Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan

Message rédigé le 16 novembre 2015 pour la minute de silence à l’intention de la Présidence de l’Université de Poitiers. Au titre du Département de géographie et de l’UMR Migrinter, nous souhaitons communiquer le message suivant à l’ensemble des collègues et étudiants.

Matthieu Giroud compte parmi les victimes tuées au Bataclan vendredi soir. Matthieu était notre ami et notre collègue. Il avait choisi de consacrer son enseignement et sa recherche à la ville et à ses habitants. Il a vécu comme il pensait le monde.
 .
Le titre donné à son DEA et à sa thèse définit ce qui l’animait : « Résister en habitant ». Toutes nos pensées vont vers sa famille et ses proches.
 .
Matthieu est arrivé en septembre 2002 à l’université de Poitiers, pour suivre le DEA Migrations Internationales. Il y a ensuite réalisé son doctorat, soutenu en décembre 2007 : sa thèse intitulée « Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne) » a obtenu le premier prix de thèse du CNFG (Comité national français de géographie). Pendant son doctorat, il a été moniteur, puis ATER au Département de géographie de Poitiers où il a enseigné pendant 5 années, de 2003 à 2008. En septembre 2008, il a été recruté comme Maître de conférences à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, où il a enseigné pendant 3 ans et mené ses recherches au sein du CERAMAC (Centre d’études et de recherches appliquées au Massif Central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles), avant d’être accueilli en délégation CNRS à l’UMR LAVUE (Laboratoire architecture, ville, urbanisme et environnement) pendant l’année 2011-2012. En septembre 2012, il a rejoint l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée et l’équipe de recherche Analyse comparée des pouvoirs.
 .
Ses travaux portent sur les formes de continuité populaire dans des quartiers en gentrification, en particulier à Lisbonne. Dès sa maîtrise, Matthieu s’était engagé dans une analyse critique des modes de développement de la ville contemporaine.
 .
Dans le cadre de sa production scientifique, il a contribué à la rédaction, l’édition ou la traduction de plusieurs ouvrages :
 .
  • « Les mobilités spatiales dans les villes intermédiaires. Territoires, pratiques, régulations », publié en 2012 aux Presses universitaires Blaise Pascal, issu d’un colloque organisé en novembre 2010 à Clermont-Ferrand.
  • « D’une métropole à l’autre: pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen », publié en 2014 chez Armand Colin, issu d’une recherche sur Lisbonne menée à Migrinter de 2008 à 2012.
  • « Mobilités et changement urbains. Bogotá, Santiago, São Paulo », issu d’un programme de recherche piloté par Migrinter, publié aux PUR en 2014 et en cours d’édition en espagnol.
  • « Paris, capitale de la modernité », traduction de l’ouvrage de David Harvey publiée aux Prairies ordinaires en 2012.
  • « Métropoles en débat. (Dé)constructions de la ville compétitive », publié en 2014 aux Presses universitaires de Paris Ouest, ouvrage issu d’un colloque tenu en janvier 2012 à Nanterre.
  • « Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain », publié aux Prairies ordinaires en 2014.