Retour de colloques: Ecotones (Montpellier Paul Valery); Migrations et Cinéma (Paris 7, INALCO)

Un colloque international à Montpellier et une journée d’étude à Paris manifestent la consistance d’un dialogue entre sciences sociales et études littéraires sur la question des migrations.

Le colloque « New Ecotones » s’est tenu du 11 au 13 juin à l’initiative conjointe des laboratoires EMMA (Montpellier 3), Migrinter et la Coastal University de Caroline du Nord: http://pays-anglophones.upv.univ-montp3.fr/?page_id=1932

Un écotone est classiquement défini comme une zone de transition entre deux écosystèmes. Plus largement, cette notion offre un entrée pour saisir les dynamiques de mutation, contacts, hybridisation, confrontation et leurs implications spatiales et écologiques. A partir d’exemples tirés de la littérature postcoloniale, de performances artistiques, de l’actualité des migrations ou de travaux sur les champs migratoires, les intervenants se sont saisis de ce concept pour dénouer le lien entre dynamiques sociales, esthétiques et écologiques. Outre la définition proposée de la géographie des espaces naturels, j’ai pu relever 4 acceptions du terme explicitement ou implicitement invoquées par les intervenants. Chacune de ces définitions peut être comprise comme une façon de comprendre la relation entre transition et espace:

– un milieu qui, par ses propriétés physiques ou sociales, a une capacité transformative qui agit sur les objets qui sont immergés dans ce milieux

– étymologiquement, un eco-tone est un lieu de tension. Par extension, c’est un espace qui se définit par les tensions qui le structurent.

– un espace tiers qui se distingue des milieux dont il assure la transition

– selon son acception la plus large, un ecotone est un lieu qui est définit par la dynamique de transformation qui l’occupe. Ici, c’est la transition qui définit l’espace. Celui-ci apparaît et disparaît avec celle-là.

 

La journée d’étude Imaginaires migratoires au cinéma avait pour objectif d’inventorier les façons dont les chercheurs en sciences sociale pouvait se saisir de l’objet cinématographique tout en instaurant les bases d’un dialogue avec les travaux en études cinématographiques.

http://www.inalco.fr/evenement/imaginaires-migratoires-cinema-temporalites-territoires-identites.

Les interventions ont décliné la façon dont la question des migrations pouvait être abordée dans les cinémas français, caribéen, africains ou du Moyen Orient. Là encore, la richesse des perspectives a fait entrevoir la multiplicité des pistes de travail que peuvent générer un tel dialogue interdisciplinaire.

Ces deux événements vont avoir un prolongement migrintériens. En juin 2016, dans le cadre de la conférence des 30 ans de Migrinter, sera organisé un atelier Littératures et migration qui fera écho à celui organisé sur le cinéma. En 2017, Migrinter accueillera le second volet du programme Ecotones. Celle-ci se centrera davantage sur les diasporas et les migrations internationales.

A noter enfin la parution récente d’un ouvrage, fruit d’une collaboration précédente entre Migrinter et le laboratoire EMMA: http://www.pulm.fr/index.php/catalog/product/view/id/618/s/diasporas-cultures-of-mobilities-race-2/category/97/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *