensées désormais comme un danger : « bien que les migrations internationales aient été fréquentes dans le passé, les efforts des États-nations pour s’en préserver sont une relative nouveauté. Notre question porte donc sur la manière dont des processus récurrents de migrations débordant les États se heurtent à des réactions intolérantes, voire coercitives, visant à circonscrire des sociétés d’États-nations et borner des communautés nationales […] ». En d’autres termes, l’auteur souligne la nécessité d’historiciser les liens transnationaux, tout comme les réponses des États apportées à les soutenir ou à la détruire, puisque dans toutes les formes d’immigration internationales, on retrouve communément des pratiques transnationales (Waldinger, 2015).

Laurent Vidal propose, en écho, de poursuivre les réflexions autour des liens existants entre expériences migratoires et supports territoriaux qui soutiennent les identités sociales des migrants (Vidal et al, 2015). Il nous invite particulièrement à penser les « espaces problématiques » que sont les frontières, les camps de regroupement et « d’attente » dans lesquels se construisent le plus souvent les dualités entre discours d’État et discours des migrants. Si ces deux derniers rendent comptent de l’histoire des migrations internationales, il reste cependant au chercheur d’orienter ses réflexions en insistant sur la façon avec laquelle ces deux registres de discours interagissent l’un sur l’autre. Enfin, dans une approche « mesoscopique », celle où le chercheur est souvent le plus à même de pouvoir observer la finesse des processus historiques et sociaux qui entourent l’acte de migrer (Green, 2002), Laurent Vidal nous invite à porter notre attention au passage du statut d’émigré à celui d’immigrant et à la dualité qu’il porte en lui-même. L’un comme l’autre soutenant évidemment des ressources identitaires qui sont mobilisables au gré des événements individuels et collectifs qui interviennent dans la vie des individus et de leurs groupes.

Ainsi, Roger Waldinger et Laurent Vidal proposent ici des pistes de réflexion pour mieux rendre compte, dans le temps et dans l’espace, des formes de transnationalisme. Que nous apportent-elles en terme de compréhension des phénomènes migratoires du passé, des circulations et des mobilités des individus qui ont eu lieu ? Comment les différents « régimes d’historicité » nous permettent-ils de penser à la fois les migrations internationales et leurs liens transnationaux ? Quelle est la tâche du chercheur pour rendre compte des tensions qui existent dans la production des discours, qu’ils soient étatiques ou autobiographiques ?

Bibliographie :

Sibon, Juliette (2012). Travailler dans une autre communauté de la diaspora au XIVe siècle. Corailleurs et médecins juifs entre Provence, Catalogne et Sardaigne. Cahiers de la Méditerranée, 84, pp. 19-37.

Zink, Anne (1994). Une niche juridique. L’installation des Juifs à Saint-Esprit-lès-Bayonne au XVIIe siècle. Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1994, 49, n° 3, pp. 639-669.

Diminescu, Dana (2012). E-Diasporas Atlas, Exploration and Cartography of Diasporas on Digital Networks. Paris : Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, Col. praTICs.

Vidal, Laurent, Musset Alain (2015). Les Territoires de l’attente. Migrations et mobilités dans les Amériques (XIXe – XXIe siècle). Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

Waldinger, Roger (2006). « Transnationalisme » des immigrants et présence du passé. Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 22 – n°2 | 2006, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 19 octobre 2016. URL : http://remi.revues.org/2817.

Waldinger, Roger (2015). The Cross-Border Connection: Immigrants, Emigrants, and Their Homelands. Harvard : Harvard University Press.

Green, Nancy (2002). Repenser les migrations. Paris : Presses universitaires de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *