Les lettres de Rivesaltes

Il y a un an, le 16 octobre 2015, était inauguré le Mémorial du Camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales). Pour l’inauguration, Anne-Laure Boyer, a demandé à de nombreux auteur.e.s d’écrire des lettres sur les camps d’internement français qui ont trop longtemps été occultés. Ces Lettres de Rivesaltes ont été l’occasion pour chacun de s’approprier cette histoire lourde et complexe, afin de la porter collectivement dans un exposition qui s’est tenue jusqu’au 30 juin 2016.

A cette adresse, il est possible de découvrir l’intégralité des 175 lettres dont 123 ont été rédigées par des adultes, et 52 par des jeunes dans un cadre scolaire. À partir de ces 175 lettres, Anne-Laure Boyer a réalisé environ 10 000 reproductions, mises sous enveloppes et diffusées au fur et à mesure des huit mois d’exposition qui ont compté au total 30 000 visiteurs, visiteurs qui ont permis à ce que toutes ces lettres voyagent par voie postale, dans des bagages ou de main à main.

La lettre que nous présentons ici a été écrite par Julia Maquet Badia-Canes, océanographe et journaliste scientifique indépendante, Paloma Maquet Badia-Canes, doctorante à Migrinter, petites-filles d’Isabel, réfugiée espagnole et internée à Rivesaltes, et Olivier Clochard chercheur à Migrinter. Cette lettre s’est construite sur le témoignage direct d’une grand-mère à ses descendantes, sur ses souvenirs et mots d’enfant, mais aussi sur l’analyse de résurgences ou de malheureuses continuités (?) qui tous les jours transforment les parcours de personnes exilées en véritables périples complexes, dangereux et honteux… Nous avons choisi de l’adresser directement à Isabel.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *