Avec Shimon Pérès, un Etat hébreu à bras ouverts…

William Berthomière 1

Yann Scioldo-Zürcher 2

Article publié dans Libération, le 28 septembre 2016

Dans son ouvrage intitulé Le voyage imaginaire: avec Théodore Herzl en Israël (1998), Shimon Pérès avait relaté quelques éléments d’une discussion qui s’était tenue entre le général De Gaulle et David Ben Gourion à la fin des années 1950. Pour souligner toute l’importance de la question migratoire dans le processus d’édification de l’État d’Israël, Shimon Pérès avait choisi de retranscrire la réponse qu’avait pu faire David Ben Gourion à une question du général De Gaulle lui demandant quel était son vœu le plus cher. Elle s’était résumée en une courte phrase : « l’arrivée de millions et de millions de Juifs en Israël ».

Pour celui qui fut aussi ministre de l’Immigration au cours de sa longue carrière politique, il ne faisait aucun doute que le développement du jeune État d’Israël passerait par sa capacité à maintenir un lien étroit avec les différents établissements de la diaspora afin de favoriser l’arrivée d’immigrants juifs du monde entier. L’observation des données démographiques témoigne pleinement de la place cardinale de l’immigration juive dans la société israélienne. À la fin 2015, le nombre d’immigrants entrés dans le cadre de la Loi du Retour (qui garantit la possibilité à tout Juif de s’installer dans le pays) a dépassé les 3 millions de personnes et malgré la baisse notable du flux d’immigration depuis les années 2000 (due au tarissement progressif des entrées issues de l’ex-Union soviétique), sa part reste toutefois à un niveau relativement élevé. Elle compose encore aujourd’hui près d’un quart de la source de croissance de la population juive d’Israël. Aux immigrations originaires d’Éthiopie et d’ex-URSS, qui auront alimenté la croissance démographique israélienne avec plus d’un million de personnes au cours des années 1990-2000, succède aujourd’hui l’alya de France, qui fait l’objet de toutes les attentions.

Après la guerre des Six Jours (1967), et l’inquiétude qu’elle avait engendrée de le voir disparaître, quelques ménages décident de soutenir le mouvement sioniste en allant directement s’installer dans le jeune État juif. Au-delà de quelques figures, comme le rabbin Léon Ashkenazi, ou le professeur André Néher, cette migration concerne surtout une jeune génération de Juifs, à la fois descendants de survivants de la Shoah et d’originaires d’Afrique du Nord. Jusqu’à la fin de la décennie 1980, on estime à 500 le nombre annuel moyen de ceux qui quittent la France. On ne sait pas combien revienne. Ce mouvement migratoire aura ainsi pour conséquence d’étendre les réseaux familiaux entre Israël et la France, de faire du pays un horizon familier et de renforcer l’idée sioniste religieuse comme séculaire. L’immense majorité des Juifs de France, voit ainsi l’installation en Israël comme le moyen de vivre pleinement sa religion, le pays étant entièrement rythmé à par la vie juive, ou comme un « lieu refuge » lorsqu’en diaspora, ils ne trouvent la sécurité qu’ils recherchent. Et depuis le milieu des années 1990, sous l’influence d’une pratique religieuse plus poussée, mais aussi d’une réelle fragilisation de la société française en proie au développement d’un antisémitisme ouvertement belliqueux, l’immigration juive française s’est amplifiée : environ 2 000 juifs faisaient leur alya en 2000, ils étaient plus de 6 500 à partir au cours de l’année 2015.

Ce nouveau mouvement migratoire interroge les rapports franco-israéliens sous un jour inédit. Car l’alya des Juifs de France a non seulement entrainé l’éclatement des sphères familiales, les jeunes diplômés et les retraités venant les plus nombreux (60 % environ), tandis qu’un nombre important de personnes circulent entre les deux pays. Ce que l’on appelle « l’Alya Boeing » traduit bien cette réalité migratoire, dans laquelle il est difficile à toute une classe d’âge médian de travailler en Israël, et d’abandonner ses affaires, sa profession et ses diplômes en France. Dès lors, tous les partis politiques juifs israéliens, gauche comprise, ont appelé de leurs vœux la mise en place de politiques publiques favorisant leur insertion pour ainsi mieux pérenniser ce qui est aujourd’hui la première migration en nombre dans le pays.

Si la déclaration de David Ben Gourion révélée par Shimon Pérès devait appeler un commentaire, nous pourrions aujourd’hui affirmer que le général De Gaulle n’aurait jamais pu imager que l’alya de France puisse atteindre un tel niveau et que David Ben Gourion, lui aussi aurait probablement eu la surprise de constater que l’État d’Israël, en 68 ans d’existence, ait pu aussi devenir un espace d’immigration pour des populations non juives inscrites dans le processus de mondialisation migratoire avec plus de 180 000 travailleurs étrangers et environ 50 000 demandeurs d’asile présents aujourd’hui dans le pays.

1 William Berthomière, est chercheurs au CNRS, membre du laboratoire MIGRINTER à Poitiers. Il a notamment co-rédigé avec Lisa Anteby-Yemini, « Le légitime, le temporaire et l’infiltré ou les trois visages de l’immigration en Israël » in Camille Schmoll, Hélène Thiollet et Catherine Wihtol de Wenden, Migrations en Méditerranée, Paris : CNRS, pp.259-270.

2 Yann Scioldo-Zürcher, est chercheur au CNRS, membre du Centre de Recherche Français à Jérusalem. Il dirige le programme de recherche MIFI (Migrations de Français en Israël financé par le CNRS).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *